Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment les gens perçoivent le polyamour...

#

(compte clôturé)

le dimanche 13 avril 2014 à 23h07

LuLutine
Vendu ! (+) :P

Bon mais alors on s'installe où ? Paris, Genève ou Nancy ?
Je vous préviens les gars, on est déjà deux à Paris ;)

(Tiens MetaZet, tu as adopté le mot "quaternion" :P ?)

Moi je vote pour Genève: il y a le lac et les montagnes en pleine ville, on a même la plage naturiste en face du jet d'eau...

Mais quelque chose me dit que ça sera plutôt paris... :-)

#
Profil

Katouchka

le dimanche 13 avril 2014 à 23h14

@Apsophos
Franchement comment j'étiquette la relation que j'entretiens avec la ou les personne(s) avec qui j'ai ce genre de projet, je m'en fous. Si toi t'appelles ça amitié et moi amour mais qu'au final c'est la même relation franchement peu importe... L'important pour moi c'est d'avoir des projets, une direction commune, des sentiments.

@Lulu, Dieu et le prince charmant,
Comme dit ce dernier, je pense que sur les détails on ne s'entendrait pas mais savoir que je ne suis pas seule ça me fait du bien! L'idée par contre était super sympa (+)

@Eric <3 Bon bah tu as raison! :) Et en plus comme tu l'expliques c'est drôle!

Mais surtout sur ce sujet ce qui m'importait c'était de voir s'il y avait un lien entre le fait d'être poly et celui de ne pas s'engager. Et surtout si c'était du coup logique que les personnes "extérieures" pensent que le poly butine sans s'attacher.

Ma réponse c'est que l'engagement c'est un truc carrément has been (rien à voir avec le polyamour). Je dis pas que c'était mieux. Surement que beaucoup d'engagements étaient pris par besoin. C'est bien qu'on soit tous plus autonomes et indépendants. Pourtant moi j'en ai envie. De m'engager, de construire, d'être fidèle (pas sexuellement), d'aimer, d'apporter de la sécurité et j'aimerais aussi recevoir tout ça mais j'ai l'impression que ça se perd.

#

(compte clôturé)

le lundi 14 avril 2014 à 20h52

Katouchka
Ma réponse c'est que l'engagement c'est un truc carrément has been (rien à voir avec le polyamour). Je dis pas que c'était mieux. Surement que beaucoup d'engagements étaient pris par besoin. C'est bien qu'on soit tous plus autonomes et indépendants. Pourtant moi j'en ai envie. De m'engager, de construire, d'être fidèle (pas sexuellement), d'aimer, d'apporter de la sécurité et j'aimerais aussi recevoir tout ça mais j'ai l'impression que ça se perd.

Coucou Katouchka :)

Je crois qu'être autonome et indépendant n'empêche pas de s'engager. C'est peut-être juste qu'en ce moment tu ne rencontres pas des personnes qui ont cette envie. Ca ne veut pas dire que ça n'arrivera pas, c'est peut-être juste une question de temps, de timing.
Et puis l'engagement c'est pas has-been :) Enfin en tout cas pas pour moi. On sera au moins deux à y croire donc (et le secret c'est que je suis sûre qu'on sera pas que deux ^^).

#
Profil

PolyEric

le mardi 15 avril 2014 à 01h22

Katouchka
.....
Pourtant moi j'en ai envie....De m'engager, de construire, d'être fidèle (pas sexuellement), ...

De s'engager sur deux voies (ou plus)
De construire deux édifices (ou plus)
D'être fidèle à deux engagements (ou plus)

sans se couper en deux (ou plus)...
mais comment faire ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le mardi 15 avril 2014 à 02h37

M-e-t-a-Z-e-t
Ben voilà, même chez les polys il y a un biais en ce sens ^^
Je répondrais : ça dépend.
Peut-être que cette intimité particulière leur convient, et qu'ils ne veulent pas forcément plus. Pourquoi pas ?

Je suis pas poly :-D
A part ça ils font évidemment ce qu'ils veulent, c'est juste que moi j'aurais du mal à masser une amie à nu sans avoir... un signe distinctif d'excitation priapique. :-D
Par contre habillé-e-s, aucun problème. ;-)


Non, à part feu Super Nanny, je ne vois pas...

Quoi, tu n'as jamais regardé de film japonais en VO ? ^^
www.youtube.com/watch?v=3ffypl1ynLE


A priori de douche type "vestiaires", mais pourquoi pas aussi de douche "tendres" ? Si entre deux amis HF :
- la tendresse est admissible ;
- prendre une douche ensemble est admissible ;
- alors pourquoi prendre une douche tendre ensemble serait inadmissible ? ce n'est qu'une concaténation des deux cas précédents :)

Alors, pour ce qui est de la douche tendre, je répondrais comme précédemment : ils font ce qu'ils veulent, moi si je prenais une douche tendre avec une amie... ma tendresse sera communicative :-D
Pour ce qui est de la douche vestiaire, j'ai envie de dire que des milliers de personnes pratiquent quotidiennement au club de sport (sans mixité il est vrai). Le seul truc, c'est que c'est compliqué de prendre une douche "vestiaire" en privé, à moins d'avoir une grande salle de bain : chez moi toute douche vestiaire se transformerait en douche contact pour des raisons logistiques. :-/


Tout à fait. Hélas. Je crois même qu'un des trucs que j'apprécie le plus dans la communauté poly (avant même l'aspect "s'autoriser mutuellement à avoir plusieurs chéri-e-s"), c'est qu'en règle générale, on ne se met pas ce genre de barrière artificielle.

Il existe d'autres endroits/milieux où l'on peut se réapproprier le toucher non-sexuel (shiatsu, arts martiaux, reiki, psychothérapie, danse...).

PS : je connaissais pas le mot concaténation, merci. (+)

Apsophos
Plus sérieusement, les gens sont "ouverts à l'idée" parce qu'on leur a fait comprendre qu'être "ouvert d'esprit" c'est Bien.

:-D (+)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Apsophos

le mardi 15 avril 2014 à 11h18

Green-Man-Outside
PS : je connaissais pas le mot concaténation, merci. (+)

Entre celui-là et "quaternion" on peut se poser quelques questions.

#
Profil

Evavita

le mercredi 16 avril 2014 à 01h57

Je ne vais pas revenir sur ce que veut bien vouloir dire le mot "impliquée" parce que j'ai envie de te répondre Katoucka.

J'ai en tout cas passé plus de temps à vivre des relations complices, sentimentales, avec peu de doutes sur le fait que les autres feront parti de ma vie le lendemain que le contraire.

Je suis heureuse de ce que je vis et je n'y ai jamais été fermée. Mais la vérité est que je n'ai pas cherché en rencontrant ces personnes à savoir si il était possible qu'avec eux, nous en finissions par avoir les relations que nous entretenons aujourd'hui. Je dirais même qu'au jugé, je voyais plutôt un futur proche extrêmement incertain en ce qui les concerne.

Je suis presque sûre que si j'avais posé la question d'entrée de jeu quand je les ai rencontrés de si ils se voyaient avoir une relation "impliquée" avec moi, voici les réactions que j'aurais récolté : "*en s'étranglant* bein euh, bein eeeeeeuh" ou "je peux te dire ça dans un an?" ou encore "prends ta laisse et va te pendre avec!"

Pourquoi est-ce que je dis tout ça? Parce que même si c'est paradoxal, mon sentiment tiré de mon vécu (donc à prendre avec toute la subjectivité qui va avec) est le suivant : c'est compliqué de savoir comment une relation va évoluer. Ce qui a pour conséquence que chercher à savoir dès le départ si la personne va vouloir "s'impliquer", n'est pas le meilleur moyen de "faire le tri" entre les relations naissantes qui vont aboutir à cette "implication" ou non. De surcroîts, je pense que c'est tout aussi valable pour les personnes qui sont monogames et qui cherchent à tomber tout de suite sur l'être aimé avec lequel elle vont se marier et faire des bébés.

Alors oui, c'est vrai qu'être une femme et assumer être poly à la fois, ça implique attirer des personnes qui croient qu'on est des nymphos assoifées de sexe avec une incapacité à s'attacher (mais heureusement il n'y a pas QUE ça). Mais c'est l'occasion quand on a un peu le temps, de démentir ce préjugé avec l'espoir qu'à force de le faire, bein il y aura plus besoin de le faire plus tard. Qui sait, peut-être que dans le tas, il y en a certains qui ne le savent pas encore, mais qui ont envie de faire un bout de chemin en ayant des pensés plus qu'affectueuses pour toi.

#
Profil

Green-Man-Outside

le mercredi 16 avril 2014 à 02h27

Evavita
Pourquoi est-ce que je dis tout ça ? Parce que même si c'est paradoxal, mon sentiment tiré de mon vécu (donc à prendre avec toute la subjectivité qui va avec) est le suivant : c'est compliqué de savoir comment une relation va évoluer.

En croisant ce qu'on perçoit/sait de la personnalité du partenaire, combiné à d'où il vient en matière d'expériences - le vécu et la personnalité profonde étant deux choses distinctes - et là où il semble (vouloir) aller, on peut avoir une petite idée des possibilités.

Mais ça débouche sur un champ de possibles, en aucun cas sur des certitudes. Le futur, au-delà d'un terme très court, est parfaitement imprévisible. Et encore, même avec un horizon temporel proche on peut avoir de sacrées surprises.

"La seule chose qui n'a pas de fin, c'est le présent." ;-)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

JulienPoly

le mercredi 16 avril 2014 à 10h09

Bonjour Katouchka et tout le monde :)

Une petite participation depuis l'asie du sud-est, à ce sujet intéréssant.

Ici les philosophies de la vie et les sages conseillent de ne pas s'attacher, au moi, aux choses, aux personnes, aux habitudes, etc... L'attachement est considéré comme étant une source de souffrance car effectivement "seul le présent n'a pas de fin". Et l'attachement empêche de vivre pleinement le présent.

Ne pas chercher l'attachement, n'est pas forcément interdire toute possibilité de relation durables. Et vu de l'autre bout: comment peux-tu chercher à prédire juste après quelques échanges de messages sur un site internet si une relation sera durable et investie? N'est-ce pas mettre la charrue avant le boeufs? Une première étape ne devrait-elle pas plutot être une rencontre, de laquelle emergerait peut-être un sentiment amical ou pas, et/ou peut-être un certain amour ou pas, romantique ou pas, sexuel ou asexuel, stable ou instable, durable ou pas ce sont des choses à voir petit à petit dans le temps.

Est-ce que l'attachement ne t'empêche pas d'explorer le présent et de laisser venir l'amour à toi et le partager. Parmis les expériences vécues, peut-être que certaines relations seront instable et de courte durée, peut être que d'autres ne seront pas densément répartie dans le temps mais jusqu'à ce que mort vous sépare. Peut-être que d'autre seront très impliquées et intriquées. Qui sait? Personne, avant de le vivre. Et pour celà il est peut-être préférable de ne pas chercher l'attachement. Et de ne pas s'attacher à l'idée de vouloir des relations "sérieuses", ces relations tu les vivras certainement si cesses de les chercher et t'ouvre plutôt aux experiences qui t'entourent. Aimer sans s'attacher et explorer les relations, celles qui sont instables cesseront plus vites et celles qui sont durables dureront :)

Sur la route il y aura probablement quand même beaucoup d'attachements, c'est humain, et vous en souffrirez bien assez tôt ou tard... Demande à Françoise Simpère, elle te dira que dans son expérience du polyamour une des choses difficile est de faire le deuil de relations, d'amours, d'amants, d'amis, de copains, de lutins etc... C'est du moins ce qu'elle a écrit.

Beaucoup de joie.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 avril 2014 à 10h42

Nan mais moi aussi si j'veux j'fais des longs posts en doublant mes lignes. Par exemple. Nan mais moi aussi si j'veux j'fais des longs posts en doublant mes lignes. Par exemple.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Evavita

le mercredi 16 avril 2014 à 18h34

@ Siesta, je ne suis pas sûre de t'avoir compris. Tu peux développer?

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 avril 2014 à 18h56

Ya eu un bug, du message de Julien ou du poste d'où je le consultais. Son message était doublé. Là je ne vois plus le problème. Comme le message n'est pas signalé comme édité, je saurai jamais ce qui s'est passé... Toum-toum-tooooooum !

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 avril 2014 à 20h29

Etre une femme qui a envie de vivre intensément plusieurs relations parce que elle n'aime pas la vie tiède et sérieusement parce qu'elle accorde une belle place dans son coeur à chacun de ses partenaires est a priori exceptionnel.
Pourtant vivre intensément et sérieusement une seule relation serait plébiscité de tous.
Dans les esprits, la femme assumant pleinement son autonomie dérange-t-elle encore aujourd'hui?
pourtant, la richesse de la diversité des rencontres amicales est admise unanimement.

Mon point de vue d'aujourd'hui est que le mythe de la femme idéale est encore bien dans les esprits et que le sentiment amoureux qui fait décoller au début incite à la fusion et va ramener le polyamoureux hésitant dans le confort illusoire de la monogamie, et lui faire oublier qu'il est en fait un sérial monogame capable d'oublier le meilleur d'une relation pour croire qu'elle n'était pas celle qu'il lui fallait.
Et bien sûr si vous êtes polyamoureuse, il considérera que vous ne l'aimiez pas tant que cela sinon vous n auriez eu d'yeux que pour lui...surtout s'il a besoin de vous pour faire grimper son estime de lui même...n'est -elle pas là la dépendance?

A-t-on besoin de se dire que l'on veut une relation durable? On peut vivre la relation instant après instant et faire les choix quand ils se présentent en accord avec ce que l'on est à ce moment là et non pas en accord avec les présupposés , les projections que l'on fait peser sur la relation, on laisse nos désirs et notre potentiel d'évolution libres.
Les sentiments est ce que ça s'entretient ou ça s'accueille...tout simplement , sans jugement?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 16 avril 2014 à 23h34

Siestacorta
Ya eu un bug, du message de Julien ou du poste d'où je le consultais. Son message était doublé. Là je ne vois plus le problème. Comme le message n'est pas signalé comme édité, je saurai jamais ce qui s'est passé... Toum-toum-tooooooum !

Le modérateur masqué a encore frappé ! B)

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 17 avril 2014 à 09h52

etresoi
On peut vivre la relation instant après instant et faire les choix quand ils se présentent en accord avec ce que l'on est à ce moment là et non pas en accord avec les présupposés , les projections que l'on fait peser sur la relation, on laisse nos désirs et notre potentiel d'évolution libres.

(+) <3
C'est ainsi que se vivent les relations les plus authentiques donc les plus belles et fortes à mon sens.
il y a CARPE DIEM graphé sur 8m de ma maison à coté de la porte d'entrée... pour ne jamais oublier...

JulienPoly
d'explorer le présent et de laisser venir l'amour à toi et le partager. Parmis les expériences vécues, peut-être que certaines relations seront instable et de courte durée, peut être que d'autres ne seront pas densément répartie dans le temps mais jusqu'à ce que mort vous sépare. Peut-être que d'autre seront très impliquées et intriquées. Qui sait ? Personne, avant de le vivre. Et pour celà il est peut-être préférable de ne pas chercher l'attachement. Et de ne pas s'attacher à l'idée de vouloir des relations "sérieuses", ces relations tu les vivras certainement si cesses de les chercher et t'ouvre plutôt aux experiences qui t'entourent. Aimer sans s'attacher et explorer les relations, celles qui sont instables cesseront plus vites et celles qui sont durables dureront :)

(+) <3

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 avril 2014 à 16h03

etresoi
Etre une femme qui a envie de vivre intensément plusieurs relations parce que elle n'aime pas la vie tiède et sérieusement parce qu'elle accorde une belle place dans son coeur à chacun de ses partenaires est a priori exceptionnel.

etresoi
A-t-on besoin de se dire que l'on veut une relation durable ? On peut vivre la relation instant après instant et faire les choix quand ils se présentent en accord avec ce que l'on est à ce moment là et non pas en accord avec les présupposés , les projections que l'on fait peser sur la relation, on laisse nos désirs et notre potentiel d'évolution libres.
Les sentiments est ce que ça s'entretient ou ça s'accueille...tout simplement , sans jugement ?

Je pars de ces deux points pour chercher de construire une base de relation "minimaliste" que puisse nous mettre d'accord avec des partenaires potentiels pas nécessairement polyamoureux.

D'abord un constat de base:

1) L'amour dure 3 ans.
2) Élever des enfants est un projet qui dure environ 20 ans.
3) Dans un projet de vie basé sur l'amour et les enfants, il y auront environ 17 ans pendant lesquels les parents s'occuperont toujours des enfants, mais l'amour ne sera pas au rendez-vous.

Donc, que fait-on pendant ces 17 ans?

1) On reste ensemble dans une vie tiède et monotone, où le moment le plus excitant de la semaine est la sortie du samedi matin au supermarché?
2) On divorce et on se donne à une vie de monogamie en série (un nouveau partenaire tous les 3 ans), chèques alimentaires et garde alternée?
3) On ne se lance pas du tout dans des relations sérieuses, on ne fait pas des enfants, et on vit une vie faite uniquement de relations éphémères et voyages en solo autour du monde?
4) Ou bien on trouve une solution que puisse garder une complicité dans le couple, sans refermer la porte à la nouveauté?

Dans la plupart des cas, les gens se disent "en tout cas, ça n'arrive que aux autres" et puis ils se retrouvent dans les catégories 1 et 2.

Ou bien, ils essaient de trouver des solutions (catégorie 4) seulement quand c'est trop tard, ce qui donne des résultats comme celui-ci: https://www.youtube.com/watch?v=qjDTSPQYUBg (je n'ai pas trouvé des sous-titres en Français, mais même sans comprendre les dialogues le concept me semble clair! ;-) )

Or, j'aimerais pouvoir discuter de toutes ces questions AVANT de démarrer une relation: savoir dès le début que je ne suis pas le Prince Charmant de ma partenaire, qu'elle n'est pas ma Princesse, que on est pas le Partenaire Ultime capable de faire oublier tous les autres. Être conscients qu'il y aura des autres partenaires pour la suite, ou bien que chacun des deux voudra prendre des moments de liberté. Et que ces envies d'autres amours et de moments de liberté ne veulent pas dire que la relation est finie et qu'il faut se séparer.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Katouchka

le lundi 21 avril 2014 à 09h28

Shamal
Je crois qu'être autonome et indépendant n'empêche pas de s'engager. C'est peut-être juste qu'en ce moment tu ne rencontres pas des personnes qui ont cette envie. Ca ne veut pas dire que ça n'arrivera pas, c'est peut-être juste une question de temps, de timing.

Malheureusement je n'ai jamais eu cette chance. Sur la question d'engagement je me suis fait un peu avoir. Et du coup, même si je rencontrais quelqu'un prêt à le faire, je pense que je me méfierais. Je pense notamment à mon amoureux qui, parce qu'il est tombé amoureux alors que j'étais enceinte de 4 mois (après avoir attendu 7 ans qu'il soit prêt à devenir père), renonce à l'engagement qu'il avait pris qu'on élève "ensemble" notre enfant. Puisque désormais il passe la moitié de ses soirées avec son autre amoureuse. Étant libre de faire comme lui, mon fils pourrait n'avoir la joie de retrouver ses deux parents qu'un soir par semaine.

Evavita
c'est compliqué de savoir comment une relation va évoluer. Ce qui a pour conséquence que chercher à savoir dès le départ si la personne va vouloir "s'impliquer", n'est pas le meilleur moyen de "faire le tri" entre les relations naissantes qui vont aboutir à cette "implication" ou non.

JulienPoly
Et pour celà il est peut-être préférable de ne pas chercher l'attachement. Et de ne pas s'attacher à l'idée de vouloir des relations "sérieuses", ces relations tu les vivras certainement si cesses de les chercher et t'ouvre plutôt aux experiences qui t'entourent. Aimer sans s'attacher et explorer les relations, celles qui sont instables cesseront plus vites et celles qui sont durables dureront :)

Oui mais dans un profil sur OCK si je vois short term dating ou casual sex alors c'est sûr ça me donne pas envie.
Et même si je rencontre quelqu'un en vrai et que je sens que cette personne n'est pas du genre à se "projeter" c'est rédhibitoire. Ca m'enlève tout désir. Je n'arrive pas moi à aimer sans m'attacher. Je trouve ça terriblement douloureux l'instabilité. Mais je comprends ce que vous essayez de m'expliquer, je pense que ce serait effectivement plus simple si je pouvais voir les choses ainsi, si mon besoin de sécurité n'était pas si extrême.
Par ailleurs, je tiens à dire que je n'ai jamais naïvement pensé qu'à chaque fois que je rencontrais quelqu'un il fallait qu'il s'engage pour que je veuille d'une relation avec lui, il faut juste à mon sens qu'il soit prêt à le faire, que je puisse sentir en lui cette capacité. Si d'emblée le mec me dit que c'est pas son truc bah tant pis je ne prends pas le risque.

Le-Prince-Charmant
D'abord un constat de base :

1) L'amour dure 3 ans.
2) Élever des enfants est un projet qui dure environ 20 ans.
3) Dans un projet de vie basé sur l'amour et les enfants, il y auront environ 17 ans pendant lesquels les parents s'occuperont toujours des enfants, mais l'amour ne sera pas au rendez-vous.

Donc, que fait-on pendant ces 17 ans ?

1) On reste ensemble dans une vie tiède et monotone, où le moment le plus excitant de la semaine est la sortie du samedi matin au supermarché ?
2) On divorce et on se donne à une vie de monogamie en série (un nouveau partenaire tous les 3 ans), chèques alimentaires et garde alternée ?
3) On ne se lance pas du tout dans des relations sérieuses, on ne fait pas des enfants, et on vit une vie faite uniquement de relations éphémères et voyages en solo autour du monde ?
4) Ou bien on trouve une solution que puisse garder une complicité dans le couple, sans refermer la porte à la nouveauté ?

Si ça pouvait être aussi simple! ;)

D'abord nous notre enfant on l'a fait au bout de 7 ans, et apparemment c'est au même moment que l'amour de son côté s'est "transformé". Il nous reste donc 20 ans (et non 17 ans) encore pour élever notre fils ensemble en explorant la solution n°4 bien sûr mais difficile de garder une complicité dans un couple qui partageait tout et qui se voit soudain priver d'une partie de cette complicité par l'arrivée d'une tierce qui d'abord, et sûrement à justes raisons, veut construire sa propre complicité et dont le conjoint polyamoureux, veut sûrement à justes raisons aussi, préserver celle-ci au dépend de celle qu'il avait autrefois construite.

Bref, et juste donc pour revenir au titre du fil:
Je me sens souvent comme une extra terrestre autant du point de vue des monos qui pensent que je suis une folle de laisser mon mec avoir d'autres relations. Autant par les polys qui, "ouverts aux expériences qui les entourent", trouvent ça étrange que j'ai tant besoin de sécurité.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 10h30

Katouchka
Bref, et juste donc pour revenir au titre du fil :
Je me sens souvent comme une extra terrestre autant du point de vue des monos qui pensent que je suis une folle de laisser mon mec avoir d'autres relations. Autant par les polys qui, "ouverts aux expériences qui les entourent", trouvent ça étrange que j'ai tant besoin de sécurité.

Bon ben on est deux, alors.

Dire que j'ai besoin de sécurité, serait un grand mot. Je pourrai parfaitement vivre seule et être entourée (je suppose que toi aussi Katouchka). Simplement, mon projet de vie et la personne avec laquelle je l'ai débuté me conviennent parfaitement. Faire évoluer cela, n'implique pas une remise en cause totale. En tout cas pas pour moi. Je dirai tout de même qu'aujourd'hui, je suis une exception et que les schémas décrit par Le-Prince-Charmant sont réalistes. La monogamie en série existe et est très répandue. La non volonté de s'engager également. La peur du lendemain aussi...

L'important est de s'épanouir et de ne pas se sentir "enfermé". L'important est d'évoluer en toute conscience de qui l'on est et de ce qui nous convient, à titre personnel.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 10h55

Katouchka
Bref, et juste donc pour revenir au titre du fil :
Je me sens souvent comme une extra terrestre autant du point de vue des monos qui pensent que je suis une folle de laisser mon mec avoir d'autres relations. Autant par les polys qui, "ouverts aux expériences qui les entourent", trouvent ça étrange que j'ai tant besoin de sécurité.

gcd68
Bon ben on est deux, alors.

Alors on est trois! :-P

Si je récapitule:
- D'un côté il y a les monos, pour lesquels l'amour est un et un seul (quitte à se tromper et continuer à chercher l'amour unique plusieurs fois, en se disant à chaque fois "le prochain, c'est le bon!")
- De l'autre côté il y a les polys "purs et durs" qui ne veulent pas d'engagement du tout, pour lesquels il n'y a pas d'engagement et chacun doit pouvoir faire ce qu'il veut.

Au milieu, il y a des gens comme moi, Katoucha et Gcd68, qui cherchent à avoir des espaces de liberté, tout en gardant la sécurité des différentes relations. Sauf que ce troisième groupe est moins représenté que les deux autres. Donc, où chercher des personnes qui puissent nous offrir le type de relation que nous cherchons?

De mon côté j'ai trouvé que:
- Le monde des monos n'est pas si monolithique que ça: j'ai fait mon discours de tout à l'heure à plein de personnes pas forcement poly, et il passe plus souvent de ce que je croyais.
- En général, les polys sont plus convaincus de leur style relationnel que les monos. Faire changer à un poly son style relationnel ( par ex. de "relation ouverte" à "tribu" ou à "loup solitaire"), est beaucoup plus difficile que convaincre des monos à ouvrir leur relation.
- Pas mal d'idées intéressantes peuvent venir des libertins: ils ont plein de modèles de relations ouvertes et au même temps centrées sur le couple. Si on arrive à créer des relations similaires, mais centrées sur l'affectif plutôt que sur les sexe, on aurait trouvé une excellente piste!
- Il est très important que le travail de définition de la relation soit fait au tout début, quand chacun des deux peut quitter la relation sans trop faire de dégâts. Plus on remet cette discussion à plus tard, plus grands sont les risques que un désaccord soit douloureux!

#

(compte clôturé)

le lundi 21 avril 2014 à 11h55

Je pense que rien n'est bon, rien n'est mauvais. Quant à dire que l'on est comme ceci ou comme cela, c'est bien si l'on tient compte de l'instant T.

Je me trompe peut être mais les trois exemple cités (Katouchka, Le-Prince-Charmant et moi) ont eu une évolution. Pour des raisons différentes, nous avons été amenés à réfléchir, à "tâtonner", à s'identifier (sauf que chacun est unique). Tous les trois, nous voulons de la sincérité et de la franchise car nous ne supporterions pas de vivre dans le non-dit et encore pire dans le mensonge. Je crois que là est la différence principale (enseignement de la société "mono" et volonté de liberté individuelle "poly"). Chacun "s'adapte" comme il le peut et ce n'est évident pour personne. Nous sommes particuliers et composons notre propre partition. Après rien n'empêche de mélanger les genres (comme l'opéra-rock...).

Centrer des relations sur l'affectif plutôt que sur le sexe, c'est ce que je désire. Je le peux, car, contrairement aux idées reçues de beaucoup à mon encontre, j'ai une belle vie sexuelle. Je ne pourrai pas m'en passer, je le sais. Depuis quelques années, je l'ai même enjolivée, agrémentée, épanouie encore plus. J'ai, enfin nous, avons osé beaucoup.

Définir une relation au tout début, est important, c'est vrai. Toutefois, je dirais qu'il faut SUIVRE le fil de l'évolution de chacun et du lien lui-même. Ca, c'est à mon sens une généralité, après, si l'on est poly, tenir compte aussi de la sphère (ce que j'appelle l'univers) affectif de l'autre, des autres. Ce n'est pas toujours facile, je le reconnais. Cela impose beaucoup de communication et de compréhension, qu'il faut positiver au mieux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion