Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment le dire ?

Témoignage
#
Profil

noone29

le jeudi 08 septembre 2011 à 00h00

Je suis polyamoureuse, je suis en couple depuis 6 mois avec un homme ou la sérénité, la confiance, l'affection, le soutien, le partage,le projet de vie sont là, la vie quotidienne est agréable à vivre.
j'ai 40 ans lui 47, nous avons eu notre lot de déconfitures amoureuses et de désillusions perdues, malgré tout, nous croyons en nous et notre histoire.

Il n'y a qu'un seul hic, nous n'avons pas la même vision de l'amour. Lui est attaché à l'image de l'amour exclusif, presque fusionnel, avec sa ritournelle de clichés, d'idées liées à la propriété.

Je ne croiq pas que l'amour que l'on a en soi , soit un gâteau de tant de grammes et que donner de l'amour , c'est donner une part de gâteau qui de par ce fait est moins gros, moins entier..

Je connaissais depuis 7 ans un homme que j'ai toujours aimé mais avec qui rien ne s'était jmais passé car il était marié, amoureux de sa femme et lui même perclu de principes liés à son éducation...mais jamais nous ne nous sommes oubliés, nous nous appelions, même si des mois voire années se passaient sans nouvelles et toujours avec ce plasir et cet émoi de l'entendre ou se voir.

Il est toujours amoureux de sa femme, et je suis à ma place avec moncompagnon mais nous savons après mainte discussions que nous allons vivre cette relation de façon plus intime. Lui a longuement réfléchi, moi j'ai simplement attendu qu'il soit pret.
Nous ne pouvons nous expliquer cette envie l'un d el'autre (je ne parle pas de sexe forcément) Il ne peut y mettre de mots.
Des besoins sexuels, il a fini apres d elongues années à les combler avec d'autres (problemes de sante de sa femme), ce n'est doc pas ce qui le ramène inexorablement vers moi, alors qu'il n'a eu de cesse de me fuir comme on fuit le frut défendu. Parceque ça nous dépasse, cette "obsession" , nos avons essayé l'éloignement, le silence, l'un ou l'autre craque un jour ou l'autre. Ne pas savoir le devenir de l'autre, si il va bien, c'est pas possible.

Nous sommes amoureux d'un amour non avoué et non consommé, ça pourra faire sourire mais c'est un fait, pas un coup de tête.

Notre problème, c'est que jamais nos conjojnts respectifs n'accepteront cet état de fait....
Ce qui fera de nous de simples amants .....

#
Profil

noone29

le jeudi 08 septembre 2011 à 00h11

Mon gros problème, c'est que je n'aime pas la dissimulation, je suis honnête par nature et qui plus est avec mon compagnon mais je sais qu'il nepeut comprendre et qu'il en souffrira et ça c'est difficile à supporter, sans compter que je peux le perdre ...

#

(compte clôturé)

le jeudi 08 septembre 2011 à 00h40

bonjour noone29,

Si je résume, tu aimes un homme sans le lui avoir dit et qui t'aime sans accepter de se rapprocher de toi en raison de ses convictions, d'un côté
de l'autre, tu aimes un homme qui t'aime aussi mais qui ne saurait accepter que tu en aimes un autre de par ses convictions également?
Et tu voudrais quand même les deux?
Et qu'ils soient tous les deux au courant et contents, ça serait idéal pour qu'ils restent sans que tu aies à dissimuler?

Ne serait-ce finalement pas trop demander?

#
Profil

lam

le jeudi 08 septembre 2011 à 10h18

Salut Noone29.
Est-ce que tu as commencé à en parler avec ton compagnon, ou simplement à aborder le sujet des relations non exclusives?

j'ai envie de dire que monogamie ou pas la souffrance liée à l'attachement affectif est relativement inévitable dans une relation longue, selon les périodes.

d'un coté tu sembles claire sur tes désirs et déterminée à vivre un amour avec ton 2eme amoureux, ce qui a l'air de freiner c'est ton compagnon ou en tout cas ce que tu projettes sur ses réactions. Si tu te frustres ou si tu le fait en cachette, il y a des chances qu'il souffre aussi je pense.

#
Profil

lam

le jeudi 08 septembre 2011 à 10h26

eulren
Ne serait-ce finalement pas trop demander ?

Eulren t'es peut-être dans le 40ème degré (et je pense que tu te justifieras certainement de cette manière), mais là honnêtement tu ne penses pas qu'en termes d'accueil d'une personne nouvelle ton post est clairement agressif?
Cette personne demande des conseils et tu lui renvoies que sa situation n'est pas moralement acceptable. Tu ne sais pas quoi dire et bottes en touche en disant que finalement est-ce que ca vaut le coup de se poser la question.
J'aime la différence et la polémique, mais des fois tu me donnes l'impression de ne pas savoir pourquoi tu postes ici, à par donner des cours sur ta morale personnelle, sans aucune objectivation de toi même. Quand ca en arrive à ce point c'est désagréable à mon goût.

#
Profil

ladymarlene

le jeudi 08 septembre 2011 à 10h51

Eulren, excuse moi mais tu trouves quand même très souvent qu'on en demande trop.....

Noone,, tu aimes deux hommes, un qui n'ose pas t'aimer de part ses convictions morales et l'autre qui veut quand même te faire renoncer à une partie de toi......

Ta situation me parait coincée à vrai dire......

J'espère juste que tu trouveras une solution dans le dialogue.

Je pense aussi que dire à quelqu'un "tu es à moi" est une connerie sans nom et de plus, faux !

Et je finis en pensant sincèrement qu'on ne peut pas demander à une personne de renoncer à ce qu'elle est.

#
Profil

Deville

le jeudi 08 septembre 2011 à 19h50

lam
Eulren t'es peut-être dans le 40ème degré (et je pense que tu te justifieras certainement de cette manière), mais là honnêtement tu ne penses pas qu'en termes d'accueil d'une personne nouvelle ton post est clairement agressif ?

Pas besoin de monter si haut en température, au 2eme degré ou même au 1.5 degré le commentaire d'Eulren m'a fait éclater de rire. :-) (+). Merci.
Rien d'agressif a mon avis, juste une grande capacité de synthèse, mélangée avec de l'ironie et une pointe de sarcasme pour donner un peu de goût a ce délicieux sorbet.

Je suis d'accord pour accueillir des gens convivialement et avec empathie, il y a toujours des bonnes âmes pour le faire et c'est très bien, mais les réponses humoristiques devraient être aussi les bienvenues. C'est la diversité des réponses que quelqu'un reçoit qui fait la richesse du feedback fourni par ce forum.

Faudrait pas l'aseptiser en un service social politiquement correct bisounoursisme de rigueur subventionné par la Sainte Fondation Miséricordieuse Abbé Pierre et Soeur Théresa d'ou le sarcasme sont réprimandables en réponse à des premiers participants...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 08 septembre 2011 à 20h03

Deville
C'est la diversité des réponses que quelqu'un reçoit qui fait la richesse du feedback fourni par ce forum. Faudrait pas l'aseptiser en un service social politiquement correct bisounoursisme de rigueur subventionné par la Sainte Fondation Miséricordieuse Abbé Pierre et Soeur Théresa d'ou le sarcasme sont réprimandables en réponse à des premiers participants...

+1

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

noone29

le jeudi 08 septembre 2011 à 22h16

Ne vous en faîtes pas, je ne suis pas susceptible..
Effectivement je pense aussi que c'est beaucoup demander aux autres de changer radicalement d'opinion sur ce sujet de l'amour unique, de le comprendre, de l'accepter chez les autres est uen chose, le vivre ou se le voir imposé, en est une autre.
Donc je pense que je ferai ce que j'ai envie de faire en ne chamboulant rien de la vie d'autrui. Ma propre acceptation du concept ne s'est pas faite en un jour, j'ai eu de ma jeunesse et ma famille, un exemple traditionnel de couple monogame heuruex et réussi. Ma vie à moi n'a été faite que de monogamie.. S.
Et encore le terme de monogamie ne me semble pas aproprié, ce n'est pas uen double vie que je cherche (un foyer c'est déjà une belle mission à mener et à réussir)
Je ne cherche d'ailleurs rien, c'est uniquement cet homme là qui me fait ressentir le besoin et l'envie d'avoir deux relations . le fait que j'aime un deuxième homme n'enlèvera rien au premier.
J'accepte que T soit différent de moi, pourquoi voudrais je lui imposer de penser comme moi et le faire souffrir.
Le mensonge parfois est uen forme d'amour (vous me direz , elle en a de bonnes celle là, ça l'arrange bien)
Soit, mais quand on aime on protege, on chérit, on rend heureux et ça ne se fait pas en détruisant la conception du bonheur des autres.

L'amour fusionnel ou on se dit tout, ou l'on est transparent pour l'autre, est uen fumisterie, non je n'apartiens à personne, ni mes pensées, je sais dire je t'aime, pas je t'aimerai toute ma vie (c'est trés présomptueux comme de penser que l'on peut suffire à l'autre).
le mariage est pour moi une aberration mais je comprends que ce ne le soit pas pour d'autres.
Desproges disait, l'homme est sincère, il change simplement assez souvent de sincérité.

Je ne forcerai pas T à changer d'opinion en le mettant devant le fait accompli genre (c'est comme ça , tu fais avec ou pas)
comme je n'ai jamais forcé D à m'aimer ou à lui faire penser qu'il serait plus heureux en m'aimant, il l'a réalisé tout seul.
Si T m'aime comme je l'aime, il comprendra qu'il peut avoir confiance en l'amour que je lui porte et peut être ne cherchera t il pas à connaître de quoi est faite ma liberté..

Voilà au mieux ce que je peux espérer ... je crois

#

(compte clôturé)

le vendredi 09 septembre 2011 à 00h33

Iam et ladymarlène, je suis obligé de considérer que vous faites de l'humour (sinon ça jetterait un doute sur votre bonne foi). Et sur ce coup là je ne vous trouve pas drôles, mais ça ne m'empêchera pas de vous répondre gentiment :P
noone29 : la sagesse t'a possédée super-vite!^^ Je suis certain que tu vas rendre ces deux hommes les plus heureux possible.
Tu t rends bien compte que tu vas être condamnée à un sacré travail d'équilibriste quand même...
Bonne chance et plein de bonheur!

#
Profil

noone29

le vendredi 09 septembre 2011 à 08h36

Merci

Oui, le plus dur est de passer d'une relation à l'autre sans rien laisser paraitre, ne pas penser à l'un quand on est avec l'autre, ça s'apprend et puis la vie assez remplie que nous menons avec le travail (independants) nous empeche de nous laisser aller à la reverie.

D est tres pris et souvent en déplacements, moi parfois en déplacements, et nous vivons à 230 km l'un d el'autre, rien ne nous lie, pas de connaissance, pas de lieu, et nos retrouvailles seront peut être de l'ordre d'une fois par mois et encore, je pense que nous pourrons gérer ça, je l'espère.

#

(compte clôturé)

le vendredi 09 septembre 2011 à 09h00

Bon courage, ça va pas être facile... As-tu quand même bien réfléchi aux conséquences possibles de ce mensonge ?
Il est difficile de cacher très longtemps un éléphant dans son salon. Sauf si tu t'appelles Houdini... Laissons l'argument moral de côté : pragmatiquement parlant, le mensonge c'est très casse-gueule. Est-ce vraiment ce que tu veux ? Vivre en faisant de la voltige en permanence ?
Et puis tout de même, et sur un plan plus général, moi j'aimerais bien qu'on arrête de dire qu'on ment pour protéger l'autre, gna gna gna.
C'est hypocrite et c'est faux. D'une, si on aime l'autre on le respecte - et je ne vois pas comment on peut très longtemps tenir la contradiction "je te respecte mais je te mens". De deux, on ment d'abord pour se protéger soi, parce qu'on a peur de la réaction de l'autre et des conséquences de cette réaction vis à vis de la relation qu'on a avec lui.
Bref, je ne crois pas au bon mensonge. Je comprends très bien que parfois mentir semble la seule solution, mais c'est une solution d'abord pour celui qui ment, et qui ne sert que ses interets à lui. Chacun est adulte et fait ce qu'il veut, mais arrêtons s'attribuer NOS faiblesses et NOS peurs aux autres pour nous dedouanner de nos mensonges. Si tu mens, c'est toi qui as peur et c'est toi qui ne veux pas souffrir. Tu ne mens pas par grandeur d'âme, mais par trouille, comme tout le monde...

#
Profil

noone29

le vendredi 09 septembre 2011 à 10h05

Alors prenons la situation d'expliquer les faits :
Chéri, je t'aime mais j'aime aussi quelqu'un d'autre, je veux partager et vivre une relation avec cet homme en parallele de notre histoire, qui me convient, ou je suis heureuse. Je te demande de me comprendre et de continuer à m'aimer comme je t'aime même si j'ai des sentiments pour cet autre homme avec qui j'ai en plus des rapports sexuels de temps en temps.

Réponse de mon chéri :

Si tu penses à un autre homme c'est que tu ne m'aimes pas et même si tu me dis le contraire, moi il m'est insupportable de penser qu'un autre te touche, t'embrasse etc...
Je te demande donc de choisir.

Donc ne voulant pas le perdre, je m'autocensure "par amour" et "par respect" de mon conjoint puisque lui n'admet pas le polyamour.

Résultat : je ne passe pas à l'acte mais je me mens à moi même en faisant ce choix del a fidélité sachant que mes envies sont différentes. je souris à mon conjoint, je jouis dans ses bras mais je pense à un autre comme à un phantasme enfoui.

N'est ce pas du mensonge également de toute façon ??

#
Profil

noone29

le vendredi 09 septembre 2011 à 10h19

Alors oui, je préfère mentir. jene veux pas quitter mon compagnon, je ne veux pas qu'il me quitte. Alors ne tombe pas amoureuse d'un autre ..."ah on peut se persuader de ne pas être amoureuse de quelqu'un aussi", mentons nous à soi même c'est mieux que de mentir aux autres ???? tiens donc, est ce que ce n'est pas un peu la même chose ??

Le polyamour est donc possible que lorsque il est accepté par toutes les parties prenantes... hé bien, ça ne doit pas arriver tous les jours...

Tant pis, je ne suis donc qu'une compagne aimante mais infidèle...

#
Profil

noone29

le vendredi 09 septembre 2011 à 10h28

Quand a avoir peur de la réaction de l'autre, je la connais sa réaction en ayant déjà parlé avec lui d'infidélité de façon générale.

C'est quelqu'un qui a déjà été trompé et quitté pour son meilleur ami. blessure indélibile.

donc oui, j'ai peur, car je sais qu'il en souffrira énormément, qu'il ne pourra comprendre, qu'il se dira que c'est sa faute, qu'il n'était pas à la hauteur, il s'en trouvera trahi, affaibli, depressif .

Je persiste à dire que lorsque on aime quelqu'un , on ne le fait pas souffrir.

Pour moi lui mentir serait de dire à quelqu'un qu'on l'aime alors que ce n'est pas le cas.

#
Profil

Clown_Triste

le vendredi 09 septembre 2011 à 12h43

noone29
Je persiste à dire que lorsque on aime quelqu'un, on ne le fait pas souffrir.

Noone, je comprends la difficulté de ta situation et l'attrait du mensonge ou au moins du secret en tant que solution.

Personnellement, je fuis le mensonge autant que faire se peut, tout en admettant que nous ne vivons pas dans un monde idéal où dire la vérité s'avérerait forcément payant.
Dans son ouvrage "Radical Honesty", Brad Blanton - qui prône une honnêteté totale - affirme d'ailleurs que le mensonge est la source numéro 1 de décès, du fait du stress intense qu'il occasionne. J'avais trouvé l'idée intéressante.

Si tu choisis cette voie, en vertu des arguments que tu évoques, je t'invite à accepter la "règle du jeu" et à accepter l'idée qu'un jour ce mensonge soit découvert, avec les conséquences associées. Ainsi, si ce moment difficile survient, tu y seras mieux préparée.

Enfin, je reviens sur ta phrase citée plus haut. Je suis d'accord avec le principe bienveillant qui consiste à ne pas faire souffrir quelqu'un qu'on aime. Dans ce cas précis, toutefois, je dirais que tu ne le fais pas directement souffrir, c'est l'incompatibilité de vos aspirations et le trauma qu'il a vécu dans le passé (dont tu n'es pas responsable) qui génèrent chez lui cette souffrance. La responsabilité n'en incombe pas à toi seule.

Par ailleurs, on peut retourner l'argument : si l'exclusivité qu'il réclame est très difficile à vivre pour toi, si cela te stresse, te rend triste, t'incite à rêver d'autre chose, à fantasmer sur quelqu'un d'autre, alors toi aussi tu souffres.
Ton compagnon t'aime mais il te fait souffrir par ses demandes, lui aussi.

L'avantage qu'il a est que sa demande est considérée comme plus normale, voire "parfaitement naturelle et légitime" par notre société. Dois-tu pour autant ignorer ta souffrance ?

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

noone29

le vendredi 09 septembre 2011 à 16h15

Bonjour CT

D'accord avec toi sur bien des points, sachant que je suis plutôtquelqu'un d'honnête et pas vraiment habituée aux dissimulations, je n'ai d'ailleurs jamais trompé personne auparavant, ni même quitté quelqu'un pour un autre. Le schéma qui se présente à moi est inhabituel.
le couple queje forme aujourd'hui avec mon ami est lui aussi tout aussi nouveau et dans le bon sens, j'ai une qualité de vie de couple et d'entente bien au dessus de tout ce que j'ai vécu jusqu'alors.
Chose reconnue aussi par mon compagnon et chez lui cela se traduit par un amour trés fort, total et exclusif..
Il met ses réussites, sa volonté, son enthousiasme, sa force morale, sur le compte de l'amour que je lui porte et qu'il me porte. (hé j'en reste souvent bouche bée) il n' a pas besoin d emoi pour avoir la valeur qu'il a, mais lui se l'explique comme ça. il manque sans aucun doute de confiance en lui, je le sais. Alors lui dire que j'en aime un autre, l'anéantirait. Je n'ai de cesse d ele rassurer.
Il a peur , peur de ne pas être à la hauteur, peur que je l'abandonne, peur de me perdre, de ne pas faire ce qu'il faut, de ne pas faire mon bonheur, oui les gens se diront que je suis une insatisfaite née mais oui, ça m'étouffe un peu parfois, d'ou peut être cette envie de bulle à moi, ou je ne suis rien d'autre que moi, ni la compagne, ni la mère, ni la catin, juste moi et je plais comme ça.

Sans doute que l'éventuelle découverte du mensonge remettrait tout en cause. Mais j'essaierai de faire face alors au problème et de voir dans quelle mesure notre couple peut y survivre. Chaque chose en son temps.
En parler aujourd'hui, avant même que les faits soients réels, ce serait comme lui demander la permission, "est ce que tu es d'accord que je te trompe"??
Et d'une certaien façon, cette façon de demander l'accord de tout le monde, je trouve ça certes trés démocratique mais je m'interroge sur le devenir d emon libre arbitre ...de mon individualité, de mon droit de penser.
Je sus assez imperméable aux modes, aux concepts, aux règles, finallement je me rends compte que le polyamour (cf les définitions données) a les siennes.
Je ne me retrouve que dans une partie de la définition du polyamour dans la mesure ou j'aime deux personnes, tout ce qui l'entoure, les règles, le coming out aux parties interessées, la mise en place d'une organisation, de le vivre de façon communautaire etc...je dis tant mieux si ça marche, je dis pourquoi pas..
Je crois que j'essaie simplement d'être heureuse pleinement, je suis heureuse avec mon compagnon, et c'est là ou la communauté dite traditionnelle ne me comprendrait pas, j'ai malgré tout besoin de vivre cet autre amour en parallèle car les deux m'apportent des choses différentes.
Mon compagnon m'apporte soutien, sécurité, tendresse, amour, complicité, humour, satisfaction sexuelle. L'autre m'apporte aventure, séduction, amitié, confidence. Enfin j'ai confiance dans leur amour à tout deux. cet amour peut ne pas être éternel c'est sur mais je le ressens aujurd'hui et je trouve idiot d em'en passer car je n'ai qu'une vie. J'aimerais pouvoir dire à l'un, attends nous aurons notre chance dans ue autre vie mais je ne crois pas en ce genre de choses.
Alors je vis ce que j'ai envie de vivre, j'essaierai de ne heurter personne, ce n'est pas ce que je souhaite, mais je veux Vivre.

#

(compte clôturé)

le vendredi 09 septembre 2011 à 18h30

Clown_Triste
Ton compagnon t'aime mais il te fait souffrir par ses demandes, lui aussi.
L'avantage qu'il a est que sa demande est considérée comme plus normale, voire "parfaitement naturelle et légitime" par notre société. Dois-tu pour autant ignorer ta souffrance ?

Mais alors tu proposes quoi?

noone29 est dans la situation encore une fois de choisir entre le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière. L'idéal serait d'avoir à la fois le polyamour, le droit à la vérité, et le bonheur de tout le monde, mais comme démontré par Descartes, Thalès et Pythagore, c’est impossible.
Donc tu lui dis quoi? "Ne sacrifie pas la vérité!" Ok, ben alors quoi? Son conjoint lui dit "sacrifie le polyamour", toi tu lui dis de sacrifier le polyamour, ou le bonheur de chacun?
Noone29 préfère sacrifier la vérité absolue : par rapport au message initial qui consistait à tout vouloir, c'est un sacrifice majeur, mais qui lui permet de revenir à une situation plus réaliste.
C'est son choix : c'est une prise de risque, mais si ça marche, c'est peut-être le plus stimulant comme solution, et qui ça lèse?

Le non-choix avec report de la responsabilité sur les autres ne m'inspire aucune admiration, mais un choix assumé avec sa part de sacrifice lucide si.

#

(compte clôturé)

le vendredi 09 septembre 2011 à 18h35

Tu es la mieux placée pour décider de ce qui est la meilleure solution pour toi. La meilleure solution c'est à dire celle qui te fera le moins de mal à court, moyen et long terme.
Moi je crois quand même un peu au libre-arbitre et aux choix raisonnés. Face à une situation complexe, on fait la liste des différentes options et on pèse le pour et le contre : qu'est-ce que je gagne, qu'est-ce que je perds.
Je ne connais pas d'exemple où le mensonge soit un choix gagnant à long terme - mais je n'ai pas la prétention de tout savoir, et tu auras peut-être ici d'autres réponses plus optimistes que la mienne.
Et surtout, je t'invite dans ton intérêt à ne pas te mentir à toi-même justement sur les raisons pour lesquelles tu vas faire tel choix et pas tel autre. Tu les fais pour toi. Et ce n'est pas mal de faire des choses pour soi-même !!! Au contraire ! Mais se faire croire qu'on les fait pour les autres, pour dorer un peu la pilule, là c'est plus ambigu.
C'est juste mon impression en te lisant, qui n'engage que moi. Bonne chance pour la suite.

#
Profil

zina

le vendredi 09 septembre 2011 à 18h45

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion