Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

comment le dire à son entourage? et à qui?

Bases
#
Profil

Noemi

le lundi 09 février 2009 à 10h21

Le sujet a été abordé dans plusieurs discussions, donc autant ouvrir un nouveau fil de discussion.

Comment dire à son entourage qu'on est polyamoureux /-se? Ou qu'on a plusieurs amours? Qu'on met en question la monogamie?
Et: à qui le dire, et à qui pas? Quel est le bon moment?
Quel réactions avez-vous eu?

Moi je l'ai dit à tout mon entourage, à l'exception de mes grand-parents et mes collègues de bureau.

J'ai eu des réactions positives (compréhension, "c'est intéressant!" etc.) de la part de ma mère, mon frère, une amie d'enfance,...
J'ai longtemps repoussé le moment de le dire à mon père, finalement ça c'est plutôt bien passé, il l'accepte et on avait une petite discussion tranquille dans laquelle il a lancé des arguments "typiques" style "mais ça mène a des relations superficielles".

Des réactions négatives, j'en ai pas eu; à part deux ou trois hommes qui croyaient que polyamour voudrait dire que je couche avec tout le monde, donc aussi avec eux...

#
Profil

polyrateau

le lundi 09 février 2009 à 13h13

..

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 09 février 2009 à 15h30

Ma famille m'a vu vivre.
Avoir des amourettes de vacances quand j'avais des amours ailleurs.
On pensait que je murirai, que ce n'était pas important.

Raté !

Personne ne m'approuve vraiment, personne ne me regarde non plus vraiment de travers. Même pas ma grand mère, pourtant pas vraiment bousculée par 68....

Par contre, ça me revient parfois comme détail complémentaire sur une immaturité plus générale.

Je peux parfois en parler sans gêne avec mon frère, comme on parle de ses sentiments classiquement. Mes amis aussi m'écoutent comme ça... Si c'est en tête à tête, si ils sont en groupe, ils gardent un quand-à-soi plus moqueur.
Parfois, dans certains cas, je me sens "dangereux" pour eux. Pour ceux qui sont en couple, certaines craignent que je cherche à pervertir leur pépère... Et je sais qu'on ne me présente pas certaines célibataires amies d'amies, parce que je pourrai leur faire du mal, pauvres chéries.

Donc je me sens accepté, c'est déjà agréable, et je me confie sans trop de difficulté, mais compris dans ce que j'exprime, c'est plus dur.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 février 2009 à 16h13

Hou, le grand méchant loup... prédateur, tentateur, va ! C'est fou, le discours s'oriente tout de suite vers la peur de la vie sexuelle de l'autre...

Je ne dis pas, pourquoi le ferais-je, c'est ma vie privée... ou alors c'est pour en causer, avec mes ami-e-s intimes.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 11 février 2009 à 00h33

Et bien moi j'en parle aux amis en qui j'ai confiance (peu d'entre eux pour l'instant, mais leur nombre va augmenter).
Je pense me créer un petit cercle d'amis qui savent comment je vis, comment je fonctionne.
Qui ne me rejettent pas même s'ils n'ont pas la même vision des choses (et heureusement d'ailleurs, est-ce que moi je les rejette parce qu'ils sont monogames ;-) ?).

Petit à petit quand je saurai que je peux compter sur ce cercle d'amis (ou au moins certains d'entre eux), j'aurai un noyau dur de personnes qui me soutiendront en cas de problème.
Alors, je pourrai vivre les choses encore plus ouvertement, et tant pis si certains me rejettent ou ont d'autres réactions violentes : je ne serai pas seule.

Pour moi les choix du genre "je suis seule contre tous et je m'en fiche, je m'affiche et et je vous emm... si mon mode de vie vous dérange", c'est clairement pas mon truc !
J'ai d'abord besoin de savoir que tout le monde ne va pas me laisser tomber parce que j'ai un mode de vie différent. C'est peut-être un peu lâche, je ne sais pas, mais je crois que c'est humain.

Au niveau famille, je pense que j'en parlerai si je ne peux pas trop faire autrement. Quand le sujet se présentera de lui-même.
Dans l'hypothèse où je fréquente au moins deux personnes, j'imagine par exemple ce type de discussion : "Ah bon ? Tu pars en vacances sans ton ami, et avec un autre homme ?" "Oui, mon ami et moi nous ne souhaitons pas être collés l'un à l'autre en permanence, et j'apprécie l'homme avec qui je pars."
Ensuite, mes parents tireront les conclusions qu'ils veulent (est-ce que l'autre est juste un ami, est-ce que j'ai rompu avec mon ami et que je ne veux pas le leur dire, ils se rendront compte bien assez tôt qu'au final j'ai des relations avec les deux, mais je ne répondrai qu'aux questions qui me seront posées - comme cela, s'ils ne veulent pas savoir, ils ne poseront pas de questions, et j'avoue que ça m'est un peu égal que pendant ce temps ils fassent des hypothèses qui soient à mille lieues de la réalité).

Cependant qui sait, peut-être que bien avant cela j'en parlerai à des cousins en qui j'ai confiance (nous sommes de la même génération, les rapports ne sont donc pas les mêmes, pas comme avec des parents qui nous voient toujours comme les enfants qu'il faut remettre sur le bon chemin).
Puis peut-être ensuite à un oncle ou une tante.Je commence à me dire que si j'en ai l'occasion, ça peut être une bonne idée.
En somme, l'idée c'est commencer par des gens qui, bien que de ma famille, se sentiront moins impliqués (parce que les parents, parfois, ils ont des réactions étranges - mais naturelles pour un parent quand on y réfléchit - du genre "qu'est-ce que j'ai raté dans son éducation ?" ou encore "dans quelle secte est entré mon enfant, qui l'a influencé, ce n'est pas lui/elle" etc.)

#
Profil

oO0

le mercredi 11 février 2009 à 13h41

Pour ce qui est des parents, je ne vais pas me répéter :

/discussion/-T-/Suite-de-notre-histoire/page-2/#ms...

Pour ce qui est des proches hors cercle familial, j'ai toujours laissé la question hors du champ professionnel. Reste que, exception faite du cercle professionnel, n'importe qu'elle discussion touchant à la fidélité ou à mes relations, ont occasionné des situations où j'en ai rarement fait secret au point que je suis plus ou moins certains que certaines personnes savent pour peu qu'elles aient compris ou compris qu'il y avait quelque chose à comprendre, mais dans l'ensemble je ne sais pas qui sait et qui ne sait pas, qui se doute ou ne se doute pas. Le bouche à oreille ne se mesure pas, pas plus que la manière dont cela arrive à chacun dans le bouche à oreille.

Bref, je ne me suis donné la peine d'aborder le sujet directement plutôt que de l'aborder indirectement au détour d'une conversation qu'avec les rares personnes avec lesquelles cela me semblait important qu'elles ne se méprennent pas.

#
Profil

troublee

le samedi 21 février 2009 à 09h10

Noémi, Sies..., LuLutine....

C' est amusant. Lors de mon sujet "trio" on parlait justement de dire a ses relations , celle ou celles qu' on avait avec d'autres, de rester ouvert.
Hier soir justement j' ai parle au deuxieme couple que je connais de ce trouble qui m' habite face à ma rencontre avec le troisieme . Ils m' ont dit de suite ARRETE tu vas te faire mal. Je leur ai repondu NON.
Eux sont libertins ... mais trouvent dangereux pour moi que je tombe amoureuse ou que je commence à aimer plus qu' amicalement un couple avec qui je debute une relation.
>>> Alors le dire aux personnes que l'on connait hummm oui et non. Tout dépend leur ouverture d'esprit.
Le libertinage (le vrai, pas les coucheries diverses que les gens pensent être du libertinage) ... il est deja difficile d 'en parler. Alors le polyamour ... woawwwwwwwww , les gens , la majorite je pense, n' y sont pas prete du tout.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 21 février 2009 à 19h55

Oui...
En même temps l'explication peut-être plus simple : oui, on se fait mal en amour, ça arrive, poly ou mono...
Donc bon, sur ça, ils ont pas tort, et après ? Il faut tenter, et apprendre des tentations... et expériences.

#

Interpelée (invité)

le vendredi 06 mars 2009 à 19h40

Moi après 3mois de relation avec mon "deuxième" amoureux, je l'ai annoncé comme une bonne nouvelle dans ma vie, en demandant la parole dans un diner de famille élargie (parents, oncles, tantes, cousins, grand mère)! Et c'était plutôt chouette, ils ont juste été contents pour moi...

Mes amis très proches l'ont su au jour le jour, quand je leur racontais ma vie, et du coup tout ça s'est fait très naturellement...

Le plus dur ça a été pour les "connaissances", des gens que je retrouve souvent en soirée, qui connaissent aussi mon copain, sa copine, et du coup ont saisi le truc tout simplement en nous voyant tous les trois au début, ou bien juste en voyant mon copain avec sa copine sans moi, puis avec moi etc...
Eux sont passés en mode ragot et médisances...La copine de mon amoureux s'est vue comparée à une cruche qui se fait avoir par un mec, ou qui sert de sex toy à un couple, moi à une salope qui sait pas tenir son mec en plus, et mon copain tout simplement à un mec qui "ne se gêne pas" (vous noterez la nuance, le mec n'a pas droit aux insultes lol)
Mais bon, comme ce ne sont que des connaissances au final...mais à force d'entendre ça tout le temps, c'est un peu barbant, ou blessant, surtout pour la copine de mon copain, car si lui et moi sommes vus comme des profiteurs sans coeur, on sait ce qu'on ressent pour les gens qu'on aime, alors qu'elle, quand on lui dit qu'elle se fait avoir, elle ne peut pas le vérifier sur le moment, et peut se sentir désarçonnée...

Voilà, nous avons voulu faire les "on vit comme on veut, on s'affiche, et si ça vous dérange on vous emm....", bon on a vu les résultats, maintenant on saura doser notre discrétion ou notre "militantisme" (qui nous a été reproché quand on se faisait des câlins à 3 en public)

#
Profil

LuLutine

le samedi 11 avril 2009 à 17h44

J'étais dans une conversation téléphonique avec mon meilleur ami, et le sujet a dévié sur ma situation actuelle avec mon ami (celui avec qui j'ai une relation amoureuse, pas celui que j'avais au téléphone...).

J'expliquais que même si nous nous aimions, nous n'étions peut-être pas faits pour vivre ensemble "24 heures sur 24" et mon meilleur ami me rétorquait qu'il voyait autour de lui beaucoup de couples qui n'habitaient pas ensemble, que c'était de plus en plus courant...

J'en ai profité pour lui glisser un mot sur la non-exclusivité...au début il n'a pas compris, il m'a dit "qu'est-ce que tu entends par non-exclusivité ?"

Je lui ai expliqué que mon ami et moi n'écartions pas la possibilité d'avoir d'autres relations amoureuses sans que cela détruise pour autant notre relation actuelle.

*********************************************************
Sa réponse : "J'aime bien ton ouverture d'esprit."
*********************************************************

Waouh. Je savais qu'il le prendrait bien, mais je pensais qu'il se poserait un peu plus de questions avant d'intégrer la chose.
Il faut savoir que lorsque je l'ai rencontré il y a 8 ou 9 ans, il avait des idées très arrêtées sur la vie, le couple etc. (des idées beaucoup moins souples que les miennes à l'époque alors que j'étais pas mal aussi dans mon genre je pense) et qu'il a beaucoup évolué depuis ; mais autant d'évolution, je ne le pensais pas !
Il semblerait presque qu'il trouve ça normal. J'ai tellement l'habitude de passer pour une extraterrestre auprès des autres, de voir des gens incapables d'imaginer les choses différemment de ce qu'ils ont toujours imaginé, que je n'avais pas envisagé ça :-).

Je ne lui ai pas parlé de Françoise Simpère ou de polyamour, pas encore, mais je pense qu'on aura l'occasion d'en reparler...puis je ne vais pas l'assommer avec 50 informations qu'il n'a pas demandées ! (C'est un peu mon défaut parfois quand je parle d'un sujet qui me tient à coeur...)

#
Profil

clown.et.lapin

le samedi 11 avril 2009 à 20h25

il y a plus de gens qui seraient d'accord qu'on ne croit...surtout à partir de 30..35 ans. Le plus difficiele c'est d'éviter que les gens commencent dans la vie (à mettons 20-25 ans) avec des idées bien arrêtées...il y a plusieurs siècles !
@lulutine : bravo, je suis d'accord à 100% (mais je l'ai déjà dit)

#
Profil

Sorelle

le samedi 11 avril 2009 à 20h53

Oui, c'est ça, attendons la suite.
Souvent on voit se révéler une ouverture très... Polycul
et non polyamoureuse.
Et devenant polycul, certains se croient plus ouvert
d'esprit.Oui... Oui, attendons...

@ Interpelée
Il y a certains milieux où les câlins à trois ça passe.
Bien sûre pas en France mais par exemple, dans les
milieux alternatifs anglo-saxons, c'est possible.
En Australie, c'est encore plus facile qu'à San Francisco.
Je ne dis pas que l'on peut exposer du " osé ", mais en
public, un trio marchant enlacé et se faisant des bisous,
des caresses pas trop " sexe " mais " sensuel ", des
présentations du style : On vit à trois pour le moment,
on s'aime etc. C'est possible et admis.
Quand vous aurez envie de vivre plus librement votre
relation, changez de pays.
En puis quand on voyage à trois ou quatre, c'est plus
économique.
Et en plus on voit une autre culture et des beaux paysages.
Et en plus on peut rencontrer plus facilement des gens
comme nous. car le milieu Polyamoureux est plus étendu
dans ces pays.

#
Profil

Apsophos

le mardi 12 mai 2009 à 14h03

Je n'ai fait que des déclarations "théoriques", mais la réaction à très peu varié de "oui je comprends, je suis même d'accord, mais moi je pourrais pas".
Je dois avoir des connaissances très ouvertes d'esprit. (ironie 0%)

#
Profil

Siestacorta

le mardi 12 mai 2009 à 14h48

Justement, dans ce genre d'échanges, il ne faut pas être théorique, à mon avis. D'expérience, la théorie, effectivement, ne passe pas.
Pour que l'interlocuteur nous comprennent, il faut lui transmettre nos émotions, faire appel à son empathie, et donc raconter nos propres histoires.

Là, on te répond plus ou moins "c'est pas pareil, là tu as été franc dès le départ"... Oui, même que c'est le principe !
Du coup, l'échange se base sur du concret, on te pose des questions, et tu peux glisser la théorie.

#
Profil

LuLutine

le lundi 01 juin 2009 à 17h03

En reparlant avec mon ami (le même que je cite dans le message plus haut) il y a quelques jours, je me rends compte que l'idée ne l'étonne vraiment pas du tout, il se verrait même presque en polyamoureux.

Il est actuellement exclusif (avec une copine) et je pense qu'en pratique, il n'envisage pas autre chose actuellement, mais il m'a dit : "si je n'étais pas aussi passionné par mon boulot, je serais peut-être polyamoureux" (son travail lui prend effectivement pas mal de temps, donc avoir du temps pour une copine, c'est déjà pas mal pour lui !).

Je l'avais aussi déjà dit (dans un autre sujet je crois), mais j'ai une de mes meilleures amies qui n'envisage pas le polyamour pour elle-même mais qui respecte mon choix et qui m'a dit que pour elle, toute tentative d'augmenter la dose d'amour sur la planète était louable en soi (elle est très croyante).

Enfin, mon ami (celui avec qui je vis) et moi ne cachons plus vraiment notre non-exclusivité, sans pour autant y aller au rouleau-compresseur non plus !

Ca donne parfois des situations rigolotes avec par exemple un de nos copains qui ne le croyait pas quand il disait qu'il pouvait fréquenter d'autres filles, et avec ma bénédiction en plus : "Elle te dit ça parce qu'elle pense que ça n'arrivera pas".
(Je n'étais pas présente lors de la conversation mais mon ami me l'a rapportée.)
Sur quoi, j'ai dit à ce copain "Il paraît que tu voulais me poser une question ?" (pour qu'il me demande si j'étais effectivement non-exclusive) et il m'a dit "Mais non mais non".
Visiblement, il n'est pas prêt à entendre/croire les choses, alors je n'ai pas insisté...y aller petit à petit en respectant ce que les gens sont capables d'entendre, c'est important aussi.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion