Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment gérer l'attachement dans une relation secondaire ?

Engagement
#

Mouche Tzé (invité)

le mercredi 20 mai 2020 à 00h33

Bonjour à tous et toutes,

j'écris pour avoir quelques conseils de personnes ayant vécu des situations similaires.

Je vis en ce moment deux belles relations.

La première dure depuis plusieurs années, nous vivons ensemble dans la maison que nous avons achetée et nous partageons des projets professionnels.
Dès le début de notre relation, nous avions longuement discuté et décidé pour la non-exclusivité. Cependant, pendant longtemps, notre coté poly s'est résumé à quelques aventures d'un soir.

Depuis quelques mois, j'entretiens aussi une autre relation. Malgré le bouleversement initial, la personne avec qui je partage ma vie a compris et accepté la situation.

Ça fait donc depuis plusieurs mois que je vis cette nouvelle histoire avec joie. Avec cette personne nous avions longuement discuté de nos peurs (il sort d'une longue histoire assez compliquée et douloureuse) et nous avions décidé de se voir de temps en temps en partageant des beaux moments, sans plus d'engagements.
Je pense (très) souvent à lui, mais je n'envisage pas de projets ensemble, même si j'ai envie de le voir fréquemment. "Juste" une grande NRE !

Au début, il était très proche géographiquement, ce qui permettait avec aisance de se voir quelques longues heures par ci par là.
Puis, il a déménagé dans un autre département pour des problèmes familiaux concernant la garde de son fils avec son ex.
Puis, le confinement. Nous nous ne sommes pas vu pendant deux mois, mais nous avons continué à être en contact. Il traverse une période pas évidente à niveau pro et familial (comme beaucoup en ce moment), nos échanges lui ont fait fort du bien. Et à moi aussi (à cause de mon humeur inconstante du à ma pathologie).
Avec le dé-confinement, je l'ai rejoint pour la première fois pendant quelques jours (jamais nous avions passé plus d'une nuit ensemble avant).

Nous en avons parlé sereinement avec mon compagnon, c'est plutôt réjouissant. Même si au fond la chose ne le réjouit pas...

Mais, je viens de me rendre compte que l'attachement de mon amoureux est de plus en plus fort. Il me dit qu'il aimerait bien qu'on se voit pendant plus longtemps, que je lui manque terriblement, qu'il s'ennuie avec ses amis et qu'il est bien mieux quand je suis avec lui...moi aussi je pense fort à lui et j'aimerais bien pouvoir passer davantage de temps ensemble, mais les contraintes de mon travail, les activités qui recommencent (yoga en plein air, caritatif, etc) et...l'attention que je porte à mon compagnon m’empêchent de suivre mon envie de tout claquer et partir chez lui pendant dix jours.

Aujourd'hui, nous avons eu un vidéo-appel avec mon amoureux. Il sortait d'un apéro de travail, il n'est pas très habitué à boire, alors les deux verres partagés avec les collègues l'ont peut-être aidé à exprimer des ressentis qu'habituellement il n'avoue pas..?
J'ai vraiment senti que la distance qu'il avait mis au début de la relation (par peur de tomber amoureux) est totalement tombé. Je compte beaucoup pour lui et inversement, même si moi j'ai aussi une autre histoire.

J'ai vraiment peur qu'il s'attache encore plus à moi, que notre belle relation légère, d'amour et d'eau fraîche, frôle la dépendance (peur pas forcément fondée, mais au vu des sollicitations d'aujourd'hui j'ai cette peur).

J’essayerai de lui en parler la prochaine fois qu'on se voit, mais entre-temps et en général, je ne sais pas comment gérer le fait que finalement il est ma relation secondaire (ah, je n'aime pas ce mot), alors que je suis sa première et en plus il est plutôt pas poly (même si ouvert aux discussions et conscient de mes ressentis et relations).

Déjà en général j'ai terreur des relations où il y a un attachement trop fort, on fini par couper le ponts avec un ami/amoureux de la part duquel je sentais un attachement trop fort (et une demande constante de ma présence, de mes attentions, etc, alors qu'on avait pas véritablement une histoire). Même avec mon compagnon, on garde nos espaces, nos choix, nos sports, nos hobbies...

Et là, je veux juste faire une petite parenthèse en disant que pour moi, attachement et amour c'est pas pareil. Dans l'amour on est libres, dans l'attachement on est liés, contraints.

Bref, j'ai peur aussi que mon amoureux vive mal mon envie de ne pas se rapprocher davantage (je n'ai pas envie de remettre en question l'histoire avec mon compagnon), mais j'ai vraiment envie de le voir et de passer du temps avec lui !

De l'autre côté je sais aussi que pour mon compagnon, ce n'est pas forcément facile que je lui annonce « je vais partir dix jours chez mon amoureux », ni même que je lui dise que mon amoureux prend les choses de plus en plus à cœur (alors que jusqu'à là, mon amoureux mettait quand même en avant l'ancienne relation qu'il avait avec la mère de son fils et cela "rassurait" un peu mon compagnon)...

J'ai au fond peur de blesser les deux ! Et moi j'aurais juste envie de l'un comme de l'autre...

Je vais probablement continuer à jongler avec tout cela, passer déjà quelques jours avec mon amoureux serait bien beau et l'occasion pour pouvoir discuter tranquillement de ce qu'il ressent...et revenir (ou pas) sur notre engagement initial. Mais ça me pose question...

Comment gérez-vous l'attachement de vos partenaires dans une relation secondaire ?

#
Profil

Envolee

le mercredi 20 mai 2020 à 11h02

Bonjour,

Il y a une chose que j'ai du mal à cerner. Tu dis que tu as besoin d'espace et de liberté mais en parallèle tu aimerais passer 10 jours chez ton amoureux. Crois-tu vraiment que tu le vivrais bien ?

J'ai l'impression que tu essaies de préserver tout le monde. C'est louable de ta part. Mais n'y a t'il pas une once de culpabilité là-dessous ?

Concernant ton amoureux, c'est à lui de connaître ses attentes et d'échanger avec toi pour savoir si la situation est difficilement gérable ou non.

Pour ton partenaire de vie, c'est la même chose.

Peu importe le début d'une relation, les choses peuvent toujours évoluer. C'est pourquoi on ne peut pas rester sur un idée arrêtée de départ en espérant que ça ne change jamais. S'empêcher de tomber amoureux c'est impossible.

Parle avec tes deux amoureux, ça va bien se passer tu verras.

Pour ma part, je ne vis pas mal l'attachement des partenaires secondaires. J'en ai aussi. Avoir envie d'être ensemble c'est normal, surtout en pleine NRE. Ça s'estompe souvent avec le temps, nous sommes moins collés mais plus proches.

#

Mouche Tzé (invité)

le mercredi 20 mai 2020 à 18h47

Merci avant tout @Evolee pour la réponse !

Oui, je pense que tu touches certains points importants.

D'un côté, oui je suis sûre que je voudrais passer plus de temps avec mon amoureux, sans avoir à me soucier du temps qui passe...Dix jours de quotidien je ne sais pas, en effet, j'ai un peu de mal à mettre mes activités en berne pour n'être qu'avec lui...mais vu l'éloignement géographique c'est un peu compliqué ;)

De l'autre, oui, peut-être je ressens un peu de culpabilité. Avant tout je pense car, même si on en a beaucoup discuté, mon compagnon reste un peu réticent à cette nouvelle configuration de notre histoire. Il dit lui-même qu'il lui faut encore du temps pour être au clair dans sa tête, mais qu'entre-temps, il faut pas que j'hésite à vivre ce qui me rend heureuse. Mais c'est vrai que je garde le crainte qu'il le vive mal (même si je suis sûre qu'on en parlerait si c'était le cas, car notre relation est formidable et on a des bons échanges). J'essaye de faire attention en tout cas.

Au même temps j'ai un peu de culpabilité envers moi même, car je voudrais vivre tout ça plus légèrement en profitant des belles choses...

Et en dernier point, oui j'ai aussi un peu de culpabilité envers mon amoureux qui au début était plutôt réticent à se laisser aller et qui se souciait beaucoup aussi du bien-être de mon compagnon et de ma relation avec lui. C'est plutôt moi que je l'ai rassuré sur ce côté là...(un peu paradoxal ?).

Il faudrait peut-être que je travaille sur ce point !

Oui, je suis d'accord le dialogue est essentiel et fait le plus grand bien. J’essayerais d'en parler à mon amoureux la prochaine fois que nous nous verrons (nous aimons pas trop le téléphone pour ce genre de discussions, je pense ce n'est pas un mal). Et j'ai relancé la discussion avec mon compagnon plusieurs fois, il sait que si sa réflexion avance je suis là pour en discuter.

Merci en tout cas

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 21 mai 2020 à 13h23

Hummmmmm d'après moi, comment gérer la limite de l'attachement...? J'ai le regret de te dire "pas facile", c'est un sentiment naturel, instinctif. Comme tu dis, c'est pas de l'amour, mais je dirais une forme d'amour, il y a de l'amour dedans.

Ma façon d'y remédier était de parler très régulièrement des autres relations avec celui (ceux) avec qui j'ai une autre relation. Faisant ça j'ai l'impression de sentir si ça créé un malaise, une tension, et là en reparler plus franchement...

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

artichaut

le lundi 25 mai 2020 à 03h39

Bienvenue ici Mouche Tzé.

…l'amour et l'attachement, vaste sujet !

en te lisant j'ai eu le sentiment que ton amoureux était en train de virer Mono, et décrivait "tous les symptomes" de la monogamie (la jalousie en moins peut-être) : désintérêt de la vie en l'abscence de l'autre, demandes de +en+ grandes, etc et j'ai trouvé que ce n'était pas bon signe

et presque j'ai eu le même sentiment pour ton compagnon (un cran en dessous tout de même) : comme s'il se mettais à ressentir qu'on était en train de lui voler quelque chose (ce qui est cohérent dans une logique mono, mais pas dans une logique poly)

et j'ai soupiré : ah si l'on cessais vivre l'amour avec possessivité, ce serait tellement +sain (et +simple) !

puis je me suis rappelé que moi aussi parfois j'ai des envies +fortes que l'autre et que je peux être atteint par ce qui peut m'apparaître comme un désintérêt, une négligence de l'autre à mon égard

à quel moment l'attachement devient possessivité, à quel moment il n'est que recherche de cohérence relationnelle et de partage ? bien difficile de trancher, surtout en étant extérieur à la situation

j'ai tendance à penser qu'en tant de femme*, il y a un enjeu à ne pas, et ce presque sous aucun prétexte, se laisser enfermer, ligoter et renoncer à sa liberté

j'ai tendance à penser qu'en tant qu'homme*, il y a un enjeu à travailler sur soi pour ne pas transformer ses envie/besoins en attentes/injonctions à l'autre

non pas que l'inverse ne soit pas vrai, mais l'inverse se fait +facilement

mais au delà de ces schèmes structurels, comment trouve t-on un équilibre de personne à personne ? comment réussir à vivre l'amour sans attachement-possessif-injonctif mais sans non plu indifférence-désintérêt-négligence ? je ne sais pas

et comment fait-on évoluer ensemble l'amour (qui n'est pas forcément réciproque) et l'attachement-partagé qui lui doit trouver, sinon un équilibre, du moins une manière de se vivre qui soit non seulement ok pour chacune des parties, mais même de préférence conjointement-enthousiaste

perso je ne sais jamais trop que faire de ces écarts d'attachement, et ça me semble un vrai enjeu de nos relations (poly ou pas d'ailleurs)

surtout que des fois y'a un effet vases communiquants vite fatiguant autant que déstabilisant : +tu es attaché·e moins je le suis, moins tu l'es +je le suis, etc

pas facile d'être à la fois en paix avec tout ça, de respecter ses propres limites, et de ne pas enfermer l'autre…


*sous entendu cisgenre

#
Profil

LibreAVous

le lundi 25 mai 2020 à 18h27

artichaut
à quel moment l'attachement devient possessivité, à quel moment il n'est que recherche de cohérence relationnelle et de partage ?

Je dirais : le.a possessif.ve est prêt à contraindre l'autre contre son gré pour combler ses envies. L'attaché.e, non, iel va émettre son envie mais prendre sur lui.elle si refus.

#

Mouche Tzé (invité)

le mercredi 27 mai 2020 à 22h18

Merci infiniment @Artichaud pour ta réponse

je partage tout à fait ton analyse quant aux constructions de genre avec lesquelles on se trouve à vivre...je pense que c'est important d'en être conscients(e)s.

J'ai pu voir mon amoureux ce week-end. Nous avons beaucoup parlé, je pense que mon premier message était du d'une part à une sur-interprétation de ma part et, de l'autre, en effet il a exprimé les choses dans un moment où il était émotionnellement touché (et un peu éméché)...

En vrai je me rend compte, que moi aussi j’abats une part de l'éloignement initial et j'ai de plus en plus envie de le voir... (et de prévoir des choses ensemble).

Et tout cela affecte mon compagnon... :(

Nous verrons !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion