Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

NeuroAtypie ET Polyamorie

#

huaswax (invité)

le samedi 08 juin 2019 à 12h13

Perso je tiendrais à ranger HP dans la case des neuroatypiques, j'ai bien remarqué que malgré des efforts considérables, je suis absolument incapable de raisonner comme la plupart des gens et de me mettre dans le moule. Ça donne un sentiment d'inadéquation considérable. Toute ma vie j'ai eu droit aux "mais toi t'es bizarre", "t'es prétentieuse", "t'es spéciale", etc. J'ai été diagnostiquée assez vite et à part de me sentir encore plus à la marge, ça ne m'a rien apporté. J'aime bien mon mode de voir les choses puisque c'est le seul que je connais, mais c'est socialement très usant. Après je m'en fous de l'étiquette, je me contente de naviguer comme je peux.

J'aurais tendance à dire que j'ai un refus intellectuel de la monogamie et sais qu'une seule personne n'est pas suffisante pour couvrir "tous les besoins" (je suis aussi critique de cette vision là en fait mais passons). Cependant ça rentre en concurrence avec la difficulté de trouver des partenaires adéquats, la neuroatypie résultant pour moi en une forme de demisexualité. Je n'arrive pas à maintenir une relation régulière avec quelqu'un avec qui je n'ai pas une entente intellectuelle assez dense, et ça ne court pas les rues. Les cafés poly sont des endroits qui m'inquiètent parce que l'aspect de groupe social me met mal à l'aise et rentre très fort en contradiction avec mon tempérament... Qui n'est pas discret, mais qui n'est pas facilement social non plus. J'adore parler aux gens en tête à tête et les dynamiques de groupe m'épuisent.

Ainsi je me retrouve plutôt dans des relations ouvertes sur base de Don't ask don't tell où aucun des deux partenaires ne se sent l'énergie de chercher activement d'autres partenaires. J'appelle ça la monogamie fonctionnelle.

J'ai aussi un naturel anxieux sans évoluer dans les troubles du spectre anxieux, et déprimé sans jamais arriver sérieusement à des vrais stades de dépression. Du coup je me perçois souvent comme en demande dans les relations alors qu'en fait il y a moyen de se dire que je m'en fous parce que j'essaie de planquer les insécurités avec plus ou moins de succès.

Honnêtement je ne pourrais pas supporter, fonctionnellement, d'avoir un partenaire qui ne répond pas aux messages sans explication, ne fût-ce que succintement, et ça même si je vois quelqu'un d'autre en même temps. La seule fois que ça m'est arrivé ça m'a plongé dans une angoisse multiforme et je ne peux pas m'empêcher de construire mille théories pour expliquer et remplir ce silence. Inutile de dire que ça évolue rapidement en pensée catastrophiste, et ça a aussi impacté la relation chouette que j'avais avec mon autre partenaire qui heureusement est d'une patience divine. Ce besoin de rationalisation et de d'explications est bien typique des HP et je crois que c'est assez incompatible avec les besoins de silence souvent demandés par les aspies, que je peux complètement comprendre et respecter avec facilité quand il s'agit de mes amis, mais ce respect me fait horriblement souffrir dans les relations amoureuses. Je comprends donc que l'autre ait pu rompre sur cette base; il se connait et comprend que malgré toute l'affection et la compréhension qu'il peut avoir ça va littéralement le rendre malade.

Donc oui pour résumer dans un sens je trouve que c'est logique que les neuroatypiques se retrouvent dans la non-monogamie, et dans l'autre la superposition de problèmes de communication avec plusieurs partenaires simultanés est engloutissante. Pour peu qu'on ait aussi des soucis type trouble de l'attention, les difficultés logistiques des setups poly peuvent potentiellement devenir insurmontables.

#
Profil

Caoline

le samedi 08 juin 2019 à 12h50

huaswax
Honnêtement je ne pourrais pas supporter, fonctionnellement, d'avoir un partenaire qui ne répond pas aux messages sans explication, ne fût-ce que succintement, et ça même si je vois quelqu'un d'autre en même temps. La seule fois que ça m'est arrivé ça m'a plongé dans une angoisse multiforme et je ne peux pas m'empêcher de construire mille théories pour expliquer et remplir ce silence. Inutile de dire que ça évolue rapidement en pensée catastrophiste, et ça a aussi impacté la relation chouette que j'avais avec mon autre partenaire qui heureusement est d'une patience divine. Ce besoin de rationalisation et de d'explications est bien typique des HP et je crois que c'est assez incompatible avec les besoins de silence souvent demandés par les aspies, que je peux complètement comprendre et respecter avec facilité quand il s'agit de mes amis, mais ce respect me fait horriblement souffrir dans les relations amoureuses. Je comprends donc que l'autre ait pu rompre sur cette base; il se connait et comprend que malgré toute l'affection et la compréhension qu'il peut avoir ça va littéralement le rendre malade.

Je me retrouve à 100 % dans ce paragraphe et j'ai mis fin à plusieurs relations pour cette raison. J'entends bien que l'autre peut avoir besoin d'isolement sans pouvoir l'anticiper mais dans ce cas, nous ne sommes pas compatibles car ça crée trop de souffrance pour moi, je ne me sens vraiment pas respectée donc je dois me protéger, la seule solution étant la rupture.

Par contre le "Don't ask don't tell" ne correspondrait pas du tout à ma personnalité.

#
Profil

bonheur

le samedi 08 juin 2019 à 13h02

A propos de ce même paragraphe mis en évidence par Caoline, je me reconnais aussi. Je sais que mon acceptation d'attente est de 1 semaine voir 2 au maximum. Aussi quand on me répond pour "se voir" après la date, ça me met sur les nerfs. Avec les moyens de communication actuels, ...

Ce fut également une cause de rupture (pas la seule) mais en général il n'y avait pas que cette incompatibilité, y compris si celle-ci existait

Mais oui, c'est important si l'on est à distance un minimum de communication (+) .

#
Profil

Caoline

le samedi 08 juin 2019 à 15h48

bonheur
Je sais que mon acceptation d'attente est de 1 semaine voir 2 au maximum.

Dans une relation amoureuse forte mon seuil de tolérance de non réponse est très très inférieur à ça, sauf si c'est prévu que la communication ne soit pas possible bien sûr. Au bout de quelques heures si ce n'est pas prévu que la personne ne soit pas joignable je commence à m’inquiéter et si au bout d'environ 12 heures, sauf explication vraiment entendable, je n'ai pas eu de nouvelles je préfère mettre fin à la relation sauf si j'ai une promesse que ça ne se reproduira plus vu l’état dans lequel ça m'a mise. Et si ça se reproduit, c'est de façon certaine la fin de la relation.

#
Profil

Caoline

le samedi 08 juin 2019 à 16h03

Je précise que c'est vraiment relatif au type de relation, j'ai des relations que je qualifierai plutôt d'amimoureuse où on peut très bien ne pas échanger pendant des semaines voir des mois dans ce cas si j'envoie un message qui attend une réponse si je n'en ai pas et que j'ai besoin d'une réponse je vais relancer mais sans inquiétude au bout de quelques jours.
C'est relatif à la fréquence habituelle de contacts en fait.

#

(compte clôturé)

le lundi 10 juin 2019 à 11h36

Lili-Lutine
C’est un sujet dont j’aimerai parler ici avec les personnes qui sont (diagnostiquées ou pas) NeuroAtypiques ET dans l’expérience récente, ou plus installée, de la Polyamorie.

Je suis diagnostiquée comme étant une personne avec des TSA (avec des troubles du spectre de l’autisme), je suis donc une personne neuroatypique ET polyamoureuse.

Mon diagnostique TSA est considéré comme «  officiel», je ne vais pas revenir trop longtemps là dessus ici : J’ai suivi le protocole établi, l’officiel, celui qui au bout du compte ne me laisse pas trop de doute, vu toute la batterie de tests dont nous disposons actuellement en France dans certains centres experts en TSA...

Si la neuroatypie ne vous dit strictement rien, vous trouverez facilement sur internet un millier d’articles qui en parle un peu de toutes les façons. ( Plus bas j’ai mis quelques petits liens)

Je suis "une experte en moi-même", je ne peux donc parler ou développer quoi que ce soit d’autre concernant la neuroatypie, en dehors de ce que je connais le mieux, et dans mon cas ce sont les TSA.

Je n’ai trouvé aucun article (à ma connaissance, là de suite) qui abordent les problématiques, fonctionnements et besoins spécifiques des personnes neuroatypiques en relations sexo-affectives non exclusives...

Vous en connaissez ?

Beaucoup de ces articles abordent certains de nos aspects particuliers, par exemple notre vision du monde et des personnes, très souvent non-binaire, souvent on interroge le genre, de notre particularité à ne pas bien comprendre (voir même à ne pas accepter) les codes sociaux, ou de ne pas bien toujours comprendre de façon innée les sous entendus, leurs impacts, comme ceux en terme de domination ou de consentement par exemple, ces articles ou vidéos expliquent souvent très bien aussi , le spectre de nos sensorialités, comme leurs intensités, fréquences et leurs temporalités ... etc etc etc ( les etc peuvent être très nombreux... )



On dit aussi souvent de nous, les personnes TSA, que nous sommes naïves et à la fois dans le besoin de contrôle.

On dit beaucoup beaucoup de choses sur nous.... et trop souvent à notre place...

Ceci dit, ce qui m’intéresse là c’est Vous toutes, les personnes neuroatypiques, vous qui êtes actuellement dans l’expérience de la polyamorie.

Quelles sont vos difficultés et vos facilités ? Comment faites-vous ?

-- c’est volontairement une formule «  petite question très courte », elle englobe toutes nos problématiques, incompréhensions et autres nombreuses satisfactions--- ( et oui il y en a plein des satisfactions ! )

On en parle ensemble ? Entre nous si possible ?

Je prépare un témoignage plus conséquent qui parle de moi, et notamment de mes ressentis et vécues en terme de connexion à l'autre, ce que je nomme souvent le lien émotionnel, parfois aussi l'intimité, ce qui pour moi est compliqué quand je me sens si souvent "déconnectée" de l'autre et des autres. Et comment je fais avec tout ça... et pourquoi.
Je le publierais ici dès que cela me sera possible de prendre ce temps là. En attendant, et pendant que je vais l'écrire, j'espère lire vos témoignages.

Je mets quelques petits liens ici pour les curieux.ses de ce que sont que les TSA et la Neuroatypie (ce sont des articles ou vidéos qui toutes brièvement vous propose quelques explications basiques) Il y en a des tas d’autres, dont certaines scientifiques issues de la recherche en neurologie.

Neuroatypie:

"Atypiques" : ils ont tant à nous apprendre !

Cahiers d'un Zèbre:

Concernant les TSA :

"Est-ce-qu'on ne serait pas tous un peu autistes?"

Les tribulations d'une Aspergirl

Être neuro-atypique et être / se sentir isolé... inévitable ou pas ?

La perception sensorielle

Et j'ai quelques une de ces dys là (+)

Une carte des dys:

les troubles DYS




Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Peut-être encore un peu de théorie...
https://podcast.ausha.co/amours-plurielles-le-debu...

#

Poète* (invité)

le lundi 21 octobre 2019 à 22h24

Bonjour,
je suis HQI (ou zèbre, ou "surdoué") et me sens polyamoureux depuis quelques temps... J'ai effectivement l'impression que ce n'est pas forcément sans lien, en tous cas en ce qui me concerne...
J'ai remarqué que ce sont deux "étiquettes" "hors-normes" et difficiles à aborder avec mon entourage...

(j'ai mis le même commentaire dans Polyamoureux et surdoués?!)

#
Profil

artichaut

le vendredi 25 octobre 2019 à 13h24

je signale aussi ces fils :
- TDA/H chez les adultes
- Aimer un histrionique

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion