Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment les gens perçoivent le polyamour...

#
Profil

Marie-Georges

le lundi 21 avril 2014 à 14h31

On est 4 ! Tout comme toi j'aime les relations fortes, avec de beaux projets qui paraissent aux yeux du monde réservés aux couples monos. Après, il faut trouver des gens qui le vivent bien, parce que je pense que ce genre de relation est particulièrement insécurisant pour l(es) autre(s) partenaire(s).

Ceux qui souhaitent s'impliquer dans des projets durables recherchent un pilier, et une partenaire déjà fortement engagée est vécue d'emblée comme "susceptible d'être absente souvent". En gros "polyamoureuse" ça fait déjà un poil peur (= cherche à tomber amoureuse ailleurs), et si cette peur est surmontée, on réservera plutôt une polyamoureuse occupée par ses enfants pour une relation épisodique et légère. C'est assez classique, mais ce n'est pas une fatalité. Le réel des sentiments trouble tout ça de façon assez ingénieuse, comme le dit bien gcd68 au sujet du fil de l'évolution du lien.

Il n'y a pas de raison que tu ne trouves pas. Les gens ouverts et qui ne se laissent pas enfermer dans leurs peurs, ça court pas forcément les rues mais ça existe !

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 14h41

Perso, c'est le fil de l'évolution qui m'a permis de me découvrir et de comprendre ce qui me correspond réellement. La vie, les projets notamment (les enfants, la maison...) bouffe souvent toute l'énergie et on ne songe même pas au reste. Après, il y a le "réveil" et là...

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 14h48

Marie-Georges
Il n'y a pas de raison que tu ne trouves pas. Les gens ouverts et qui ne se laissent pas enfermer dans leurs peurs, ça court pas forcément les rues mais ça existe !

J'ai conscience que des conjoints comme le mien, qui accepte de combattre ses peurs, pour le bonheur de l'autre, ça ne court pas les rues. Je ne dis pas que parfois, je me sens un peu enfermer, mais d'une manière générale, je respire suffisamment. Donc, oui ça existe, il suffit parfois, pour voir l'amour, d'ouvrir les yeux. Après, lorsqu'une personne a été célibataire et libre, il sera difficile de tisser un lien "envahissant", avec des dépendances, dans le sens où un projet de vie (surtout des enfants) demandera une gestion commune du projet en question et donc indiscutablement des dépendances et des attentes supplémentaires. Je crois qu'à ce niveau là, il ne faut pas se voiler la face. L'insécurité n'est qu'une des retombées de ce type de lien.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 14h52

Marie-Georges
Tout comme toi j'aime les relations fortes, avec de beaux projets qui paraissent aux yeux du monde réservés aux couples monos

Il est difficile de mener plusieurs "projets" de front sans que l'un vienne détruire l'autre (certains y arrivent, heureusement). C'est la raison pour laquelle je désire aucun projet, réduire les attentes et les dépendances avec mes relations secondaires. Un état de fait dont j'ai toujours eu conscience et que j'ai toujours annoncé clairement. Cela ne m'empêche pas de savourer les beaux moments, à les désirer ardemment et à être présente pour les autres.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 14h54

Marie-Georges
Ceux qui souhaitent s'impliquer dans des projets durables recherchent un pilier, et une partenaire déjà fortement engagée est vécue d'emblée comme "susceptible d'être absente souvent"

Je m'efforce au maximum de ne pas "empiéter" sur ma vie de couple et de famille pour offrir du temps aux autres personnes que j'aime. Aussi, j'essaie de "partager" avec mon conjoint, voir avec mes enfants... l'un n'empêche pas l'autre. Ca marche seulement s'il y a une entente suffisante entre tous et chacun, évidemment

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 24 juin 2014 à 15h34

Katouchka
moi j'en ai envie. De m'engager, de construire, d'être fidèle (pas sexuellement), d'aimer, d'apporter de la sécurité et j'aimerais aussi recevoir tout ça

J'arrive après la bataille, mais je vais redire qu'on est au moins deux ;) (moyennant la question de la "sécurité" dont je parle plus bas).

PolyEric
De s'engager sur deux voies (ou plus)
De construire deux édifices (ou plus)
D'être fidèle à deux engagements (ou plus)

sans se couper en deux (ou plus)...
mais comment faire ?

Facile, moi je fais toujours 42 choses à la fois....(bon, au-delà c'est plus compliqué, je ne suis pas un OS - cf le film "Her" - moi ;) :P !)

La-salope-helvetique
Dans un projet de vie basé sur l'amour et les enfants, il y auront environ 17 ans pendant lesquels les parents s'occuperont toujours des enfants, mais l'amour ne sera pas au rendez-vous.

Euuuh le coup de "l'amour dure 3 ans", c'est pas super fiable à mon sens.
Je suis personnellement restée amoureuse bien plus longtemps que ça. De plusieurs personnes.

En fait comme l'écrit Françoise, lorsqu'on dit "l'amour dure 3 ans", c'est un maximum et ça fait référence à la période passionnelle.
Mais les épisodes passionnels peuvent revenir dans une relation, il y a des cycles !
A titre personnel ça m'est arrivé de vivre des périodes "sans" et d'autres où ça revenait donc...je ne suis absolument pas d'accord pour dire "l'amour dure 3 ans", on ne peut pas avoir une logique comptable comme ça, ça me semble absurde.

Donc je dirais plutôt que : oui, dans un projet d'élever des enfants (par exemple), il y a le risque que le sentiment amoureux (mais pas ce que j'appelle l'amour, qui n'a jamais cessé d'exister en moi après qu'il soit né) s'amenuise. Mais il peut revenir et d'autre part, ça n'empêche pas un certain attachement de perdurer.

Oui, j'aime toujours toutes les personnes que j'ai aimées !

(Oui, même celles qui m'ont fait les pires coups...je les aime toujours, mais je n'éprouve plus de sentiment amoureux, sans quoi je souffrirais beaucoup !)

La-salope-helvetique
Être conscients qu'il y aura des autres partenaires pour la suite, ou bien que chacun des deux voudra prendre des moments de liberté. Et que ces envies d'autres amours et de moments de liberté ne veulent pas dire que la relation est finie et qu'il faut se séparer.

Bah, moi je fonctionne exactement comme ça...mais je ne peux pas "contrôler" comment fonctionnent les autres, et souvent je me retrouve face à des personnes qui fonctionnent différemment.
Je pense que c'est une question de fonctionnement personnel plutôt que de "se mettre d'accord" artificiellement au tout début...d'autant plus qu'on peut fonctionner d'une façon avec quelqu'un, et réagir un peu différemment avec un(e) autre...une relation, c'est une interaction unique entre deux (ou plusieurs) individus.
Je pense qu'au bout de quelque temps, on peut voir comment l'autre fonctionne, voire en discuter avec lui, tout naturellement.
Mais quand on entame une relation, il n'y a jamais de garanties (même plus tard, mais disons que plus tard, on a en général une meilleure idée de ce qui est possible ou pas).

Katouchka
Sur la question d'engagement je me suis fait un peu avoir.

On est deux (bis). On se met en couple ma chérie :P ?
(Ah non pardon il faut qu'on en trouve d'autres pour se mettre en grouple, j'oubliais, on est sur polyamour.info quand même :P !)

Katouchka
Je n'arrive pas moi à aimer sans m'attacher.

Ter...

Par contre, je peux très bien entretenir des relations où on ne se voit pas souvent, je n'ai pas besoin d'engagement dans toutes, mais je suis "engagée" dans le sens "fidèle" : je reste attachée aux gens, je les revois avec la même affection même si c'est une fois tous les six mois ou tous les six ans !
C'est valable aussi pour les amis d'ailleurs !

"Couper" une relation me semble contre nature.

------- ------- -------

Après...quand je vois le mot "sécurité", ça me fait un peu tiquer. Je ne cherche pas ma "sécurité" auprès d'une (ou plusieurs) relation(s) en particulier, ma sécurité c'est comme ma stabilité, elle est d'abord en moi. Je n'ai pas besoin d 'une (ou plusieurs) relation(s) "engagée(s)" pour me sentir "en sécurité".
Je dirais plutôt que c'est tout l'ensemble de mes relations (amicales comprises) qui m'aide à créer ma stabilité et ma sécurité. Et aussi mes choix individuels (dans ma vie en général) : je suis la mieux placée pour savoir ce qui me convient !
Ma stabilité et mon sentiment de sécurité peuvent se construire sur un ensemble de relations "non engagées", même si je peux aussi atteindre un autre équilibre avec une ou des relation(s) "engagées", ce que je ne refuserais pas si cela arrivait.

Ceci étant dit, il faut rajouter une dernière précision : je peux très bien rencontrer quelqu'un qui souhaite une relation engagée avec moi alors que je ne le souhaite pas, et vice-versa. Parfois ce n'est pas parce que les gens ne veulent pas s'engager, c'est parce qu'ils ne veulent pas s'engager dans cette relation. Et c'est humain.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion