Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Du désir pour l'un, mais plus pour l'autre

Sexualités
#
Profil

bliss

le vendredi 17 juin 2011 à 21h52

Tout est dans le titre. J'ai deux amoureux, l'un pour lequel j'ai énormément de désir, et l'autre plus du tout... Au début de la deuxième histoire, le désir pour l'un rejaillissait aussi sur l'autre, mais depuis quelques mois c'est le contraire... est-ce que cela vous ai déjà arrivé ? Est-ce que vous avez des "trucs" pour retrouver du désir ?

#

(compte clôturé)

le samedi 18 juin 2011 à 12h26

.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Angeo

le samedi 18 juin 2011 à 15h58

Je sais Bliss, ce n'est pas facile. La nouvelle relation peut être si forte qu'elle balaie l'ancienne...

J'essaie et réussis parfois à dépasser cette difficulté en me disant que ma partenaire la plus ancienne porte en elle la beauté de toutes les femmes, de LA FEMME...

Et à ce moment-là je fais l'amour à une "déesse", une femme idéale et ne suis plus focalisé juste sur la nouveauté, le mystère d'une partenaire plus récente avec la part de fantasmes qui s'y rattache...

Voici ce que je peux dire pour essayer de répondre à ta question...

#
Profil

oO0

le samedi 18 juin 2011 à 17h58

Faut voir aussi, la conception du désir.

La première expérience du désir est animée d'une curiosité impérieuse à laquelle il est difficile de résister. Aussi la première impression de ce qu'est le désir en fait une pulsion irrésistible, une nécessité impérieuse. Mais n'est-ce pas qu'une première impression ?

Personnellement, ce n'est pas à ce caractère pulsionnel du désir que je dois mes meilleurs moments, mais plutôt à ces moments où la pulsion laissait place à l'envie d'entrer en relation avec l'autre. Il est alors plus relationnel que pulsionnel, plus dans l'invitation que dans l'excitation, plus sensuel que sexuel, semblable à un cours d'eau apprivoisé. Il ne se manifeste plus avec l'impression d'être submergé par le désir, mais une envie de s'y immerger proche du délassement. Il devient l'eau qui dort et qui n'attend que d'être effleurée pour s'éveiller, se réveiller là où la pulsion et l'excitation sexuelle confine à l'insomnie. Il n'emporte plus comme des rapides, il porte comme un lac à condition de se laisser porter.

Personnellement, cela me fait rire que dès que le désir ne se manifeste plus avec une force irrésistible à laquelle la volonté ne peut résister s'installe le sentiment qu'il n'y a plus de désir comme si le propre du désir était de forcer la volonté. C'est comme attendre de soi quelque chose que nous refuserions d'attendre d'une personne extérieure à soi, attendre qu'une part de soi nous impose contre notre volonté de désirer alors que nous refuserions qu'une autre personne nous l'impose. Certes, oui, nous ne nous éprouvons pas selon notre bon vouloir, mais faut-il pour autant que le propre du désir consiste à briser toute résistance de la volonté ?

Enfin soit, personnellement, j'ai l'impression que notre conception actuelle du désir a tendance à privilégier une version aliénante. Et, Bliss, je te ferais remarquer que si tu n'éprouvais réellement plus de désir pour ton premier amoureux, tu ne te poserais pas la question de savoir comment le partager à nouveau avec lui. Ce n'est pas parce qu'il ne se manifeste plus de manière pressante, voire oppressante, qu'il n'est plus là...

... je pense juste qu'il a besoin d'être reconnu sous une forme plus légère et plus subtile, semblable à la pression de l'eau d'un lac qui n'a évidement rien à voir avec celle de rapides. Et, quelque part, c'est bon signe, signe de moins de pression entre vous deux.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

ladymarlene

le samedi 18 juin 2011 à 22h18

Ca me fait pareil avec l'échangisme, le mélangisme and co. Au tout début, ca relançait mais le quotidien reprend toujours ses droits.

#
Profil

bliss

le dimanche 19 juin 2011 à 15h26

.... merci à vous pour ces réponses.
RIP, mon souci c'est que je n'ai jamais été réellement dans cette force irrésistible, dans le torrent... mais toujours dans ce lac dont tu parles.. de par mon histoire et de grosses difficultés avec le sexe que j'ai dépassé grâce à des années de thérapies... donc, je suis bien embêtée... quand je dis plus de désir, c'est même plus envie d'aller vers l'autre, d'entrer en relation. Mais peut-être que cette situation bipolaire réveille mes peurs ancestrales, celles contre lesquelles j'ai lutté, que je croyais avoir "vaincues"... pas facile à vivre en tous cas.

#

jacpot (invité)

le jeudi 23 juin 2011 à 12h01

tiens moi c'est arrivé aussi ça, mon epouse a un amant, au début c était sexuel uniquement parait il, mais depuis elle en est amoureuse et un soir il n y a pas longtemps, elle a refuse de faire la mour avec moi et m'a dit' je ne t'aime plus, j'ai longtemps aimé Robert et toi en meme temps mais maintenant je ne t'aime plus c'est lui que j aime et je ne peux faire l amour quand je n'aime pas"on peut rester ensemble si tu veux a cause des enfants jusqu'à ce qu ils puissent se débrouiller seuls, tu peux te trouver une autre femme, ça ne me gêne pas, ça m'arrangerait meme plutôt, je vais aménager la chambre en bas et j irais y dormir , toi tu peux rester ici mais n amene pas de femme , fais ça en dehors, moi pareil je n'amènerais pas mon amant a la maison"
curieusement cela m'a excité et je lui ai répondu" bon ok mais tu peux toi si tu veux amener Robert ici ds la journée qd les enfants sont a l'ecolle, ça ne me dérangera pas, au contraire ça m'excitera detre cocu sous mon toit"elle m'a pris au mot et maintenant on vit en bonne harmonie cette situation,il vient la sauter souvent et je crois qu'il ya fusion de sentiments entre nous 3, nous pratiquons alors une sorte de polyamour..sexuel

#
Profil

oO0

le jeudi 23 juin 2011 à 21h38

Bliss, tu as droit de ne pas le sentir, c'est çà aussi le consentement. Si tu ne te donnes pas ce droit, quelque part, tu biaises ou tu forces ton consentement. Il n'est pas question de devoir conjugal, d'un devoir de satisfaire les besoins de l'autre. Cela n'est heureusement plus sensé avoir cours et, de toute façon, le plaisir par devoir, ce n'est plus le plaisir, ni pour l'un, ni pour l'autre.

Quoi qu'il en soit, tes propos implicitent qu'une part de toi souhaite retrouver ton premier amoureux, même si comme tu le fait remarquer tu ne le sens plus. Tu voudrais, mais tu ne le sens plus. Peu importe les raisons, respecte ce que tu ressens. Et quant à ces raisons, n'hésite pas à partager avec qui de droit les questions que te posent ce hiatus entre ce que tu voudrais et ce que tu ressens.

#
Profil

oO0

le jeudi 23 juin 2011 à 21h39

Aurais-tu des pulsions humoristiques, Jacpot ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion