Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ma femme est amoureuse d'un autre

#
Profil

PolyPasLeChoix

le mercredi 16 mars 2022 à 09h15

J'ai l'impression que vous avez déjà joué cette scène en début d'année suite à ce que tu racontais de votre réveillon avec son amoureux. Ne crains-tu pas que cela se reproduise d'ici 1 mois où 2 et qu'au final au lieu d'avancer, vous ne fassiez que retarder l'échéance.
Il est en effet important que vous mainteniez la discussion sur le sujet ouverte et ne pas faire comme s'il ne s'était rien passé.
La décision d'arrêter de voir cet homme vient d'elle mais si tu as le sentiment qu'elle le fait à regret, pour toi, cela risque de créer des tensions entre vous, une dette de ton côté, des doutes que ne pouvant vivre cet amour en transparence, ils ne se voient en cachette.
Continuez le travail sur vous et votre couple, tu as déjà beaucoup avancé

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 mars 2022 à 10h23

PolyPasLeChoix
J'ai l'impression que vous avez déjà joué cette scène en début d'année suite à ce que tu racontais de votre réveillon avec son amoureux. Ne crains-tu pas que cela se reproduise d'ici 1 mois où 2 et qu'au final au lieu d'avancer, vous ne fassiez que retarder l'échéance.
Il est en effet important que vous mainteniez la discussion sur le sujet ouverte et ne pas faire comme s'il ne s'était rien passé.

Je crois que c'est bien vu : derrière le sentiment d'échec et la tristesse, il y a peut-être une peur d'impuissance sur quelque chose qui peut encore arriver. Donc je crois que dès que vous pouvez (peut-être avec un thérapeute ?), vous devez creuser la question. Bien comprendre vos enjeux de relation, s'ouvrir sans fard sur vos ressentis, pour partir du réel plutôt que d'attentes non-dites.

#

Amande amère (invité)

le mercredi 16 mars 2022 à 11h00

Bonjour, le sentiment d'échec est compréhensible, ceci étant c'est aussi me semble-t-il une belle démonstration de l'importance de votre relation.
Ta femme comme toi vous vous êtes montré l'un à l'autre que vous placiez chacun votre priorité dans le fait de ménager les sentiments de l'autre. La proposition de renoncement est réciproque : vous êtes en train de vous dire que par amour pour l'autre vous êtes capable d'envisager de vous-même un renoncement considérable (je dis bien envisager, je ne dis pas renoncement définitif).
Je trouve que cela mérite d'être célébré en soi, et de s'y arrêter pour faire le constat de tout ce que cela implique de beau entre vous, et de sécurisant pour vivre votre relation et réfléchir aux évolutions à venir.

Vous pouvez voir cette situation non pas comme une impasse, mais comme la base solide et le point de départ du chemin que vous allez faire, ensemble, quel que soit ce à quoi vous arriverez. Ce n'est pas parce que vous êtes chacun prêt à accepter un sacrifice important qu'il vous est nécessaire de faire ce sacrifice. C'est à vous d'en parler et d'avancer. Même si pour l'instant vous ne voyez pas où vous pourriez aller et comment.
Parfois il faut prendre le temps, se rappeler tout simplement que ce qui se passe à un instant T ne sera pas présent pour l'éternité, même la douleur.
Bon courage.

#
Profil

Jeromef35

le mercredi 16 mars 2022 à 11h09

Merci de vos retours, je pense que ça va servir de base de discussion avec elle.

#
Profil

GeorgyPorgy

le mercredi 16 mars 2022 à 11h19

Bonjour Jeromef35

Désolé de lire vos peines et difficultés respectives, ça n'est pas une période facile au sens large pour l'ensemble des personnes impliquées dans ce genre de situation

Je me permets de réagir au mot de Geraaldine .

Certes, chacun est libre de ses choix. Mais peut-être les choses sont-elles un peu plus complexes, plus nuancées, moins binaires... Il ne faut pas je pense, minimiser les difficultés qu'apportent ce genre de situation pour TOUS les individus impliqués. Cela inclut évidemment l'autre relation, qui est une personne avec des émotions, des attentes, des difficultés au même titre que les autres (on a peut etre trop souvent tendance à oublier cette troisième personne, dans les échanges ici ou ailleurs...)

Mais le partenaire qui "amène" le thème du polyamour dans un couple existant ne traverse pas une partie de plaisir : on pourrait avoir tendance à le/la percevoir comme ayant la position "facile" dans la situation, celle / celui qui veut "le beurre et l'argent du beurre", faisant preuve de légèreté voire d'égoisme. Mais le fait est que l'on n'est pas maître de ses sentiments. C'est probablement tout aussi dur d'être dans l'une ou l'autre des positions. Simplement, peut-être, les gens qui se sentent "poly", qui se découvrent ses multiples sentiments amoureux, se sentent une responsabilité particulière dans la situation vis-à-vis des autres relations / personnes.

Pour me trouver dans cette situation moi-même, je peux dire que c'est très dur de se confronter à cela, de s'avouer à soi-même (et aux autres) en authenticité la teneur de ses sentiments, de ses émotions. On est plongé dans des abimes de confusion, de culpabilité et aussi d'insécurité face à ces ressentis, surtout quand on considère qu'on peut potentiellement être rejeté par les êtres mêmes dont on est amoureux.ses. Accepter, au moins intérieurement, que c'est possible d'aimer plusieurs personnes authentiquement, sans mauvaise intention, est un long chemin. Le dévoiler aux différentes personnes impliquées est un pas considérable, mais aussi un risque...

Peut-être que la compagne de Jerome ne s'est sentie d'autres possibilités que celle de mettre fin à sa relation face aux difficultés rencontrées.

Peut-être qu'elle refuse de maintenir une relation qui impliquerait de la dissimulation, du mensonge, ou des souffrances - surtout si la relation tierce a clairement exprimé son rejet de toute possibilité d'acceptation d'une relation plurielle?

Peut être le prix à payer pour "vivre" les relations lui semblent trop élevé, compte tenu des souffrances occasionnées...

C'est peut être finalement la démonstration qu'elle accorde une importance à la relation, au couple, à l'engagement & ce qui a été construit jusqu'à présent.

Je rejoins PolyPasLeChoix et Siestacorta sur l'importance de continuer à prendre soin de votre couple, clarifier vos attentes respectives, afin de déjouer des éventuels retours de baton.

Bon courage à vous dans cette période difficile

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 mars 2022 à 11h52

Je réagi par rapport à ce retour en arrière (j'appelle cela ainsi, est-ce la bonne expression ?).

Il m'est souvent demandé, et je me suis interrogée également à ce sujet, à partir de quel moment je suis devenue polyaffective.

Outre le déclencheur, initiateur du changement et du bouleversement de ma vie amoureuse, je crois que c'est le jour où mon chéri de vie m'a demandée de revenir à "avant". Mon NON est sorti tellement spontanément, qu'il fut je suppose posé définitivement, pour moi comme pour mon chéri de vie.

C'est difficile, après réflexion, comme décision. Pour une fois, le coeur a anesthésié mon cerveau et mon empathie. Ce jour là, alors que je n'avais pas d'autres relations, j'ai pensé à moi et à mon équilibre. C'est "égoïste" ? Dans tous les cas, il y a de l'égoïsme, et c'est tragique. Sauf que je n'ai qu'une vie, alors voilà. Et puis, si on réfléchi, en ce qui nous concerne, sur 35 ans d'amour, 21 ont été exclusive et finalement 5 dans un flou complet de culpabilité pour moi et au final que 9 vraiment en polyaffectivité assumée.

C'est quand on perd, quelque soit la perte, que l'on se rend compte du bonheur de ce que l'avait. Cette perte, c'est elle justement qui peut être le moteur de l'avenir, chacun-e à sa façon. Et je répète, la vie est longue puisque l'espérance de vie de l'Homme augmente, mais nous ne vivons pas suffisamment longtemps pour se "confiner".

Autrement, oui, attention aux "répétitions" de situations. Ce sont des cercles vicieux.

Au fait, @Jeromef35, tu es (ou vous êtes) allé(s) au café poly ? Si non, c'est dommage. Son retour en arrière ne doit pas faire l'impasse sur tout ceci.

#
Profil

Jeromef35

le mercredi 16 mars 2022 à 13h23

Non, je n'y suis pas aller, c'est hier soir qu'elle a pris sa décision . J'espère participer au prochain.
En tout ça merci pour vos soutiens, je vais continuer à vous lire.

#
Profil

Jeromef35

le vendredi 18 mars 2022 à 06h30

Voilà c'est fait, elle a mis fin à sa relation. A présent, je suis triste pour elle car elle espérait que j'allais trouver les ressources pour "supporter "

J'y ai cru, moi aussi, mais,non je ne suis pas assez fort.
Je crois qu'un psy ouvert au polyamour pourrait m'aider. Quelqu'un a un contact aux alentours de Combourg ?

A vous lire

#
Profil

bonheur

le vendredi 18 mars 2022 à 07h45

Il faut veiller à l'effet boomerang :-(

Courage pour la suite, à toi et à ta femme. Je songe aussi à cette relation à qui l'on dit oui, puis non, puis oui... :-/

#
Profil

Jeromef35

le vendredi 18 mars 2022 à 11h27

Cette relation est plus au clair que nous. Plus âgé, il sait faire la part des choses. Bien sûr, il est triste, mais il n'a jamais voulu mettre en péril notre couple. Je doit d'ailleurs en discuter avec lui.

#
Profil

bonheur

le vendredi 18 mars 2022 à 13h50

Jeromef35
Je doit d'ailleurs en discuter avec lui.

(+)

#
Profil

Jeromef35

le dimanche 20 mars 2022 à 08h45

A lire les différentes discussions, je m'aperçois que les personnes qui sont en situation de polyamour subit sont toutes en souffrance et même après des années, continuent de douter et d'avoir peur.

Je ne suis pas prêt à vivre ça, ce n'est pas parce que je ne suis pas "assez" amoureux de ma femme, mais il en va de ma survie mentale. Pour avancer, j'ai besoin de certitudes et cette situation n'est que doutes et confusion.

A vous lire...

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 mars 2022 à 09h09

Jeromef35
A lire les différentes discussions, je m'aperçois que les personnes qui sont en situation de polyamour subit sont toutes en souffrance et même après des années, continuent de douter et d'avoir peur.

Il y a un biais : les personnes qui ont vécu ça mieux ont moins besoin d'en parler ici. Tu as les témoignages de ceux qui ont besoin d'en parler pour résoudre une difficulté plus forte, pas les témoignages de "j'y suis bien" ou de "je rame un peu mais ça avance".

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 mars 2022 à 09h47

@Jeromef35
D'un côté le mot "subit" m'interpelle. Car ce mot est révélateur de la souffrance (qui est à considérer, bien entendu) et révélateur d'une non envie de dépasser cela.

Si je considère mon chéri de vie, qui, à ma grande surprise, a parlé de lui, de son ressenti par rapport à notre évolution, indiquait dans le dernier café poly qu'il avait une "indifférence" par rapport à ma polyaffectivité.

Personnellement, ce mot indifférence me fait peur. Pour moi il n'y a pas pire que l'indifférence. Alors il m'a indiqué qu'il ne se désintéressait pas de moi et de mon vécu. Il n'attache plus cette intérêt, cette importance... ça ne l'impacte plus, ça glisse sur lui. Ce qui ne l'empêche pas de s'inquiéter pour moi, si nécessaire.

De mon côté, j'assume plus, de moi à moi, les déboires et fracas que des situations poly m'amènent à vivre et à ressentir.

Mon chéri de vie n'aime pas témoigner. Il considère que sa façon de vivre les choses ne regardent personne (d'où mon étonnement, lorsqu'il a pris la parole). Un avis aussi que l'on partage tous les deux : un témoignage n'a aucune valeur pour autrui. Chaque personne, chaque situation, chaque instant de vécu, est unique.

J'aurai tendance à indiquer que si l'on retient la souffrance et pas du tout l'évolution, les instants de bonheur, alors oui, il faut stopper tout. Le hic, c'est que dans tous les cas, il y aura de la souffrance. Personnellement, j'aurai cette tendance à dire "retrouver votre célibat et vivez chacun-e à votre guise" (en espérant que l'exclusivité, ou la non-exclusivité viennent en effet enrichir l'avenir).

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 mars 2022 à 09h53

Lors d'un témoignage "officiel" auprès d'une apprenti journaliste, la question m'avait été posée : "vous voyez le verre à moitié plein ou à moitié vide ?"

Ce type de questionnement me rend dubitative. Si j'interpelle mon intellect je répondrai qu'une moitié est une équivalence, donc la question n'a pas d'intérêt. Si j'interpelle mon coeur, en situation de mon vécu, je réponds simplement que disposer d'une verre, et qu'en plus il y a de quoi se désaltérer, c'est une chance.

Il en va de même pour l'amour. Ce n'est la quantité ou le type d'amour qui est à prévaloir. L'amour est uniquement à prévaloir, quelque soit la "quantité" ou même la "qualité".

#
Profil

PolyPasLeChoix

le dimanche 20 mars 2022 à 12h22

Jeromef35
A lire les différentes discussions, je m'aperçois que les personnes qui sont en situation de polyamour subit sont toutes en souffrance et même après des années, continuent de douter et d'avoir peur.

Il faudrait éclairer ce que tu entends par polyamour subit. Pour moi il est subit car n'est pas de mon initiative et j'ai eu le sentiment malgré tous les mots de ma femme se disant prête à renoncer si c'était trop difficile pour moi, la seule autre issue était une séparation a court terme ou à minima vivre dans le doute et la peur que ne pouvant vivre son envie en plein jour, elle ne se renferme à la maison et se crée des occasions cachées. Une fois ce subit accepté, je peux effectivement choisir de me morfondre, d'être dans l'attente de ce qu'elle vit , des preuves d'amour qu'elle m'accorde pour me rassurer. Mais je peux également prendre la décision de travailler sur moi, de m'ouvrir aux autres ce qui n'est pas simple après des années en couple monogame ou les autres femmes que j'ai pu croiser et apprécier m'étaient, dans mon esprit, interdites. C'est vers cette 2eme option que je me suis tourné parce que si jamais la séparation devenait inéluctable même si non souhaitée de part et d'autre, je commençais un travail de détachement vis à vis de ma conjointe. Je me préparais ainsi à évoluer, réapprendre à m'aimer moi, apprécier et être apprécié par d'autre tout en profitant de l'amour réciproque avec ma femme. Il m'a fallu plus d'un an et quelques révélations de la part de ma femme pour trouver un peu de sérénité dans cette situation. Mais c'est surtout d'être actif de ce polyamour subit, de vivre de nouvelles rencontres puis de trouver une belle personne avec qui je suis en relation depuis un peu moins d'1 an qui m'aide à ne plus me sentir en souffrance, dans le doute et la peur que je ressentais au début.

Jeromef35
[...]
Je ne suis pas prêt à vivre ça, ce n'est pas parce que je ne suis pas "assez" amoureux de ma femme, mais il en va de ma survie mentale. Pour avancer, j'ai besoin de certitudes et cette situation n'est que doutes et confusion.

A vous lire...

Ayant peu confiance en moi, j'ai toujours vécu avec le sentiment que demain tout ce que j'ai peut disparaître. Je fais, m'adapte et ne planifie que très peu à l'avance, uniquement le nécessaire. Cette attitude a pas mal déstabilisé mon amoureuse au début et quand j'en ai parlé à ma femme elle m'a dit qu'elle avait du aussi apprendre à vivre avec et que ça a avait été compliqué pour elle au début de notre histoire, il y a 20 ans. Je ne peux donc pas t'aider sur ce point mais il est peut-être nécessaire, pour toi, de revoir un peu tes certitudes. Tu ne peux considérer que ton couple est et restera ce qu'il est jusqu'à la fin. Tu peux avoir des certitudes et les utiliser te concernant, tu peux en avoir sur ce que vous avez vécu, ce qui fait votre force. Pour le reste, il faut accepter que les choses changent et que la vérité du jour peut être remis en cause et qu'il faudra s'adapter ce qui ne veut pas dire qu'on n'avance pas. Juste que si l'on au objectif, la ligne droite serait surement la façon la plus simple et efficace de l'atteindre, mais c'est en faisant des compromis, des étapes, qu'on finit par y arriver ou s'en approcher en tenant compte des aléas.

#
Profil

Jeromef35

le dimanche 20 mars 2022 à 15h05

Merci pour ces témoignages retours. Pour ma part, je vis avec le sentiment qu'on ne pose jamais aucun acte qui ne puisse nous nuire. Dans ma situation, quel était le guain pour moi? Aucun, j'ai eu beau imaginer que cela puisse enrichir ma vie et mon couplé, je n'y ai vu que du négatif, je n'ai jamais réussi à y trouver une source pour positiver. Seul le sentiment de perte prévalait, en gros, je n'avais rien à y gagner dans cette histoire.
Quant à une éventuelle disparition de mon couple, je l'envisage en cas désamour, comme la fin d'une histoire, pas s'il reste des sentiments.

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 mars 2022 à 15h09

Dans ce cas, ne te pose même pas de questions. Ta compagne "rentre dans le rang" et tout va bien. On "tourne la page" et tout le monde est heureux.
D'ailleurs, vue sous cet angle, cesse de venir sur ce forum. Tu ne peux que t'y faire du mal, à mon avis.
Bonne route heureuse !

#

Jack Haddy (invité)

le dimanche 20 mars 2022 à 18h17

Je souhaite mettre en lumière une chose ici: comme lu ci-dessus, et à d'autres endroits, il semble que, pour le poly-catapulté, le fait de vivre soi-même une seconde relation est souvent salvateur, et permet d'être plutôt à l'aise dans ce mode relationnel.

Une autre réflexion tirée de ma courte expérience : il n'est pas facile, voire impossible selon les cas, de trouver la force de survivre aux désagréables sentiments de jalousie, aux peurs diverses et variées. Combattre les foyers de ces peurs sera plus efficace que de jeter de l'eau sur les flammes, demandera moins d'énergie à terme.

Poly Jack

#
Profil

Jeromef35

le dimanche 20 mars 2022 à 20h23

Merci d'apporter de la nuance dans tes propos.
J'ai effectivement songé moi aussi à avoir d'autres relations, mais je n'en ai ni l'envie ni le besoin.
Et pour le reste, je vais continuer de voir mon psy.

Je n'ai rien contre le polyamour, c'est juste que je ne m'y retrouve pas. L'épanouissement personnel passe par bien des chemins différents.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion