Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La boîte de Pandore des relations plurielles

#
Profil

LuLutine

le jeudi 03 octobre 2013 à 23h57

MetaZet
Par contre, elle pense — au moins à titre personnel disons — que ce n'est pas possible d'aimer d'amour passion plus d'une personne à la fois. Je serais presque tenter de dire qu'elle n'a pas tout à fait tort. Il me semble que Françoise Simpère ne dit pas le contraire du reste

Françoise non.... mais d'autres oui ^^ !

MetaZet
que c'est déjà assez compliqué de gérer une seule relation, que ça prend du temps, etc.

Oui, on reçoit souvent ce genre d'argument je trouve.

MetaZet
pour elle, un coup de canif dans le contrat, c'est pire qu'un coup de canif dans son corps, et si son mari avait ne serait-ce qu'une seule aventure avec une autre femme, elle demanderait le divorce direct !

Donc si son mari l'agresse et la blesse avec un canif (ou autre), elle ne demande pas le divorce, c'est ça que tu dis ?
Peut-être que si quand même, non ?

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 04 octobre 2013 à 08h01

LuLutine
Françoise non.... mais d'autres oui ^^ !

Oui, bah toi par exemple ^^
En fait, c'est pour ça que j'ai dit la chose tout en nuance Pour ma part, je ne l'ai pas vécu, mais il faut dire que je n'ai pas vécu l'amour passion depuis au moins 12 ans... (et encore : c'était surtout de la limerence, donc de l'amour passion maladif et négatif, et à chaque fois mes sentiments étaient unilatéraux...). Après, ça dépend aussi ce qu'on met dans l'amour passion... Je crois pas que ça soit un concept clair, net, précis !

LuLutine
Donc si son mari l'agresse et la blesse avec un canif (ou autre), elle ne demande pas le divorce, c'est ça que tu dis ?
Peut-être que si quand même, non ?

En fait, elle m'a confié qu'elle demanderait le divorce quand même... mais pour elle, les violences physiques, ça demeure moins grave que l'adultère. Quel renversement des valeurs ! Où va-t-on ma bonne dame ? ^^

#

(compte clôturé)

le vendredi 04 octobre 2013 à 11h21

On va vers un monde où la femme ne sait pas quelle place elle peut avoir, où l'homme se sent souvent diminuer, où les enfants sont élevés au milieu des conflits...
L'individu propre, sa connaissance de lui-même, son respect de soi, son respect de l'autre... sont régis par les normes puisque l'humain n'a plus le temps de découvrir qui il est, ce qui est bien pour lui... qui sont les autres, ce qui peut être le mieux pour eux. Et puis, on nous demande de la quantité et non de la qualité, alors pourquoi devrait-on gérer nos relations en terme de qualité. Si t'as pas d'amis, t'es un nul -achète toi des curlys- Si tu n'étales pas ta vie sur facebook, t'es un nul. Si t'as pas 300 numéros de tel dans ton répertoire, t'es un nul... Le hic, c'est que personne ne te dit que de vrais liens amicaux c'est chronophage et c'est beaucoup d'attention, de compréhension, d'honnêteté...
En parlant d'honnêteté, j'avais commencé à regarder à la TV (une comédie légère le soir pour se détendre dans les bras de mon chéri) où Pascal Légitimus explique à son futur "gendre" qu'il ne doit surtout pas toujours tout dire à la future mariée car tôt ou tard il la trompera et que ce jour là il devra être capable de lui mentir. Voilà ce que la TV enseigne... je suis allée me couché et mon mari m'a accompagnée. Je confirme MetaZet : Où va-t-on ma bonne dame ? :-(

#

(compte clôturé)

le vendredi 04 octobre 2013 à 15h52

Bon, je me relis et je m'aperçois que j'étais un peu à côté de la discussion (complètement). Je m'en excuse.

Pour ce qui est de la réaction qu'il est difficile d'entretenir une relation alors plusieurs... je pense que ce n'est pas idiot du tout. C'est la philosophie de mon mari et pour lui, maintenant qu'il sait qu'aimer n'est pas simple, gérer plusieurs relations affectives importantes poserait problème dans le sens où il ne s'en sent pas capable. Il en a conscience et donc, rien qu'à cause de cela, il se mettra un frein. Je le comprend tout à fait.

Pour ce qui est de la passion, il est difficile de vivre deux passions en simultané mais possible de vivre une passion et d'autres relations affectives fortes. L'important est d'en avoir conscience et de ne pas se laisser obnubiler par la relation passionnelle. Avoir "conscience" que l'on n'est pas dans son état habituel et reconnaitre cet état de fait (en comprendre la cause) permet une meilleure gestion. Par contre, une passion m'a empêcher de reconnaitre, de me rendre compte, d'une autre relation plus douce et plus pérenne... Par bonheur pour moi, je suis retombée sur terre au bout de quelques mois seulement et j'avais gardé un certain contact avec cette personne envers qui j'ai compris qu'il y avait beaucoup (j'avais juste à ouvrir les yeux) plus et beaucoup mieux. Aujourd'hui, je vis ces deux relations à l'inverse, et je m'en porte vraiment mieux. Le trop fort, trop intense, trop... désormais je m'en méfie.

Ce que tu as fait MetaZet, c'est important. Pour toi, déjà (ouvrir la boite de Pandore). Pour autrui, car même si tes collègues disent que ce n'est pas pour eux, un jour peut être, cela les aidera dans leur vie. Personne n'est à l'abri, même sans parler de passion, d'un coup de coeur ou d'un rapprochement important involontaire. Maintenant, ils savent qu'il y a une manière peu commune mais intéressante de gérer cela.

Je pense que ne pas rester confiné dans un monde poly sinon rien est mauvais. Perso, tant que l'on ne me juge pas, chacun vit à sa guise et fait ses propres choix pour son propre bonheur...

#
Profil

LuLutine

le vendredi 04 octobre 2013 à 21h36

MetaZet
Après, ça dépend aussi ce qu'on met dans l'amour passion...

Certes. Tu peux définir l'amour-passion comme "Amour passionnel exclusif, obsession exclusive pour une personne" (ou autre formulation approchante) et du coup, vu que t'as mis l'exclusivité dans ta définition, forcément c'est exclusif. (Non sans blague :P )

Mais comme ça dépend du ressenti de chacun, et que tu ne peux pas dire à quelqu'un qu'il ne vit pas une passion, bah c'est difficile de tirer une généralité. On ne pourra probablement jamais le faire. ;)

gcd68
gérer plusieurs relations affectives importantes poserait problème dans le sens où il ne s'en sent pas capable

Ah, c'est peut-être ça le truc. Ou l'un des trucs.
Certains s'en sentent capables, pas d'autres.
Tout comme certains jonglent avec plusieurs métiers, plusieurs groupes d'amis, plusieurs activités...et pas d'autres. Tout comme certains se lancent dans 42 projets à la fois...et d'autres dans un seul.

gcd68
il est difficile de vivre deux passions en simultané

Tes sources ?
Oui je sais je suis un peu ch... ce soir (ça doit être la fatigue ^^)

gcd68
Perso, tant que l'on ne me juge pas, chacun vit à sa guise et fait ses propres choix pour son propre bonheur...

Ah oui, tout pareil.
Si ceux (en général mono) qui essaient de nous "soigner" pouvaient en dire autant...!

#

(compte clôturé)

le samedi 05 octobre 2013 à 12h00

Je crois Lulutine que oui, les poly se retroussent les manches volontairement. Il faut tout de même comprendre que d'autres ne le désirent pas. La différence entre mon mari et moi, c'est que moi j'attache énormément d'importances aux liens que je créée, lui n'en créé pas ou peu. Ca ne l'intéresse pas, il n'y trouve pas de surplus de satisfaction. Je lui suffit et veut mon bonheur. Par contre, il sait que si un jour il choisi de vouloir, pour son bonheur, d'entretenir d'autres relations et tant qu'il le fait dans le même cadre que défini pour moi, alors ok et je serai la première à partager son bonheur :-D (+)

Différence de vie, je crois que c'est exact. Les polys que je connais n'ont pas la même philosophie de vie. Nous sommes, je pense, plus malléables, plus adaptables, plus compréhensifs, plus tolérants. Nous vivons plus dans l'instant présent et pour l'instant présent. Demain sera un autre jour. Perso, je suis travailleuse temporaire (interim souvent de quelques heures ou quelques jours, CDD souvent de quelques semaines voir de quelques mois) dans la grande distribution. Je ne sais souvent pas ce que je ferai dans l'heure qui suit, les jours qui viennent. Nous sommes samedi et j'ignore si je travaillerai lundi et encore moins à qu'elle heure (un coup de fil, et hop, en twingo !). C'est un mode de vie que j'accepte plutôt et on me dit souvent "mais comment tu fais, moi je ne pourrais pas, et en plus t'as toujours le sourire, tu ronchonnes pas". Je dirai que c'est plus difficile pour mon entourage (mari, enfants mais aussi affectifs et amis). Je fais des projets (sorties, randos, etc) et s'ils doivent être modifiés voir annulés au dernier moment et bien ils le seront. Je conçois les remises à demain et les incertitudes et les accepte.

Pour ce qui est de la passion. Je m'étais expliquée plus haut. Le hic avec la passion c'est que l'on est sur un petit nuage, que les pensées s'égarent volontairement et que l'on finit par s'obnubiler involontairement. Comme je viens de l'expliquer sur un autre fil de discussion, mon mari me rappelait tout le temps qu'il existait aussi car j'avais vraiment plus les pieds sur terre. Il se rendait plus compte que moi des effets pervers. C'est un peu comme quand on a un soucis majeur et que le cerveau nous ramène constamment à cela. C'est inconscient. Bref, cet état (entre autres) m'avait "empêché" de voir un autre homme à sa juste valeur, de le découvrir vraiment. Etre sous l'effet de la passion et simultanément s'enrichir d'un nouvel amour, me parait difficile. Donc Lulutine, je n'ai pas de source mais une expérience personnelle. Après, cela est peut être possible pour d'autres (je suis un cas et non une généralité).

Question source, j'ai retrouvé cela dans deux livres : "l'amour impossible, la folie nécessaire du coeur" de Jan Bauer et "aimer, coup de foudre, passion et grand amour" de Susan Baur. Le premier de ces ouvrages n'est plus disponible et j'avais du l'acheter d'occasion. De plus il est un peu "indigeste" bien que très pertinent. Le second est beaucoup plus simple et facile d'accès, je le recommande volontiers. Dans les deux cas, on s'aperçoit, notamment au travers de témoignage que la passion "rend aveugle" et qu'elle génère quelque chose "d'immuable" et "d'inexplicable"...

#
Profil

Maia

le dimanche 06 octobre 2013 à 02h47

Pour ce qui est des réactions quand je parle de ma vie amoureuse, voilà quelques témoignages.
Déjà, il me faut préciser qu'avant d'être polyamoureuse j'ai abondamment trompé mes copains. Je n'en suis pas fière, mais à l'époque, c'est la seule possibilité que j'arrivais à envisager, la seule voie que je pouvais imaginer. Du coup pour mes proches (amis et famille), voir que je passe de la tromperie à une relation non-exclusive, ce qui implique bien plus de respect, de responsabilité, d'amour, pour l'autre comme pour soi-même, c'est déjà un bon progrès. Et je partage leur avis ;)

Après, je voudrais citer deux situations pendant lesquelles j'ai parlé avec des amis/rencontres de relation non-exclusive, exemples qui, je pense, pourraient faire avancer le débat.

Premièrement, quand j'ai dit à un assez bon ami que j'étais en relation non-exclusive, il a tout d'abord interprété ça dans le sens de : je vais voir ailleurs pour le sexe. J'ai dû lui expliquer que lorsque j'ai une relation avec quelqu'un, quelque soit sa durée, c'est parce que je l'aime, qu'il y a un véritable lien, une affection et un respect réciproque. Ca lui a semblé très étrange : autant certains peuvent comprendre qu'on "couche ailleurs" (ce qui implique chez eux l'idée d'une relation primaire, mais passons...), mais pour eux l'affect est réservé au seul couple, et "si tu es heureuse et amoureuse, pourquoi aller voir ailleurs?", sans oublier le classique "si tu l'aimais vraiment, tu n'aurais pas besoin d'aller voir ailleurs".

Ensuite, lorsque j'ai raconté ma situation amoureuse à un charmant garçon rencontré dans un bar, sa réaction a été : "très bien si ça marche pour toi, mais je ne compte plus le nombre de mes amis qui ont essayé d'aller voir ailleurs et qui se sont cassé les dents". Déjà, je pense que ça fait référence à la situation dont je parlais au-dessus, c'est-à-dire le "coucher ailleurs", sans forcément de sentiment (en théorie!), et de toutes façons centré autour du couple. Au-delà de ça, je pense que très souvent, la non-exclusivité peut être pratiquée de manière absolument barbare, et pas du tout en accord avec le concept de polyamour : ça oriente forcément l'avis des gens de voir ça. Bien souvent, le polyamour est associé à des situations qui n'ont rien à voir, mais qui sont pourtant fréquentes : l'un des deux partenaires qui "cède" à une clause de non-exclusivité relationnelle de peur de perdre l'autre ; la tromperie sue et acceptée ; les couples qui restent ensemble pour les enfants, l'appart ou le confort, et qui "vont voir ailleurs" pour le sexe ; et j'en passe, et des meilleures...

En résumé, mon apport à la discussion : 1) les gens ont souvent du mal à imaginer qu'avoir plusieurs relations n'est pas qu'une affaire de sexe, et 2) beaucoup de situations existantes présentes dans l'esprit des gens polluent leur vision de la non-exclusivité, car celle-ci n'est parfois (souvent?) pas pratiquée dans un esprit d'amour, de respect, de bienveillance, d'ouverture, de confiance.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Geraldin-e

le dimanche 06 octobre 2013 à 11h12

Maia
En résumé, mon apport à la discussion : 1) les gens ont souvent du mal à imaginer qu'avoir plusieurs relations n'est pas qu'une affaire de sexe, et 2) beaucoup de situations existantes présentes dans l'esprit des gens polluent leur vision de la non-exclusivité, car celle-ci n'est parfois (souvent?) pas pratiquée dans un esprit d'amour, de respect, de bienveillance, d'ouverture, de confiance.

bien résumé ! (+)
En toute rigueur, il faudrait faire une étude statistique pour savoir quels sont ces "gens" et combien ils-elles sont :-/ , mais sans doute qu'on a là une grosse majorité ?

#

(compte clôturé)

le lundi 07 octobre 2013 à 10h47

<3 moi aussi

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion