Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Gérer les chagrins d'amour

Témoignage
#
Profil

Polyphase

le mardi 01 mai 2018 à 17h56

Bonjour,

C'est mon premier message ici. Je voudrais connaître vos expériences sur ce sujet qui peut-être déborde un peu le cadre du polyamour.

Je suis en couple depuis plus de 10 ans, une femme et un fils que j'adore. Ma compagne est pour des rapports exclusifs et elle est plutôt jalouse. Je doute de pouvoir discuter avec elle un jour de ma vrai nature et de mes vrais besoins. Mais tel n'est pas le but de mon message.

Après une rapide relation extra-conjugale il y'a 9 ans, j'ai découvert le polyamour il y'a 2 ans. J'ai enfin mis un mot sur ce que je ressentais depuis presque toujours intérieurement et confusément.

Quelques rencontres infructueuses et, enfin, j'ai pu vivre ma première relation avec une femme super. Un bonheur, une renaissance dans une vie loin d'être malheureuse, mais où la routine parisienne commençait à me miner.

Notre relation à commencé un peu trop intensément, nous en avions conscience. Elle a décidé d'y mettre un terme après quelques semaines, de manière douce et respectueuse et je l'en remercie pour cela. Elle voyait notre relation plutôt évoluer vers de l'amitié et ne ressentais pas de désir. Pas de problème, c'est la vie.

Mais voilà, je n'arrive pas à gérer mes sentiments. C'est la même douleur que les premiers chagrins d'amours de mon adolescence. Je pensais qu'à 40 ans, l'expérience, la maturité, le recul permettrait de me raisonner. Mais après plusieurs jours de déprime, ça va mieux mais je pense encore à elle avec le mal au bide. Ça ira mieux, sans doute dans un mois (c'est long !). Je suis à deux doigts de tout abandonner, de dire "tout ça ce n'est pas pour moi". Mais je sais que l'envie de rencontres se représentera, les succès, les échecs et à chaque fois, cette douleur de la séparation.

La solution me paraît simple... et impossible ! Me consacrer à une relation exclusive serait plus simple mais je n'y crois pas. Comment faites vous pour gérer cette souffrance ? J'ai l'impression que je serai toute ma vie d'une sensibilité extrême et que je vais en chier à chaque séparation, même si la relation dure un jour. C'est d'ailleurs ce qu'il s'est toujours passé avec mes ex.

J'imagine que vous n'allez pas me trouver la solution "clé en main", simple et efficace, mais le partage de vos expériences pourra peut-être m'aider à gérer ma trop forte sensibilité.

Merci d'avance !

#
Profil

bonheur

le mardi 01 mai 2018 à 19h21

Ma "solution" je la puise en moi mais surtout en mon conjoint... il a toujours fait preuve de soutien envers moi et mes chagrins d'amour.

#
Profil

Arizonathe

le mercredi 02 mai 2018 à 09h10

Malheureusement je ne pense pas qu'il y ait de solution miracle, la bienveillance du partenaire en cas de séparation me semble d'une grande aide (d'ailleurs je suis surprise que cette séparation soit si dure pour toi si pourtant elle s'est bien déroulée, comment l'expliquerais tu ?)

Savoir compter sur soi-même en cas de séparation me semble également très important, car malheureusement l'autre ne sera pas toujours en mesure (ou simplement pas l'envie) de nous aider.

Se changer les idées, se lancer dans de nouvelles relations (amour ou amitié), prendre du temps pour soi en développant une passion (même si personnellement je pense qu'il n'y a que le lien social qui soit vraiment efficace pour soigner un chagrin d'amour.)

Et puis accepter dès le début que l'autre peut partir... Enfin c'est plus facile à dire qu'à faire.

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

#
Profil

Polyphase

le jeudi 03 mai 2018 à 09h02

@bonheur : le mieux est en effet d'être entouré par ceux qu'on aime. Le conjoint, c'est la personne idéale pour aider. Ma compagne me voit déprimer depuis plusieurs jours mais impossible de lui donner la vraie raison. Je pense en parler à mon meilleur ami car on ne peut pas garder éternellement tout ça pour soi, je sais qu'il ne me jugera pas.

@Arizonathe : Merci pour tes conseils.
La séparation me fait mal car nous nous sommes un peu trop "perché" au début. J'imaginais une relation dans la durée, peut être passionnelle, et j'ai cru à la possibilité d'une vraie histoire d'amour. La chute n'en a été que plus brutale. Sa bienveillance me fait chaud au cœur mais n'a pas apaisé ma peine. Ceci dit, en même temps que j'écris ça, je pense que j'en aurais bavé quoi qu'il arrive, il y' un truc qu'il faut que je règle avec mes émotions. Je pensais peut-être à un problème d'égo, mais ce n'est pas ça.

Tu as raison, il faut se changer les idées. Mais comme je suis en vacances tout seul, ça tourne en boucle :-) J'ai appelé tous mes potes que je n'avais pas vu depuis des lustres. Et j'ai un RV avec une femme dans quelques jours... au risque de me brûler les ailes une nouvelle fois. Quel bazar !! Mais ça va aller, merci pour les conseils en tout cas, et ça me fait du bien d'écrire.

#
Profil

bonheur

le vendredi 04 mai 2018 à 07h20

Polyphase
Ma compagne me voit déprimer depuis plusieurs jours mais impossible de lui donner la vraie raison.

Tu parles plus haut d'âge et de maturité. La maturité consisterait peut être à lui parler avec sincérité, à ta compagne. Ne considères tu pas que ça la concerne ? Aussi, tu désires "protéger" qui ? Elle ou toi ?

Je crois au contraire que c'est le moment de lui parler... d'assumer ta vie et remettre votre couple sur des bases justes et équitables : celle de l'honnêteté !

Ecrire ici, parler à ton meilleure ami, ne résoudra pas le caractère adultère de ton comportement... sauf si celui-ci ne te dérange pas. Ce chagrin que tu ressens, est-il accentué par cela ?

Comprendre qu'adultère et polyamour n'ont rien de commun. Ici (polyamour.info), on ne cache pas, on ne dissimule pas, on ne trompe pas, on ne ment pas... On aime au pluriel, sans trahison.

Je t'invite à lire également ce site : amours.pl/

#
Profil

vitriol

le vendredi 04 mai 2018 à 18h00

Bonjour,

Ressentir de la douleur lors d'une séparation est normal et oui parfois la plaie reste longtemps ouverte. Soyez certain que le temps, pratique infâme, efface tout : la douleur mais aussi le plaisir ... Cela dit oui, lorsque l'on a dans ce cas là la chance d'avoir une épaule contre laquelle s'appuyer pour souffler tant cela peut couper le souffle, c'est plus facile.

Mon conseil, ne restez pas seul, posez vous les bonnes questions, notamment concernant votre relation avec votre épouse. Peut-être est ce le moment de faire un bilan. Les relations cachées finissent souvent mal.

Je ne résiste pas.
Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d´amour
Évitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des peines d´amour
Merci Monsieur Clément

#
Profil

alinea7

le samedi 05 mai 2018 à 09h55

Peut être que ce lien te parlera.

Bon courage.

#
Profil

Polyphase

le dimanche 06 mai 2018 à 18h45

Merci pour vos interventions, ça va déjà un peu mieux, le temps va surement faire son œuvre.

@bonheur, tu souleves effectivement le problème de fond sur le polyamour. Ma relation est adultère, et je ne peux - peut être pour toujours - me dire polyamoureux. C'est d'ailleurs étrange car ce qui m'empêche de m'assumer, ce n'est ni un manque de maturité, ni un manque de courage, mais la peur panique de briser la vie de ma compagne, de mon enfant et bien sur la mienne. Je veux donc avant tout les protéger. Les protéger par le mensonge... oui c'est naze et ça ne me convient évidemment pas. Si des moralistes veulent me rouler de coups pas de problème :-) Mais ce que j'apprécie sur ce forum, c'est l'ouverture d'esprit qui y règne. Je ne sais pas comment tout ça va évoluer. Mais lui en parler me semble impossible, les quelques allusions que j'ai faites m'ont montré qu'elle est inflexible sur ses principes. J'ai rencontré 2 polyamoureuses qui ont réussi à garder leur relation principale avec 2 gars qui on su les accepter comme elles sont. Je les admire tous, c'est très beau... mais c'est loin d'être la norme. Au fait, non, mon chagrin n'est pas affecté par cette situation. Je suis d'ailleurs surpris de ne ressentir pas le moindre sentiment de culpabilité. Tant mieux, c'est ça de moins à gérer !

@vitriol, merci je suis entièrement d'accord avec ces conseils. J'ai fêté la moitié de ma vie il y'a deux mois ! C'est l'heure des bilans... En attendant, il faut se ressourcer, ne pas se morfondre sur son sort. J'adore le temps des cerises, belles paroles, que je reecouterai néanmoins quand ça ira mieux ! Merci M Clément

#
Profil

bonheur

le dimanche 06 mai 2018 à 20h09

Polyphase. La question n'est pas de jouer les moralistes (trop facile comme mode d'opposer les uns aux autres). Simplement, à des situations non similaires, les réactions ne peuvent être appropriées. Après, oui, à titre personnel, le mensonge est juste intolérable. Je l'exclus au maximum de ma vie et demande aux personnes qui m'entourent de m'exclure de tout schéma mensonger, non-dit. Je considère cela comme une forme de manipulation mais aussi comme de l'injustice : celle de décider pour moi !

Plutôt que de t'inviter à lire sur le polyamour qui ne te concerne pas (et oui, ici le site concerne le polyamour), je t'invite à lire "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant. ou "bienheureuse infidélité" de Paule SALOMON

J'apprécie en effet les personnes qui s'assument et qui se reconnaissent sans détour.

#
Profil

Polyphase

le dimanche 06 mai 2018 à 23h25

Merci pour les bouquins. Je n'avais même pas pensé lire sur le sujet ! Peut-être que ça m'aidera.

Oops je crois qu'il y'a eu un petit quiproquo : quand je parlais de moralisme, ce n'était pas une attaque qui t'étais destinée. Je n'attaque personne en particulier. C'était juste pour dire que je me fiche d'être jugé, sauf par les gens que j'aime.

Bien sûr que je ne suis pas poly. Ça m'attire en théorie, et j'aurais pu le mettre en pratique si j'avais 10 ans de moins. Maintenant ça me semble compliqué. Enfin on verra.

Cependant, je ne comprends pas, quand tu parles des gens qui s'assument. C'est clair pour les amours pluriels. Mais dans le cas de relations adultères basées sur le secret et le mensonge, je ne comprends pas ce que assumer veut dire. Je comprends que ça heurte tes valeurs. Les miennes aussi d'ailleurs, mais je suis dans une contradiction qu'il va falloir tôt ou tard résoudre.

Peut-être qu'il y aura des éléments de réponse dans tes livres...

#
Profil

bonheur

le lundi 07 mai 2018 à 07h20

Des contradictions : je le suppose. Et le hic, je pense qu'il est là. Je peux me tromper évidemment.

Tu sais, lorsque l'on est poly, il faut également se foutre de ce que le commun, incapable de comprendre, pense. Sinon on vit au point mort et on n'avance pas.

J'ai peu de temps, donc j'y reviendrai. Lorsque j'ai annoncé à mon mari, que je connais depuis petite, et avec lequel je faisais ma vie depuis 20 ans (mariés depuis18 ans ; 3 enfants) que j'étais amoureuse d'un autre homme, ce ne fut pas une partie de plaisir. Mais au moins, je l'ai fait et les conséquences ont fait de moi une polyaffective et de mon mari... un mono, polyacceptant.

Nombreux sont les poly qui ont opéré une transition mono-mono en mono-poly... Quand à l'adultère, je l'ai connu à cause d'un amoureux qui était célibataire mais comme je ne divorcais pas, il m'a conserver (relation secondaire) et c'est mis en ménage puis mariée avec une autre. Ce que j'en ai appris est que ça fini par se savoir. Il ne fallait pas qu'il prenne bobonne (dans son cas l'objet du vivre-ensemble était aussi là) pour une conne. Bref !

Réfléchi, tu crois vraiment que ta femme est idiote au point de ne se rendre compte de rien du tout. Tu dis toi-même que ça t'impacte (ton humeur) !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion