Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour, désir, et polyamour

Engagement
#
Profil

AfroArtemis

le dimanche 31 juillet 2016 à 05h52

voilà, cela fait 6 ans et demi que je suis en couple avec monsieur A. Au bout d'un an de relation, suite à un coup de coeur que j'ai eu un pour un autre homme de mon entourage, dont je lui ai parlé, et qui ne s'est pas concrétisé, il m'a proposé d'entrer en relation "libre", de non-exclusivité sexuelle. Sceptique au début, j'ai fini par accepté, et nous sommes maintenant en "couple libre", voire polyamoureux de mon point de vue, depuis maintenant 5 ans et demi. Bien que j'apprécie beaucoup cette liberté, dont je profite largement, surtout l'été, je commence à avoir des doutes sur son bien-fondé. J'ai de plus en plus la sensation que je m'investis dans ces relations pour pallier à un manque dans mon couple, et je n'aime pas ça. En fait, je sais que c'est pour pallier un manque; au manque d'attentions affectueuses, de sexe, de désir manifeste et spontané de l'autre pour moi. Les relations "supplémentaires" m'apportent ça: le sentiment d'être désirée et appréciée, reconnue comme femme désirante, désirable et désirée. La différence entre ces relations, la principale et les supplémentaires, c'est que si dans la principale on se connait par coeur et on a un vrai lien de complicité; dans les supplémentaires, j'ai vraiment ce sentiment de reconnaissance, et d'avoir été choisie parmi d'autres; alors que dans la principale, quand on me propose de "faire des câlins" parce qu'on est réveillé à 3 heures du mat', ce pourrait aussi bien être une autre... dans la principale, on me propose de faire l'amour parce que ça fait du bien de faire l'amour, et pas parce qu'on a envie de le faire avec moi. Je sais qu'il a du désir, puisqu'il en manifeste régulièrement en ma présence pour d'autres femmes, il n'en a juste pas pour moi. C'est précisément ça qui me rend malheureuse et m'amène ici aujourd'hui. J'aimerais changer cet état de faits, mais je ne sais pas si c'est possible, ni comment faire. En fait, je pense juste que je ne suis pas aimée et pas désirée de mon compagnon, et ça me rend profondément malheureuse, à tel point que je ne suis pas parfaitement à l'aise avec mes amants. Qu'en pensez-vous?

#

(compte clôturé)

le dimanche 31 juillet 2016 à 14h29

...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 31 juillet 2016 à 14h34

...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le dimanche 31 juillet 2016 à 16h39

Je ne sais plus dans quel livre j'avais lu que c'était au sein du couple que l'on pouvait le plus diversifier sa sexualité. Pour reprendre la métaphore de philemon, qu'est-ce qui empêche d'ajouter de la chantilly sur sa glace au chocolat, et une prochaine fois, un coulis de framboise...

J'ai l'impression, à lire AfroArtemis, qu'il y a un désamour plus profond que celui d'une sexualité routinière ?

#
Profil

bonheur

le lundi 01 août 2016 à 11h45

philemon
Je me trompe peut-être mais j'ai l'impression que l'on trouve beaucoup de personnes hypersensibles parmi les polyamoureux, ou tout du moins les personnes tentées par des relations extra-conjuguales. Cela est-il étonnant ? Les personnes hypersensibles ne sont-elles pas plus prompt à désirer, et donc à souffrir du manque du désir de leur conjoint(e) ?

Je me reconnais dans la première partie de la première phrase... mais la suite me laisse perplexe. J'ai beaucoup lu, puisque me sentant concernée, sur l'hypersensibilité. Ce qui fait de moi une poly(affective) relève plus du fait que je ne peux ignorer mes émotions, mes ressentis, que du fait qu'il y ai une quelconque asymétrie dans mon couple principal (même s'il y en a dans toute relation).

L'amour, affectif comme sexuel, est un besoin pour la majeur partie des humains en âge de l'être.

L'évolution dans le temps, et les compatibilités au sein de chaque lien, font qu'une relation aura un "statut" particulier.

On peut aimer mais ne pas pouvoir vivre un quotidien avec la personne aimée. On peut ressentir de l'amour, parfois extrêmement fort et intense, pour une personne dont on ne peut pas supporter le comportement... ce qui amènera à s'éloigner de la dite personne, malgré le pouvoir de l'amour.

La séduction est liée à la volonté de plaire. Sauf que quand les choses sont établies, la séduction n'a plus de rôle. Je pense que le problème d'AfroArtemis est en cela (en surface en tout cas, car si on creuse, que découvrira-t-on ?).

Allez voir ailleurs pour souder son couple est à mon sens une erreur. Cette démarche ne pourra qu'être révélatrice des failles importantes existantes et n'aura pas pour effet de rapprocher. Au mieux chacun-e trouvera un petit paradis de substitution, mais pas une création d'un paradis commun... en tout cas s'il n'y a pas l'effet compersion.

Egalement, à lire AfroArtemis, j'ai l'impression que son amie est dans l'optique de la sexualité variée (donc plutôt une optique libertine, avec obligation d'une parade de séduction) alors que AfroArtemis désirerait plus de l'amour affectif. Evidemment, je peux me tromper sur toute la ligne.

#
Profil

bonheur

le lundi 01 août 2016 à 11h55

Pour savoir si un membre d'un couple libre est plus dans l'optique libertine ou plus dans l'optique poly, la lecture de "osez le libertinage" de Pierre des Esseintes et celle de "vertus du polyamour" de YA Thalmann permettront de s'identifier (voir dans les deux, ce n'est pas incompatibles) et de situer chaque relation.

Pour ce qui est de la séduction, elle peut continuer à se pérenniser, car rien n'empêche de jouer... après tout, dans votre couple, vous inventez comme vous le désirez, qu'est-ce qui l'empêche ?

Cela me fait penser à une nouvelle que j'avais lu dans un livre que l'on m'avait prêté "les secret des femmes" d'Elisa Brune et Yves Ferroul. En résumé, une femme reçoit un courrier d'invitation d'un inconnu. Elle reçoit des directives précises. Elle s'y rend, ferme les yeux en entrant et se laisse bander les yeux .... lorsqu'elle a l'autorisation d'enlever son bandeau, la pièce est vide ... le soir, son mari rentre, était-ce lui, ce rendez vous mystère ? La seule chose certaine est que le mari était complice et certainement acteur ... le mystère restera entier !

Il existe de nombreuse façon de casser une routine, aussi faut-il "jouer le jeu".

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion