Polyamour.info

RnR

RnR

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Polys renommé.e.s, personnalités célèbres, etc

Profil

RnR

le mardi 10 mars 2020 à 11h46

Bonjour,
Je suis tombé sur ce podcast de France Inter portant sur la vie de Tina Modotti, une photographe et révolutionnaire italienne des années 20. Il semble que de son côté et de celui de ses amants, notamment du photographe Edward Weston, l'amour libre était assumé.
Je vous conseille d'écouter le portrait de cette femme, qui a eu une vie riche en aventures artistiques, politiques et amoureuses. Bien évidemment sa liberté assumée et revendiquée n'a pas beaucoup plus à l'époque...Une badass comme on dit maintenant.
Le lien : https://www.franceinter.fr/emissions/autant-en-emp...

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de conseils : couple monogame qui devient polyamoureux

Profil

RnR

le vendredi 17 mai 2019 à 14h40

Bonjour,
J'étais à peu près dans le même contexte que toi. Et c'est encore récent comme mode de vie pour nous, avec des couacs, des erreurs, des tâtonnements. Mais ce qui a permis à mon amie de réaliser, comprendre certaines choses, d'arrêter de fantasmer sur des trucs impalpables, c'est quand elle a décidé de faire la même chose, de rencontrer d'autres hommes. Elle s'est inscrite sur un site de rencontre et a découvert qu'il était possible d'avoir une relation avec d'autres, sans que son amour pour moi ne faiblisse. ça nous a aidé.
Bon courage à vous deux

Voir dans le contexte

Discussion : Rencontres à la Ferme 2019

Profil

RnR

le vendredi 17 mai 2019 à 14h34

Merci Artichaud pour ces précisions. C'est d'ailleurs très drôle parce que dans l'article récent du monde sur le polyamour, une bonne partie des commentaires sont du genre "encore un truc débile de bobos ce polymachin". Donc sans le vouloir, nous serions tou.te.s des bobos aux yeux de certaines personnes!

Voir dans le contexte

Discussion : Rencontres à la Ferme 2019

Profil

RnR

le vendredi 17 mai 2019 à 12h06

Bonjour,
Juste une petite remarque qui pourrait rebuter certain.e.s sur le descriptif de l'événement. Il est de plus en plus insupportable d'utiliser le terme "bobo" à tout bout de champs...On se croirait sur les réactions de trolls du web "c'est encore la faute aux bobos écolos"! Pitié, pas ici dans cette belle communauté...C'est quoi un bobo? Ne serions nous pas tous le bobo d'un autre?
Bref, je mange bio le plus possible (c'est-à-dire en début de mois), je fais du vélo, j'aime pas les voitures polluantes en ville, j'écoute du rock, j'ai entre 35 et 40 ans et j'ai des guides du routard, bon ok j'ai pas une grosse barbe ni de chemise à carreaux et je n'habite pas à Montreuil, mais je suis sûr que ça suffit pour certain.e.s pour que je sois dans cette catégorie fourre tout qui ne veut rien dire, comme souvent les catégories d'ailleurs.
Cela étant dit super initiative de votre part et j'espère que cette édition sera un succès.

Voir dans le contexte

Discussion : Lexique

Profil

RnR

le vendredi 03 mai 2019 à 16h17

bonjour,
intéressant de voir ce qu'on peut mettre personnellement comme définition sur chacun de ces mots.
J'ai un souci lexical depuis mes plus tendres années d'exploration amoureuse.
Je déteste le mot couple, ça me heurte à chaque fois, je trouve ça trop cloisonnant et absolument pas donneur du sens de la relation. Un couple de danseur? un couple à la vie à la mort? Un couple modèle? un couple bizarre? Un couple amoureux?
Et un mot commun pour parler de deux personnes différentes, ça donne un sens de fusion bizarre je trouve.
Mais j'avoue c'est bien pratique. Quand je ne suis pas feignant je réponds " j'ai une relation avec X avec qui nous avons des enfants, mais n'habitons pas ensemble, mais nous nous aimons, mais nous sommes libre". Vous n'avez pas plus simple? Ah si, je dis "c'est mon amoureuse", c'est pas si mal en fait, même si le "mon" peut paraître un tantinet possessif...Est-ce de la branlette de cerveau? M'enfin je peux pas ne pas ressentir de la gêne quand je me sens obligé de dire "couple"...

Voir dans le contexte

Discussion : Polys renommé.e.s, personnalités célèbres, etc

Profil

RnR

le mercredi 10 avril 2019 à 11h05

Je ne connais pas vraiment l'origine de ce qu'on appelle maintenant le polyamour, mais il me semble que justement, une des origines et le milieu féministe afin de se dégager du modèle patriarcal (en gros le mec cis est adultérin et la femme subit, le sachant ou non) et d'établir une sorte d'égalité et d'éthique amoureuse. Une des origines pourrait également être l'amour libre des années 60, qui se voulait égalitaire. Maintenant il est vrai que le polyamour est un peu utilisé comme prétexte à des réflexes et comportements typiquement patriarcaux, et c'est à le regretter. Il est aussi à noter, que l'adultère est aussi bien partagé par les hommes que par les femmes, celles-ci étant peut-être un peu plus malines dans la discrétion. Il est aussi à noter que l'adultère est, au final, et à degrés divers, souvent douloureux pour toutes les parties, la personne trompée, l'amant.e pas reconnu.e, et la personne qui trompe (stress, culpabilité etc.).

Pour en revenir au fil concerné, comment interpréter le comportement des rock stars des années 60 et début 70? Ils avaient de multiples histoires (Janis Joplin/ Morrison/Hendrix/Cohen, Clapton/Harrison/Patti Boyd), parfois en même temps et c'était de notoriété publique, donc sans doute toutes les parties prenantes étaient au courant. Les idéaux étaient en place (période hippie, amour libre). Anarchie amoureuse? Polyamour?

Voir dans le contexte

Discussion : Polys renommé.e.s, personnalités célèbres, etc

Profil

RnR

le mercredi 10 avril 2019 à 09h55

Georges Brassens qui vécut en trouple avec sa Jeanne et son époux un temps je crois, sa relation avec Joha Heiman? Ils étaient en couple mais pas sous le même toit, ni mariés, et elle devait bien se douter de ses autres amourettes....Mais quid d'elle et des autres?

Sinon aussi, peut-être John Lennon, au moins durant sa période "lost week-end", où il entretint une liaison avec May Pang "téléguidée" par sa femme Yoko Ono ("il avait ma permission" dira Ono). Mais encore une fois, on ne connaît pas les dispositions ni de May Pang et Yoko Ono quant à la réciprocité.

Voir dans le contexte

Discussion : Dieu est polyamour

Profil

RnR

le jeudi 13 décembre 2018 à 09h51

kill-your-idols
Qu'elle soit faite pour alerter les scientifiques ou les politiques, la marche pour le climat reste un événement à caractère religieux.

Le mythe qui y est derrière est celui de l'Homme Tout-Puissant: l'Homme pourrait tout faire, y compris modifier le climat de la Terre et arrêter l'extinction de plantes et animaux. Mais, parmi les Puissants de la Planète, il y en a certains qui sont voués au Méchant Pétrole: si on arrive à les sensibiliser, et à les ramener dans le champ du Bien, le climat sera sauvé, et nous aurons une nouvelle ére de paix et prospérité.

Je pense là qu'il y a une généralisation qui est fausse. Même dans la rhétorique politique ou philosophique actuelle, personne ne dit que l'homme a la pouvoir d'arrêter le changement climatique ou la disparition d'espèce, mais de limiter l'impact anthropologique, puisque oui, c'est possible avec de bonnes mesures. A part quelques uns ou si on n'est pas allé à l'école, tout le monde a conscience des différentes périodes de changements climatiques et d'extinction d'espèces dans les temps géologiques. Tout le monde a entendu parlé des dinosaures et de leur extinction avant l'apparition de l'homme, non? On sait presque tous que d'ici quelques millions d'années il n'y aura plus de soleil, donc de terre. Les marcheurs pour le climat ne nient pas ça. Juste, à l'échelle de quelques générations humaines, il semble urgent de limiter le rôle de l'homme afin qu'il puisse au mieux s'adapter aux changements "normaux". Normalement les extinction d'espèces et changement climatiques se font sur des milliers, voire des millions d'années, en ce moment, à cause de l'homme, ça va beaucoup plus vite, trop vite pour encaisser en quelque sorte.

Voir dans le contexte

Discussion : Dieu est polyamour

Profil

RnR

le mardi 11 décembre 2018 à 16h20

Prière
Au sujet de Dieu et la science, les grands scientifiques se sont toujours posés cette question il y a des magazines comme science et avenir, science et vie qui ont sorti des articles très intéressants sur ce point. C'est un débat depuis Aristote et qui va continuer encore avec l'Univers!La physique quantique aborde en effet, différentes réalités rien que dans l'infiniment petit!

Le débat était en effet présent (Ex. le père de la paléontologie, Cuvier, et ses batailles intellectuelles et académiques pour faire coïncider les déluges bibliques et la disparition d'espèces fossiles Vs le pré-évolutionnisme de St Hilaire, contemporain et partenaire de joutes endiablées dans les journaux). Mais franchement de nos jours...C'est heureusement fini de devoir des comptes devant une commission de bonne morale religieuse! le débat n'est jamais présent quand on fait de la science, mais la science y est souvent invitée malgré elle, notamment pour le grand public. Comme s'il fallait toujours comparer les deux pour comprendre, c'est assez fatiguant...Lâchez la grappe à la science, elle ne s'occupe pas de ce qu'il se dit dans vos églises, mosquées, synagogues pour avancer...Je connais des paléontologues chrétiens, musulmans qui ne parlent jamais de Dieu dans leur travaux sur l'évolution. Et leurs conclusions ne sont jamais impactées par leur foi. Discutez avec eux si ça vous semble si difficile à concevoir.

Puisqu'on est dans le domaine et que ces revues ont été citées, Nature et Science sont prestigieuses et sérieuses, mais font mal à la communauté scientifique par leur système d'exploitation des travaux des chercheurs, ultra capitaliste et qui fausse aussi les critères de recrutement ou d'évaluation. Mais c'est un autre problème ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Dieu est polyamour

Profil

RnR

le vendredi 07 décembre 2018 à 16h02

C'est ce que j'ai fais, et je vois toujours pas le lien entre croyance, foi et raisonnement scientifique...
C'est pas la croyance ou la foi qu'une pierre ronde roule qui a permis de faire une roue en s'y inspirant, mais juste l'observation qu'une pierre ronde roule et que pour répondre à un besoin technique, peut-être peut-on s'inspirer de la nature et de cette pierre pour faire une roue...L'histoire des technologies montre qu'elles s'inspirent presque toujours de la nature, ou de ce qu'on y observe. La comparaison avec nos cousins les grands singes qui ne connaissent pas dieu montre également qu'ils observent, raisonnement pour utiliser, voire construire des outils. Et je serai ravi que tu fasses des travaux dans ces domaines pour montrer le contraire!
Mais je t'avoue que je vais arrêter là la discussion, car malheureusement je ne pense pas qu'on puisse trouver un terrain d'entente et qu'on s'éloigne beaucoup du propos initial. Je ne nie pas l'existence de la foi ou de la croyance dans certains aspects de la vie humaine, comme la religion, mais sauf démonstration contraire apaisée, concluante et construite logiquement, je ne comprends toujours pas ton propos sur l'universalité de ces notions dans la science, voire l'amour comme était ton propos premier...Mais c'est pas grave hein! Nous ne sommes pas obligés d'être d'accord.
Bonne continuation dans tes reflexions

Voir dans le contexte

Discussion : Dieu est polyamour

Profil

RnR

le vendredi 07 décembre 2018 à 14h50

prière
Alors toi qui est dans la réalité de la science c'est comment sur la planète Mars?as-tu déjà vécu la réalité de cette science?Et avant le travail du mécanicien c'est avec foi et croyance que la 1ère voiture a été imaginée ! C'est ton analyse qui est complètement fausse!

Question 1: Je ne sais pas. Les scientifiques ne savent pas tout et c'est tant mieux.
Question 2: donc non, je ne l'ai pas vécue, et est-ce grave?
A priori 1: ah bon, tu l'as connu le premier mécanicien? Réponse tirée de l'observation: Il n'y a pas de "première voiture" en génération spontanée, mais une perfection diffuse de la technologie sur des centaines d'années de la roue à la voiture. Le mécanicien n'est que le garant de ce savoir.
Conclusion: Je ne comprends pas pourquoi mon analyse est fausse car tu ne me donnes pas les clés de comprendre. Un effort d'explication s'il te plaît!
Bien à toi

Voir dans le contexte

Discussion : Dieu est polyamour

Profil

RnR

le vendredi 07 décembre 2018 à 14h19

Bonjour,
Quel interessant sujet!
Si je peux apporter quelques nuances sur ce qui a été dit...
La science créationiste n'est pas une science car elle part d'un principe, Dieu a crée la vie, l'univers, impossible à tester et à vérifier par d'autres expériences ou observations, ce qui est le fondement de la science.
La réalité étant subjective, il en existe plein et les autres animaux que nous ont une perception différente de la réalité de l'environnement qui les entoure, donc la science ne peut pas être LA réalité. Ce n'est qu'une construction intellectuelle humaine (qui a ses propres caractéristiques de perception et d'observation) qui a pour but d'expliquer le monde en se basant sur des observations et des expériences répétables et vérifiables. Comme elle ne pète pas plus haut que son derrière, elle se plante souvent, amende ses théories et conclut bien souvent ses travaux par d'autres questions. Et ca c'est génial, ce manque de certitude, comme la vie et ses mouvements. C'est ce qui la différencie grandement de la religion.
Quant à savoir si Dieu est polyamour, il faudrait le lui demander car les écrits n'ont pas été fait par lui mais par des humains, donc faillibles, des siècles après. Mais comme il est apparent qu'il ne se manifeste pas beaucoup, bon courage pour le lui demander directement! Il paraît même que pour certain c'est un fumeur de havane, alors où va le monde! ;)
Pour ce qui est de savoir si le polyamour est une foi, une croyance, ou une réalité ben c'est peut-être pour certain un peu tout ça à la fois, des fois l'une, des fois l'autre en fonction de périodes. Pour mon cas qui n'engage donc que moi, c'est parti d'observation des fonctionnements des gens, des couples et de moi-même pour bâtir ma réalité et une certaine cohérence, voire théorie. Mais des fois c'est tellement dur de la mettre en place qu'il faut avoir une certaine "foi" en cette réalité pour ne pas abandonner...Mais on pourrait traduire aussi ça par garder le cap, une cohérence intellectuelle...
Prière, peut-être qu'il serait aussi bon d'admettre que tout n'est pas croyance, foi et que tout bouge tout le temps, même ses certitudes. En gros observer la vie avec recul, sans a priori, et partir de ça pour bâtir sa propre réalité. C'est en plus souvent génial de ne pas avoir de certitude. Mais c'est peut-être une déformation professionnelle de paléontologue qui me fait "croire" ça aussi ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Culpabilité, NRE etc...

Profil

RnR

le jeudi 17 mai 2018 à 13h40

Merci pour ces réponses et encouragements ;)
Bonheur, qu'est-ce que tu vivrais très très mal?

J'accorde évidemment beaucoup d'attention à ma copine enceinte, mais j'avoue que la NRE envers mon autre relation me ronge et que garder la tête froide et les idées claires, ça fatigue! Bref vivement à dans quelques mois, que tout ça se tasse un peu...

Voir dans le contexte

Discussion : Culpabilité, NRE etc...

Profil

RnR

le mercredi 16 mai 2018 à 17h49

Bonjour,
Je refais surface sur ce forum qui devrait être remboursé par la sécu! Merci à tou.te.s les lectrices/lecteurs pour leur temps et leurs reflexions.

Je suis avec une personne depuis maintenant 14 ans, J’ai de profonds sentiments pour elle, nous avons un enfant de 2 ans et demi et un autre qui arrive très prochainement.
Nous avons débuté notre histoire sur un schéma “normal”, c’est à dire exclusif où les autres aventures étaient vécues comme des adultères qu’il faut cacher. Forcément elle s’en est rendu compte…

7 mois après la naissance de notre premier enfant, nous avons décidé de ne plus habiter ensemble, trop d’habitudes de vie seul (nous avions vécu séparément pendant les 10 premières années de notre relation), un besoin mutuel d’indépendance matérielle. Tout va bien de ce côté là depuis. Je lui ai fais part par la suite de mon besoin d’indépendance affective que j’ai toujours ressenti depuis mes premiers pas amoureux. La découverte de votre site m’a rassuré: oui il existe des gens comme moi, et des solutions à mes questionnements. Je suis profondément libertaire politiquement et émotionnellement, mais j’avais encore des barrières à franchir pour m’accepter et faire accepter tel que je suis. Elle comprend, tolère mais en souffre, malgré mes efforts pour communiquer. Son acceptation est forcée j’ai l’impression. Nous avons conclu d’un “contrat” stipulant que chacun est libre de faire ce qu’il veut, tant qu’elle n’est pas au courant et tant que notre famille, nos enfants n’en souffrent pas. Pour ma part, je souhaiterais tout savoir, je ne suis pas spécialement jaloux, tant qu’elle me garde une petite place pour moi et notre famille. Elle m’a dit qu’elle ne me dirait rien si elle avait une autre histoire, que c’est comme ça qu’elle fonctionne, que ce serait son truc à elle qu’elle ne voudrait pas partager. Et qu'elle n'est pas certaine de vouloir d'autres relations.

Mais la culpabilité me ronge. Et les efforts entrepris pour “cacher” me pèsent.
Par simplicité et pour m’éviter trop de montagnes russes émotionnelles, j’ai décidé de me consacrer à ma famille. Cela n’a bien entendu pas duré sur la longueur….J’ai rencontré une fille formidable il y a quelque mois. Elle est au courant de ma situation et l’accepte volontiers, elle aussi se questionne sur l’exclusivité après quelques péripéties amoureuses. Elle a toujours quelqu’un dans son coeur, mais après 10 ans, ils ont décidé de faire une pause. Pas de problèmes pour moi, elle gère ses histoires comme elle veut/peut. Et si je peux aider, je le ferai volontiers.
Mais je me retrouve avec les mêmes sentiments: culpabilité envers la mère de mon enfant et enceinte, qui souffrirait si elle l’apprenait, l’image du salaud qui n’est pas dédié à 100% à sa copine enceinte que renvoie la morale dominante, la culpabilité envers ma nouvelle histoire de ne pas pouvoir “l’officialiser” auprès de tout mon entourage, la peur que cette fichue NRE m’empêche d’accueillir mon prochain enfant avec toute mon énergie et des émotions 100% positives, la peur que le temps quasi plein nécessaire et voulu que je passerai avec la maman et notre futur enfant les mois après l’accouchement ne fasse capoter mon autre histoire, même si elle est avertie…
Et d’un autre côté cette envie féroce de vivre enfin selon mes principes et le certitude de ne plus vouloir/pouvoir reculer là dessus. J’ai l’impression que si elle acceptait franchement tous les côtés du polyamour, tout irait mieux, mais il me semble aussi important, par respect, de tenir compte de ses sensibilités qui sont plus dans le mode de fonctionnement mono.
Je suis une boule de peur et de culpabilité et je dépense une énergie folle à essayer de ne blesser personne et d’accepter les sensibilités de tout le monde, moi compris…
Avez-vous eu à gérer telle situation?
Vous avez des conseils?
Merci!

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion