Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je n'arrive pas à franchir le pas...

Jalousie
#
Profil

coquine25

le vendredi 03 février 2012 à 14h12

Bonjour

Voilà à peu près 8 mois que notre couple souffre, se déchire, se reconstruit...etc.

Mon compagnon à commencé à sentir le besoin de vivre des moments intimes et complices avec d'autres personnes. Pour moi cela a été un véritable choc. Je ne pouvais pas concevoir qu'il puisse aimé d'autres femmes, et continué à m'aimer comme avant.
Et pourtant j'ai bien du me rendre à l'évidence que si, cela était possible.

J'ai accepté il y a quelques mois d'être PA, mais je n'ai pas supporté lorsqu'il à eu sa première aventure...

Il y a donc eu séparation, crise de larmes etc... Je n'ai pas tenue le coup, car à ce moment là j'avais accepté pour qu'il voit à quel point je tenais à lui et son bonheur. Mais l'idée même de l'imaginer dans d'autres bras m'étais insupportable. En fait j'avais accepté par peur de le perdre de nouveau.
Lui savait très bien que je faisais ce choix à contre cœur.
Je me suis donc senti trahit le soir où son aventure s'est produite.

Depuis nous nous sommes remis ensemble, car nous nous manquions trop. Lui a mit ses désirs de côté et se sent frustré. Je culpabilise de notre situation mais ne me sens toujours pas prête à franchir le cap.

Pourtant j'ai lu Françoise Simpère et je trouve le concept d'être Lutin et Lutine magnifique. Pourquoi en théorie cela me parait merveilleux, mais dès qu'il s'agit de le mettre en pratique cela ressemble au pire de mes cauchemars ??

De mon côté je n'ai jamais ressentis le besoin où l'envie d'aller voir ailleurs. Et je trouve cela difficile, voir inconcevable d'être monogame alors que son compagnon vit de folles aventures PA

Il y a t-il parmi vous, des couples ou l'un des deux à accepté que son compagnon vive ce qu'il souhaite alors que l'autre reste mono ? Comment gérer et accepter ce déséquilibre ?

Je lui ai dit que j'adorais l'idée d'être PA, mais que pour que je me sente prête il fallait qu'il patiente un peu, le temps que je me fasse à l'idée et aussi que je puisse rencontrer des hommes qui puissent me plaire. Pour que la situation soit équitable. Nous sommes ainsi depuis deux mois.
Mais il me dit qu'il commence à en avoir marre d'attendre, et j'ai l'impression d'avoir le couteau sous la gorge.
Je sais que c'est égoïste de ma part de lui demander de patienter... Mais rien qu'à l'idée de lui annoncer que je veux bien réessayer d'être PA je vide toutes les larmes de mon corps...

Merci de vos témoignages.

#
Profil

TobbyM

le vendredi 03 février 2012 à 16h38

Bonjour,

Je pense que tu as raison, le temps fera son œuvre. Pour ma part, j’étais avec mon amie depuis plusieurs années quand nous avons été confrontés à cela. J’étais amoureux d’une autre en l’aimant toujours elle, et je lui ai donné des arguments qu’on retrouve souvent chez les polyamoureux sans vraiment savoir que d’autres avaient la même vision.

Elle l’a très mal pris, se sentant abandonnée, trahie. Mais j’étais toujours là pour elle, tout simplement parce que je l’aimais. Elle a fini par l’accepter, tant qu’elle le supporterait, à contre-cœur.
Elle se pensait étrangère à cette envie de ne pas se limiter dans ses relations pour les autres, et ne l’ayant jamais envisagé auparavant, ne se sentait pas de provoquer une rencontre de son côté.

Puis le temps est passé, elle a appris à développer encore plus sa vie personnelle. C’est ainsi qu’elle a sympathisé avec d’autres garçons, et certains sont devenus plus que des amis. Elle est aujourd’hui tout-à-fait épanouie et ses expériences personnelles lui ont beaucoup apporté.

Aujourd’hui, quand on reparle de ces jours difficiles où on ne se comprenait pas, elle me dit qu’elle comprend rétrospectivement mes arguments et les sentiments que je décrivais.

Nous vivons cela en équilibre, même s’il y a parfois des moments plus difficiles pour l’un ou pour l’autre, et même si la communication à ce sujet est en permanente évolution (que peut-on se dire, que ne veut-on pas savoir).

Donc oui, voir les choses comme on ne les avait jamais imaginées est un choc, et se refaire une nouvelle vision prend du temps. Je dirais que nous avons atteint notre stabilité en deux ans environ.

Courage,
T

#
Profil

jullien

le vendredi 03 février 2012 à 20h58

Bon, alors je n'abandonne pas ce soir. Merci TobbyM
( PA + 16 j )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

TobbyM

le dimanche 05 février 2012 à 19h58

Il ne faut jamais abandonner, mais il faut parfois savoir ménager l’autre : une vision personnelle ne doit pas être imposée à l’autre de force. J’ai essayé de faire court, et donc il y a certaines choses que je n’ai pas détaillées, comme le fait que laisser vivre l’autre a impliqué dans notre cas de ne plus vivre ensemble. Nous sommes jeunes et avions déjà vécu séparés et nos travails ne sont pas dans la même ville, même si pas très éloignés.
Nous aurions pu trouver un logement à mi-distance ou l’un de nous deux aurait pu choisir de faire les trajets, mais nous avons choisi d’avoir chacun notre chez soi. Ça n’empêche pas qu’on se voie très souvent !

Reste à savoir comment on pourra faire si un jour on veut faire une famille.

#
Profil

coquine25

le jeudi 09 février 2012 à 21h10

Merci pour vos réponses...

Le plus juste selon vous, serait
soit qu'il patiente encore un peu (donc frustrations pour lui) car je n'ai rien contre le fait de vivre en PA sauf que je ne me sent pas encore tout à fait prête...
soit qu'il soit libre de commencer ce mode de vie en sachant que je ne le vivrai pas encore très bien... Voir très mal :(

??

Merci encore

PS: Tobby : Deux ans pour trouver une stabilité ?? J'en ai des sueurs froides dans le dos !

#
Profil

Benjamin_75

le vendredi 10 février 2012 à 00h10

Bonjour,

moi aussi j'ai vécu une histoire similaire, je vivais tranquillement avec mon amie quand un jour je suis tombé amoureux d'une autre femme.

Au départ ça n'a été facile ni pour elle ni pour moi mais après avec le temps la relation a trouvé un nouveau mode de fonctionnement... moi j'ai essayé tjrs d'être présent pour l'une et pour l'autre mais il a fallu tout de même bcp de temps avant que la confiance s'installe...

#
Profil

Paul-Eaglott

le vendredi 10 février 2012 à 10h10

Bonjour Coquine25,
Une façon d'aborder le problème serait de te demander ce qui en toi provoque ces réactions désagréables lorsque tu envisages de le laisser vivre une relation. C'est probablement une peur, qu'il t'appartient de reconnaître. Peur d'être abandonnée ? Peur de ne pas être aimée ? Peur de ne plus être désirée ? Peur de ne pas être la plus belle ou la meilleure ? Peur d'être oubliée ? Peur d'être exclue ?... C'est à toi de faire un petit travail d'introspection pour savoir exactement quelle vieille peur te met ainsi en panique ou en angoisse à l'idée qu'il voie quelqu'un d'autre.

Et si tu parviens à identifier et à dire ce qui te fait peur au fond, d'une part ça perdra probablement de sa puissance (tu risques de trouver toi-même que cette peur est infondée ou "ridicule", et de la relativiser), et d'autre part ton compagnon et toi pourrez peut-etre imaginer d'autres façons de rassurer cette peur, tout en vivant ce qu'il a envie de vivre actuellement.
Peut-être qu'il suffira qu'il te promette de t'appeler après son rendez-vous (si tu as peur d'être oubliée, ça peut suffire, par exemple), ou que tu te mettes d'accord avec lui pour ne pas parler du tout de ce qu'il fait avec d'autres, ou au contraire qu'il te raconte tout. Ou qu'il fasse l'amour avec toi sitôt après avoir vu quelqu'un d'autre. Ou qu'il s'organise pour que tu saches exactement à quelle heure il rentrera après un rendez-vous. Ou au contraire que tu ne saches jamais à l'avance quand il verra quelqu'un d'autre, mais que tu l'apprennes après coup... C'est à vous de trouver par le dialogue ce qui se joue vraiment au fond de toi et à imaginer des façons de te rassurer.
Et ces façons de te rassurer pourront évolue avec le temps, être de plus en plus faciles, ou même facultatives, quand tu auras repris pleine confiance en toi sur le fait qu'il t'aime toujours, et qu'il n'y a donc aucune raison d'avoir peur.

Pour résumer : la cause de ta crispation est très certainement de ton côté et elle peut être désamorcée. Pour ça il peut certainement t'aider en étant à ton écoute et en construisant avec toi des façons d'organiser votre relation qui rendent ses autres relations moins effrayantes pour toi.

Bonne chance à vous deux, en tout cas !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Paul-Eaglott

le vendredi 10 février 2012 à 10h20

Autre chose.
Si vous arrivez à trouver une façon de te rassurer un peu, ça n'empêchera sas doute pas que, au moment de son premier rendez-vous, tu ressentes un pincement.
Mais un pincement pendant une soirée, qui s'évanouira dès que tu pourra sentir que tu comptes toujours autant pour lui, ce n'est pas la même chose qu'un pincement lié au sentiment de trahison, difficile à effacer.
Ce pincement d'une soirée, tu peux choisir de l'accepter, et lui peut choisir de t'en être très reconnaissant et de te le dire...
Et puis aussi, si tu sais que tel soir il ira voir quelqu'un, tu as intérêt à t'organiser une soirée agréable aussi ce jour-là, à te changer les idées avec des amis par exemple, plutôt que de rester à nourrir ton angoisse...

#
Profil

coquine25

le vendredi 10 février 2012 à 18h01

Oui il est clair que j'ai peur...
Surtout que pendant nos 5 années de relations je me suis enfermée dans ma bulle et coupé des quelques amis que j'avais.
Alors quand notre couple a claché je me suis rendu compte que toute ma vie tournait autour de lui, et que j'étais quelqu'un de très seule...

Et puis mon enfance n'aide pas non plus. Mon père nous a abandonné mes sœurs et moi sans plus jamais donner de nouvelles pour refaire une autre famille...

J'ai une peur de l'abandon qui est donc très encrée.

Je suis aussi très triste et j'ai du mal à me faire à l'idée que lorsque on vit en PA il faut accepter de partager moins de temps avec son amoureux. Surtout s'il a de nombreuses lutines.
Mon compagnon est déjà souvent surbookée et a du mal à posé pieds à terre. Qu'est-ce que ce serait avec de nouvelles compagnes ? Et oui je suis comme ça, j'aime bien qu'on prenne le temps de me dorlotée et chouchoutée ;)

En ce moment j'essaie de m'ouvrir aux autres et de faire de nouvelles connaissances. Car je sais que ce qui me fait peur c'est d'être seule. Si je trouve un ou des amis avec qui partager de belles choses, je me sentirais moins dépendante du bonheur qu'il semble le seul à pouvoir m'apporter actuellement.

C'est compliquée tout ça !

#
Profil

Benjamin_75

le samedi 11 février 2012 à 10h44

Salut,

C'est déjà très bien que tu puisse en discuter à ce moment, je vois que tu commences à y réfléchir plus sérieusement et cela est déjà un pas en avant... (+)

#
Profil

ladymarlene

le mardi 14 février 2012 à 14h40

Je me demande si la seule solution n'est pas de trouver un amoureux toi même. Perso, je ne conçois même pas que mon chéri ait une amoureuse et pas moi. Lui par contre si....

#
Profil

LuLutine

le mardi 14 février 2012 à 19h15

ladymarlene
je ne conçois même pas que mon chéri ait une amoureuse et pas moi.

Mais tomber amoureux, ça ne se commande pas...

Tu "interdirais" à un amoureux de fréquenter d'autres personnes si toi, tu n'as encore rencontré personne d'autre ?

#
Profil

JessJ

le jeudi 23 février 2012 à 15h53

Bonjour à tous,

Ce que j'ai pu lire ici m'a déjà beaucoup aidé alors merci ! J'ai toutefois besoin de vous expliquer ma situation car j'ai de grandes difficultés à sortir de la souffrance dans laquelle je suis actuellement.
Je retrouve beaucoup d'éléments communs entre mon histoire et celle de Coquine25. Je traverse des doutes et des difficultés très semblables.
Pour résumer, nous nous sommes autorisés, mon amoureux et moi-même (nous sommes ensemble depuis longtemps) à vivre ce que nous avions éventuellement à vivre avec d'autres personnes tout en restant ensemble. Nous n'avons pas beaucoup précisé les termes de cet accord si ce n'est qu'a priori, on ne parlait pas de ses éventuelles aventures à l'autre (l'idée étant de protéger l'autre). Il m'a quand même appris il y a quelques temps qu'il avait eu une histoire mais cela faisait déjà plusieurs mois que cela s'était passé (histoire terminée depuis). Et, alors que j'avais donné mon accord, je me suis sentie très trahie. J'ai eu extrêmement mal et j'ai franchement du mal à m'en remettre.
Aussi, je voulais savoir si vous pensiez qu'il était plus sain de ne pas se dire les choses dans le couple officiel ou au contraire de se les dire en temps réel, voire de les détailler. Au-delà même de la définition du polyamour puisque chacun choisit ses règles et donc a sa propre définition, ma question vise à une meilleure protection de l'un et l'autre, et un meilleur vécu de cet amour un peu dérogatoire par rapport aux normes sociales classiques. Pour ma part, je pense avoir besoin de connaître beaucoup de détails sur les lutines de mon officiel (j'espère utiliser les bons termes...), voire même de les rencontrer mais je me demande aussi comment je recevrai ces détails, comment je les accepterai, comment je pourrais arriver à ne pas être jalouse, à ne pas ramener son autre histoire à l'idée selon laquelle celle que l'on partage ne lui suffit pas. Car aujourd'hui, je souffre de ne pas avoir connu cette histoire et de n'avoir aujourd'hui que très peu de détails et dans le même temps je souffre de la connaître ou tout au moins de l'existence de cette histoire... Je crois que je manque de clarté... désolée...

L'intervention dans cette discussion de LadyMarlene suggérant comme solution d'avoir un amoureux en même temps que l'officiel a une amoureuse m'intéresse vivement car je n'ai pour ma part pas connu d'autres histoires pendant qu'il en connaissait (et cela pourrait être une solution...). Mais je partage aussi la réaction de LuLutine : l'amour ne se commande pas et c'est d'ailleurs pour ça que je n'ai pas connu une autre histoire.

J'aime l'idée d'accepter le pincement d'une soirée comme le propose Paul-Eaglott mais cela n'est pas (encore ?) réduit à un pincement pour ma part...

Enfin, voilà, tout comme coquine25, je comprends l'idée de non-exclusivité et de polyamour, je trouve ça intéressant sur un plan théorique mais je me demande si j'en suis capable concrètement. J'en doute puisque m'en croyant capable à l'époque, j'en souffre aujourd'hui...

Merci pour vos réponses et vos conseils.

#
Profil

soirie

le jeudi 23 février 2012 à 18h31

je suis dans la situation inverse: Mon retour à la maison, après un accident et une longue hospitalisation, mon mari a eu du mal à me reconnaitre et heureuseument j'ai trouvé un autre amoureux.Moi non plus, je ne me suis pas reconnue, mais j'avais besoin d'un amoureux et j'ai écouté mon coeur, et je me suis dit que je ne faisais rien de ma: j'aimais. Alors je pense que je dois laisser du temps à mon mari qui trouve, pareillement, l'iddée interessante mais difficile d'être amoureux de quelqu'un.Etre PA, c'est trop dur pour lui, pour l'instant, peut être. En tout cas vos réponses m'ont bien aiguiller, merci!

#
Profil

NATURE

le jeudi 23 février 2012 à 20h19

Pour ma part, mon mari est sous l'emprise d'un coup foudre, partagé, alors que nous n'avons jamais eu à penser "butiner" ailleurs, depuis plus de 20 ans.
Un choc, pour lui, mais il ne peut nier ses sentiments envers son amoureuse qu'il met au même niveau que les nôtres. (1ere claque, pour moi). On s'aime toujours et on est toujours amoureux l'un de l'autre. OUF !!! Ses départs, ses retours tardifs, du jour au lendemain, alors que notre principale préoccupation était de nous retrouver au plus vite après le travail et profiter au maximum de notre présence et enfants le WE, on était, et sont encore, déroutants, déstabilisants. Une lionne en cage. (2ème claque). (la 3ème) sera de me demander, de l'accueillir et de m'en faire une amie. Bien que, envisageable, en d'autres circonstances, les rencontres sont tendues (pas à faire des règlements de compte, cependant, mais parce que "la situation est spéciale" et ce n'est pas simplement une amie et moi, l'épouse d'un ex-collègue) mais avec le temps, rien n'est impossible...Si j'ai mal quand il part, j'ai remarqué, depuis le début, mon aisance à parler d'elle, d'eux, de nous. Seulement, la jalousie, liée à la peur de l'abandon, de ne pas satisfaire, combler, sont apparues, lors de ces courtes mais pour moi, longues absences. J'appréhende les longs WE d'absences. Dés le début, il m'a bien fait comprendre que cela était indépendant de nous. Je n'avais rien à me reprocher, à modifier, et craindre. Une relation parallèle à la nôtre, qui n'étouffe et ne piétine pas, son amour pour moi. Lui, le sait. Moi, je dois en être convaincu. Le dialogue est important et nécessaire, pour se découvrir et accepter la rencontre et son futur. De la transparence, mais, comme la vitre d'un cabinet médicale, brouillée...pas sur tout les sujets cependant, leur intimité comme la notre leur appartienne et pas que sur le sexe. Cependant, savoir qu'ils peuvent se permettre des choses que nous avons pensé et jamais réalisé, reste, un pincement au coeur, une morsure. Quand je vais mal, sur le coup, nous en souffrons et sommes perdus. Après...la tempête, on arrive à en parler et réfléchir au pourquoi du comment. Il y a des jours où les savoir ensemble, me paraît totalement "normal" et d'autres où ce n'est qu'appréhensions et s'embrasser est à peine envisageable...Tout Comme toi, Coquine25, je me suis enfermée dans une bulle, ne vivant que par lui....C'est encore le cas, je me détache un peu, mais les enfants, notre situation financière et le fait que pour l'instant, ils font un break, ralentissent ma propre "évasion". Seulement, je pense, qu'ayant connu cette rencontre, bien que rien n'ait été prémédité, il faudra que lui et moi, on apprenne à se libérer plus, pour des activités, des rencontres amicales, plus si affinité (pas évident, car lui se le permet, car la belle est mal en couple, mais sinon il se serait refusé la liaison, et aussi qu'il est jaloux. Seulement, sachant ce que nous, j'ai traversé et ma réaction, il n'est pas dit qu'il ne change pas d'opinion, avec un énorme travail, mais rien ne presse...). Quand rien ne va entre lui et moi et qu'il sort moins, et que je vois comment il est désemparé, perdu, je ne peux que le laisser partir. Il est arrivé qu'il soit distant avec elle, sans chercher à la blesser pour autant, en raison de ma réaction, car il était déstabilisé. Nous finissons par en souffrir, tous les 3. Ce qui m'aide, c'est qu'il peut rentrer et être sur un nuage, épanoui, entre nous 2. C'est encore plus facile à dire qu'à faire. Mais ce n'est pas impossible, cela reste un travail de longue haleine...

#

Popol (invité)

le jeudi 23 février 2012 à 23h30

L'amitié aussi bien que l'amour, ça ne se commande pas.

#
Profil

NATURE

le vendredi 24 février 2012 à 10h54

C'est exact, Popol. Cependant, comme lors d'une sortie, rencontre familiale, prise de nouvelles fonctions, si tu n'apprends pas à communiquer, connaître, apprécier, respecter, les gens autour de toi, tu n'avances pas et ne peut par conséquent développer aucun sentiment.

Là, cette personne apporte un plus, pourquoi, comment après 22 ans de vie commune sans tracas relationnel, entre mon mari et moi ? Nous ne savons pas.

Beaucoup de PA, se découvrent (semble-t-il) attirer par le fait de vivre plusieurs amours, le tout, en même temps. Pour nous, cela n'a jamais été le cas. Si cela m'était arrivée, j'aurais été moins surprise (mais j'aurais appréhendé la réaction de mon époux). Car dans les moments de hauts et bas, je me demandais, si on était vraiment infaillible et si notre amour était toujours aussi fort. Et, je me suis surprise à me demander, si je pouvais me laisser séduire par d'autres hommes. Un fantasme, un manque de quelque chose, quelque part, inconsciemment ? Peut-être...Mais, mon mari, n'a jamais remis en question notre union.

Le fait, comme le dit Coquine25, d'être dans une bulle et de ne vivre que par lui, le confortait et l'assurait dans ses sentiments envers moi, contrairement à moi, qui inconsciemment, me pliais, et malgré tout, encore maintenant, à sa volonté, sa manière de vivre notre relation.

Le plus étrange, c'est que c'est lui qui vit cette rencontre. Moi, je l'ai subie, et petit à petit, essaie, tant bien que mal, de l'accepter. Cependant, j'ai remarqué que si moi, je remets en question certaines choses, lui se le refuse. Trop ancré dans ses propres convictions...

Ce qui fait que notre manière de vivre, ne change pas vraiment, seulement quand il la rencontre. Je dois m'occuper seule de notre famille et de moi. En attendant, que les choses se posent pour eux, et qu'ils me secondent avec les enfants, (d'où l'importance, pour lui et surtout pour nos enfants, pour moi, de concilier au mieux la présence de l'une et l'autre) afin que j'ai moi aussi, un peu de liberté, le tout sereinement.

Ce qui m'inquiète c'est que je ne supporte pas de le voir souffrir de son manque de présence, et que je le laisse partir, mais quand il part, c'est moi, qui ne vais plus bien. J'ai l'impression qu'elle est comme moi. Elle s'accommode au fait de ma présence, mais elle s'en passerait bien, même si on peut s'entendre. Elle veut le combler en acceptant ma présence. Pour elle, c'est peut-être plus simple, car elle a accepté de le fréquenter en connaissance de cause. Contrairement à moi, qui me suis pris la situation en pleine figure du jour au lendemain.

Après, ce qui peut me gêner c'est, qu'ils apprennent à se connaître, font des erreurs...Je n'interviens pas mais on en discute car si elle doit faire partie de notre vie autant que je sache si cela va bien ou non, et n'importe comment bien ou mal, je n'ai pas de mal à le ressentir.

Je suis aussi bien dans un camp que l'autre. Neutre.J'en parle pour l'instant essentiellement avec mon mari. Mais, il est arrivé qu'elle et moi, on en discute. Mais le plus terrible, c'est de voir que les erreurs, sont étudiées, et renouvelées, surtout par elle ...ce qui fait qu'ils n'avancent pas et cela mine mon mari. Car il est prêt à tout pour avancer et il est sincère sur ses sentiments.

Les enjeux (les 2 couples) sont importants, et il sait malgré tout, que son utopie, (alors que nous n'avions pas encore découvert ce site, ni le témoignage de Tentacara, entr'autres) vivre sereinement, avec ses 2 couples, au mieux les réunir sous un même toit, avec le temps, peut se réaliser. (4eme claque). Mais également, en perdre une, voir les 2. Car, devant, leur périple, qui ne rassure aucun de nous, et devoir le réconforter, le secouer, pour surmonter leurs tourments, en plus des miens et malgré tout, pas évident. Mais, allez raisonner quelqu'un qui est épris d'une personne...C'est le cœur qui parle avant la raison...

Cependant, sans enfant, à la recherche d'un travail, j'aurai peut-être mis les voiles pour d'autres horizons, malgré nos sentiments...Mais, j'ai, nous avons nos enfants, nos bébés de l'amour, notre amour. Fait par et dans l'amour...

Nous avons la chance de nous aimer et d'être encore amoureux. Cette relation qu'elle qu'en soit l'issue peut et c'est le cas, jusqu'à ce jour, raffermie notre amour.

Mais, je relis le commentaire d'introduction de Coquine25 et repense au dernier message de POPOL..."L'amitié aussi bien que l'amour, ça ne se commande pas". Il y a le déclencheur qui permet ou non d'établir une relation amicale et plus si affinité. Mais, personne ne peut nous commander de vivre telle ou telle situation. Si toi, tu n'es pas prête, pour t'ouvrir au PA, même si comme moi, tu peux trouver l'idée "sympa", ne te force pas, tu risques de mal le vivre. Par contre, contrairement à moi, ton compagnon, ne te refuse pas que tu vives la même chose que lui...Le jour, où, tu rencontreras, toi aussi, un autre être à aimer, cela sera plus facile pour vous, il y aura très certainement de sa part, quelques pincements au coeur et morsures pour lui, mais il se réjouira pour toi. Mais, pour le trouver, il faut s'en forcément "chercher", s'aérer, rencontrer, sortir, l'amour frappe toujours là où on s'y attend le moins, parfois à notre porte, au bureau, au cours d'une activité diverse que sais-je...

Voilà mon témoignage de mono avec un mari qui s'ouvre sur un polyamour, peut-être plus un bigame, mais le qualificatif n'a pas d'importance. L'importance, est les sentiments, pour chaque parti, afin de mieux vivre la situation.Toujours est-il qu'il y a des étapes à traverser, pour moi la prochaine sera les longues absences d'un WE et plus, les mises au point qui en découleront une fois qu'ils seront installés. Et la cinquième grande claque, qui a déjà été soulevée, mais qu'il ne fera que par amour et que pour combler les désirs de son amoureuse, après avoir essayé de la raisonner, un bébé (être père, alors que la cinquantaine arrive, fait réfléchir). J'ai appris tout cela en très très peu de temps, 15 jrs, pour le fait de savoir ce qu'il voulait faire de cette rencontre et de nous...Le bébé, 1 mois après...depuis maintenant 6 mois, nous traversons tous des hauts et des bas. Mais je retiens surtout, que nous nous épaulons et traversons ensemble, dans l'amour, ce qui est pour l'instant, à mes yeux, une nouvelle épreuve. Tout cela par, dans et pour de l'amour !...!

#
Profil

JessJ

le vendredi 24 février 2012 à 15h16

Merci pour vos réponses et témoignages !
Il faut à mon sens être fort pour accepter le polyamour, vraiment, car il faut accepter de ressentir tous ces coups au ventre et au coeur. Comme le suggère Paul-Eaglott à Coquine25, la difficulté à accepter un polyamour traduit peut-être des failles personnelles... je vais donc essayer de comprendre ce qui me fait peur et mal là-dedans, puis voir en quoi mon homme peut y remédier pour me rassurer et lui/nous permettre de vivre d'autres histoires.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 24 février 2012 à 17h21

JessJ je vais donc essayer de comprendre ce qui me fait peur et mal là-dedans, puis voir en quoi MON homme peut y remédier [...]

J'en vois déjà une de piste ! ;)

#

Popol (invité)

le samedi 25 février 2012 à 06h54

Coquine25, tu cernes bien tes difficultés, leurs sources, et tu as déjà le pied sur les pistes qui peuvent te réconforter.

Et, oui, c'est compliqué à démêler; mais pas impossible. Je pense que le changement salutaire que tu entrevois est moins une affaire de temps que de mettre son énergie au service de ce même changement.

La peur de l'abandon semble l'arcane majeur de ta problématique actuelle, et l'ouverture aux autres pour élargir ton cercle de relations, c'est à la fois ce qu'il te faut comme tu le dis, et la chose que précisément tu n'as pas exercée depuis que tu es avec ton ami: c'est un peu rouillé aux gonds, et la porte ne va pas s'ouvrir facilement ni tout de suite. J'ai cette image de se laisser guider par le plaisir de faire connaissance, la curiosité, tout ce qui peut apporter des bouffées d'air frais. Même si c'est un tout petit peu au départ, et que tu t'aperçois que ton intérêt pour d'autres retombe - après tout, on ne devient pas ami avec tous les gens qu'on croise, et parfois on se trompe et il faut abandonner du monde en cours de route. Néanmoins, je ne vois qu'une manière de savoir ce qu'il y a au jardin: aller s'y balader.

Et avec patience à ton propre égard, car il te faut beaucoup de courage pour abandonner toi-même un idéal de relation avec ton ami, abandonner un mode de fonctionnement qui te rend dépendante, bref... abandonner l'abandon.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion