Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Et si on parlait de l'absence...

#
Profil

lam

le mardi 09 mars 2010 à 10h51

Drya
Je me demande constamment si c'est un choix personnel : puisque le retour dépend de l'autre, si on a accepté sa disparition, est-ce que, s'il revient, on ne sera pas encore plus en colère contre lui de nous avoir imposé d'accepter quelquechose de très dur pour rien ?

Si il revient et qu'on a fini par accepter et gérer la souffrance de notre départ il faut pas oublier que lui aussi a souffert, qu'il a du faire preuve de résilience et avoir le courage de bosser sur soi - le fait que ça prenne du temps et que ça soit dur pour nous ce n'est pas forcément volontaire de la part d'en face....
Je crois que si on a accepté on pourrait justement l'acceuillir avec empathie dans un premier temps. Et voir si du désir et l'envie de partager reviennent ou non (pour moi l'amour ne s'efface pas).

Drya
Mais je ne peux pas m'empêcher de trouver cette liberté triste, blasée : renoncer à tout espoir pour être libre. La liberté fait-elle forcément le bonheur ?

Perso, je ne crois pas qu'être libre ça suffit. On est viscéralement sociaux me semble-t-il.
Libre et solidaire, individualiste et altruiste, y'a besoin de mélange, d'équilibre, non?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 12h25

Je te rejoins entièrement!
Mais je ne peux pas nier qu'une séparation brise quelquechose: selon comment ça se passe et ce qui est brisé, ça peut soit permettre de mieux reconstruire, soit rendre le terrain inconstructible. Le problème c'est qu'on n'en sait rien avant d'essayer, quant à "savoir se séparer" j'ai un grave problème à reconnaître ce qui sera moins destructeur: j'ai l'impression de jouer au mikado avec un bandeau sur les yeux... je dois pas être douée :(

#
Profil

Romy

le mardi 09 mars 2010 à 14h15

Iam: Si il revient et qu'on a fini par accepter et gérer la souffrance de notre départ il faut pas oublier que lui aussi a souffert, qu'il a du faire preuve de résilience et avoir le courage de bosser sur soi

Ça effectivement, c'est important pour moi pour que l'absence ait quelque chose de beau (une belle tristesse). Je sais que l'autre aussi souffre, qu'il a fait son maximum. Dans ce sens, je suis "fière" de nous. Nous souffrons tous les deux mais nous nous aimons. À défaut de passion, il y a le romantisme!

Par contre, si je savais que l'autre se sépare par caprice, par vengeance, par jalousie volontairement non-contrôlée, pour me faire payer ma "polyamorosité", j'en souffrirais davantage. Mais je crois que je finirais par me dire : "tant pis pour lui".

Ou sinon, dans ce cas, c'est à nous de choisir: céder aux menaces et rompre avec l'autre. Ou laisser tomber celui qui fait des menaces. Si les deux font des menaces, bien peut-être que ni un ni l'autre ne vaut la peine? Je ne sais pas.

#
Profil

LuLutine

le mardi 09 mars 2010 à 14h26

Rosalie
Ou sinon, dans ce cas, c'est à nous de choisir : céder aux menaces et rompre avec l'autre. Ou laisser tomber celui qui fait des menaces. Si les deux font des menaces, bien peut-être que ni un ni l'autre ne vaut la peine ? Je ne sais pas.

Si quelqu'un me demande de choisir entre un autre et lui-même, j'aurais tendance à choisir celui qui ne me demande pas de choisir.

Si les deux me demandent de choisir, j'aurais tendance sans doute à renoncer aux deux, en effet...

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 15h30

Encore faut-il comprendre pourquoi il fait des menaces: tout le monde n'en est pas à accepter sans rien faire et reconnaître que l'autre n'est pas forcément responsable de ne pas lui plaire sur 100% de ses envies. Il faut un minimum de curiosité, de recul et d'exemple pour se dire que vouloir n'est pas forcément pouvoir (obliger).
Au fond, les menaces sont les dernières défenses de quelqu'un qui se sent acculé et qui a trop peur de tout perdre.

#
Profil

Romy

le mardi 09 mars 2010 à 15h40

Bien sûr, quelqu'un qui fait des menaces est un peu "à plaindre". La vengeance est un signe de souffrance.
Tu l'aimes vraiment, hein :-)

Mais je connais des gens qui usent de ces techniques et qui, malgré le fait que je leur ai ouvert la possibilité de se confier, d'être vrai et sincère, de "sortir" la souffrance et d'y réfléchir, ben qui continuent mordicus avec leurs mauvais sentiments.
Une amie par exemple qui fait beaucoup dans la victimisation. À un moment donné, je lui ai demandé de réfléchir. Pourquoi tu agis comme ça? Pourquoi tu ne réalises pas que si tu veux être heureuse, il n'en tient qu'à toi de voir les choses de manière positive. Mais non. Elle préfère jouer la victime et en vouloir aux autres. J'ai renoncé à vouloir l'aider, car je crois qu'elle aime cette situation de victime.

Ceux qui choisissent la vengeance alors qu'on leur a offert la reconciliation et l'amitié, on n'y peut rien.:-(

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 18h20

Tu lis dans mes pensées... je parle trop :(

#
Profil

Romy

le mardi 09 mars 2010 à 18h23

Drya, ce n'était pas toi l'amie qui fait dans la victimisation... J'imagine que tu avais compris, mais juste au cas! Tu ne me sembles pas jouer la victime :-)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 18h50

Non, je parlais du début de ton post ^^
Par contre, je fais aussi souvent dans la victimisation ou le dénigment ("chuis trop nulle, il me manque des neurones, c'est pour ça que ça marche pas"), surtout quand je me sens pas aidée par l'autre personne concernée, faut pas trop tenir compte de cet aspect de mes posts, hein...
Par contre j'essaye aussi d'en sortir, d'être lucide quoi: parce par expérience, il n'y a que ça qui marche! je connais trop de gens qui se plaignent et quand on essaye de les aider on se rend compte que ça leur sert surtout d'hameçon pour attirer les St Bernard comme moi, en fait il n'ont surtout pas envie de régler leur problème! La dernière personne qui m'a fait ce coup-là m'a tellement mise en colère contre moi-même de m'être laissée berner que j'en reste vraiment malade d'avoir fait tant d'effort "par altruisme".

#
Profil

Romy

le mardi 09 mars 2010 à 18h52

Se plaindre, c'est si bon! Un luxe....

#
Profil

Drya

le mardi 09 mars 2010 à 18h54

Oui, mais il ne faut pas en rester là.

#
Profil

Romy

le mardi 09 mars 2010 à 18h55

(+)

#

(compte clôturé)

le mardi 09 mars 2010 à 19h29

st bernard ,altruisme exacerbé ca m interpelle!
je suis née une deuxieme fois grace a l altruisme d un bon st bernard
et la je peut dire que les resultats ont été probants au bout de........
6 ans!!
alors j ai qu un mot a dire :patience!

#
Profil

Junon

le mardi 09 mars 2010 à 22h20

insognare
J'ai été très en colère contre un homme qui disparaissait et revenait quand ça lui chantait, je l'acceptais mais je lui en voulais, jusqu'à ce que j'accepte que sa nature était ainsi. Seulement, à force, je ne l'aime plus autant...

Je n'aurais su mieux dire. Mais je me bats parfois de toutes mes forces pour ne pas en venir à l'aimer moins...

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 mars 2010 à 09h25

Junon
Je n'aurais su mieux dire. Mais je me bats parfois de toutes mes forces pour ne pas en venir à l'aimer moins...

Ah oui, moi aussi. Mais comme finalement il ne m'aime pas vraiment...j'ai cessé de me battre. J'attends que ça cicatrise ! ^^

#
Profil

ERIC_48

le mercredi 10 mars 2010 à 10h57

Expliquez moi voir ça, les filles. A quoi ça sert de se battre pour ne pas aimer moins un mec qui n'est là que quand il veut ? Enfin, si ça peut se dire ici.

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 mars 2010 à 10h58

Parce qu'on l'aime tellement que c'est moins douloureux de se battre que d'y renoncer.

#
Profil

ERIC_48

le mercredi 10 mars 2010 à 10h59

Et peut tu aussi me dire si cet amour vient justement du fait qu'il n'est là que lorsqu'il le veut ?

#
Profil

ERIC_48

le mercredi 10 mars 2010 à 11h01

Serait ce un gage du fait qu'il t'aime vraiment. Jusqu'à ce que tu découvre qu'il ne t'aime pas, et que c'est pour ça qu'il ne vient que quand il veut ?

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 mars 2010 à 11h07

ERIC_48
Et peut tu aussi me dire si cet amour vient justement du fait qu'il n'est là que lorsqu'il le veut ?

Non, c'est un genre d'amour-passion qui détruit tout sur son passage.

ERIC_48
Serait ce un gage du fait qu'il t'aime vraiment. Jusqu'à ce que tu découvre qu'il ne t'aime pas, et que c'est pour ça qu'il ne vient que quand il veut ?

J'ai pas tout compris là (c'est pas toi c'est moi, j'ai pas dormi cette nuit). Je crois qu'il m'aime à sa façon, c'est-à-dire pas assez pour moi, pas assez pour venir, pas assez pour s'impliquer, pas assez pour partager mon désir.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion