Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment le dire ?

#

(compte clôturé)

le mardi 13 septembre 2011 à 09h04

Ok, tu es libre, independante, tu n'appartiens à personne, félicitations et bienvenue au club.

Mais lui ? Il est libre, lui ?

Je dis ça parce que je suis un peu étonnée des termes que tu emploies. Tu veux le faire évoluer, tu essaie de développer son individualité, tu travailles à le changer, bref tu voudrais qu'il soit plus ceci et moins cela et tout et tout... C'est un adulte dont tu es amoureuse ou un enfant que tu souhaites éduquer ?
Et s'il est pas d'accord ? Avant la super thérapie "pour son bien", il a donné son avis ?

#
Profil

patrice-86

le mardi 13 septembre 2011 à 12h12

Noone, personnellement, j'admire ta sincérité, ta clairvoyance, ta délicatesse et la profondeur de ta réflexion, alors que tu es empêtrée dans une situation "réelle" bien difficile. Tu sais que l'on est pas sur un petit nuage bien simpliste mais dans une réalité forcément complexe. Il y a 2 personnes que tu sais aimer de manière inconditionnelle... et tu découvre qu'il y en a une troisième dont tu dois aussi prendre soin : toi !
Pour moi, ta manière d'avancer est saine : donner du temps au temps, préparer le terrain, laisser la porte ouverte à tous les possibles, écouter ton coeur...

Janis, as-tu conscience que tu t'enferres dans un idéalisme purement théorique qui semble de plus en plus désincarné ? Au nom de la "sacro-sainte Vérité" (louée soit-elle !) tu confonds "dialogue" et "coup de massue". Du coup, tu n'entends même pas tout ce que noone explique sur le contenu et la richesse du dialogue qu'elle entretient avec ses 2 amours ! Et tu t'empêtres dans des questionnements jésuitiques qui frisent l'absurde ! Relis bien ta dernière question, et mesure la mise en abîme qu'elle contient, c'est sidérant :-(

#

(compte clôturé)

le mardi 13 septembre 2011 à 13h48

Je crois savoir lire et donc je lis ce que noone explique. Et dans ce qu’elle écrit il y a des choses qui me choque, je les relève.
En quoi mes questions sont-elles "jésuitiques" ? En quoi sont-elles absurdes ?
Noone fait évidemment ce qu’elle veut et j’ose espérer qu’elle n’agit pas en fonction des questions que de parfaits inconnus lui posent, mais selon ses propres idées. Mais ça ne m’ôte pas le droit sur un forum où le récit a été posté publiquement de souligner ce qui me semble problématique dans ce qu’elle apporte et de ne pas cautionner.
Désolée si c’est un peu violent, ce n’est pas le but. Mais la contradiction est toujours violente. Heureusement pour noone, d’autres que moi lui apportent l’empathie et le soutien dont elle a besoin. Mais c’est un rôle qu’en l’occurrence je n’ai pas tellement envie de jouer.

#
Profil

patrice-86

le mardi 13 septembre 2011 à 14h49

"Et s'il est pas d'accord ? Avant la super thérapie "pour son bien", il a donné son avis ? "

Voilà un questionnement que je considère comme "jésuitique qui frise l'absurde" ! Et je vais m'en expliquer. Nul part dans les propos de Noone je n'ai perçu l'intention de mettre en oeuvre une quelconque "super thérapie" pour faire le bien de son compagnon. Elle tente juste de lui faire comprendre que c'est en lui que réside ses qualités, elle cherche surtout à se décharger d'un fardeau qu'il veut lui coller sur le dos. De ton côté tu cherches coûte que coûte à faire rentrer les faits exposer dans ton propre questionnement, ça c'est jésuitique ; du coup, si on retire l'aspect "mise en oeuvre d'une super thérapie", se questionner sur son accord préalable devient absurde.

Il me semble que Noone a été honnête avec son compagnon sur le fait qu'elle ne conçoit pas sa relation sur une base exclusive. Que peut-elle faire de plus, d'après toi ?

#
Profil

noone29

le mardi 13 septembre 2011 à 18h10

haha, hé les gars, faut pas vous en faire !!!

Vous savez, je ne cherche le cautionnement de personne, certains auront la m^mee sensibilité et la même reflexion que moi, d'autres pas. Je suis totalement pour.. Fort heureusement, nous sommes uniques et donc tous forcément exceptionnels.....Comme il ya des gens exceptionnellement sympas, intelligents, ouverts, tolérants et d'autres et bien ..simplement cons..Et là encore, ce jugement ne m'est que personnel par rapport à mes critères, comme je suis sans doute la dernière des connes pour d'autres.
Comme dirais je ne sais plsu qui, on est toujours le con de quelqu'un, divergences de culture, de caractère, de sensibilité, d'idéal, de vécu, peu importe, c'est comme ça...
Vive la diversité !!!

#
Profil

Nounours

le mardi 13 septembre 2011 à 20h13

(+) :-)

#

(compte clôturé)

le mardi 13 septembre 2011 à 20h44

On ne tombera pas d'accord de toute façon mais ce n'est pas bien grave.
Là où certains voient un accompagnement empathique par Noone de son compagnon, je vois autre chose, c'est tout. Sans doute que je suis totalement à côté de la plaque, ce ne serait pas la première fois. Je ne vois pas en quoi l'interprétation que je fais des propos tenus par Noone est plus jésuitique que la tienne ; toi aussi tu interprètes en fonction de ta propre problématique - et si je veux à mon tour te caricaturer, je peux qualifier cette problématique qui est tienne de "l'Aaaaamour plus fort que tout et qui suffit à tout".

patrice-86
Il me semble que Noone a été honnête avec son compagnon sur le fait qu'elle ne conçoit pas sa relation sur une base exclusive. Que peut-elle faire de plus, d'après toi ?

Ce n'est pas ce que j'ai compris. Elle ne conçoit pas sa relation comme exclusive, mais son compagnon visiblement s'attend tout de même à ce que cette relation le soit, et elle ne l'a pas détrompé. Je ne sais absolument pas ce qu'il faudrait qu'elle fasse. Je sais seulement que tout le monde ne choisirait pas nécessairement la solution qu'elle a choisie. Mais là on tourne en rond, donc comme j'ai épuisé tout ce que j'avais à dire là-dessus, je vais à présent me taire.

#

(compte clôturé)

le mardi 13 septembre 2011 à 22h32

J'ai aussi trouvé la phrase de Janis assez violente, mais on a le droit de parler, quand même! Cette pseudo-question est ironique et acide, mais patrice-86, toi tu es à la limite de l'insulte : ça c'est mal.
C’est un forum d'adultes, il me semble qu'on peut dire des trucs avec conviction et sans douceur, sans être sommés de se taire, surtout quand on répond à noone29 qui a l'air d'être en tout sauf en sucre!
Je suis pour un usage vigoureux des forums, où on peut dire au mieux "je ne suis pas d'accord" voire, moins bien "tu as tort", sans aller jusqu'à "tu es méchant/tu n'as pas le droit de dire ça".

#
Profil

patrice-86

le mardi 13 septembre 2011 à 22h44

Eulren, je ne vois pas où se situerait l'insulte. Il me semble que c'est le "questionnement" que j'ai qualifié de "jésuitique qui frise l'absurde", pas Janis elle-même. Et je ne l'ai jamais "sommée de se taire".

#
Profil

LuLutine

le mardi 13 septembre 2011 à 22h59

Pour ma part, lorsque j'aime quelqu'un, bien sûr je n'ai pas envie de le faire souffrir, mais je l'aime aussi suffisamment pour avoir confiance en lui et en sa capacité à dépasser les épreuves de l'existence - le fait que je ne sois pas exclusive pouvant en être une.

Par conséquent, je préfère dire la vérité et faire mon possible pour ne rien cacher d'important (je dis "faire mon possible", parce qu'on se rend parfois compte qu'on n'a pas la même notion de ce qui est "important", d'où quelques malentendus mineurs).

Si cela doit mettre fin à la relation, provisoirement ou définitivement, qu'il en soit ainsi. Bien sûr je pourrais mentir pour préserver la relation, mais alors ce serait surtout pour moi que je le ferais, pas pour l'autre. Je suis parfaitement réaliste là-dessus.

Pour ces raisons j'ai un point de vue, je pense, assez proche de celui de Janis, même si tout comme elle je me garderais bien de dire à qui que ce soit ce qu'il devrait faire ou pas.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 14 septembre 2011 à 01h06

Quadrature du cercle :
- dire la vérité juste pour s'en décharger, c'est nul.
- cacher la vérité pour protéger l'autre, c'est, heu, parfois un peu une façon de s'auto-bénir gratos. On se protège aussi ainsi de l'autre en train de souffrir et de nous le faire sentir
- décider que l'autre a besoin d'être protégé, sans lui demander de participer au réel de la situation, c'est aussi, un peu, prendre les décisions à sa place.
- dire la vérité peut être parfaitement inutile, surtout quand, comme dans le cas de noone, la vérité est juste un truc léger
- mais devoir dénoncer le mensonge qu'on a fait longtemps après, c'est vraiment un plan coton.

Voilà : je crois que le choix n'est pas simple.
Mais que le polyamour peut, parfois, aider à le faire, parce qu'il donne une perspective constructible.

#
Profil

patrice-86

le mercredi 14 septembre 2011 à 10h43

Une fois que l'on aura reconnu qu'il est plus facile de "faire son possible" quand l'autre est prêt à nous écouter, on s'apercevra qu'on est peut-être en train de dire tous la même chose, non ? :-)

#
Profil

zina

le mercredi 14 septembre 2011 à 11h44

-

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

noone29

le mercredi 14 septembre 2011 à 14h26

Si l'autre n'est pas prêt à entendre et écouter, ça fait juste mal et on aura beau vouloir expliquer, argumenter, l'autre ne veut pas entendre ni même te voir. Le résultat de le dire aura été sa souffrance et la tienne également car tu perds quelqu'un.

Autre point que je ne comprends pas, "savoir te fait moins mal." quand on veut pouvoir faire adhérer à la liberté d'aimer on doit pouvoir l'accepter des autres non ?? comme une éventualité réelle, quel besoin de le savoir ?? quelle visibilité ? de quoi ?

excuse moi mais je n'ai pas compris...

#
Profil

zina

le mercredi 14 septembre 2011 à 16h06

-

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

noone29

le mercredi 14 septembre 2011 à 17h38

Non je comprends bien mieux, jene sais pas si lui est vraiment dépendant, il n'a pas attendu que j'arrive dans sa vie pour se sortir seul de situations bien difficiles à gérer seul justement. elever seul ses enfants, etre chef d'entreprise etc.. il est plein de ressources avec énormément de colonté et pugnacité. Aujourd'hui, il s'est mis encore uen barre plus haute, mon bonheur, celui de mon fils, une deuxième société, il n'a peur de rien. Mais il est d'une modestie extreme et me met sur le dos le fait qu'il en a la force et le courage. Je suis persuadée qu'il n'a pas besoin de moi, que pour lui , ces "défis" soient uen arme de plus pour me séduire, je veux bien le croire, mais ce n'est pas ma seule existence qui lui donne cette force, c'est en lui et je voudrais qu'il le dise, qu'il le reconnaisse, Mais ce serait pour lui de la vantardise.
Moi au contraire, je ne suis pas du tout dépendante et j'ai besoin d'espace, je suis généreuse et présente pour lui et ses enfants comme pour le mien, mais j'ai besoin de temps, de quelquechose à moi et rien qu'à moi ou jen'ai besoin de l'aval ou de personne dans la confidence (le site present est hors jeu :-) ) parceque j'en ai envie et besoin et que jusqu'à preuve du contraire je n'ai de comptes à rendre à personne, pas même à mon compagnon.

Vous me direz, fais partie d'un club de bridge...mouais,
Ce que m'apporte ce deuxième amour , c'est cette part d'aventure, de jardin secret et de plaisir que l'on ne peut partager avec l'homme avec qui l'on vit, avec qui l'on partage les joies, les soucis, les choses pragmatiques et logistiques d'un foyer, d'une famille, de nos vies professionnelles.
Car même quand la séduction et le sexe sont bien présent dans un couple établi, ce n'est pas la même chose. En revanche , je ne pourrais pas passer d'un amant à un autre, et d'aillerus le simple fait d'en avir un n'est pas quelquechose de si facile comme choix, il fallait que ce soit lui, pas n'importe qui, il y aune attirance folle, et le sentiment d'être en confiance avec lui, nous partageons la même choses, des moments volés à une vie traditionnelle que nosu aimons et voulons conserver mais lorsque nous sommes en présence, seul ce que nous pourrions nous donner comme amour et plaisir a de l'importance.
Alors certain me diront est ce de l'amour (franchement ? je m'en balance) je sais que j'ai le coeur qui bat à 100 à l'heure quand je le vois et que si il me touche ça m'éléctrise, c'est comme ça depuis 7 ans, peit etre parceque nous nous voyons peu, que nous n'avons pas de règles, pas d'habitudes, juste l'envie. Quand l'in ou l'autre est en manque de l'autre, ne serait ce que de la voix, l'autre répond toujours. Mais on peut vivre l'un sans l'autre, parfois plusieurs mois, nos savons que nous avons une vie et sommes à priori heureux. un coup de fil parfois pour vérifier que c'st bien le cas et le cas échéant pour se voir...
c'est vraiment curieux, nos nous voyons vieillir bien plus que nos conjoints puisque nosu nous voyons moins, l'embonpoint, les cheveux gris, ça nous émeut et n'amoindrit pas cette envie de l'autre...

#
Profil

LuLutine

le mercredi 14 septembre 2011 à 20h33

noone29
Si l'autre n'est pas prêt à entendre et écouter, ça fait juste mal et on aura beau vouloir expliquer, argumenter, l'autre ne veut pas entendre ni même te voir. Le résultat de le dire aura été sa souffrance et la tienne également car tu perds quelqu'un.

Pour ma part, c'est un risque que je suis prête à prendre.
Je ne veux pas d'une relation avec quelqu'un qui aime la personne qu'il croit que je suis (et que je ne suis pas, parce que je lui cache des choses importantes sur moi).
Je préfère le perdre, et qu'il trouve son bonheur sans moi si c'est ce qui lui convient. Je souffrirai un temps mais je survivrai, et lui aussi.

Par rapport à ce que dit zina, je ne vais pas reprendre tout son message mais je voulais dire que moi aussi j'étais plutôt dépendante et fusionnelle quand j'étais en relation exclusive, et que le fait d'avoir une relation ouverte m'a énormément fait gagner en autonomie.

Un petit détail pour finir :

noone29
Alors certain me diront est ce de l'amour

Ouh là....ce n'est pas ici à mon avis que tu trouveras ce genre de questions ! ;)
On a déjà discuté un peu du sujet, et de la légitimité (ou non !) à juger de la nature des sentiments des autres... ;)
Je ne pense pas que beaucoup de gens ici remettront en cause tes sentiments, que par définition, tu es seule à connaître.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion