Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment gérer le polyamour de mon conjoint ?

Jalousie
#

(compte clôturé)

le vendredi 08 janvier 2016 à 02h24

Je vous écris ce soir car je me sens mal.
J'ai 28 ans et suis la mère d'un beau bébé de 5 mois bientôt. Je suis avec mon conjoint depuis 10 ans. On a eu des hauts et des bas. Ce soir j'ai l'impression de ne pas remonter dans les bons moments.
Il y a plus d'un mois, mon conjoint est revenu plus tôt que prévu d'une convention pour m'annoncer qu'il m'avait trompé, il était trop mal pour me le cacher plus longtemps. Ça m'a complètement anéanti; jamais je ne l'aurai cru capable de ça (il avait toujours dénigrer cette société d'aujourd'hui qui favoriser l'infidélité). J'ai tout de suite pensé que c'était de ma faute, parce que plusieurs fois avant, j'ai flirter virtuellement avec un autre homme. J'ai aussi mis son acte sur sa dépression qu'il a depuis quelques jours après la naissance de notre fille. J'ai donc laissé cette aveux sans colère, je l'aime trop. Il n'a jamais voulu me dire de qui il s'agissait ni de ce qui s'était vraiment passé, pour me protéger je devais juste savoir qu'il en avait eu l'intention. Il a voulu me rassurer en disant que c'était pas de ma faute, qu'elle n'était pas plus belle que moi mais qu'il était tombé amoureux d'elle tout en m'aimant toujours. Il m'assure qu'il nous aime pas de la même façon. Il ne peut pas choisir...
Ne supportant pas ne pas savoir, j'ai lu ses conversations et j'ai su qui était cette autre femme : une femme de 22 ans, étudiante. Et depuis j'ai toujours lu leur conversation me concernant. J'ai encaissée toutes ces infos sans rien faire paraître à mon Chéri. Je me lève quasi tout les soirs pour pleurer sans qu'il ne s'en aperçoive.
Mais il y a 2 jours, j'ai voulu voir exactement depuis combien de temps ça durait. Et qu'elle fut ma surprise de découvrir que ça avait commencé longtemps avant sa dépression, j'étais enceinte de 6 mois et c'était juste avant notre anniversaire. Ça m'a complètement brisé, moi qui pensais que c'était parce qu'il était pas bien, qu'il avait été faible et avait pris la tendresse qu'on lui donnait autre que la mienne. Et là je n'ai pas pu me contrôler j'ai un peu sacager notre maison pendant qu'il était au travail. J'ai fini par fondre en larmes jusqu'à épuisement.
En rentrant, on en a parlé, il m'a demandé à quoi ça m'avait aidé de voir tout ça. Rien de bon en effet, juste à ne pas mettre la dépression comme raison de cette relation.
Je me suis apaisée à son côté, réconforté par ses je t'aime. Mais je ne supporte pas de savoir qu'il lui parle comme si je n'avais rien su, je ne sais plus quoi faire. Je l'aime mais je souffre de son autre amour.
Je viens donc ici pour vous demander conseil.
Désolé de mon long discours mais chaque élément me semble important. Mes amis et ma famille ne sont pas au courant de tout ça. Je ne voudrais pas qu'il le juge mal... Aider moi je vous en prie

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 08 janvier 2016 à 14h52

Bonjour Pepette, et bienvenue sur ce forum.

Avant toutes choses, un petit hug virtuel, et un petit bravo de venir parler de toutes ces choses franchement pas faciles ici.

Chacun-e va donner son point de vue, mais je pense qu'on peut distinguer deux grandes façons d'aborder ta situation :
- ce que ça a révélé dans ton couple avec ton mari
- dans quel mesure une approche "polyamoureuse" peut vous aider

Pour commencer avec la première partie, ce qui me semble clair c'est que tout ça a révélé des problèmes de communication assez sérieux entre vous, et, ce qui est lié, des problèmes de confiance. Je ne sais pas si c'est rassurant, mais vous êtes loin d'être les seuls, peut-être surtout après dix ans de vie commune, peut-être justement à ce cap où on fait des enfants et devient d'une manière ou d'une autre conforme à l'image du "couple respectable" dont nos éducations et notre environnement nous ont gavé, et qu'il est tentant de taire tout ce qui dépasse en nous et entre nous.
Il ne t'a pas parlé de cette histoire quand elle a commencé, c'est le verre à moitié vide. Il a fini par en parler au bout de six mois c'est le verre à moitié plein. Ca veut dire qu'il ne conçoit pas de te mentir sur la durée, en tous cas pas complètement. De l'autre côté le fait qu'il ait menti en partie veut dire aussi qu'il ne se sentait pas en confiance pour t'en parler. Pourquoi ? Il y a sûrement des raisons particulières à lui et à toi, mais je ne peux pas m'empêcher de penser que la pression sociale a joué un rôle important, en particulier alors que tu étais à six mois de grossesse. Ce n'est pas le genre de choses dont on est censé parler à sa femme à ce moment-là... même s'il aurait dû.
Donc, en tous cas, dans la façon d'aborder les choses maintenant, je pense que c'est important de toujours avoir les deux aspects en tête : oui, il a menti, mais oui, il a dit la vérité aussi.
L'autre chose importante dans une situation comme ça, c'est au maximum de prendre le temps, et de prendre de la distance avec ce qui vous arrive. Réfléchir à des questions fondamentales que la société ne nous aide pas à nous poser : c'est quoi l'amour ? qu'est-ce que j'attends d'une relation amoureuse ? est-ce qu'il y a un rapport automatique avec être parents ? pourquoi je souffre si il l'aime aussi ? etc.
Tu es sur un forum polyamoureux, c'est à dire que la plupart des intervenant-es ici pensent qu'il est possible d'avoir des relations épanouissantes avec des gens qui ont d'autres relations. Est-ce que, même si ça ne t'est pas possible maintenant, cela te semble possible dans le futur ? Est-ce qu'il t'est aussi arrivé d'avoir envie de nouer d'autres relations ?
Je dois te prévenir que l'avis général est que les relations non-exclusives sont particulièrement difficiles à mettre en place en partant d'une situation comme la tienne : crise, perte de confiance mutuelle, sentiment que les choses nous sont imposées. Difficile, mais pas impossible, avec de la bienveillance mutuelle, de la communication, une bonne confiance en soi, un désir de faire en sorte que ça puisse marcher.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 08 janvier 2016 à 15h34

Lorsqu'il me l'a annoncé, j'avais dit OK on tente, s'il faut ça pour que tu ne sois pas malheureux. Mais j'espérais que ça allait lui passer. Alors quand j'ai vu que ça faisait déjà 6 mois qu'il entretenait cette relation, mon illusion s'est brisée.
Dans 2 semaines, il doit se rendre dans la ville où elle étudie. Je lui ai dit que ça allait puisque je n'avais rien à faire ce jour là. Je me voyais pas le laisser y aller seul en étant sûr qu'il irait la voir. Ça m'était impossible. D'ailleurs j'ai pu confirmer en lisant sa conversation avec elle: il lui a dit que c'était mort pour ce jour là car je le laissais pas partir seul et que ça le saoulait cette situation. Pourtant, lundi j'ai été me promener avec ma fille, et sur le chemin du retour, je me disais que je ne l'accompagnerai pas. Je ne peux pas l'empêcher de parler avec elle alors pourquoi je le ferai pour aller la voir (surtout qu'il n'y va pas pour elle a la base). Mais ce qui me rend malade c'est qu'il ne m'a pas dit qu'il pensait la voir en même temps. Il s'était justifier seulement que ça risquait rien, qu'il y allait avec une amie que je connais.

Je suis très mal aussi depuis que j'ai su que ça faisait 6 mois qu'il entretenait cette relation, parce qu'au final il n'a pas changé ses habitude, il se lève, va sur l'ordinateur et continue à lui parler comme si je n'avais rien fait. Je lui ai piqué une crise pas possible et c'est comme si j'avais rien fait. Il a beau me dire qu'il m'aime, j'ai l'impression que ma souffrance lui fait rien. J'essaye d'accepter sa relation mais c'est très dur, surtout quand je me retrouve seule, une fois que bébé dort.
De son côté à elle je ne sais pas ce qu'elle en pense. Elle regrette juste de ne pas être tout le temps après de lui.
Au tout début, lorsque j'ai dit à mon conjoint qu'on avait qu'à faire un foyer à 3 (puisqu'il voulait nous 2 en même temps, mais freiner par l'avis de l'entourage) il m'a dit qu'il n'était pas sûr que ça conviendrait à sa bonne amie. Je lui ai dit que moi non plus, ça risquerait de dégénérer.
C'est aussi pour ça que je me suis inscrite sur ce forum, pour savoir comment on peut arriver à être polyamoureux.

#

Polygraphe (invité)

le vendredi 08 janvier 2016 à 16h20

C est bien de vouloir comprendre et essayer, mais on dirait que sa te fait plus de mal qu autre chose et si pour l instant sa tient, au bout d un moment sa explosera.

Donc d autres solutions sont possibles, par exemple homme_parti n a pas réussi a se retrouver dans ce type de relation et a préféré partir même si il comprend et respect le polyamour il ne le supportait pas (c est ce que j ai compris de son histoire)

#

(compte clôturé)

le vendredi 08 janvier 2016 à 17h09

J'avoue que je ne sais pas quoi décider. Je l'aime, il m'aime. Si je pars, je vais être malheureuse, sans compter que ma fille serait séparé de son père.
L'autre soucis c'est qu'il est en pleine dépression et j'ai peur que rajouter notre séparation à sa maladie ne fasse tout empirer. Son psy lui a dit que tant qu'il ne serait pas rétabli il ne pourrait pas régler ses autres problèmes.
Croyez vous que si ça me fait mal maintenant je ne pourrais pas mieux vivre la chose plus tard. Après tout, c'est notre éducation qui nous formate au simple couple. Ça fonctionne bien ce système dans d'autre pays apparemment.

Je voudrai savoir également si en polyamour il y a des expériences de vie commune à plusieurs.
Merci de vos réponses, je sens que ça va m'aider

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le vendredi 08 janvier 2016 à 17h35

En gros, dans la situation où vous êtes, il faut commencer par se dire qu'il n'y a pas de solution miracle que ça va être dur de toutes façons. Et qu'il faut envisager toutes les situations, ne serait-ce que parce qu'il faut savoir te préserver : bien sûr tu ne veux pas le quitter, et bien sûr ça poserait des tas de problèmes, mais à un moment donné il faut aussi que tu sois claire avec toi-même et avec lui sur ce que tu ne peux pas supporter. Il vaut mieux dans ces cas là morfler en se sentant digne que morfler en se sentant méprisée.
Clarifier tes limites ça veut dire aussi que c'est sa responsabilité de clarifier les siennes. Ok il est en dépression, mais ce n'est pas une raison pour faire n'importe quoi, ou pour te culpabiliser et te faire tout accepter.

Une fois tout cela étant dit, tu es prête à envisager une relation non-exclusive. Je dirais, de son point de vue, c'est déjà pas mal ! C'est même énorme ! Si il ne se rend pas compte qu'il a beaucoup de chance au moins de ce point de vue, c'est un problème. Tu es prête à le faire, mais en posant un cadre qui te permette de le faire un minimum sereinement. Trouvez vous du temps à part pour en parler, sans distraction, en vous donnant le temps, en ne voulant pas résoudre tous les problèmes d'un seul coup, et surtout, en vous écoutant l'un l'autre.

Pour que ça marche, il faudra que vous y mettiez du vôtre tous les deux, et aussi que vous travailliez sur vous chacun de votre côté. Le polyamour c'est aussi l'apprentissage de la "défusion". Si toi tu as ta vie de façon autonome de lui, ça devient beaucoup plus facile de lui laisser de la liberté, et vice versa.

Ça sera dur, mais ça peut aussi être très enrichissant pour votre couple et pour vous deux individuellement.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion