Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Pourquoi j'ai renoncé à un polyamoureux

Monogamie
#
Profil

Emma

le vendredi 15 janvier 2010 à 14h18

Bonjour,

Je suis monogame, et je viens discuter de petites choses. J'aimerais sincèrement avoir un échange.
La lecture de votre forum et des articles est vraiment très intéressante. On y trouve les mêmes questions que celles développées par toutes celles et ceux qui tentent de vivre les choses différemment, je pense notemment à la communauté lesbienne gay et trans . Le refus de se laisser "psychologiser" selon les normes établies et du coup le refus de se laisser tolérer comme des cas à soigner dans une société de normes. Cependant il serait bon d'éviter de psychologiser en sens inverse... Par exemple lu sur votre forum à propos des monogames sériels : "le tableau de chasse". Non désolée même si les relations sont courtes elles sont réelles. Il est toujours possible de trouver les arguments qui permettent de trouver une justification théorique à ses penchants et du coup d'invalider ceux des autres.
À mon humble avis rien n'est normal et tout est construit. Il n'empêche que pour ceux et celles qui les vivent que ces constructions sont très réelles. Et quand la question de la déconstruction se pose, elle se heurte à ces réalités. Est-ce possible? Jusqu'à quel point peut-on avoir le contrôle ?
J'ai rencontré dernièrement deux hommes polyamoureux. Intéressant car il me renvoient forcément à mes limites et me tendent une sorte de miroir. Le premier se découvrait et de ce fait n'a pas été honnête avec moi. Je n'ai pas apprécié, alors qu'il m'avait donné rendez vous pour un concert, de le voir tripoter quelqu'un d'autre sous mes yeux... J'ai horreur d'être mise devant le fait accompli et encore moins de ne pas entendre "j'ai merdé/je t'ai blessée excuse moi". Le second, c'est un peu différent. Drague pendant longtemps, puis les choses se sont enclenchées, je l'ai vu deux fois. C'était chouette, j'avais un petit bout de coeur accroché et puis je réalise, car c'est moi qui ai provoqué la discussion, qu'il a déjà une amie et qu'il est polyamoureux. La discussion fut calme et tranquille, et je lui ai dit que je devais renoncer à lui car nous avions des logiques fondamentalement différentes. Sa façon de voir les choses est tout aussi théoriquement valable que la mienne, mais je sais que m'embarquer dans cette relation, pour moi, c'est un aller direct pour l'enfer. À 32 ans et pas mal d'expériences variées (une histoire à 3, il y a un moment entre autres) et de psychanalyse, je connais mes limites. Je sais que je serais jalouse. Et j'ai beau savoir de quoi est faite la jalousie, elle sera là en écho à des blessures lointaines. Je peux le déplorer et me rêver en sujet universel, capable de me réinventer dans toutes les identités, mais je suis faite, comme tout le monde de chair, d'affects et de mes propres constructions sociales et psychologiques. Juste pour vous dire que la rencontre entre des conceptions différentes est douloureuse pour tout le monde.
J'avoue : il me manque, le message qu'il m'a laissé m'a donné envie de laisser une chance... mais je n'y ai pas répondu. Je renonce, car l'un d'entre nous devra forcément faire une croix sur ses désirs et ce n'est pas bon... pas bon du tout. snif.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Junon

le vendredi 15 janvier 2010 à 14h26

Bonjour Emma et merci beaucoup de ton témoignage "de l'autre côté du miroir".
Je trouve d'autant plus intéressant que je suis au centre de 2 relations amoureuses et que ces "limites" que tu évoques, j'y suis régulièrement confrontée.
En te souhaitant de belles rencontres à venir...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 14h50

Hello !

Merci pour ce courage d'apporter une opinion contraire et construite... Même si c'est pour conclure à l'impasse, il y a une interrogation sur soi, un regard qui n'est pas forcément condamnatoire sur nos conceptions.
Et une envie d'en parler. Tout ça, c'est très agréable, et paradoxalement rassurant !

Tu auras lu aussi qu'on ne passe pas notre temps à dire que le PA est pour tout le monde... Beaucoup ici admettent (certes, à regrets) que certaines personnes ne pourront ni être poly, ni tolérer que leur aimé(e) le soit de son côté.
C'est intégré. La plupart des poly, ceux qui ont un peu compris comment ils fonctionnent, préfèreront éviter de créer des souffrances, chez eux et chez les autres, en tentant une aventure "en désaccord".

Pour le tableau de chasse sériel, la monogamie en série... Bon : c'est une expression caricaturale, faite en partie pour répondre du tac au tac à la caricature du poly qui sait pas c'qu'il veut, qui justifie sa libido par des grands mots, tout ça.

Je crois, au delà de ce côté "nananéreuh", que ça touche à un paradoxe important de la définition consensuelle de l'amour : je n'aime que toi, tu n'aimes que moi, l'amour c'est tellement immense qu'on a pas besoin d'autres... mais après, on ne pourra pas garder d'intimité et j'aurai un autre amour unique.
Comme je te dis, je sais bien que chacun, mono comme poly, résout ce paradoxe à sa manière individuelle, que ce n'est pas du "en série" pour tous, que les monogames ont de vrais sentiments complexes, des souffrances. C'est certain !
Mais ce paradoxe est si peu posé, au départ, semble tellement intégré dans la norme, que je trouve encore très utile de le mettre en avant.

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2010 à 14h58

Témoignage qui remet en effet pas mal de choses à leur place, merci Emma. (+)

#
Profil

polyrateau

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h00

..

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h22

Woa...
heu, pas d'acc.

C'est pas forcément une question d'orgueil, de savoir qu'on va souffrir de jalousie et qu'on ne se sent pas prêt à changer.

C'est vrai que quelque fois on trouve la force de changer dans l'amour qu'on porte à l'autre, dans un processus de travail sur soi.
Mais déjà, faut faire ça parce qu'on envie, que ce soit pour soi ou par l'autre. On peut pas s'obliger à avoir envie d'un truc qu'on apprécie pas juste pour vaincre son égo...
Si j'estime que je ne peux pas avoir de relation avec, je sais pas, une végéta... heu, non, je déconne, autre exemple. Un autre homme, tiens. Le type serait super génial, doux, même goûts, attiré par moi. C'est mon crétin d'égo qui me dit que je dois pas y aller ? non, j'ai pas envie, c'est pas moi, c'est tout.

Et même si on devait envisager de changer, de trouver un terrain sur des sujets aussi forts que ceux-là.
C'est pas tous les jours qu'on tombe sur les circonstances de notre vie + la personne + le sentiment qui font qu'on pourra avoir envie de changer.

#
Profil

Clown_Triste

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h23

@Polyrateau

Ta théorie est peut-être juste, mais gare à ne pas plaquer ta vision du monde et ta façon de gérer tes émotions sur Emma.

Tu omets ici l'idée que la situation peut lui causer une souffrance très forte et très réelle, qui n'est pas forcément liée à une question d'orgueil ou d'image d'elle-même.

Puis qu'elle reste un être humain, avec des ressentis et des émotions plus ou moins intenses, et plus ou moins conditionnées par son passé.

On ne saurait donc affirmer à sa place ce qu'elle doit faire et ce qui va la rendre heureuse. Enfin, à mon humble avis ;-)

C.T.

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h23

Oups, gloups... Voilà ce que j'ai envie de te dire pour ma part, Emma.

Je comprends le réflexe de pesée des intérêts. Le domaine des sentiments, pour partir à la découverte d'une nouvelle manière amoureuse, c'est un peu comme un jeu de mikado: tu sais pas pourquoi, mais tout-à-coup quelquefois le bâtonnet à 50 points devient accessible.

D'autres tas de bâtons se sont écroulés entretemps, tu n'as rien fait pour, la situation se débloque... et c'est cadeau. Des fois aussi, on s'escrime, on s'escrime, et pouf, nada, au bout du compte; encore heureux s'il n'y a rien de cassé.

Bref, suis ton intuition, si elle te dit de rester en sécurité, il y a une bonne raison - qui n'est pas forcément apparente, et qui n'a pas besoin de l'être.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h26

Clementine
Le domaine des sentiments, pour partir à la découverte d'une nouvelle manière amoureuse, c'est un peu comme un jeu de mikado: tu sais pas pourquoi, mais tout-à-coup quelquefois le bâtonnet à 50 points devient accessible.

Yargla, ça, cette image, yipikaï, très fort.

#
Profil

pullmarin

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h28

Merci Emma de verbaliser tout ça... Tu ressembles à quelqu'un que j'aime beaucoup...Tu es peut-être même cette personne...
Je ne sais pas vraiment quoi te dire, d'autres le feront mieux que moi...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h36

Emma

Le premier se découvrait et de ce fait n'a pas été honnête avec moi. Je n'ai pas apprécié, alors qu'il m'avait donné rendez vous pour un concert, de le voir tripoter quelqu'un d'autre sous mes yeux... J'ai horreur d'être mise devant le fait accompli et encore moins de ne pas entendre "j'ai merdé/je t'ai blessée excuse moi".

Heu... En repassant... ce comportement-là, même d'autres poly débutants aussi éviteraient, hein. On se découvre, mais on fait ça tranquillement peu à peu, on évcite de s'amuser avec les limites d'autres personnes que soit quand on fait ses essais.
C'est déjà très au delà de l'indélicatesse. Faut pas se baser sur cette expérience là pour penser au poly, promis...
C'est pas que ça existe pas, mais c'est un cas bien particulier (et un peu lourd !)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

polyrateau

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h39

..

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h41

Les comportements indélicats, on en avait causé, oukeça, heuh, Lulutine tu te souviens? Well, même des chevronnés peuvent merder à ce niveau, pour ce que j'en sais. Tout d'un coup, l'ado écraseur de plate-bandes et désinhibé à donf' ressurgit, va savoir pourquoi.

[

Siestacorta
Yargla, ça, cette image, yipikaï, très fort.

*Schlika schlika schlààà*]

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Emma

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h47

Merci pour vos réponses.
@ Siestacorta :
Merci pour ton commentaire. Effectivement je ne condamne pas car je ne crois pas à la norme. Pour moi être monogame ce n'est pas être "normal". Je suis tout aussi spécifique, j'appartiens juste à une pratique majoritaire... nuance...
Ce qui m'interroge c'est le phénomène de catégorisation qui a toujours un double effet. De fait, en vous lisant je m'aperçoit que chacune et chacun au-delà de vos points communs avez votre conception propre du polyamour. Cette étiquette "polyamoureux" vous aide à la fois à poser une sorte de "poly pride" que je trouve très chouette et absolument nécessaire à la revendication de vos envies et pratiques. En même temps je me demande toujours si cela ne conduit pas à à terme à enfermer et à limiter en deux sens :
1. Création d'un groupe identifiable et donc marginalisable
2. Normalisation des pratiques à terme dans le groupe afin d'afficher une identité commune nécessaire à la constitution du groupe. et du coup difficulté à terme pour les individus de poser des visions différenciées du polyamour.
Enfin ce sont des problématiques qui se sont retrouvées dans beaucoup de mouvements (black panthers, mouvement gay et lesbien, mouvement féministe). Je suis curieuse de voir comment cela va évoluer ici. Par exemple il y a toute une série de revendication en amérique du nord d'arrêt de la catégorisation hétéro/bi/homo de la part des personnes auparavant impliquées dans ces communautés.
Sinon être monogame ce n'est pas non plus une pratique unique : il y a comme dans le poly amour toutes les nuances de gris. Je comprend ta logique par rapport au monogame seriel mais en même temps c'est stigmatiser une pratique également décriée par la norme....

@polyrateau : ce qui est intéressant, avec la remise en question des pratiques amoureuses c'est la série de miroirs tendus que l'on se tend les uns aux autres. Et j'apprécie le décrypatage fin qui est fait sur la monogamie dans certains post ou articles. Notamment sur la jalousie. Cependant je pense que ça se joue sur comment chacun est capable de se remettre en question ou non. Ce qui est d'ailleurs détestable et contre productif au possible ce sont ceux et celles qui croient avoir trouver LA vérité et tentent de faire passer les autres pour des mécréants voir des crétins. La psy mal digérée est un allié précieux pour ce genre de pratiques car elle permet en plus l'attaque personnelle. Bref tu l'auras compris polyrateau, je te remercie pour ton souci quant à mon ego, mais il va très bien. Ce que tu mets en place est très violent. Tu retournes la logique dont vous devez souffrir et tu me l'appliques. Tu me mets en position d'être immature. Je te trouve gonflé de faire ça alors que tu ne me connais pas. Pour toi si je ne suis pas ployamoureuse c'est que j'ai un problème Et bien oui... tu as raison, mais ce qui est chouette c'est qu'en fait .... on en a tous! Il n'y a pas un choix qui soit théoriquement juste et on est tous complètement névrosés! Youpi!
Et pour revenir à mon histoire : la responsabilité elle n'incombe à personne et il est aussi idiot de vouloir enfermer un polyamoureux en monogamie que l'inverse. Quant aux spéculations sur l'autre, si tu as déjà essuyé un refus d'une monogame et que tu l'aies mal vécu, merci de ne pas projeter sur moi.

et puis merci Junon et Clémentine pour vos merci (et bravo pour certains post signés de votre main au passage) et surtout pour l'image du mikado.

Ceci dit c'est un espace dédié aux polyamoureux et vous n'en avez pas tant que ça. Je ne vais donc pas squatter des lustres.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h49

polyrateau

Un cas beaucoup plus transposable à celui d'Emma, serait un homme qui t'attire, qui te fait ressentir des émotions lorsque vous êtes ensemble, et auquel tu dirais, désolé, je t'aime bien, mais je ne suis pas gay.

Si tu dis ça, c'est que tu refuses d'accepter la réalité, car ton égo a construit une image de toi dans laquelle l'homosexualité n'est pas acceptable. Donc pour satisfaire ton égo, tu refuses de suivre ton instinct qui lui t'attire vers cette homme.

Ben c'est bien à ce cas de figure que je pense.
Et la réalité, ce n'est pas forcément que je dois être avec cette personne parce qu'il se passe quelque chose.
J'ai pas envie de suivre tous les mouvements de mon coeur. J'en ai le droit, la possibilité, mais ça ne me concerne que moi.
Qu'on me dise que c'est un égo, une construction artificielle... Ca peut mériter réflexion, mais c'est comme me dire qu'il faut pas que je mange ni trop gras ni trop salé. Ce sont des fausses règles générales.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h53

Emma
Merci pour vos réponses.


Ceci dit c'est un espace dédié aux polyamoureux et vous n'en avez pas tant que ça. Je ne vais donc pas squatter des lustres.

Au contraire : l'espace dont nous disposons ici est suffisant pour qu'on s'ébatte et débatte, et le passage d'une opinion exogène est plus que stimulant.
Continue autant qu'il te plaira !

Emma


Sinon être monogame ce n'est pas non plus une pratique unique : il y a comme dans le poly amour toutes les nuances de gris. Je comprend ta logique par rapport au monogame seriel mais en même temps c'est stigmatiser une pratique également décriée par la norme....

On est d'accord là-dessus.
Oui, le monogame seriel est un peu décrié... Mais fondamentalement mieux accepté, je crois. Disons qu'aujourd'hui, il est bien toléré qu'on s'amuse. Surtout dans les grandes villes, mais bon, divorce et contraception aidant, le "couple pas éternel", ça finit par rentrer, assez pour qu'on se dise "ah mais c'est qu'il/elle a pas rencontré la bonne personne" (gniiiii, dents qui grincent, mais c'est un autre thème).
Donc, bref : avoir plusieurs amants dans l'année, c'est pas apprécié, mais toléré, avoir plusieurs amants en même temps, c'est encore dans un domaine scandaleux.
Alors que, en théorie (dans les faitsun poly est tout aussi susceptible d'être un goujat que le mono, hein), on aura été honnête plus souvent, donc plus "moraux" en ne se demandant pas les un les autres de ne pas vivre ci ou ça alors qu'on ne sait pas pour quel temps et quelle intensité on s'engage.

L'amoralité n'est même pas dans la monogamie en série (que chacun vive comme il lui convient, à son rythme, moi j'aurai bien aimé passer plus de temps en sériel avant d'être poly), mais dans le fait qu'elle ne dit parfois pas son nom, en se cachant derrière sa sœur honorable, pré-maritale, durable, bio et anti-oxydante.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Tchu

le vendredi 15 janvier 2010 à 15h55

Je te trouve chouette d'avoir écrit tout ça Emma, je n'ai rien à rajouter de particulier, à part d'être épanouie :)

#
Profil

Emma

le vendredi 15 janvier 2010 à 16h05

@polyrateau
Ok j'ai mieux saisi. Sur l'homosexualité tu as raison, car il y a un tabou qui peut se déconstruire et qui doit se déconstruire. Et que l'image sociale peut jouer vraiment aussi sur le polyamour. Sauf que ça dépend du milieu dans lequel tu évolues.
Pour ma part j'ai grandi dans un milieu majoritairement homosexuel et qui pratiquait l'amour libre... Socialement c'est si je portais une robe blanche à l'église pour un mariage hétéro que je risquerais l'opprobe sociale... Les normes se reconstruisent même dans les milieux qui tentent la déconstruction. M'être découverte hétéro et monogame n'a pas été de soi.

Juste je sais que je suis très mal dans les relations polyamoureuses, ça ne me correspond pas... c'est un problème de confiance en soi... pas d'ego.

euh merci Tchu... (là je viens de piquer un fard) ça me fait du bien d'en causer...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 15 janvier 2010 à 16h10

Oula, j'ai mis trop de temps à modifier.
Il y a donc une réponse, là, plus haut, oui, là.

#
Profil

Emma

le vendredi 15 janvier 2010 à 16h15

@ siestacorta : oui tu as raison sur les différences entre sériel et polyamoureux, avec un énorme bémol. Il y a sur ce point une différence notable entre hommes et femmes. Avoir beaucoup d'amants (poly ou seriel) pour une femme reste connoté "putain". Avec peut-être d'ailleurs un avantage pour les femmes polyamoureuse qui sont "stables". Ceci dit faudrait valider cette hypothèse hasardeuse. En effet la problématique autour des femmes fut de les enfermer dans l'institution stable du mariage. Une femme dont l'énergie sexuelle est canalisée est perçue comme moins dangereuse et n'est plus amenée à provoquer le désordre. Cette logique semble jouer encore dans beaucoup de cas. Alors que pour un homme, oui il faut bien s'amuser. Je fus ainsi beaucoup jugée.
Mais d'une manière générale tu as raison.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion