Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

"ma première amie c'est moi-même"

Jalousie
#
Profil

Noemi

le mardi 07 avril 2009 à 17h56

On a eu un tchat très intéressant sur la jalousie avec clown, bohwaz et Lulutine (le tchat c'est par là d'ailleurs: /discussions/chat/ )

Entre autres, on parlait de s'auto-suffir, de ne pas trop dépendre de son/ses partenaire(s) amoureux.

"ma première amie, c'est moi-même. Je peux compter sur moi-même, donc quand je suis seule, je ne suis pas abandonnée (il me reste toujours moi ;))
Certains sont persuadés qu'ils s'en sortent pas tout seul ; même si s'aider soi-même peut consister à aller chercher l'aide là où il y en a, on peut s'en sortir "seul". "

Ca rejoint ce qui est dit dans "Ethical Slut": "I am already whole", qu'on a pas besoin de quelqu'un qui vient nous "complèter", comme le disait Platon.

Quelqu'un d'autre disait qu'il avait appris à se suffir soi-même, de ne pas avoir besoin de quelqu'un pour se sentir bien dans sa vie. Et qu'il essayait de ne pas avoir de relations fusionnels pour éviter la jalousie.

#
Profil

clown.et.lapin

le mardi 07 avril 2009 à 18h09

Sauf qu'en cas de dépression (quand vient la MALADIE) on a besin d'un spécialiste, on ne peut pas s'en sortir seul

#
Profil

LuLutine

le mardi 07 avril 2009 à 18h24

Oui mais qui est la personne qui prend en main les choses en décidant d'aller le voir, ce spécialiste....???

C'est toi-même !

(en tout cas moi, personne m'a jamais traîné contre mon gré chez un médecin, que ce soit pour la psyché ou pour le physique...même si j'ai pu parfois recevoir des conseils, ce n'était pas toujours le cas et j'ai souvent pris cette décision seule)

S'aider soi-même, comme je le disais sur le chat, ça peut consister à aller chercher l'aide de la bonne personne (celle qui sera disponible pour ça, parce que notre conjoint/ami/amant par exemple n'est pas forcément la bonne personne si on a un problème de dépression !).
Ca peut aussi consister à s'en sortir sans un spécialiste, en se documentant tout seul, c'est faisable (pas dans tous les cas mais dans beaucoup), par contre ça met souvent plus de temps...

#
Profil

clown.et.lapin

le mardi 07 avril 2009 à 18h34

parfois, les proches le décident, et c'est heureux !

#
Profil

LuLutine

le mardi 07 avril 2009 à 20h33

Et parfois, ils ne font rien...ou alors ils aggravent la situation sans le vouloir.
Dans ce cas c'est important de pouvoir se débrouiller "seul".

#
Profil

Sorelle

le mercredi 08 avril 2009 à 14h15

Quand on est dans une dépression amoureuse
( nous parlons bien de cela n'est ce pas ? ), et
bien oui, parfois on s'en sort tout seul ,
parfois on demande le l'aide,
parfois on décide pour nous.
Tout dépend de la fragilité de l'individu mais quand
la souffrance est là, elle est la même pour tout le
monde me semble-t-il .
Dans tous les cas, il vaut mieux avoir travaillé
en amont son autonomie affective parce que, c'est
pas quand on a le nez dans le problème qu'on a le recul
suffisant pour s'en sortir rapidement.
Et même si l'on s'en sort toujours, d'une façon ou d'une
autre, c'est aussi avec plus ou moins de séquelles.
Donc travaillons en amont notre autonomie affective.
Après, quand depuis son autonome affectivement, on
a la joie de tomber follement amoureuse (x) de quelqu'un,
il reste la partie solide qui permet de s' extraire de la
souffrance et il ne reste plus que la joie d'aimer.
Pour revenir sur le fait que l'on est son meilleur ami,
je crois bien que c'est René Guénon qui dit que :
"L'on ne peut pas s'accoucher tout seul" c'est - à - dire
que l'on a besoin de Celui ou de Celle "qui sait" pour nous
aider à comprendre l'existence, avoir une vie sociale
sympathique et être simplement ce que l'on est.
À mon avis, c'est quand on est soi même, que par loi
de conséquence, on peut dire, mon meilleur Am I (e) ,
c'est Moi.

#
Profil

Noemi

le mercredi 08 avril 2009 à 14h39

j'aime bien le terme d'autonomie affective que tu utilises, Sorelle, et les remarques que tu fais la concernant.

Et évidemment ça ne veut pas dire qu'on doit vivre en ermite, hein.

L'autonomie affective et l'amour non-fusionnel, j'en ai déjà entendu parler, mais moins en tant que arme dans la lutte contre la jalousie.
Pourtant, la personne dans le tchat hier disait que ça lui avait permis de combattre sa jalousie et sa possessivité.
Attention, ces deux choses sont facile à dire mais pas si facile à mettre en pratique. Il faut déjà s'aimer soi-même, ce qui n'est pas le cas de tout le monde à mon avis.

#
Profil

clown.et.lapin

le mercredi 08 avril 2009 à 14h49

S'aimer soi-même est un but, jamais atteint je pense.
Etre autonome affectivement aussi.
Combattre sa jalousie, complètement, aussi.
Chacun est à son stade d'avancement dans ces voies.
Mais une chose est sûre pour moi : de l'éducation dépend grandement la position de départ de chacun.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 08 avril 2009 à 19h10

Pour Sorelle : moi je pensais dépression au sens large du terme...

#
Profil

Sorelle

le jeudi 09 avril 2009 à 15h23

@Lulutine : Même si on prend la dépression au sens
large du terme,c'est pareil.
Soit on s'en sort tout seul ,
Soit parfois on demande de l'aide,
Soit parfois on décide pour nous avec les conséquences
que cela impliquera pour les trois cas.
Bien sûre, on peut trouver d'autres cas pour se sortir d'une
dépression, quelle soit amoureuse ou pas.

@Clown et lapin : Pourquoi la jalousie, l'autonomie affective
et le "s'aimer soi même", serait un but jamais atteint ?
Que chacun en soit à un stade différent comme vous le dites,
d'accord !
Nous ne sommes pas tous égaux, loin s'en faut .
Par contre,des qui s'aiment dont moi, il y en a, ça oui !
L'éducation n' étant qu'une partie de notre conditionnement
général, il est évident et facile de conclure que l'on ne peut
conditionner que ceux qui à la base sont "conditionnables".
Ne trouvez vous pas ?

@ Noémi: L'autonomie affective (terme très libertaire et c'est là
où moi, je vérifie le mien de conditionnement) permet
de mieux vivre avec ses compagnons puisque dans une
certaine mesure, n'ayant plus une demande/besoin de l'autre,
on peut enfin vivre ensemble.
Très bien vu Noémi, c'est pas le moment de se tirer mais au
contraire, d'en profiter ! .

#
Profil

Noemi

le jeudi 09 avril 2009 à 16h27

Je me demande si on peut arriver à ne pas (plus) être jaloux tout en ayant une relation (ou des relations) fusionnelle(s) ?
Qu'es-ce qu'une relation fusionnelle d'ailleurs ?

Tout comme vous, Sorelle, je ne pense pas que s'aimer soi-même, combattre la jalousie et avoir de l'autonomie affective sont des buts à jamais atteindre.
On peut s'aimer avec ces défauts et faiblesses.
Il y a des personnes qui ne sont pas ou quasiment pas jalouses, elles n'ont pas besoin de combattre la jalousie.
Pour l'autonomie affective, je suis moins sûre... probablement il y a (un peu comme pour l'absence de jalousie) des personnes qui sont "d'office" autonome affectivement, sans devoir s'efforcer d'atteindre ce but?

#
Profil

clown.et.lapin

le jeudi 09 avril 2009 à 16h51

Personnellement, je pense ne pas être jaloux (ou très peu). Par contre j'ai beaucoup de progrès à faire pour l'autonomie. Je n'ai jamais été seul (ainé de famille nombreuse et rapprochée, marié très jeune, passé directement du foyer de mes parents au mien...). Je me demande si l'autonomie affective, sans être ermite, ne revient pas à avoir suffisamment d'amis (ou d'amours au sens poly, ou amours plurielles) pour ne pas dépendre de l'un(e) en particulier. Grossièrement parlant comme en économie à la mode, avoir "diversifié ses approvisionnements affectifs, amoureux". Qu'en pensez-vous ?

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 avril 2009 à 16h57

En partie peut-être; mais quelque part, ça sonne à mes oreilles comme mettre la charrue avant les boeufs.
Diversifier pour ne pas risquer le manque, redouté parce qu'on n'est précisément pas autonome? Confondre l'envie et le besoin? Assurer ses arrières?

#
Profil

clown.et.lapin

le jeudi 09 avril 2009 à 17h02

j'ai dit "grossièrement parlant" !
Je ne sais pas ce qui est cause et ce qui est conséquence.

Par exemple, peut-on poser la question : et ci cette recherche de poly-amour n'était pas le besoin d'amour que l'on n'envisage de combler qu'avec plusieurs ?

Et si ce besoin d'amour (de presque tout le monde...) n'était pas la preuve d'un manque d'autonomie ?

Je sais , je pousse à la limite...Mais je pense que l'être humain est avant tout sociable, et que l'autonomie complète est irréaliste (sauf pour les ermites cloitrés, qui ne communiquent que très peu...)

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 avril 2009 à 17h26

C'est sûr, on pousse le débat vers des extrêmes. Je crois que je deviens ermite en effet, avec bonne différenciation entre besoin et envie dans la réflexion...

#
Profil

LuLutine

le jeudi 09 avril 2009 à 17h55

"Je me demande si on peut arriver à ne pas (plus) être jaloux tout en ayant une relation (ou des relations) fusionnelle(s) ?"

Est-ce que ce n'est pas justement ce qu'on appelle la compersion ?

Si je suis fusionnelle avec quelqu'un, et qu'il fait une rencontre, cela ne *peut pas* me laisser indifférente.

Alors, si je ne suis pas jalouse, c'est que je me réjouis pour lui. D'où la compersion...ça se tient non ?

#
Profil

oO0

le vendredi 10 avril 2009 à 01h49

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

oO0

le vendredi 10 avril 2009 à 01h56

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 10 avril 2009 à 09h37

Ben moi il me semble que plus ça va, plus je tombe sur des témoignages (ailleurs qu'ici) où des gens avouent, clairement ou à demi-mot, que s'ils rencontraient une personne avec laquelle elles seraient totalement comblées, ils laisseraient choir les autres en ne gardant que l'amitié.

Coup dur, là. Polyamour par manque? Pour combler un ou des besoins? Dont on n'a pas même conscience du vide qu'ils créent?

Et sinon, Joyeuses Pâques, c'est la plus jolie fête de l'année je trouve!

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 avril 2009 à 11h06

"des gens avouent, clairement ou à demi-mot, que s'ils rencontraient une personne avec laquelle elles seraient totalement comblées, ils laisseraient choir les autres en ne gardant que l'amitié."

Peut-être qu'ils le disent, mais cette affirmation prend quand même pour hypothèse le fait qu'on puisse être totalement comblé par quelqu'un...ce qui est loin d'être évident.
Et ces gens sont sans doute persuadés au fond d'eux que ça peut ne jamais arriver, puisqu'ils pratiquent le polyamour ; en revanche je vois autour de moi beaucoup de mono qui justement sont persuadés qu'ils trouveront forcément "la" personne qui les comblera, et qui continuent à être exclusifs pour cette raison.

J'ai observé que ces mêmes mono renoncent souvent à la possibilité de relations multiples parce qu'ils souhaitent rester exclusifs ; en effet même si la relation avec leur amoureux(se) n'est pas "parfaite", ils se persuadent qu'avec le temps, cette personne pourra se révéler être "la bonne".
(Bien sûr pour le fait de "laisser du temps au temps" comme le disait l'un de nos présidents français, je pense que c'est un bon principe qui vaut effectivement pour les relations, quelles que soit leur nature d'ailleurs ! - mais c'est un autre sujet)

Enfin, pour beaucoup de gens le polyamour se fonde sur le fait qu'on ne rencontrera sans doute personne qui nous comblera totalement pour la vie...ça n'est donc pas complètement illogique que certains se disent "si les bases de mon raisonnement s'avèrent fausses, je m'accorde le droit de changer d'avis".
Après tout comme on dit, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

Je pense - mais ce n'est que mon avis bien sûr ! - qu'on peut très bien être totalement comblé(e) par une relation exclusive avec une seule personne....mais pendant quelques années.
Avec l'allongement de la durée de vie, et alors que les aspirations des individus sont de plus en plus mouvantes, évolutives, je vois mal comment vivre le bonheur parfait pendant 50 à 60 ans avec une seule et unique personne...et je trouve dommage de renoncer à ce que peut nous apporter une relation (y compris du point de vue sensuel et/ou sexuel), simplement parce que ce n'est pas une relation parfaite...

Et sinon oui, Pâques c'est bien, y a du chocolat ! (mais comme je suis une - trop ? - grande fille, je ne sais pas si Papa et Maman vont m'en offrir cette année, snif ;-)).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion