Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La fin d'une histoire...

Témoignage
#
Profil

ColdFusion

le mardi 08 mai 2018 à 18h42

Bonsoir,

dur dur de choisir un thème pour ce dont je souhaite témoigner...

Je suis Monsieur, "fraîchement" issu d'une rupture douloureuse concernant une belle histoire à trois avec deux dames pendant plus d'un an et demi.

Plus d'une année et demie issue d'une relation à 3, venue se greffer sur une relation initiale de deux personnes ( 10 ans d'AMOUR).

On ouvre les portes de l'intime de son couple, on apprends à vivre à trois, à partager nos sentiments amoureux car même si cela fait partie de nos envies profondes cela n'est pas un réflexe inné.

L'on envisage un avenir incertain à trois (Projet d'enfants, d'achat d'une maison), sur le plan amoureux, administrativement et "relationnelle ment" parlant (annonce amicale, familiale). On fait énormément d'efforts dans l'espoir que cela fonctionne (désillusion ? ) tout cela pour ... un résultat douloureux, rempli d’amertume et de tristesse.

Retour à la case départ, aucun aspect péjoratif quant à cette désignation mais un sentiment commun de retour en arrière avec Mme.
On s'aime mais l'on se sent incomplets, on a l'impression d'avoir laissé passer une chance, vulgairement : "un couple à trois c'est pas commun et cela ne se retrouve pas du jour au lendemain". Nous avons l'impression d'avoir découvert un univers, une relation atypique dans laquelle nous nous sentions épanouis et de l'avoir perdue, de se sentir privés suit à cette rupture...

Si vous regardez mes précédents messages, ceux-ci témoignent d'une ivresse de l'amour, de l'envie de construire un futur, un avenir à trois.

Monsieur :

Je parle personnellement aujourd'hui et je témoigne qu'une relation à trois peut faire plus de dégâts qu'une séparation de couple. L'envie n'étant pas de mesurer de mesurer un quelconque niveau de souffrance mais de pouvoir extérioriser (à vos détriments) la tristesse et le sentiment de gâchis qui m'anime car cela fait du bien (réaction égoïste mais c'est plus facile de dire à un ami que l'on se sépare de sa compagne que d'avouer le fait de sortir d'une relation en trouple), stéréotypes sociétales BONJOUR ...

C'est une épreuve difficile à vivre, nous sommes jeunes Bretons et il est difficile de trouver pairs et semblables avec qui échanger sur le sujet.
Du coup, on intériorise sa souffrance, on l'a subit et ça fait mal ...

Ce soir je pleure, j'en souffre et je me livre à vous sans carapace...

Je ne m'avancerai pas pour Mme et je vous parle uniquement en mon nom mais je ne vous souhaite pas de vivre cela.

Je vous embrasse, soyez heureux, réellement...

Cordialement,

ColdFusion.

Madame :

Elle est maintenant au courant de ma démarche extériorisation, de témoignage. Elle viendra témoigner si l'envie lui prend.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bonheur

le mardi 08 mai 2018 à 19h10

La société va devoir s'adapter aux réalismes de nos vies. Nos proches en particulier. Si la société est à considérer d'une façon globale, il ne faut pas oublier qu'elle est l'addition d'individus. Un ami, un collègue (au féminin également) qui n'a pas d'empathie, tant pis pour lui. Il ne contribue pas, en ce sens, à l'ensemble.
Ca c'est en rapport avec le BONJOUR précité.
Après un repli sur soi ferme parfois l'occasion d'ouvrir des portes. Se dire que l'on ne sera pas audible, ferme de fausses portes... le hic, c'est prendre le risque d'ouvrir la porte et de se la faire claquer au nez. Une blessure au nez, quand on en a déjà une au coeur :-( . Ce serait tellement merveilleux de pouvoir pleurer dans les bras d'autrui sans devoir justifier systématiquement d'une origine de la venue de ces larmes.

En matière de ruptures, aucun mot n'est audible ou admissible à sa juste valeur. C'est comme pour des condoléances. Le deuil, ce que je considère comme tel, est une émotion qui n'a pas de sens ; qui n'est pas qualifiable par des mots. Juste, exprimer, comme le faire pour toute émotion, tout ressenti... et oui, le faire autant que possible.

Je conseille souvent des livres. Dans ce cas, je pense à :
- "la rupture pour vivre" de Simone Barbaras
- "le psy de poche - nous disposons tous des ressources nécessaires pour donner un sens à notre existence" de Susanna Mc Mahon
- "aimer - coup de foudre, passion et grand amour" de Susan Baur

Prenez soin de vous.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Yuzu

le mercredi 09 mai 2018 à 10h41

Peu importe le type de relation les ruptures ne sont jamais faciles à vivre. Le mot même a quelque chose de violent dans sa notion.
Je vous envoie des pensées positives et cous souhaite de bien prendre soins de vous également !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion