Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour tout seul ?

#

(compte clôturé)

le lundi 30 mars 2015 à 07h10

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bonheur

le lundi 30 mars 2015 à 14h11

L'incompatibilité relationnelle, qui se révèle avec le temps, n'altère en rien la pertinence des émotions, du vécu et des sentiments passés. J'entends personnellement à m'attacher à ne pas en vouloir à autrui de cette incompatibilité et je prends sur moi le fait que j'ai également été acteur de cette incompatibilité, surtout si je suis à l'origine de la rupture et qu'elle est de mon initiative. Rompre est une responsabilité qu'il faut savoir assumer. Je considère qu'en matière de relationnel, ma principale liberté est de rompre si je vis mal la situation. Attention, liberté ne veut pas dire tout se permettre comme on le souhaite. Je m'attache, autant que l'autre me le permet, à expliquer du mieux possible mes raisons et ne tombe pas dans le panneau du : je vais changer... car si c'est pour que l'autre vive la relation d'une manière non naturelle, ça ne me convient pas non plus (encore moins je dirais).

#
Profil

Lagentda

le mardi 31 mars 2015 à 01h16

OK. et la vie continue... ;)

#
Profil

Laurenzo

le mercredi 01 avril 2015 à 06h50

Oui c'est sûr, la vie continue. Au final, j'ai l'impression d'avoir vécu une première relation polyamour avec une personne aillant aucun sentiment pour moi. Cela me donne une drôle de sensation. Pas perdu mais pourquoi tout ça... Pourquoi le polyamour si il n'y a pas de sentiments amoureux partagés...

#
Profil

bonheur

le mercredi 01 avril 2015 à 10h33

réponse en message privé. Surveille tes spams...

Je te conseille de lire "vertus du polyamour" et "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" de YA Thalmann. Ce sont des livres qui parlent d'AMOUR

#
Profil

LuLutine

le mercredi 01 avril 2015 à 16h46

Laurenzo
l'impression d'avoir vécu une première relation polyamour avec une personne aillant aucun sentiment pour moi.

L'impression, sans doute.
Aucun sentiment, c'est peut-être un peu fort (pour moi, aucun ça veut vraiment dire aucun, même pas un peu de tendresse, et alors on peut se demander pourquoi la personne te fréquentait...)

Peut-être juste pas les mêmes références que toi, ou bien vos envies sont incompatibles. Ce qui ne veut pas dire qu'elle ne tienne pas à toi.

Tenir à quelqu'un, ce n'est pas se sacrifier pour lui, oublier ses propres besoins. C'est maintenir le dialogue, rendre un minimum de comptes oui, mais pas être disponible pour l'autre comme il le voudrait...

#
Profil

bonheur

le jeudi 02 avril 2015 à 09h45

Lulutine
Tenir à quelqu'un, ce n'est pas se sacrifier pour lui, oublier ses propres besoins. C'est maintenir le dialogue, rendre un minimum de comptes oui, mais pas être disponible pour l'autre comme il le voudrait...

A chacun sa manière de "tenir à quelqu'un", je crois. Rien n'est bon, rien n'est mauvais.

Perso, quelqu'un qui me malmène et qui se fout royalement de moi (oh pis oui, oh pis non, et puis on verra bien au dernier moment, des fois que j'ai plus passionnant)... j'aurai aussi l'impression que l'on ne tient pas à moi. Après, il y a un minimum de savoir vivre et de politesse... Il faut croire que ce sont des notions nuancées suivant les personnes.

#
Profil

aviatha

le jeudi 02 avril 2015 à 13h14

Je dirais, "tenir à quelqu'un ce n'est pas se sacrifier pour lui sans nécessité".

Si la personne que j'aime à un accident grave qui nécessite une présence importante, tenir à elle c'est être là autant que possible même si j'avais plein de trucs cools prévus.
Mais c'est valable pour tout type d'amour. Si mon enfant est gravement malade, bien sûr que tout va passer au second plan le temps qu'il faudra tant que je m'occuperais de lui. Il y a quelques jours, un ami à moi très cher a attenté à ses jours. J'ai passé les journées suivant sa sortie chez lui, à 400 km de mon domicile, à veiller sur lui, l'aider à revenir peu à peu dans la vie, pas forcément grand chose, l'aider à faire tourner la maison, à mettre en place son suivi, simplement lui faire comprendre qu'il n'était pas seul. Est-ce que j'avais des choses à faire ces jours-là, oui pleins des tas. Des trucs que j'aurais préféré, oui, tenir compagnie à un suicidaire n'est pas particulièrement gai.

Mais tenir aux gens implique à mes yeux un certain nombre de contraintes, qui ne sont au final que le pendant de tout ce qu'ils nous apportent en étant dans notre vie. Des contraintes parfois lourdes, mais pour moi l'amour, quelle que soit sa forme, a, aussi, ce visage là.

#
Profil

bonheur

le jeudi 02 avril 2015 à 14h31

Pour moi, je pense que j'agirai de même. Je ferai mon maximum pour être présent. Je suis d'ailleurs généralement là, que la personne que j'aime (oui quelque soit la forme d'attachement) aille bien ou mal. Par contre, oui, il y a des priorités et tout attachement implique une "dépendance". Celui ou celle qui n'accepte aucune dépendance et qui considère que consacrer du temps à autrui c'est faire un sacrifice, alors je ne peux pas me sentir bien avec.

Personne ne m'oblige à valoriser un lien avec une personne importante à mes yeux, donc je ne peux pas me sacrifier.

aviatha
Mais tenir aux gens implique à mes yeux un certain nombre de contraintes, qui ne sont au final que le pendant de tout ce qu'ils nous apportent en étant dans notre vie. Des contraintes parfois lourdes, mais pour moi l'amour, quelle que soit sa forme, a, aussi, ce visage là.

C'est un beau, magnifique visage, empli de sincérité et de naturel.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 02 avril 2015 à 17h00

bonheur
Perso, quelqu'un qui me malmène et qui se fout royalement de moi (oh pis oui, oh pis non, et puis on verra bien au dernier moment, des fois que j'ai plus passionnant)... j'aurai aussi l'impression que l'on ne tient pas à moi. Après, il y a un minimum de savoir vivre et de politesse...

Ben oui, et ça fait partie de ce que j'appelais plus haut "rendre un minimum de comptes" !

Donc il me semble qu'au final on est d'accord...

Après, je peux aussi accepter que la personne n'est pas fiable, et maintenir un lien, mais déjà je ne l'accepte pas de tout le monde, et puis je ne peux pas avoir une relation très impliquée avec quelqu'un qui n'est pas suffisamment fiable ; par exemple qui change d'avis sans me prévenir, ou trop souvent à la dernière minute.

Mais bon, j'ai dû expliquer ça environ 50 fois sur le forum depuis que j'y suis, et j'ai comme une impression de déjà-vu là...

aviatha
Je dirais, "tenir à quelqu'un ce n'est pas se sacrifier pour lui sans nécessité".
[...] Mais tenir aux gens implique à mes yeux un certain nombre de contraintes, qui ne sont au final que le pendant de tout ce qu'ils nous apportent en étant dans notre vie. Des contraintes parfois lourdes, mais pour moi l'amour, quelle que soit sa forme, a, aussi, ce visage là.

Ca me paraît juste évident.
Ensuite, on ne place peut-être pas tous la nécessité au même niveau.

Pour moi les questions de vie ou de mort ne se posent même pas !

Un jour lors d'une discussion, un pote m'a dit en gros que la question qu'il se posait pour savoir s'il aimait vraiment, profondément quelqu'un c'était "Si elle ou il en a besoin, est-ce que je lui donne un rein ?"

Ce jour-là, je me suis rendue compte qu'en fait j'avais grosso modo le même critère...!

#
Profil

bonheur

le jeudi 02 avril 2015 à 20h03

Lulutine
Donc il me semble qu'au final on est d'accord...

Je crois tout de même que l'on n'a pas du tout les mêmes notions et pas seulement sur ce plan. Je ne me reconnais jamais dans ton discours qui globalement ne me "conviendrait" pas. Ca n'a pas d'importance, étant donné que cela n'impacte pas ma vie. J'évolue également dans les amours plurielles depuis quelques années maintenant (depuis 8 ans en fait, déjà :-D ). Les opinions divergentes ne me dérangent pas.

Par exemple, pour moi "rendre des comptes" équivaudrait à devoir se justifier dans son attitude. Perso, par rapport à mes relations secondaires (et aussi très peu par rapport à ma relation principale), je ne demande pas de justifications. Ils mènent leurs vies sans moi au quotidien, et non donc rien à me justifier. Sans que s'ils me disent "j'avais déjà quelque chose de prévu" c'est différent que de me répondre "super ce serait une bonne idée" et décommander au dernier moment comme dans le cas qui est à l'origine de cette discussion. D'ailleurs en général, on me non ou on me dit oui car avec ceux qui m'ont malmenés à ce niveau là, j'ai rompu purement et simplement.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 03 avril 2015 à 00h20

bonheur
Par exemple, pour moi "rendre des comptes" équivaudrait à devoir se justifier dans son attitude.

Ce n'est pas du tout comme cela que je l'entends, en fait. Je n'ai peut-être pas choisi la meilleure expression mais ce que tu dis par la suite, je suis plutôt d'accord avec !

Ce dont je parlais, c'est plutôt du genre prévenir quand on se décommande, ou ce genre de trucs...bref rien de plus "normal" mais...pour certains ça n'est pas "naturel" visiblement.

Il y a aussi ne pas attendre de l'autre qu'il/elle respecte sa part d'un accord lorsqu'on n'a pas respecté la notre : "Non finalement je ne vais pas pouvoir faire comme ça mais...toi, tu fais toujours comme on a dit hein ?"

(Ma réponse en général : "Ben non je ne sais pas du coup, tu changes les données donc je ne peux pas te répondre "oui" comme ça !" et...y a des gens qui le prennent mal, bizarrement, d'apprendre que je ne suis pas à disposition ! Mais tu sais ça aussi bien que moi, tu l'as probablement vécu aussi ? Le côté "pratique" c'est que je n'ai pas eu à rompre avec eux, ils sont partis d'eux-mêmes quand ils ont compris que je n'étais pas un objet dont on disposait comme ça...le tri se fait tout seul !)

#
Profil

Laurenzo

le vendredi 03 avril 2015 à 00h32

Le dilemme dans cette histoire c'est qu'aujourd'hui je me pose plein de questions. Qu'est ce qu'à fait qu'on en est arrivé lá.... Si elle préférait passé du temps ailleurs, c'est que quelque chose ne lui convenait pas ou bien était elle tout simplement fausse avec moi ou c'est elle servi de cette argument de concept polyamour pour ce détacher de son ex mari et maintenant que c'est le cas officiellement (divorce lancé) elle n'a plus besoin de moi...
Oui je suis désolé mais je suis quelqu'un qui se remet tjs en question....

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 03 avril 2015 à 00h38

Laurenzo
Oui je suis désolé mais je suis quelqu'un qui se remet tjs en question....

Tout ce que tu dis avant laisse penser que c'est elle qui est en cause (c'est pas un jugement, c'est factuel : c'est elle qui n'avait pas plus envie que ça de te voir, ça n'a rien à voir avec toi).

Et tu conclus en disant que c'est toi que tu remets en question ?

Comprends pas la logique....

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 avril 2015 à 01h18

Laurenzo
Le dilemme dans cette histoire c'est qu'aujourd'hui je me pose plein de questions. Qu'est ce qu'à fait qu'on en est arrivé lá.... Si elle préférait passé du temps ailleurs, c'est que quelque chose ne lui convenait pas ou bien était elle tout simplement fausse avec moi ou c'est elle servi de cette argument de concept polyamour pour ce détacher de son ex mari et maintenant que c'est le cas officiellement (divorce lancé) elle n'a plus besoin de moi...

Oui je suis désolé mais je suis quelqu'un qui se remet tjs en question....

J'ai vécu la même situation il y a quelques temps. Souvent, dans ce cas de figure, on est juste l'excuse pour déclencher un divorce d'un couple insatisfait: déclenché le divorce, l'excuse devient inutile et on peut s'en libérer.

Donc, tu n'y es pour rien. Seul point à veiller, évite de tomber dans le piège du "sauveteur des filles en détresse" (plus d'infos ici et ) Dans mon cas, le fait d'avoir passé par une telle situation m'a fait réfléchir sur mes vraies motivations: une foi su ce que je voulais (justement, ne plus être un sauveteur), j'ai pu faire une nouvelle rencontre et commencer une nouvelle histoire d'amour sur des bases plus saines! :-)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Laurenzo

le vendredi 03 avril 2015 à 07h40

Lulutine je voulais dire par là que dans mon esprit il y a tjs une cause á effet.
Si la personne que tu as en face de toi n'arrive pas à te donner plus d'explication, si tu ne te moques pas de cette personne comme c'est mon cas, alors tu t'interroges sur une question telle que qu'est ce qui nous a amené à cette rupture.

#
Profil

Laurenzo

le vendredi 03 avril 2015 à 07h48

Je me rappelle une foi qu'elle m'avait dit et je confirme ce dont elle me parlait, que nous avions vécu une NRE hyper puissante dés nôtre première rencontre, elle m'avait dit cela il y a un mois á peut prêt et au final pour me dire qu'elle aimerait vivre autre chose. J'en avais conclu qu'elle était déçu que cette NRE n'est pas durée plus longtemps et qu'elle souhaitait revivre cela avec une autre nouvelle personne...

#
Profil

bonheur

le vendredi 03 avril 2015 à 08h25

Laurenzo, j'en reviens à ce que je dis aujourd'hui d'une manière générale : prendre le temps (NRE ou pas) de côtoyer autrui avant de définir la relation comme pleine et entière.

Tu ne peux répondre à ces questions car tu n'auras jamais les réponses. Par contre, le fait que tu acceptes, toi, de te remettre en cause intérieurement et que tu dises avoir un part de responsabilité dans cette fin de situation, je trouve cela très saine. Sauf que dans relation : il y a deux.

Tu peux avoir de la réflexion sur le "je", pas vraiment sur le "tu" (puisque seul l'autre peut de fournir des réponses), et encore moins sur le "nous" puisque là, c'est un travail de réflexion en commun.

#
Profil

Laurenzo

le vendredi 03 avril 2015 à 12h46

Merci bonheur pour ce regard extérieur que tu me donnes, j'en prends vraiment bonnes notes...

#
Profil

bonheur

le vendredi 03 avril 2015 à 19h42

Je crois Laurenzo que pour avoir des relations satisfaisantes, le temps fait son oeuvre mais pas seulement.

Depuis le jour où j'ai compris aimer deux personnes simultanément, c'est à dire découvrir que mon ressenti pour cette personne extérieure à mon couple était d'ordre amoureux, alors que ma relation de couple était belle, pleine et entière (je n'avais donc aucune raison de remettre quoi que ce soit en cause), j'ai du réfléchir sur moi-même. Et ça c'est ce que l'on ne fait jamais, sauf si la "situation" l'exige. Ma relation principale a suivi cette démarche personnelle également, et nous avons enfin également, dans le même mouvement, évaluer le "nous". Nous avons recadré quelques petites choses, etc...

Et puis j'ai décidé de me prendre en main et d'en profiter pour tout remettre en cause. La notion de réveil fut importante pour moi. Huit ans plus tard, une soixantaine de livres plus loin, des relations insatisfaisantes pour l'expérience m'amènent aujourd'hui à vivre une relation de couple géniale et sortie des sentiers tout tracés et deux autres amours embellissent ma vie. Je connais l'une depuis 5 ans et l'autre depuis presque 3 ans. Dans les deux cas, la relation a mis le temps nécessaire afin d'installer l'amour d'une manière satisfaisante (j'espère également pour eux, il semblerait que oui).

D'ailleurs, je bénéficie, lorsque je suis mal, de trois regards extérieurs, et ça c'est génial aussi.

Mon pseudo ne me qualifie pas autant qu'il désigne tout cela : ce bonheur reçu et offert.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion