Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Aimer un histrionique

Romantisme
#
Profil

Livia

le jeudi 10 août 2017 à 15h37

Bonjour,
Je souhaiterais vous faire part d'un lourd vécu dans une de mes relations poly (de 3 ans) avec un homme histrionique.
Épuisée, usée et complètement désorientée, je parviens tant bien que mal à couper définitivement les ponts avec lui. Non sans heurts bien évidemment.

Ce n'est pas la personne avec qui je vis, pour autant cette relation a toujours été très importante dans ma vie... un peu trop même je pense... car aujourd'hui, j'en sors vraiment crâmée.

Ce sont des personnalités extrêmement déconcertantes et déroutantes mais malgré tout attachantes, laissant derrière elles comme un sentiment de ne pas vraiment les connaître ni de savoir ce qu'elles souhaitent dans leur vie, tant il est quasiment impossible d'en obtenir la réponse lorsqu'on le leur demande, car faire des choix dans la vie, c'est pour elles renoncer et perdre.

Assoiffées de sociabilité et d'amour voir même plutôt d'admiration extérieure, ce sont des personnes qui ne se sentent exister qu'au travers le regard et l'approbation des autres.
Au début, vous incarnez cet idéal et représentez "tout" pour elles, ce qui est d'ailleurs est extrêmement perturbant et ce, d'autant plus lorsque l'on est pas hyper fan de l'idéalisation. Puis au fur et à mesure que la relation s'installe, une certaine lassitude les guète. Il leur faut de nouveau se prouver à l'extérieur qu'elles sont supers, séduisantes, génialement drôles.
Bref, difficile là-dedans d'approfondir quoique ce soit ensemble car tout finit par tourner autour d'elles-mêmes.

Leur mantras : "je suis altruiste car j'aime être au centre des connexions humaines, je suis donc forcément quelqu'un de bien et d'aimable".
La réalité : un besoin constant d'être mis en scène avec son public. Et pas n'importe quel public : un public de fans qui les adorent.

Cet homme avec qui j'ai tenté par tous les moyens d'avancer, de construire une relation forte basée (en tout cas pour ma part) sur une certaine réciprocité, dont j'ai tenté de calmer ses angoisses existentielles en lui apprenant à s'aimer, et à qui j'ai tenter de montrer que la vie n'a pas besoin d'être un tourbillon incessant de stimulations en tout genre, m'a littéralement vidée et empoisonnée ma joie de vivre.

J'aimerais de toutes mes forces parvenir à m'en détacher complètement pour enfin retrouver mes repères et mon équilibre mais je lutte et j'en souffre beaucoup.

Est-ce que parmi vous, certain(es) ont déjà croisé la route de ce type de personnage ?
Si oui, comment vous-en êtes-vous sorti ?

Je vous remercie beaucoup par avance pour vos témoignages.

À vous lire...

#
Profil

Shortbus

le jeudi 10 août 2017 à 17h10

Bonjour Livia,
Tu as déjà réussi à prendre du recul sur cette relation pour l'analyser. Ça me semble être un bon point et je crois que tu peux continuer sur cette voie. Pour t'y aider, je pense que tu peux écouter par exemple ceci :
https://www.youtube.com/watch?v=kbBG4ml9mxI
ou encore ceci :
https://www.youtube.com/watch?v=ALc_Ze7d6Og&list=P...
Qu'en dis-tu ?

#
Profil

Livia

le jeudi 10 août 2017 à 17h46

Merci beaucoup Shortbus pour les liens :)
Je vais m'empresser de regarder cela. En parallèle, je visionne et lis pas mal de choses autour des relations toxiques car, au final, c'est bien de cela dont il s'agit.

Pour info, lorsque lors d'un de mes posts précédents je parlais "d'évolution d'une relation primaire en relation secondaire", il s'agissait en fait de lui car je comprenais déjà à l'époque que rien de constructif ni de positif ne pourrait malheureusement en sortir.

Le polyamour n'a au final je le crois, été qu'une sorte de tentative "désespérée" de maintenir un semblant de quelque chose qui s'avère en réalité, terriblement toxique et nocif.

#
Profil

Juliejonquille

le jeudi 10 août 2017 à 18h12

Je comprends ce que tu as vécu : il y a des personnalités passionnantes mais qui sont toxiques à haute dose. Peut être qu'on peut plus les apprécier à plus faibles doses et en relation poly ?

Mon mari est l'opposé total de ton ami mais il a aussi une faille narcissique : au lieu de chercher l'approbation et l'admiration de l'extérieur, il vit isolé dans ses rêves de grandeur.

C'est des gens plein de qualités (et qui en debut de relation sont souvent charmants) et qu'on voudrait aider mais attention... C'est le piège surtout s'ils ne veulent/peuvent pas vraiment changer : on perd son temps et son énergie.

Soit on les aime comme ils sont en faisant très attention à poser des limites et se protéger soit on part très loin en courant.

Et la dernière solution est souvent la meilleure quand on sent que l'autre dévore notre énergie et notre joie de vivre.

Est ce que tu as déjà entendu parler des pervers narcissiques ?

#
Profil

Livia

le jeudi 10 août 2017 à 20h13

Merci JulieJonquille pour ton témoignage et tes lumières :)

Je me suis en effet penchée sur la question du pervers narcissique le concernant mais il s'avère que bien qu'il y ait pas mal de points communs entre les 2, notamment au sujet de ce besoin d'être constamment aimé et rassuré sur ce qu'il est et ce qu'il vaut au travers le regard des autres, l'histrionique marque sa différence dans le fait qu'il n'a absolument aucunement l'intention de nuire. Au contraire, ce sont des gens qui ne veulent pas faire de mal aux autres ou les manipuler dans l'espoir de les réduire.

Leur seul objectif est certes, d'être toujours le centre du monde pour se rassurer uniquement de ce qu'ils sont au travers l'image (de préférence positive) et la valeur que peut leur renvoyer telle ou telle personne. C'est un besoin maladif que du coup, ils interprètent à mal comme de l'altruisme en s'illusionnant qu'être à la recherche des autres et etre au centre des connexions humaines, leur vaut d'être une personne désintéressée ne cherchant qu'à faire le bien autour d'elle.
Alors qu'il n'en est rien : ils n'aspirent qu'à vampiriser l'attention, l'amour, l'énergie de celui ou celle qui tombera dans le piège, pour se rassurer qu'ils ont bien cette valeur en question.

Au fond, il y a qch de terriblement triste là-dedans. C'est une personne qui en souffre car pour atteindre son objectif, elle ne cesse alors de changer continuellement de masques afin de s'adapter à son interlocuteur et lui plaire.
Et ce cinoche est une véritable drogue, sans laquelle il ne se sent plus exister.
Le pire étant qu'il ne sait finalement pas qui il est et ce qu'il veut.

C'est quelqu'un qui est "zèbre" ou HPI. Alors forcément, tout n'est pas simple pour lui en ce monde et ce, depuis bien trop longtemps. Je soupçonnerais même un léger syndrome d'Asperger derrière tout cela, tant son manque d'empathie est parfois troublant.

Bref, ce n'est pas évident et en effet, le polyamour est ou était une alternative afin de vivre ce que nous pouvions vivre sans cultiver d'espoirs quant à des projets de vie plus engageants pour lesquels je ne le sens de toute manière pas disponible ou fiable : sa quête de lui-même étant trop prépondérante aujourd'hui, je pense que l'on allait direct dans le mur.
En revanche la transition "primaire à secondaire" est dure car je pense que le deuil d'un certains nombres d'aspirations est loin d'être fait, de son côté comme du mien.

J'ai coupé les ponts depuis.... seulement quelques jours. Besoin urgent de me retrouver et de me requinquer car je suis complètement en vrac.

Je lui ai dit lors de nos derniers échanges qu'il était urgent qu'il apprenne à s'aimer et à faire la paix avec lui-même. Qu'il prenne le temps d'enfin savoir et assumer ce qui compte vraiment dans sa vie et celle à venir.

Il voit une psy (de par mon initiative mais je n'ai rien forcé, juste proposé et orienté). Pour autant, il m'a dit que les sujets tournaient essentiellement autour du professionnel, vaste sujet d'obsession pour lui.

D'où mon ras-le-bol, la saturation et mon besoin de finalement fuir peut-être...

Merci encore à vous tous pour votre soutien et vos conseils :)

#
Profil

Tulipe

le mercredi 12 septembre 2018 à 12h01

Bonjour,
Moi aussi je suis tombée sur un histrionique... jusqu'ici je ne connaissais même pas l'existence de ce type de personnalité... mais là je découvre...:-( c'est vraiment pas drôle à vivre...:-( :-( :-( :-(
Est-ce que d'autres personnes connaissent des histrioniques?

#

GRANITA1 (invité)

le vendredi 21 septembre 2018 à 23h35

Si on parle TROUBLES DE LA PERSONNALITÉ, j’ai eu une relation pendant plus de 4 ans avec un (je pense fortement), borderline ou trouble de la personnalité limite autrement nommé. Ça se rapproche un peu du trouble de la personnalité histrionique.
La difficulté est que je travaille avec lui et que c’est un éternel recommencement.... pas de demande précise car ne sait pas ce qu’il veut, qui il est, ce qu’il vaut... phase narcissique (toute puissance, il bringue, dort peu, stmbke euphorique...) puis phase dépressive (fatigue, absence de motivation, idées noires...) et on redémarre en phase maniaque ...,
Passage d’un coup de cœur à une histoire d’un soir à une histoire de plusieurs mois...
Ne dit rien, agresse, ment...
BREF : STOP à ces relations trop compliquées !
L’Amour doit être simple et naturel, couler comme une source calme.
Pas un ouragan dans une tempête à haute mer, sinon c’est l’enfer et ça ne sert à personne !

#
Profil

Lola17

le lundi 12 novembre 2018 à 17h08

Je confirme... J'ai eu une relation de plusieurs années avec une nana d'où je suis sortie avec l'impression d'être passée dans le tambour d'une machine à laver. Suis-moi, je te fuis... et inversement.

Il y a un roman là-dessus, sur l'euphorie, la confusion, puis la désillusion totale face à ces personnes totalement fantasques et inauthentiques :

https://www.amazon.fr/Amours-vagues-Anne-S%C3%89RA...

#
Profil

Aina

le jeudi 15 novembre 2018 à 15h15

Je vis avec un histrion. Et mon père en est un. Merci pour la description!
As-tu compris les mécanismes mis en place qui ont détruit ta joie de vivre et aspiré ta vitalité ?
Pour ma part, c’est la compréhension très fine de tous ces mécanismes qui font que je peux vivre à ses côtés en profitant de toute la beauté que ces personnalités peuvent offrir sans être vampirisée.
Il faut dire que j’ai été à bonne école depuis l’enfance...
Je ne dis pas que je passe dans son tourbillon sans vaciller mais je sais être spectatrice de ce qui se joue et suis passée maître dans l’art de la contre-manipulation :-)
Je pratique l’aikido de l’esprit :-) (utiliser le coup de «  l’adversaire » plutôt que le contrer). C’est comme une danse. Et c’est très beau je trouve. Je ne me sens ni supérieure ni inférieure, et chaque nouvelle pièce de théâtre fait davantage maturer mon corps émotionnel, ce dont je le remercie.
J’apprends à voir en moi tout ce que son comportement me montre comme ds un miroir grossissant, et cherche à le modifier (en moi).
Pour le moment je vois une évolution bénéfique des deux côtés. Si un jour il n’y a plus d’évolution, je partirai. C’est LA grande révolution pour moi : je me sens capable de quitter, de perdre. Dans mes deux précédentes relations (13 ans avec un bipolaire et 7 ans avec je ne sais pas quelle étiquette lui donner mais d’empathie point!), j’étais en telle dépendance affective que l’emprise sur moi était ahurissante. Il m’a fallu aller très loin dans l’effondrement de ma force vitale pour avoir finalement le courage de m’extraire... instinct de survie...
Voilà, je ne sais pas ce qui t’empêche aujourd’hui d’evoluer ds cette relation ou de t’en extraire, mais si tu m’expliques un peu concrètement ce qu’il se passe, je ferai de mon mieux pour t’apporter ce que je peux t’apporter.
Prends régulièrement des temps de centrage où tu n’es pas avec lui. Il est indispensable de trouver ton énergie ailleurs que ds la relation quelle qu’elle soit (amoureuse/conflictuelle, c’est pareil)
Je te souhaite tout le courage et la perspicacité nécessaire pour retrouver ta joie de vivre! Fais briller ta lumière !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion