Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Coming out ? Et présentation

Besoin d'aide
#
Profil

schtagueneguen

le mardi 12 octobre 2021 à 15h34

Bonjour à toustes,

En vérité, je ne m'appelle pas schtagueneguen. Pour celleux qui n'ont pas la référence, c'est le mot que l'on doit prononcer pour qu'une boite se mettre à faire de la musique dans un des sketches des deux minutes du peuple. Cela étant dit, je vais pouvoir entamer mon laïus. Je n'ai rien préparé, cela risque fort d'être désorganisé, mais surtout, cela sera très long... Par avance, désolé pour ce pavé. Avant de débuter, trois petits disclairmers :

1) Ce qui va être écrit ici a probablement déjà été évoqué, mais je n'ai probablement pas bien cherché. Désolé donc pour les redites.

2) Ce message constitue un réel cri de détresse, désolé pour le pathos

3) Je ne sais pas vraiment où j'en suis, il est possible que certaines formulations soient maladroites ou malheureuses. Désolé.

Je tairai mon prénom, mais vous pouvez m'appeler Marc. Je suis donc un homme de 32 ans, futur marié si tout va bien, jeune papa depuis bientôt deux ans et surtout diagnostiqué bipolaire. Ma vie sentimentale a commencé à l'âge de 15 ans. J'ai enchainé les histoires d'amour profondes et sérieuses qui se sont toutes achevées par une rupture brutale dont j'ai systématiquement mis plusieurs années avant de me remettre, quand bien même je fus à l'origine de TOUTES les séparations. Je n'ai également jamais été fidèle, et n'ai jamais avoué mes infidélités, tromperies, trahisons... Pendant longtemps, je me suis dis que ce n'était pas de ma faute, que ça me tombait dessus, et dans mon parcours, j'ai même penché dangereusement du côté de l'ésotérisme, ce qui justifiait chaque choix, chaque acte par la même phrase : cela devait se produire ainsi... Il a 3 ans et demi, j'ai rencontré, alors que j'étais déjà dans une double vie, celle qui allait devenir la mère de ma fille et avec qui je partage ma vie aujourd'hui. J'ai changé de vie et ai rompu définitivement (et non sans mal) avec mes compagnes de l'époque, l'officielle ignorant totalement l'existence de l'officieuse (à défaut de meilleurs termes.. je sais bien que les femmes ne sont pas des objets, rassurez-vous) Nos débuts ont été compliqués car je retombais dans mes schémas (bien que numériquement épistolaire cette fois) toujours avec cette fameuse phrase... Sauf que je me suis fait griller et que nous avons failli nous séparer. Des mois de discussion, de doutes, de remise en question plus tard, j'admettais qu'un coup de coeur était toujours possible pour n'importe qui, mais que ce qui comptait, c'était ce qu'on en faisait. Et j'ai fini par être bien avec cette idée. Par me sentir fort, confiant, et stupide d'avoir agi de la sorte tant d'années.. J'étais enfin équilibré, et à ma place, ma maladie étant un peu plus stabilisée avec mon suivi thérapeutique et un traitement adapté... Sauf que... Changement de lieu de travail, nouvelle équipe... nouvelles collègues. Je sympathise avec l'une d'entre elle qui me sensibilise un peu plus au féminisme, aux inégalités hommes femmes, etc. Nous parlons par message, et nous sommes confiné.es en mars 2020... Nos échanges s'arrêtent parce qu'effectivement, je comprends que je rentre de nouveau dans un schéma hélàs trop connu... Je n'en souffre pas, me disant que le temps effacerait tout ça.. La reprise du boulot 6 mois plus tard éveille de nouveau quelques sentiments, mais rien d'incontrôlable. J'évite les contacts avec cette personne au maximum, pensant que cela s'estomperait... Et peu à peu, je me laisse aller. Je mange au réfectoire avec elle et les collègues dont elle se sent proche, nous échangeons ça et là quelques banalités, qui se transforment peu à peu en discussions profondes, faisant émerger des valeurs communes... Mars 2021, nous avons un premier contact physique : un calin debout... J'ai compris, et elle aussi (célibataire). Cette femme, appelons la Noée venait à nouveau de me bouleverser. Ma compagne, Steph, ignore tout de cela. Notre couple a traversé un décès brutal, un accouchement difficile, des conflits familiaux violents, et je sombrais à ce moment là dans une phase dépressive... Situation de couple : ... c'est pas ouf.. C'est pas ouf... Je décide de parler à Noée, de lui ouvrir mon coeur, en précisant que c'est un schéma que je connaissais, que rien ne devrait se produire entre nous, que tout allait bien dans mon couple (bien que nous traversions une période difficile, notre statut de couple n'était pas remis en question. Nous sommes une équipe, et nous sommes fort.es). Hors de question d'aller plus loin.. Cette résolution a duré une demie journée avant que nous nous embrassions... Un baiser passionné et langoureux à la saveur d'un amour insoupçonné, avec une pointe de trahison... Que devais-je faire... ? Malgré nos tentatives de mise à distance, nous revenons systématiquement l'un.e vers l'autre, et tombons amoureux. Passionnément... Nos échanges épistolaires sont passionnels, passionnés et deviennent torrides... Le nouveau confinement nous oblige à nous passer physiquement l'un.e de l'autre durant un mois. Nous avons tenu 3 jours sans nous écrire, avant de replonger... Et de faire l'amour pour la 1e fois lors de nos retrouvailles. Une alchimie intense comme je n'avais connu qu'une seule fois : avec Steph.. J'aime deux femmes... Et je bascule à ce moment là dans un épisode maniaque durant lequel je passe enfin à l'acte après un an de réflexion et de pourparlers : je me fais opérer pour devenir stérile, sans que ma compagne ne soit ok. Mais dans un épisode maniaque, je m'en fiche. Avec moià ce moment là, c'est marche ou crève. Nos rapports deviennent conflictuels, et soulèvent de réels problèmes de fond : contrairement à ce que je pensais nous nous sommes alors peut être perdus... J'essaye de me faire à l'idée d'une potentielle séparation, mais je ne peux m'y résoudre. Je vais même jusqu'à provoquer une petite rupture pour qu'elle et moi soyons de notre côté quelques jours pour faire le point sur les conseils d'une psy de couple que nous avions démarchée ensemble. Je dors chez l'un de mes meilleurs amis. Je fais le point, je réfléchis, et il me donne de précieux outils et conseils en me faisant me rendre compte que j'avais délaissé ce que j'aimais le plus cette dernière année : la musique. Il m'y a reconnecté, et quel soulagement ce fut... Bien évidemment, dans ce court laps de temps, je me reds chez Noée, informée de ma situation évidemment, pour y passer la journée... Nos ébats furent d'une rare intensité et d'une beauté sans nom... Quelque chose se produisit alors : je me suis littéralement fermé. Je n'avais plus envie que l'on me parle, que l'on me touche... Impossible... Je pars donc de chez elle, comme convenu, mais dans une ambiance assez étrange... Je réfléchis l'après-midi, le lendemain, sans prendre la peine de lui donner des nouvelles. Nous nous retrouvons avec Steph et posons de nouvelles règles à notre couple. De nouveau, nous voilà uni.es et soudé.es en famille. E de nouveau le doute s'estompe. Non sans mal, nous nous éloignons avec Noée qui a énormément souffert en ce mois d'août 2021... La reprise approchait, et nous ne nous sommes plus parlés depuis 3 semaines... Le lendemain de la reprise, nous nous expliquons... et refaisons l'amour... Rien à faire décidément... Célibataire et inscrite sur un site de rencontres, elle me met à l'écart une première fois pour avancer dans sa vie et tenter de m'oublier. Il n'y a plus aucune ambigüité, nous nous aimons sincèrement et profondément.. Mais nous nous retrouvons encore... jusqu'il y a 3 jours où cette fois, cela semble plus définitif..; Elle a eu un vrai coup de coeur pour un homme qu'elle souhaite revoir et avec qui elle souhaite tenter quelque chose...

Et... here i am... Je suis totalement anéanti par cette rupture. Je devrais me réjouir pour elle, et faire preuve de compersion, mais au lieu de ça, je me retrouve à espérer secrètement que cette homme ne la déçoive, ou qu'elle ne puisse pas s'investir parce que je suis trop présent dans sa vie, sa tête, son coeur...

Je peux avoir des pensées machiavéliques, mais ne le suis pas. Je ne veux pas en arriver à être cette homme, possessif, jaloux... J'ai besoin d'elle...

Et ma compagne ? Je l'aime. Profondément. Je lui mens, lui dissimule au maximum mes émotions qu'elle perçoit néanmoins parfaitement. Je parviens à temporiser et à trouver d'autres prétextes.

Je pense être polyamoureux parce que :
- Je ne cherche absolument pas de nouvelles histoires. J'aime séduire, certes, mais cela reste un jeu maîtrisé. Je ne vais pas en boite de nuit dans le but de repartir dans les bras d'une femme.
- Mes aventures et infidélités ont été la conséquence de sentiments amoureux, non de pulsions non maîtrisées.
- Aventures d'un soir mises à part (il n'y en a eu que 3 sur la vingtaine de partenaires que j'ai connues), j'ai aimé chaque femme, et leur ai dit en ces termes..
- J'ai tenté l'hypnose pour canaliser ce que je pensais être des pulsions... Cela n'a eu aucun effet.
- Le traitement que je suis depuis 3 ans n'a pas empêché ma dernière rechute. Et pourtant il est costaud.
- Steph est la personne que j'étais sur de ne jamais tromper tellement je l'aime...

J'ai toujours refusé de me voir comme un salaud infidèle et comme un cliché d'homme qui trompait juste sa meuf. Je voulais être au dessus de ça, mais dans le miroir, l'image renvoyée était tellement conforme à cela...

Je ne suis pas sur d'être poly.. En fait, je l'espère... Mais si tel était le cas je suis face à de choix cornéliens :
- L'avouer à ma compagne signerait à coup sûr la fin de notre couple, et de notre famille. Et je n'envisage pas une seconde vivre sans elle et sans ma fille, même en garde alternée.
- Le garder pour moi ferait ce moi ce mari infidèle à jamais
- Le garder pour moi me ferait perdre à coup sûr Noée
- Le garder pour moi me ferait refouler ce que je pense être... Et me condamnerait à vivre dans le mensonge, ou dans le déni.. Et aujourd'hui, je crains fort ne plus en avoir la force..

Il n'y a ni psys, ni qui que ce soit pour faire quelconque démarche à ma place... Je ne trouve dans mon entourage aucun.e interlocuteur.ice succeptible de comprendre sans juger, sans me rejeter ou sans qu'iel soit garant.e d'un secret qu'iel ne pourrait partager avec Steph... Je suis seul face à cette montagne, j'ai peur de ne pas parvenir à la gravir, de tout perdre par indécision, de tout perdre en décidant... Je ne saurais même pas dire de quelle aide j'ai besoin en réalité...

Pour celleux qui m'ont lu jusqu'au bout, je vous remercie vraiment de l'avoir fait, déjà. Je suis navré d'avoir été aussi long. J'ai malgré tout essayé de condenser en omettant pas l'essentiel.. Si certain.es se sentent blessé.es par mes mots qui décrivent mon attitude ou mon comportement, je suis vraiment désolé. Je n'ignore rien de ma lâcheté, mais c'est bien elle qui me paralyse aujourd'hui..; Et la peur de détruire...

Je vous souhaite une bonne journée, et merci encore de m'avoir lu...

#
Profil

bonheur

le mardi 12 octobre 2021 à 19h34

Bonjour,

Une évidence, ta vie affective n'est pas aisée. Comme souvent en amour, et surtout si l'amour qui s'invite, et s'invite à l'improviste et souvent, met devant soi une évidence : l'amour n'enlève rien à l'amour.

Je trouve que tu fais une bonne analyse cohérente et défini de tout ça. Coming-out ? Ici tu peux en effet l'exprimer et je me doute que ça fait du bien. Après, une ouverture plus généralisée te semble comme cette montagne que tu décris. Personne n'oblige à escalader, à contourner ou autres. Sauf que oui, si tu n'affrontes pas cette montagne, tu resteras dans cette peur de ne pas parvenir à la gravir.

Sache que ne pas la gravir n'est pas une marque de couardise. C'est un choix, comme un autre.

Ce forum est dédié au polyamour, alors bien entendu, l'honnêteté, la sincérité, la transparence (sur la forme à minima), l'authenticité... seront mise en avant et je serai la première à le faire. Tu me sembles déjà bien informé, alors je n'ajoute pas grand chose. Le polyamour parfois détruit, le polyamour parfois consolide. L'expression de celui-ci consécutivement à un adultère (car du coup, s'en est un - le mot n'est pas péjoratif pour moi) implique que la montagne sera plus accidentée je suppose que si l'expression des faits était survenue plus tôt dans le temps. Peut-être que ça ne change rien, d'ailleurs.

L'aide dont tu as besoin : écoute et apaisement, je crois.

#
Profil

schtagueneguen

le mardi 12 octobre 2021 à 21h02

Bonjour et merci pour cette réponse rapide.

Oui, c'est un adultere. Si pour toi ce n'est pas péjoratif, ça n'est pas encore mon cas. Ça ne veut pas dire que je juge les autres, mais vraiment que je n'assume pas... Il va me falloir des ressources pour affronter ça oui, bien que conscient qu'il y ait plus grave dans la vie.

C'est très dur de mesurer les conséquences d'un tel changement... Et si je perdais ma famille ? Ou de ce non changement... Et si je me détruisais ? Bref, ça tourne, ça tourne... Mais oui, il faut gravir cette montagne je crois... Je n'aspire qu'à être honnête, et transparent, très sincèrement... Je ne fais pour le moment que présumer de la réaction négative de Steph. Il existe une chance pour que ça se passe bien, oui... Mais elle me semble si petite.. Si infime... J'ai besoin de sortir de cette spirale du "quoi qu'il arrive je serai perdant" je crois...

#
Profil

Lalaiela

le mercredi 13 octobre 2021 à 10h10

Je suis touchée par ton message
Je trouve que ton est analyse juste... Tu sembles au milieu d'un gros noeud et il semble que tu doives dénouer un peu de tout ça. Une question de choix, d'alignement avec toi même, je présume.
J'ai beaucoup pensé cette phrase "quoi qu'il arrive je perds" mais je crois que c'est un leurre, une idée qui nous laisse bloqué sans pouvoir bouger.
Je suis restée un long moment là en me disant si je bouge plus c'est pas pire. Mais les choses avancent d'elle même et je crois que c'est important de se positionner.
Peut être tu va perdre certaines choses, peut être pas. Regarde à l'intérieur de toi ce qui te semble être le plus juste, le plus aligné pour toi. Et j'ai envie de te dire ose être qui tu es... Tu as encore beaucoup de temps à vivre avec toi, sûrement que tu te dois bien ça.
Pleins de jolies choses et décisions à toi

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

#
Profil

schtagueneguen

le mercredi 13 octobre 2021 à 10h38

Bonjour et merci pour ta réponse.

J'imaginais bien ne pas être un cas isolé, et c'est plutôt rassurant.

Je pense également que vous êtes toustes passé.es par la : remettre en question des années et des années de construction sociale autour de l'amour unique. J'eus préféré que cela se produise à un instant ou j'étais seul, sans une famille construite..

Effectivement, si je regarde en moi, je ne peux que reconnaître une personne pouvant aimer sans limite, et pouvant s'engager dans cet amour à 100%. Je suis très investi dans mon couple, et je sais que ce n'est pas par culpabilité ou pour compenser mes écarts.. Ce peut être à la fois rassurant, mais c'est aussi un voile me permettant de croire que je ne fais rien de mal, ce qui factuellement est faux puisque pour l'instant, je ne suis pas dans une relation poly, mais dans une double vie adultère...

Bonheur à raison : la montagne est d'autant plus imposante puisque cette révélation a lieu dans un contexte où je suis déjà ailleurs en partie...

J'ai tenté de cloisonner mon autre histoire, faisant toujours en sorte que cela n'empiete pas sur ma vie de famille. Autrement dit, je ne sacrifie pas d'instants de famille ou de couple au profit de Noée.. Et à y réfléchir ça n'est pas tout à fait exact dans la mesure où je la contacte par message à chaque fois que cela est possible...

Oser être qui je suis représente pour moi un tel idéal... Ne plus avoir ni à me cacher, ni à me juger... Tout cela semble avoir un prix.. Je n'en connais pas encore le montant, et il me fait peur... C'est comme si je restais devant une vitrine de magasin de musique à fantasmer sur cet instrument qui paraît tellement cool mais auquel je n'oserais prétendre faute de moyens... Et je n'ose pas demander le tarif aux gérants, comme si son aspect potentiellement onéreux m'empêcherait de le regarder de nouveau... Et je suis tellement conscient que sur ce plan de l'existence, tout cela n'a aucun sens...

Peut être y'en a t il ici qui ont franchi ce cap la dans les mêmes circonstances que moi.. Comment cela s'est il passé pour vous ?

#
Profil

Caoline

le mercredi 13 octobre 2021 à 11h05

Bonjour,

Tu sembles bien conscient des réalités te concernant, aspiration à vivre tes sentiments et attirances pour plusieurs personnes cependant être poly, avoir des relations poly c'est aussi que tes partenaires puissent avoir plusieurs partenaires. Comment te sens tu avec cette idée ? Il me semble que ce n'est pas forcément évident pour les personnes ayant des troubles bipolaires qui ont souvent besoin de stabilité, d'être rassurées...

Pour ce qui a déjà été évoqué oui il y a des risques de perdre ta voir tes relations actuelles, mais il y a surtout la possibilité d'être toi même, avec ces personnes là ou avec d'autres. Tu es jeune, tu as essayé d'être exclusif, tu n'y arrives pas, tu as honte de ton comportement, il me semble que tu as tout à gagner à oser dire ta réalité sans parler de l'honnêteté qui de mon point de vue est due aux personnes qu'on aime.

Bon courage.

#
Profil

schtagueneguen

le mercredi 13 octobre 2021 à 11h29

Bonjour Caoline,

Je me suis évidemment interrogé sur la réciprocité de ce genre de relation. Je pense, sans aucune certitude parce que je n'ai aucune idée de la manière dont je ressentirai les choses à cet instant, que si les choses sont posées ainsi à la base, ça ne me poserait pas de problème. J'ai un certain besoin d'exclusivité dans le sens où je veux qu'il y ait au moins une chose spéciale et particulière qui nous unisse ma partenaire et moi. Et tant que cette chose n'est pas partagée, c'est OK.

J'ai effectivement besoin d'un cadre et chaque minute de chaque journée de ma vie est ritualisee de sorte à éviter les changements d'humeur. Mais ce rituel peut accepter des emplois du temps variables pour me permettre de gérer plusieurs relations. Admettons, je sais que le mardi je serai à tel endroit et le jeudi à un autre.. En soi, ça peut être négociable, même si encore une fois j'ignore tout de la manière dont je vivrai les choses.

En revanche, un changement de vie brutal peut effectivement avoir un gros impact sur ma santé mentale.. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis mis en danger suite à un bouleversement.. C'est aussi à prendre en compte dans l'équation, car cette donnée est non négligeable et réduit la marge de manœuvre...

J'aspire à cette honnêteté et cette transparence que je me dois et que je dois a l'autre. C'est clairement mon objectif prochain tout en maintenant un certain équilibre... Voilà voilà...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion