Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Elle est monogame exclusive, comment gérer ?

Poly/Mono
#
Profil

08ynoN

le mardi 09 novembre 2021 à 16h51

Bonjour à tous,

Je suis content d'avoir trouvé ce site après avoir lu le "Guide des amours plurielles".
Je vous explique, ça fait des années que je sens être capable de pouvoir aimer plusieurs personnes, mais mes croyances, mon entourage et mon éducation font que je me disais juste que j'avais un problème.

Pour le contexte, nous sommes mariés depuis bientôt 4 ans et j'ai rencontré ma femme il y a presque 9 ans, j'ai 32 ans et ma femme 30 ans, on a une petite fille.
En 2018, je suis arrivé dans mon nouveau travail et très rapidement, je me suis senti attiré par une autre femme. Attirance physique et elle avait un côté mystérieuse qui m'a attiré. Assez rapidement, j'ai fait connaissance avec elle sans avoir de "mauvaise pensée" et en 2019 on est arrivé à un point où je lui parlais tous les soirs (3 heures environ) et on s'envoyait des SMS la journée. Avec ma femme on s'était habitué à passer nos soirées dans la même pièce mais chacun sur son PC.
Cette relation a commencé à déranger ma femme qui me disait que je faisais passer ma collègue avant elle. Au final, j'ai commencé à avoir des sentiments pour ma collègue, je lui ai avoué en lui précisant que dans ma situation, rien ne changerait mais que je voulais être honnête avec elle, ma collègue m'a répondu qu'elle le voyait dans mes yeux. Sans me dire ce qu'elle pensait, elle m'a dit qu'en effet il y avait un feeling. Avec le temps et voyant ma femme malheureuse, je lui ai avoué également que j'avais des sentiments pour une autre personne mais que mon projet de vie je le voyais avec elle, qu'il n'avait jamais été question pour moi de la quitter ou de détruire notre famille.
Forcément, elle a eu beaucoup de mal à digérer, elle m'a demandé de rompre tous les liens avec ma collègue, sauf lien pro, ce que j'ai fait avec beaucoup de mal et par étapes. Au départ, j'ai arrêté de lui parler le soir, puis sous la pression, j'ai arrêté d'envoyer des SMS et plus j'allais dans ce sens, plus la relation avec ma collègue se dégradait.
On est maintenant 10 mois après avoir avoué à ma femme mes sentiments pour une autre, je ne parle plus à ma collègue avec qui on s'est pas mal pris la tête et où maintenant on se dit juste bonjour.

J'ai lu le Guide de Mme Simpère et ma femme l'a lu également et clairement, elle n'est pas du tout ouverte au polyamour. D'un côté je le comprends, d'un côté ça me rend triste car je suis comme ça. Elle voit ça comme du libertinage et ne comprend pas que je puisse vouloir/pouvoir m'enrichir au contact d'autres femmes. Très clairement, à mes yeux ce que j'ai vécu avec ma collègue aurait pu être une situation de polyamour en y mettant des règles car elle m'a apporté beaucoup de bonnes choses dans ma vie.

Est-ce que certains(es) d'entres vous sont passés par là ?
Est-ce que vous pensez que je vais de voir passer ma vie à ne pas être moi-même pour le bien être de ma femme ?

ynoN.

#

(compte clôturé)

le mercredi 10 novembre 2021 à 17h43

Bonjour !

Je me retrouve un peu dans ton histoire. Ce n'est pas la même chose de mon côté, mais la finalité reste la même.
Mon mari et moi avons décidé il y a un an d'ouvrir notre couple et de découvrir le libertinage. C'était au départ que pour pimenter notre vie sexuelle ( qui se portait très bien ). Nous n'y connaissions rien. Nous avions tout à apprendre. Nous ne connaissions pas non plus le polyamour. Notre règle, c'était a 4 ou rien. C'est a dire qu'on voulait rencontrer des couples et passer des moments a 4.
Notre première expérience a été très forte. Tellement forte que je suis tombée amoureuse de cet homme. Nous parlions chaque jour. J'étais très attachée à lui. Et mon mari était aussi attaché à cette femme donc tout se passait bien. Et de leur côté ils ont sans doute eu peur de cet attachement commun, et ils se sont éloignés. J'ai vécu ça comme un chagrin d'amour. Je ne connaissais toujours pas le polyamour.
Nous avons eu quelques autres expériences, des coups d'un soir comme on dit.
Puis une nouvelle. Et là encore, c'était une relation suivie, a 4 ou rien. Et là encore, je me suis vite attachée à cet homme. Ils étaient eux, polyamouerux. C'est a partir de ce moment là que j'ai lu tous les bouquins possibles sur le polyamour, que j'ai découvert ce forum, que j'ai pris conscience que j'étais tombée amoureuse du premier homme, tout en aimant toujours autant mon mari.
Pendant cette dernière relation, mon mari n'était pas attiré plus que ça par cette femme. Et dans le même temps, le premier couple est revenu vers nous, ou plutôt, le premier homme est revenu vers moi. Des mois après, je ne l'avais pas oublié. Il m'a dit que lui non plus et qu'il aimerait pouvoir passer du temps avec moi, si mon mari et moi étions ok avec ça.
Mais c'en était trop pour lui. Mon mari n'a pas supporté ces 2 relations, n'a pas supporté de voir que ces 2 hommes prenaient de plus en plus de place dans mon coeur, et il m'a demandé y mettre un terme. Il a beaucoup souffert de tout ça. Il ne comprend pas qu'un autre homme puisse m'apporter quelque chose que lui pourrait m'apporter. Il ne supporte pas l'idée que j'aime plus faire ci où ça avec un autre qu'avec lui. Il ne comprend pas que je puisse penser à un autre sans l'oublier lui. Alors que je.fais tout pour le rassurer.
On a finalement coupé les ponts avec ces couples, et moi avec ces hommes, il y a quelques semaines. Il se sent mieux.
De mon côté, j'y pense un peu moins. Mais je sais qu'au fond de moi je suis polyamoureuse, je sais que je serais épanouie dans ce mode de vie.
Mais ce n'est pas le cas de mon mari, qui est pourtant très ouvert d'esprit. Mais ça, c'est trop pour lui. J'ai pensé pendant un moment qu'avec le temps, il pourrait changer d'avis, et comprendre que cette façon de voir la vie et l'amour, c'est possible, mais je crois que c'est peine perdue.
Alors je préfère mettre mes sentiments de côté, et privilégier notre couple, notre famille, notre vie.
Seul l'avenir nous dira si mon choix était le bon. Je l'aime éperdument, je ne veux pas le perdre, et j'espère pouvoir mettre cette petite partie de mon cœur qui aimerait découvrir pleinement le polyamour, de côté.
Je te souhaite de trouver la solution de ton côté. Je t'envoie tout mon soutien, plein de courage. Les sentiments, c'est pas simple à maîtriser, l'amour c'est pas simple à apprivoiser. Mais c'est ça qui rend la vie plus belle, plus intense, et moins terne.

#

Jean Pouldeau (invité)

le mercredi 17 novembre 2021 à 09h37

@Auteur du post:

Ce qui est flippant dans l'affaire, c'est que pas un instant tu n'évoques l'impact terrible que tu as eu sur ta collègue. Ta femme aussi l'a impactée très fort par réaction à ton incompétence égocentrée. Même en te détachant de ta collègue "par étapes", ton texte ne laisse pas un seul instant entendre que c'était pour ne pas qu'elle souffre, mais montre tout du long que c'était pour TOI que tu faisais ça, sous la pression implacable de ta femme qui bien que victime, est aussi devenue bourreau.

N'oubliez pas la règle de base les gens : En théorie on peut tout faire relationnellement, mais la priorité c'est de NE PAS FAIRE SOUFFRIR LES AUTRES en poursuivant nos désirs. Si je poursuis un désir et qu'il doit en résulter une part de souffrance, je dois renoncer à ce désir s'il est encore temps ou bien faire basculer la charge de la souffrance sur moi, pas la larguer sur les autres. Ce dernier point a aussi l'avantage d'être un fort incitateur à faire les choses proprement et à monter en compétences.

Ne pas faire souffrir autrui et soi-même quand on joue aussi fortement avec les cordes sensibles des personnes que le fait le polyamour, ça requiert de développer une capacité de prévision et d'observation, au delà de l'évidente capacité à lire en soi et communiquer avec grande précision.

La contrainte première, insistons, c'est d'éviter la souffrance, et ça passe avant la poursuite active des désirs. Sinon on réduit le bonheur général. Est-ce bien l'impact que l'on veut laisser sur le monde ?

"J'ai fait atrocement souffrir 10 personnes dans ma vie parce que je voulais être heureux, puis j'ai rendu 2 personnes heureuses parce qu'elles ont eu la chance de rester alignées avec mon bonheur jusqu'au bout, et puis je suis mort."

The End. Fier de moi.

@Deuxième post :

>> "De mon côté, j'y pense un peu moins. Mais je sais qu'au fond de moi je suis polyamoureuse, je sais que je serais épanouie dans ce mode de vie."

Tu crois ça ? Que dirais-tu d'une situation où ton mari a un harem de trois femmes et toi pas un seul autre homme que lui ? Car c'est la situation qu'il vivait. Es-tu bien sure que toi, tu t'y trouverais épanouie ?

Si oui, le serais-tu encore si ton mari était un autre, avec une autre dynamique de relation où c'est toi qui l'aimes un peu plus qu'il ne t'aime ?

#
Profil

08ynoN

le mercredi 17 novembre 2021 à 11h00

@ la personne avec le compte clôturé : si tu passes par là, merci pour ton retour, je comprend ce que tu veux dire par :
"Mais je sais qu'au fond de moi je suis polyamoureuse, je sais que je serais épanouie dans ce mode de vie."
J'ai la même vision et de mon coté je suis prêt à accepter la même chose si ma femme en ressentait le besoin.

@jean Pouldeau :
Merci pour ton retour, je te rejoins sur le fait que dans la situation, j'ai été égoïste à certain moment et c'est bien qu'une personne externe me le redise. Là où je ne te rejoins pas, c'est que je n'ai pas tout fait pour moi, j'ai beaucoup résumé dans mon 1er post mais j'ai eu des discussions avec ma collègue et ma femme sur le sujet, je pensais faire bien ou dire bien mais j'ai manqué de recul trop souvent. A la base, et plus je connaissais ma collègue, plus j'avais envie de lui apporter du positif dans sa vie, ça a toujours été mon moteur, l'a faire rire, l'aider, la protéger... et je ne pensais pas que je pourrais tomber amoureux d'elle, c'est nouveau pour moi, être amoureux d'une autre personne que sa femme. C'est vraiment avec les sentiments que je pense avoir vrillé. Le fait de l'avoir avoué à ma collègue n'était pas une bonne chose et ça je le regrette énormément, je regrette aussi de l'avoir caché bien trop longtemps à ma femme. En effet, je ne vois pas le polyamour comme souffrance envers les autres mais plutôt comme quelque chose d'enrichissant, bienveillant pour tous.

Depuis mon dernier message, on a pu s'expliquer avec ma collègue et elle s'est enfin libéré en me disant ce qu'elle n'avait pas apprécié, que pour elle ça a été dur. A 90% ce qu'elle me reprochait venait de ce que lui avait dit ma femme mais elle m'associait à ça. Au final, avec ma collègue, nous allons nous parler juste pour le boulot et comme elle m'a dit, ça ne sera jamais plus et jamais comme avant.

Actuellement, il y a des jours où je vis mal car j'ai l'impression de jouer un rôle, de ne pas être moi-même, j'aime ma femme et je ne veux pas la perdre. Je suis perdu et je ne sais pas comment agir avec elle, lui parler de mon mal être, l'enfouir pour ne pas la tracasser avec ça... ?

#

Jean Pouldeau (invité)

le mercredi 17 novembre 2021 à 19h14

@08ynoN

Ça fait plaisir à lire :) Tu serais donc une bonne personne qui a pêché par incompétence et/ou inconséquence, qui s'en veut, et qui y repensera sans doute encore dans très longtemps. *

C'est là que je me retourne contre moi-même et les gens qui donnent des "conseils" à des personnes dont ils ne savent que l'équivalent de 5 paragraphes. On parle du fond de notre cul. Cela dit dans mon cas, je pensais pas que tu lirais ce message et j'écrivais surtout pour poser des concepts dont j'espère qu'ils inviteront au moins un lecteur à la réflexion.

.

>> "Actuellement, il y a des jours où je vis mal car j'ai l'impression de jouer un rôle, de ne pas être moi-même, j'aime ma femme et je ne veux pas la perdre. Je suis perdu et je ne sais pas comment agir avec elle, lui parler de mon mal être, l'enfouir pour ne pas la tracasser avec ça... ?"

Tu veux dire que tu as l'impression de jouer un rôle avec ta collègue (lui cacher que tu l'aimes) ou bien avec ta femme (avoir accepté pleinement d'être en couple exclusif avec elle) ?

Si c'est avec ta collègue, n'est-ce pas un peu obligé de lui cacher puisque ta femme ne veut pas que vous concrétisiez ? Si c'est avec ta femme... Il m'est impossible de suggérer une solution car je la connais pas. Tout dépend de ce dont tu veux parler (que tu as vécu ça comme un chagrin d'amour ? que tu as un fort désir d'ouvrir votre relation même avec une autre que ta collègue ? ... ?), de comment elle pourrait réagir aux informations et aux doutes que tu formulerais, et de l'avantage net global qu'il y aurait à ces discussions. Tu veux sans doute pas abîmer ta relation avec elle.

Certains conjoints préfèrent tout entendre et en sont capables sans que ça ne mette en danger la stabilité et l'intensité de la relation, d'autres pas du tout. Si ton problème actuel est le deuil de la relation avec ta collègue et que tu n'es pas sûr de la réaction de ta femme, peut-être peux-tu te confier à quelqu'un d'autre ? Si ton problème c'est que tu vis mal l'idée de ne pas ouvrir ton couple, c'est nettement plus délicat. ^^

Si enfin ton problème c'est que non finalement t'arrives pas à te passer de ta collègue et tu la veux... N'est-ce pas trop tard ? Quand bien même ta femme ferait un 180°, ta collègue accepterait-elle l'humiliation possible de céder de nouveau après avoir été jetée, et cette relation pourrait-elle être saine ? Si la réponse est "probablement pas", y a-t-il autre chose à faire que renoncer et faire le deuil de cette histoire ?

Enfin bon, mes questions ne valent pas grand chose car je ne sais rien sur rien de votre situation.

* Ta femme peut-elle en dire autant, cela dit ? :D

#
Profil

08ynoN

le mardi 23 novembre 2021 à 11h22

@ Jean Pouldeau
Quel plaisir d'avoir un discours et des questions qui me font beaucoup réfléchir, merci pour ça et rassure toi contrairement à ce que tu as noté à la fin, tes questions ont beaucoup de valeurs.

Je ne sais pas si je suis une bonne personne, je sais que je n'en suis pas une mauvaise, ma femme, quand à elle, me met sur un piédestal et je ne veux surtout pas jouer de cette position dominante sur elle.

Concernant mon impression de jouer un rôle, c'est avec les 2.
Ma femme connait maintenant ma position sur le sujet et sait que j'aimerais que l'on puisse s'ouvrir à d'autres personnes et pas forcément avec ma collègue mais elle reste sur sa position (ce que je peux comprendre). Donc maintenant, et là où j'ai l'impression de jouer un rôle avec elle c'est que je cache mon mal être vis à vis de cela. Des fois, elle le remarque et je lui dis juste que je suis fatigué mais ça me ronge à l'intérieur et c'est ça qui est compliqué, si je lui en parle, je vais avoir l'impression de la forcer à accepter ce qu'elle ne veut pas et si je le garde pour moi, je ne suis pas moi-même.
Pour ma collègue, c'est à la fois facile car il suffit juste que je n'aille pas la voir (j'ai très peu d'interaction avec elle pour mon travail) mais c'est aussi extrêmement compliqué car avec le petit recul que j'ai, je suis accroc à elle, elle hante mes pensées et elle m'a toujours passionné, c'est une bonne personne.
J'ai la même vision que toi concernant son humiliation, je l'ai déjà beaucoup trop blessée, je ne veux tellement pas lui faire plus de mal. Je pense qu'en effet c'est trop tard et qu'il faut que j'en fasse le deuil. Elle sera mieux sans moi dans sa vie.

N'hésite pas à continuer ta réflexion sur le sujet, je ne doute pas que ça en aidera d'autres que moi.

#
Profil

Rosita

le mardi 23 novembre 2021 à 14h22

Bonjour 08ynoN

Je me retrouve dans tout ce que tu écris.
Je suis une femme, mariée a un homme merveilleux, que j'aime profondément. Mais aussi amoureuse d'un autre homme depuis quelque temps. Et mon conjoint, bien qu'au courant de l'évolution de mes sentiments pour cet homme, n'approuve pas et n'accepte pas cette deuxième relation. Ce que je comprends parfaitement. Mais c'est difficile à vivre au quotidien, refouler mes sentiments, essayer de ne pas y penser, mais ne faire que ça finalement. Je comprends tellement ce que tu veux dire quand tu écris "Actuellement, il y a des jours où je vis mal car j'ai l'impression de jouer un rôle, de ne pas être moi-même, j'aime ma femme et je ne veux pas la perdre. Je suis perdu et je ne sais pas comment agir avec elle, lui parler de mon mal être, l'enfouir pour ne pas la tracasser avec ça... ?" J'ai le même ressenti que toi.
Je serais contente de pouvoir échanger avec toi sur ce sujet. Tu peux m'envoyer un mail si tu le souhaites, j'y répondrais avec beaucoup de plaisir.

@jean pouldeau

Jean Pouldeau

@Deuxième post :

>> "De mon côté, j'y pense un peu moins. Mais je sais qu'au fond de moi je suis polyamoureuse, je sais que je serais épanouie dans ce mode de vie."

Tu crois ça ? Que dirais-tu d'une situation où ton mari a un harem de trois femmes et toi pas un seul autre homme que lui ? Car c'est la situation qu'il vivait. Es-tu bien sure que toi, tu t'y trouverais épanouie ?

Si oui, le serais-tu encore si ton mari était un autre, avec une autre dynamique de relation où c'est toi qui l'aimes un peu plus qu'il ne t'aime ?

Je suis exactement dans le même cas que cette personne, et je vais me permettre de te répondre à sa place. Si mon conjoint souhaitait demain faire de nouvelles rencontres, et tombait amoureux d'une autre femme, je le laisserai vivre pleinement cette histoire. Ou même ces histoires s'il y en avait plusieurs. Je pense qu'avec des règles fixées en amont, si tout le monde est honnête et bienveillant avec les autres, je suis persuadée que ça peut fonctionner. Ce que je souhaite avant tout, c'est le bonheur de mon conjoint, qu'il soit heureux.
Et dans mon cas, je ne suis pas convaincue par le "je l'aime un peu plus qu'il m'aime". On s'aime. Point. Il n'y a pas de curseur a mettre sur cet amour.

#
Profil

08ynoN

le mardi 23 novembre 2021 à 16h23

Bonjour @Rosita
Merci beaucoup pour ton retour, c'est toujours réconfortant de ne pas se sentir seul.
Je te rejoins sur le "essayer de ne pas y penser, mais ne faire que ça finalement", ça m'arrive constamment, c'est dur de décrocher mentalement.

Je te rejoins sur la seconde partie de ton message, si ma femme me disait qu'elle ressentait le besoin de voir d'autres hommes, que ce soit 1 ou 10, je lui laisserais la liberté nécessaire pour qu'elle se sente heureuse et épanouie.
Et je pense que c'est ce côté qui est compliqué pour nous, car on se sent capable de ça donc au fond de nous, on espère que notre moitié ait la même vision.

#
Profil

Bequelune

le mercredi 24 novembre 2021 à 11h29

08ynoN
Je te rejoins sur la seconde partie de ton message, si ma femme me disait qu'elle ressentait le besoin de voir d'autres hommes, que ce soit 1 ou 10, je lui laisserais la liberté nécessaire pour qu'elle se sente heureuse et épanouie.

Je dirais que c'est facile d'affirmer cela tant que c'est théorique, mais si un jour votre compagne vivait concrètement une autre relation, il est très fort probable que vous traversiez vous aussi une ou plusieurs période(s) de doutes, de jalousie, de difficultés. Et c'est bien normal. L'envie intellectuelle ne détermine pas forcément la mise en œuvre émotionnelle.

*

Pour votre question de départ qui me parle un peu, même si je ne suis pas exactement dans la même situation, je pense que vous avez fait face à un choix difficile car il n'y avait aucune solution parfaite. Ce choix (privilégier la vie avec votre compagne), vous l'avez assumé, et c'est très bien que vous ayez pu reparler avec votre collègue, mieux lui expliquer votre ressenti, et voir aussi comment elle l'avait vécu. D'ailleurs, est ce que de son coté il y avait aussi une attirance ?

Si vous avez besoin de parler de votre mal être, votre femme n'est peut -être pas la personne la mieux placé pour vous entendre. Il faudrait trouver quelqu'un d'autre, un-e ami-e, voire un professionnel type psychologue ou conseiller conjugal. En soi, venir poser des mots ici est déjà une bonne première étape.

Ensuite, ce qu'il vous faudra établir (mais sans doute seul le temps vous aidera à y voir plus clair), c'est si cette envie de relations plurielles est générale et qu'elle se reproduit plusieurs fois à l'avenir avec d'autres gens, ou si elle est juste liée à cette rencontre avec une personne en particulier.

#
Profil

08ynoN

le mercredi 24 novembre 2021 à 14h56

@Bequelune : Merci pour votre retour.
En effet, ça ne reste que théorique pour le moment mais je souhaite tellement le bien de ma femme que j'ai cette certitude, peut-être que j'aurais du mal à gérer, ça je ne peux pas encore le savoir.

C'est exactement ça, il n'y avait pas de solution parfaite. C'est tellement frustrant de vouloir apporter du positif à des personnes que l'on aime pour au final ne réussir que l'inverse. Du côté de ma collègue, elle m'a juste dit qu'il y avait un vrai feeling. Par contre, elle a avoué à ma femme quand elles se sont parlés qu'elle avait des sentiments également. Je m'en doutais un peu, ça se sentait à travers ce que l'on se disait mais elle s'est toujours refusée de me le dire.

Je suis d'accord, ma femme n'est pas la mieux placée pour m'aider sur le sujet et c'est pour ça que j'évite de lui dire quand ça ne va pas. Ce forum m'aide justement à mettre des mots sur mon ressenti et j'en parle actuellement en MP également.

Oui le temps m'aidera à y voir plus clair. Je sais que le déclencheur de ça a été mon expérience avec ma collègue, ça c'est certain. Maintenant, dans ma vision, je me dis justement que si quelque chose de semblable devrait se produire, j'aimerais pouvoir vivre cette histoire librement et en toute transparence envers ma femme.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion