Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Trop, c'est trop ! La question du nombre et du sens...

Bases
#
Profil

wotan

le vendredi 02 décembre 2011 à 12h48

Bonjour, régulièrement on me renvoie à la figure : "tu fais n'importe quoi, tu fais souffrir ces femmes, et puis tu vis trop de relations. Cela n'a pas de sens. Pourquoi as-tu besoin de cela ? "
Comme je ne suis sûr que d'une chose, c'est de douter de tout, alors je me laisse envahir par le doute et les questionnements.
J'écris donc sur ce site pour que vous m'aidiez à y voir un peu plus clair et éventuellement, me donner quelques pistes de réflexion.
Il ne s'agit pas de creuser telle ou telle relation mais de penser dans la globalité.
Quel sens ? Quels besoins ? Quels désirs ? Du polyamour ou de la consommation sexuelle ?
Je vais donc retracer rapidement mon histoire sur les 8 derniers mois.
Je précise qu'en général, et je pense que c'est le cas pour 95% des personnes, l'attirance physique joue un rôle prépondérant. Les sentiments sont plus ou moins présents mais prennent de la profondeur (ou pas) avec le temps et il m'en faut.
C., une histoire qui a 15 ans maintenant. Relation dans le genre compliqué, elle monoamoureuse, moi poly. Ce sont éloignements et rapprochements à répétition après des scènes de jalousie, frustration, de querelles, de la tendresse, du partage. Elle m'a beaucoup apporté humainement, sexuellement... J'ai même tenté une période mono (impossible pour moi, je n'étais que l'ombre de moi-même). Après 2 ans de séparation totale, on s'est retrouvé en mai dernier et y a rien à faire quelque chose reste entre-nous. Mais le coté torturé de cette femme sensible et généreuse, me fait garder une certaine distance. Nous nous voyons 1 fois tous les 2 mois environ.
El., rencontrée pour des raisons professionnelles il y a 1 an. Nous habitons dans la même ville et nous nous voyons 1 à 2 fois par mois autour d'un film, d'un événement culturel, ou papoter sur une terrasse…plus affinités si le désir pointe son nez. J'apprécie sa sensibilité artistique, ses connaissances culturelles. Cette relation est douce, mais cette femme est très introvertie et parler de ses sentiments, de ses états d'âmes, ses émotions… est difficile. Cette relation ne me satisfait pas complètement. Nous avons aussi notre voie à trouver dans l'intimité mais sans communication, c'est difficile. Les masques sont encore là. Je ne sais que penser encore.
Em., relation qui est née il y a un peu plus d'un an autour d'affinités musicales et culturelles, nous nous sommes vus 2 fois en un an. Elle fréquente un autre homme plus régulièrement. Notre partage a été agréable, cordial et respectueux mais ne me satisfait pas finalement. Pas satisfaisant dans l'intimité pour moi. Question de feeling, de personnalité...
G., et oui tu te reconnaîtras ! Rencontrée en mai à la suite d'une rencontre PA, nous nous sommes revus afin d'évoquer nos parcours plus personnels et nos vies PA. Nos discussions sont toujours très intéressantes et dynamiques. Nos rythmes et nos attentes pour alimenter la relation sont différents. Bonnes sensations dans l'intimité mais nous avons besoin de temps pour mieux nous connaître. Elle a décidé d'arrêter cette relation déséquilibrée à ses yeux. Nous avons toujours beaucoup de plaisir à discuter.
I., Femme monoamoureuse divorcée avec 2 enfants. Nos affinités : la musique, l'informatique, la gestion, le sport, l'espagnol (la langue), les discussions économiques et politiques. Sexuellement, super ! Cela a accéléré la qualité de notre communication. En revanche, elle ne souhaitait pas communiquer autour du PA et en savoir sur ce que je vivais. On passait du temps ensemble. On se voyait 1 à 2 fois par semaine pendant presque 2 ans. Elle a stoppé notre relation en août, le jour où elle a pris conscience de mon PA assumé et qu'à ses yeux, elle pouvait être remplacée.
K., rencontre récente (août). Elle vit en couple depuis 22 ans et ont ensemble 2 adolescents. Elle partage avec son conjoint le PA depuis 5 ans. Ce qui m'a attiré, c'est cette impression d'avoir une forte connivence intellectuelle. Après 2 rencontres, cette impression s'est confirmée, c'est très étonnant ! Conception de vie, culture, politique, éthique, esprit critique, vision du polyamour ouvertement en famille. Sexuellement, nous avons du chemin à parcourir pour mieux nous connaître. Cette ouverture a rendu possible une communication sans tabou ni gêne. J'espère que cette relation continuera malgré la distance (400km).
M., Rencontre platonique en août dernier lors d'un festival dans le centre de la France. Seule, songeuse, et rêveuse, j'ai éprouvé le désir de discuter autour d'un verre. Je découvre une femme en quête d'un avenir personnel et professionnel mais pleine d'espoir et d'envie. J'ai aimé cette énergie. Nous nous sommes revus un mois plus tard et nous avons beaucoup de choses à partager notamment autour du PA qu'elle souhaiterait vivre pleinement. Cette histoire est trop courte pour savoir comment elle va évoluer. Nous nous connaissons trop peu (y compris dans l'intimité). Je n'attends rien de particulier. La distance (800km) n'aide pas. La situation reste ouverte.
N., rencontrée à Paris, on va dire c'est une histoire d'un soir en juillet dernier. Pas d'affinité à priori mais l'originalité et l'exubérance du personnage m'a donné envie de me laisser aller dans l'instant sans qu'il y ait une vraie relation sentimentale. Au détour d'une correspondance, nous avons bu un café sur une terrasse de la gare de Lyon. C'était léger. Du plaisir aussi.
S., très étonnante. Femme mariée, rencontrée il y a un an. On se voyait 1 à 2 fois pas semaine entre 18h et 20h. Je pense qu'elle cherchait à mettre du piment dans sa vie sentimentale et sortir de son train train quotidien. Très belle femme, séduisante, très féminine. Sexuellement, ce n'est pas top. C'est peut-être ce qui explique que j'ai parfois du mal à la comprendre dans ce qu'elle recherche. On discute, on rit, on politique, on socialise, on partage notre tisane en cachette. Mais les masques ne sont pas tombés. On peut dire que c'est une relation quasi platonique tellement le sexe est peu présent. Je sens que cette relation se ternit peut-être à cause de ce coté caché. Pas de sorties, de projet, de rêves. Voilà 3 semaines passées sans se voir.
Et enfin Z., rencontrée il y a bientôt 18 mois, peu de temps après sa séparation avec son mari (26 ans de relation exclusive). Nous avons pris le temps de nous connaître. Nous nous voyons 1 à 2 fois par semaine et plus fréquemment ces derniers temps. Elle s'est rapidement ouverte au PA. Je suis sa « relation principale », elle a 2 autres relations qu’elle appelle « amitiés amoureuses » a un rythme non défini, selon les envies et disponibilités de chacun. Femme sensible, généreuse douce et pétillante de vitalité, le feeling passe… Nos affinités : la danse, les escapades en WE, la bonne bouffe, l’humour, l’envie de jouer, la découverte des autres, la découverte de ses limites. Nous sommes allés ensemble à la rencontre de K. et de sa famille, à 400 km. Échanges très riches émotionnellement, dans la transparence, la communication. Sexuellement super, assez tôt dans la relation ! Relation qui a évolué également pour moi en « relation principale ». Mais aujourd'hui, le doute l'envahit ; relation épanouissante pour moi, mais parfois pleine de souffrances pour elle. Confrontées aux difficultés de vivre le PA en raison de nos vues différentes sur le sujet. Notamment sur la question du nombre, du sens de ces relations multiples. Elle a décidé de prendre de la distance, de faire le point. Ouverte à la discussion constructive, à la réflexion quant aux besoins de chacun pour avancer ou tout arrêter, elle alimente beaucoup ma réflexion sur « comment bien vivre le PA » et est à l’origine de mon désir de poster cette discussion.
...A vous de jouer...

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 décembre 2011 à 12h58

.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

clairobscure (invité)

le vendredi 02 décembre 2011 à 13h51

Bonjour Wotan,
ayant seulement "ressenti" le PA sans le vivre concrètement, d'autres auront sûrement des vues très différentes. Par mon expérience et les réflexions qui vont avec, plus celles d'autres intervenants (mono et poly) sur ce forum, j'en arrive à la conclusion qu'il y a autant de hasard, que de décisions conscientes, que d'attirances inconscientes dans toute relation... En gros, d'une part on peut se tourner vers le PA soit parce qu'on n'a pas envie de choisir, soit parce que une relation en cours ne nous "suffit" pas mais qu'on ne veut pas y mettre fin pour autant ; et d'autre part, on peut (inconsciemment?) choisir des partenaires qui nous donnerons l'occasion de "compléter" ailleurs: non pas forcément par "autorisation", mais parce que les personnes qu'on choisit ne sont jamais en état de s'engager personnellement (dans leurs sentiments et leur vie).
La situation de PA peut donc se présenter par des facteurs intérieurs ET/OU extérieurs à une relation/une personne/soi-même. Le tout est peut-être de faire le point sur tous ces facteurs pour vraiment comprendre pourquoi on en est là et si c'est ce qu'on souhaite.

#

Popol (invité)

le vendredi 02 décembre 2011 à 14h50

Je bisse.

Si tu te laisses déstabiliser par les réflexions de gens qui en fait te dépeignent leurs propres valeurs, alors c'est que tu dois toi-même te poser ces questions, sinon ça ne ferait pas écho chez toi.

Qui souffre, et de quoi? A vérifier auprès de chacune sans broder ou imaginer, ni se laisser impressionner par les projections mentales des gens qui te disent ces choses.

#

G. (invité)

le vendredi 02 décembre 2011 à 15h24

Présente ! Moi je souffre. Du nombre, donc du non-sens.
Mais je me soigne...
Chapeau bas, Wotan pour ce strip-tease intégral. J'adore !

#
Profil

tentacara

le vendredi 02 décembre 2011 à 15h35

Le nombre n'enlève rien au sens. Le sens d'une relation lui est intrinsèque, c'est la chimie particulière qui opère entre deux individus.
Le nombre peut éventuellement représenter un obstacle en termes d'organisation, mais bien que ta liste soit impressionnante, Wotan, la plupart des relations dont tu parles sont calées sur des rythmes assez espacés. Du coup, je n'ai pas l'impression que ce soit si compliqué du point de vue logistique.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 02 décembre 2011 à 15h51

tentacara
Le sens d'une relation lui est intrinsèque [...]

+1 Tentacara.

Je sens poindre dans ton témoignage, Wotan, la question de la valeur des relations. Du genre "pourquoi devrais-je souffrir tes relations sans importance (sans sens, qui ne mènent nulle-part) ?", comme on a pu me dire à une époque "je veux bien supporter tes histoires, prendre sur moi et dompter ma douleur, mais encore faut-il que celles-ci en vaillent la peine...". A croire que la seule relation valable serait un calque de relation mono-amoureuse (mais en surnombre) théorique, à savoir amour--couple...
Je pense pour ma part qu'une relation a de la valeur à partir du moment où elle apporte quelque-chose, si petit que soit ce quelque-chose, aux personnes impliquées. C'est là son sens.

#
Profil

lilitu

le vendredi 02 décembre 2011 à 16h30

Tout à fait d'accord avec ce que disent Tentacara et LittleJohn.

Ta longue liste Wotan, m'a fait réaliser un truc. Je ne sais pas combien j'ai de "relations". A vrai dire, c'est même parfois difficile de définir la différence entre une amitié, une amitié amoureuse, certains qui sont parfois des amants, parfois des amis, quelqu'un qu'on voit tous les deux ans mais qui compte vraiment, ceux qu'on ne sait pas si et quand on les reverra...

Tous ça pour dire que des amoureux, c'est pas très différent des amis, mais avec du sexe en plus (et encore, pas toujours!).
Donc y chercher un sens, pour moi c'est un peu comme si tu cherchais un sens à tes amitiés. Tu pourrais faire la même liste avec tous les amis que tu as vu ces dernières années, vos habitudes, ce qui vous rapproche...
Est-ce que ça aurait besoin d'avoir du sens?
Voilà, juste une idée comme ça pour alimenter ta réflexion.

Sinon, pour moi, à chaque fois que j'ai l'impression que mon cœur s'ouvre face à quelqu'un, ça vaut tous les sens du monde :)

#
Profil

eolemuse

le vendredi 02 décembre 2011 à 17h09

Kōan anonyme : Butine l'abeille qui fait son miel! La ruche s'éloigne?

"On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve" (Héraclite)

"La quantité a une qualité qui lui est propre" ( I. Vissarionovitch Djougachvili : sinistre comique...)

le sens du nombre résiderait il dans l'ivresse après les vendanges? et le nombre de sens dans les pépins de "raison" que l'on recrache...dégustez!

;-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 02 décembre 2011 à 20h57

wotan
Je précise qu'en général, et je pense que c'est le cas pour 95% des personnes, l'attirance physique joue un rôle prépondérant.

Je dois faire partie des 5% restants alors...

A part ça, je plussoie Tentacara et LittleJohn !

Pour ma part je n'estime pas être quelqu'un de très sociabilisant (dans le sens où je ne cherche pas systématiquement la compagnie des gens, je suis souvent solitaire, je ne donne pas ma confiance facilement ni rapidement, etc.).

Pourtant si je compte bien, je suis amoureuse de 6 personnes, dont 3 avec qui j'ai une relation amoureuse. C'est vrai qu'il y en a deux avec qui je n'ai pas (encore) eu suffisamment de contacts poussés pour connaître la profondeur exacte de mes sentiments. Mais en tout cas ce que je me dis, c'est que si moi qui me laisse assez peu approcher et "convaincre", je peux aimer 6 personnes, il n'est pas choquant que quelqu'un de plus "sociabilisant" ait encore plus d'amours...

Enfin, que ces relations soient considérées comme des amours, des amitiés-amoureuses, qu'elles soient principales ou secondaires, ça ne leur enlève en rien leur qualité - et leur sens ! - intrinsèques.

#

Popol (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 07h31

Wotan, est-ce que la dernière femme que tu évoques pourrait être celle qui te pose la question de départ?

"tu fais n'importe quoi, tu fais souffrir ces femmes, et puis tu vis trop de relations. Cela n'a pas de sens. Pourquoi as-tu besoin de cela ? "

Je te le demande, car pour moi quand j'essaie de m'y retrouver dans mon paysage PA, il est essentiel de bien séparer les discours et les personnes de qui ils émanent.

Car si je peux arriver à cerner pour elle le sens de me poser une telle question, il devient plus clair pour moi de savoir si, MOI, je veux me la poser.

En conséquence, sans entrer dans une réponse

- sur la quantité (qui a toutes les chances de tenir de la justification)

- sur le supposé n'importe quoi (alors que tu sais très bien de quoi est fait le cocktail qui donne le sel à chacune de ces relations, dont plusieurs sont plus amicales et intellectuelles qu'autre chose... et pour boucler cette parenthèse, peut-on reprocher à quelqu’un d'avoir trop d'amis!!!)

- sur la supposée souffrance de ces femmes (or si vraiment elles souffrent, elles en sont responsables pour moitié, vu qu'une relation ça se bâtit et s'entretient ou se défait à deux)

- sur le sens de ce paysage (mais tu sais très bien ce qui t'attire chez chacune et ce qui marche ou marche moins bien, c'est évident - et puis, c'est différent de la vue d’ensemble, et j'y arrive...)

- sur le supposé besoin de ce paysage, le terme de "besoin" lui donnant une consonance pathologique du genre Peter Pan alors qu'il est plus question, je crois, de vivre ses envies en adulte en qui il reste une part d'enfance, comme chacun d'entre nous, PA ou pas, libre ou refoulé... et quand bien même, là je dis "de quoi je me mêle...".

Si Z est celle qui te fait te poser ces questions, ou donne un autre sens au fait de les explorer si elles te sont posées par d'autres...

... se pourrait-il que simplement, cette relation-là cumule ce que tu trouves de manière éparse chez toutes les autres? Et de ce fait magnifie ton choix de vie amoureuse?

Enfin bref, tout ça pour dire que ce type de réflexion,

"tu fais n'importe quoi, tu fais souffrir ces femmes, et puis tu vis trop de relations. Cela n'a pas de sens. Pourquoi as-tu besoin de cela ? "

te donne à tort un rôle de grand décideur et éventuellement abuseur, alors que ces dames sont responsables aussi de s'éloigner - d'ailleurs certaines le font.

Bref: j'en viens à me demander si le fait de te laisser atteindre par le doute en la matière ne titillerait pas en toi un petit peu d'orgueil... tu n'es pas seul à décider d'avoir ces relations ou pas, comme un Jupiter qui irait se servir dans la vie des mortelles sans se soucier de leur consentement, ou en usant de la manipulation.

La seule relation co-consentie qu'il ait, c'est Junon, et elle râle telle un pou, obligée de rester à ses côtés malgré tout car les parents de tous les dieux de l'Olympe, ça reste ensemble pour les enfants...

En quoi ce questionnement de la part d'autrui, te parle-t-il de toi? Tiens, mais... "Wotan"... ce serait pas le Jupiter nordique, chef d'Ásgard?

#

L. Alias "Z" (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 16h13

J'ai pas choisi le "Z", mais ça a du m'être "attribué" car je ne souhaitais pas être coincée entre le K. et le...heu...je sais plus qui c qui ya après !!!....Ah oui, le M....
Oh là là, j'ai du mal à suivre...désolée !!!
Pour répondre à ce qui me fait souffrir, c'est d'apprendre subitement des choses qui ont été cachées pendant longtemps.
Passer de 3 à 10 en un tour de baguette magique, c'est pas facile à digérer...surtout que j'apprends que ça date d'un an...voir +
Pour moi, c'est une question de confiance qui est mise à l'épreuve ; et c'est tellement important pour moi d'avoir confiance en la personne que j'aime...cela fait partie de mes besoins.
Ça vous parle la confiance ?

C'est super qu'il existe ce site pour pouvoir découvrir ce que son amoureux vit de beau dans sa vie...!!!
Perso, moi je trouve ça très beau maintenant que je sais....et ça fait moins peur, voir plus peur du tout...mais c'est pas gagné quand même ! Il faut retrouver la confiance que l'on a perdu.
Référence à l'article du site sur la jalousie qui parle de nécessaire confiance mutuelle, sans laquelle on se sent en insécurité. jalousie comme symptôme d'un problème non résolu, du fait de se sentir menacée, du sentiment que les besoins d'une personne ne sont pas remplis....etc
J'ai bien tout compris ???

Après, il ne sagit pas que du nombre ....mais ça c'est perso...on va pas laver son linge sale en famille.
Vénus a bientôt réunion avec Jupiter....hihihi

Je vous aime tous, mes frères et mes soeurs, mais je vous préviens tout de suite, j'ai pas envie de coucher avec vous ce soir....c'est juste une "question de feeling"

#

Popol (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 16h50

Salut, L Z Vénus.

Je ne comprends pas bien ta dernière remarque... mais pour creuser sur la jalousie, la confiance, etc. bienvenue dans les fils.

Et que ça se passe au mieux avec Jupin Dis Pater... :-)

#

L. Alias "Z" (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 17h38

Il n'y a rien à comprendre, c'était de l'humour...
Et pour info, après vérification, c'est pas Jupiter, c'est Odin en vieux haut allemand...
;-)

#
Profil

wotan

le samedi 03 décembre 2011 à 17h40

L. Alias "Z", tu me plais...

#

Popol (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 17h44

Pour info, LZVénus, re-vérifie tes sources:

Odin, du vieux norrois Óðinn ; Wōden en anglo-saxon ; Wodan en vieux néerlandais ou Wotan en vieux haut-allemand ou Gaut ...

... c'est le même ;-)

#

Popol (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 17h46

Et le pére de tous les dieux dans des mythologies différentes ; la seule différence, c'est qu'alors que l'un est un coureur notoire, l'autre est plutôt un démiurge-magicien.

Il faut savoir tirer le meilleur de ce genre de rôle!

#

L. Alias "Z" (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 18h03

Oui oui, on est bien d'accord, Odin, c'est Wotan, j'ai pas été claire ???
C'est pourquoi j'ai pas vu le lien avec Jupiter, mais là, c'est peut être toi qui n'a pas été clair. ???
Mais "c'est pas grave"....c'était pas le sujet.

Alors, sinon, pour ton dernier post, je dirais le n°2, patron de la magie, de la poésie,(...) et de la chasse !!!
Référence à mon histoire de "coup de baguette magique" dont je ne dévoilerai pas le nombre de centimètres....(de la baguette magique).
Allez, je me prépare pour mon entretien philosophique de tout à l'heure.
Tchao tcaho...;-)
.

#

Popol (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 19h38

Pas clair, non.

Mais... osef.

Ce que je voulais dire, c'est que le choix d'un tel pseudo, s'il est inconscient peut-être, n'est pas innocent; toute médaille ayant son revers!

Pour le reste, en effet ça vous regarde à présent, qu'il s'agisse de retrouver la confiance ou de se réjouir de la taille des claouis (va falloir passer ce fil dans la série de ceux pas-pour-les-enfants, bientôt, hu hu) et j'en profite pour rajouter que l'air n'est pas la chanson, bon chemin à vous deux.

Pour conclure de mon côté, même Dieu tout-puissant sent parfois la nécessité de se faire tout petit pour dire la vérité toute nue comme il la vit, passant par le bouclier de l'écrit public pour dire à sa reine de cœur quelque chose de délicat.

Quant à la question posée en titre de fil, je crois que c'est à vous deux d'y répondre pour ce qui concerne votre relation ... ;-)

Ce serait intéressant de vous lire sur le sujet, je veux dire... à quoi vous en serez arrivés comme accord ou cordial désaccord sur la question.

#

G. (invité)

le samedi 03 décembre 2011 à 21h13

Pssttt.... pendant qu'ils font leur réunion au sommet de l'Olympe, vous voulez que je vous le dise, moi, le nombre de centimètres ? ;-) Mais promis, vous ne dites pas que c'est moi, ok ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion