Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Bonjour, confrontée au polyamour, je cherche mes marques

Monogamie
#
Profil

Minora

le lundi 27 juin 2016 à 19h13

Bonjour, par avance je m’excuse, mon récit risque d’être long… mon vécu récent est déstabilisant pour moi, il me questionne. Je vous lis depuis des mois mais ne me décide que maintenant à vous raconter mon histoire, parce que j’ai confiance en vous, en votre compréhension, votre douceur…
Comme la plupart, j'ai toujours évolué dans un milieu mono, mais un milieu ouvert, tolérant, empathique. J'ai eu une vie affective restreinte, peu de relations longues et souvent dans un cadre flou (pas envie de me caser, pas traumatiser par les relations avec des hommes déjà "pris"), mais une vie sexuelle très libre, très festive… jusqu’à mon mariage. Il a constitué une sorte de parenthèse (de 15 ans quand même) pendant laquelle j’ai eu mes enfants. Mais depuis ma séparation d’avec mon ex mari, depuis 3 ans, je me sens revivre en tant qu’individu en tant que femme.
J’ai multiplié les rencontres avant tout parce que j’avais besoin de reconstruire une estime de moi bien abîmée et aussi parce que j’avais envie de m’amuser (y compris sexuellement). J’ai vu plusieurs hommes en parallèle, sans le moindre scrupule, sans me poser de question. Mais toujours dans l’idée que je retomberai amoureuse d’UN homme à un moment ou à un autre.
J’ai rencontré C avec qui j’ai cru qu’un avenir était possible, histoire compliquée, il ne cherche pas pas l’exclusivité (mais ne verra que moi pendant toute notre relation au final), est en court de séparation. Pendant ce temps je m’autorise de rencontrer d’autres hommes, avant tout pour me protéger de lui, m’empêcher de tomber trop amoureuse de lui.
Puis je rencontre A. C’est une rencontre spéciale, il se passe quelque chose de fort, d’inédit, je le revois mais je crois encore à une histoire avec C et ne laisse aucune chance (dans mon esprit) à une histoire d’amour avec A. C’est sexuellement très fort. Très vite il me parle liberté, jardin secret, que des termes qui me conviennent, puisque je suis concentrée sur ma relation avec C. Aucun des 2 ne me pose de question, je vis donc cette relation avec 2 hommes très sereinement pendant 4 mois.
L’histoire se fini avec C, la construction patiente de A trouve écho en moi, il a fait ce qu’aucun avant lui n’avait réussi à faire, alors que je fonctionne à l’instinct, au coup de cœur immédiat et (souvent) dévastateur, il m’a séduite avec le temps, une très grande persévérance et une infini patience, beaucoup de douceur aussi, de conversations… et cette relation s’impose à moi, avec évidence remplissant très tranquillement la place laissée par la relation inaboutie avec C.
Je me sens tombée amoureuse de lui et, alors me reviennent en mémoire de façon bien différente ses allusions précédentes. Et ce qui m’arrangeait commence à m’inquiéter. J’en discute avec lui, il prononce alors des mots nouveaux pour moi : non exclusivité et polyamour. Ces concepts m’angoissent mais la discussion se passe dans la bienveillance réciproque et la douceur. Je le sens inquiet de mes réactions, de fait je lui dit très clairement que je ne sais pas si je supporterai ce type de relation mais je sens des sentiments réciproques très forts et je décide de voir ce qu’il en ressort.
Je me mets à lire frénétiquement tout ce qui me tombe sous la main concernant le polyamour. Je me familiarise avec le concept que je trouve intéressant, je démistifie beaucoup, ça me rassure. Je me mets à vous lire vous aussi, ça me fait beaucoup de bien.
Je ne suis pas quelqu’un de démesurément jaloux mais l’idée que mon chéri (oui je sais l’emploi du « mon » pourrait traduire une possessivité de la part, peut-être, elle traduit surtout le lien affectif qui me lie à l’autre, comme je parle de « mes » enfants sans pour autant que je les considère comme m’appartenant) bref l’idée que mon chéri puisse voir d’autres femmes, aimer d’autres femmes, coucher avec d’autres femmes me tord les boyaux… littéralement.
Au fil de mes lectures je me dit que je suis vraiment et « définitivement » mono (mais qui sait… après tout, j’ai vécu tant de changements ces 3 dernières années que je ne suis plus sûre de me connaître si bien que ça, en tout cas je perçois que je suis beaucoup plus complexe, apte aux (r)évolutions que je ne le pensais). Pour autant je me ressens comme polysexuelle sans le moindre problème, même si je ne ressens pas le besoin de coucher avec d’autres hommes en ce moment (peut-être aussi que je ne me sens pas très à l’aise avec ce qui pour moi pendant tant d’année était vecteur de trahison…). Pour autant j’ai couché avec quelques hommes depuis que je fréquente A et il m’a initié au libertinage, mais c’est autre chose puisqu’il s’agissait d’une sortie que nous faisions en tant que couple… Bref, je sais que cela pourrait se reproduire et qu’en tout cas je ne m’en empêcherais pas si ça se présentait.
Je tente de ne mettre aucune barrière à mes sentiments qui grandissent envers A, je lutte contre les crispations et autres angoisses que peuvent générer les moments que l’on ne passe pas ensemble et où je l’imagine potentiellement avec une autre (il refuse systématiquement de m’en parler, à vrai dire, il refuse même de me dire s’il voit d’autres femmes que moi en ce moment, même si je m’astreint à prendre ça pour acquis, histoire de ne pas risquer de m’imaginer un hypothétique retour à la case mono avec moi). Je ne veux pas me raconter d’histoire, il est comme il est, c’est sans doute aussi ce qui a façonné l’homme dont je suis tombée amoureuse… je ne veux pas le changer mais je ne veux pas souffrir non plus.
Le fait est aujourd’hui que cela fait maintenant un an que nous avons cette relation, qu’elle nous rend heureux tous les 2 et que je maîtrise plutôt mieux que je ne le pensais mes angoisses.
J’ai de mon côté une vie sociale très dense et si j’aime le voir souvent et les très nombreux moments que nous passons ensemble, je n’aspire pas à vivre avec lui et sur ce point nous sommes tout à fait raccord.
Où est le problème êtes-vous sans doute en train de vous dire, pourquoi alors écrire une telle tartine ? ;-)
Le problème est que je l’aime, j’aime la relation que nous avons ensemble, que nous nous voyons vraiment beaucoup, que nous prévoyons beaucoup de choses ensemble (sorties, passions communes, voyages…), qui constituent une vraie vie de couple, libérée des contingences sociales type, on s’installe, on a des enfants… en fait j’ai peur de me leurrer moi-même, il n’a matériellement pas le temps de développer en parallèle une relation aussi prenante que celle que nous avons, je me sens donc une vraie place dans sa vie (et ça me rassure c’est évident), je me sens comme en relation primaire avec lui (même si le terme n’a jamais été évoqué entre nous, pas la peine à vraie dire, elle l’est de fait, je la ressens comme telle en tout cas et du coup, peu importe alors qu’elle soit étiquetée officiellement pour moi). Mais je sais qu’il rencontre potentiellement d’autres femmes, je sais que l’envie irrépressible que nous vivons de passer du temps ensemble va se « normaliser », que nous sommes encore en période de nre comme je le lis si souvent dans d’autres fils et je ne peux m’empêcher de me dire qu’il finira par rencontrer une nouvelle femme, pour qui il ressentira ça aussi et qu’il voudra passer énormément de temps avec elle et qu’il en passera alors moins avec moi. J’ai peur de me mettre à passer au second plan parce que ça, même momentanément, je sais que je ne le supporterai pas.
Voilà, désolée, j’avais prévenu… c’est horriblement long  En plus je ne sais même pas ce que j’attends de vous, pas de me rassurer je sais que c’est impossible. Peut-être que ce que j’ai besoin d’entendre c’est que même s’il rencontre quelqu’un d’autre, il continuera de m’aimer, que je continuerai à me sentir importante et la seule pour lui… que c’est possible, que je ne m’en apercevrai peut-être pas, que je ne suis pas vouée à en souffrir.
Moi je ne peux (et jusqu’à preuve du contraire, qui sait) tomber amoureuse que quand il n’y a plus d’amour en cours… j’ai peur de disparaître de son cœur au fur et à mesure qu’une autre y rentrera.

#
Profil

Minora

le lundi 27 juin 2016 à 21h28

Personne pour me donner un éclairage poly ;-)

#
Profil

gdf

le lundi 27 juin 2016 à 22h14

Hello, ton récit est intense, il faut un peu de temps pour l'assimiler :)
Que te dire....au début d'une relation, on a toujours peur qu'elle ne dure pas. On se dit, à quoi bon s'investir si c'est pour souffrir plus tard ? Et plus on investit, plus le risque de souffrance est grand. C'est pas un problème de poly ou mono. Par contre, quand on a une approche polyamoureuse, on est pas obligé de se séparer quand la relation évolue. Qui sait, peut être que le désir et l'envie de le voir vont s'émousser de ton côté en premier.
Peut être que vous passerez moins de temps ensemble. Et alors peut être qu'il fera une rencontre. Ou pas. Dans tous les cas, tu n'y peux pas grand chose aujourd'hui. Profite du moment présent, et tu verras bien comment la relation évolue...

#
Profil

Minora

le lundi 27 juin 2016 à 22h41

Oui, je suis un peu impatiente et mon récit indigeste

#
Profil

Minora

le lundi 27 juin 2016 à 22h41

Oui, je suis un peu impatiente et mon récit indigeste

#
Profil

gdf

le lundi 27 juin 2016 à 23h47

Non, pas indigeste, juste long :)
Mais on est tous passé par là, et il faut bien donner des éléments de contexte pour que ton histoire prenne sens.

#
Profil

Alcantara

le mardi 28 juin 2016 à 00h15

Coucou Minora,
Est-ce que peut-être tu pourrais envisager de continuer à considérer une chose que tu dis dans ton long (mais pas indigeste:-) récit). Tu aimes cet homme pour ce qu'il est, les changements ont eu lieu aussi et tu t'es surprise. Tu te surprendra peut-être encore. A te lire j'ai l'impression d'entendre "jusqu'ici tout va bien, mais je ne veux pas aller plus loin". Il peut aussi se rendre compte d'une nécessité d'ajuster le rythme des changements entre vous.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Minora

le mardi 28 juin 2016 à 16h26

Merci d'avoir pris le temps de me répondre.

gdf
Qui sait, peut être que le désir et l'envie de le voir vont s'émousser de ton côté en premier.

Ce n'est pas non plus ce que je souhaite, je suis amoureuse de lui et cette relation, pour déstabilisante qu'elle soit, me remplit de joie et me rend objectivement très heureuse et épanouie :-)

Alcantara
A te lire j'ai l'impression d'entendre "jusqu'ici tout va bien, mais je ne veux pas aller plus loin".

Oui jusqu'ici ça se passe vraiment bien et en effet, j'en suis la première (agréablement) surprise... et je veux aller plus loin je n'ai pas de doute là dessus. Sauf que, je ne suis pas en mesure de savoir ce que je vais pouvoir accepter/supporter. Et ce que je ne parviens pas à mesurer c'est l'impact sur notre relation (et donc sur moi) d'une éventuelle autre relation "importante" (en investissement temps je veux dire).

Alcantara
Il peut aussi se rendre compte d'une nécessité d'ajuster le rythme des changements entre vous.

Je ne comprends pas cette partie de ta phrase ;-)

#
Profil

bird23

le jeudi 30 juin 2016 à 05h54

Bonjour,
@Minora, merci de partager ton histoire que je ne trouve pas si longue que cela au final, circonstancier les choses permet de davantage se les approprier, les faire siennes... Même si je n'ai pas ton vécu, cela me parle, m'apporte, merci. Je comprends ton impatience, je me permettrai d'abonder dans le sens de gdf ; vis le moment, cueille ce(s) moment(s)...

#
Profil

Minora

le jeudi 30 juin 2016 à 11h07

...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Minora

le jeudi 30 juin 2016 à 11h09

Je ne sais pas pourquoi mes messages ne sont jamais pris en compte en entier... greuuu
Peut-être parce que j'écris depuis mon tel.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Minora

le jeudi 30 juin 2016 à 11h17

Vous avez sans doute raison, je dois me poser trop de questions... mais c'est un chemin que je n'avais pas du tout prévu de prendre, qui me tombe dessus sans prévenir et qui, pour palpitant qu'il soit, est aussi angoissant.

En quoi mon vécu te parle Bird23, quelle est ton parcours dans le polyamour ? Les expériences des autres m'apportent et m'intéressent également.

Mais même en lisant d'innombrables sujets ici j'ai surtout trouvé des histoires de couples de plus ou moins longues dates dont l'un des membres prenait la voie du polyamour et pas de mono (mais j'ai bien conscience d'être sur un site de poly et qu'il est donc logique de trouver moins de témoignages de mono

#
Profil

Minora

le jeudi 30 juin 2016 à 11h19

qui entamait une relation avec un poly en "connaissance de cause" (entre guillemets parce que ça reste malgré tout un grand saut dans l'inconnu dont on ne connaît ni ne maîtrise les codes, parfois les enjeux ou les écueils qui ne sont pas toujours où on l'aurait imaginé) et pour qui ça ce serait bien passé ou pas et pourquoi...

Pareil pour les poly, comment faites-vois quand vois rencontré un mono qui accepte de se lancer pour que ça se passe bien?
J'ai lu que vous fonctionniez sur la transparence pour la plupart mais moi À refuse absolument de me parler de ses autres relations (il refuse même de me dire s'il en a d'autres ou pas) et pourtant j'ai intégré cette aspect de lui, je sais que c'est possible et je me bat contre une quelconque envie de l'imaginer er redevenir exclusif avec moi. Je sais que même si cela peut être le cas de fait, ce ne sera que transitoire...

Pourquoi refuser de me parler alors? Cela dit pour être tout à fait honnête je ne suis pas sûre de vouloir tant en savoir... mais comment apprendre à maîtriser mes sentiments de jalousie éventuels si je ne suis pas confrontée à des situations de partage de sa vie?

Vos témoignages, avis me sont précieux. Ils me permettent d'avancer dans mon cheminement...

#
Profil

Fab

le vendredi 01 juillet 2016 à 11h40

Bonjour Minora, je peux te partager quelques morceaux de mon expérience.

J'ai toujours été poly, mais pendant longtemps de façon honteuse, en ne comprenant pas que ça n'était pas la même chose que "mari volage", et qu'il y avait des gens et des relations avec lesquels je pouvais être moi.

Je ne suis pas jaloux (ça ne me gêne pas que les personnes que j'aime aiment et désirent aussi d'autres que moi), mais j'ai besoin d'être beaucoup rassuré sur la solidité de leur amour pour moi : c'est chouette s'il y en a aussi pour les autres, mais à condition que ma part me soit vraiment garantie.

Mes relations poly ont toujours été avec un couple principal qui sert de pilier à ma vie sociale, affective et patrimoniale, et des rencontres qui ont pu être très belles, mais ont toujours été subordonnées à l'obligation de ne pas mettre le couple principal en péril. Certains polys trouvent ce type d'équilibre moins noble, moins libre, moins puriste qu'un polyamour symétrique, mais peu importe, c'est la recette de mon bonheur à moi.

Sur la communication, j'ai souvent été avec de partenaires qui souhaitaient davantage de secret que moi. Ça m'a longtemps gêné parce que j'assimilais ça à de la triche, mais c'est faux. Le secret permet de compartimenter un petit coin de jardin secret, qui aide à se sentir exister comme individu ; certaines personnes sont excitées sexuellement par le parfum d'adultère et d'interdit qu'il donne à leurs rencontres ; si le partenaire principal est susceptible à la jalousie, c'est une façon simple de ne pas consacrer toute son énergie à déjouer cette jalousie (et, du même coup, de garder sa légèreté à la relation secondaire).

Concrètement, voici des pistes à explorer :

* plutôt que focaliser sur le droit à rencontrer d'autres, ou encore sur des détails matériels (pratiques et fréquence acceptables), discutez du sens de votre relation, de l'importance que vous accorder à en faire votre relation primaire, sur les attentes que vous avez vis-à-vis de la relation principale et des éventuelles autres relations. Tu sembles déjà pas mal libérée du besoin d'exclusivité sexuelle, il s'agit juste de cerner encore un peu mieux le noyau de tes besoins profonds

* ne prends pas le désir de garder un jardin secret contre toi. Surtout si ce secret ne s'applique qu'à des détails de sexe, de positions ou d'emploi du temps. Si tes vraies questions portent sur le sens profond de votre couple à vous deux, ne les confonds pas avec de fausses questions sur vos vies extérieures : elles ne sont qu'un ingrédient parmi d'autres de ce qui vous défini.

* la société te rappellera toujours que les relations polyamoureuses fonctionnent rarement. Ce qu'elle ne te rappellera pas mais que tu ne dois pas oublier, c'est que les relations exclusives ne marchent pas franchement mieux ! Ça n'est jamais facile de construire et maintenir une relation solide et épanouissante avec un autre être humain, tout n'est pas de la faute du polyamour.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 18h55

Fab
Bonjour Minora, je peux te partager quelques morceaux de mon expérience.

Je ne suis pas jaloux (ça ne me gêne pas que les personnes que j'aime aiment et désirent aussi d'autres que moi), mais j'ai besoin d'être beaucoup rassuré sur la solidité de leur amour pour moi : c'est chouette s'il y en a aussi pour les autres, mais à condition que ma part me soit vraiment garantie.

Je crois que ma vision de l’amour se rapproche assez de ça. Je suis prête à lâcher assez simplement sur l’exclusivité si je n’ai absolument aucun doute sur ce les sentiments de celui que j’aime et sur le fait que je ne suis pas simplement une parmi d’autre mais que je compte vraiment, pour ce que je suis, qu’à ce titre je suis unique (donc pas interchangeable ni remplaçable) et importante. Cela paraît probablement très narcissique mais sans ça je suis juste en insécurité permanente et je vis très mal la relation et en général je fini par la rompre ou provoquer la rupture.

En revanche, la partie “c’est chouette s’il y en a aussi pour les autres” ne me touche pas particulièrement pour le moment

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 18h56

Fab
Mes relations poly ont toujours été avec un couple principal qui sert de pilier à ma vie sociale, affective et patrimoniale, et des rencontres qui ont pu être très belles, mais ont toujours été subordonnées à l'obligation de ne pas mettre le couple principal en péril. Certains polys trouvent ce type d'équilibre moins noble, moins libre, moins puriste qu'un polyamour symétrique, mais peu importe, c'est la recette de mon bonheur à moi.

Clairement c’est à ça que j’aspire aussi même si de mon côté je suis complètement indépendante au niveau patrimoniale. Nous ne sommes pas cohabitants et je ne souhaite pas que cela change. J’aime aussi cette partie là de ma liberté, celle de ne pas avoir à subir les désagréments liés au quotidien et à la gestion du foyer. Je fais ce que je veux comme je le veux avec qui je veux, lui pareil de son côté et nous nous voyons uniquement parce que nous en avons envie.

Je ne sais pas si c’est une vision plus ou moins noble du polyamour mais c’est aussi ma vision du mono amour

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 18h57

Fab Sur la communication, j'ai souvent été avec de partenaires qui souhaitaient davantage de secret que moi. Ça m'a longtemps gêné parce que j'assimilais ça à de la triche, mais c'est faux. Le secret permet de compartimenter un petit coin de jardin secret, qui aide à se sentir exister comme individu ; certaines personnes sont excitées sexuellement par le parfum d'adultère et d'interdit qu'il donne à leurs rencontres ; si le partenaire principal est susceptible à la jalousie, c'est une façon simple de ne pas consacrer toute son énergie à déjouer cette jalousie (et, du même coup, de garder sa légèreté à la relation secondaire).

Je comprends ton point de vue et c’est probablement une façon plus facile de s’épargner des moments désagréables. Mais ça ne prend pas en compte mon éventuel besoin de savoir (et je ne parle pas de connaître les détails, ça pour le coup je sais que je ne veux pas les connaître).

Et puis je crois que de son côté il préfère ne rien savoir de ce que je fais parce qu’au fond il est lui-même en situation de souffrir de jalousie, augmentée par le fait que tant mono il considère qu’il risque plus que moi que je parte pour un autre (point de vue qui prête à discussion à mon avis mais il a l’air sûr de son fait).

Sauf que si je rencontre quelqu’un d’autre (ce que je n’exclue pas complètement) et que finalement je prends conscience que des amours multiples s’ouvrent à moi, alors je sens bien que je ne pourrais pas du tout en parler avec lui. Et ça ça ne me convient pas. Parce que ça me donne l’impression de faire quelque chose de mal et étant donné la situation je trouverais ça un peu gonflé et qu’une fois encore ça ne prends en compte que son besoin de secret à lui et pas mon besoin de communication à moi.

A vrai dire je n’ose même pas aborder ce point là avec lui tellement je pense que cela va donner lieu à une conversation conflictuelle...

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 18h59

Fab
Concrètement, voici des pistes à explorer :

* plutôt que focaliser sur le droit à rencontrer d'autres, ou encore sur des détails matériels (pratiques et fréquence acceptables), discutez du sens de votre relation, de l'importance que vous accorder à en faire votre relation primaire, sur les attentes que vous avez vis-à-vis de la relation principale et des éventuelles autres relations. Tu sembles déjà pas mal libérée du besoin d'exclusivité sexuelle, il s'agit juste de cerner encore un peu mieux le noyau de tes besoins profonds


C’est en effet ce type de conversation que je n’arrive pas à avoir, qu’il élude.

Fab
* ne prends pas le désir de garder un jardin secret contre toi. Surtout si ce secret ne s'applique qu'à des détails de sexe, de positions ou d'emploi du temps. Si tes vraies questions portent sur le sens profond de votre couple à vous deux, ne les confonds pas avec de fausses questions sur vos vies extérieures : elles ne sont qu'un ingrédient parmi d'autres de ce qui vous défini.

Peut-être, je ne sais pas...

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 18h59

Fab
* la société te rappellera toujours que les relations polyamoureuses fonctionnent rarement. Ce qu'elle ne te rappellera pas mais que tu ne dois pas oublier, c'est que les relations exclusives ne marchent pas franchement mieux ! Ça n'est jamais facile de construire et maintenir une relation solide et épanouissante avec un autre être humain, tout n'est pas de la faute du polyamour.


Je suis entièrement d’accord avec ça mais, tu as raison c’est nécessaire de la rappeler.

Merci pour ton expérience ça m’aide à comprendre et avancer. D’ailleurs plus que le comprendre lui j’ai l’impression que ça m’aide à me comprendre moi, où j’en suis, ce que je veux, ce qui est important et jusqu’où je suis prête à aller (en sachant que je sens ma capacité d’évolution plus sur une échelle ouverte que fermée )

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Minora

le samedi 02 juillet 2016 à 19h02

Si d’autres parmi vous veulent bien alimenter cette réflexion et évolution, cela me fera très plaisir.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion