Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Cultiver son indépendance affective dans une relation fusionnelle

#
Profil

PolyEric

le dimanche 30 mai 2010 à 10h27

Amande : Admettons que le "il faudrait" ne soit pas un forçage.

L'idéal est quand-même une chose très personnelle.
Moi, par exemple je trouve que c'est idéal d'évoluer.
Si personne ne me demande rien, je n'évolue pas.
Mais c'est mon idéal, bien à moi.

Toi, tu peux rester comme tu es.

Tu peux aussi essayer de me changer pour que je devienne conforme à tes désirs. Par exemple, tu peux argumenter dans le sens de la liberté, ou dans le sens "demander à l'autre de changer, ce n'est pas idéal".

Ta remarque n'était pas gratuite, et pourtant je reste libre d'adhérer ou non. Et je reste également spontané, car changer les autres, c'est quelque chose que je fais spontanément, sans me forcer.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

titane

le dimanche 30 mai 2010 à 10h30

Je crois que vous vous faites une montagne de la spontanéité et de la gratuité... Ol ne s'agit pas de faire un effort, mais de reconnaitre que l'amour, lui, est spontané et gratuit dans son essence.

Que notre façon d'aimer ne le soit pas est autre chose! Résister à la nature d'une chose est l'intellectualiser, l'interpreter... Je crois que c'est notre ego qui théorise l'amour en lui collant des peurs, des doutes...

La plupart de nos pratiques ne sont pas forcément réelles si elles sont motivées par une certaine idéologie de l'amour construite autour de peur, de possessivité, d'exclusivité...

Le monoamour est une construction psycholohique et sociale non éthique et névrotique... Mais il est largement vécu! Serait il plus réel que le polyamour ?

On se cache souvent derrière nos pratiques... Ce qui est ressenti (rien de théorique) est réel! Les pensées philosophiques sont reelles, le ressenti spirituelle est reel! Qu'est ce qui te guide, toi ?

Qu'est ce qui motive tes actes? Qui leur donne un sens? Tes valeurs? Sont elles théoriques?

Je ne crois pas. L'essence des choses n'est pas de la théorie. Tu as le choix de "pratiquer" tes valeurs, meme si c'est difficile ou inconfortable, ou de te laisser guide par ta réactivité psychologique impulsive...

Voilà le message de toute philo de base: le choix...

Accepter que l'amour, le sentiment, est libre et spontané, c'est couper l'herbe sous les pieds de bien de nos mécanismes egotiques.

Voilà ce que je crois et vis parfois.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 30 mai 2010 à 10h32

Capucin
Il est trés facile de dire ce qu'il faut faire et comment il faut se comporter mais l'appliquez vous ,vous même ??? ?

Une bonne partie de la question est là, effectivement.

Et je vais même rajouter qu'en admettant que la réponse soit "OUI", rien ne dit que ce ne soit pas forcé. On peut très bien se forcer à être libre par exemple.

En ce qui me concerne, je n'ai pas honte de me forcer.

Bon, j'ai un peu honte parfois de ne pas appliquer ce que je prône, mais la honte disparait vite. C'est la base d'accepter sa propre incohérence. Sinon on ne peux plus tendre vers rien.

Mais faut-il tendre vers la gratuité, et la liberté, si c'est pour enlever de la spontanéité ?

#
Profil

PolyEric

le dimanche 30 mai 2010 à 10h36

titane
Il ne s'agit pas de faire un effort, mais de reconnaitre que l'amour, lui, est spontané et gratuit dans son essence. Que notre façon d'aimer ne le soit pas est autre chose !

Ah, voilà, ça me plait mieux déjà.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 30 mai 2010 à 10h42

titane
La plupart de nos pratiques ne sont pas forcément réelles si elles sont motivées par une certaine idéologie de l'amour construite autour de peur, de possessivité, d'exclusivité...

Accepter que l'amour, le sentiment, est libre et spontané, c'est couper l'herbe sous les pieds de bien de nos mécanismes egotiques.

Voilà qui est plus clair.

Personnellement, je ne construit pas l'amour autour de "possessivité", et "d'exclusivité". Et j'espère également, que ce n'est pas autour de "peurs".

Mais dans la fusion, il n'y a pas forcément de "possessivité", "d'exclusivité" et de "peurs".

Moi, dans la fusion, j'y vois de l'amour, du plaisir, du bien être, beaucoup de liberté et de spontanéité. Mais de la gratuité, alors là, faut pas trop pousser. Si je suis le seul à donner, je n'aime plus. Ya pas de gratuité.

Vous faites comment vous, les adeptes de la gratuité, avec les gens qui prennent tout comme des voleurs et qui ne donnent jamais rien ?

#
Profil

titane

le dimanche 30 mai 2010 à 10h49

On m'oppose des théories psychologiques à une théorie philosophique. Soit!

Pourquoi les premières s'étaient plus pragmatiques que la seconde ? Parce que les premières s'appuient sur nos réactions impulsives et la seconde sur une réflexion plus introspective ? Les deux viennent de l'esprit!

Une névrose est une construction de l'esprit! Nos valeurs aussi... A nous de choisir quelle construction nous guide. Pas facile bien sur, mais c'est le but de la philo... Non ?

Nous libérer de nos réflexes impulsifs pour libérer des réflexes plus intimes.

#
Profil

Amande

le dimanche 30 mai 2010 à 11h15

Oui ,dans son essence, l'amour est libre , spontané et gratuit.

#
Profil

Capucin

le dimanche 30 mai 2010 à 11h40

L'amour est libre lorsqu'il est partagé..
Il est spontané ,c'est certain ...
Quant à la gratuité ,un amour qui ne le serait pas ne serait pas un amour...
Mais encore une fois .....Il ne faudrait pas confondre amour et plaisir....

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 11h41

Eric_49
(...) Ya pas de gratuité. Vous faites comment vous, les adeptes de la gratuité, avec les gens qui prennent tout comme des voleurs et qui ne donnent jamais rien ?

Penser et vivre que l'amour se donne avec gratuité, n'implique pas forcément de se laisser détruire par une relation où l'autre ne donne rien.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 13h26

on prend autant qu on donne
c'est gratuit et spontanné!
sans ca pas de relation durable!
quand on ne donne rien on ne recevra rien c'est pourtant simple!

#
Profil

LuLutine

le dimanche 30 mai 2010 à 13h55

insognare
Penser et vivre que l'amour se donne avec gratuité, n'implique pas forcément de se laisser détruire par une relation où l'autre ne donne rien.

+1

#
Profil

aime_mi_trente

le dimanche 30 mai 2010 à 16h38

Dit autrement, quel que soit le type de lien qu'on établit, un des aspects essentiels est le choix de l'autre. C'est d'ailleurs ce qui explique mon attirance zéro pour le libertinage polarisé sur le sexe.

#
Profil

titane

le dimanche 30 mai 2010 à 17h30

Je me sens moins seul tout à coup!....

Je vous aime... Spontanément, gratuitement et librement!!

Même si cela ne vous plait pas!!!

A vous de réagir de meme non ?

Bises a toutes et tous

#
Profil

aime_mi_trente

le dimanche 30 mai 2010 à 17h40

Francoise
à aime mi trente : je ne crois pas avoir écrit qu'il fallait espacer les rencontres au début d'une relation, au c ontraire.

Je m'en veux de mon manque de rigueur, je suis parti de vos propos pour échafauder mon propre raisonnement. Je faisais allusion à votre passage sur la passion (p.110). "La supercherie est d'appeler 'amour' cet état provoqué par un rush hormonal massif [...] Or il est impossible de construire quoi que ce soit quand on passe son temps à se dévorer des yeux."

Je partage votre avis (on l'a tous vécu), d'où mon idée de la jouer "piano moderato" dans cette phase initiale où on a tendance à s'enflammer comme de l'amadou. Comme j'écrivais de mémoire, mon raccourci était trop brutal.

Par ailleurs, merci à insognare d'avoir rappelé que la passion [n']était [qu']un des "7 degrés de l'amour". Celui qui conduisait certains Epicuriens à s'en défier car "les histoires d'A finissent mal en général" (de la célèbre philosophe épicurienne Catherine R.).

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 17h47

titane
Je me sens moins seul tout à coup!....

Mais moi je suis avec toi,
librement et gratuitement!

#
Profil

titane

le dimanche 30 mai 2010 à 19h26

j'en suis heureux... une belle découverte j'en suis confiant...

#
Profil

Romy

le lundi 31 mai 2010 à 04h56

Bonjour et bonsoir,
Je lis tous les post à l'instant. Merci à ceux qui m'ont donné leur point de vue sur la question.
Eric, bien sûr que j'admire d'autres personnes que mon mec, mais en toute sincérité je n'ai jamais rencontré un autre homme qui me fasse autant d'effet. Ça m'étonne à tous les jours. J'ai des amis hommes que j'aime énormément mais je ne me verrais pas vivre au quotidien avec eux. J'essaie de comprendre comment je peux ressentir cette fusion sans être dupe. Je suis pourtant une polyamoureuse! La seule chose qui se rapproche c'est ce que je ressens pour mes enfants. Bon, pour l'instant ils sont jeunes, mais mes enfants seront éventuellement libres d'aller, pourtant, le lien qui me rattache à eux est fusionnel. C'est ça que je ressens avec lui. On est rattachés l'un à l'autre, libres d'aller et de revenir, mais pour moi, il sera toujours le plus beau, comme mes enfants. Je sais que tout ça peut se terminer, mais dois-je vraiment me le rappeler tous les jours et me dire: attention! tu es trop fusionnelle là....

Et oui Françoise tu as raison: beaucoup de temps passé à parler de polyamour, et peu de temps pour les autres passions. Dans mon cas, c'est devenu plus intense cette fixation sur le sujet de relations amoureuses depuis environ deux ans. Si c'est comme la passion amoureuse, cette passion pour le sujet devrait se terminer dans un an! L'année prochaine je me mets à la peinture ou à l'ébénisterie :-) Mais pour le moment, je dois aller au fond du sujet.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 31 mai 2010 à 10h38

Rosalie
.....dois-je vraiment me le rappeler tous les jours et me dire : attention ! tu es trop fusionnelle là....

Pour moi, il est évident que non.

A priori, j'ai fait une erreur dans un de mes post précédent. J'avais l'air de penser que le polyamour consistait à ressentir la même chose pour plusieurs personnes. En fait, il est évident que non.

Il me semble clair que l'indépendance affective que l'on acquiert par dépendances multiples, ne vient pas du fait que nous aimons de la même façon plusieurs personnes mais tout simplement que nous aimions plusieurs personnes tout court.

En cas de rupture, on ne perd pas tout, et le besoin peut éventuellement même se transférer, par contre le ressentis ne se transfère pas. Et pourtant, on arrive à s'en passer.

Autrement dit, ce qui peut rendre dépendant c'est un besoin inassouvi, ou que l'on ne peut assouvir qu'avec une seule personne (une fixation), et non pas ce que l'on vit.

Dans ton cas, je me poserais juste la question suivante : Est ce que j'ai besoin de l'admirer ou est ce que je l'admire parce qu'il est admirable, tout simplement.

Ce serait vraiment gâcher la "marchandise" que de se forcer à ne pas l'admirer pour soi-disant rester indépendant. D'ailleurs, l'effet produit serait inverse. Tu deviendrais dépendante, soit de lui soit d'autre chose.

Et ce serait également foireux de se forcer à admirer quelqu'un qui n'est pas spécialement admirable à tes yeux.

En fait, tu n'as pas vraiment d'autre solution que de ressentir ce que tu ressens, et ça, il me parait que c'est vrai pour tout le monde !

Je vais reformuler en disant que l'indépendance consiste à être poly-dépendant (d'après moi).

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 31 mai 2010 à 11h11

En addictologie, les médecins considèrent qu'on est dépendants (à l'alcool par exemple) si on se sent mal et en état de manque lorsqu'on n'a pas sa dose de ladite substance. En revanche, si l'on est capable de s'en passer complètement trois jours (dont un week-end parce que c'est le moment où on n'a pas le travail, par exemple, pour compenser) on n'est pas dépendant, pas alcoolique, même si on adore boire, même si de temps à autre on est ivre (équivalent de la passion amoureuse). Ce test appliqué aux relations amoureuses est assez intéressant... Cela dit, passer un week-end seule parce qu'on a envie de découvrir seule une région (le voyage en solitaire, quel pied!) n'a pas la même signification que passer un week-end seule chez soi parce que son amoureux est avec une autre :) Avec le temps, on arrive à bien vivre les deux cas de figure, mais le second demande plus de sérénité...

#
Profil

Capucin

le lundi 31 mai 2010 à 11h22

On peut cultiver son indépendance sans être "accro" ,aimer une poly sachant qu'elle prend le meilleur de ses amoureux ou du moins ce qu'elle attend dans un temps précis ,un moment ou autre chose..
Et être heureux de la savoir contente ...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion