Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Jusqu'ou s'arreter dans le nombre de partenaires?

#
Profil

Melily

le mardi 10 septembre 2013 à 10h24

Bonjour tout le monde !
Je relance cette conversation qui m'intéresse, puisqu'elle correspond à mes questionnements actuels...
Polyamoureuse "pratiquante" depuis quelques mois, mon côté séductrice peut maintenant s'épanouir. Mais... jusqu'où ?
L'été a été très riche de rencontres, et voilà, je ne sais plus où donner de la tête... Trois relations "en cours", une quatrième qui pointe le bout de son nez... et puis cet homme si séduisant qui me dit que je lui plais.
Alors c'est très flatteur pour l'ego.
Mais je me demandais à quel moment je n'étais finalement plus qu'une don juane, dans la (sur)consommation ?

Peut-être est-ce parce que c'est nouveau. Comme quand la petite fille gourmande que j'étais n'avait pas le droit de manger des bonbons... Quand j'étais chez ma grand-mère et que j'avais accès au paquet de manière illimitée, je me gavais jusqu'à m'en rendre malade.
Puisque je suis "relativement nouvellement" poly, je me "gave" à l'excès de relations et de sensations ?

merci d'avance pour vos remarques, conseils, réflexions....

#
Profil

Evavita

le mardi 10 septembre 2013 à 11h39

Salut Melily et bienvenu sur le forum.

Je ne sais pas si tu étais au café de Paris hier soir (dans quel cas ça va faire doublon) mais je suis assez partisane du laissé faire et de laisser les "limites matérielles" ainsi que les non envies des autres décider à ma place.
J'ai eu des phases "boulimiques" que je ne regrette absolument pas parcequ'elles m'ont beaucoup apportées et qui ont fini par être freinées par mes obligations : "minces, j'ai tellement bourré mon emplois du temps que je n'ai pas eu le temps de faire une lessive dernièrement, faut que je freine un peu" ou "je suis morte, faut que je trouve un moment pour me faire une nuit complète!"

Bref, en ce qui me concerne, j'ai cette croyance qu'en matière de relation, les choses s'auto-régulent d'elles même (ce qui est rigolo parce que dans le reste des aspects de ma vie, ce n'est pas du tout le cas).

Le seul danger que je vois en rapport avec le fait de ne pas se priver de se faire plaisir et le même que celui d'Epicure : « Le plaisir n'est pas un mal en soi, mais certains plaisirs apportent plus de peine que de plaisir. » Ce qui reviens pour moi à essayer d'être attentive au revers de la médaille. ;)

#
Profil

Melily

le mardi 10 septembre 2013 à 12h42

Coucou Evavita, et grand merci pour ta réponse.
Non, je n'étais pas au café poly hier, n'étant pas sur Paris.

Oui je vois ce que tu veux dire concernant les limites matérielles... Cette philosophie me plaît et me permettrait d'un peu 'lâcher prise' (et d'arrêter de me prendre la tête).

Ca, c'est vu de ma fenêtre. Après, ce qui me pose question aussi, c'est de me "lancer" dans une nouvelle relation ou plutôt dans plein de nouvelles relations, pour finalement ne pas pouvoir matériellement les assumer, et donc en décevoir certains ?... Plutôt égoïste de ma part, non ?

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 10 septembre 2013 à 12h52

@Melily, ce ne sera pas égoïste si tu expliques bien ta situation aux autres, en disant que tu ne pourras pas être présente tous les jours, qu'ils ne doivent pas s'attendre au couple fusionnel 24/24 !

Il n'y a pas de nombre d'or c'est sûr. Tout dépend du type de relation que chacun.e cherche, de la disponibilité, de l'éloignement géographique.
Il y a des limites matérielles (temps, trajets) et d'autres personnelles (envie de passer du temps avec chacun.e ou pas, forme physique, ...).
Dans le temps, j'ai pu avoir par moments 4-5 relations en parallèle, mais on vivait ensemble, donc pas pareil, plus facile pour ce qui est du matériel.

A présent, je crois que si je devais avoir à nouveau plusieurs amoureux.ses, ce serait soit en vivant plus ou moins ensemble, soit avec des modes plus "légers", plus épisodiques, plus proches de l'amitié. Mais bon, tout ça est un peu théorique... On ne doit pas tout "planifier" !

#
Profil

Evavita

le mardi 10 septembre 2013 à 13h08

Geraldin-e
ce ne sera pas égoïste si tu expliques bien ta situation aux autres, en disant que tu ne pourras pas être présente tous les jours, qu'ils ne doivent pas s'attendre au couple fusionnel 24/24 !

Pas mieux comme réponse! Ca résout beaucoup de dilemmes de se contenter de faire ses propres choix tout en laissant aux autre le loisir de faire les leurs (bien que pas toujours facile au début, je le concède).

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 10 septembre 2013 à 13h43

Oui Evavita, pas toujours facile. Surtout qu'on fait quand même ses choix aussi en fonction de ceux des autres..., sans parler de projets de vie éventuels.
Et puis, il faut aussi que les "premiers.es" acceptent sans trop de soucis d'être moins souvent "visité.es" (donc de changer l'accord ou habitudes entre vous) si tu as beaucoup de nouvelles relations.

#
Profil

ScottBuckley

le mardi 10 septembre 2013 à 14h41

Melily

Polyamoureuse "pratiquante" depuis quelques mois, mon côté séductrice peut maintenant s'épanouir. Mais... jusqu'où ?

L'été a été très riche de rencontres, et voilà, je ne sais plus où donner de la tête... Trois relations "en cours", une quatrième qui pointe le bout de son nez... et puis cet homme si séduisant qui me dit que je lui plais.
Alors c'est très flatteur pour l'ego.
Mais je me demandais à quel moment je n'étais finalement plus qu'une don juane, dans la (sur)consommation ?

Peut-être est-ce parce que c'est nouveau. Comme quand la petite fille gourmande que j'étais n'avait pas le droit de manger des bonbons... Quand j'étais chez ma grand-mère et que j'avais accès au paquet de manière illimitée, je me gavais jusqu'à m'en rendre malade.
Puisque je suis "relativement nouvellement" poly, je me "gave" à l'excès de relations et de sensations ?

merci d'avance pour vos remarques, conseils, réflexions....

Bonjour Melily,

Une question pour toi : où vivent tes relations (dans ta ville ou région proche ?), et de quels temps libres disposent-elles ? (soirées, midis, week-ends, nuits...)

Mon été aussi a été bien riche en rencontres ( et le temps libre des vacances + les festivals ça aide ! :-) non ? ) , mais après, avec la rentrée de septembre, le travail, la peau qui pèle, parfois les enfants et-ou les autres proches & ami-es, les distances géographiques...
le temps et les désirs de chacun-e ne sont plus les mêmes, et on ne peut alors plus se voir qu'une fois par mois voire moins...

Car si tes partenaires sont aussi polys, et fréquentent d'autres personnes, les moments et week-ends de libres seront moins nombreux, nan ?

* Nb : un "don juan" est souvent la (mauvaise) traduction hypocrite masculine du mot féminin " salope / fille facile qui couche avec beaucoup de mecs / une Marie-couche-toi-là " : je ne te souhaite donc pas d'être une "salope/don juane briseuse de coeurs", mais plutôt de devenir et de bien vivre la vie d'une polyamoureuse ou d'une salope éthique * (+)
( * du nom du livre ' La salope éthique ', aux éditions Tabou, que je te recommande chaudement pour apprendre à mieux vivre sereinement tes relations plurielles ! )

En tout cas fais confiance au temps, et à ta capacité à automodérer tes envies & désirs en fonction de ton temps libre et de leurs envies & temps libres...
( tant que tu ne te transformes pas en amante religieuse qui mange ses partenaires :-( , et tant que ces nouvelles truffes de chocolat noir sont délicieuses et pas amères, pourquoi ne pas continuer d'aiguiser ton appétit ? )

Et puis, si les nouvelles énergies ( aaaaah, la NRE effervescente et enivrante <3 !! ) & les plaisirs des retrouvailles sont toujours là, et tes relations sur la même longueur d'ondes polyphoniques que toi, pourquoi ne pas continuer à en profiter, il n'y a pas de mal à se faire du bien mutuellement ! : carpe diem !
... y compris pour la séduisante 4ème ou 5ème personne (pas forcément au sens chronologique ni hiérarchique d'ailleurs) ... qui pourrait bien te plaire en retour :-D

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Melily

le mardi 10 septembre 2013 à 15h15

@Geraldin.e - oui, en effet, annoncer clairement la situation à chacun me paraît essentielle.

Lorsque tu avais 4 ou 5 relations, vous viviez tous ensemble ? En effet, cela "simplifie" les questions d'emploi du temps, même si j'imagine que cela soulève d'autres questions.

Je te rejoins tout à fait sur le fait de ne pas tout planifier... La spontanéité, c'est très agréable !

@GreenPixie - je crois que tu soulèves un aspect important du "problème" : si une de mes relations "grandissante" n'habite pas dans la même ville que moi, cette personne est très disponible (il me semble qu'il ne voit que moi en ce moment), et donc m'envoie énormément de messages (très agréables), et est prêt à venir me rendre visite ou m'accueillir très souvent. Alors les jours où je suis disponible, c'est agréable, mais quand je suis occupée (avec un autre amoureux, ou même à bosser), j'ai plus de mal à gérer et je crois que cela me culpabilise un peu.
Oui pour le terme de "don juane", j'avais fait exprès !

MErci tous les trois pour vos réponses, et merci d'alimenter mes réflexions, ça fait du bien ! :)

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 10 septembre 2013 à 16h07

Il n'y aura jamais que vingt quatre heures dans une journée... Et tout dépend de la nature des relations.

Entre une relation amicale et une relation amoureuse, même si le mécanisme reste le même (pour moi) il y a un monde. Pour ma part, quand une relation devient une histoire d'amour, elle occupe mon esprit toute la journée. Et plus la relation est forte, intense, dense, prometteuse, plus j'écris, plus j'envoie des signes, consciemment et inconsciemment et plus j'en attends, et cela prend du temps. Le bonheur est chronophage. Et ce n'est pas bâtir une prison dans laquelle on s'enferme, c'est juste vivre des battements de coeur supplémentaires, chaque jour, tous les jours...

Je n'ai jamais pu m'accomplir dans plus de deux histoires d'amour intense simultanées. Mais j'ai pu entretenir quelques relations de plus en même temps. Pour moi il est essentiel de déterminer la relation, parce que le "travail" à faire n'est pas le même selon que l'on fabrique un simple moment de plaisir, de la lecture d'un livre à un repas en tête à tête, de la séance de cinéma à un enchevêtrement sexuel, ou si on construit une histoire qui demande un investissement et pour certaines un engagement.

Je ne suis jamais revenu d'une histoire d'amour pour la considérer comme une simple relation amicale, je n'ai vu faire ça que chez les mono-maniaque amoureux et les consommateurs qui jetaient leurs aventures comme des kleenex, par le jeu de la concurrence.
Mais, pour moi, le poly-amour est d'abord caractérisé par l'amour et ensuite par la pluralité.

#
Profil

Deneb

le mardi 10 septembre 2013 à 20h11

Melily
Puisque je suis "relativement nouvellement" poly, je me "gave" à l'excès de relations et de sensations ?

Là tu as déjà une première analyse !
La suite, ce sera quand tu créeras ton propre équilibre en fonction des personnes, de ce que tu attendras de cet amour partagé et de ce que tu pourras donner aussi et qui pourront fluctuer selon les périodes de ta vie..

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 10 septembre 2013 à 20h12

Melily
Lorsque tu avais 4 ou 5 relations, vous viviez tous ensemble ? En effet, cela "simplifie" les questions d'emploi du temps, même si j'imagine que cela soulève d'autres questions.

Oui, au même endroit, et puis ensuite parfois à un 2ème lieu. Mais c'était le contexte particulier d'une communauté avec un projet de vie, où le poly-amour faisait lui-même partie de ce projet.

D'un côté je suis plutôt ok avec BouquetFleuri ci-dessus, on ne peut pas matériellement avoir beaucoup de relations amoureuses en même temps.
C'est aussi pourquoi je préfèrerais la vie ensemble, ou en tout cas assez proches géographiquement, car il y a effectivement une sorte de "travail" qui demande du temps, de la présence mutuelle, de faire des choses ensemble.
D'un autre côté, je vois qu'il y a plein d'autres choses à faire de super dans la vie, et que je n'ai pas forcément envie de passer trop de temps à une relation (à part à certains moments, notamment au début), et donc ça laisse de la place à d'autres. Et d'autre part, d'autres "types" de relations d'amour, moins intenses (moins "globales" ?, et l'intensité est subjective, impossible à définir, variable suivant les cas/moments) et moins en présence, peuvent être très bien aussi.
Et aussi, pour moi une bonne dose de détachement peut être utile pour éviter trop d'intensité, d'attachement. Et je pense aussi qu'il faut penser/essayer de vivre l'amour aussi ailleurs que dans les relations (créativité, aide sociale ou humanitaire, militantisme politique...).
Bref, en résumé, c'est mieux il me semble de ne pas faire des relations amoureuses une sorte de but primordial dans la vie, d'absolu ultime. Je ne crois pas que ce soit la "philosophie" de BouquetFleuri, mais ta manière de parler me fait penser à ça.

BouquetFleuri a raison aussi de dire qu'il vaut mieux essayer de "qualifier" chaque relation, ce qu'on veut y construire ou pas, un projet ou pas, mais en restant ouverts, évolutifs, sans se mettre des pressions ou des cases. Faire régulièrement le point de là où on en est, de ce que chacun.e souhaite.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Deneb

le mardi 10 septembre 2013 à 20h41

Geraldin-e
Bref, en résumé, c'est mieux il me semble de ne pas faire des relations amoureuses une sorte de but primordial dans la vie, d'absolu ultime.

Tout à fait d'accord, même si l'amour nous "porte" il ne se résume pas à vivre des "sensations" sensuelles/sexuelles, loin de là.. même si la NRE est sensationnelle, et qu'on pourrait rechercher à la multiplier pour ses effets, ce ne serait pour moi qu'une forme d'addiction... l'humain ne se résume pas à un être en recherche de plaisirs et de sensations (même si notre cerveau... bref) !
L'amour peut se vivre sous de multiples formes, aider, échanger, réaliser, rire, avec des personnes qui ne nous sont pas forcément "proches"...

#
Profil

LuLutine

le mardi 10 septembre 2013 à 22h31

Je rejoins globalement les autres, et je dirais qu'une relation se construit de plein de manières différentes, et pas seulement d'après le temps passé ensemble.

Si on ne peut pas se voir, il y a aussi les messages qu'on peut s'envoyer, les nouvelles qu'on peut se donner...

Finalement, c'est comme avec les amis !

Il y a ceux que tu vois toutes les semaines (parce qu'ils habitent près de chez toi par exemple) et ceux que tu vois tous les trois ans (parce qu'ils habitent à l'étranger !). Et tout un éventail de situations entre les deux bien sûr...

Lorsque tu noues une relation amicale, tu ne te poses pas les questions : "Est-ce qu'on va pouvoir se voir tous les jours/souvent ? Vais-je être suffisamment présente pour lui/elle ?"

Pourquoi devrait-il en être autrement des relations amoureuses finalement ?

Chaque relation est à négocier individuellement avec la/les personne(s) concernée(s). Il n'y a pas plus de raison qu'on "exige" de toi une présence, en amour qu'en amitié.

#
Profil

Melily

le mercredi 11 septembre 2013 à 00h02

Merci à tous !! Je ne pensais pas avoir autant de réponses en une seule journée, et d'une telle qualité !

Oui, vous mettez presque tous le doigt dessus. En fait je me demande si mon côté "consumériste" ne cache pas finalement une peur du vide, de l'abandon, ou juste de la solitude. Et donc : est-ce que je ne multiplierais pas les relations pour de mauvaises raisons ?

D'un autre côté, j'aime beaucoup l'analogie que tu proposes, Lulutine, avec l'amitié. Cette vision me rend un peu plus légère.

Encore merci à tous !!!

#
Profil

LuLutine

le mercredi 11 septembre 2013 à 00h14

Melily
D'un autre côté, j'aime beaucoup l'analogie que tu proposes, Lulutine, avec l'amitié. Cette vision me rend un peu plus légère.

Et si tu rencontres des poly, être à leur écoute comme avec des amis (et pas comme avec des amoureux-qui-ont-le-droit-d'exiger-tout-ton-temps-et-ton-énergie) ne devrait a priori pas poser problème.

C'est si tu rencontres des mono prêts à tenter une relation avec toi qu'il faudra expliquer, expliquer et réexpliquer encore et encore...

#
Profil

Geraldin-e

le mercredi 11 septembre 2013 à 12h02

@Melily, les "mauvaises" raisons peuvent parfois aider à faire de bonnes choses... Tout est affaire de dosage ?
Et puis souvent, il y plusieurs raisons entremêlées. On arrive généralement à n'y voir plus clair là-dedans, à faire le tri, qu'après coup.
Des fois, souvent, il vaut mieux vivre les choses, expérimenter, que de renoncer parce qu'on a peur de, parce qu'on a peur d'être mû (?) par l'égoïsme, la peur du vide.
Ce qui n'empêche pas de "travailler" par ailleurs, sur soi et ses activités, etc., pour se vivre mieux ("gérer", utiliser, détourner...) nos inévitables peurs et fêlures diverses. C'est même essentiel.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Melily

le mercredi 11 septembre 2013 à 23h54

Je prends le temps de relire vos messages, vos réponses en détail.
Et je voulais vous dire qu'aujourd'hui je me sens plus légère ! Je me respecte et je respecte les autres. Je suis honnête et je fais au mieux. Et c'est chouette.
Merci.

@Deneb, une petite question... C'est quoi une "NRE" ?
Nouvelle Relation Expérimentale ? :)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 septembre 2013 à 01h44

Melily
@Deneb, une petite question... C'est quoi une "NRE" ?
Nouvelle Relation Expérimentale ? :)

Je pense qu'elle parlait de "New Relationship Energy"

en.wikipedia.org/wiki/New_relationship_energy

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion