Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les hommes poly et prêts à se lancer dans un projet de vie existent-ils ?

#

(compte clôturé)

le samedi 15 mars 2014 à 18h45

A condition que tu dessines une cloche pour ma rose

#
Profil

KittyN

le samedi 15 mars 2014 à 18h54

gcd68
Il faut arrêter le délire avec les diplômes et etc. Il y a des intellos incapable de faire du pain, même pour sa consommation personnelle. Et puis, le boulanger, il fait des maths au quotidien, et aussi de la chimie...

sauf que sorry, cela fait belle lurette que la France ne vit plus seulement de son artisanat et industrie traditionnels.
ce que feront mes enfants plus tard, c'est leur affaire, je ne m'en mêle pas (et j'ai des enfants), mais s'ils devaient faire de hautes études et qu'ils devaient les réussir, je serais le premier à en être fier.
mais s' ils veulent devenir boulangers, qu'ils le deviennent.

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 15 mars 2014 à 19h01

Mais tu es un beau mouton noir, Éric !

L'ambition de l'école, l'Éducation Nationale, en France du moins, et cela la distingue d'autres pays proches est de former des individus libres plus que des travailleurs. On peut contester cette ambition, on peut acter qu'elle n'y arrive pas à la hauteur de ses projets, on peut choisir collectivement de mener une autre politique. Sans doute.
Mais verser dans le poujadisme en opposant intellectuels et manuels est juste une faute. C'est une opposition qui n'a pas de sens.

Il y a des travailleurs intellectuels habiles de leurs mains et il y a des travailleurs manuels qui réfléchissent.
L'école a juste permis depuis plus d'un siècle de retirer les enfants des mines et à en propulser certains vers d'autres horizons, eux et leur descendance. Pas assez, on est d'accord.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 15 mars 2014 à 19h31

Bouquetfleuri
Il y a des travailleurs intellectuels habiles de leurs mains et il y a des travailleurs manuels qui réfléchissent.

Je suis d'accord sur ce point. On peut être suffisamment des deux, et heureusement.

Pour ce qui est de Poujade (si c'est à lui que tu fais allusion), je dirais seulement bof ! Etant donné ce qu'il a fait pour Dijon... Après c'est un avis tout personnel. Le nouveau maire c'est à mon sens pire. Evidemment ça n'engage que moi.

Ouais, pour ce qui est de l'école, je répète : que fait on des enfants qui ne s'y sentent pas à leur place ?

#
Profil

KittyN

le samedi 15 mars 2014 à 20h36

gcd68
Je suis d'accord sur ce point. On peut être suffisamment des deux, et heureusement.

Pour ce qui est de Poujade (si c'est à lui que tu fais allusion), je dirais seulement bof ! Etant donné ce qu'il a fait pour Dijon... Après c'est un avis tout personnel. Le nouveau maire c'est à mon sens pire. Evidemment ça n'engage que moi.

Ouais, pour ce qui est de l'école, je répète : que fait on des enfants qui ne s'y sentent pas à leur place ?

école professionnelle

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 15 mars 2014 à 20h36

Il y a plusieurs poujadisme, mais le plus constant est l'anti-intellectualisme qui borde le populisme le plus stérile par des artifices démagogiques dangereux. Il faut vraiment faire attention de ne pas l'alimenter, personne n'a rien à y gagner.

Un enfant qui ne se sent jamais à sa place à l'école, cela n'existe pratiquement pas, l'idée de l'école étant par excellence l'accompagnement du développement naturel de l'enfant.
En revanche un enfant peut ne pas se sentir à sa place dans une certaine école, ou dans le système de l'école publique par exemple.
Il existe des alternatives, d'autres ressources pédagogiques. Les écoles Montessori, les Freinet ou les Steiner proposent d'autres approches. Les parents ont aussi, légalement, la possibilité d'enseigner à leur enfants les rudiments du programme.

Cela dit, bien souvent, les enfants qui ne se sentent pas à leur place dans une école reproduisent la méfiance des parents devant le système éducatif qui ne leur a pas permis de s'épanouir au mieux et qui se considèrent eux-même en échec.
C'est un peu la panne de l'Éducation Nationale telle qu'on la diagnostique de plus en plus. L'ascenseur social ne fonctionne plus comme avant.
Si on assortit cela à la pression sociale adossée à la hiérarchie dont les diplômes représentent grosso modo les paliers, cela peut créer une situation assez limite en terme de reconnaissance de l'individu et de droits de l'homme.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 15 mars 2014 à 22h49

bouquetfleuri
Un enfant qui ne se sent jamais à sa place à l'école, cela n'existe pratiquement pas, l'idée de l'école étant par excellence l'accompagnement du développement naturel de l'enfant

Terrible paradoxe : un tiers à 50 % des enfants intellectuellement précoces seront en échec à un moment donné de leur parcours scolaire, ce qui les conduira parfois à redoubler une classe. Le taux de réussite de ces enfants est tout aussi inquiétant. Une enquête récente révèle que seuls 40 % des surdoués ont atteint ou dépassé le niveau bac, les deux autres tiers n'obtenant pas de diplôme en rapport avec leur potentiel

donc heureusement...

bouquetfleuri
Il existe des alternatives, d'autres ressources pédagogiques. Les écoles Montessori, les Freinet ou les Steiner proposent d'autres approches. Les parents ont aussi, légalement, la possibilité d'enseigner à leur enfants les rudiments du programme.

il est vrai qu'il ne faut pas oublier que ces alternatives sont des outils, et le role de celui ou celle qui utilise ces outils change tout.
l'état d'esprit fasse à l'apprentissage et très important, la confiance en soi et en se système éducatif aussi (suivant celui qui est choisi)

bouquetfleuri
Mais verser dans le poujadisme en opposant intellectuels et manuels est juste une faute. C'est une opposition qui n'a pas de sens.
Il y a des travailleurs intellectuels habiles de leurs mains et il y a des travailleurs manuels qui réfléchissent.
L'école a juste permis depuis plus d'un siècle de retirer les enfants des mines et à en propulser certains vers d'autres horizons, eux et leur descendance. Pas assez, on est d'accord.

(+) :-D (+)
Pour en revenir à la question de départ, qui visiblement passe par l'enfantement, je pense que l'on soit poly ou mono si 2 personnes on des valeurs qui se rejoignent (on voit que l'éducation rentre vite dans le débat), et qu'ils ont envie de faire des projets ensemble il n'y a aucune raison pour que ça n'arrive pas

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mars 2014 à 10h40

Bouquetfleuri
Cela dit, bien souvent, les enfants qui ne se sentent pas à leur place dans une école reproduisent la méfiance des parents devant le système éducatif qui ne leur a pas permis de s'épanouir au mieux et qui se considèrent eux-même en échec.

Dans ce cas j'aurais du être une surdouée et bien vivre ma scolarité. Toutes les conditions étaient plus que réunies.

Pourquoi ne pas dire et admettre que le système scolaire français laisse sur la touche un grand nombre, pour des raisons différentes. Pourquoi ne pas admettre que le système éducatif ne tient pas compte des particularités de chaque enfant. Pourquoi ne pas reconnaitre que notre système éducatif n'est pas adapté mais que dès que l'on veut y touché, ouf....

De la même manière, le système d'officialisation de l'union, de la famille et des projets communs n'est plus adapté et que ceux qui s'y retrouvent (pas tous et pas toujours, c'est vrai), sont ceux qui sortent officieusement du système admis.

D'autre part, les diplômes, les indispensables, ceux qui les obtiennent, que font-ils avec ? Sont-ils plus heureux que les autres ? J'enlève de la liste tous ceux qui partent à l'étranger, ce n'est pas une critique envers eux, je dirais même qu'ils ont raison.

Après je me demande sur qu'elle base on peut dire que chaque enfant peut s'épanouir à l'école et que le système éducatif accompagne le développement naturel.... Alors là...

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mars 2014 à 10h46

KittyN
école professionnelle

Oui, elle convient en effet à beaucoup, heureusement. Lorsque j'étais au collège, on y envoyait les cancres et on était mal vus si on partait en apprentissage. Seuls les ratés et les incapables y allaient. Par contre, à mon époque, le jeune pouvait partir à ses 14 ans. Qu'en est il aujourd'hui ?

D'autre part, il existait un BEP, qui était reconnu professionnellement et qui pouvait servir de tremplin pour le BAC (c'est mon parcours). Pourquoi les supprime-t-on alors que ça répondait à un besoin ? Sur ce coup là j'ai pas compris... Donc, même l'école professionnelle on l'ampute, au profit de quoi ?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 16 mars 2014 à 22h40

On est d'accord et pas d'accord.

bouquetfleuri
[l'école] reste le meilleur outil pour échapper au formatage.

L'école, non.
L'éducation, oui.

Je réitère ce que je dis : l'école publique française en général n'éduque pas, elle formate.

Les alternatives que tu évoques plus loin sont malheureusement bien trop peu répandues et bien souvent, privées. Et pas vraiment reconnues utiles par la plupart. Entendu à propos d'une école "alternative" (publique, pour la petite histoire) : "Ah oui, là-bas ils font un peu tout et n'importe quoi...et surtout n'importe quoi !"

Or si j'en crois ce que j'ai pu lire sur le sujet (suis pas allée là-bas même si je passe devant presque tous les jours), cette expérience alternative a plutôt été un succès.

Beaucoup n'aiment pas sortir du formatage, au point qu'ils n'ont pas envie que les autres en sortent...c'est triste.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mars 2014 à 22h56

(+)

#
Profil

KittyN

le lundi 17 mars 2014 à 06h19

il faut arrêter aussi de fantasmer sur la "qualité de formatage" de l'école française, hein.
l'enseignement français a sacrément baissé question quantité enseignée,
les classes sont surchargées, les profs pas assez nombreux, les sujets varient du tout au n'importe quoi et
je ne parle même pas des vacances une fois toutes les 6 semaines et de l'emploi du temps hyper allégé, hein.

alors tu vois, si les enfants des Français ne supportent même pas "ça", bonjour l'avenir des futures générations.

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 17 mars 2014 à 08h30

... Et si on revenait au sujet de base de ce fil de discussion :

> l'existence de personnes plutôt ' polys ' , et leurs regards, nos regards sur // et les possibilités d'engagements dans : d'éventuels ' projets de vie ' , à 2 ou + ?
( désolé, mais les digressions me lassent vite, ou alors il faut ouvrir un autre fil " écoles, éducations et/ou formatage ? " )

Faut-il se jeter et*ou se projeter dans une relation affective ?
( et comment, et pourquoi ? )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 17 mars 2014 à 19h34

Si je lance un "PolyFamilyCamp", dédié à tous ceux qui veulent se lacer dans l'aventure d'une polyfamille, qui serait partant?

#
Profil

LuLutine

le lundi 17 mars 2014 à 19h52

Le-prince-charmant
Si je lance un "PolyFamilyCamp", dédié à tous ceux qui veulent se lacer dans l'aventure d'une polyfamille, qui serait partant ?

Ben, moi. Et on prend Meta-Thomas-Aurélien comme invités d'honneur (désignés d'office et kidnappés pour l'occasion) !

:P

#
Profil

Jasmine

le lundi 17 mars 2014 à 20h00

Mère fraîchement célibataire et poly qui envisage, selon le joli terme d'un charmant prince, de devenir mère de famille tribale, ça marche ? Si oui, j'en suis !

#
Profil

Anarchamory

le lundi 17 mars 2014 à 20h01

Le-prince-charmant
Si je lance un "PolyFamilyCamp", dédié à tous ceux qui veulent se lacer dans l'aventure d'une polyfamille, qui serait partant ?

Moi m'sieur ! :D

#

(compte clôturé)

le lundi 17 mars 2014 à 20h04

Je passe mon tour à la génération suivante :-D .

#
Profil

Jasmine

le lundi 17 mars 2014 à 20h06

tsss tsss gcd, tu peux être la super tata polyaffective. La polyfamille, c'est large, surtout quand on a le cœur généreux et bienveillant ;)

#
Profil

LuLutine

le lundi 17 mars 2014 à 20h11

Jasmine
tsss tsss gcd, tu peux être la super tata polyaffective. La polyfamille, c'est large, surtout quand on a le cœur généreux et bienveillant ;)

Oui, et qui dit famille ne dit pas uniquement enfants ! Surtout quand il s'agit de polyfamille !

Une famille composée, dont le but est de vivre ensemble, les enfants n'étant qu'une possibilité parmi une infinité !

Il n'y a pas d'âge pour rejoindre une polyfamille :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion