Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Entre la tête et le coeur, une lutte intense contre vent et marée

Besoin d'aide
#
Profil

Bluedahlia

le mardi 20 septembre 2022 à 05h57

Je suis une femme en couple depuis 18 ans avec @Mashkwa. Il participe également à ce forum où il a créé la discussion ‘’Sommes nous sur la bonne voie’’. Il a embarrassé la voix du polyamoureux à la suite d’une histoire que j’ai vécu en 2019 avec un homme dont je suis tombée follement amoureuse. Il vit avec une dénommée C le même fantasme que j’ai caressé pour un autre homme il y a 3-4 ans. Toutefois, cet homme me mettait des limites puisqu’il était marié en couple mono traditionnel. Inflexible de ses principes et valeurs de mariage, mais voyant notre attirance mutuelle, il m’avait proposé qu’on vivre une aventure mais une simple et unique fois. Jamais au grand jamais le polyamour me serait venu en tête! Même si je pouvais fantasmer sur une présence plus soutenue de cet homme dans ma vie, ce n’est pas ce qu’il souhait me donnait dans les faits. Avec le recul, je peux dire que je me suis égarée bien plus que lui. Un bon jour, alors que mon conjoint avait des doutes que j’entretenais encore cette relation, et a découvert sans trop grande difficulté le pot au rose à la toute dernière minute. Je planifiais cette ultime rencontre ''intime'' avec mon collègue. Cette trahison de ma part a failli avoir raison de notre couple. De mon côté, j’en voulais beaucoup à mon conjoint de ne pas comprendre mon besoin de vouloir vivre cette passion seulement pour une fois et pire, de me l’interdire allant jusqu’à me forcer à mettre fin à cette amitié que j’entretenais avec cet homme. Lorsqu’il a compris nos plans, mon conjoint a envoyé une lettre à cet homme pour l’aviser qu’il était au courant de tout en soulignant toutes les conséquences désastreuses que cette relation était en train d’avoir dans notre vie de couple et familiale. Il n’en fallu pas plus que pour cet homme décide de renoncer complètement à moi. J’ai alors vécu une peine innommable, un sentiment de détresse mais surtout une colère sans nom. Bien sur cette petite aventure n’a jamais vu le jour. Mon conjoint me considère naïve de penser que je l’aurais vécu juste une fois et que je m’en serais contentée.

Maintenant, cette histoire est derrière nous. Je ne vois plus cet autre homme qui m’a fait tant vibré. C’est probablement beaucoup mieux ainsi. Sauf que cette histoire a laissé des traces dans mon couple. Cela a forcé mon conjoint à se repositionner dans notre mode relationnel car il croyait que c’était peut-être la clé de notre bonheur. Il fut un temps où j’avais la certitude que j’avais besoin de vivre ‘’autre chose’’ de connaître des nouvelles expériences avec d’autres hommes par mon besoin de plaire de me sentir séduisante. Je ne pouvais dire si ce désir était attaché à un seul être ou si plutôt quelque chose faisant partie de moi. Un besoin qui a peut-être toujours été un peu là mais disons en dormance. J’avouerai que je n’ai pas encore la réponse à ce jour. Tout ce que je sais en ce moment, c’est que mon conjoint a fait un cheminement qui va au-delà du mien. Et cela est partie d’une histoire vécue par moi. Lui aussi est tombé amoureux mais contrairement à mon histoire, cette fille là à disponible et lui rend. Si mes rencontres avec l’homme que je convoitais était de l’ordre d’un café par deux mois, mon conjoint souhaiterait voir cette C aux deux semaines. Qu’il s’agisse d’une sortie ou d’une après-midi torride dans une chambre d’hôtel. Cette fille est sans l’ombre d’un doute en train de tomber amoureuse de lui et semble développer une dépendance affective, émotionnelle envers mon conjoint. Elle lui envoie des chansons d’amour empreinte d’une détresse qui je devine, traduit un peu ce qu’elle ressent pour lui. Mon conjoint m’assure qu’il a nommé ses limites et qu’il a balisé la relation. Elle sait qu’elle ne peut le voir qu’occasionnellement et qu’il ne peut lui offrir davantage de temps. Il dit avoir mis les points sur les i. Elle sait que c’est moi l’astre principale. Malgré cela, je le vis très difficilement et je me sens perdue. Mes pensées divaguent. Ce qui est correct et acceptable un instant ne l’est plus deux minutes après. Cela est extrêmement déroulant pour mon homme! Il me suffit de parler à une amie pour que je redoute encore et invalide mes dires. Je passe mon temps à me remettre en question, à changer d’avis. Mon chemin vers l’acceptation est lourd. Quand mon moral va moins bien, il le sent. Je deviens froide, je me replie sur moi-même, je soupire, je pleure parfois. Cela l’ébranle. Une rage intérieure s’empare de moi. Je voudrais crier et hurler ‘’réveille-toi avant qu’il soit trop tard, avant que je ne te quitte’’. Il voudrait que ce soit plus facile pour moi et que je ne souffre pas. Me voir souffrir le fait souffrir et j’en ai bien l’impression l’empêche de vivre son histoire dans la plénitude. J’ai l’impression que je lui enlève la beauté du moment qu’il souhaite si fort. Et il ne sait plus trop sur quel pied danser avec moi.

Si je pouvais juste être comme un robot auto programmable et mettre mes émotions sur ‘’off’’ et m’en balancer de cette requête de le partager à une autre…Je voudrais simplement être forte pour une fois. Psychologiquement, je suis dure à saisir. Une journée, je pense que ça va aller, je suis dans la compréhension, l’ouverture, la compersion même. Je pourrais presque me réjouir du bien-être qu’il y gagne. D’après tout, moi aussi j’ai passé à un cheveu de goûter à cette passion bien que dans mon cas elle aurait été de courte durée. Le lendemain, je suis complètement à l’opposé; je n’arrive plus à gérer mes émotions, j’ai du mal à respirer, j’ai mal partout dans mon corps. Je ressens de la peur, de la colère, de la honte, du dégout et je n’ai qu’une seule envie; le repousser pour me protéger. De peur qu’il décide de me quitter. Bien que je ne lui demande pas de cesser cette relation, il est incapable de me dire qu’il lâcherait tout s’il me voyait avoir trop de difficultés à composer avec la présence de cette autre femme. Il voit déjà combien je souffre et souhaite tout de même aller de l’avant peu importe ce que cela me fait vivre, avant, pendant et après. Cela me fait dire que son amour pour moi, n’est plus aussi grand et aussi fort que ce qu’il a été. Il me dit que c’est le contraire, il nous aime toutes les deux, mais différemment. Avec moi, il n’a jamais été si affectueux, attentionné, doux, rassurant, amoureux que maintenant. Il ne ménage aucun effort pour me faire sentir toute la valeur que j’incarne encore à ses yeux. Pourquoi cela ne me suffit pas? Je le crois et j’ai la certitude qu’il dit vrai lorsqu’il me rappelle que c’est auprès de moi qu’il veut encore se bercer à la campagne dans 50 ans, que non seulement je représente son équilibre familiale, la mère de nos deux petites cocottes mais que c’est moi la femme de sa vie, son grand amour et que la vie sans moi n’a aucun sens à ses yeux. Il me prouve à quel point je suis belle et désirable à ses yeux. Ma tête le sait. Le cœur lui ne suit pas. Je bloque dans mon acceptation lorsque cette panique s’empare de moi. Je me sens comme un poids lourd qui empêche l’homme que j’aime d’être heureux. Je me sens presque de trop dans sa vie à certains moments. Il voudrait tellement plus avec elle alors que le minimum qu’il souhaite lui offrir est déjà trop immense pour moi. Ce qui me passe en tête en ce moment, c’est que je dois prendre mon mal en patience et ‘’attendre que ça passe’’. Et par-dessus tout, lui faire confiance. Le croire lorsqu’il me dit que je suis son unique amour. Mais cela ne m’empêche pas de penser au fait que d’aimer quelqu’un devrait nous rendre intolérable à la douleur qu’on lui inflige. Rien ne l’oblige à me faire endurer ce supplice en ce moment. Me faire souffrir moi semble être moins souffrant que de la perdre ‘’elle’’. Cela fait extrêmement mal est même humiliant en quelque sorte. D’un autre côté, pour l’avoir vécu inversement, de renoncer à cette flamme, je sais trop bien ce que ça voudrait dire et comment notre lien en serait pas moins affecté.

Vous voyez dans quelle galère suis-je!!!! Je me sens très seule en ce moment, abandonné à moi-même avec mes pensées. D’ouvrir trop sur mon ressenti le bouleverse mais de tout garder en moi est tout aussi destructeur! Dois-je me cacher pour vivre mes émotions afin de le préserver? Comment devenir plus forte dans ce changement qui n’arrive pas à me réjouir? Merci d’avoir pris quelques minutes pour me lire et me transmettre vos réflexions, vos témoignages, votre vision de l’amour. La mienne tend à vouloir juste revenir en arrière et retrouver le calme, le doux, que j’ai vécu dans ce couple. Les turbulences ne pourront continuer infiniment, je ne suis définitivement pas assez forte pour endurer ces tourments sans cesse. Merci.

#
Profil

artichaut

le mardi 20 septembre 2022 à 10h10

Bluedahlia
Lorsqu’il a compris nos plans, mon conjoint a envoyé une lettre à cet homme pour l’aviser qu’il était au courant de tout en soulignant toutes les conséquences désastreuses que cette relation était en train d’avoir dans notre vie de couple et familiale. Il n’en fallu pas plus que pour cet homme décide de renoncer complètement à moi.
(…)
il est incapable de me dire qu’il lâcherait tout s’il me voyait avoir trop de difficultés à composer avec la présence de cette autre femme.

Il y a un très très grand déséquilibre dans tout ce que tu racontes.
Quand l'égoïsme préside aux relations (comme c'est souvent le cas en "polyamour"), il n'y a pas grande réciprocité/équité possible.

#
Profil

Topper

le mardi 20 septembre 2022 à 10h50

Bonjour @Bluedahlia, j'ai déjà suivi et réagit sur bien des points dans le sujet posté par ton conjoint.

Bluedahlia
Lorsqu’il a compris nos plans, mon conjoint a envoyé une lettre à cet homme pour l’aviser qu’il était au courant de tout en soulignant toutes les conséquences désastreuses que cette relation était en train d’avoir dans notre vie de couple et familiale. Il n’en fallu pas plus que pour cet homme décide de renoncer complètement à moi. J’ai alors vécu une peine innommable, un sentiment de détresse mais surtout une colère sans nom. Bien sur cette petite aventure n’a jamais vu le jour. Mon conjoint me considère naïve de penser que je l’aurais vécu juste une fois et que je m’en serais contentée.

Je comprends ce sentiment extrêmement blessant d'avoir été court-circuitée ainsi. On t'a coupé l'herbe sous le pied, supprimé tout libre arbitre, supprimé toute confiance pour gérer ton erreur de la manière dont tu le souhaitais, et infantilisée.

En plus de ça, l'intrusion de ton conjoint a annihilé cette opportunité relationnelle qui t'a stimulée, rendue légère, t'a fait sentir vivante, désirable. Si il s'était abstenu de faire ça. Les choses auraient pu être complètement différentes aujourd'hui.

Il ne serait pas étonnant que tu entretiennes une rancoeur par rapport à ça. Tu aurais pu avoir la possibilité d'explorer jusqu'au bout ton attirance qu'elle donne ou non quelque chose. Ton conjoint s'est puni lui-même, car si il t'avait laissé cette liberté, tu serais aujourd'hui probablement bien plus sereine à le laisser vivre la même chose de son côté.

Ce qui est fait, est fait. Ce n'est pas possible de revenir en arrière. C'est une erreur de ton conjoint qui fait suite à une erreur de ta part. Cela n'excuse pas, mais ça remet en perspective ce qui s'est passé. Même si ça reste en travers de la gorge, tu n'as pas d'autre choix que d'avancer. Si pour cela tu as besoin d'exprimer toutes tes émotions à coeur ouvert par rapport à cet évènement, fais-le, par exemple dans une lettre, que le destinataire de cette lettre soit ton conjoint, cet autre homme, ou toi-même.

J'ai le sentiment que ça te ronge. C'est compréhensible, mais il faut que tu fasses le nécessaire pour tourner la page là-dessus et l'évacuer de ton ressentiment. Je ne pense pas me tromper que ça entre en ligne de compte dans tes pensées négatives, du type : "Il a détruit ma romance, et il vit sa plus belle vie avec cette autre femme. C'est profondément injuste."

Bluedahlia
Mon conjoint me considère naïve de penser que je l’aurais vécu juste une fois et que je m’en serais contentée.

On ne peut pas présager du futur, mais il n'a probablement pas tort. Les tromperies s'arrêtent rarement à une fois, et c'est quand ce n'est pas prémédité. Si il y a des sentiments installés, les personnes y retournent. Encore une fois. Cette fois-ci c'est la dernière. Encore une fois. Encore une fois. C'est la dernière. Encore une fois. Et ça continue tant que c'est possible. Jusqu'à ce que ce soit découvert ou que la culpabilité soit tellement insupportable que c'est avoué.

Bluedahlia
Cette fille est sans l’ombre d’un doute en train de tomber amoureuse de lui et semble développer une dépendance affective, émotionnelle envers mon conjoint. Elle lui envoie des chansons d’amour empreinte d’une détresse qui je devine, traduit un peu ce qu’elle ressent pour lui. Mon conjoint m’assure qu’il a nommé ses limites et qu’il a balisé la relation.

J'ai alerté ton conjoint là dessus dans l'autre sujet. Ce que tu en dis, confirme une dynamique qui je présentais. La situation de vulnérabilité dans laquelle se trouve cette autre femme accentue un attachement et une dépendance qui est naturelle. Il va falloir que ton conjoint s'assure d'être stricte et n'alimente pas un espoir hypothétique.

De ton côté, je t'invite à ne pas trop t'impliquer dans ce genre de considérations. Cela ne peut qu'alimenter des réflexions contradictoires qui ne vont pas t'aider à y voir plus clair. Avec d'un côté une empathie pour elle, et de l'autre la peur que ça prenne des proportions qui te fasse perdre tout contrôle sur ce qu'il se passe.

Ton conjoint s'est embarqué dans une histoire qui s'annonce compliquée à gérer. Il peut bien la gérer. Il peut mal la gérer. Dans le second cas, c'est lui et cette femme qui vont en souffrir. Si les limites sont fixées clairement (et il n'est jamais inutile de les rappeler quand c'est nécessaire), ils savent à quoi s'attendre. Ils sont adultes. Qu'ils prennent les responsabilités de leurs actes. Si ils se vautrent, c'est leur problème, pas le tien.

Selon-moi, plus tu seras extérieure à cette histoire, mieux ce sera. Cela ne t'empêche pas d'être soutenante et confidente de ton conjoint si ça se passe mal pour eux et si tu t'en sens capable, mais c'est pas ta priorité aujourd'hui.

Soit tu lui fais confiance, soit tu ne lui fais pas confiance, mais dans ce cas là, parles-en avec lui.

Leur histoire, ce n'est pas de l'information que t'as besoin de gérer. Tu dois te concentrer sur le deuil de ton histoire avec cet autre homme, sur ton couple, sur les insécurités éventuelles, et sur ce dont tu as envie de ton côté.

Bluedahlia
Ce qui est correct et acceptable un instant ne l’est plus deux minutes après. Cela est extrêmement déroulant pour mon homme! Il me suffit de parler à une amie pour que je redoute encore et invalide mes dires. Je passe mon temps à me remettre en question, à changer d’avis. Mon chemin vers l’acceptation est lourd. Quand mon moral va moins bien, il le sent. Je deviens froide, je me replie sur moi-même, je soupire, je pleure parfois. Cela l’ébranle. Une rage intérieure s’empare de moi.

Cette ambivalence entre pensées positives et négatives est tout à fait habituel. Tu es dans un contexte qui te challenge. Il y a des moments où tu te sens plus positives et d'autres moment où tu ne l'es pas. Le stress, la fatigue, des contrariétés diverses, peuvent influencer ton état d'esprit.

Je note quand même qu'il y a des moments où tu es dans une optique positive et c'est de bonne augure. C'est loin d'être comme ça pour tout le monde.

Tu ne sais pas où tu mets les pieds. Tu as l'impression de te mettre en danger. Cela crée des angoisses. Il te faudra forcément du temps pour que tu arrives à te tranquilliser. Le temps qui passe fera entrer ce mode de vie dans ta normalité. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de temps à autre des difficultés, mais cette angoisse de saut dans le vie se sera estompée.

Souviens-toi que cela fait 42 ans que tu navigues dans un modèle monogame. Tu connais toutes ses règles implicites. Tu sais comment ça fonctionne. Il n'y a pas de surprises. C'est sécurisant. Le polyamour c'est l'inconnu et cela remet en question toute une construction que tu as suivie toute ta vie.

Soit indulgente avec toi. Accepte cette part de toi qui doute, qui pleure, qui est froide. Isole-toi dans ces moments-là si tu penses que c'est mieux pour toi. Ton conjoint doit aussi accepter ça.

Bluedahlia
Il ne ménage aucun effort pour me faire sentir toute la valeur que j’incarne encore à ses yeux. Pourquoi cela ne me suffit pas?

Tu as probablement des choses à régler de ton côté, notamment vis-à-vis de cette histoire avortée, et par rapport à ton conjoint.

Il faut bien comprendre aussi que vous êtes dans une situation déséquilibrée. Ce que je vais te dire ne va peut-être pas te surprendre mais c'est une réalité : il est plus facile d'accepter la vie polyamoureuse de son conjoint lorsque l'on en a une soi-même. Cela relativise énormément de choses. On se prend moins la NRE de l'autre en pleine tronche alors qu'on est en boule sur le canapé.

Aujourd'hui, le polyamour t'apporte quoi ? Rien. Uniquement des doutes, de la colère, des angoisses, des pensées négatives qui bouclent. Le seul aspect positif qu'il y a dans ton récit, c'est que tu lui offres une liberté que toi tu voulais. C'est un peu léger pour voir le verre à moitié plein.

Pense à toi. Pas à ton conjoint, pas à cette autre femme, à TOI. Prends un peu d'indépendance, prends du temps pour toi. Ne sois pas inquiète par rapport à ça. Ce n'est pas de l'éloignement. C'est pour te recentrer sur toi, et mieux revenir auprès de ton conjoint et mieux accueillir ses attentions le reste du temps.

Essaie aussi de te projeter dans ce que pourrait t'apporter le polyamour. Tu peux envisager des rencontres, explorer tes envies relationnelles ou sexuelles, fantasmer. Si tu pars dans une optique d'acceptation de ce mode de vie, autant que tu en profites aussi, non ?

#
Profil

Caoline

le mardi 20 septembre 2022 à 12h27

Bonjour @Bluedahlia

A la lecture de ton message, j'ai l'impression que ce qui te fait peur, c'est que ton compagnon n'arrive pas à se limiter et te quitte pour C, peut-être même as tu en tête que c'est son objectif à elle et on ne peut l'exclure. Et tu préfèrerais le quitter avant pour ne pas subir cet affront.

Tu sembles douter des limites qu'il a réellement exprimées à C. Je me demande si échanger avec elle ne serait pas le seul moyen de te rassurer ?
Je dis cela car dans une situation très différente quand mon compagnon me disait qu'il avait exprimé quelque chose à son autre compagne, j'avais toujours des doutes, je me disais "c'est très bien si c'est vrai". Quand j'ai été en contact avec elle et que ses propos m'ont confirmé ce que m'avait dit mon compagnon, ce fut un énorme soulagement.

Même si tout cela est bien compliqué pour vous je crains que si il renonçait pour stopper tes difficultés, tôt ou tard, vous seriez à nouveau confronter aux mêmes difficultés, dans un sans ou dans l'autre. A moins que votre couple ne s'étiole car chacun serait rongé par le regret ou que, pour ne pas te faire souffrir, il se mette à mentir.
Vous me semblez vraiment dans de bonnes dispositions pour avancer et surmonter les difficultés en vous écoutant et vous soutenant mutuellement, je vous souhaite de vous épanouir tous les deux, ensembles et séparément.

#
Profil

Noli

le mardi 20 septembre 2022 à 14h17

Bonjour @Bluedahlia

BlueDahlia
Mais cela ne m’empêche pas de penser au fait que d’aimer quelqu’un devrait nous rendre intolérable à la douleur qu’on lui inflige. Rien ne l’oblige à me faire endurer ce supplice en ce moment. Me faire souffrir moi semble être moins souffrant que de la perdre ‘’elle’’. Cela fait extrêmement mal est même humiliant en quelque sorte. D’un autre côté, pour l’avoir vécu inversement, de renoncer à cette flamme, je sais trop bien ce que ça voudrait dire et comment notre lien en serait pas moins affecté.

Je vais rebondir sur ton incompréhension concernant le fait que ton conjoint fait quelque chose qui te fait souffrir.
J'ai eu cette même incompréhension lors de la dernière relation de mon conjoint. Je me disais que si j'étais à sa place, je ne pourrai pas supporter de le voir souffrir autant que moi je souffre pour une envie égoïste. J'aurai mis fin à ma relation sans même y penser. Je me serai sacrifiée sans même qu'il ne me le demande. Et en fait, j'attendais la même chose de lui. Ca m'a fait énormément de mal et de dégats qu'il ne me rende pas les sacrifices que moi je faisais pour lui. D'ailleurs, pendant sa relation avec cette personne, je n'ai cessé de me sacrifier pour lui et sa relation. Je mettais mes émotions et ma santé mentale de côté pour qu'il puisse vivre ce qu'il voulait vivre. Ca intensifiait d'autant + la sensation d'abandon que j'avais lorsqu'il me voyait souffrir et décidait tout de même de continuer.

Ce que j'en ai retenu, c'est que je n'aurai jamais dû me sacrifier, pour commencer. J'aurai dû m'écouter, moi, mes émotions, et ma santé mentale dégradée, et j'aurai dû dire ce dont j'avais besoin. Je n'aurai pas dû dire "oui" quand tout mon corps et toute ma tête me hurlait "non". Je n'aurai pas dû me sacrifier. Et si je ne m'étais pas sacrifiée, je n'aurai même pas eu à lui en vouloir de ne pas faire de même.
Ce que j'ai retenu, c'est que voir l'amour via le sacrifice, c'est une mauvaise façon de vivre l'amour. L'amour ce n'est pas ça. Je me suis pardonnée depuis, car j'ai appris cette notion complêtement pétée de l'amour via la société et via ma famille, et que ce n'est pas ma faute. Mais j'espère ne pas retomber là dedans.

Le sacrifice est peut être une preuve d'amour, mais qui a envie que son amoureux·se se sacrifie pour lui, si on y pense vraiment ? Pas moi en tout cas.

Message modifié par son auteur il y a 13 jours.

#
Profil

Mashkwa

le mardi 20 septembre 2022 à 14h27

Message déplacé ici :
/discussion/-cEO-/Sommes-nous-sur-la-bonne-voie/pa...

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Bluedahlia

le mardi 20 septembre 2022 à 18h19

Premièrement un énorme Merci de m'accueillir en toute bienveillance. Sachez, que vos paroles me réconfortent et a un effet validant sur mes ressentis actuels. Voici un retour de ma part sur quelques commentaires qui m'ont plus touchés.

Topper
Il ne serait pas étonnant que tu entretiennes une rancoeur par rapport à ça. Tu aurais pu avoir la possibilité d'explorer jusqu'au bout ton attirance qu'elle donne ou non quelque chose. Ton conjoint s'est puni lui-même, car si il t'avait laissé cette liberté, tu serais aujourd'hui probablement bien plus sereine à le laisser vivre la même chose de son côté.

En effet, de m'empêcher de me laisser vivre cet instant me laisse un goût amer et une profonde frustration qui tend à s'apaiser avec le temps. Oui, je me suis sentie infantilisée, humiliée par son geste. Il m'est difficile de lui laisser cette liberté avec un grand L . Il aimerait vivre cette histoire sous forme de polyamour tandis qu'à moi, un seul moment m'a été volé. Il ne m'a laissé aucune chance! En 15 ans, je n'étais jamais tombée sur un homme qui me faisait vibrer. Ce genre de passion n'arrive pas souvent dans une vie. J'aurais aimé en connaître au moins la saveur. Maintenant, il me dit ''go va-y, je suis prêt à te laisser vivre''. C'est facile pour lui de me rendre cette liberté maintenant qu'il en retire un gain. Hélas! de mon côté, cet homme n'est plus dans le décor et ne reviendra pas sur mon chemin''.

Topper
J'ai alerté ton conjoint là dessus dans l'autre sujet. Ce que tu en dis, confirme une dynamique qui je présentais. La situation de vulnérabilité dans laquelle se trouve cette autre femme accentue un attachement et une dépendance qui est naturelle. Il va falloir que ton conjoint s'assure d'être stricte et n'alimente pas un espoir hypothétique.

De ton côté, je t'invite à ne pas trop t'impliquer dans ce genre de considérations. Cela ne peut qu'alimenter des réflexions contradictoires qui ne vont pas t'aider à y voir plus clair. Avec d'un côté une empathie pour elle, et de l'autre la peur que ça prenne des proportions qui te fasse perdre tout contrôle sur ce qu'il se passe.

Merci du conseil. Le point fort de notre couple qui est la communication est devenu aussi le nerf de la guerre dans le sens où plus j'en sais, plus j'ai besoin d'être rassurée. Je me sens comme un puits sans fond. J'aurais peut-être avantage à moins en savoir mais en même temps je me ferais des scénarios et peut-être que ça serait pire. Nous sommes de type fusionnel, on se dit absolument tout et on fonctionne ainsi depuis 18 ans. Lorsqu'il est perturbé, je le sens tout de suite. Je le devine dans son regard. Bien que mon conjoint a été clair sur la nature de leur relation, cela n'empêche pas cette fille d'envoyer des messages où elle lui exprime qu'elle est en amour avec lui. Elle lui envoie des chansons d'amour par texto qui l'interpelle dans ses sentiments qui l'habitent et mon conjoint ne semble allumer que c'est un cri du coeur qu'elle lui envoie. Elle sait pourtant que je suis dans le décor et qu'il n'a pas l'intention de me laisser pour elle. J'ignore jusqu'à quel point elle le comprend. Mon conjoint entretient ça d'une certaine façon. Il n'a pas encore passé à l'acte mais à voir comment cette fille semble s'accrocher à lui, je n'ai juste pas hâte de voir la suite ni dans quel état cette fille se trouvera. Je ne vois que souffrance pour elle et aussi pour lui. Mon conjoint sait très bien que je vais tolérer quelques fois qu'il se retrouve dans ses bras mais sans Je sais que je ne pourrai le tolérer pendant trop longtemps. Enfin, c'est ce que je pense en ce moment. Je vois juste cette femme s'attacher et se faire du mal inutilement. Pour être moi-même une femme, une fille qui a une idée derrière la tête ne l'a pas des les pieds, j'en sais quelque chose. Surtout que cette fille n'a ni conjoint, ni famille, ni enfants et peu d'amis. Privée de sexe et d'amour depuis 5 ans avec un homme devenu un coloc qui ne lui démontre aucun intérêt. Je crains qu'elle développe une dépendance affective par ce bonheur que mon conjoint lui donne par petites miettes. Elle ne semble pas habituée à ce qu'un homme prenne soin d'elle. Je sais qu'elle laisse souvent comprendre à mon conjoint qu'il a absolument tout pour la rendre heureuse et qu'il serait si parfait pour elle. Il est possible que si cette fille était engagée, épanouie dans une autre relation et un peu plus choyée par la vie, je serais moins troublée et ma peur en serait réduite. Je connais aussi la grandeur d'âme de mon chum. Il ne laisse jamais tombée quelqu'un. Lorsqu'une personne a besoin de lui, il répond oui à l'appel. Et je connais aussi son âme de sauveur. Plus elle s'attachera à lui, plus il sera difficile de prendre du recul, j'en ai bien l'impression. Je l'imagine avant longtemps pris dans un piège où cette fille ne parviendra plus à se passer de lui. Je parviens à avoir un peu de considération pour cette fille. Tu as raison Topper il faut que je focus sur moi, sur ce qui me fait du bien en ce moment. Je suis en train de m'oublier dans toute cette affaire. Merci, je vais essayé de me recentrer sur mes besoins de mon côté.

Topper
Tu ne sais pas où tu mets les pieds. Tu as l'impression de te mettre en danger. Cela crée des angoisses. Il te faudra forcément du temps pour que tu arrives à te tranquilliser. Le temps qui passe fera entrer ce mode de vie dans ta normalité. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de temps à autre des difficultés, mais cette angoisse de saut dans le vie se sera estompée.

Souviens-toi que cela fait 42 ans que tu navigues dans un modèle monogame. Tu connais toutes ses règles implicites. Tu sais comment ça fonctionne. Il n'y a pas de surprises. C'est sécurisant. Le polyamour c'est l'inconnu et cela remet en question toute une construction que tu as suivie toute ta vie.

Soit indulgente avec toi. Accepte cette part de toi qui doute, qui pleure, qui est froide. Isole-toi dans ces moments-là si tu penses que c'est mieux pour toi. Ton conjoint doit aussi accepter ça.

Oui, il vaut peut-être mieux que je me retire pour vivre mes émotions de mon côté. J'ai pensé à une séparation affective mais très rapidement je me suis rendue compte que je suis incapable de me passer de son amour. Et c'est pareil pour mon conjoint. Cela le rend malheureux et l'insécurise davantage. Surtout en ce moment. Et que c'est difficile de composer avec cette réalité!!! Tout n'appartient pas à mon conjoint. J'ai mes propres enjeux émotionnels avec traits d'abandon qui ressortent du placard avec toute cette saga. Oui, la perception du danger est réel car je vois que mon conjoint accepte de mettre en jeu notre couple, notre famille, notre bonheur. Puis, il n'est pas aveugle, il voit ma santé mentale déjà un peu vulnérable en prendre un solide coup. Mon humeur et ma stabilité émotionnelle ont toujours été des éléments fragiles chez-moi. Mais il n'est pas plus capable de renoncer et je le comprends. Il tente de faire quelques pas de recul, je vois ses efforts. Je lui interdirais de tout arrêter en ce moment pour me préserver et jamais je souhaiterais demander à mon amour de sacrifier ses propres besoins pour mon bien-être. Je ne pense pas que partager mon conjoint me fasse autant souffrir. Je pense que c'est avant tout le lien très fort et intime qui me dérange là-dedans. Il sait qu'il devra circonscrire cette histoire d'amour dans le temps pour éviter le naufrage de notre couple. Je trouve ça juste trop fort, trop intense. Cela m'échappe complètement.

Caoline
A la lecture de ton message, j'ai l'impression que ce qui te fait peur, c'est que ton compagnon n'arrive pas à se limiter et te quitte pour C, peut-être même as tu en tête que c'est son objectif à elle et on ne peut l'exclure. Et tu préfèrerais le quitter avant pour ne pas subir cet affront.

Tu sembles douter des limites qu'il a réellement exprimées à C. Je me demande si échanger avec elle ne serait pas le seul moyen de te rassurer ?

Oui en effet. Je demeure convaincue que de passer à l'acte sera une révélation qu'elle est peut-être la femme qu'il lui faut. Je connais l'intensité de mon chum et je crains qu'il ne puisse plus se passer d'elle par la suite. Il s'est déjà attaché à elle et est déchirée à l'idée de la laisser partir. Comment ferait-il lorsqu'il l'aura consommer? J'ai parfois le réflexe de prendre mes distances pour me détacher de lui car je sens qu'il pourrait se détacher de moi. C'est la panique qui m'amène à faire ça. Comme s'il fallait que je me prépare à cette éventualité. Plus le jour fatidique approche, plus je me désorganise. J'ai l'impression de devenir folle parfois. Je me sentais même agressive en fin de semaine. Je me suis retenue de ne pas briser des objets qui étaient à ma portée. J'arrive difficilement à m'autoréguler ces temps-ci, malheureusement. Ce qui n'aide pas à la situation, je pense que c'est de voir cette femme omniprésente dans la vie de mon conjoint. Ils semblent tous les deux nourrir et entretenir une histoire d'amour alors que ça, c'est beaucoup trop pour moi. Il est rendu qu'il écoute sa musique à elle, il lui partage des poèmes, des lettres d'amour qu'il a composé dans le passé, ils communiquent ensemble par textos à tous les jours sans relâche, ils partagent une panoplie d'intérêt en commun etc..Bref, je suis jalouse de ce lien qui s'apparente plus à celui de deux amoureux en devenir. Sachant que cette femme caresse clairement l'idée de l'avoir à elle seule et que cela ferait bien son affaire que je ne sois plus dans le décor. J'ai un gros problème avec ça. Je ne crois pas que rencontrer cette fille m'aiderait à relativiser. Pour moi, c'est clair comme de l'eau de roche qu'elle souhaite que mon conjoint devienne son amoureux à elle. Sérieusement, je crois qu'elle en a rien à faire de comment je vis tout ça en ce moment. Elle n'a aucun souci de ma personne et de mon bien-être cette femme. Elle pense à elle avant tout.

#
Profil

Caoline

le mercredi 21 septembre 2022 à 10h39

Le fait que C le voudrait pour elle seule, c'est toi qui l'imagine ou elle l'a dit ? Car elle peut aussi le voir comme un soutien pour quitter son mari et pas du tout comme un futur compagnon.
Par contre si elle le dit ou que même du point de vu de @Mashkwa c'est le cas, je comprends vraiment que tu te sentes mal et je trouve la situation très risquée.
Les quelques fois où j'ai senti ça avec d'anciennes relation, que ces personnes étaient dans l'espoir que je quitte mon compagnon historique, je les ai quitté même si ça a parfois été très douloureux émotionnellement. En effet c'était de toute façon des relations qui allaient mal finir dans plus de souffrance pour tout le monde si elles continuaient et si c'est le cas de C, je ne trouve pas correct que @Mashkwa utilise les sentiments de C pour vivre ses envies car en effet si son intention est de rester avec toi, en poursuivant cette relation il ne ferait qu'augmenter la douleur de C qui ne sera jamais satisfaite de ce qu'il peut vivre avec elle et souffrira d'avantage à la rupture si ils ont partagé plus.

Tu sembles beaucoup focaliser sur la sexualité comme si ça pouvait changer radicalement la suite des choses. Je ne le pense vraiment pas. En effet, il me semble qu'envisager de partager sa vie avec quelqu'un sur la base de la sexualité serait une énorme erreur. Ce qui permet de vivre une relation cohabitante au long court c'est pleins d'autres choses qu'on ne peut constater qu'en partageant le quotidien justement. Or votre quotidien semble très bien convenir à @Mashkwa et il t'aime, te désire, tu le dis qu'il te le montre. Du coup je ne vois vraiment aucune raison qu'il prenne le risque de te quitter pour une femme avec qui il ne peut pas du tout savoir comment serait le quotidien. Je pense vraiment que l'on quitte quelqu'un soit parce qu'on ne l'aime plus ou ne supporte plus le quotidien avec, soit quand on assume pas de ne pas être exclusif et qu'on a trop envie d'expérimenter des choses avec quelqu'un d'autre. Si on aime, apprécie le quotidien et peut expérimenter des choses, même partager de l'amour avec quelqu'un d'autre, on ne quitte pas l'amour historique.

#
Profil

Caoline

le mercredi 21 septembre 2022 à 10h59

Un autre point sur lequel je voulais revenir. Mes propos vont être assez durs à entendre et je me trompe peut-être mais si ma vision est juste, elle t'aidera je l'espère à regarder les choses en face et je le souhaite à mieux les vivre.

@Bluedahlia tu ne supportes pas l'intensité du lien, la fréquence ou @Mashkwa pense à C, pourtant tu dis bien que tu étais follement amoureuse de R, alors que R ne nourrissait pas cet amour, je doute fort que tu pensais à lui rarement et que tu aurais refusé d'avantage d'échanges. Comme @Topper, je ne crois pas du tout que votre relation se serait limitée à un moment intime et je suis persuadée que si il avait accepté de partager beaucoup plus tu n'aurais pas résisté.

J'ai l'impression que le fond de ton problème c'est que tu ne supportes pas que @Mashkwa puisse vivre ce dont tu rêvais mais auquel tu n'as pas eu droit, et pas uniquement de la faute la faute de @Mashkwa. Je me demande même si tu n'as pas peur qu'il te quitte car tu n'ai pas sure que toi tu ne l'aurais pas quitté pour R.
Bien sûr l'intervention de @Mashkwa directement auprès de R a été très difficile à vivre pour toi. Mais, si comme il le dit, tu lui avais déjà menti plusieurs fois en disant avoir arrêté la relation avec R, c'est plutôt compréhensible qu'il ne t'ai plus fait confiance sur ce point.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 21 septembre 2022 à 11h00

@Bluedahlia

Je valide beaucoup de ce que j'ai lu chez @Ayna (dans l'autre fil) et @Topper, ya du bon sens et de bonnes questions.

J'ai tenté de le dire sur le fil ouvert par @Mashkwa , l'historique des évènements joue beaucoup sur vos bonnes et mauvaises volontés actuelles.

Je résume, chronologiquement
- à une époque, après le 2e enfant, il ya eu un moment où votre couple a patiné. Votre intimité semble avoir manqué de joie, et de sensualité. Tu as beaucoup géré les enfants à ce moment-là, je crois l'avoir lu (le fil d'origine est riche), Mashkwa s'y est remis sur le tard (sauf si je confonds avec un autre témoignage publié ces derniers temps).
- des émois pour R. et des messages
- découverte de ceci par Mashkwa, il en souffre beaucoup.
- prise abusive de contrôle par lui (espionnage puis message par dessus ta tête)
- (là je me trompe peut-être : ) première fin des attentes avec R.
- simultanément, tensions entre toi et Mashkwa (sujet de l'adultère projeté versus espionnage et intrusion)
- Mashkwa chemine sur la question de l'exclusivité. Il dialogue avec C.
- il te laisse une option pour R., mais R. décline. (je ne sais plus s'il se passe quelque chose avec l'autre collègue, ni si c'est à ce moment-là).
- Mashkwa intensifie ses contacts avec C. au même moment où tu te paies déjà une blessure narcissique de t'être faite jeter par R. (et à mon sens, Mashkwa va trop vite à ce moment-là, son cheminement vers la non-exclusivité ne semble pas assez avancé pour prendre en compte que ça n'avancera sans doute pas bien dans ton état).
- tu consens à une modalité légère de leur relation, avec en tête une probable limite dans le temps. (Je note que tu es plus motivée par la culpabilité que par le projet).
- mais ça ne passe pas, d'autant que cette nouvelle relation prend plus de place
- et d'autant que matériellement, la liberté de mouvement que @Mashkwa ne semble pas avoir d'équivalent pour toi (vous organiser pour que toi tu aies du temps pour toi), et dans le cadre actuel, être concurrente sur les temps de loisir famille.
- tu souffres nettement de l'arrangement en cours
- tu tolères mal ce que tu peux percevoir de ce qui se passe, tu fouilles les affaires
------------
(je suis interrompu dans la rédaction, donc je peux que mettre brièvement mes remarques)

- il y a eu une logique assez pernicieuse de compensation de "tu as eu une aventure, à mon tour" quand il s'est agi se mettre à égalité, par culpabilité et par volonté de résoudre par la symétrie le problème sans revenir aux données de départ. C'est pas la seule motivation de rencontre de Mashkwa et C., mais ça joue sur votre perception.

- la façon dont ça s'est passé a beaucoup abîmé le dialogue entre vous. Il reste un tri à faire entre ce que vous pouvez vivre sentimentalement et les peines que vous vous êtes mutuellement faites à partir de ce qui précédait la "période R." jusqu'à aujourd'hui (je passe probablement à côté de pas mal de points dans mon résumé chronologique). Je dirais, faire le chemin pour vous comprendre de nouveau, pas sur les désirs extérieurs, mais sur les reflexes de défense et les attitudes irrespectueuses entre vous. C'est pas que c'est pas mérité, pas compréhensible... C'est qu'en fait, pur moi, pour arriver à votre situation d'aujourd'hui, avant même les rencontres, vous étiez différents des gens qui se sont mariés. Vous n'êtes pas des inconnus, mais vous devez vous redécouvrir un peu.
Le polyamour c'est un changement, les nouvelles relations modifient des équilibres. Mais il faut voir aussi dans ce changement un révélateur. Ce qui fait que le polyamour est possible, c'est quand une relation contient des forces équilibrantes (par le caractère des personnes, par leurs approches et par ce qu'elles sont capable d'apprendre de nouveau). Quand ça ne se passe pas bien, ça peut être que la non-exclusivité n'est pas possible là par elle-même, mais ça peut être comment vivait la relation, les "compétences" qu'elle a à apprendre avant même d'en apprendre face à la non-exclusivité. Le dialogue ça semble être bon pour vous, le respect de l'intimité, des marges d'indépendance, des répartitions de responsabilité un peu moins (je donne pas de détail mais c'est les impressions que j'ai en vous lisant).

- il y a des deux côtés des sujets sur les désirs et besoins sexuels, qui remontent à avant les rencontres, et une autre sur votre routine familiale (tous ne sont pas liés), mais ça se passe en même temps.

- vous assurez tous deux continuer à vous projeter ensemble dans l'avenir. D'autres l'ont écrit avant moi, il vous avez apparemment besoin de vivre votre couple au présent : faire des choses qui incarnent de façon encore plus consciente qu'avant que vous y tenez et pas juste par habitude, sans mettre ces temps et activités en pause en attendant vos solutions sur le reste. S'attaquer aux questions nouvelles oui, mais aussi prendre soin l'un de l'autre, de la relation, et cultiver ce qui marche, qui pouvait être sous-valorisé en étant considéré comme normal plutôt que comme heureux.

- je crois qu'à un moment vous avez été accompagnés par un conseiller conjugal. Je sais que c'est difficile de leur parler quand ils rejettent d'emblée la non-exclusivité. Mais je vous encourage fortement à reprendre vos recherches dans ce domaine. Pas en cherchant à faire exister ou non le PA, mais en cherchant à remettre d'équerre une relation qui soit assez bonne pour ne pas la subir et ne pas choisir ce que vous en ferez dorénavant. Et ça répond en partie à ce que je disais plus haut sur "se redécouvrir".

- prends soin de toi. Reprend ou continue le psy, trouve des points où tu t'épanouis, fais des petits projets. C'est pas seulement sur tes besoins d'amour que joue une transformation de relation, c'est dans le respect ou une réinvention du respect de tes besoins en général.

Je crois que tu es assez lucide sur les attentes amoureuses de C., sinon.
Je ne peux pas te promettre que la rencontrer t'aiderait à relativiser.... Mais, prends-le comme ça : au pire, ça ne fera que mettre plus en évidence ce qui ne marcherait pas et, donc ne changerait rien au fond ; au mieux ça offrira une occasion de poser des limites et des réalités. Donc autant essayer, tout ce que tu as à perdre, ce sont des bulles imperméables qui ne disparaissent pas mais ne trouvent pas leur place non plus. Chercher à éjecter une relation peut très bien arriver à détruire aussi l'autre. Donc autant faire ce qu'il est possible pour voir...

Tu décris Mashkwa comme quelqu'un qui, par sa sensibilité, répondra toujours aux demandes des gens, sans voir s'installer le long terme. Vous voir à trois peut lui permettre de présenter ses autres besoins de départ avec toi sur place, d'être tous au clair.

C'est qu'un exemple, on ne sait pas trop ce qui se passe, ce genre de rencontre n'est pas la panacée pour rendre facile à vivre ce qui était pénible.
En revanche, ça a le mérite de sortir la situation de l'imaginaire adultère, pour tous les trois. Ces vies ne sont plus des "ailleurs", la rencontre incarne la réalité de ce qui a lieu, avec qui.
Ca permet de voir ce qu'on rejette indépendamment des gens et ce qu'on peut accepter en les voyant - pour toi, mais pour elle, mais pour lui, aussi.

Pour moi ça devient du réel plutôt que des projets et des projections que chacun fait de son côté... Rester chacun de son côté en disant "je gère moi mes ressentis et ça déboule quand ça déboule" ayant montré ses limites. Tandis qu'être dans une situation d'échange où chacun parle pour lui, plutôt que l'un intervenant chez l'autre, fouillant ses messages ou ses affaires, ça permet de marquer le coup et de chacun dire ce qu'il peut et veut dire. Lui pourra dire à C. "ben maintenant tu connais BlueDhalia, notre relation, ceci est possible ou pas possible", C. pourra moins faire comme si t'étais un truc "flou" qui resterait dans le passé et toi tu auras, peut-être ?, une accasion de demander à C. si elle accepte de faire telle chose pour respecter ton couple.

Message modifié par son auteur il y a 11 jours.

#
Profil

Mashkwa

le mercredi 21 septembre 2022 à 13h39

Message déplacé ici:
/discussion/-cEO-/Sommes-nous-sur-la-bonne-voie/pa...

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Caoline

le mercredi 21 septembre 2022 à 13h50

@Mashkwa j'aurais trouvé plus pertinent que tu réagisses à mon autre message qui te concerne beaucoup plus 😉

#
Profil

Mashkwa

le mercredi 21 septembre 2022 à 14h01

Message déplacé ici:
/discussion/-cEO-/Sommes-nous-sur-la-bonne-voie/pa...

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Caoline

le mercredi 21 septembre 2022 à 16h00

Mashkwa
Pour ce qui est de (C), oui, elle m'a dit qu'elle rêve d'une véritable histoire d'amour, complète et exclusive.

Elle sait, par contre, que ce ne sera pas avec moi. Je lui ai rappelé souvent et elle en est consciente.

Sachant qu'elle vise à déménager au loin, je comprends que je suis, pendant qu'elle est ici, le substitut à cette histoire qu'elle voudra vivre, ailleurs, le moment venu.

Elle sait que notre relation plus qu'amicale sera limité dans le temps. Elle l'accepte et le reconnaît même si ce ne sera pas facile ensuite de convertir cette relation en amitié platonique. La distance aidera, c'est sur.

Elle sait mais elle en tient compte ou elle continue à espérer et essaye de te faire changer d'avis ?

En tout cas je comprends mieux les inquiétudes de @Bluedahlia

#
Profil

Mashkwa

le mercredi 21 septembre 2022 à 16h07

Message déplacé ici:
/discussion/-cEO-/Sommes-nous-sur-la-bonne-voie/pa...

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#

Terra (invité)

le mercredi 21 septembre 2022 à 17h48

Message modéré pour la raison suivante : contraire à l'esprit du forum.

#
Profil

GeorgyPorgy

le mercredi 21 septembre 2022 à 17h51

Terra
Non mais finalement, tu vas faire quoi ? Tu as vraiment besoin de gens totalement extérieurs à ta situation pour prendre une décision ?

Tu as quel âge ?

12 ans ?

Non mais ce forum... on rêve...

Heureusement pour vous que les RS existent. Vous seriez perdus sinon.

Visiblement ce forum occupe aussi ton oisiveté Terra, sois reconnaissant. Ou allume CNEWS, si tout ça t'ennuie.

#
Profil

Polyamour.info

le mercredi 21 septembre 2022 à 18h42

@Terra Merci de rester dans l'esprit du forum, les participants viennent chercher informations et soutien, tout message de ce genre sera modéré et l'adresse IP bannie.

Merci à tou.te.s de ne pas répondre à ce type de message. Même si on comprend l'envie, ça augmente la perturbation du sujet.

#
Profil

Mashkwa

le jeudi 22 septembre 2022 à 03h34

Message déplacé ici :
/discussion/-cEO-/Sommes-nous-sur-la-bonne-voie/pa...

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Caoline

le jeudi 22 septembre 2022 à 13h19

@Mashkwa
Même si ce n'est probablement pas agréable, ça me semble une très bonne chose qu'elle ai du réfléchir à cet après, au moins si elle souhaite quand même vivre de l'intimité avec toi, elle fait un choix éclairé, elle ne pourra pas te reprocher de l'avoir laissé croire à autre chose.

Cependant à la place de @Bluedahlia je ne serais pas rassurée car on peut quand même craindre que C espère que le partage d'intimité te fasse changer d'avis.

Je suis toujours agacée et peinée de lire "vraie relation" pour une relation exclusive. En effet, toutes mes relations sont vraies, sincères et nous y partageons ce que l'on souhaite, que ce soit celle avec mon compagnon historique avec qui nous avons eu 5 enfants et je partage encore une partie de ma vie, celle avec mon deuxième compagnon, par ordre d'arrivée dans ma vie, il n'y a pas de hiérarchie entre eux, avec qui je partage aussi une partie de ma vie, ou celles avec mes amimoureux.ses avec qui les rencontres et échanges sont plus rares mais qui comptent beaucoup pour moi.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion