Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Une sexualité épanouie peut-elle se passer de tiers?

#
Profil

Romy

le jeudi 23 septembre 2010 à 23h38

:-)

#
Profil

titane

le jeudi 23 septembre 2010 à 23h40

Rosalie
On bifurque un peu du sujet là avec cette discussion sur le bonheur, mais j'aime bien les chemins de travers... Je ne sais pas si j'ai déjà dit ça sur le forum, mais un jour un ami m'a dit : "c'est facile pour toi d'être heureuse, tu n'as pas de problèmes et tu as une bonne nature."
J'ai trouvé ça réducteur. J'ai l'air d'avoir une bonne nature car j'assume mes décisions, parce que je réfléchis constamment. J'essaie toujours de me demander si ma réaction, mes décisions, sont conditionnées par une force extérieure, ou si c'est vraiment moi qui veut ça. Est-ce que la décision de poursuivre des études est vraiment motivée par le fait que j'aime étudier, j'aime apprendre...ou si c'est parce que je veux avoir un statut, un bon salaire. J'ai dû me poser beaucoup de questions quand mon mari a rencontré une femme pour la première fois. Ce n'est pas ma bonne nature qui fait que "j'accepte que mon mari ait des copines".

Ouh là que je te comprends ! Moi aussi on me dit ça... "tu as de la chance..." et patati et patata... moi aussi je me pose toujours beaucoup de questions comme tu as pu l'apercevoir... et on me dit aussi souvent que j'intellectualise tout a priori... alors que ce qui motive mes réflexions sont mes désirs, ma volonté la plus "inconsciente", ce que j'éprouve au fond de moi... la conscience s'exprime par les mots, comment exprimer l'inconscient ?

En faisant l'amour le soir et le matin... juste un petit calin du matin... meilleur qu'un bon café !

#
Profil

titane

le jeudi 23 septembre 2010 à 23h40

on s'éloigne du sujet?

#
Profil

Romy

le vendredi 24 septembre 2010 à 00h06

Non, pas tant que ça finalement.
J'en reviens toujours à l'idée du tiers...
Je me demande si les relations extraconjugales ne peuvent pas parfois "sauver" un couple, d'abord en apportant un peu de bonheur supplémentaire à chacun des partenaires.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

aime_mi_trente

le vendredi 24 septembre 2010 à 04h43

(+) je pense la même chose sur le bonheur en plus

Mais certains râleurs permanents sont inaptes au bonheur, et leurs relations extraconjugales ne feront que générer de nouveaux motifs de colère, jalousie, frustration, et autres spirales négatives.

#
Profil

titane

le vendredi 24 septembre 2010 à 07h04

oui je crois qu'assumer ses désirs sans les imposer aux autres en les présentant comme des "besoins", et les assouvir sous d'autres formes ailleurs, peut sauver des relations amoureuses...

Et je partage aussi la remarque de aime mi 30... on peut toujours aussi polycopier ses nevroses ailleurs sans rien changer... le risque du polymachin... bon d'accord, polyamour

#
Profil

Drya

le vendredi 24 septembre 2010 à 10h48

Rosalie
Je me demande si les relations extraconjugales ne peuvent pas parfois "sauver" un couple, d'abord en apportant un peu de bonheur supplémentaire à chacun des partenaires.

Je crois que ça aide -non, ça oblige!- à relativiser, à se poser des questions, à comprendre ses priorités... en somme, tout ce qui vient parfois ébranler les habitudes pour recentrer sur ce qui est important, même si les habitudes sont aussi un bonheur dans la stabilité.

#
Profil

Romy

le vendredi 24 septembre 2010 à 16h31

Aime mi-trente: Mais certains râleurs permanents sont inaptes au bonheur, et leurs relations extraconjugales ne feront que générer de nouveaux motifs de colère, jalousie, frustration, et autres spirales négatives.
Je pense que le sexe aide énormément à relativiser tous nos petits problèmes. Comment peux-t-on se taper sur les nerfs lorsqu'on vient juste de faire l'amour? D'un autre côté, comment faire l'amour comme il faut si on se tape sur les nerfs...

Ma réaction serait de dire aux couples moribonds: sortez un soir dans un club et draguez chacun de votre côté. (voilà les tiers :-)) Je parie que ça ravive la libido et à renverser la vapeur, le cercle vicieux...

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

titane

le vendredi 24 septembre 2010 à 16h47

Rosalie tu raisonnes comme un homme !... voir le fil sur la masculinité!

Un homme veut faire l'amour pour être bien... une femme veut être bien pour faire l'amour... d'après les lectures...

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

Goffio

le vendredi 24 septembre 2010 à 16h52

Rosalie, je surgis à point nommé sur ton texte pour abonder pleinement dans ton sens !

Dans le couple, à mon sens : la vie sexuelle représente tout le symbolisme de sa vie spirituelle.

Donc un couple qui n'a plus d'élan sexuel commun, va certainement mal dans son ensemble sans surtout : vouloir saisir la réalité en face !!!

Si l'on débande ensemble, c'est bien que l'on a du mal à se faire plaisir ensemble : il y a un mensonge dans l'aptitude au partage émotionnel. Toute autre justification est une dérobade ou un déni d'émotion !

Bon... Est-ce que ma présentation intime de la spiritualité te fait toujours débander (lol) ?
:-)

#
Profil

titane

le vendredi 24 septembre 2010 à 16h59

la vie sexuelle représente tout le symbolisme de sa vie spirituelle. ... il y aquand même un risque!! c'est de prendre une bite pour un cierge !!

#
Profil

Romy

le vendredi 24 septembre 2010 à 17h04

Je vais aller voir ce fameux fil.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Goffio

le vendredi 24 septembre 2010 à 17h07

Mais alors Titane, comment crois-tu qu'on ravive la flamme ???

Fais chier, tu me casses mon cou avec Rosalie, là...

Reste en Australie !!!

(+)

#
Profil

titane

le vendredi 24 septembre 2010 à 17h12

j'ai l'habitude de dire:

En Amérique du Nord, le sexe est une obsession.... En Europe, c'est un fait!

#
Profil

Romy

le vendredi 24 septembre 2010 à 17h21

Goffio, j'y peux rien, c'est peut-être du snobisme. Mais même si je suis consciente que la sexualité est reliée à notre spiritualité, il reste que de les associer directement ne m'excite pas du tout.
En fait, je préfère de loin explorer les questions de l'inconscient et de la philosophie. Philosophie du boudoir :-)
Et pour moi, l'érotisme reste associé aux interdits et à la tansgression. C'est là que je vois le plaisir. Donc on est loin de la spiritualité.

#
Profil

titane

le vendredi 24 septembre 2010 à 17h29

Là Goffio... j'ai déjà donné !!

#
Profil

Goffio

le vendredi 24 septembre 2010 à 18h14

Rosalie, je suis d'accord avec toi : c'est du snobisme, en effet !

La vie sexuelle n'est pas reliée à notre spiritualité : elle en est l'expression centrale, par production et échange d'énergie de création. Mais évidemment, une telle considération est aux antipodes de notre raison occidentale, très (trop) éduquée.

Philosophe du boudoir, tu vois le plaisir à travers un érotisme associé aux interdits et à la transgression... Tu es bien judéochrétienne d'éducation, comme moi-même !!! Alors on en revient toujours au besoin du plaisir coupable, pour savoir véritablement justifier ce dernier...

Euh... T'aurais pas aussi une tendance SM, Rosalie ?! Je crois savoir que c'est très en vogue en Amérique, mais surtout il ne faut pas le dire (lol).

:-)

#
Profil

Drya

le vendredi 24 septembre 2010 à 18h39

Goffio
La vie sexuelle n'est pas reliée à notre spiritualité : elle en est l'expression centrale, par production et échange d'énergie de création. Mais évidemment, une telle considération est aux antipodes de notre raison occidentale, très (trop) éduquée.

Philosophe du boudoir, tu vois le plaisir à travers un érotisme associé aux interdits et à la transgression... Tu es bien judéochrétienne d'éducation, comme moi-même !! ! Alors on en revient toujours au besoin du plaisir coupable, pour savoir véritablement justifier ce dernier...

Euh, en fait là, j'adhère pas, un peu trop freudien peut-être: l'amour ne se traduit pas l'activité sexuelle en ce qui me concerne, même si c'est un des événements il peut se manifester, mais je peux ne pas avoir envie de sexe pendant longtemps avec quelqu'un que j'aime, et l'inverse est vrai aussi.
Mais comme l'estomac, il est aussi un symptôme de notre état émotionnel (et de santé) global, mais ce n'est pas parce qu'on a moins faim pendant certaines périodes qu'on est malade!

#
Profil

Drya

le vendredi 24 septembre 2010 à 18h47

Rosalie
C'est qu'au cours de la dernière semaine, j'ai parlé avec trois ami(e)s qui vivent tous des difficultés, tous du même genre : n'en peuvent plus de la routine, sentent qu'ils se sont oubliés, n'ont plus de plaisir à être ensemble,ne sont plus que des parents, le travail ne les satisfaits pas, ils ne se supportent plus, tout semble être fait par habitude plus que par plaisir.
(...)
Ma réaction serait de leur dire : sortez un soir dans un club et draguez chacun de votre côté. (voilà les tiers :-)) Je parie que ça ravive la libido et à renverser la vapeur, le cercle vicieux...

En fait le post de Titane sur l'autre fil est une bonne clé là-aussi pour remettre les choses à leur place: la vie de couple/l'amour/le plaisir de vivre ensemble est concrétisé à travers des choses très différentes (faire des enfants, aimer passer ses soirées ensemble, accepter ses différences, manger ensemble ou de la même façon....) bref, tout ce qu'on fait parce qu'on aime le faire au début qui devient des habitudes et des "faire semblant" après quand on n'y réfléchit plus. Comme disait aussi mi aime mi trente (si je me trompe pas) on a des fonctions différentes dans la vie, même si on reste soi-même un tout (collègue, ami, amoureux, parent, partenaire de couple, partenaire de projet quelconque...), pareil dans le couple, il y a différentes choses qui ne sont pas forcément indissociables.

(Je suis pas très claire, fin de grosse journée là... :-S )
Bref, se demander si on aime faire l'amour avec quelqu'un indépendamment de si on aime passer une soirée au resto avec ou élever ses enfants avec, etc, permet de retrouver ce qui compte et ce qui ne compte plus entre nous.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 24 septembre 2010 à 18h49

Drya
Mais comme l'estomac, il est aussi un symptôme de notre état émotionnel (et de santé) global, mais ce n'est pas parce qu'on a moins faim pendant certaines périodes qu'on est malade !

Certes, mais au bout d'un certain temps, quand on mange vraiment trop peu, oui, ça devient un problème... Autant être à sa propre écoute sur les besoins de base.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion