Polyamour.info

Siestacorta

Siestacorta

Paris (France)

regibriscuits.blogspot.com

Participation aux discussions

Discussion : Un peu septique ne sait plus quoi penser

Profil

Siestacorta

le lundi 27 avril 2020 à 12h10

Idealj
Voilà tout est dit dsl j’avais juste besoin de me vider.

T'as bien fait, ça vaut la peine de raconter ce qu'on vit, pour que ça devienne de l'expérience de vie (si on le raconte pas, on oublie plus facilement, et on peut plus facilement s'ignorer soi-même, donc refaire des conneries jusqu'à ce qu'on comprenne... autant prendre les occasions d'apprendre de soi-même, en commençant par savoir parler de soi-même).

Par contre, tu racontes juste l'action, moins tes ressentis, ce que tu ressentais avant, ce que tu ressens d'avoir pris cette décision. Ça m'intéresserait !

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Polysexuel.le ? Je fais souffrir l'amour de ma vie

Profil

Siestacorta

le mercredi 22 avril 2020 à 14h55

Tu as déjà fait un grand pas... Et c'est du courage.
Et j'entends bien ta peine d'avoir fait du mal, et ta recherche.
Mais il en re-faut, du courage avant de tomber sur quelque chose que tu assumes.

Il y a deux aspect à la "trahison" :
- mentir, effecticement, tu évites.
- changer le fond de votre accord de relation sans qu'il y ait de nouvel accord... Le faire après avoir informé, mais contre le consentement de l'autre.

J'aimerais bien te dire que tant qu'à faire, préfère l'adultère. En pratique, c'est moins risqué, et mieux accepté (on peut réparer, refaire, réparer, recommencer... Les gens font ça tout le temps. Les mecs, beaucoup.) Je dis ça avec acidité, mais si tu veux calculer le moins impossible, entre

1) "dire et faire sans consentement" et
2) "faire et cacher",
alors calcule.
C'est cynique dans les deux cas, mais dans un des deux, tu passera moins de temps à gérer les conséquences... Même si ça la souffrance ira jusqu'au level 1000 si elle advient (plus d'une chance sur deux, surtout si t'es nul en menterie).

Je dis ça parce que le "non mais mentir je veux pas MAIS je peux pas m'empêcher d'aller vers quelque chose qu'on m'obliiiige à cacher", ça mène à "j'ai fini par mentir parce que personne me comprend ouin-ouin-ouin, j'ai dis la vérité donc après j'ai fait tout ce que j'ai pu c'est plus mon affaire".

Donc, pour tes attirances, il y a trois solutions qui ont des chances, à court ou long terme, de réduire les dégâts (mais dans l'absolu, ne pas faire de peine, avec des décisions importantes qui ne sont pas spontanées chez l'autre, c'est presque impossible), à toi de voir ce que tu peux vivre :

3) rester dans votre contrat de départ. Tu dis bien que c'est pas ton trip, mais si tu peux faire ce choix sans le transformer en rancune envers ton amoureuse, prend ton tenga et tes kleenex, et go.
4) construire un cadre non-exclusif consenti. Essayer. Lentement. Avec beaucoup de dialogue, souvent plus de dialogue que de temps passé à vivre le sujet du dialogue. Accepter que ça peut quand même finir sur 3). Si ça n'est pas acceptable, après plein d'efforts et trop de souffrance pour les deux
5) arrêter, rompre, si entre l'importance de tes besoins et celle de la relation l'équilibre est trop précaire pour tenir. "nan mais je l'aime trop je veux pas quitter". Oui ben tu peux l'aimer beaucoup au point de pas vouloir la faire souffrir avec ce que tu es, aussi. Oui, elle aussi pourrait se faire ce raisonnement, c'est donc un concours entre qui est capable de quoi par altruisme, et donc ça sert à rien de dire que l'autre l'est pas autant que nous.

Je te présente volontairement l'aspect désagréable de tous ces choix, parce que "ne pas mentir" est juste le début du taf, et annoncer à l'amoreux.se une intention qu'on ne prend pas en charge (un jour, sans doute bientôt, toi tu fais comme tu veux, mais j'élèverai un troupeau de lamas dans un coin reculé du Pérou. J'ai besoin de faire ça dans ma vie. C'est la Vérité. Deal with it), c'est effectivement qu'un début de moyen de bien faire.

(et aussi mon ton un peu désagréable, c'est pas ta faute, mais certains accents de discours reviennent souvent, donc : aujourd'hui tu tombes pas sur le Siesta le plus zen possible, désolé, la charge ne va pas spécialement sur toi que je connais pas e qui es certainement blindé de qualités, mais plus sur un mode de pensée... j'espère que ça aidera, quand même, au fond, même si ça pique)

Par contre, un truc vrai, c'est que la souffrance de ton amoureuse... est la sienne. Elle peut pas décider de pas l'avoir, mais elle a sa propre responsabilité et ses propres décisions. Rester dans la souffrance, c'est pas une faute de personne, mais quand on a des choix, même pénibles, c'est une responsabilité. Elle a donc la sienne.

Pour revenir à la tienne : tu as une responsabilité envers elle, non pas parce qu'elle est une personne capable de souffrir de tes penchants et décisions (parce que si ça se trouve elle pourrait souffrir que t'adore les chats et qu'elle les pifre pas, pour prendre un exemple de choix sur lequel on pense pas en termes tragiques), mais comme personne avec qui tu as construit une relation où il y a prise en compte de l'autre.
Là, oui, les décisions dont je parle sont pas faciles, mais tu peux pas bien économiser d'y réfléchir...

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peur de me lancer la relation libre

Profil

Siestacorta

le mardi 21 avril 2020 à 17h26

Keybum
Est-ce qu'une personne qui, comme moi, est en plein travail pour retrouver mon estime et ma confiance en moi et qui est pour l'instant en proie de ses peurs (jalousie, abandon etc) peut arriver à atteindre cet état ?

La bonne nouvelle : je dirais que oui. Si t'es un peu altruiste, t'as ressenti une bonne partie de cette gamme d'émotion de solidarité, de générosité et d'empathie pour les joies d'un autre, que tu les connaisses ou pas, à d'autres moments. C'est rien de mystérieux, la compersion, c'est juste qu'on la nomme pas et qu'elle est pas valorisée dans notre éducation sentimentale. Mais t'as assez probablement ça dans ton moteur.

La moins bonne nouvelle, c'est que ça remplace pas les autres émotions que tu peux ressentir. Donc en clair, ressentir successivement compersion et jalousie, c'est pas du tout impossible. Quand tu as appris à prêter attention à la première, à voir à quelle partie de toi et de ta vie ça parle, ça s'ajoute au reste. C'est un point de repère dans tes émotions, qui aide à regarder ta relation d'un autre point de vue, mais c'est pas la potion magique qui transforme toute vie poly en bonheur continuel.

Si vous avez beaucoup de dialogue avec ton amoureuse, si elle est accompagnante,si de ton côté le travail sur toi est pas quelque chose qui te répugne, les difficultés de l'ouverture d'une relation sont des occasions d'apprendre. Je te dis pas que ça fera pas mal, mais que ça peut aussi être constructif, et qu'on apprend beaucoup de soi, et qu'on peut puiser de la force et de l'équilibre dans cet apprentissage - plus (et possiblement pour mieux) que si on l'avait fui.

Par contre, tes peurs ne sont pas à ignorer parce qu'il y a une possibilité de lendemains qui chantent.
Ce sont au contraire tes peurs, que tu dois traduire en mots, en besoins, en limites, en apprentissage, qui vont t'apprendre des trucs... Donc faut pas du tout les taire ou vouloir qu'elle se taisent.
Et il se peut que tu aies des besoins et des vulnérabilités qui ne te permettent pas de voir un équilibre sans exclusivité. Ou pas avec cette amoureuse-là.
Mais disons que si tu ne doutes pas que tu es et resteras aimée (ce qui tient oui, à tes vulnérabilités, mais aussi à ta capacité à voir l'amour de l'autre quand elle te le donne et bien sûr à son travail à elle pour construire la confiance), la relation peut avoir cet aspect non-exclusif.

Est-ce que ça expose, fragilise l'histoire ? Oui. Enfin... Disons : un peu comme ça expose plus de conduire une bagnole sur des routes que tu connais pas que sur des routes que tu connais. Le risque est de toute façon déjà-là... Il augmente, mais il n'est pas la seule chose à considérer dans ce que tu veux faire.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Je ne suis pas polyamoureux mais...

Profil

Siestacorta

le lundi 20 avril 2020 à 15h52

Vous le savez, hein, que si vous parlez pas un peu de votre vie, ce sera difficile de donner autre chose qu'une version poly de l'horoscope ?

Voir dans le contexte

Discussion : Je ne suis pas polyamoureux mais...

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 17h14

Bonjour.

Merci de venir t'intéresser au sujet !

Qui utilise le mot polyamour, dans votre situation ? Comment s'est passée la "découverte" ? (ça compte, pour les émotions en jeu)
Quel âge avez-vous, quelle expérience de vie amoureuse avant ?
A part de la confusion, quels sont les émotions et réactions que tu as et as eues ?

(tu donnes les détails que tu veux ; et même, puisque j'en parle ça, peut être bien pour certains de brouiller les pistes pour ces détails (âge réel, lieux, nombre d'enfants...), comme ça tu peux réfléchir à tes sujets persos sans craindre trop qu'un tiers se servent d'une réflexion en cours...)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 15h24

artichaut
On est pas ici sur un fil de discussion classique on est sur le fil d'un événement, donc destiné en priorité aux personnes souhaitant participer à l'événement.

Ah ?
Par son côté inédit ici, j'aurais tendance à penser que les échanges autour de l'évènement font partie de ses bénéfices. Sa légitimité en sort plutôt renforcée, comme une partie de sa vocation.
Je crois pas que ça empêche grand chose en inscription, compréhension...
Je peux l'entendre, j'suis pas fermé, mais je pars pas du principe.
Par ailleurs, en coût/bénéfice, puisque le discours normatif s'imposait déjà sur le fil, il n'y a pas forcément avantage à s'abstenir.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 13h08

kill-your-idols
Je n'ai pas encore compris quelle est cette communauté.

Parce qu'on parle pas de communauté.
Tu cherches à prouver qu'ya un problème avec la cohérence culturelle du couscous, puisque t'adores en manger avec des chipolatas.
Mais c'est toi qui les y a mises.

kill-your-idols
Par exemple, Les Grecs, Armeniens, Turques et Azéris sont tous blancs, mais avec toutes les tensions qu'il y a entre les Grecs et Arméniens d'un côté et les Turques et Azeris de l'autres, ces différents groupes ne pourraient jamais constituer une communauté.


Donc, ce ne peut pas être une question entre les communautés blanche et noire en général.

Effectivement..?
Ce n'est pas parce qu'on dit "blanc" et "racisé" qu'on dit "noir".
Faut le vouloir vraiment très très fort pour bloquer sur ça.

Le mot est : "racisé".
Ça vient de : "racialisation".
C'est à dire le processus où une société fabrique un regard où on essentialise des gens - qu'on réduit leur comportement à l'idée qu'on se fait d'eux. Et que c'est à leur désavantage au quotidien.
Oui ça marche même quand c'est patoi-c'est-les autres.
Si tu voles un truc, on va pas te dire que c'est parce que t'es blanc. On va plutôt pas le remarquer.
Si un arabe vole un truc,c'est quand même un peu parce que c'est un arabe, et ces gens-là, hein ?
Voilà.
On peut reconnaitre les deux situations sans valider, et voir d'emblée où la perception fera système. Et on peut te décrire blanc sans que ça te crée plus d'ennuis que t'en avais avant - sauf si essayer de comprendre le regard des autres représente un désavantage ?

Et noooooon, ça veut pas dire qu'on "reconnait" qu'il y a des races. Ca veut dire qu'on constate que dans la société, quand des gens pensent qu'il y a des races, il y a des effets et des conséquences.
Et ça veut dire qu'on parle d'un phénomène et que le nommer est bien pratique, pour parler. Si si.
C'est pas parce que je décris un phénomène économique - mettons la spéculation, ou les licenciements massifs - que je trouve le capitalisme cool, inévitable et naturel.

J'espère pas forcément un minimum de bonne foi, menfin si quelqu'un lit en cherchant là où ya cohérence et là où non, voilà.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 01h01

DH
-> excusez-moi, mais... j'ai un peu l'impression que vous vous placez "au-dessus" des autres en détenant la vérité... La question mérite débat, c'est un débat éthique intéressant : "comment combattre le racisme ? comment croiser les questions de racisme et de polyamour ? (ou de "racisation" et de polyamour ?) comment permettre la libre parole et écoute de tous... ? ", et on est tout de même en droit d'exposer des points de vue qui ne sont pas les mêmes que les vôtres...

Oui.
Voilà qui est fait.
Merci !

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 00h54

kill-your-idols
Donc, en gros, c'est un café poly anti-français?

Ben Calaway
À ma connaissance, la plupart des participants sont français, donc je ne vois pas l'intérêt de faire un café anti-soi même...

Rien que parce que ce qui n'était ni dit ni pensé méritait de l'être, cette occasion de causer ici valait le coup.
Merci Ben Calaway . :-) <3

Je vais résumer :

- Hello ! On va faire un premier café poly racisés pour nous, parce qu'on est là mais qu'on a parfois du mal à être entendus.
- c'est parce que vous existez pas vraiment ! Donc vous devriez pas le faire.
- Heu ? Justement... cette remarque est bien la preuve qu'on a bien besoin de faire un café
- ah du coup vous êtes contre nous
- Mais..? on est une partie de vous..?
- non, vous faites de la politique ; nous, nous sommes la liberté, l'égalité - la France ! Je suis pas raciste, donc les racisés n'existent pas et n'ont pas besoin de lieux d'expression propre. Par contre vous vous êtes racistes contre moi. Et si vous me dites que j'ai tort c'est exactement pareil que me censurer.
-...
.
.
.
Sisi, on avance. Puisque le rendez-vous aura lieu.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le dimanche 19 avril 2020 à 00h24

kill-your-idols
Donc, en gros, c'est un café poly anti-français?

Oui.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le samedi 18 avril 2020 à 22h06

artichaut
Évidemment tout ça n'est pas complétement binaire. Il y a aussi un continuum entre "blanc" et "racisé" et tu peux aussi être un peu entre les deux.

Avant qu'on évoque la question du passing (allez c'est fait), on peut aussi tenter de trouver autre chose que de l'architecture, avec "arabo-normand"... Moi j'ai pas réussi.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le samedi 18 avril 2020 à 13h28

Mark
Le simple fait de créer un évènement indique que le besoin existe.
Venir le critiquer revient à le renier et paradoxalement, en justifier le besoin.

Tapator, mais je trouve l'argument retournable.
On peut faire ça avec une réunion "monos qui veulent faire renter leurs poly-tentés dans le rang".
Donc il manque un élément : je dirais légitime, ici, le fait de créer un évènement poly d'où on pourra apprendre quelque chose qui n'est pas déjà exprimé ou entendu dans la vie normée.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le samedi 18 avril 2020 à 13h12

PerlinPinpin
De la législation française par exemple...
.

Ah la on parle plus d'un débat entre militants... Qui ne se tiendra que progressivement, pas en disant "ça on fait pas, on dit pas".

Et la Loi (même française) et ce qui mérite d'être fait ou pas, c'est différent.
Sinon elle évoluerait jamais.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le samedi 18 avril 2020 à 12h22

DH
Est-ce que les organisateurs de ce site acceptent de cautionner une info et un terme qui peut être perçu comme raciste, y compris par des militants anti-racistes ?

Qui, où ? Je connais qu'une partie du sujet, et malgré mon opinion déjà un peu faite (je suis humain...), je veux bien voir ce qui sort d'où...

Sinon.
Je pense que dans un cas où les intentions antiracistes, solidaires, sont affichées, on peut assumer le questionnement critique d'une partie des gens avec qui on a déjà des accords par ailleurs.
La démocratie, c'est le désaccord, pas la pacification "déjà-là". On fait avec plutôt qu'on ne s'en empêche.

Et si on trouve mieux que "racisé" pour rassembler des gens, ("se sentant victimes", non, parce que c'est pas une question subjective, mais une forme objective des rapports sociaux), ce sera aussi par l'essai, à long terme. Bref, let it be.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le vendredi 17 avril 2020 à 11h52

PerlinPinpin
Donc réservé aux blancs c'est du racisme mais racisé de la lutte contre le racisme...

Il va falloir que je me replonge dans mon dictionnaire car cela ne correspond pas aux définitions que je connais.

Peut-être s'agit-il moins de définir le mot que de définir une chose...

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le vendredi 17 avril 2020 à 00h32

(Non. Rien.)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [En ligne] Café poly racisé

Profil

Siestacorta

le jeudi 16 avril 2020 à 18h16

PerlinPinpin


Quelle aurait la réaction si cela avait été en événement racisé ouvert aux seuls "blancs" ?

Je crois que démographiquement, sur place, la différence aurait pas sauté aux yeux tout de suite :-D

Même à Paris où on peut rassembler plus de 100 personnes pour des évènements, mettons tu fais un café poly strictement blanc (en admettant qu'il y ait zéro réaction politique, c'est juste une expérience de pensée, pas un projet, déconnez pas !) : ben t'as même pas 10 personnes en moins. Et pourtant, si le public du café est francilien, le mélange des parcours persos ou familiaux est potentiellement énorme. Déjà ça mérite réflexion, pourquoi on a pourtant une immense sur-représention blanche dans les cafés ouverts à tous, même par rapport à qui tu vas croiser dans les rues voisines.
Tandis qu'un café poly racisé, IRL, ben c'est une petite partie à peine de ces 10 personnes qui étaient filtrées à l'entrée du blanc qui seront là. Donc déjà, l'équilibre est loin d'exister dans notre pratique telle qu'on la vit.
Et ça amène, notamment, des questions d'origines / classes sociales, aussi.

Le poids de la question n'est bien sûr pas que démographique.

Une occasion d'y perdre à une discrimination est un problème quand elle vient s'ajouter à tous celles que t'as déjà vécues dans ton année, semaine, journée (selon ta couleur de peau et un peu ton quartier).
Donc si tu peux pas rentrer dans un café poly racisé, ça te fait quoi ? Rien, t'iras à tous ceux qui te sont ouverts, et (démographiquement) presque destinés. Et ta journée, semaine, année se passera sans qu'il se passe de trucs où ta couleur de peau aura été une occasion de difficultés récurrentes.
Tu peux avoir d'autres raisons d'être toi discriminé par ailleurs (pauvre, situation de handicap, sexe, genre...). Mais ça n'empêche pas le poids d'une discrimination basée sur la partie raciste de la norme sociale, et donc qu'il y ait des propositions qui en tiennent compte.
Bref, puisqu'en nous discriminant nous à l'entrée ou dans le déroulement, ça ne s'ajoute pas à d'autres moments de notre vie courante où la même discrimination aura été un obstacle, c'est que cette discrimination momentanée ne confirme pas que t'as un statut social plus difficile à améliorer que les autres juste à cause de tes origines.

Pourquoi considérer qu'un lieu et un temps où on ne peut pas être ne sera pas un lieu "à côté", "en plus", plutôt que tragiquement contre tout ce qu'on partage par ailleurs ?
Pourquoi pas accepter que, même si une critique de la norme qui nous valide nous devait y être formulée, elle n'améliorerait pas quelque chose après, tirée d'une expérience de vie qui n'aurait peut-être pas été facile à structurer face à des tas de gens qui disent "nan mais moi je te crois pas dans ma vie ça c'est jamais passé comme ça" ?

Voilà.
C'est juste un endroit en plus, dans un cadre abondant qui va pas crever sur pattes à cause de ça.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Discussions poly en ligne

Profil

Siestacorta

le dimanche 12 avril 2020 à 21h06

Toshiba

je serais ravi d'échanger avec certains membres du forum.

Tu devrais créer ton propre fil (créer une discussion). Où je te répondrai le petit truc vraiment rapido que j'ai pensé en lisant ton post, mais où peut-etre tu auras d'autres réponses.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : [Web] café Poly-Pop#22, samedi 11 avril 2020 en soirée.

Profil

Siestacorta

le samedi 11 avril 2020 à 20h53

Ils ont l'air un peu débordés depuis le début du confinement...

Voir dans le contexte

Discussion : [Web] café Poly-Pop#22, samedi 11 avril 2020 en soirée.

Profil

Siestacorta

le samedi 11 avril 2020 à 20h28

Caoline
Je pense qu'il s'agit d'une surcharge, impossible de savoir si ça ira mieux avant 22 h

En même temps, Caoline, 8 pages de présentation en 10 minutes, c'est beaucoup.

(non mais je me mooooque, oh, ça vaaaaa).

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion