Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Lexique] Définition(s) du polyamour

#
Profil

bouquetfleuri

le lundi 08 septembre 2014 à 19h48

Pour moi, le polyamour est l'expression la plus complète possible de la puissance d'amour d'un individu

#
Profil

wolfram

le mardi 09 septembre 2014 à 11h08

LuLutine


"Etre polyamoureux, c'est adhérer pleinement à l'idée qu'aucune des relations intimes qu'on serait susceptible de vivre ne sera nécessairement exclusive".

Il ne me semble pas que le polyamour rejette l'exclusivité, il est possible d'être exclusif à plusieurs pour certains trouples par exemple.
Ou même des polyamoureux qui demanderaient l'assentiment des autres pour faire entrer une relation supplémentaire dans leur vie témoignent d'une forme d'exclusivité.
L'exclusivité n'est pas qu'à deux.

#
Profil

LuLutine

le mardi 09 septembre 2014 à 20h29

wolfram
Il ne me semble pas que le polyamour rejette l'exclusivité, il est possible d'être exclusif à plusieurs pour certains trouples par exemple.
[...]

D'où le "nécessairement" dans ma phrase.
En gros, l'exclusivité, c'est comme les antibiotiques, c'est pas automatique !
Mais ça reste un choix possible, ce n'est pas interdit...

#
Profil

LuLutine

le mardi 09 septembre 2014 à 20h31

Et sinon, on peut adopter la définition de Françoise, qui a le mérite d'englober beaucoup de cas ^^ :

Françoise*
Le polyamour, c'est l'ouverture des possibles.

(On est bien d'accord, ce n'est pas parce que toutes les portes sont ouvertes qu'on est obligé de les prendre toutes. En revanche devant une porte fermée à clef, y a pas trop de choix...)

*Edit : j'ai même retrouvé une source ;) :

Françoise, le 23 février 2009
les amours plurielles [...] sont une ouverture des possibles

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 09 septembre 2014 à 23h07

J'y souscris

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 10 septembre 2014 à 08h52

J'aime ce virage vers la poétique. On pourrait aussi tenter :
le polyamour est le refus des contraintes de convention.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 10 septembre 2014 à 11h42

Mots de Françoise en 2009 auxquels je souscris pleinement (+)

" Qu’est-ce que le polyamour » s’est enlisée dans un laborieux effort de définition. Chacun avait la sienne, ce qui est normal, puisque ce choix infiniment personnel, basé sur l’expérimentation/ correction permanente, est difficilement réductible à une définition unique. Cependant, il y eut quelques ayatollahs prêts à excommunier du cercle vertueux des « bons » polyamoureux, celui ou celle qui ne correspondait pas à leur idée de la chose. Toujours ce besoin d’étiqueter, de ranger les sentiments dans des petites cases, d’édicter une norme, alors que l’expérience que j’en ai depuis 35 ans me pousse à penser que les amours plurielles ne peuvent être enfermées dans des règles. Elles sont une ouverture des possibles, avec des sentiments évolutifs, cycliques et non linéaires, où chacun devrait inventer ses propres règles avec rigueur et liberté, sans laxisme ni dogmatisme."

-------------------------------------------------------------------

Lili-lutine :

J'aime beaucoup vos définitions et je rajouterai que pour moi le poly amour implique obligatoirement la connaissance ET l'acceptation de chaque personne impliquée dans la relation .

LuLutine

Pour moi aussi, mais qu'appelles-tu "personne impliquée" ?

Pour schématiser, est-ce que la femme F trompée par son mari M, qui lui sort avec une personne polyamoureuse P, est impliquée ?

Si oui ça pose un problème. En effet P est polyamoureuse. Mais si elle l'est, alors la situation devrait être connue et acceptée de F. Mais F n'est pas au courant...

Pourtant, c'est une situation dans laquelle la majorité des poly ne nieront pas que P peut se dire polyamoureuse. Par contre, M ne l'est pas, bien évidemment.


Et pour te répondre Lulu voici ma contribution plus en détail sur MA définition du moment du poly amour :-D


Je ne vais pas parler pour une "majorité" et j'aurais du mal à proposer une définition qui "colle" pour tous :-D

Mais le titre de cette discussion est au pluriel, alors je peux expliciter un peu ce que j'entends par "impliquée" (+)


Ici je ne vais parler que de « mes » relations amoureuses, celles où il y a de l’engagement et de l’amour en construction (je ne parle pas des relations libertines éphémères sans engagement où l’on ne se connaît pas, où l’on ne se parle presque pas). (+)

Je ne peux pas (ou plutôt je ne veux plus) construire aujourd’hui une relation amoureuse si j’apprends qu’il y a de la tromperie ou du mensonge quelque part : ces tromperies ou ces mensonges qui peuvent faire du mal à une personne déjà engagée affectivement, sous un contrat monogame avec ma relation amoureuse en construction.

Si une de mes relations amoureuses déjà en place aujourd’hui, souhaite vivre un temps une relation, poly amoureuse pour elle, car avec moi dans la transparence, avec une personne qui est adultérine avec son et ses autres amoureux-ses, cela les regarde, et je ne porte aucun jugement, mais je ne peux pas pour moi (ou ne le veux plus) être complice de cet adultère si c’est ce que vis à ce moment-là et si c’est ce que me propose la personne que je viens de rencontrer et avec laquelle je pourrais envisager une relation affective forte, voir amoureuse.

Je ne peux aimer longtemps une personne qui passe son temps à devoir mentir pour me rencontrer, je ne peux vivre au seul rythme de ses possibles, qui ne sont en réalité que les seuls moments que cet autre trompé lui laisse de libre …mais à ses dépens, toujours hein !

Et là il s’agit bien de mon expérience (+)

Pour moi rien n’est plus beau et plus fort que d’emmener toutes mes relations en cours dans la rencontre avec une nouvelle relation qui se dessine. Et cela ne se peut pour moi que si ma nouvelle relation emmène aussi ses relations en court dans sa rencontre avec moi , ou qu’elle a le projet de le faire si cette personne n’a pas ou plus de relation en cours.

Alors oui je ne vais peut-être pas pouvoir rencontrer tout le monde, ou avoir envie de le faire avec tout le monde … Je n’ai pas ce besoin et encore moins cette envie qui me pousse à vivre mes histoires amoureuses en me cachant, ou en étant complice d’un mensonge, à l’hôtel ou toujours à l’abri des regards ... etc …

A mon âge ( hahaha ) je n’ai envie que du meilleur, et le meilleur pour moi est de vivre mes amours sous le soleil, certainement pas à l’ombre d’une menace : que mon amoureux se fasse épingler ou qu’une personne aimée de mon amoureux puisse souffrir de découvrir ma relation avec elle/lui…

Je veux bien faire un bout de chemin, apprendre petit à petit à nous connaître tous, toutes ces difficultés que l’on peut vivre tous dans nos rencontres où nous sommes plus de deux engagés amoureusement, mais seulement si tout le monde le sait et en a l’envie, si je sais que c’est possible et que nous pouvons en parler, tous, sans oublier ni cacher personne.

C’est exigeant, mais c’est que je suis exigeante ! :-)

La qualité d’une relation qu’elle soit amoureuse ou amicale, pour moi, mérite toutes mes attentions et mon respect, pour la personne que j’aime comme pour tous ceux et celles que ma relation aime.

Alors en amour vous n’imaginez peut être même pas combien mon envie d’aimer va au-delà de la personne concernée par mon amour, mon amour pour elle va jusqu'à aimer « aussi » ceux et celles en relations avec mon amoureux-se !

Bon ça c’est Lili qui vous parle d’elle, de ce qu’elle aime et comment elle essaye de vivre ses amours.

Pour moi il y a DES polyamours , et donc DES définitions multiples de ce petit mot brûlant qu’est le Polyamour ! :-D

Peut-être même y a-t-il autant de définitions qu’il y a de poly amoureux, non ? :-D

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 10 septembre 2014 à 16h13

Lililutine merci d'avoir ressortis des cartons les mots de Françoise "aimer plusieurs hommes" que je n'avais pas lu <3

aimerplusieurshommes
dans un laborieux effort de définition. Chacun avait la sienne, ce qui est normal, puisque ce choix infiniment personnel, basé sur l’expérimentation/ correction permanente, est difficilement réductible à une définition unique.

J'était donc pas dans une mauvaise voie... (+) (p2)

bodhicitta
oui mais je pense qu'il faut se méfier des définitions, aussi car les normes ne sont pas loins...

<3 Si j'aime penser à l'amour sur ce site (cadre non possessif), c'est p c que c'est avec la liberté de pouvoir choisir, définir de moi méme ce que je veux vivre et construire comme relations.

Il y a quelque chose qu'on devrait p t etre garder à l'esprit que la société fabrique tjs des stéréotypes.
Toutes information finit par étre simplifiée car elle l'est dans notre cerveau en prima-bord puis les informations tournes dans notre société un peu par téléphone arabe.
ça on y peut rien, autant en étre conscient, et essayer de "préparer" cet effet, de simplification,
:-D s'imaginer ensemble comment, parti du nom et de la définition les choses serait simplifié par la majorité de gens.
ça peut nous aider je pense, à étre sures de nos mots(+)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 10 septembre 2014 à 16h40

Puis-je poser une question : à quelle fin la définition ?

Si c'est pour communiquer aux autres une définition universelle et donc normalisante, je n'y vois pas l'intérêt ; à moins que ce soit un formule poétique à tirer l'attention, afin de discuter en détail.

Par contre, si on discute la définition afin que chacun travaille ses propres idées d'éthique personnel, pour arriver à comprendre mieux ce qui est son polyamour, cela commence à m'intéresser.

#
Profil

wolfram

le mercredi 10 septembre 2014 à 19h53

la notion d'éthique serait passionnante à creuser mais devrait faire l'objet d'un autre post.
J'aime bien la reprise de la phrase de Françoise Simpère, elle laisse à chacun la possibilité de préciser où il se situe sans exclure les autres :)

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 10 septembre 2014 à 20h08

Magentademars
Puis-je poser une question : à quelle fin la définition ?

la fin? le plaisir de me poser la question...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le samedi 13 septembre 2014 à 02h06

Lili-Lutine
Je ne peux pas (ou plutôt je ne veux plus) construire aujourd’hui une relation amoureuse si j’apprends qu’il y a de la tromperie ou du mensonge quelque part : ces tromperies ou ces mensonges qui peuvent faire du mal à une personne déjà engagée affectivement, sous un contrat monogame avec ma relation amoureuse en construction.

Si une de mes relations amoureuses déjà en place aujourd’hui, souhaite vivre un temps une relation, poly amoureuse pour elle, car avec moi dans la transparence, avec une personne qui est adultérine avec son et ses autres amoureux-ses, cela les regarde, et je ne porte aucun jugement, mais je ne peux pas pour moi (ou ne le veux plus) être complice de cet adultère si c’est ce que vis à ce moment-là et si c’est ce que me propose la personne que je viens de rencontrer et avec laquelle je pourrais envisager une relation affective forte, voir amoureuse.

Je ne peux aimer longtemps une personne qui passe son temps à devoir mentir pour me rencontrer, je ne peux vivre au seul rythme de ses possibles, qui ne sont en réalité que les seuls moments que cet autre trompé lui laisse de libre …mais à ses dépens, toujours hein !

Je ne peux que souscrire à 500%.
Enfin, vu que j'écris la même chose sur ce forum depuis 2009, je ne vais pas me répéter ;)
C'est aussi ma vision personnelle (je précise) bien sûr, car d'autres en ont une autre.

Mais du coup je crois comprendre qu'on est d'accord que dans mon exemple, P est bien polyamoureuse ; du moins, il me semble que pour la majorité voire la totalité d'entre nous, on ne va pas lui jeter des pierres si elle souhaite s'identifier comme telle...

bodhicitta
la fin ? le plaisir de me poser la question...

J'allais écrire à peu près la même chose :)

#
Profil

MagentadeMars

le samedi 13 septembre 2014 à 13h46

bodhicitta
la fin ? le plaisir de me poser la question...

La meilleur raison, il me semble :-)

#
Profil

LuLutine

le lundi 09 novembre 2015 à 22h49

Une jolie citation d'un ch'tit nouveau :)

hesekiel
Pour moi, si le polyamour devait avoir une définition (ce à quoi je me refuse en pratique) ce serait celle-ci:" Expression assumée de sa liberté d'aimer qui l'on veut et comme l'on veut indépendamment des normes sociétales et/ou morales"

Source : /discussion/-bfG-/Presentation/#msg-79437

(Oui je sais, je suis trèèès méchante, il refuse de donner une définition et moi je m'amuse à poster dans cette discussion...!)

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 11 novembre 2015 à 11h58

Incidemment, je viens de tomber sur l'épisode 23 de la Saison 8 de Big Bang Theory.
Dans les cinq dernières minutes, il y a un long échange qui éclaire bien le sens de "intimate", qu'est si pratique dans la définition anglaise. Le mot est employé à la fois pour parler d'une relation sexuelle et pour décrire une intimité plus large.

Sheldon et Amy, qui sont dans une relation asexuelle depuis plusieurs saisons, font face à l'éventualité que leurs personnages dans le jeu donjons&dragons aient une relation "intimate". Amy s'en attriste, car elle craint de ne jamais en avoir dans la vie réelle. Sheldon lui explique qu'il n'a jamais été dans une relation aussi "intimate" auparavant avec qui que ce soit... Ils finissent par jouer "dans le jeu" - c'est à dire, qu'en vrai ils ne font que décrire une scène de sexe pour leurs personnages, en continuant à jeter les dès pour savoir qui touche qui où.

Dans le cadre du feuilleton, cette séquence est amusante et émouvante, intime sur la caractérisation des personnages de la série.

Bref... Ca me renforce dans l'idée que le terme intimate est spontanément ambivalent entre sexe et intimité globale en demeurant plutôt explicite sur la connotation sexuelle, quand intime ne prend connotation qu'avec un contexte plus précis.

Cette ambivalence est importante pour moi, parce que dans la définition de départ en VO de polyamory, on parle à la fois de sentiments et de sexe. Ce qui est intimate en pratique est laissé au choix des personnes impliquées, mais le cadre de départ s'ouvre aussi bien à l'aspect sexuel qu'à l'aspect sentimental. La pratique va définir de quoi relève l'intimité en question, mais en principe, la définition ne décrète pas quel genre de sentiment ou de sexualité est en jeu dans ces relations.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 31 mars 2018 à 12h12

Dans la partie description du groupe polyamour sur FB, j'avais fini par formaliser une définition assez exhaustive, mais qui a le défaut de ne pas pouvoir être lue en moins de 3 secondes...

"C’est un choix de vie relationnelle, celui de prendre et offrir la liberté de vivre
- plusieurs rencontres ou relations dont le degré d'intimité et d'implication dépend de chacun.e
- avec l'information et le consentement de.s partenaires actuel.les,
- sous condition que tou.te.s puissent bénéficier de cette même liberté

Le terme vient du grec et du latin "plusieurs amours". Il est donc synonyme de : amours plurielles, amours multiples, amours libres. Le polyamour comprend "amours" au sens le plus large, c'est à dire un éventail de possibilités allant de relations amoureuses classiques aux relations asexuelles ou aux relations aromantiques, en passant par toutes les nuances imaginables dans des rapports intimes et affectifs, incluant ou non du sexe.
Autrement dit, le polyamour ne prescrit ni le contenu, ni le genre des relations, seulement que chacun.e peut en vivre plus d'une et le fait alors sans mentir ni contraindre les autres à subir ce choix.

Enfin, on ne peut pas parler de polyamour si seuls les hommes (ou seules les femmes) peuvent vivre plusieurs relations simultanées et avec consentement des partenaires !"

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le samedi 31 mars 2018 à 17h34

Livre d'Yves-Alexandre Thalmann "vertus du polyamour"

"Chapitre 2 : qu'est-ce que le polyamour ?

Le terme polyamour (polyamory en anglais) est un néologisme dont les premières traces remontent aux années quatre-vingt-dix. Construit sur la racine grecque poly, qui signifie plusieurs, il traduit l'idée d'amours multiples, c'est-à-dire avec plusieurs personnes et sous plusieurs formes à la fois. Ce nouveau concept souligne le caractère polysémique du mot amour, qui s'applique indifféremment aux partenaires amoureux, aux parents, aux enfants, aux amis et même aux choses, tels le chocolat ou le football.

De façon plus spécifique, il ajoute l'idée que l'amour sentimental et érotique peut se vivre avec plusieurs personnes simultanément.

Ce que le polyamour n'est pas :

Le polyamour s'ancre dans le projet de vivre des relations sentimentales avec plusieurs partenaires, engageant ou non la sexualité, en toute franchise et dans le respect de chacun.

Il se différencie donc de :

La monogamie séquentielle, que l'on devrait appeler plus justement polygamie occidentale : des personnes qui aiment effectivement plusieurs partenaires, mais de façon successive, c'est-à-dire qui se font un point d'honneur à rompre une relations avant d'en commencer une autre. C'est actuellement le modèle dominant dans les sociétés occidentales, où le divorce est autorisé et les familles recomposées une part non négligeable du tissu social
Ce qui marque la différence entre le polyamoureux et le serial lover, c'est que le premier revendique le droit de vivre au grand jour ses amours multiples et simultanées, alors que le second sacrifie encore au mythe de l'amour romantique exclusif.

La polygamie établie comme système social, où tous les individus n'ont pas les mêmes droits, car elle favorise un genre, le plus souvent l'homme, au détriment de l'autre. La polygynie (un homme marié à plusieurs femmes) et la polyandrie (une femme mariée à plusieurs hommes) n'apparaissent en effet pas ensemble dans une même société : les deux systèmes sont généralement exclusifs et induisent un rapport dominant/dominé entre les sexes. Comme les notions de respect et d'égalité des droits de chacun sont essentielles pour les polyamoureux, ceux-ci ne réclament pas l'instauration de tels systèmes sociaux. Ils auraient plutôt tendance à s'en méfier.
D'ailleurs, d'un point de vue sociologique, on peut imaginer que le polyamour est l'une des formes les plus abouties pour les relations amoureuses. En effet, durant de nombreux siècles, la polygamie a dû être subie par les femmes. L'avènement de la monogamie n'a pas pour autant été une amélioration significative, puisque ces dernières ne disposaient pas de droits équivalents à ceux des hommes. Dans les faits, elle leur restaient soumises....
Cette égalité des sexes est la condition sine qua non du polyamour. Ceci explique pourquoi le polyamour n'est pas une invention masculine...

Les relations extraconjugales, ou infidélités, qui sont très souvent vécues dans le mensonge et la tromperie....
Les tenants du polyamour se font au contraire un point d'honneur à vivre leurs relations multiples au grand jour et sans dissimulation, dans le respect de chacun.

Le libertinage, et sa forme structurée, l'échangisme. Dans ces pratiques impliquant principalement des couples, le but est de pimenter la vie sexuelle en y ajoutant d'autres personnes sans pour autant que des sentiments soient éprouvés avec elles....
Les polyamoureux, ne concevant pas leurs partenaires comme étant leur propriété, sont heurtés par le terme même d'échange. De plus, ces derniers placent les sentiments au centre de leurs relations, fussent-elles sexuelles....

L'attitude de consommation, qui consiste à collectionner les idylles. Cette conduite se caractérise par la recherche de la quantité plutôt que de la qualité, ainsi que par la superficialité, car l'engagement sincère dans une relation y est souvent évité.
Le polyamoureux, au contraire, n'a pas peur de s'engager véritablement et avec sincérité dans diverses relations.

Enfin, les amours de transition concernant les personnes vivant des amours simultanées, mais considérées par elles comme étant de passages. Dans leur esprit, ces personnes finissent de mettre un terme à une première relation en même temps qu'elles en débutent une deuxième. Leurs sentiments sont déjà presque exclusivement orientés vers le nouveau partenaire. Elles ne se considèrent donc pas comme polyamoureuses (même si dans les faits, elles ne sont déjà plus monogames à strictement parler)."

Voilà de quoi alimenter la discussion. Personnellement, tout me va :-D !!!

#
Profil

artichaut

le samedi 31 mars 2018 à 19h15

Je me permet de donner une traduction du post initial de @Noemi

Noemi
"Polyamory (...) is the desire, practice, or acceptance of having more than one loving, intimate relationship at a time with the full knowledge and consent of everyone involved. Polyamory (...) is sometimes described as consensual, ethical, or responsible non-monogamy. "

Le polyamour (...) est le désir, la pratique ou l'acceptation d'avoir plus d'une relation amoureuse et intime à la fois avec la pleine connaissance et le consentement de toutes les personnes impliquées. Le polyamour (...) est parfois décrit comme une non-monogamie consensuelle, éthique ou responsable.

Proposition collective
Être polyamoureux, c'est adhérer pleinement à l'idée que toute personne avec qui on est en relation intime puisse entretenir d'autres relations intimes.

Ce que j'aime dans cette définition (même si c'est plus une définition poly-acceptante) c'est que ça ne met pas l'accent sur un soi égoïste, mais sur l'amour de l'autre.

Ça me rappelle un fil, que je ne retrouve plus, sur lequel qq évoquait sa manière d'annoncer son polyamour à sa famille, et qui m'avait beaucoup plut.

Ça me fait penser à une situation vécue en covoit', où mes passagers parlaient de ruptures amoureuse pour cause de tromperie et s'encourageaient l'un.e l'autre en mode "ce n'est vraiment pas acceptable", "comment ne pas rompre dans pareil cas". Intérieurement je me disais quel dommage qu'un simple adultère provoque de tel drames de telles ruptures, mais n'osait pas parler de mon polyamour. J'ai juste fini par dire (semi-coming-out) que moi ça ne me dérangeait pas si ma partenaire couchait avec quelqu'un d'autre. Et ça m'a semblé dégonfler le truc et leur ouvrir des horizons, qu'ils n'auraient sans doute pas pris de la même façon si j'avais dit : moi aussi je vais "voir ailleurs" mais ma partenaire est d'accord (ça aurait quand même été pris pour une forme de truc inacceptable).

Et d'ailleurs on parle rarement du fait que dans le polyamour il est souvent plus important d'accepter que l'autre puisse entretenir d'autres relations intimes, plutôt que de sois-même en avoir. Que c'est ça qui fonde vraiment le polyamour et résout souvent plein de problèmes par empathie/compersion contagieuse.
J'avais des craintes avec une partenaire quant à sa jalousie et des doutes sur le fait qu'elle puisse affronter ça (à cause notamment de ses relations passées non sécurisantes sur le sujet). Et c'est pas les nombreuses discussions théoriques ensemble sur le sujet qui m'ont complétement rassurées, même si elle disait vouloir aller vers ça.
En revanche il a suffit d'une seule fois, qu'elle évoque une personne qui l'attirait et que ma réaction mêlant enthousiasme, rire et encouragement, finisse de la convaincre dans les faits (= ah, ce n'est pas que de la belle théorie), pour la rendre à son tour, non seulement pas jalouse, mais compersive.
Ce que je redoutais (devoir négocier longtemps avec une jalousie sous-jacente) avait disparu en un instant.

LuLutine
En fait, on pourrait étendre la définition au fait d'adhérer à l'idée pour un partenaire et éventuellement pour soi-même.

J'aime beaucoup cette idée.
Un peu dans l'idée que c'est pas juste "ne fait pas à l'autre ce que tu ne veux pas qu'il te fasse", mais "n'envisage de faire à l'autre que ce que tu voudrais qu'il te fasse".
En clair adhérer à l'idée pour un.e partenaire, me semble un pré-requis. Être pleinement polyamoureux c'est souhaiter que son/sa/ses partenaires puissent (ce n'est pas obligatoire non plus) engager d'autres relations d'intimités, avant de le souhaiter pour soi-même.

Lili-Lutine
J'aime beaucoup vos définitions et je rajouterai que pour moi le poly amour implique obligatoirement la connaissance ET l'acceptation de chaque personne impliquée dans la relation.

J'aime beaucoup cette idée aussi.
Cautionner la tromperie, ne me va pas non plus.

Je signale pour finir un autre fil où nous avons discuté de définition du polyamour, et nous étions arrivé à ceci :
Polyamour : orientation relationnelle intime non-exclusive consensuelle
Pour ma part j'ai tendance à y rajouter un petit "et"
Polyamour : orientation relationnelle, intime non-exclusive et consensuelle.

Et bien sûr, Siestacorta et bonheur, tenter une définition courte, n'empêche pas d'en proposer de plus longue, à vocations exhaustives. L'un et l'autre sont complémentaires.

#
Profil

bonheur

le samedi 31 mars 2018 à 19h55

Personnellement, je n'ai fait qu'indiquer une citation qui n'est pas de moi.

En version courte : JE SUIS

#
Profil

artichaut

le mardi 30 avril 2019 à 23h55

…une définition trouvée :

Vie de licorne
Polyamour : Une forme d’orientation relationnelle qui postule qu’il est possible d’aimer et d’entretenir des relations amoureuses avec plus qu’une seule personne – et le faire avec le consentement de tous les partenaires impliqués, de façon ouverte et honnête.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion