Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Sexualité

Sexualités
#

Invité (invité)

le vendredi 25 mars 2011 à 21h49

Nouveau venu au PA, j'imagine que la règle dans les relations sexuelles, c'est l'usage obligatoire du préservatif.
Comment faites vous ?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 25 mars 2011 à 22h47

"Obligatoire", c'est pas tout à fait exact. Tout ne le monde ne ressent pas cette obligation...

C'est clairement ce qui est le plus sûr et le plus respectueux, avec les gens qu'on rencontre, et tant qu'on continue à avoir de nouveaux amants.
Mais personne ne va venir te mettre un pistolet sur la tempe au moment propice : il n'y a pas (toujours) de loi qui oblige les gens à faire attention à leur santé, à celle des autres, aux autres tout court, et là, pas de peine juridique qui encourage à réfléchir à la priorité de tout ça sur leur plaisir et l'usage impulsif de leurs parties génitales.
Je pense d'ailleurs pas qu'on puisse rendre les gens bons par la loi, on peut juste les dissuader de recommencer leurs conneries...

On a donc, au départ, que notre conscience pour faire les choses bien.
Et - théoriquement - un comportement amoureux qui pose comme priorité l'honnêteté et l'équité dans plusieurs relations devrait nous obliger à renouveler l'usage de notre conscience, oui.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le vendredi 25 mars 2011 à 23h39

Moi, je n'aime pas du tout le préservatif.
Mais il faut admettre que c'est dangereux, surtout dans le cadre du polyamour

Supposons que A couche avec B et C. Supposons que B couche avec D et E puis supposons que C couche avec F et G, etc, etc.

En suivant la chaîne de ce genre de configuration polyamoureuse (que l'on pourait qualifiée d'ouverte et de minimale), tu t'aperçois qu'au niveau du second maillon de cette chaîne, il y a déjà 7 personnes qui se refilent leurs virus. Mais la chaîne ne s'arrête pas là. Au troisième niveau, tu as 15 personnes, etc, etc, et on ne sait pas ou s'arrête la chaîne, peut-être même qu'elle s'étend sur tous les continents dans toutes les régions du globe. En clair, tu partage tes virus avec le monde entier.

Il peut y avoir des configurations polyamoureuses qui bouclent, par exemple :
A couche avec B qui couche avec C qui couche avec A, donc en théorie, le risque est limité, mais en pratique...

Le polyamour amplifie la question, mais ne la change pas sur le fond : on ne sait jamais vraiment qui couche avec qui.

Le mono amour est tout aussi dangereux, car il y a énormément de couples infidèles.

Moi je dis que c'est à chacun de décider. Moi je préfère prendre le risque de mourir trop jeune (enfin, j'ai déjà presque 50 ans), que de faire l'amour avec un préservatif, mais d'autres préfèrent le contraire.

Plus on est jeune, plus c'est dommage de prendre le risque, mais plus on jeune, et plus c'est dommage de ne pas savoir ce que c'est que de faire l'amour sans préservatif.

Il y a de nombreuses personnes qui disent que le préservatif ne change rien, mais je les soupçonne de ne pas être trop sincère, car ce n'est pas du tout mon vécu d'une part, et d'autre part il me semble que le contact des muqueuses joue un rôle non négligeable dans le rapport sexuel, je peux me tromper, je n'y connais rien, mais je me dis que si la nature a fabriquer les organes sexuels avec des muqueuses, au risque de justement transmettre les maladies dangereuses pour l'espèce humaine, ce n'est pas sans raison.

Ici tu as 22 pages de renseignements précieux et de disputes stériles sur ce sujet : /discussion/-he-/Prevention-mst-ist/page-1/

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

ladymarlene

le vendredi 25 mars 2011 à 23h47

Perso, je suis du genre à engueuler les filles qui ne l'exigent pas mais pour une fellation, je ne l'ai pas demandé.... Et c'était une double !!!!
Mais je pense que tu as tort, siestacorta : oui, rien n'oblige personne à faire attention à sa santé. Là, je te suis. Mais quand ça inclue la santé des autres, là, je ne te suis plus....

#
Profil

PolyEric

le vendredi 25 mars 2011 à 23h55

Tu sais, Siesta, il est le premier à dire qu'il faut être responsable.

Il dit juste que cette responsabilité n'est pas rendue obligatoire par la loi (ou très peu) et que même si elle l'était, ça limiterait un peu mais pas totalement le risque.

C'est pour ça, qu'il vaut mieux à mon avis, ne pas trop penser pour les autres, et déjà bien se concentrer sur soi. Si déjà on arrive à se maîtriser soi-même dans le feu de l'action, c'est déjà un exploit à part entière.

C'est facile d'engueuler les autres ou de crier haut et fort qu'il faut en mettre, mais quand on est dedans (ou sur le point de rentrer lol), on fait moins le malin, là.

#
Profil

ladymarlene

le samedi 26 mars 2011 à 00h03

Oui et c'est justement ce que je disais ! Dans une situation où normalement, il faudrait l'exiger, je ne l'ai pas fait !
Mais ça n'empêche qu'il FAUT le faire. Et je ne me pose pas en donneuse de leçons (vraiment pas mon genre) mais il FAUT quand même l'exiger.

#
Profil

PolyEric

le samedi 26 mars 2011 à 00h13

Moi j'exige le contraire.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 mars 2011 à 00h20

Rien ne nous oblige à penser aux autres.
Rien ne nous oblige à penser.
Alors... Ca se passe entre soi et soi.

Ce que je fais, c'est mettre un préservatif quand je n'ai pas test ET contraceptif (dans la majorité des cas, donc, je met cette capote... que ce soit clair).

Je décide ce que moi je fais, à partir de ce que je peux constater sur ce que l'autre fait, n'a pas fait ou ne peut pas faire. Et a priori ma cervelle s'arrète pas parce que mon zob démarre...

C'est ce qu'on a fait qui compte pour savoir si on fait le bien.
C'est pas nos intentions qui nous définissent : elles sont toujours généreuses et pures de toute façon ; puisqu'on en est le seul juge sur soi, et qu'on admet rarement désirer faire mal.
Ce qu'on a fait, ce qu'on a fait aux autres, c'est cela qui décide si on est bon ou pas (l'existence précède l'essence, pour ceux à qui ça cause).

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

PolyEric

le samedi 26 mars 2011 à 00h31

Ta philosophie me semble très au point.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 26 mars 2011 à 08h32

Chamfort disait ça de façon plus ramassée....
Jouir et faire jouir, sans que cela ne fasse de mal à personne : c'est là toute la morale.

#
Profil

ladymarlene

le samedi 26 mars 2011 à 10h19

Siestacorta
Chamfort disait ça de façon plus ramassée....
Jouir et faire jouir, sans que cela ne fasse de mal à personne : c'est là toute la morale.

J'adore cette citation !

#
Profil

LuLutine

le dimanche 27 mars 2011 à 16h24

A ce sujet, j'ai une petite question : si vous pensez raisonnablement que l'usage du préservatif n'est plus nécessaire, mais que votre partenaire, pour des raisons qui lui sont propres (et que, peut-être vous ne trouvez pas "valables"), souhaite continuer de l'utiliser...comment réagissez-vous ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 27 mars 2011 à 16h43

Ben moi je me plie à son désir tout en râlant...

Après faut voir ce que c'est pour toi une raison "pas valable", sur cette matière c'est délicat.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 27 mars 2011 à 16h54

Janis
Après faut voir ce que c'est pour toi une raison "pas valable", sur cette matière c'est délicat.

Pour moi ?

Ben, j'en sais rien.
Pour moi le simple fait de ne pas vouloir enlever le préservatif est une raison valable en soi... En gros, même si je ne voyais pas de raison d'en utiliser, si on me le demandait je le ferais.

Mais je me dis que quelqu'un qui considère qu'il n'y a aucun risque de grossesse non désirée ou de transmission de maladie estimera sans doute que les raisons de l'autre ne sont "pas valables".

#

(compte clôturé)

le dimanche 27 mars 2011 à 17h00

Ce qui est sûr c'est qu'à froid la décision de se passer du préservatif est plus difficile que celle de continuer. Dans un cadre poly, évidemment.
L'enlever c'est faire un pas de plus vers la confiance dans le partenaire, et c'est toujours prendre un risque, même microscopique. J'ai tendance à respecter sans nuance cette angoisse là chez mon vis à vis et à ne pas insister outre-mesure. Après tout, qu'est-ce qui lui prouve que je suis prudente, aussi bien pour les MST que pour la contraception ?

#

Invité (invité)

le dimanche 27 mars 2011 à 19h50

Merci pour vos réponses très éclairées qui m'ont beaucoup apportées.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion