Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Cadre et limites

Besoin d'aide
#
Profil

Mel.o

le jeudi 23 juillet 2020 à 08h27

Bonjour,

J'ai nouvellement ouvert mon couple et souhaiterais connaître votre avis sur la situation suivante, qui est mon (/notre) premier gros challenge:

Pour sa première expérience hors de notre couple, mon ami a dépassé 2 limites que l'on s'était explicitement fixées et sur lesquelles nous étions d'accord:
- en discuter et se mettre d'accord avant de revoir une personne tierce- mon ami a estimé que ça ne comptait pas dans les 24h.
- discuter MST et passé sexuel avec la personne avant un rapport sexuel buccal non protégé.
Je lui ai expliqué que le cadre que l'on s'est fixé était important pour moi car il me permettait de me sentir en confiance et en sécurité dans notre couple.

Voici sa lecture de la situation:
"Quand je vois comment les choses se passent je vois aussi qu'on ne regarde pas les événements sous le même angle. J'ai l'impression que tu t'attaches mordicus aux règles et j'ai le parallèle Allemagne/Italie en tête avec par exemple la circulation routière. En Allemagne on s'arrêtera à tous les STOP, qu'il y ait quelqu'un qui arrive ou non, là où en Italie on prend les STOP à l'italienne. Je trouve que ça nous représente bien tous les deux et globalement j'aimerais que tu comprennes que les règles c'est vraiment ton délire. Je m'y soumet parce que c'est comme ça que tu fonctionnes et que j'ai envie de parler ton langage mais je me demande si de ton côté tu as intégré qu'il te faut aussi parler le mien. Moi dans l'idée tant que la big picture est là, que tu ne couches pas avec des SDF sidaïques héroïnomanes ou avec des mecs qui mettent leur bite n'importe où je peux être flexible."

Je ne sais pas comment je peux tenter l'aventure du polyamour dans ce cadre là, je ne sais pas si je peux avoir confiance. En même temps, je me demande si la flexibilité fait partie des qualités requises pour ne pas trop souffrir.
Qu'en pensez-vous?

Edit: Question complémentaire: comment concilier mon besoin de sécurité et de confiance et son besoin de liberté et de flexibilité?

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#

Xelha (invité)

le jeudi 23 juillet 2020 à 08h42

Bonjour,

Je pense que concernant les MST on ne peut pas se permettre d’être «  flexible » sur les règles. Il n’y a pas que les SDF cocaïnomanes qui peuvent transmettre des saloperies, monsieur et madame tout le monde aussi. Qu’il prenne des risques c est son problème ma foi mais il t en fait prendre aussi et ça n’est pas la manière la plus sécurisante de se lancer dans le polyamour à mon avis. Tout peut se négocier pour le reste même s’il est trop tôt je pense pour commencer à déroger à certaines règles. On peut être flexible quand les règles ont été acquises et appliquées pendant un moment et dans un accord commun.
Peut être que les autres avis seront plus nuancés mais perso je n’accepterais pas ça, c est vraiment un manque de respect de sa part dissimulé sous un discours qui se veut logique et cartésien mais qui n’a aucun sens.

#
Profil

Mark

le jeudi 23 juillet 2020 à 10h01

@Mel.o[=9067]

Je trouve qu' il y a toujours une part irrationnelle de confiance dans la sexualité plurielle et chacun.e met le curseur là ou il/elle le ressent acceptable. Par ex. , se montrer des tests à jour ne dit rien sur les rapports qui ont eu lieu, entre temps ou peu avant.

Statistiquement, la pluralité des partenaires sexuels augmente le risque d'ist d'un facteur 6 à 8. je n'ai pas trouvé d'autres études récentes. Alors pour les stop à l'italienne et son argumentation.. Ce n'est pas une question de s'y soumettre, mais de respecter l'ensemble de ses autres partenaires concernés par ricochet en ayant un comportement responsable.

Stigmatiser deux catégories dans son argumentation, c'est aussi faire démonstration que la big picture, il lui en manque quand même un bon bout pour avoir un avis éclairé.

Perso, je demanderai des rapports protégé le temps qu'il refasse ses tests. ça te rassurera et fera peut être passer le message avec plus de clarté. Au delà de la confiance, c'est aussi une question de respect.

Juste par curiosité, le corona et port du masque, il gère avec flexibilité aussi?
edit: quand je sors, je mets systématiquement un masque si je dois me rendre dans une zone à public. Parce que je pense à mon amoureuse et son foyer autant qu'aux personnes qui travaillent et sont exposés au public sans avoir demandé quoi que ce soit.

ps: sources: https://www.docbuzz.fr/2010/06/30/123-les-echangis...
https://www.francetvinfo.fr/sante/sexo/les-gens-on...
https://www.hepatites-info-service.org/les-hepatit...

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 23 juillet 2020 à 10h45

J'ai pas compris l'histoire de revoir quelqu'un et des 24h avec la première règle esquivée... Plus la décision de revoir quelqu'un et le rendez-vous sont proches, moins la règle vaut selon lui ?

Pour les MST/IST, on va dire qu'il y a des limites à l'ignorance. On aura pas forcément tous les mêmes, ni tous les mêmes mesures, mais idéalement on devrait tous en avoir, et demander des infos me semble quand même pas la mer à boire.

Rapport buccal, tu veux dire un baiser, ou sexe oral ?
Les deux décisions pourraient être entendables ; mais j'avoue que "cadrer"' le premier baiser sera moins facile que "bon là on va sans doute faire l'amour, t'en es où sur ton historique IST/MST", pour beaucoup de gens.

La précision du cadre et la multiplication des fautes possibles peut le rendre impraticable, ou souligner le contrôle exercé.. Et éventuellement être un encouragement à des transgressions "éliminatoires" : je pose des règles super serrées on va voir combien l'autre tient plus à sa liberté qu'à Moua Vs je tiens compte de rien on verra combien l'autre m'aime.
Inversement, le discours sur la confiance comme déjà acquise et "big picture", c'est considérer que tout ce qui peut poser problème n'est qu'accidentel, marginal, n'arrive tellement pas ou peu qu'on devrait pas s'en parler... quand on va multiplier les occasions.

Les règles... en fait, c'est pas à graver dans le marbre, mais c'est souvent important au début. Le fait de poursuivre la prise de risque des relations multiples, ça dépend autant de savoir respecter des limites qu'on a pris le temps d'expliciter (dans leur forme comme dans leur origine personnelle) que de comment chacun réagit quand elles ne l'ont pas été : faire sa tête de lard et dire que les règles étaient nases, ou que l'autre est nase, entrer en réactance et faire comme le gamin qui maintenant veut ce jouet parce que tu lui a retiré de sa portée, remarquer que l'autre a déconné mais qu'en fait finalement ça va (et pourquoi ça va ?), ou que c'est un autre aspect qui gratte, se poser et discuter, rien dire et attendre que ça mène à la conséquence crainte au moment de poser la règle, parler au tiers pour qu'il soit partie prenante...

Il ya plus que règle posée/respectée ou pas, on s'observe (l'autre, soi), on se parle, c'est ça qui va rendre la confiance tenable. Les règles et les moments où elles sont dépassées / dépassables sont des occasions de communiquer.
Si chacun "parle un langage", ok : ça peut déjà vouloir dire que vous êtes ok pour parler. Si c'est le cas, félicitations :-)
Et parler, de toute façon, il va falloir... Les règles ne permettent pas l'économie du dialogue sur comment apprécier, maintenir et construire des confiances dans un cadre poly - au mieux elles en sont une étape sur le long terme.

Je crois pas que la flexibilité soit la première et seule qualité poly. Je suppose que la flexibilité dépend de l'objet. Être flexible sur le port de capote n'est pas la même chose que l'être sur le nombre de textos à recevoir par jour...
Pour moi, c'est vraiment les difficultés et les facilités à offrir de la confiance qui vont compter. Et avoir une confiance facile spontanément "sans règles" ne signifie pas qu'on aime mieux, si ça implique de pas écouter les demandes de l'autre.

A toute fin utile, je te renvoie sur un texte qui peut aider à se parler, pour pas avoir l'impression que c'est ou le système de l'un ou celui de l'autre le Vrai accord.

Message modifié par son auteur il y a 13 jours.

#
Profil

Mel.o

le jeudi 23 juillet 2020 à 16h16

Merci pour vos retours, vos conseils, et vos liens vers des ressources.
Cela me permet d'avoir d'autres perspectives.
Je comprends tout à fait l'idée de limites évolutives avec le temps, si cette évolution est décidée ensemble.
Et oui, nous allons beaucoup parler pour trouver un terrain d'entente. Nous sommes tous les deux convaincus du principe du polyamour. Passer de la théorie à la pratique est plus complexe!

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 23 juillet 2020 à 17h35

Deux règles ont été transgressées.
Pour la première, ma question serait : Comment aurais-tu accueillie l'information s'il te l'avait dit ?
Si tu l'aurais accueillie plutôt bien, alors c'est inexcusable. Si tu l'aurais accueillie mal, ou du moins pas très positivement, c'est plus complexe, vu que ça peut nuire à son ouverture.
Pour la seconde, j'aurais tendance à trouver ça inacceptable. Après, lancer une telle discussion est un peu complexe, mais vu votre position, il est obligé d'aborder ton existence. Et je pense que sur une question comme ça, sa partenaire devrait justement être plus rassurée que refroidie. Maintenant, la question est : Est-ce-que sa partenaire connaît ton existence ? Est-il clair sur les conditions de votre relation ?

#
Profil

bonheur

le jeudi 23 juillet 2020 à 20h45

Bonjour Mel.o,

Chacun son opinion en effet. Je n'ai lu que ton premier post et pas les autres réactions. Pas besoin pour moi.

Si ça m'arrivait, je cesserai toute relation sexuelle avec ce partenaire tant que la clarté n'est pas faite. La bouche contient autant qu'ailleurs des mycoses et autres herpès.

Aussi, l'histoire du stéréotype du toxico, franchement, il en est encore là ? Le risque qui ciblé ? Wahoo ! Moi je me protègerai, en dehors de la désillusion évidente visant à bafouer à la première occasion les propos initiaux.

J'aurai tendance à dire casse-toi et fais ta vie avec des personnes respectueuses. Bon, tu feras ce que tu voudras. Voilà quelle aurait été ma réaction.

Prend soin de toi, Mel.o, avec tes convictions.

#
Profil

Mel.o

le vendredi 24 juillet 2020 à 16h01

Bonjour,
Voici plus de précisions:
Pour la première limite dépassée (le fait de revoir la personne sans en parler) c’est lui qui me l'a dit, sans réaliser que c'était une limite dépassée. Il a convenu par la suite que cela faisait partie de notre accord, qui a donc besoin d'être clarifié.
Concernant la deuxième limite, j'ai pu discuter directement avec la tierce personne (une amie d'amie) et donc poser les questions que je voulais. Cette personne connaissait mon existence et le cadre de ma relation (sans avoir le détail des limites).
J'espère que cette étape fera grandir notre couple plutôt que le détruire.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion