Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment aider mon conjoint (mono) à accepter ma relation avec un autre?

#

Popol (invité)

le vendredi 18 mai 2012 à 16h33

OK.

Il sera toujours temps plus tard, si jamais, de reprendre l'idée du win-win... :-)

#
Profil

roidespuces

le vendredi 18 mai 2012 à 22h11

La meilleure chose qui pourrait lui arriver pour comprendre ce que tu vis avec cet autre partenaire , c'est qu'il vive la même chose que toi ; à savoir : rencontrer ,lui aussi , quelqu'un ; autrement dit rompre ce cercle d'amour exclusif qu'il ressent pour toi grâce à une autre personne .

#
Profil

mouvante

le dimanche 20 mai 2012 à 00h08

...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

Popol (invité)

le dimanche 20 mai 2012 à 08h57

Roidespuces, comme nul ne commande ses rencontres, et qu’en plus le conjoint de Boucledor est dans un tout autre trip par rapport au polyamour (ça marche pas pour lui !), ça fait emplâtre sur jambe de bois d’évoquer ce dont tu parles.

Mettons que nous soyons ensemble toi et moi, et que je découvre que j’aime follement manger la harissa à la cuillère, mais que toi tu souffres de nos baisers parce que t’as la bouche en feu ensuite… est-ce que ce serait vraiment une solution que de te proposer de téter le tube de Cap Bon ?

#

Popol (invité)

le dimanche 20 mai 2012 à 09h02

Mouvante

"est-ce encore de l'amour, que cet amour où chacun est "différencié" ? bien sûr, posé comme ca, ca va faire débat"

Heureusement! :-)

Ben oui, je trouve que du coup, on est forcé de sortir de ses représentations, de trouver autre chose que ce qu'on nous a emphysiqué. C'est pas parce que mon biberon était à la vanille que je ne peux pas décider d'y mettre un peu de piment...

Qu'on le veuille ou non, on reste des individus, alors autant pousser le raisonnement un peu plus loin.

#
Profil

Paul-Eaglott

le dimanche 20 mai 2012 à 10h42

Juste une petite remarque discrètement optimiste : je ne crois pas qu'on puisse déjà diagnostiquer, comme semble le faire Popol, que "pour le conjoint de Boucledor le polyamour ne marche pas".
Pour moi, personnellement, le polyamour "marche", mais ça ne m'empêche pas de me retrouver parfois dans l'état de souffrance que Boucledor décrit à propos de son conjoint.
Etre déstabilisé, jaloux, paniqué, du fait qu'une relation nouvelle entre dans la vie d'une de mes partenaires, ça m'arrive aussi, bien que polyamoureux convaincu. (Et tiens, justement, c'est dans ces moments-là que je n'ai aucune envie de rencontrer quelqu'un de nouveau ...)
Bon. Evidemment, moi j'ai choisi le polyamour et je fais donc plus volontiers les efforts nécessaires pour rendre ma jalousie supportable, ce qui facilite énormément les choses et me protège de l'impression que le polyamour "c'est pas pour moi".

Bien entendu, il n'y a rien à généraliser, mais je voulais juste pointer que ce n'est pas parce que pour l'instant le conjoint de Boucledor subit tout cela et le vit douloureusement, et qu'il ne peut pour l'instant pas envisager sereinement que cela se prolonge indéfiniment, qu'il est déjà possible d'en conclure que pour lui le polyamour ne marche pas. (Même si ça reste une hypothèse plausible, bien sûr.)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

Popol (invité)

le dimanche 20 mai 2012 à 11h07

J'en reviens pas... ça tombait sous le sens, Paul-Eaglott!

Il y a un temps pour tout, mais la première des choses qui s'impose est la sortie des solutions à l'emporte-pièce et des "Demain il fera jour".

Horreur des nyaka, des fauke, des yauraka, yavékapa; et plus spécialement, je monte les tours quand le polyamour est envisagé, fatalement, comme le truc qui un jour ou l'autre va être accepté par un conjoint qui souffre; voire par la société entière...

Est-ce qu'aucun polyamoureux ici peut certifier qu'il le restera toujours?

Ca me semble encore plus important de valider que tout peut arriver, plutôt que de se cramponner à une idée fixe.

#
Profil

yellow

le dimanche 20 mai 2012 à 11h33

... D'ailleurs ce serait intéressant de relater ici, je veux dire sur ce site, les histoires qui "ont bien tourné", de monos devenus poly. Les signes positifs qui ont permis d'encourager l'instigateur de la démarche dans cette voie, le temps que ça a pris, les étapes nécessaires (ou pas) quand l'un des deux n'est pas plus attiré que ça...

Il me semble qu'il y a deux hypothèses au moins dans un couple mono qui "s'y met":
- soit il y a coup de foudre de l'un pour une tierce personne, et cela marque un tournant, événement oblige...
- soit c'est la philosophie de vie poly qui plaît et attire (l'un ou les deux), et la question se pose davantage en mise en pratique, sans urgence, de façon dépassionnée.

Dans la deuxième hypothèse, on peut se demander au début légitimement si la prise de risque (pour le couple, pour son équilibre personnel aussi) est à la hauteur des attentes liées à l'éthique ou la philosophie poly, et comment "les autres" ont négocié leur virage à deux (au départ à deux...), histoire de s'encourager, et de glaner ça et là des idées qui ont marché pour d'autres, des mauvaises idées aussi qui ont fait perdre du temps, ou plus...

D'où le nouveau fil que je propose, tiens: "Vos histoires de mono qui ont bien tourné"...

#

Popol (invité)

le dimanche 20 mai 2012 à 11h49

On pourra mettre dedans des histoires mono qui ont bien tourné parce qu'elles le sont restée? :-)

Ca, ce serait vachement ouvert... ;-)

#
Profil

boucledor

le dimanche 20 mai 2012 à 17h06

Il me semble être à la fois assez d'accord avec Paul-Eaglott et Popol (et oui, c'est possible!)... En fait, je pense que la réaction première, que ce soit de la part de mon conjoint ou de la mienne d'ailleurs, a été de penser qu'il était souhaitable et nécessaire de rétablir rapidement "l'équilibre" en faisant en sorte que mon conjoint "franchisse le cap" avec quelqu'un d'autre...
De son côté, il a tenté de recontacter des "ex", de s'inscrire sur des sites de rencontres... Mais c'était davantage une démarche de désespoir qu'un réel désir...
De mon côté, je lui ai simplement dit que je comprenais qu'il ne puisse pas concevoir que je sois la seule à "profiter" de cette liberté, que je lui souhaitais que "ça" lui arrive...
Par contre, nous nous sommes rendus compte tous les deux que ce n'était sans doute pas la "bonne manière" et peut-être pas le bon moment... En effet, la "tempête" que l'on traverse en ce moment nous a rapprochés et paradoxalement nous sommes à nouveau dans une période assez "fusionnelle"...
Pour l'instant, mon conjoint n'a aucune envie de rencontrer quelqu'un d'autre, ce qui ne veut effectivement pas dire que cela ne sera jamais le cas... Il faudrait donc qu'il parvienne à renoncer à l'exclusivité d'abord pour se rendre disponible par la suite pour d'autres relations de son côté... Enfin, c'est la conclusion à laquelle je suis arrivée pour l'instant...

#

Popol (invité)

le dimanche 20 mai 2012 à 17h25

Pourquoi le "faut-il"?

Est-ce une obligation?

Je trouve que ça fait peser sur lui quelque chose de très lourd, d'obligatoire, de culpabilisant.

#
Profil

NATURE

le dimanche 20 mai 2012 à 19h49

Boucledor je me retrouve dans le ressenti de ton mari et celui de votre couple.

Nous avons passé des hauts et des bas et malgré tout, cette rencontre, celle de mon mari et son amoureuse, nous a rapprochés. Nous étions plus fusionnels, plus complices.

A ce jour, comme indiqué dans différents fils, (auxquels, il me semble, beaucoup d'entre-vous ont dû participer), tout est en suspend entre eux. J'ai traversé une étape déstabilisante qui a fait que mon mari a pris des distances, et ils se sont égratignés.

Il est anéanti et cela pâlit notre relation. Cela pâlit notre relation, car il est comme déséquilibré. Notre amour est toujours présent, mais ne se suffit plus. Alors que nous avons vécu ensemble, de manière fusionnelle, en tout point, pendant 22 ans...

Il a essayé de la recontacter et s'attend encore à la voir revenir. Et moi, devant son désarroi, je l'ai contacté également. Nous sommes en attente. Nous appréhendons, car donnera-t-elle suite ? Acceptera-t-elle que je "reste en place" ou non ? et sinon, je suis prête à vivre, en m'effaçant sur le plan physique, dans la mesure que nous avons nos enfants et notre passé, mais saurons nous vraiment le vivre ? Pour le revoir heureux et épanoui, je l'espère.

Mais oui, comment vivre sachant, que même si chaque couple est unique, l'acte d'amour, on l'aborde différemment, mais cela reste l'amour ! On ne se leurre pas.

Pour lui, depuis le début, le vivre et le partager avec l'une ou l'autre, sans être forcément obligatoire, mais une étape finale, qui concrétise la relation, est faisable. Et il fait la distinction entre les "partenaires" car sinon cela serait invivable pour lui, qui n'a rien prémédité, n'est pas coureur de jupons, mais est simplement... "tombé en amour" vit un "coup de foudre".

Pour elle, cela était vivable parce qu'elle a découvert l'amour, avant tout, plus sentimental, avec lui. Seulement, l'euphorie passée, partager un amour n'est pour elle pas aussi évident qu'au début de leur rencontre, surtout que nous sommes toujours unis. Et elle aussi, n'a rien prémédité, n'est pas une fille facile, mais est simplement... "tombé en amour" vit un "coup de foudre".

Moi, mes sentiments sont toujours présents. Mais je ne sais comment vivre et accepter de retrouver mon mari, qu'ils aient échangé un simple baiser ou aient été plus intime. Faire tomber 44 ans d'idées reçues sur les couples, est plus facile à dire qu'à faire ! Je crois que comme repris dans ce fils, cela serait plus vivable et concevable pour moi, si je rencontrais un deuxième amour, mais je crois que pour cela il faut être réceptif et être bien avec soi-même. Et qu'il ne faut pas forcément le chercher pour le trouver ! Et comme pour vous, il faut éclaircir et apaiser les cœurs pour pouvoir envisager une autre relation.

Notre force, est nos conversations. On s'épate nous-même, car on s'épaule, et on parle ouvertement de la rencontre et de son évolution et futur. On en rit, en pleure...on passe par toutes les étapes.

Seulement, cela se faisait essentiellement à nous 2, même si j'avais rencontré son autre moitié. Et j'ai découvert ce site qui m'a beaucoup aidé et permis de comprendre ce que nous traversions. Contrairement à elle, qui ne veut pas entendre parler du poly et devait espérer en son fort intérieur, que nous nous séparions. C'est pour cela que je serais prête à m'effacer s'ils repartent en plus sur de bonnes bases. Sinon, comme ton mari, mettre en pratique le poly, mais avec d'énormes tourments, flash, pas forcément quand ils sont ensemble, mais quand cela serait notre tour de les vivre, et c'est ...une étape à relever, un équilibre à retrouver, construire dans cette nouvelle relation. Car notre nous, ne peut plus être nous, il doit s'adapter, qu'elle soit présente ou non, au fait qu'il y ait, aura ou ait eu leur rencontre.

Vous cherchiez des témoignages de mono ? En voilà 1 ! Et je me retrouve énormément dans les tourments que rencontre Boucledor et vos commentaires.

Dites-moi, que demain, redeviendra épanoui. Car, pour l'instant, je ne sais comment relever ma moitié, d'où le fait que j'ai contacté son amoureuse. On ne sait que l'on s'aime, mais sinon, rentrer, l'entendre, le voir amaigri, désinvolte, taciturne, me fais parfois bien douter de notre nous. Et ce, depuis leur séparation, soit... 4 mois ! Lui qui dit faire la distinction entre elle et moi, est anéanti. Il est bien avec moi, notre famille, mais, nous ne sommes pas pleinement heureux, malgré nos retrouvailles, on crise régulièrement, pour se terminer sur l'oreiller mais c'est mieux quand c'est dans la quiétude. A 2 ce n'est pas toujours simple, mais que dire à 3 ? présente ou absente ? Même pour vous poly, les eaux ne sont pas toujours calmes...

Si elle revient, il y aura d'autres eaux troubles, mais j'espère que le fait, d'avoir eu à vivre leur rencontre et notre désarroi à tous, car elle ne doit pas être plus heureuse que nous, malheureusement, ce qui est d'autant plus terrible, nous rendra plus fort pour affronter les jours avenirs.

Merci à tous de votre lecture, cela fait énormément de bien de se confier et de lire vos commentaires. Merci à ce site de pouvoir échangé. Bon courage à tous. Et n'oubliez pas que c'est par, dans et pour de l'amour. Bonne soirée.

#
Profil

yellow

le dimanche 20 mai 2012 à 22h08

Rolala..
Bon je suis par avance désolée de ce que je vais dire mais ça me démange depuis le début de tes récits Esperanza.
Si je vivais ce que tu vis, je n'accepterais pas tout ça: je lui botterais un peu les fesses de temps en temps, parce que ça ressemble quand même à un homme qui s'est laissé attendrir par une idylle sans trop réfléchir, et qui (peut-être s'est-il demandé à un instant s'il n'allait pas changer de vie sous le coup de la passion naissante?) devant Ta générosité, ton accueil, tes recherches (ici), s'est dit "mince je ne peux quand même pas tout envoyer au feu"... Alors devant cette réalité qu'il n'avait pas envisagée, il ne sait pas comment agir...
C'est dans cette hypothèse que je tenterais, mais je ne conseille rien et ne veux pas juger du tout du tout, je tenterais de lui dire que bon, t'as fait tout ce que tu pouvais, mais que s'il n'est pas heureux, tu ne le seras pas non plus... et que ça pose quand même problème malgré tout l'amour que tu lui portes et tous les efforts que tu veux encore bien faire.
Si la demoiselle de l'autre côté a pris peur, 4 mois c'est long quand même, faut peut-être se faire à l'idée... et ton coup de pied aux fesses pour vous deux, c'est là qu'il m'apparaît bénéfique.
Mais bon, si ça se trouve, je suis complètement à côté de la plaque... A toi de voir.

#
Profil

NATURE

le lundi 21 mai 2012 à 21h41

WAOU !!! te me fait sourire Yellow et en cette fin de journée, ça me fait du bien !!! Mais ne soit pas désolée, car ici, je n'ai lu que des conseils, mais aucune ligne à tenir, marche à suivre, ni pour mon couple ou celui d'un autre. Il y en a bien peu qui ont dit que l'on se leurrait, aussi bien mon mari que moi-même...

Oui, peut-être qu'il a peur de tout plaquer et d'affronter seul, avec son amoureuse, l'inconnu. Là, le "roc" sera lui, et il ne pourra que compter que sur lui-même. Car elle, c'est son soutient, qu'elle recherchera avant tout. Les rôles seront inversés, bien qu'elle se dise forte. Quoique chez nous, entre lui et moi, personne ne "joue" de rôle. On discute, on tranche ensemble après avoir posé le pour et le contre en tenant compte, même si entre-temps on crise, du point de vue de chacun.

Oui, j'ai été généreuse, conciliante, encore une fois, par amour. Et puis, moi, parce qu'il n'est pas d'un caractère facile, je vivais dans une bulle, à travers lui. Mais, parfois dans sa vision des choses, je me demandais si on était aussi infaillible. Et je me demandais si je pouvais être attirée par un autre...un effleurement de mains, comment aurais-je réagi ?

Peut-être parce que j'avais ces questions, depuis quelques temps, et qu'il est préférable que cela soit lui qui traverse en premier ces tumultes. Car mon nouveau partenaire, pourrait vivre un très très mauvais quart d'heure. Rencontrer quelqu'un, contrairement à moi, pour lui serait encore moins concevable... bien qu'il ne nous ait jamais remis en question. Pourquoi l'aurait-il fait ? C'est moi qui le suivait, et non lui qui me suivait, du moins sur certains points....

Elle, elle a un mari, parce qu'il faut un homme, plongé dans une vie ou le travail, le gain est une priorité. Cela me rappelle des chansons de SARDOU. Et c'est aperçue que la vie, l'amour n'était pas ça et que son éducation la privait de vivre des choses intenses...traversait-elle un baby bloose ? La crise de la quarantaine ? Mais, avant tout, a reconnu, que notre amour, était bien présent, solidaire. Elle n'a pas pu assuré ses sentiments, effrayée par un avenir à construire, semé de bien d''embuches, de son côté, avant de vivre sereinement et sachant pertinemment que platoniquement ou pas, mon mari et moi sommes inséparables, indispensables à l'un et l'autre.

Et moi, je reste, car nous sommes toujours là, notre amour existe toujours. On le redécouvre...le réveil...alors qu'on le croyait actif, mais nous entrions dans une routine, une monotonie...

Des questions, des réponses que nous avons tourné dans tout les sens. Avec vos témoignages en plus, pour essayer d'avancer.

Comment dire, parler, vivre avec quelqu'un qui dit toujours aimé son premier amour, mais en découvre un autre, qui lui semble tout aussi sincère ? Lui, qui a été toujours flatté, par les regards des femmes, mais n'en avait rien à faire et ce depuis le début de notre rencontre ? Devais-je lui fermer la porte ? Ou essayer de m'adapter ? J'ai préféré l'adaptation...Ici, je remonte la pente, mais oui, le fait qu'il ne se voit plus doit y être pour beaucoup. Je m'accroche à mes enfants et j'ai retrouvé du travail, du précaire, mais quand on a toujours travaillé et que l'on se retrouve en fin de droit, c'est un plus, surtout que je dois faire mes preuves.

Selon lui, j'ai été et je suis hypocrite. Car je n'ai jamais voulu de cette situation. C'est exact. Mais, devais-je tout envoyer en éclat ? au feu ? ...sans réagir ? quelque soit la manière ?

Si je ne me trompe Paul-Eaglott donnait son point sur celui qui vit ou croit vivre, se cache derrière un polyamour, Serait-ce plus du bigame...ou autre...comment distinguer ? Je n'en sais rien. Pour l'instant, je dois vivre avec cette rencontre, qui nous a boulversés et qui pour moi, tout comme lui, ne sera jamais finie...

Seulement, oui, une coup de pied aux fesses, pour avancer me semble nécessaire. Il arrive un moment ou il faut se méfier de l'eau qui dort et à force d'agiter le drapeau rouge, le taureau finit par foncer quelque soit le résultat.

Je retiens seulement que : contrairement à ce que j'ai pu croire, « La voie qui peut être tracée, n’est pas la voie éternelle
Le nom qui peut être nommé, n’est pas le non éternelle« Tao te King

Qui est exactement à côté de la plaque ? C'est la question que l'on se pose depuis le début...Rien n'est vraiment plus comment avant. Nos idées reçues, sont tombées. Cela nous servira de leçons. Nous avons vécu, et vivons des tourments que nous n'aurions jamais, ni nos enfants, dû connaître, ivresse, disputes, effondrement... "On se croyait plus fort que la vie "BRUEL mais, c'est "je te mentirai" que nous avons interprété Espérons seulement, que nous continuerons d'avancer en nous tenant les mains, comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Qui connait un texte ou la remontée est reconnue, existante ? J'ai besoin de l'entendre, de lire et de le vivre !

#
Profil

boucledor

le jeudi 31 mai 2012 à 20h45

Après de nombreuses "tentatives avortées", mon conjoint a décidé de me quitter ce soir, à nouveau "sur un coup de tête", mais sans que je sache si cette fois, ce sera "la bonne"... Il est vrai que je vis depuis plusieurs mois avec ce "couperet" au-dessus de la tête, si bien que je "me suis fait une raison", me disant parfois que cela était peut-être une étape nécessaire dans ce processus de "révolution" de notre couple...
Il me dit qu'il ne peut supporter cette situation plus longtemps, qu'il ne sait pas "quoi en faire"... Je sens bien qu'il attend de moi que je rompe prouvant par la même que l'amour que je lui porte surpasse celui que je ressens pour mon amant. J'essaie de lui expliquer que je ne vois pas les choses de cette manière. Bien sûr, ma relation de couple est pour moi primordiale: je m'y investis corps et âme, jour après jour, le quotidien que l'on partage me plaît, je m'y sens épanouie... J'aime notre présent mais aussi nos projets... Ma relation avec un autre ne vient pas, à mon sens, combler un vide ou un manque... Elle "est" et ce que j'explique à mon mari c'est que même une rupture avec mon amant ne règlerait pas "le problème"... Certes, il n'y aurait plus de rapports sexuels (qui représentent le "noeud du problème" pour mon conjoint), mais l'affection que je lui porte s'évanouira-t-elle d'un coup de baguette magique, est-il seulement possible de faire comme si cela n'existait pas, quelle sera ma réaction "après coup" d'avoir "rejoint le rang"? N'aurais-je pas l'impression amère d'avoir fait tout ce chemin pour rien?? Et dans ce cas-là, comment évoluera ma relation avec mon mari qui m'aura incité à "le" choisir.
Est ce que "renoncer" est une preuve de courage?
Je ne lui ai pas demandé de partir car cette idée me rend profondément malheureuse; mais cette fois, je n'ai pas cherché à l'en dissuader... Parfois, il me dit qu'il faut qu'il se laisse une chance de "recommencer" avec quelqu'un d'autre, même si c'est une "mission impossible" (il faut dire que les lectures que je lui ai suggérées ont drôlement ébranlé ses convictions aussi...). Je ne peux que respecter cela, une séparation peut peut-être aider à y voir plus clair... Ce qui me peine c'est que dans ce cas nos enfants sont vraiment "mêlés" à tout cela et vont en faire les frais, dur d'expliquer que "papa et maman s'aiment comme des fous mais ne vont plus vivre ensemble..."

#
Profil

mouvante

le vendredi 01 juin 2012 à 10h04

...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

yellow

le vendredi 01 juin 2012 à 11h29

Coucou,
pas de réponses à vos questions, mais encore des questions à se poser, peut-être..
Dans les périodes d'indécisions pour ma part, le stress (l'angoisse du choix) me fait tourner en rond..
J'avais trouvé un petit texte qui m'avait fait tilt en me posant cette question-là: qu'est-ce que je ne veux pas regarder en face?
voir ce lien: www.redpsy.com/infopsy/anxiete.html

Bises.

#
Profil

boucledor

le dimanche 29 juillet 2012 à 20h36

Bonsoir! Je reviens sur ce fil, initié par moi-même, simplement pour vous demander si quelqu'un aurait une ou des références de bouquins se rapportant à la gestion de la jalousie??? Eh oui, je ne désespère pas d'aider mon conjoint à la surmonter!!! Je sais bien que lui seul peut faire ce chemin, mais il n'a pas trouvé beaucoup d'aide dans sa démarche (psy, entourage...)...

#
Profil

dansencore

le lundi 30 juillet 2012 à 12h04

Bonjour,
j 'ai entendu dire du bien de l'hypnose selon Milton Erikson .Regarde sur le net ,on en parle un peu.Un ami me l'a conseillée pour mon mari mais lui n 'a jamais voulu en entendre parler... pourtant il parait que cela aide.
Bien à toi.

#

thomasdupont (invité)

le mardi 31 juillet 2012 à 13h01

Bonjour Boucledor,
Je prends cette discussion en cours,

Je ne connais du polyamour que les lectures que j'ai pu en avoir, c'est un choix de vie que je souhaite faire, celà dit, en essayant d'en discuter avec ma compagne, je me trouve confronté aux mêmes objections : "je ne peux pas t'imaginer dans les bras d'une autre, faire l'amour avec une autre etc..." et on en est qu'au stade de la discussion, dans le sens ou je n'ai aucune autre relation amoureuse! Et ce que je peux lire sur le sujet ne me semble pas réjouissant du tout.

Concretement, dans ce que tu décris, il me semble que tu ai franchement mis ton mari sur le fait accompli, que c'est comme çà et pas autrement. dans sa logique de mono, il se retrouve seul, humilié, dans une famille avec enfants et femme tu lui enlève tous ses repères, qu'est ce qu'il a en retour? Une femme qui suit implacablement sa logique, il me semble qu'il fait beaucoup de sacrifice, mais qu'a t til en retour? Qu'est ce que tu lui offres en retour, est ce que pour lui, ca en vaut la peine ?
Il me semble que dans ce genre de démarche, on vit vraiment la solitude à fond.

Tu cherches une solution pour lui, peut etre ton aide et ta comprehension, un geste de ta part, s'il a accepté beaucoup de ta part, tu peux faire un pas vers lui, peut etre en acceptant de mettre ton autre relation en stand by un certain temps.
Tu peux essayer la sophrologie, ou l'hypnose, Tu peux télécharger des enregistrements audio sur internet. Ca marche très bien pour controler ses réactions de jalousie, mais en a t il envie?

Quoi qu'il en soit, je te félicite pour ton choix et te souhaite bon courage.

Dans ton message du 31/05, il était parti, est ce qu'il est revenu?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion