Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Cette page est étiquetée ICRA pour la protection des enfants.

Sur le consentement

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 novembre 2013 à 11h57

RIP
Je pourrais faire l'effort de situer tes propos dans l'ensemble des propos que tu as tenus sur ce forum,

Je crois que tout est dit.

#
Profil

oO0

le dimanche 24 novembre 2013 à 19h37

Si c'est ce que tu crois, Lulutine, c'est ce que tu veux croire, soit un choix d'interprétation dont la responsabilité t'appartient. Bien communiquer, c'est aussi arriver à minimiser les efforts demandé à son interlocuteur pour qu'il comprenne et là, désolé, mais tu m'en demandes trop.

Sinon, oui, je pourrais faire l'effort de chercher du positif comme tu le pourrais aussi sans avoir revenir sur l'ensemble de ma participation sur ce forum. Encore une fois, l'estime que tu as de ta confiance en toi fait plaisir, par contre, les aspects relationnels que tu évoques ne me semblent toujours pas - avec toute la meilleure volonté du monde - souhaitables. En tous cas, pour ma part, je ne souhaite pas voir une de mes relations prendre ce genre d'aspects que je qualifierais de toxiques. Parmi tous les aspects de ta relation avec ton ex ou de tes autres relations, j'imagine qu'il y en avait de meilleurs et que tu ne peux pas ne pas être consciente du choix des aspects de votre relation que tu as partagé.

LuLutine
A certaines occasions, j'ai donc vraiment eu le sentiment que beaucoup n'ont pas une culture du consentement, comme j'ai tendance à me dire que cela serait souhaitable pour bien vivre ensemble.

Je pourrais faire l'effort d'être positif là où tu ne le fais pas sachant que tu es capable de le faire, mais je n'en ai pas le courage. Cela fait plusieurs semaines que j'essaie d'arriver à entretenir des échanges dans une atmosphère respirable, soit loin des aspects toxiques que peuvent prendre les relations humaines quelles qu'elles soient et avec qui que ce soit.

RIP
Ici, pour une fois, j'ai envie de ... me sentir dans un environnement où autrui a le droit de se voir prêté un minimum décent de sens du consentement.

De l'air, c'est tout ce que je demande, de l'air respirable. Je suffoque déjà moi-même à faire l'effort d'envisager ce que l'existence a de positif, je me vois mal faire en plus cet effort pour d'autres aussi sympathiques soient ces autres et même si le fait qu'ils soient sympathiques fait partie desdits aspects positifs de l'existence.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 novembre 2013 à 20h17

Toi aussi, si tu espères que je comprenne tes phrases obscures, tu m'en demandes trop.

Tu es le seul sur ce forum dont je n'arrive pas à comprendre la moitié des formulations.

Chances are, we did not understand each other at all. Le problème est là, on ne parle pas la même langue, car je pense qu'au fond, on partage le même point de vue.

Je ne suis pas quelqu'un qui me focalise sur le négatif, très loin de là. Mais si tu n'as pas assez d'air ici, désolée de te dire que ce n'est pas à toi de décider ce que les autres peuvent dire ou non, et qu'il te faudra trouver un autre endroit pour aller respirer.

#
Profil

oO0

le dimanche 24 novembre 2013 à 20h46

GreenPixie
@ RIP :
Et si tu souhaites ( à juste titre ) que l'on développe une discussion sur tout ce que peut avoir de positif le consentement (et en effet, cela existe !), alors à mon humble avis il faudrait parler ensemble, notamment, de communication relationnelle, et d'intelligence émotionnelle et/ou relationnelle (voir les livres de Daniel Goleman * à ce sujet, et qui portent ces titres) .

Voilà, c'est cela, entre autre exemple. D'ailleurs, j'ai plusieurs fois commencé à lire son ouvrage principal, mais il m'a toujours glissé entre les mains. Des ouvrages plus pressants à lire et, chaque fois, je finissais par le prêter sans jamais le revoir. Cependant, vu le degré de mécompréhension actuel, j'ai juste l'impression que le langage conceptuel ne va faire qu'ajouter d'autres mécompréhensions. Ensuite, comme toutes les ressources sont limitées, ressources humaines y compris, j'ai atteint ma limite là. Je ne peux pas sortir ça :
/discussion/-LC-/Sur-le-consentement/#msg-58518
- pour me ramasser ce qui suit en réponse. J'investi du temps et de l'énergie pour ouvrir une voie vers ce qui il est possible de dire de positif et, de fil en aiguille, le négatif s'accumule de manière exponentielle.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 novembre 2013 à 20h59

Paille, poutre, tout ça... Bref. Je ne vais pas non plus perdre mon énergie, je ne te lirai plus, ça sera plus simple.

#
Profil

oO0

le mardi 26 novembre 2013 à 02h28

Paille, poutre, la n'est pas la question en effet.

Bien que je ne m'y prenne pas de la manière la plus saine qui soit, je n'en pense pas moins qu'il est nécessaire à un moment donné de séparer l'échange de vécus sains, de vécus malsains. C'est tout ce que j'essaie de faire comprendre. Concrètement, cela signifie, par exemple, que les premiers posts de ce fil méritent de recevoir en retour des vécus qui s'en rapprochent le plus possible, tout comme je pense que cet autre post de Maia qui a été recemment déterré ne mérite pas d'être enfouis dans un flot d'échanges dont les sujet n'inspirent aucune confiance ou peu.

L'intimité d'une chambre a le plus souvent des murs pour la protéger de la violence du dehors qui s'y invite déjà trop souvent et je pense qu'échanger a son sujet nécessite également des murs. De plus, une relation mutuellement consentie n'a rien d'évident pour autant. Même si elle repose sur la confiance, la confiance qui y est consentie n'en est pas moins éprouvées par des doutes, des peurs, des événements, des défauts, des erreurs, des échecs et j'en passe. Et malgré tout cela, cette confiance cherche souvent à être encore consentie de part et d'autre. Il ne s'agit que de petites victoires en apparence insignifiantes, mais ce sont ces petites victoires qui créent un réel climat de confiance car la vie y est possible, même si elle n'y est pas facile.

Ce que l'humanité a de plus effroyable ne peut être tu, certes, mais cet effroi ne peut pas faire taire ce qui vaut la peine de s'y faire confiance tant en soi qu'aux autres.

#
Profil

ScottBuckley

le mardi 26 novembre 2013 à 08h51

Bon matin
(comme diraient des ami-es du Québec ;) ,

Voici si besoin le permalien du message de Maia (en cliquant sur dièse ' # ' dans son message à droite de son prénom cela ouvre ce lien direct) :

/discussion/-KI-/De-la-culture-du-viol-a-la-cultur...

* Il y a parfois des conversations ici qui n'arrivent pas à " s'entendre " par écrans interposés, alors qu'elles pourraient donner de belles choses ' dans la vraie vie ' (sans écran, autour d'un verre, dans un café par exemple).

Mais en creusant ensemble, je suis sûr que l'on peut trouver des manières de s'écouter différemment, et mieux. En tout cas elles existent.

#
Profil

LuLutine

le mardi 26 novembre 2013 à 12h57

GreenPixie
* Il y a parfois des conversations ici qui n'arrivent pas à " s'entendre " par écrans interposés, alors qu'elles pourraient donner de belles choses ' dans la vraie vie ' (sans écran, autour d'un verre, dans un café par exemple).

Mais en creusant ensemble, je suis sûr que l'on peut trouver des manières de s'écouter différemment, et mieux. En tout cas elles existent.

Oui sans doute, et puis le but de ma réponse initiale, c'était d'aller dans ton sens, en parlant de consentement actif. :)

Donc je le redis : j'apprécie que les gens en face de moi aient un consentement actif, quitte à contre-proposer, ce qui est tout-à-fait sain (d'ailleurs je n'ai jamais vécu de relation un minimum saine sans ce mécanisme de contre-proposition). Tu en connais toi, GreenPixie, des gens qui sont d'accord sur tout à 100% et à tout instant ? Moi pas (mais si c'est le cas, tu peux me les présenter ^^ ).

Donc, on va pouvoir repartir, merci.

#
Profil

juby

le mardi 26 novembre 2013 à 16h25

Oh!
"Par ailleurs, toutes ces demandes sont clairement plus simples à faire dans le cadre d'une relation où une certaine confiance est déjà instaurée. C'est vrai que c'est beaucoup plus difficile de manière générale de communiquer avec des personnes que l'on connait depuis peu. "
C'est un ajout très intéressant (l'ensemble du commentaire d'ailleurs, merci Maia!)
Ça me fait me souvenir, lors d'un de mes premiers rapprochements, un ami m'avait demandé: "jusqu'où on va?". Question toute simple, qui traduisait aussi la peur qu'il avait pour notre amitié, puis qui nous a mené sur une mise au clair de ce que je voulais, de ce qu'il voulait. Finalement, on a arrêté tout ça là, on ne cherchait pas du tout la même chose. Je garde de bons souvenirs de ce moment, et c'est un ami qui est resté très cher, quoiqu'on ait plus beaucoup de contacts, maintenant.
Mais c'était déjà un ami, profond, réel. Si on ne s'était pas connu, y serait-on arrivé?
Et vous, vagabonds du coeur? Qui nouez des relations au gré des occasions, vous faites comment pour communiquer?

#
Profil

oO0

le mardi 26 novembre 2013 à 17h49

LuLutine
Oui sans doute, et puis le but de ma réponse initiale, c'était d'aller dans ton sens, en parlant de consentement actif. :)

Donc je le redis : j'apprécie que les gens en face de moi aient un consentement actif, quitte à contre-proposer, ce qui est tout-à-fait sain (d'ailleurs je n'ai jamais vécu de relation un minimum saine sans ce mécanisme de contre-proposition). Tu en connais toi, GreenPixie, des gens qui sont d'accord sur tout à 100% et à tout instant ? Moi pas (mais si c'est le cas, tu peux me les présenter ^^ ).

Donc, on va pouvoir repartir, merci.

Si cela peut te rassurer, ce n 'est pas ça qui me met mal à l'aise. Je ne suis pas 100% d'accord pour autant sur la dynamique de contre-proposition, mais je suis beaucoup plus d'accord que pas d'accord. Je vais m'autoriser une nuance positive : une autre proposition n'est pas nécessairement une contre-proposition, mais peut simplement être une proposition alternative. Plus il y a de proposition, plus le champ des possibles s'élargit sans que ces promotions ne doivent nécessairement s'articuler sous le registre de la contradiction.

Le pouvoir et le droit de contradiction n'en demeure pas moins un gage de liberté nécessaire. Il y a des évidences qui me semblent tellement évidentes que ... je ne vois pas l'intérêt de leur donner forme de proposition et qu'elle reste à l'état de présupposition. En même temps on est là pour parler de ce genre d'évidence donc, oui, cela a sa place dans ce fil.
__________

J'aimerais bien répondre à ta question Juby, mais je ne suis pas dans cet état d'esprit.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 26 novembre 2013 à 20h07

juby
Et vous, vagabonds du coeur ? Qui nouez des relations au gré des occasions, vous faites comment pour communiquer ?

Dans mon cas, je me rends compte que j'ai tendance à être assez explicite (par exemple, quand quelqu'un me plaît). J'y vais franco, je ne joue pas les vierges effarouchées...

Et j'accepte en retour le oui comme le non (comme le "peut-être" aussi, même si j'avoue que c'est un peu plus compliqué pour moi à gérer). Par contre, j'ai je sentiment qu'il y a des gens que ça déstabilise, le fait de dire les choses, de ne pas rester dans le non-dit, le sous-entendu.

Après, je ne dis pas que je suis toujours 100% explicite dans tous les contextes. Disons que je pense l'être plus que la moyenne, et surtout avec des inconnus. Que ce soit pour connaître leur consentement ou donner le mien.

En fait, c'est (comme le disait Maia si je me souviens bien) dans une relation "établie" qu'il me semble intéressant aussi de repérer les dynamiques du consentement. Ce n'est pas parce qu'on se connaît bien qu'on se comprend sans se parler, par exemple ! :)
Mais ça, on a parfois tendance à l'oublier, et je ne fais pas exception...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion