Polyamour.info

Eric

Eric

Pontault Combault (France)

Participation aux discussions

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 15h16

Ne déplaçons pas le débat en faisant une opposition "polyfoyer" et "amours libres", car je ne m'oppose pas à l'existence des deux conceptions. Ce n'est pas ce qui m'a fait réagir au départ.

Depuis que je vous connait, j'ai toujours accepté votre vision "libertaire" des choses, parce que je croyais que votre vision respectait les valeurs qui définissent le polyamour : franchise, respect, honnêteté, fidélité (dans sa VRAIE définition, telle que la langue française l'explicite : le respect des engagements, rien à voir avec l'exclusivité sexuelle, nous sommes bien d'accord). Toutes ces valeurs vont ensembles pour définir le polyamour : par exemple le respect des engagements n'est pas suffisant s'il n'y a pas l'honnêteté (ne pas cacher la vérité, être sincère).

Tant que ces valeurs, cette éthique, sont respectées, peu m'importe que les polyamoureux vivent des relations séparées ou bien forment un foyer commun.
Certes, certaines choses nous ont fait nous éloigner du forum où nous ne nous sentions plus à l'aise (je parle pour Samantha et moi, et pour Man et son conjoint si j'ai bien compris ses explications données via webcam), mais ce n'était pas grave en soi, on ne vous en avait jamais fait la remarque, on s'en fichait un peu pour tout dire.

Mais dans ce sujet de discussion, j'ai découvert hier que certains d'entre vous justifiaient le "secret" (c'est dans le titre), le fait de "cacher" volontairement des choses (et là on ne parle pas de simples non-dits, mais de cachoteries)... Et c'est ça que me gène vraiment beaucoup et qui m'a poussé à réagir et à m'opposer à vous.

Titane parle même de redéfinir les termes de tromperie et de mensonge. J'hallucine ! Comment vous faire comprendre des autres si vous redéfinissez de tels termes entre vous ? Le mensonge va à l'encontre de la vérité, c'est tout : comment construire des relations amoureuses qui intègrent le mensonge ?

Désolé mais je n'en démordrait pas : le secret n'a pas sa place dans une relation polyamoureuse, sinon on sort du cadre de l'éthique polyamoureuse. Car le polyamour concerne bien une éthique, qui fait la différence avec l'adultère.
Vous voulez vivre en faisant abstraction de toute éthique et de toute morale ? Pourquoi pas, mais en quoi ce côté libertaire est-il lié au polyamour ?

Je me suis un peu calmé depuis ce matin alors j'espère que mes mots vous semblerons assez calmes et non agressifs. Si je suis encore là à écrire au lieu d'être simplement parti (et alors que je sais que personne ne convaincra personne), c'est juste pour dire que je ne rompait pas le dialogue, ce serait plus néfaste qu'autre chose. J'ai toujours apprécié de parler avec certains d'entre vous lors des soirées polyamoureuses, et j'espère que ça continuera. D'autant que comme le dit Siesta, nous avons surement d'autres points communs (le JDR et l'altermondialisme en font effectivement parties).

Pour mettre fin à ce débat interminable et répondre au premier message de ce sujet, voici ce que je dirais : le secret, et le mensonge qui permet d'entretenir le secret, ne sont pas compatibles avec une relation amoureuse (quelle soit poly ou pas, finalement peu importe).

Maintenant arrêtez de me tomber dessus et dîtes simplement si oui ou non pour vous le secret et le mensonge qui permet de l'entretenir sont compatibles avec une relation amoureuse.
Je ne rebondirais plus sur vos propos et on viendra à bout de cette engueulade.

C'est sûr que si vous répondez tous que vous êtes pour le secret et le mensonge dans la relation amoureuse, alors j'en tirerai les conclusions qui s'impose et je m'éloignerai peut être de cette communauté qui n'est pas celle que je croyais. Mais au moins les choses seront claires et il n'y aura plus de conflit.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 13h04

C'est noté.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 12h07

Ok, c'est plus clair.

Quand je dis "on" ou "nous", la plupart du temps je parle de "Samantha et moi", et le reste du temps je n'englobe qu'une dizaine de personnes environ. Certaines parce que je connais leur avis via leurs messages sur le forum : vous vous êtes déjà pris la tête avec elles à propos de la même chose qu'ici, par exemple Sorelle il n'y a pas si longtemps, ou plus loin avec Man. D'autres avec lesquelles j'ai des contacts plus ou moins occasionnels. Quelle importance ?

Je n'ai pas l'intention d'aller quérir leur témoignage, je n'en ai pas besoin : ils sont déjà là, parsemé dans les vieux sujets de ce forum.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 10h13

Et si vous ne voulez plus lire les idées sectaires que j'écrit car ça vous agace, c'est simple : ne me posez plus de question ;-)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 10h10

Clementine
Eric, est-ce que par ton intermédiaire de porte-parole, on peut inviter les personnes dérangées par ce que tu nommes le "tromper leurs conjoints avec un consentement bon grès mal grès" à s'exprimer? Tout ce qui peut enrichir les discussions est bienvenu.

Malheureusement Clém, n'espère pas convaincre les polyfidèles que votre vision élargie ne s'apparente pas à "tromper ses conjoints avec un consentement bon grès mal grès".
Car au delà de la polyfidélité, il y a l'infidélité, voilà tout. Nous ne vous trouvons pas très honnête là dessus : cacher c'est tromper. Et l'existence d'un tel sujet de conversation "polyamour et secret" montre bien qu'il existe des cachoteries.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 10h06

Bon, puisqu'on me sollicite nominativement je vais reprendre la plume et répondre, c'est la politesse. Je vais tâcher de rester aussi cool que possible, car je ne souhaite absolument pas relancer le débat houleux qui a précédé, j'ai eu ma dose : je répond de mon mieux à la question et j'explique ma réponse, voilà tout.

Pour être votre porte-parole auprès des polyfamilles, ma réponse est aujourd'hui un "non" mitigé, dans le sens où je ne tenterai pas de convaincre qui que ce soit du bien fondé de votre vision (je ne suis pas moi-même votre meilleur allié dans ce combat), je souhaite juste qu'on accepte tous votre vision comme faisant partie du paysage, simplement. Je milite (déjà) pour la cohabitation, rien de plus.

Jouer votre porte-parole auprès des autres polyfidèles, je l'ai déjà fait, et la dernière fois c'était pas plus tard que le week-end dernier lorsque j'ai parlé à un couple et à une polyfamille pour leur expliquer qu'il fallait accepter votre différence de conception comme une nouvelle variante du polyamour en France, que votre vision était d'ailleurs très "à la française" et qu'elle n'était pas si surprenante que ça..

Cependant je vous défends de moins en moins dans nos conversations, car ce que j'ai essayé de vous faire comprendre c'est que j'ai ressenti ici une forme de sectarisme déguisé visant à décrier le polyamour "originel" et à vous placer comme héritier du polyamour moderne. Et ça je ne l'accepte pas.
En fait, en écrivant ce message je me rend compte que nous sommes un peu sectaires des deux côtés mais plus subtilement du vôtre, et je comprend un peu mieux ce que vous avez pu ressentir lorsque certaines polyfamilles vous sont tombés dessus et vous ont critiqués... Car oui je reconnais que les polyfamilles sont dans l'ensemble assez sectaires sur le cadre qu'elles donnent au polyamour : nous le restreignons à son essence originelle, sans souhait de l'élargir davantage.

Comme beaucoup de monde, vous avez découvert le terme polyamour et vous vous contentez de traduire "poly" en "plusieurs" et d'en déduire : le polyamour, c'est juste aimer plusieurs personnes. Et vous laissez de côté une bonne partie de son éthique, qui est l'essence même du polyamory selon les polyfidèles qui ont créé ce terme. Pourtant si les inventeurs du terme n'ont pas utilisé "polylove", c'était justement pour donner une âme au mot, outre sa simple définition étymologique.
Finalement, selon votre vision élargie, tous les maris adultères et toutes les femmes adultères du monde qui éprouvent des sentiments sont des polyamoureux. Pour bon nombre de polyamoureux ce n'est plus une dérive mais une véritable inversion idéologique.
Quand je vois une moto, je ne vais pas prétendre que c'est une voiture sous prétexte qu'il y a aussi une carlingue, un moteur et des roues et qu'il faut s'ouvrir l'esprit. Si j'ai besoin d'un terme générique je vais utiliser l'existant : un véhicule.

Voilà, vos convictions, qui s'apparentent assez à de la simple multiplications de relations bipartites classiques avec le cloisonnement auquel nous a forgé notre héritage culturel, sont à l'opposée des nôtres, autant que peuvent l'être les convictions traditionnelles des monogames convaincus. Pour nous il y a trois grandes conceptions : la monogamies, les relations multiples de manière générale, et le polyamour éthique. Bon ben vous avez tendances à injecter toutes formes de relations multiples dans le concept de polyamour, c'est pour nous une surprise et une déception, mais je pense qu'il va bien falloir qu'on se fasse violence et qu'on fasse avec.
J'accepte de fait que votre vision du polyamour deviennent l'une des visions du polyamour en France, malgré votre rejet des valeurs fondamentales et historiques. Je pense qu'aujourd'hui deux concepts différents cohabitent au sein du concept élargi de polyamour. Je ne vous rejette pas, mais je sais que d'autres polyfamilles ne partagent pas mon avis là dessus.
Je voudrais cependant que vous reconnaissiez une chose : votre vision est différente de la nôtre au point qu'on ne parle plus de la même chose. Ok, soit, nous parlons de polyamour, comme on pourrait parler de véhicule, mais vous parlez motos et nous parlons voitures. D'où le fait que l'idée de Clém d'un forum purement polyfamille pourrait être une bonne chose pour nous.

Voilà, je n'ai aucune hostilité envers vous, juste que pour moi et pour bon nombre de polyfidèles vous vous êtes écartés des valeurs qui font du polyamour ce qu'il est : bien plus que de simples relations multiples, expression plus large qui existe depuis bien plus longtemps. Vous avez associé l'idée de liberté à l'idée de non-exclusivité, ce n'était simplement pas l'idée de départ : la liberté relationnelle totale et sans condition n'était pas une idée motrice de l'émergence polyamoureuse. Il faut coire que les français ont changés la donne ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 20h20

Merci pour ces bons mots apaisant et réconciliant, Titane.

Allez, je vous prie de me pardonner d'avoir été sur la défensive dès le départ et donc d'avoir été un peu trop passionné et "fermé" dans certains de mes messages (j'ai apparemment pris pour des critiques ce qui n'en était pas, mea culpa).

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 20h07

Un forum "polyfamilles", ma foi c'est une bonne idée...

Si tu veux savoir ce qui peut poser problèmes à certain(e)s, c'est qu'ils ont l'impression qu'il y a ici beaucoup de personnes qui ne font que tromper leurs conjoints avec un consentement bon grès mal grès. Et sur le forum vous avez un peu trop tendance à penser que votre vision est la seule qui résulte d'une réflexion aboutit, c'est très agaçant et un peu vexant. Et ça fait fuir.
Que vous ayez fait évoluer le modèle polyamoureux anglo-saxon, soit, mais ne le remettez pas non plus en cause comme un modèle inachevé. D'ailleurs, votre vision est très "à la française", notre héritage culturel particulier y joue un grand rôle.

Bon, de toute façon il y aura toujours deux visions à s'affronter : la polyfamille (polyfidélité) et les réseaux cloisonnés (amours libres). Quelque part, ces visions sont très différentes autant sur la forme que sur le fond (les motivations, etc.), ce qui fait que bien que revendiquant ensemble le terme de "polyamour" nous sommes peut être aussi différents entre nous qu'avec des monogames. D'où des oppositions récurrentes qui vont souvent trop loin dans le ton... Et de plus les polyfamilles souffrent de leur situation minoritaire pour pouvoir s'affirmer et prendre leur place au sein d'une communauté...

Sur ce, je vais aller méditer avec ma femme et un amoureux, ils sauront me redonner le moral, désolé pour le dérangement.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 18h47

Une grande diversité polyamoureuse est passée par ce forum, il me semble même que Bohwaz m'a dit qu'il y avait 150 inscrits sur le forum (sans compter tous ceux qui ne crée pas de compte). Et pourtant depuis des mois vous vous faîtes la conversation à 4 ou 5. Moi même j'ai déserté.

J'ai des échanges avec Man, Emeline et d'autres, des polyamoureux en "union polyfidèle" mais via des échanges personnels en direct, car les sujets de discussion ici ne sont pas propices à nous laisser parler sans être critiqués.

Ne pouvez-vous y voir un symptôme, ou bien allez-vous continuer de penser que c'est forcément la faute des autres ?

Toute une vision du polyamour est décriée au travers de plusieurs sujets de ce forum, par des petites remarques du genre "J'ai déjà longuement commenté le modèle PA officiel comme une simple photocopie multiple du monoamour... d'autres égoïsmes à plusieurs".

Finalement on ne se sent pas à l'aise, et on vous laisse faire votre rédéfinition du PA entre vous.

Je comprend que ce que je dis est dur, et qu'il y a du jugement dans certaines phrases, je ne le nie pas, j'ai des convictions et je les défends, parfois avec trop d'intégrisme, c'est possible. Je comprend que ça ne soit pas sympa, que ce soit un peu agressif, que ça puisse interpeller.

Mais si vous persistez à penser qu'il y a de la fumée sans feu, alors basta, nous en resterons là, je retournerai à mon silence et je ne vous embêterai plus.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 18h20

Par rapport à ton dernier petit message juste avant le mien (que je n'avais pas vu avant), c'est justement le genre de choses qui m'agace : les "pratiquants" des amours libres qui jugent que les polyfamilles et les adeptes de la polyfidélités sont des versions bridées du polyamour, dépendantes des vieux modèles traditionnels monogames justes étendus. En plus tu parles même d'égoïsme, tu franchis des lignes que d'autres n'ont pas osés franchir lors de nos conversations... Je vois que l'incompréhension est forte ! C'est pour ça qu'on a du mal à s'écouter.

Le polyamour ne remet pas en question le principe du foyer amoureux que je sache, c'est l'exclusivité amoureuse et l'infidélité (aux principes, pas sexuelle...) qui sont rejetées par le polyamour.
Quand on fait des projets de vie commune et d'enfants, une certaine organisation est automatiquement nécessaire et amène à un partage bien plus important, ne serait que parce que des contraintes de disponibilités et d'énergie apparaissent.

Sache que justement beaucoup de polyamoureux en "union polyfidèle" avec lesquels nous conversons beaucoup (nous nous regroupons entre nous puisque nous ne trouvons pas ici le dialogue que nous avions recherché initialement) trouvent le concept des amours libres comme une façon immature de vivre des amours sans engagement véritable, voire même qu'il s'agit d'un mode de vie à cheval entre le polyamour totalement assumé et le célibat qui permet de conserver son indépendance (ce qui pourrait aussi s'approcher d'une forme d'égoïsme).
Tu vois, tout est question de point de vue.

Espérons qu'à force de se parler nous finissions par nous entendre et nous comprendre.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 18h06

Ben moi je fais une différence claire entre les relations adultères et les relations polyamoureuses, c'est d'ailleurs cette éthique polyamoureuse qui m'a fait revendiquer cette étiquette.
Je suis même surpris d'avoir à le dire sur polyamour.info, je pensais que ce serait le seul endroit où je n'aurais pas à expliquer cela...

Bon sinon je pense qu'on a expliqué notre point de vue comme on pouvait, j'en resterais là. Peut être que ça aidera Aly et Dreltak à trouver leur propre voie :)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 17h17

Je ne reviendrais pas sur ton incompréhension des relations fusionnelles, ce serait inutile puisque j'ai bien compris que tu ne sais pas de quoi je parle.

Je reprend la toute première question d'Alygator :
"Si un amant/e préfère et veut garder le secret d'une relation par rapport a tout son entourage, sans exception des autres partenaires. Pas dans le but de tromper, ni de blesser mais par envi de garder cette relation 'cachée' par jeu, fantasme, envie de mystère."

Apparemment il ne s'agit pas de donner des détails intimes sur une relation, mais simplement de reconnaître l'existence d'une relation ou bien de la garder cachée.

Titane, en tant que polyamoureux (qui aime donc au pluriel ET qui possède une éthique amoureuse), si une de tes amoureuses te poses des questions sur le nombre d'autres relations que tu entretiens, voire même si elle souhaite savoir avec qui, est-il possible que tu en caches certaines, ou bien tu les révèlera toutes en toute franchise et honnêteté ?
Je ne parle pas de transparence totale, tu préserveras quoi qu'il arrive l'intimité de chacune de tes relations, dans mon exemple aucun détail ne t'est demandé...

Garder une relation secrète, c'est faire ce que font tous ces gens qui se trompent et se font des cachoteries au quotidien, ce n'est plus du polyamour (avoir une maîtresse ou un amant ne fait pas de nous des polyamoureux, encore faut-il en accepter l'éthique, hein^^).

;-)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 15h54

Titane, les réflexes défensifs n'apparaissent pas sans raison.

Je te cite : "le dialogue dans la fusion me semble contradictoire: pour dialoguer il faut être plusieurs or dans la fusion on ne fait plus qu'un ! non?"
Voilà typiquement une phrase qui n'apporte rien, qui n'est qu'un jeu rhétorique et aucunement le reflet d'une réalité vécue. Je la ressent comme une pique (quel autre but ?). On sent que tu intellectualises beaucoup de choses, mais il manque peut être un peu de vécu pour étayer tout ça.

Contrairement à ce que tu penses, je ne me suis pas mal exprimé sur la mise en corrélation entre "intensité" et "projets de vie", l'une allant souvent avec l'autre dans les faits. Ta remarque était un peu railleuse... Lorsque nos relations avec nos amants gagneront en intensité au fil du temps, alors oui des projets de vie pourront naître, jusqu'à la fondation d'une polyfamille (car nous sommes ouverts à cela), mais ce n'est pas le cas aujourd'hui et aucun d'eux ne serait vexé de l'admettre. C'est la réalité.

Pour en revenir au conseil demandé par Alygator et Dreltak, bien entendu nous sommes totalement libres (et capables) de nous faire des secrets et de bien vivre ainsi. Seulement, comme cela a été mis en évidence lors d'une soirée chez Guilain, "relations multiples" ou "amours plurielles" ne sont pas forcément "polyamour" (la notion de polyamory a justement été créée pour se distinguer de la notion trop large de relations multiples), et il est important de le garder à l'esprit. Pour moi deux des valeurs du polyamour sont l'honnêteté et la franchise, et cela implique qui si ton compagnon ou ta compagne souhaite savoir quelque chose sur tes relations alors tu lui réponds sans lui faire de secret. On n'est pas obligé de tout dire systématiquement, évidemment, mais on ne doit pas faire de secret, sinon on ne parle plus de polyamour.

Encore une fois, je me rend compte que nos points de vues quant à cette problématique dépendent largement de notre vision du polyamour : "amours libres" ou "amours partagées", l'une préservant l'intimité et l'autre la mutualisant (les deux visions existent et sont bien distinctes, il faut juste les accepter).

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et secret

Profil

Eric

le mercredi 06 mai 2009 à 11h20

Pour mon cas c'est assez simple : puisqu'on s'aime suffisamment intensément pour envisager des projets de vie en commun (on vit ensemble, on fait des enfants ensemble...), et puisque ces projets de vie implique une certaine organisation et la mise en commun d'une bonne partie de notre intimité, alors on se pose des règles nous permettant de préserver l'harmonie au sein du ménage, l'équilibre des énergies. Et SAVOIR ce qui vit l'autre fait partie de nos règles, et contribuent à ne jamais ressentir la moindre inquiétude, la moindre peur : car on ne s'imagine rien, on SAIT.

Je n'ai même pas besoin de poser de questions à Samantha : elle me dit tout, et c'est bon, c'est loin d'être ridicule. Et si une question tombe, on y répond avec sincérité. Dans notre couple, tout peut être dit et souvent on raconte simplement PAR PLAISIR DE PARTAGER. Nous pouvons vivre certaines choses chacun de notre côté, de manière limitée toutefois, mais nous ne faisons jamais aucun mystère sur rien : du coup il est facile pour nous de combattre la jalousie car nous savons que rien ne peut se faire dans notre dos. Nous ne sommes jamais inquiet : quoi qu'il arrive, nous le saurons avant que ça gagne en intensité et nous pourrons donc apprendre ensemble à le gérer, par étape, avec tout le temps nécessaire, la compréhension de l'autre, donc en toute sérénité.

Autre chose : vous êtes nombreux à penser que l'acceptation du polyamour et le combat contre la jalousie est un travail à faire uniquement sur soi-même et qu'il ne faut rien attendre de l'autre. Et bien je déplore que ceux-ci n'aient jamais pu mener ce travail en commun avec leur conjoint, ce fut tellement plus agréable et plus efficace pour nous...

Je n'ai pas éprouvé le moindre sentiment de jalousie depuis des années, la compersion je la vis à chaque fois que nous sommes avec l'un de nos amants/complices, y compris lorsque nous nous promenons tous les 3 dans les rues en se tenant par la main et lorsque Samantha nous embrasse à tour de rôle. Je ne ressens aucun malaise, je suis serein. Et c'est certainement dû au fait que Samantha ne me cache rien et qu'elle me fait partager ses expériences.

Ne dîtes pas que SAVOIR est malsain, tout dépend des individus et des personnalités : nous ne sommes pas tous des individualistes ou des épris de liberté personnelle, certains s'épanouissent dans les rapports fusionnels, et fusionnent donc également leurs expériences et leur vécu par le dialogue, c'est comme ça qu'ils s'aiment, même si tout le monde ne le comprend pas, voilà tout. Ne pensez pas que notre vision cache forcément un loup (on pourrait penser la même chose dans l'autre sens) et acceptez simplement qu'il y ait différentes conceptions des choses : l'essentiel, c'est d'être heureux en amour, c'est tout.

Voir dans le contexte

Discussion : "ma première amie c'est moi-même"

Profil

Eric

le vendredi 10 avril 2009 à 12h32

Tout comme Lutevain, je ne vis pas le polyamour comme une manière de combler des besoins insatisfaits : je suis parfaitement comblé et épanoui par ma relation avec Samantha, et c'est justement la force de cet amour qui nous donne envie d'élever notre relation à un niveau supérieur. Nous ne sommes pas en "recherche ailleurs", nous sommes simplement "ouverts" à de nouveaux partages et à la possibilité de nouveaux sentiments, un peu parce que nous pensons que c'est un idéal pour nous : plus d'amour, plus de bonheur. Mais "plus" ne veut pas dire "mieux" ni "à la place"... C'est juste "en plus" !

L'arrivée d'une nouvelle amoureuse dans ma vie ne remettra pas en cause pas le fait que mon sentiment amoureux d'aujourd'hui est bien réel, qu'il est fort, et qu'il me procure joie et plaisir (ainsi que quelques conflits à l'occasion évidemment, comme tout le monde).

Si je devais rencontrer un nouvel ami avec lequel je serai en totale osmose, je ne pense pas que ça me fasse oublier tous mes autres amis, au contraire j'aurai plutôt tendance à avoir envie de leur leur présenter à tous pour partager cette bonne rencontre.

Le fait d'avoir un nouvel enfant qui me rendra totalement fier et qui me comblera en tant que père ne m'en fera pas oublier l'amour pour mon premier enfant et le bonheur que celui-ci m'apporte également.

N'est-ce pas comme cela que les anglosaxons présentent le polyamour au travers de l'éthique polyamoureuse ?

Voir dans le contexte

Discussion : Recherche (grand) bar (convivial) pour la 5ème soirée polyamour.info

Profil

Eric

le mardi 07 avril 2009 à 17h48

Quelques salles parisiennes susceptibles d'accepter de projeter le film lors d'une soirée spéciale (attention, ce n'est pas gratuit, c'est une réservation de salle, mais tous les thèmes y sont acceptés) :
- "Espace 1789" à Saint Ouen,
- Cinéma "Action Christine" à Paris 6è,
- "Studio des Ursulines" à Paris 5è.

Ce qui impliquerait une participation financière de tous les participants, et même de tenter de ratisser large pour les invitations (petite annonce dans la presse ?), pourquoi pas.

Sinon, je ne vois pas d'autre solution que le garage d'un copain et un vidéo-projecteur personnel.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment ne plus être jaloux

Profil

Eric

le lundi 06 avril 2009 à 15h54

Ta remarque sur le risque d'entraîner un partenaire sur un chemin qu'il n'était pas encore forcément disposé à emprunter est très juste. Et effectivement il ne s'agira pas de compter sur l'autre plus que sur soi-même, ni de mettre sur les épaules de l'autre une responsabilité qui n'est pas la sienne.
En fait, je pense qu'il ne faut rien "attendre" de l'autre quand on travaille sur notre sentiment de jalousie, mais c'est à l'autre d'être attentif et d'apporter son aide sans que celui-ci ne soit requis, par amour ^^

PS : en relisant mon précédent message je me rends compte qu'il y a un bon paquets de fautes (accords, syntaxe, etc. !!!), désolé de ne pas m'être relu davantage avant de le poster... :(

Voir dans le contexte

Discussion : Comment ne plus être jaloux

Profil

Eric

le lundi 06 avril 2009 à 15h28

L'article est très intéressant, mais il focalise exclusivement sur le travail à faire sur soi-même, en solo, hors j'ai tendance à penser que la jalousie dans un couple est aussi une affaire... de couple !

La relativisation de sa peur est à mon avis plus efficace si elle se fait dans la réciprocité entre les deux partenaires : le travail en commun accorde les sensibilités et met plus facilement en confiance.
D'autant que puisque vaincre la jalousie n'a rien d'un automatisme et s'apprend au fil du temps, alors il me semble important que chacun des partenaires soit conscient des étapes franchies par l'autre afin de s'y adapter plus ou moins et faciliter cet apprentissage, justement parce qu'en tant que polyamoureux notre liberté sentimentale à quand même certaines frontières dont celle du respect de l'être aimé (à qui nous ne souhaitons que du bien !).

On n'a beau se répéter comme un mantra que "tout est dans la tête", puisque tout le monde s'accorde pour dire que le problème vient de la "peur", alors la solution consiste surtout à (se) "rassurer", non ? Et qui est mieux placé pour nous aider à combattre notre peur que la personne dont nous avons justement peur de perdre les faveurs ?

Bref, je trouve que pour vaincre la jalousie il est nécessaire que le partenaire de la relation soit également compréhensif et évite de ne pas trop brusquer son amoureux pendant que ce dernier "apprends" à se débarrasser de la jalousie. Exemples : ne pas s'absenter trop longtemps lors des premiers flirts avec d'autres personnes, être capable d'annuler ses rendez-vous pour câliner son amoureux inquiet, beaucoup discuter et rassurer sur son amour même si c'est un peu exagéré par rapport à d'habitude (ne pas avoir peur d'en faire trop), etc.
Parce que l'équilibre dans une relation polyamoureuse consiste quand même à s'accorder avec les besoins et les limites de chacun afin que personne ne se sente lésé/délaissé/abandonné/jeté/malmené... et que notre connaissance de ces besoins et de ces limites se battit sur des attentions et des observations au quotidien de l'autre.

Alors certes, la jalousie est un poison qu'il nous faut combattre nous-même par un travail introspectif, mais quand on est amoureux c'est tout de même important de pouvoir compter sur l'autre (leS autreS) dans ces moments délicats. Donc pour moi la jalousie entre deux personnes se combat à deux, je ne laisserai jamais ma compagne seule face à ses démons sous prétexte qu'en tant que polyamoureuse c'est à elle de mettre ses émotions en accord avec ses choix.

Voir dans le contexte

Discussion : De la théorie à la pratique...

Profil

Eric

le mercredi 01 avril 2009 à 14h37

En France, on peut se faire rembourser les consultations d'un psychologue sur deux conditions, il me semble (du moins à ma connaissance) :
- Le psychologue est également psychiatre (certains psychiatres complètent effectivement leur formation médicale par une formation en psychologie clinique),
- Le psychologue fait partie d'un organisme agréé par la sécurité sociale (CMP) et a fait l'objet d'une prescription médicale (par un médecin, psychiatre ou pas).

Voir dans le contexte

Discussion : Il faudrait pas faire de complexe... de supériorité.

Profil

Eric

le mardi 31 mars 2009 à 15h10

Je me suis déjà posé la même question que Siesta, et voici ce que j'en pense aujourd'hui...

Sur le fait d'être polyamoureux, il serait bien présomptueux de se considérer comme supérieur, puisque nous sommes parti pris dans le jugement que nous opérons sur nos modes de vie respectifs, cependant nous avons quand même mené une réflexion supplémentaire et nous sommes parvenus à nous libérer de certaines entraves culturelles, dont la plupart des autres non même pas conscience...

De fait, nous pouvons nous targuer d'avoir su prendre un recul sur la société, sur nous-même, sur l'amour... du recul par rapport aux influences que nous subissons presque autant que les autres, à la base. Alors ce n'est peut être pas dû à notre intellect où à notre perception, et c'est peut être simplement dû à un évènement fortuit, un coup du sort, mais peu importe, nous avons cette ouverture, nous avons cette liberté, et je considère ça comme un avantage.

Un avantage, pas une supériorité, hein ^^

Être polyamoureux ne vaut pas mieux qu'être monogame, dans "l'absolu" (je met des guillemets à ce mot vu le débat qu'il y a déjà eu à son sujet), car ce qui compte c'est notre acceptation de nous même, notre acceptation des autres et notre recherche du bonheur. Car au final, un monogame vraiment heureux et épanoui, tant mieux pour lui, et bien mal m'en prendrait de le faire changer de mode de vie. J'accepte la monogamie comme une possibilité autant que j'accepte le polyamour comme une autre possibilité (et pour moi-même j'ai choisi "mon camp" en fonction de ma propre personnalité), et c'est peut être uniquement ça qui nous rend un tout peu supérieur à tous les esprits étriqués dont l'intolérance est souvent le reflet de leur ignorance ;-)

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion