Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mon bilan… Et ma tristesse

Jalousie
#
Profil

CLM

le vendredi 30 mai 2014 à 11h04

Bonjour à tous.

Je vais essayer de faire court mais je ne vais sûrement pas y arriver! Je suis une jeune femme de la vingtaine et il y a 8 mois, j'ai rencontré un garçon. Au bout de 2 semaines, nous avons discuté de nous et il m'a dit être "polyamoureux" (je vais employer ce terme mais lui ne l'a jamais prononcé. Par contre sa conception des choses y correspondait à 100% et c'est comme ça que j'ai connu ce mot, puis ce site ; il n'était pas libertin ou autre, mais bien polyamoureux dans sa description des choses). Moi, l'éternelle monogame qui avait pu tromper sans trop me remettre en cause, j'ai décidé de tenter le coup, j'ai accepté "pour voir". Il me disait n'avoir aucune autre fille en vue à ce moment-là.

J'ai donc entretenu des contacts avec des "hommes potentiels" mais plus ça allait, moins j'avais envie de me disperser ailleurs et je n'ai pas "réussi" à le faire car toute mon attention allait vers lui, ce qui me semblait normal en début un peu passionné de relation. J'avais envie d'être seulement avec lui. De son côté à lui, je ne sais pas : on avait conclu de ne rien se dire, à part si à un moment donné une relation "extérieure" avait un impact négatif sur notre relation.

Au bout de 2 mois, après avoir vu une autre fille quelques fois (il me l'a avoué il y a seulement 2 semaines), et sentant que cela me ferait du mal, il a cessé de la voir. A la même période (je ne savais donc rien), je me sentais un peu perdue et j'ai décidé de concrétiser avec un mec que j'aimais bien, pour m'approprier enfin ce mode de vie. Mais chéri a lu une conversation facebook entre moi et ce monsieur, et il m'a fait la crise de jalousie de l'année.

Après ça, pour moi, il y avait une monogamie implicite qui s'installait. Plus ça allait, plus je pouvais exprimer mes doutes (en disant par exemple "j'ai l'impression que tu vois quelqu'un d'autre, tu ne réponds plus à mes messages le soir depuis quelques temps", sans l'accuser mais en disant juste les choses) et il me rassurait. Jamais il ne m'a redit "mais meuf, c'était le deal, ne l'oublie pas".

Seulement, une fois qu'il s'est montré jaloux, j'ai commencé à l'être aussi. Puis il a recommencé à voir son ex (la plus récente) car "il reste toujours attaché à ses exs" et j'ai commencé à craquer à ce moment-là. Il m'a dit "j'ai mes idéaux libertins" (il les appelait comme ça) "mais j'ai choisi d'être avec toi et de ne pas te faire souffrir. Il faut savoir que le garçon a 28 ans et que ses "idéaux libertins", il ne les a pas encore vécus, alors que ça fait 10 ans qu'il les met en avant.

Suite à une dispute il y a 1 mois, il m'a avoué son aventure du début de la relation, j'ai donc avoué que j'avais également couché avec quelqu'un d'autre quelques temps auparavant. Il m'en a voulu à mort, car "je lui tapais des crises de jalousie à le faire culpabiliser, et en face j'agissais exactement comme ce que je lui reprochais". Ca a achevé de tout casser entre nous, là où je pensais lui faire un aveu constructeur, là où je me disais "il a avoué, j'ai avoué : faisons-en quelque chose maintenant", surtout qu'il avait dit dans le même temps "je pourrais aller voir d'autres filles, mais quand je pense à toi qui va voir d'autres garçons ben je suis pas très content...". Je pensais qu'on trouverait enfin notre voie en tant que couple.

Nous avons fini par rompre à force de jalousie et de manque de confiance des deux côtés, il y a quelques jours. Ma jalousie par rapport aux autres filles, et sa demande affective floue (il me disait "avoir mis des rêves dans notre relation", m'avoir "donné des rôles que j'assumais" mais je n'en ai jamais vraiment su davantage sur ces formules mystérieuses).

Le motif de la rupture : "J'ai envie d'être avec toi mais j'aurai toujours envie d'aller voir ailleurs".
Je trouve cela contradictoire, faux et absurde au vu des événements de notre relation. Je voulais juste avoir l'avis de polyamoureux, d'où mon post ici. Quelqu'un sur un autre forum m'avait dit "ce garçon n'est pas polyamoureux du tout, il n'a pas le quart des épaules pour gérer ce mode de vie, ça le fait fantasmer voilà tout", pourtant c'est ce qu'il m'a soutenu depuis le début, et c'est pour cette raison qu'il a rompu. Il en est même venu à me dire "tes paranos excessives ne venaient pas de nulle part, c'est vrai". C'est la jalousie, et le manque de confiance qui en découle, qui nous a mené là. Il en est venu à me dire en rompant "j'étais pas jaloux, c'est toi qui m'a rendu comme ça".

Je ne sais pas quoi penser de tout ça. Vos avis sur cette relation me permettraient peut-être d'y voir plus clair.
Merci beaucoup de m'avoir lue.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 30 mai 2014 à 11h49

Salut CLM.

Ya un mélange.
Etre polyamoureux, c'est pas ne pas être jaloux.
On peut exprimer sa jalousie ET laisser l'autre vivre quelque chose, ça semble contradictoire, mais c'est surtout une contradiction toute humaine... et discontinue : une jalousie peut évoluer face aux évènements, à la confirmation que la relation se poursuit et s'épanouit malgré cela.

Quand tu as vu de la jalousie chez lui, le dialogue entre vous en a fait un élément d'un cadre monogame. Donc tu t'es attendu à la monogamie que tu souhaites depuis le départ.

De son côté... Je m'identifie un peu, j'ai pu me mettre dans une position comparable à d'autres moments de ma vie, à préférer un espoir de non-exclusivité abstrait à une relation exclusive mais concrète.
Même si ça semble faussé, avec la pratique poly qui est devenue la mienne, et ce que j'ai pu entendre parmi les autres poly, cette espoir nébuleux est fondé sur une réalité : avec une fille exclusive, je ne suis pas bien. C'est pas les sentiments que j'ai pour elle, ni sa personnalité qui sont problématiques, c'est que j'ai d'autres désirs que je dois considérer comme nuls et non-avenus, et que je suis supposer avoir un projet de vie où ils n'ont pas de place et monter sur l'escalator des relations quand même.

Ca, c'est pour dire que sa décision n'est pas absurde.

Par contre, sa façon de dialoguer avec toi était pas faite pour faire durer une relation polyamoureuse.
- Il ne faisait pas d'effort pour sa jalousie,
- il te (se) laissait croire qu'être sa relation primaire signifiait qu'il pouvait sans mal zapper les autres relations,
- il cachait toute autre vie affective (comme toi, mais par son "idéal libertin" il faut qu'il assume pour que ça existe)
- il n'a pas tenté d'accueillir tes propres essais à l'extérieur,
- et au final, il dit que c'est ta faute, alors que même si le "deal" de départ était poly, il savait aussi qu'il le passait avec quelqu'un qui ne tendait pas à vivre spontanément des relations multiples.

Ce qui s'est mal passé, du point de vue poly, c'est qu'il aurait dû pas mal travailler sur lui et plus chercher à traduire ses attentes en dialogue (et pour ça, s'informer, ici ou dans les quelques ouvrages existant sur le sujet). Ca peut se mettre sur le compte de son manque d'expérience, mais il est "responsable" de proposer quelque chose de non normé aux autres en ne se donnant pas tous les moyens de le faire tenir.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 11h51

bon, je crois avoir lu une bonne partie :-/ . Je ne vois pas dans vos comportements respectifs la notion de polyamour. Non-dits, jalousie, on compte les points... Ca c'est pas poly du tout, mais alors pas du tout.

Vous êtes jeunes tous les deux, si j'ai bien compris, et je dirais plus en recherche d'expériences que d'amour proprement dit. Tu racontes les choses avec strictement aucune émotion, c'est d'un froid, ça résonne pas du tout à mes oreilles. Désolée de le dire comme je le ressens. Je me trompe certainement.

Vous avez agit par mimétisme, et plus l'un s'enfonçait dans le comportement typiquement monogame, plus l'autre suivait le mouvement. Vous vous êtes je dirais mutuellement sanctionné et comme personne ne veut reconnaitre quoi que ce soit, ben c'est de la faute de l'autre. Bon, j'en revient, c'est pas un comportement poly.

De là à dire qu'aucun de vous deux soit poly... peut être y serez vous tous les deux, mais pas ensemble, sauf si l'évolution...

J'ai peur de ne pas aider beaucoup et j'en suis désolée. Je dirais comme pour J-E. Taper dans le moteur de recherche (en haut à droite) ces quatre fils de discussion "Ode à la JOIE" ; "Amour et Responsabilité" ; "Amour et Respect" ; "Amour et Gratitude" qui à mes yeux définissent le polyamour.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 11h55

Siestacorta
Ca peut se mettre sur le compte de son manque d'expérience, mais il est "responsable" de proposer quelque chose de non normé aux autres en ne se donnant pas tous les moyens de le faire tenir.

Oh que oui. Sauf CLM a précisé que c'est elle qui a mis ce mot sur le comportement de ce jeune homme, pas lui. Lui ne s'est pas défini comme poly. (si j'ai bien compris).

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 30 mai 2014 à 12h02

gcd68
Oh que oui. Sauf CLM a précisé que c'est elle qui a mis ce mot sur le comportement de ce jeune homme, pas lui. Lui ne s'est pas défini comme poly. (si j'ai bien compris).

C'est juste... Mais dans le temps qu'ils ont passé ensemble, même s'il ne revendiquait pas le mot, il semble avoir fait partie des conversations. Il savait assez être dans une situations peu décrite dans les récits traditionnels, il aurait pu s'intéresser à tout ça.

Ca me fait dire que c'est souvent un partenaire mono qui se documente, réfléchit motivé par sa souffrance, et qu'il y a souvent un "proto-poly" qui cherche à vivre ça vie en toute liberté comme <3 un poney bienheureux <3 courant dans les <3 plaines sauvages <3 et qui prend pas le temps d'apprendre la liberté et le respect des autres que ça suppose s'il ne veut pas se manger un platane.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

CLM

le vendredi 30 mai 2014 à 12h12

Merci beaucoup pour vos réponses. Il ressort peut-être une froideur de mes propos mais ça tient sûrement davantage du refoulement, après des jours à pleurer toutes les larmes de mon corps.

Siestacorta, je conçois ce que tu dis. Peut-être qu'il tatonne et qu'il va trouver sa voie dans le polyamour. La seule chose qui me gène, est qu'il a eu dans le passé la possibilité de suivre cette voie et qu'il n'y est jamais arrivé. soit il trompait sans rien dire, soit la relation demeurait superficielle, soit il tombait amoureux et ne supportait pas le polyamour, pour finalement se désintéresser quand la fille redevenait monogame. Ca fait une bonne dizaine d'années qu'il patauge dans des relations insatisfaisantes et j'admets que ça a pu me poser question (mais j'admets aussi que ça peut m'arranger de penser cela, pour mon ego, pour me dire que tout cela n'était pas si absurde qu'il n'y paraît). De la même façon il pouvait avoir des comportements très demandeurs, assez dépendants, tout en bloquant totalement sur la question des sentiments. En fait je perçois une grande immaturité (mais je ne dis pas ça sur le mode du reproche envers lui). Comme s'il n'avait RIEN retiré de sa vie sentimentale passée.

Là où je suis déçue et en désaccord avec toi, c'est sur l'escalator des relations. Je défendais un point de vue évolutif, je ne suis pas du tout dans ce fantasme d'escalator. J'en étais juste venue à la conclusion qu'à ce stade, on ne supportait visiblement ni l'un ni l'autre que l'autre aille voir ailleurs, et qu'en admettant cela on aurait pu ouvrir une autre voie à la relation...quitte à repenser le contrat plus tard. Là, j'ai un peu l'impression qu'il a mis son polyamour sur le devant de la scène pour ensuite le refouler complètement et je trouve que c'est du gâchis. De +, je préfère le préciser, il savait très bien, et ce dès le début, que j'étais la pire candidate pour ce type de relation (il me savait fragilisée, jalouse, etc). Et pourtant il s'est accroché comme une sangsue.

Gcd68, non il n'a jamais employé le terme de polyamour mais dans sa description c'était absolument ça (mais vraiment, à tous les niveaux). Personnellement je suis en "construction" au niveau de la fidélité. Quand je l'ai trompé, je n'ai eu aucun remord, aucune culpabilité, voire même ça m'a fait un bien fou. Je ne suis pas une VRAIE monogame. Mais je n'avais que de l'affection pour ce garçon, pas de l'amour, et je n'avais pas spécialement envie de développer la relation. Mais la question de sentiments partagés avec d'autres...Ca c'est sûrement trop pour moi. En fait, ce que j'essayais de lui dire vers la fin, c'est que j'étais ouverte dans le sens d'aventures d'un soir non-dites car n'ayant pas d'influence négative sur la relation. Honnêtement, ça ne me gène pas et quand il m'a avoué pour sa relation des débuts, je n'ai pas DU TOUT été jalouse (le comble). Mais bon, c'est trop tard.

En fait, ce qui m'a fait mal dès le début de la relation, c'est qu'il a toujours mis les AUTRES filles en priorité. Il voulait être avec moi, mais était tout à fait prêt à renoncer si je n'acceptais pas ses termes. C'était à moi de faire avec ou pas : il n'y avait pas "d'élection", il n'y avait pas de "là, je te choisis, voyons ce qui se passe et parlons-en le moment venu si une problématique d'aller voir ailleurs se présente". L'élection s'est faite par la suite, sur ce terrain chaotique, par mimétisme comme tu dis (sa jalousie d'abord, la mienne ensuite) et pour cela, je regrette, je me dis qu'on aurait pu faire mieux, faire autrement. Parce que profondément je ne suis pas une fervente monogame (disons que je suis + du style à apprécier une escapade à droite à gauche de temps en temps, mais avec une relation principale quand même). Et je trouve qu'on a tout fait à l'envers, qu'on aurait pu faire quelque chose de mieux de nos (timides) aspirations communes.

Tout ce que je dis est certainement confus mais la rupture est récente et je suis bien paumée, j'essaie de démêler comme je peux, excusez-moi si c'est fouillis.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 12h14

Oui Siesta, il semblerait. Wahoo ! tu donnes dans le romantisme !

Pour le platane, je suis d'accord plein pot.

#
Profil

CLM

le vendredi 30 mai 2014 à 12h17

Siesta, je suis d'accord avec toi. Moi j'ai lu mille choses sur le polyamour (TOUT ce que j'ai pu trouver, du pour, du contre, ce forum, des témoignages...). J'ai TOUT remis en cause et c'est pour cela que j'ai accepté, par ouverture (après tout je ne l'aimais pas au début). Et lui, que dalle : des paroles vagues, des idéaux, que par la suite j'ai + vus comme des fantasmes (il rêvait d'un "ménage à 3 avec 2 filles qui coucheraient avec lui et entre elles...Hmm, ok, donc tant qu'il n'y a pas de concurrence masculine ça va)

#
Profil

bouquetfleuri

le vendredi 30 mai 2014 à 12h18

Ben oui, ce n'est pas facile de vivre un polyamour apaisé, serein et heureux...

C'est juste un aboutissement et il faut en passer par des phases de découverte, de compréhension, de réglages, de disputes parfois, de jalousies souvent.

Mais quelques mots retiennent mon attention :

CLM
...là où je pensais lui faire un aveu constructeur, là où je me disais "il a avoué, j'ai avoué :...

je ne sais pas quel sens tu donnes à avouer, mais si c'est le même que dans le proverbe à connotation religieuse "faute avouée est à moitié pardonnée" il y a là matière à travailler.

Avoir une autre relation n'est pas une faute, l'avouer est juste le signe que l'on se sent encore coupable et donc que l'on n'a pas encore entièrement déconstruit le schéma traditionnel de la relation amoureuse qui interdit d'aimer plusieurs personnes.

La seule question qui vaille est de savoir si vous éprouvez toujours l'un envers l'autre ce sentiment qui vous permettrait de continuer à dialoguer. Si oui, essayez de mettre sur la table cette notion de faute, pour la vider de son sens. C'est une bonne façon d'accepter la nature qui nous pousse à aimer plus et autrement.
Dans le cas contraire, il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons de souffrir. Toutes les relations ne sont pas possibles ni bonnes à vivre, surtout pas celles qui sont empreintes d'un ancien fantasme.

#
Profil

J-E

le vendredi 30 mai 2014 à 12h22

Pour les liens directs vers les fils de discussion que Gdc68 suggère:

/discussion/-Rf-/Amour-et-Responsabilite/

/discussion/-Rh-/Amour-et-Gratitude/

/discussion/-Rg-/Amour-et-Respect/

/discussion/-Rd-/Ode-a-la-JOIE/

(Que j'avais lu avant même de m'inscrire a dire vrai :-D )

CLM, ton histoire me saisit particulièrement parce qu'elle incarne beaucoup des craintes que j'ai pu avoir / peut avoir en fait, moi qui suis de l'autre bord (le mec qui se réclame poly -a priori- et s'effraie dans les faits, peut-être, de ne pas tenir).

Après... Je rejoindrais volontiers l'avis "ça le fait fantasmer voilà tout", pour avoir observé ça chez un camarade avec qui je débattais souvent de l'aventure libre. Il a blessé en profondeur deux filles, par sa jalousie maladive qu'il ne canalisait pas. Et donc qui ne suivait pas ses idéaux. Ton expérience me fait penser à ça. Et sans vouloir sonner trop radical, le petit taunt* final, "je n'étais pas jaloux, tu m'as rendu comme ça" fait très 'orgueil blessé' d'un gars qui n'accorde en premier lieu pas ses violons avec lui-même.

(* le taunt, c'est une provoc', je me rend compte que c'est pas forcément une expression utilisée par beaucoup de monde ^^)

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 12h23

CLM je m'excuse si j'ai été un peu directe. Les larmes je connais. Et puis se livrer, c'est pas évident. Avec mes excuses.

Finalement, cette expérience te permettra peut être plus à te découvrir qu'à le découvrir lui. Tu n'es peut être pas poly, sans être mono non plus. Etre soi, c'est le principal. Se mettre dans une case est une erreur. Tu as encore à évoluer.

Le polyamour n'a pas UNE définition. Ici, nous vivons tous des choses différentes, et les ressentons de manières différentes. (Par exemple Siestacorta et moi, sommes souvent en désaccord :-D mais ça donne des échanges constructifs)

#
Profil

CLM

le vendredi 30 mai 2014 à 12h24

Merci pour ces liens, je me les mets de côté pour les lire attentivement :-)

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 12h26

Merci J-E de traduire les expressions anglaises. L'anglais et moi...:-(

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 12h29

J-E
Et sans vouloir sonner trop radical, le petit taunt* final, "je n'étais pas jaloux, tu m'as rendu comme ça" fait très 'orgueil blessé' d'un gars qui n'accorde en premier lieu pas ses violons avec lui-même

L'orgueil, toujours l'orgueil

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 30 mai 2014 à 12h46

CLM
Là où je suis déçue et en désaccord avec toi, c'est sur l'escalator des relations. Je défendais un point de vue évolutif, je ne suis pas du tout dans ce fantasme d'escalator.

Peut-être pas, mais c'est une norme amoureuse portée par notre société.
Du coup, ça peut faire pression sur lui même si toi tu ne le demandes pas. Il peut avoir peur de se retrouver dans ce schéma quand toi tu parles de trouver une nouvelle voie à la relation - en partie parce qu'il n'a pas travaillé sur quelque chose à opposer à ce qu'il craint.

Le fait qu'il puisse se montrer dépendant est paradoxal, mais pas contradictoire. Il ressent des pulsions d' "encouplement", il lutte contre celles qu'il imagine/voit en dehors au lieu de travailler sur lui-même.
De la même manière qu'on est souvent sensible aux défauts de personne qu'on manifeste soi-même d'une autre façon...

Moi, ce que je crois distinguer, c'est un garçon qui désire une autonomie qu'il ne construit pas, donc qui a des attentes contradictoires. Pour toi, c'est avoir entendu ses "idéaux" puis avoir été confrontée à son incapacité à les tenir.
Ça veut pas dire qu'il aurait du pour être raisonnable, changer son fusil d'épaule, constater qu'il n'arrivait pas à être le "poly" et qu'il aurait du passer à une monogamie avec un peu de piment, mais qu'il devrait bosser sur sa façon de ressentir à lui, avant de la proposer aux gens.

Il a merdé dans ce qu'il te disait et ne te disait pas, dans ses promesses et ses fuites probablement parce qu'il n'est pas au clair avec lui-même. Et sans doute aussi, il voudrait éviter l'effort que ça demande sur soi de renoncer à ce que ça se passe par magie, à accepter la complexité qu'il y a à avancer dans ce type de relation.
Il a été inconséquent, d'autant que tu te décrits comme fragile, jalouse. Certes, en partie à cause de cet inaboutissement de travail sur lui, et peut-être d'autres aspects de son caractère... mais de ton côté toi aussi : avec un type qui te dit ce que tu identifies comme du polyamour, et qui dans la relation te fait passer plusieurs fois au second plan, te sachant fragile et jalouse, c'est de ta responsabilité envers toi-même de savoir arrêter les frais, autant que de la sienne.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 12h57

(+) surtout les derniers paragraphes de Siesta

#
Profil

CLM

le vendredi 30 mai 2014 à 13h17

Je tente d'assimiler vos nombreuses réponses (je ne m'en plains pas bien au contraire).

Je pense qu'orgueil ou pas (il en a pas mal quand même - par exemple pour le fait que je l'ai trompé il me soutient qu'il n'est pas jaloux mais qu'il est en colère juste parce que je n'ai pas été "réglo" et je sais qu'il ment, mais peu importe), tout ce qui s'est dit pendant la rupture tenait du chaos. Il y a eu tout et son contraire, de se part j'ai eu droit à "je t'en veux", "tu m'en veux? tu me détestes?", "j'aurai toujours envie d'aller voir ailleurs", "ça ne m'a pas posé de problème de ne pas aller voir ailleurs pendant ces 8 mois", "je ne t'ai pas du tout pardonné de m'avoir trompé", "je ne te donnerai jamais ce que tu veux", bref. Du chaos.

Là où je suis triste c'est que notre rupture a eu lieu dans un contexte que je déplore : on s'était mis d'accord pour une sorte de trêve (le temps que je passe mes partiels) parce qu'après avoir rompu une première fois, on a juste pas tenu 2 jours sans se voir. Et c'est au moment de cette trêve qu'il a enchaîné les crises, et ça s'est fini comme ça. Mais bon, c'état fondé, je l'admets hein. Seulement j'y croyais.

Je pense aussi apprendre pas mal de choses sur moi. J'ai pris rdv avec un psy parce que je bloque pas mal sur les choses de l'amour, et cette ouverture au polyamour a achevé de mettre mes vieilles blessures à jour (adultères de part et d'autre du couple parental lorsque j'étais petite pour ne citer qu'un exemple).

Du reste je suis globalement d'accord avec vous, même si vos avis diffèrent sur certains points. Tout est possible. J'appréhende la suite car nous avons une activité,disons, en commun, et je vais devoir continuer à le cotoyer. J'aimerais tellement le comprendre, savoir pourquoi cela n'a pas fonctionné. Vous me donnez quelques pistes et pour cela, merci beaucoup. J'espère intimement qu'il se remette en question et qu'une certaine vérité ressorte de tout cela, mais s'il ne l'a pas fait en 10 ans, j'émets quelques doutes.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 13h24

CLM
mais s'il ne l'a pas fait en 10 ans, j'émets quelques doutes.

Chacun évolue, ne pas oublier l'évolution.

L'adultère dans un couple est à mes yeux impossible parce que cela ne me correspond pas. Par contre, pour des raisons perso j'ai lu sur le sujet et tu devrais peut être faire de même. Je conseille "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant. C'est un petit livre pas cher et relativement court. L'adultère correspond à certains, c'est ainsi. Aussi, la pièce de Théâtre "la Vérité".

#
Profil

J-E

le vendredi 30 mai 2014 à 13h33

Et espères-tu intimement que son éventuelle remise en question puisse aboutir à vous ensembles à nouveau?

Je suis loin d'être un psy mais il semble avoir une attitude vaguement perverse (sans vouloir coller des étiquettes partout), à créer cet espèce de balancement circonspect entre ce qu'il fait, et dit faire au nom de l'amour libre.

(+) pour Siesta aussi!
Ses attentes contradictoires ressemblent aux miennes il y a mettons, un an de cela, avec ma première relation longue (deux ans et demi), où partagés entre ce que je vivais, et mes idéaux, j'ai beaucoup blessé celle que j'aimais (mais c'est du passé, je ne veux plus de ce contrat tacite d'exclusivité absolue).
Je m'avance un peu peut-être, mais certaines personnes adooooorent s'écouter se plaindre et se faire du mal en provoquant eux-même leurs déboires, quitte à emporter dans leur chute le cœur des autres pourvu que ça fasse d'eux des sortes de "martyrs". Peut-être que ton ami versait là-dedans?
J'espère que tu seras apaisée par la psychanalyse!

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 mai 2014 à 13h45

D'accord avec J-E, sauf si cette mauvaise expérience commune lui permet un déclencheur et une sérieuse introspection.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion