Polyamour.info

Siestacorta

Siestacorta

Paris (France)

regibriscuits.blogspot.com

Participation aux discussions

Discussion : Remise en question : suis-je vraiment poly ?

Profil

Siestacorta

le mercredi 23 octobre 2019 à 17h42

Quand au tda (trouble de l'attention : ce qu'ont beaucoup de gens qu'ont vraiment du mal à rester concentré - je le dis pour ceux qui connaissent pas), sans en faire l'origine unique de ma construction sentimentale, je crois que ça l'a quand même aidée à se diversifier.
Oui, ma façon de penser fait que je suis souvent dans une discontinuité. Dans des alnternances de ressentis, pensées... Pas dans la dispersion totale, mais plutôt dans une certaine complexité, et peut-être sophistication de mes sentiments. Il se passe beaucoup dans ma tête, et je ne suis jamais dans un cadre "simple".
Donc autant faire avec ces élans multiples que j'ai, quand je peux rencontrer des gens à qui ça convient aussi.

Message modifié par son auteur il y a 2 heures.

Voir dans le contexte

Discussion : Remise en question : suis-je vraiment poly ?

Profil

Siestacorta

le mercredi 23 octobre 2019 à 17h35

- être poly ça veut pas dire être happy tout le temps de tout ce qui arrive de tes relations, jamais avoir de rupture ni de blessure... non. On en bave autant que les autres, et parfois plus souvent, parce que c'est assez logiquement proportionnel à notre nombre de relations.
Regretter une relation terminée, et être envieux du ou des partenaires qui nous ont fait suite, c'est pas anormal. Il y a sans doute des sages qui sont inconditionhaileument heuwrrrreuwx, qui chantent l'hamour et le sauléééééil avant, pendant et après une relation ; mais ne plus être aimé, ben ça fait généralement pas du bien, c'est tout.

- la philosophie poly peut te convenir et t'aider dans une vie relationnellement simple. Tu peux être en relation unique longtemps ET avoir besoin de savoir que la porte, les fenêtres et la cheminée sont ouvertes.
Perso, je suis pas coureur du tout. J'aime séduire, mais dans la plupart de mes relations ouvertes, les vraies périodes doubles ont été rares, et/ou très allégées par des questions pratico-pratiques. Pourtant, pour rien au monde je ne voudrais m'engager dans l'exclusivité ; et j'ai accueilli et accueillerai toujours bien que mes partenaires aiment prendre aussi cette liberté pour elles-même. Je trouve cette indépendance de leur part sexy, rassurante et saine puisqu'elle se dialogue.

N'y vois aucun jugement de ma part, mais ça me parait pas forcément étonnant qu'on puisse avoir eu plus de facilité à mentir que de facilité à vivre une relation non-exclusive assumée. Même quand on aime pas mentir, que ça nous complique la vie et nous culpabilise, ne pas avoir à faire face à la menace immédiate d'être quitté pour ça est souvent plus facile que de dialoguer, faire des compromis, prendre la responsabilité de s'organiser en respectant des demandes multiples...

Je veux donc dire par là que même si finalement tu penses avoir mieux réussi à mentir qu'à pratiquer une certaine transparence, l'explication n'est pas forcément dans ta nature exclusive ou non, mais peut-être aussi dans le fait qu'inventer sa façon d'être non-exclusif, et encore plus si le/la partenaire est pas dans une dynamique spontanément compatible, c'est exigeant.

Message modifié par son auteur il y a 2 heures.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

Siestacorta

le mercredi 23 octobre 2019 à 07h26

Au pire si t'as que la RQTH, t'auras au moins des accompagnements à l'emploi moins stress que pole-emploi.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

Siestacorta

le mardi 22 octobre 2019 à 22h31

Alloc Adultes Handicapés.
Tu la demandes dans le même dossier MDPH.
C'est plus que le RSA, dégressif en fonction de tes autres revenus de travail (salaire ou chomage). Si tu touche moins de 10 000 par an, la caf te donne quelque chose, si tu touches plus, ton droit reste ouvert si jamais t'avais une mauvaise passe.
C'est conditionné au fait que le handicap touche ou non ta capacité à trouver du travail.

Message modifié par son auteur hier à 22h.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

Siestacorta

le mardi 22 octobre 2019 à 16h49

Merlyn
attendre la RQTH (qui non seulement prend du temps mais n'est pas encore envoyée à la MDPH)

La méthode que j'utilise, face à la paperasse (et toute tâche de longue haleine) :
A partir de chaque grand objectif, je fais une todo list de toutes les étapes de 2 à 5 minutes qu'il y a entre le début et la fin.
Je coche conscienscieusement chaque étape, même si c'est l'étape "sortir le timbre du tiroir".
Je considère, face à ma façon trop discontinue de penser et à ma désorganisation, que chacune de ces étapes est une victoire en soi.
Je me donne pas comme objectif de finir en une fois tout le parcours. Juste d'avancer.
Les gens font ça spontanément... Moi j'ai besoin de noter que je le fais, pour visualiser l'avancement. Mais ça marche. Je repousse toujours mes paperasses, mais à force, je sais que je peux arriver au bout, je suis même fier de faire tout ce que je peux, même les fois où j'ai pas pu beaucoup.

Et la RQTH, oui, c'est long, mais a priori tu l'auras, donc faut pas avoir peur du jugement de l'institution...
Demande l'AAH aussi, en alimentant le dossier avec ton médecin, ou le psychiatre, de tes autres troubles psy (anxiété, j'imagine...). T'as des chances de l'obtenir aussi, et ça te fera un minimum de sous pendant un temps, cumulable avec le chomage.

Message modifié par son auteur hier à 16h.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

Siestacorta

le mardi 22 octobre 2019 à 11h47

Achète toi un pilulier "hebdo" comme les personnes agées. Je déconne pas, j'en ai un (maintenant j'ai besoin que de celui pour la journée, mais le temps de prendre le pli).

Bon, bref. Le sevrage semble avoir ses effets. Ceci dit, les effets du sevrage ça veut pas dire que tu seras toujours comme ça sans le médoc... C'est parfois une sale période à passer. Un peu comme pour certains médocs qui se mettent à agir qu'après 30 jours de prise quotidienne... En attendant on rame et on a même droit à des effets secondaires, sans l'efficacité immédiate.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

Siestacorta

le lundi 21 octobre 2019 à 23h11

Merlyn
et mon psychiatre m'avait retiré mon antidépresseur le 7 septembre et je pleurais davantage, mon psychiatre m'avait refait une ordonnance d'antidépresseur la veille de l'agression mais je n'avais pas eu le temps d'aller à la pharmacie et je n'avais pas repris encore.

Pas de commentaire sur ce moment violent, je pense, à te lire par ci par là, que t'es le premier au courant que t'as merdé et je t'imagine pas trop faire ça souvent.

Sinon, sur le contexte et plus généralement, je sais pas à quelle dose d'antidep tu étais... Mais si le sevrage était lié à la prise de ritaline (puisqu'elle aide, on peut peut-être se passer de l'autre ?), il peut y avoir un sale effet.

D'un, la ritaline, sans "créer" des colères, peut te rendre hypervigilant, plus réactif, et plus "rigide" dans tes processus mentaux. Pas de façon grave, mais ça joue.
Et de deuze, ben se sevrer d'antidep, même quand le reste va bien, même sans rita à côté, ça a des effets... Des hauts-bas d'humeur plus sensibles. A la fois parce que sans antidep, les haut-bas c'est la vie, et à la fois parce que le sevrage accentue ces différences le temps que le cerveau retrouve des repères.

Bref, je sais pas à quelle dose de quel produits t'étais, mais un sevrage c'est un truc qu'il faut faire avec un suivi millimétré. Faut vraiment pas se dire "en ce moment ça va mieux = j'ai plus besoin d'être médicalisé/suivi comment avant".

Encouragements.

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Suis-je faite pour le polyamour

Profil

Siestacorta

le lundi 21 octobre 2019 à 12h30

Je soutiens la proposition d' @Annelise, avec le lien sur les 5 langages de l'amour : un dialogue pour savoir qui a besoin de quoi, qui fait déjà quoi pour montrer sa façon d'aimer.

J'avoue que le côté mec taiseux, que ce soit pour une question d'introversion ou de masculinité "l'expression des émotions c'est pas pour moi", ça me soucie.
Si c'est de l'introversion, depuis 8 ans il peut avoir une certaine confiance en toi et par ailleurs, vu ses conquêtes, il sait au moins communiquer son désir...
Si c'est "les mecs c'est comme ça", alors ya du boulot.
Si c'est "ben je suis là depuis tout ce temps, pas besoin d'autres preuves", oui, d'accord, mais est-ce que ça a lui a donné quelques clés en plus pour savoir te donner quelques joies, ou non ? (voir proposition d'Annelise).

Je pense que face à cette attitude, tu te mets à tourner en boucle en prenant la responsabilité ("J'ai l'impression de m'inventer des problèmes, d'être triste pour rien") alors qu'il est aussi responsable de ça que toi - si ce n'est plus, puisque toi au moins tu essaies de commencer le dialogue.

Essaie de t'intéresser à la CNV. Pas seulement pour le cadre de dialogue, mais pour pouvoir nommer tes émotions et tes besoins, et proposer des actes concrets qu'il pourrait faire ("j'ai besoin d'être aimée, débrouille-toi", ça peut bloquer, quand "j'ai besoin de voir que tu tiens à moi, ayons une soirée resto romantique régulièrement / passons du temps avec nos familles / ayons tel projet commun / n'importe ce qui aurait du sens pour toi", ça peut débloquer).

Ceci dit, par rapport à d'autres gens qui parlent de jalousie, tu sembles quand même plus dans la tristesse que dans des gouffres de douleur insondable... Donc je crois pas que tu sois si jalouse que ça.

Mais il y a bien quelque chose qui se blesse en toi.
Ca ne veut pas nécessairement dire que tu n'est pas faite pour la non-exclusivité, puisque tu sembles vouloir travailler dessus et dialoguer avec ton copain pour que ça avance.
Mais oui, c'est peut-être aussi une alerte que t'en as marre et que tu veux autre chose.

L'un ou l'autre, il faut que tu identifies vraiment ton besoin.
Moi il me semble assez clair : tu demandes à ce garçon d'entretenir votre relation, avec toi. C'est légitime...
Je pense que faire l'amour, comme tu en parles, ou faire des choses chouettes ensemble, ça peut très bien rendre les moments où il est avec quelqu'un nettement plus vivables.

Il y a aussi ce que tu veux faire toi de ton temps, de toi-même, quand il n'est pas avec toi. Si séduire et rencontrer n'est pas une priorité pour toi, c'est pas grave, les relations poly yen a pour plein de types de gens... Mais à part lui faire plaisir à lui et votre relation, quelles seraient les bonnes choses de la vie que tu pourrais vouloir cultiver ?

Message modifié par son auteur il y a une heure.

Voir dans le contexte

Discussion : L'individualisme et le polyamour — La mauvaise influence

Profil

Siestacorta

le dimanche 20 octobre 2019 à 16h02

Ganos

Je me rappelle avoir lu un texte de Victor Serge, militant anarchiste individualiste qui a consacré sa vie à la réflexion critique. Ce texte traitait des concepts d'égoïsme et d'altruisme, montrant à quel point leurs perceptions étaient biaisées par la morale chrétienne qui nous a profondément modelés.


Je vais regarder si ça se trouve online, ou autrement, ça...
C'est pas dans l'essai sur Nietzsche ?

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : L'individualisme et le polyamour — La mauvaise influence

Profil

Siestacorta

le dimanche 20 octobre 2019 à 15h56

Indi

our aller plus loin, il me semble que l'idéologie de l'amour romantique qui domine en occident depuis quelques siècles n'est que l'imposition comme une prétendue vérité universelle du point de vue d'une minorité unie (les anxieux-soucieux) au détriment d'une minorité fragmentée (les distant-évitant et les craintif-évitant) sous le regard d'une majorité indifférente (les personnes à l'attachement "sécure").

Une tragédie maintes fois répétée tient d'une part à la domination écrasante de cette idéologie et d'autre part à l'attirance souvent prononcée des personnes de type anxieux-soucieux pour celles de type évitant, c'est-à-dire celles qui ont un mode d'attachement incompatible avec le leur !
(...)

blogue.travailsantevie.com/2012/10/vous-en-avez-as...
blogue.travailsantevie.com/2012/10/comment-etablir...

J'arrive pas à accéder aux articles, il y a visiblement une politique d'abonnement pour le site.
T'as pas un moyen de contourner ça ?

Sinon t'es sûr que la majorité a l'attachement sécure ?
J'ai peut-être un gros biais vu mes milieux sociaux et mes choix, mais j'ai l'impression que pas du tout ! :-)

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Le poly amour est il plus présent chez les femmes ?

Profil

Siestacorta

le mercredi 10 juillet 2019 à 07h14

Il y a un biais : il peut y avoir un stigmate des relations multiples pour une femme qui est bien plus léger pour un homme.

Du coup, beaucoup d'hommes ont moins besoin de revendiquer leur positionnement sur le sujet, quand beaucoup de femmes auront plus à prouver.

Faut pas oublier que depuis que le mariage (puis, par conséquent le couple) est un libre choix amoureux et non plus une contrainte sociale, l'exclusivité sexuelle a longtemps été pour la femme une monnaie d'échange contre l'intégration sociale "offerte" par le mari.
On a éduqué hommes et femmes à penser que la partenaire féminine exclusive avait plus de valeur.
Pour aller contre la lourdeur encore présente de cette idéologie, il faut un discours construit, et exprimé...

Bref, je n'ai pas de chiffres concernant l'équilibre hommes-femmes dans le polyamour (juste qu'il y en a souvent un dans les évènements poly), mais je suis pas étonné que la parole féminine y soit plus visible, puisque elle a, socialement, un rôle plus important à jouer : la reconnaissance sociale est plus en jeu que pour les hommes.

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de me confier

Profil

Siestacorta

le lundi 08 juillet 2019 à 20h14

Pour les contacts FB... Tu peux paramêtrer pour pour ne pas voir de notifs de son profil. Comme c'est toi qui devra faire exprès de chercher des news, au bout d'un moment, t'oublieras de le faire ou tu arriveras à te persuader que ça t'apporte rien...

Et tu verras après si tu bloques ou pas, si ça reste nécessaire, si ça a du sens.

A toi de voir, pour les explications. A la base je crois pas que ça serve à grand chose, quand quelqu'un ne nous aime pas (plus) amoureusement, et préfère garder sa distance, ça fait mal mais on y peut rien, et souvent l'autre non plus...
Je pense que quelqu'un qui nous quitte ne nous "doit" pas d'explications. A la rigueur on peut soi-même dire ce qu'on pense, mais je crois que ça prolonge nos attentes de dialogue... Donc dès qu'on peut y renoncer, le mieux.

Mais si on peut pas, on peut pas, quitte à aller se prendre de nouvelles claques ça peut faire partie du chemin.
Et puis oui, on peut dissiper un malentendu.
Quel serait celui que tu peux dissiper ici ?
Qu'est-ce que tu peux raisonnablement attendre qui te ferait du bien, ici ?

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de me confier

Profil

Siestacorta

le lundi 08 juillet 2019 à 11h00

Tu sais, les gens peuvent rejeter nos sentiments, et s'ils nous rejettent avec c'est pas forcément qu'ils nous trouvent rien.
Mais comme ils rejettent ce qu'on leur a proposé, offert, ils ne savent pas faire autrement que nous rejeter en même temps. Le bébé avec l'eau du bain... Ils veulent se sortir de la situation, et ne voient pas d'autres solutions que couper les ponts.

Faut dire que parfois, si on refuse notre proposition mais que la personne reste ouverte à une "amitié", on sait pas trop quoi en faire, on tourne en boucle sur ce qu'on a pas résolu... Ce sont peut-être des gens qui craignent le malentendu qui seraient socialement brutaux ?

On nous a tellement appris que amour = tout bon ou tout mal qu'on n'essaie pas de trouver d'autres pistes. Et elles sont pas toujours faciles d'accès.
Ça n'empêche certes pas un minimum de délicatesse !

Donc : tu peux te mépriser si tu sais pas faire autre chose pour le moment (je te souhaite que ça dure pas...), mais tu peux aussi voir que si ça se trouve, il y a un mécanisme social en cause qui ne tient pas qu'à toi ou à lui... Et que les gens qui savent le dépasser sont rares. Ca fait mal d'être rejeté (on l'a tous vécu, et on a parfois été de l'autre côté de la porte fermée), mais au-delà des émotions, parfois on ne peut pas en vouloir à l'autre, il sait encore moins ce qu'il peut faire que nous.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Aimer une personne non exclusive

Profil

Siestacorta

le dimanche 07 juillet 2019 à 13h29

Quetza,

bonjour.
C'est pas "bête" de mal réagir quand la non-exclusivité se présente. Notre société, depuis la fin des mariages arrangés - c'est moins vieux qu'on croit, mais assez pour qu'on en soit très marqués - a définit la relation amoureuse en partie par ce tabou de la non-exclusivité. On s'appartient, sinon ça veut dire que c'est pas de l'amour. C'est empiriquement faux, on peut connaitre mille histoires où l'amour était présent sans l'exclusivité, mais on y croit, et parfois on souffre parce qu'on croit qu'il faut souffrir. On apprend à tout le monde à croire ça, et ça se remet pas en question d'un coup de baguette magique.

Par ailleurs, que ce soit pour des question de sexe ou de sentiments, permettre aux tiers d'exister dans la sphère relationnelle, ça représente des risques. De santé, de durée de la relation, de déséquilibre dans notre vie perso (sur qui on s'appuie quand l'autre n'est pas dispo ? (réponse : soi-même en priorité, d'autres parce que c'est possible, mais tout ça, s'apprend)).

Donc c'est compréhensible d'avoir mal, peur...

Ça veut pas dire que c'est la seule chose compréhensible.
Tu peux aussi être heureux parce qu'elle est heureuse avec ton soutien et ta confiance.
Tu peux être heureux parce que tu t'ouvres d'autres possibilités - pas seulement relationnelles : tu peux avoir autre chose à faire dans la vie.

Tu peux avoir le tout (joies et craintes) en même temps.
C'est pas simple, c'est inhabituel, personne ne t'oblige à passer le cap et arriver à l'harmonie, spontanément ni à long terme. Mais ça s'essaie, entre gens capables de communiquer. Toi et ton amoureuse avez l'air de pouvoir le faire...

En attendant, lis les articles présents sur le site, selon tes besoins. Vois ce qui te parle...

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Ai-je tout gaché dans mon couple ?

Profil

Siestacorta

le dimanche 07 juillet 2019 à 13h10

Bonjour,

je comprend que tu te poses des questions, quand ça représente tant de difficultés.
Mais je crois que le fait que ça ne se passe pas bien avec ton partenaire historique ne signifie pas que tu ne sois pas poly.
Bien que, puisque lui ne demandant ni n'offrant spontanément la non-exclusivité ce ne soit pas sa faute s'il réagit mal, son attitude n'est peut-être pas attirante pour toi. Tu serais peut-être plus capable de partager ta joie et ta tendresse avec quelqu'un qui réagit différemment...

Je dis pas que tu dois le larguer pour autant, c'est à toi de voir comment tu veux prendre tes responsabilités. Celle de faire le taf patient et de travail sur soi de beaucoup de poly (si les relations multiples servent à quelque chose, c'est à accélérer notre construction par nos relations...), celle de ne pas faire souffrir plus que nécessaire, celle de choisir qui tu veux dans ta vie, celle de répondre aux efforts que fait l'autre pour toi... C'est pas simple, mais tu dois voir ce que tu peux faire, et être honnête (ce sera pas forcément ce qui te fait du bien sur le moment, ni forcément malin de patienter, donc oui, difficile tout ça...)

Par ailleurs, il se peut que ce que tu apprécies chez lui soit là, mais gâché par votre incompréhension.
Je dis pas que tu dois larguer quelqu'un, mais ceci dit, sur le long terme, ça sert à rien que tout le monde souffre...

Lily48
Mon conjoint a besoin que je le rassure, que je lui donne plus d’attention, de tendresse… et j’en étais capable au début mais aujourd’hui je n’y arrive plus…

Depuis quand dure la situation fausse acceptation / autre relation ?

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Les relations multiples, entre féminismes et polyamours

Profil

Siestacorta

le dimanche 30 juin 2019 à 21h07

Dans une certaine littérature militante, le côté très affirmatif est courant.
Et, quand y a une somme de données et de connaissance, on peut aussi poser des idées avec une certaine assertivité.

Mais, dès qu'on décortique assez pour détecter trop d'affirmations sans fondements, on apprend à distinguer la posture, la pose et la rigueur.
Ici, il y a quelques morceaux de rigueur.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Erreurs courantes en polyamour

Profil

Siestacorta

le dimanche 30 juin 2019 à 21h03

Bah pratiquer, non, mais rencontrer beaucoup de pratiquants ce serait mieux, histoire de pas être complètement hors-sol.

Voir dans le contexte

Discussion : TDA/H chez les adultes

Profil

Siestacorta

le mercredi 26 juin 2019 à 00h33

Arf. Quand même pas le truc fastoche. Je note la démarche.
On se fait prescrire un ECG ? Intéressant.
Je vais tenter ton parcours, si je galère encore pour "renouveler" ma prescription initiale. En gros, c'est le psychiatre qui a contacté ste-anne, ou il t'a juste indiqué à quelle porte toquer ?

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : TDA/H chez les adultes

Profil

Siestacorta

le mardi 25 juin 2019 à 22h39

heu, ça t'a pris combien de temps, du premier contact à la prescription en passant par le diagnostic ? J'ai des réticences à me tourner vers l'hosto, ça me parait des attentes infinies ?

Voir dans le contexte

Discussion : Ok cupid, help me

Profil

Siestacorta

le mardi 25 juin 2019 à 20h57

JonasParis
bonjour à toutes et tous


Quelqu'un-ne peut il-elle m'expliquer comment ça marche tout simplement pour entrer en contact avec quelqu'un-ne? merci!


Jonas !

Okcupid a changé de propriétaire il y a quelques années, et donc rendu ses options gratuites bien plus rébarbatives.

Les personnes contactées ne voient tes messages que si vous vous êtes mutuellement "likés".
Ensuite, pour voir un premier message, il faut aller, non pas dans la boite aux lettres, mais sur le profil de la personne. En revanche, normalement, un profil qui contient le message de quelqu'un ou qui t'a liké apparait parmi les premiers dans l'option doubletake, et il me semble que les cadres des photos sont différenciés (du bleu autour de la photo, si je me souviens bien).

C'est d'autant plus compliqué qu'il y a peu de gens qui savent se servir du truc. Plein de profil disent "je vois pas les like", mais comme de toute façon, il faut liker quand même pour avoir une chance de tomber sur un échange possible...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion