Polyamour.info

aime_mi_trente

aime_mi_trente

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Moyens éprouvés ou à tester pour rencontrer d'autres polyamoureux

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 11 mars 2011 à 13h53

Adopte, je trouve ça plutôt bien, mais un des problèmes c'est que "tout le monde" y est... Y compris des amis qui n'ont pas forcément besoin de savoir qu'on est polyamoureux (le top étant quand je me suis fait draguer par ma pharmacienne un peu... gogole dirais-je ;-)

Pour la distance, c'est pas très compliqué si on n'y tient pas de n'échanger qu'avec des gens de sa zone...

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse ... qui se cherche toujours ...

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 11 mars 2011 à 13h36

Elfe66, j'ai connu à peu près le même genre de choses que toi (j'en ai parlé d'ailleurs sur ce forum). J'ai juste tenté d'aller plus loin que toi avec ma femme, qui a découvert mon autre histoire l'an dernier. Elle avait déjà lu un livre de Françoise Simpère, mais mise en face de la situation elle m'a dit ne pas pouvoir l'accepter. Elle m'a laissé entendre que si je me planquais suffisamment et que ça ne changeait pas ma disponibilité pour elle, ça devenait mon problème, mais qu'elle ne voulait pas en aucun cas le savoir.

Evidemment, c'est "l'autre", qui au bout d'un certain temps, n'a plus supporté les contraintes d'une telle situation, ce que je trouve tout à fait normal.

Autant dire que, comme toi, à chacun de ces épisodes, je n'ai pas vécu les passages les plus joyeux de ma vie.

Là je suis dans une période "calme" de ma vie, ce qui me permet de me concentrer sur d'autres choses (famille, travail, amis, sports...). D'approfondir avec plus de tranquillité ma réflexion sur ce genre de sujets. Mais je sens toujours profondément, comme toi, que j'ai besoin d'être ouvert à d'autres possibles, sans que cela ne réduise en aucun cas à l'amour que je porte à ma femme. Et j'espère que le temps, le sens dans lequel évolueront les choses, rendra ma femme plus réceptive à un un modèle (le polyamour) qu'elle ne désapprouve pas dans sa logique ou sa morale, mais qui ne colle simplement pas à son envie de m'avoir tout à elle (chose qui d'ailleurs est parfois pesante pour moi).

Mais j'ai conscience aussi que je ne suis pas près de trouver une partenaire qui supporte toutes ces contraintes... A moins peut-être d'avoir les mêmes, ce qui a au moins le mérite d'aider à se comprendre et d'être équilibré, même s'il y a l'inconvénient majeur de la complexité de gestion des disponibilités communes. Bref, vastes questions, que d'autres doivent connaître ici.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureux 40-50

Profil

aime_mi_trente

le samedi 09 octobre 2010 à 12h18

Je ne parlais pas du libertinage dans une forme "réglementée" (clubs & cie), mais du fait qu'il est fréquent entre 18 et 25 ans d'avoir plusieurs partenaires "intermittents" simultanément, dans la mesure où on ne cherche pas encore à se fixer.

Voir dans le contexte

Discussion : Amours plurielles et différentes

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 08 octobre 2010 à 12h30

La gémellité fait bien entendu partie de la bio-diversité :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureux 40-50

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 08 octobre 2010 à 12h29

Pour ma part, 46 ans... J'avais plutôt l'impression qu'ici les "vieux" dominaient (en nombre, je précise).

J'ai le sentiment que les jeunes sont plus tentés par le libertinage, peut-être parce que c'était mon cas.

Enfin, puisque c'est évoqué, les sites de rencontre "classiques" sont tout à fait adaptés aux polyamoureux, de tout âge : il suffit de le préciser clairement dans sa fiche de présentation. Je suis toujours halluciné par le nombre de gens qui ne disent que pendre des sites de rencontre, alors qu'ils sont infoutus de pondre une fiche de présentation correcte.

Voir dans le contexte

Discussion : Amours plurielles et différentes

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 08 octobre 2010 à 12h13

Enoncé comme il l'est par Françoise, ce concept de biodiversité amoureuse me semble couler de source. Aimer plusieurs personnes pour reproduire le même schéma serait une bien pauvre option.

J'y ajouterai l'importance accrue du facteur temps. Pour une fois, pas le temps qui nous manque, mais le temps qui passe. Dans un couple classique, c'est un peu l'ennemi. Il nous use dans nos habitudes et nous renvoie à notre propre vieillissement.

J'ai l'impression qu'en pluriamour le temps qui passe devient un ami, car on jongle avec plusieurs échelles temporelles différentes. Les relations que l'on voit plus rarement deviennent des jalons, l'occasion de voir si on a changé depuis la dernière fois, ce qu'on a à se dire. On a toujours dans le futur des échéances qu'on attend avec une forme d'impatience. Dans un couple monogame, à part attendre la retraite, le 50ème anniversaire de mariage, ou devenir grand-parents...

Pour revenir aux propos de Françoise, le polyamour permet de passer d'un univers de "vase clos" (un couple de zèbres dans le zoo de Vincennes, sans espace ni avenir), à un monde global, comme la jungle, avec sa biodiversité, ses espèces en perpétuelle évolution, et aussi... ses dangers :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Projet Goffio

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 08 octobre 2010 à 11h59

Pour ma part, quand on me demande mon avis sur un projet d'écriture, je commence toujours par rappeler ce fait, absolument pas étayé mathématiquement, mais ô combien parlant :

"A Paris (*), il y a plus de gens qui sont en train d'écrire un livre que de gens qui lisent des livres."

Ensuite, une fois qu'on sait ça, on fait ce qu'on veut.

(*) et dans toutes les capitales de l'"Ancien Monde", de Tokyo à Reykjavik.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et identité maculine

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 05h28

Je me permets de citer une chanson qui parle à fois de nos différences et de ce qu'elles nous apportent. Il dit ce que je pense, mais beaucoup mieux que moi.

(Refrain)
Qu'on est bien
Dans les bras
D'une personne du sexe opposé
Qu'on est bien
Dans ces bras-là
Qu'on est bien
Dans les bras
D'une personne du genre qu'on n'a pas
Qu'on est bien
Dans ces bras-là

C'est la vraie prière
La prochaine aime le prochain
C'est la vraie grammaire
Le masculin s'accorde avec le féminin

(au Refrain)

Certains jouent quand même
Les atouts de même couleur
Libres à eux moi j'aime
Les valets sur les dames les trèfles sur les coeurs.

(au Refrain)

Les creux sur les bosses
Tout finit par se marier
Les bons sur les rosses
Et même les colombes avec les éperviers

(au Refrain)

Qu'on est bien
Dans les bras
D'une personne du sexe opposé
Qu'on est bien
Dans ces bras

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte?

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 05h25

J'en ai parlé ailleurs... C'est lié à tout un historique assez compliqué. Ma femme a été polyamoureuse à un moment, à la façon de M. Jourdain, sans lui donner un nom. M'encourageant à l'être aussi, parce que ça l'arrangeait à ce moment-là. Puis est redevenue très amoureuse de moi, et en même temps exclusive et jalouse, au point de renier son discours précédent (en disant : "à cette époque, j'allais mal").

Disons qu'elle est assez conformiste. Mais je sais très bien qu'à la prochaine occasion ("hélas" rare) où elle "flashera" sur quelqu'un d'autre, elle se souviendra des avantages du polyamour (elle a lu F.Simpère). Et le fait de savoir par avance que j'adhère lui évitera de s'auto-censurer dans une relation tierce.

Et à ce moment-là, je n'aurai normalement plus besoin de me cacher de mon côté.

"Souvent femme varie, bien fol qui s'y fie". Je sais, c'est facile :-)

PS : et (je le dis gentiment) vous pouvez économiser la remarque récurrente "mais à ce moment-là, elle risque de te quitter". J'y ai déjà répondu : c'est déjà arrivé, et j'ai toute confiance en ce qui se passera si elle se trouve confrontée au même choix dans le futur.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Du mélange des genres dans les petites communautés et au boulot

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 05h17

De plus je constate que dans ce que tu décris, il y a un lien "sociologico-historique" entre l'endroit où tu vis et travailles, et ta réflexion sur les modes de vie. Donc ça rejoint un peu ce que je dis sur l'exception à caractère professionnel.

Dans les autres cas, une ex m'avait convaincu de l'intérêt du "cloisonnement" des univers qui n'ont rien à voir (enfants, sexe, travail...) et alors qu'à l'époque, j'étais un peu fou-fou la gamelle, elle m'a plutôt convaincu. Sans sombrer dans la paranoïa sécuritaire de certains sur le web, qui me gonfle profondément.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Du mélange des genres dans les petites communautés et au boulot

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 04h49

Ben
Je suis Un et moi-même, où que j'aille.

Benjamin, j'étais comme toi, jusqu'à 30 ans environ. Ensuite, "chef" de famille, chef d'entreprise... tu ne t'appartiens plus totalement.C'est pas désagréable en fait. Mais il devient souhaitable voire nécessaire de ne plus mélanger toutes mes "identités". Par exemple le fait que j'aime le punk-rock n'a intéressé qu'un seul de mes contacts business en 25 ans de carrière.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Une sexualité épanouie peut-elle se passer de tiers?

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 04h43

(+) je pense la même chose sur le bonheur en plus

Mais certains râleurs permanents sont inaptes au bonheur, et leurs relations extraconjugales ne feront que générer de nouveaux motifs de colère, jalousie, frustration, et autres spirales négatives.

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte?

Profil

aime_mi_trente

le jeudi 23 septembre 2010 à 20h07

De la part de ma femme. Attente qu'elle fasse à son tour une rencontre puisqu'elle sait être autorisée à.

Voir dans le contexte

Discussion : Du mélange des genres dans les petites communautés et au boulot

Profil

aime_mi_trente

le jeudi 23 septembre 2010 à 20h05

Disons que j'ai connu les années 70, donc je cherche la "bonne" position entre les 2 extrêmes du yo-yo. L'histoire de la liberté qui commence où... Je ne prétends pas avoir raison, je cherche à comprendre.

En fait j'aimerais qu'on puisse être idéalement hyper transparent.

Quoique, ça ne serait pas très "artistique". Je me comprends.

Voir dans le contexte

Discussion : Du mélange des genres dans les petites communautés et au boulot

Profil

aime_mi_trente

le jeudi 23 septembre 2010 à 13h19

Cela dit, j'avoue ne pas comprendre l'intérêt qu'il y a à exposer sa vie personnelle sous sa "vraie" identité. A moins d'être comme Françoise Simpère, un porte-voix identifié d'une message. Un exemple tout bête : mes filles sont assez pudiques et conformistes dans leurs relations avec leurs parents (alors qu'elles ne le sont pas du tout avec leurs copains !), et elles supportent très mal que nous exposions quoi que ce soit de notre vie privée, ni même de notre "originalité" (fût-elle vestimentaire).

Donc par respect pour ça, et en attendant qu'elles aient construit leur identité d'adultes, je n'ai pas envie qu'elles se fassent provoquer par des "copains/copines" de cour de récré qui auraient un peu farfouillé sur le net. Encore une fois, si j'exerçais profession de psy, de philosophe ou d'écrivain, ce serait sans doute différent. Car mes filles sauraient quoi répondre.

Je prends la justification "familiale", mais je pense être capable d'en trouver 4 ou 5 autres du même acabit (professionnel, amical, voisinage...)

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte?

Profil

aime_mi_trente

le jeudi 23 septembre 2010 à 13h12

L'exemple de verdad est encourageant pour moi, qui suis dans l'attente (patiente) d'une évolution similaire.

Voir dans le contexte

Discussion : La fin de l'amour

Profil

aime_mi_trente

le jeudi 23 septembre 2010 à 13h08

Je dirais que la fin, c'est quand on décide que c'est fini. Parce que le reste ne veut pas dire grand chose. Ma femme a cru un moment ne plus m'aimer, tous les indicateurs externes étaient au gris. Et pourtant, c'est reparti plus tard, plus fort que jamais. Car notre mémoire est ineffaçable.

C'est comme un feu, sauf que les braises amoureuses ont une capacité à se cacher plus encore que celles d'un feu de bois.

Voir dans le contexte

Discussion : [Musique] "Moi et mon copain" d'Elli et Jacno (1980)

Profil

aime_mi_trente

le dimanche 12 septembre 2010 à 22h00

Je viens de scanner les paroles qui n'étaient pas sur le web. Vous pouvez l'entendre ici :
Moi et mon copain
J'ai toujours pensé que cette chanson parlait de polyamour. Le voyez-vous comme ça aussi ?

Voir dans le contexte

Discussion : [Musique] "Moi et mon copain" d'Elli et Jacno (1980)

Profil

aime_mi_trente

le dimanche 12 septembre 2010 à 21h59

MOI ET MON COPAIN
Moi et mon meilleur copain
on a le même problème humain :
dès qu'on regarde- quelqu'un
on sait d'avance que ça finira mal
Nous on essaye de faire attention,
briser les cœurs c'est pas notre rayon
Quoi que l'on fasse
chaque fois c'est la tasse
Quelqu'un nous sourit :
au secours ! on s'enfuit...

C'est un problème, où est la clef?
J'ai réfléchi, maintenant je sais :
lui ne peut pas dire vrai
par contre moi, je ne sais pas mentir
Nous on essaye de faire attention,
briser les cœurs c'est pas notre rayon
Faut-il faire de la peine
chaque fois que l'on aime ?
On passe pour des ordures,
nos intentions sont pures

Moi et mon meilleur copain on a le même problème humain :
dès qu'on regarde quelqu'un on sait d'avance que ça finira mal
Nous on essaye de faire attention, briser les cœurs c'est pas notre rayon
Quoi que l'on fasse chaque fois c'est la tasse
Quelqu'un nous sourit : au secours! on s'enfuit...
Je ne sais pas pourquoi on est devenus des hors la loi
C'est injuste, moi je crois : on paye trop cher pour un simple baiser
Nous on essaye de faire attention, briser les cœurs c'est pas notre rayon
Faut-il faire de la peine
chaque fois que l'on aime ?
On passe pour des ordures,
nos intentions sont pures

Voir dans le contexte

Discussion : [Texte] Glamour vient de publier un article sur les amours pluriels - article pratiquement parfait à mon goût :-)

Profil

aime_mi_trente

le vendredi 10 septembre 2010 à 12h45

"Quand on n'a jamais quitté Lamotte-Beuvron, on ne risque pas d'attraper la fièvre jaune." (+) :-)

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion