Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les hommes poly et prêts à se lancer dans un projet de vie existent-ils ?

#

(compte clôturé)

le mardi 11 mars 2014 à 11h04

Sans moi, désolée. Je suis bien dans ma vie actuelle :-D et pour l'instant je désire mener à bien celui que j'ai entrepris.

#
Profil

Junon

le mardi 11 mars 2014 à 11h31

Peut être faudrait-il définir la notion de "projet"? Une maison, un enfant, des voyages, un achat commun?

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 12 mars 2014 à 01h06

Oui, ça existe. La preuve : c'est mon cas :-)
(Je réponds juste à la question posée hein, ce ne sont pas des avances masquées ^^

#
Profil

Green-Man-Outside

le mercredi 12 mars 2014 à 02h27

J'ai un projet : marquer l'histoire par ma musique. Nan, je rigole, trop pompeux. Je veux simplement sortir toute la musique que j'ai en moi avant de crever.
Faire mieux que la b-o de Shadow Of the Comet.
Sueder des films.
Courir un semi-marathon.
Aller à Cuba.
Emmener des gens que j'aime dans le Morbihan.
Et passer au moins trois nuits au muthafuckin' Goring de Londres.

Entre autres. Et je serais ravi que des femmes soient impliquées dans certains de ces projets. Sauf que... prévoir n'est pas faire.

Les projets peuvent s'entasser, la réalité les fait et les défait.

#
Profil

KittyN

le mercredi 12 mars 2014 à 07h37

Junon
Peut être faudrait-il définir la notion de "projet" ? Une maison, un enfant, des voyages, un achat commun ?

et pourquoi pas ?
si la loi interdit la polygamie, elle n'interdit pas la vie à plusieurs sous un même toit, encore heureux !!!

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 12 mars 2014 à 08h40

Bon matin,

Ce qui est intéressant dans cette question des “projets de vie”, c’est surtout de savoir si l’on est capable d’ouvrir un dialogue à ce sujet, entre partenaires concerné-es, et de façon vraiment franche, sans tabou (que l’on soit femmes ou hommes, homo, bi ou hétéro, peu importe).

On peut vouloir passer de courts ou longs moments avec quelqu’un, y compris intenses, complices, intimes, et*ou sexuels, avec une belle & fraîche ‘ new relationship energy ’, sans pour autant avoir envie d’un “projet” à court ou long terme, avec cette personne. ça ne nous empêche pas pour autant de l'apprécier vraiment, de l'aimer...

Il y a des ‘polys’ ou des ‘monos’ ou autres sans étiquette qui veulent avoir un “projet de vie” avec telle personne, ... et un tout autre projet avec telle autre (parce que chaque partenaire ne fait pas vibrer la même partie de leur coeur, de leur corps, de leurs goûts & désirs...).

Il y en a qui au contraire ont déjà une vie sociale, familiale ou professionnelle assez riche voire chargée, et qui vivent des relations plurielles notamment pour ces moments aériens qu’elles procurent, cette légèreté (sans “projet”), loin d’une possible routine ( > métro-boulot-mono-dodo ?) .

Et puis il y a des “projets de vie” idéalisés qui peuvent devenir des “routines de vie” au quotidien (les jeunes parents qui ne dorment plus la nuit et*ou qui n’ont plus de vie sociale voient de quoi je parle...) .

Se réveiller toujours dans le même lit avec la même personne, dans le même appart trop étroit, avec la même personne possessive, pendant x années, x décennies, il y en a à qui ça plaît (ou qui croient que ça leur plaira toujours ? * ), que ça fait rêver... Ou pas ;) !

On peut toujours lâchement sortir un “ - No, it’s not you, it’s me...” (la fameuse phrase du personnage de George, dans une série des années 90’s, Seinfeld), pour ne pas assumer un certain rejet du projet de l’autre, m’enfin à un moment il faut jouer un peu cartes sur table, et se dire les choses, entre adultes mâtures.

Faire la distinction, par exemple, entre ‘ne pas’ vouloir d’un enfant ** avec telle personne, ‘ne plus’ vouloir d’un nouvel enfant (parce qu’on en a déjà un, le sien, ou celui de sa compagne/son compagnon, en garde alternée), ou ‘ne plus pouvoir’ avoir un enfant (pour des raisons biologiques, venant de la femme ou de l’homme).

Est-on capable d’ouvrir ce dialogue vraiment franc du collier (et bienveillant), en cas de rejet d’un “projet de vie” à un instant i ? Là est la question, à mon humble avis.

( * walt disney, sors de ce corps ! )

( ** là j’ai pris l’exemple d’avoir “un enfant”, qui est l’engagement le plus total (c’est une responsabilité pour la vie, que l’on soit ou non divorcé-es), mais il peut bien-sûr y avoir d’autres “projets de vie”, comme le dit Junon : une maison, des week-ends réguliers ensemble, des voyages... )

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le mercredi 12 mars 2014 à 10h46

Projet de vie, projet de la vie, projet de vivre et finalement, projet d’être…

J’appréhende la question du projet de cette manière, pas en juxtaposant deux souhaits qui se ressemblent ou pas, même si cela nécessite de parler pour le savoir mais en extériorisant ma recherche intérieure.
Mon projet de vie est d’essayer de connaître, découvrir l’inconnu qui est en l’autre, pour ce qu’il est, en sachant que c’est une correspondance, un éclairage de l’inconnu qui est en moi.
Le projet que je peux avoir avec une femme est une réponse que l’on abonde en commun à la question inaltérable et perpétuelle de savoir si nos parcours, nos histoires, nos sexualités, nos identités s‘articulent, entrent en résonance et, comment en vivant dans notre espace amoureux nous nous offrons les éléments nécessaires pour avancer, pour devenir meilleurs ou du moins ceux que nous désirons être. Cela peut se faire chacun de son côté, cela peut se faire en vivant ensemble. Cela peut se réaliser avec une, deux ou trois amoureuses. Les contingences matérielles entrent peu en considération.

Ce qui constitue le cœur du projet est le choix commun de nous chercher et l’espoir commun de nous trouver, en matérialisant jour après jour la promesse éternelle que se font les humains.

Empiriquement, il ne s’agit pas d’acheter ou non une maison, ni de délimiter un espace de vie intangible, ni d’accueillir ou non un enfant.
Il ne s’agit pas plus d’effacer nos différences, il s’agit simplement de les harmoniser, de permettre leur expression.
Il s’agit de nous offrir du quotidien, le plus possible, pour laisser nos inconscients se déployer à la conscience de l’autre. Il s’agit de réduire l’asymétrie fondamentale entre deux personnes qui ne se connaîtront jamais totalement.
Il s’agit de respecter scrupuleusement ce que nous découvrons comme étant une face cachée de nous-mêmes. C’est pour moi, la seule façon satisfaisante de rester entier et de vivre entièrement une histoire d’amour avec chacune des femmes qui m’acceptent.

Mon projet de vie tient en quelques mots : j’essaie de nourrir notre relation pour nous découvrir sans cesse. Il n’existe que parce qu’il est partagé.

Dans ce projet de vie, je me lance et m’engage à corps et à cœur… en permanence.
Parce que ce projet n’est pas principalement matériel, la jouissance n’est pas principalement matérielle, elle est surtout spirituelle, elle est sentimentale, elle identifie notre pulsion de vie.

Et s’il doit y avoir une matérialité, la sonorité douce des baisers qui signent un instant de tendresse en est une, autrement plus importante que beaucoup d’autres.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 12 mars 2014 à 11h10

GreenPixie
" un projet dès le départ on lui fixe "un début" et "une fin", alors que le désir, lui, est bien plus libre : il peut naître à n'importe quel moment, de façon sauvage, sans subvention-à-la-clef, sans donneur d'ordres étatiques " .
Un projet est fait pour être terminé, il a surtout une fin, prévisible ...

Dans ton post' précédant je trouve que ce la façon dont résonne le mot projet dans ton esprit est trop "centré" sur la fin. et que ça semble bien trop figé.
Pour moi un projet c'est un but, tendre vers, mais rien est figé dans la vie tout évolue d'une manière ou d'une autre. Les projets peuvent changer de forme suivant les désirs, les possibilités etc.
De plus le grand projet de ma vie c'est de rester libre, " sans subvention-à-la-clef, sans donneur d'ordres étatiques", de graviter donc vivre, dans un cadre fait d'alternatives, à l'argent au pétrole etc.
Mon grand projet "parle" de liberté, donc des polyamoureux ont leurs places dans ce grand projet de vie qui est mien.
Je parle p t etre de choses un peu abstraites, plus concrètement, j'ai signé un commodat pour le coté alternative ( :-/ anar) avec un chéri pour un appart et il est bien question de projet de rénovation, d'utilisation, je vais méme en parler avec "sa femme" ça pourrait l'aider à réaliser un projet à elle (pour accueillir du public pour séances de reiki par exemple)
Quant au grand projet de vie dont parle GreenPixie (un enfant) je ne sais pas je me suis jamais posée la question car ça ne fait pas partie de mes projets de vie.
Mais là encore rien n'est figé méme si je parle belle est bien de projet de vie

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Strega

le mercredi 12 mars 2014 à 12h30

Bouquetfleuri
Mon projet de vie est d’essayer de connaître, découvrir l’inconnu qui est en l’autre, pour ce qu’il est, en sachant que c’est une correspondance, un éclairage à l’inconnu qui est en moi.

Je ne l'aurais pas dit avec ces mots, mais cela correspond à ce vers quoi je tends aussi.

Bouquetfleuri
Dans ce projet de vie, je me lance et m’engage à corps et à cœur… en permanence.

Tout pareil. Et c'est un projet/art d'être.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 14 mars 2014 à 14h12

GreenPixie
Est-on capable d’ouvrir ce dialogue vraiment franc du collier (et bienveillant), en cas de rejet d’un “projet de vie” à un instant i ? Là est la question, à mon humble avis.

je pense que l'on doit etre etre capable de ça!.
d'pouvoir en reparler encore et encore car les choses évolues encore et encore et si on est pas capable de parler franchement de de choses aussi importantes que sont les projets de la vie, moi ça me donne pas envie de faire un projet (surtout grand) avec cette personne.

Pour en revenir "à nos moutons" (bon ok là c'est p t etre de mauvais gout)

GreenPixie
là j’ai pris l’exemple d’avoir “un enfant”, qui est l’engagement le plus total (c’est une responsabilité pour la vie, que l’on soit ou non divorcé-es),

Oui parceque je pense qu'un enfant née d'un couple poly, ne sera forcément pas un mouton!
Je pense que c'est une question centrale

bouquetfleuri
Parce que ce projet n’est pas principalement matériel, la jouissance n’est pas principalement matérielle, elle est surtout spirituelle, elle est sentimentale, elle identifie notre pulsion de vie.

cette pulsion de vie, ce qui nous "motive dans la vie" ceux à quoi on aspire profondément, idées politiques etc que l'on soit mono, poly, bi etc...
tant que les 2 parents sont en accords sur les points essentiels et capable d'en parler (franc du collier) cette enfant sera bien entouré

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

KittyN

le vendredi 14 mars 2014 à 16h21

@bodhicitta

alors là je ne suis pas du tout d'accord avec toi ~~~~
les enfants des poly sont meilleurs ou moins "mouton" que ceux des autres ?
tu as une preuve de ce que tu avances là ?

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 14 mars 2014 à 16h54

Bon ok pas forcément,
mais les parents sont forcements "moins moutons" vu que si on est polyamoureux c'est qu'on est minimum capable de remettre en cause les normes.
Les moutons ne sortent pas du troupeau, se suivent les uns les autres, je ne pense pas que ce qoit l'éducation donné à un enfant de parents polyamoureux.

De toutes façons un enfant avec des parents polyamoureux, sait qu'on peut etre heureux, du moins vivre, méme si on ne fait pas comme tout le monde, donc il gardera ça à l'esprit toute sa vie et je suis persuadée que ça lui permettra de prendre du recule sur la société, et ne sera pas un mouton!

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 16h59

Pas nécessairement en effet. Toutefois, ils connaitront d'autres possibilités. Après, certains seront quand même des moutons.

J'ai un fils qui ne comprend pas sa mère et qui n'aime pas ce que je suis (âge 23 ans). J'aurais même tendance à penser qu'il ne voudrait surtout pas me ressembler. Alors que mon dernier fils (16 ans) comprend parfaitement et me semble "poly compatible".

J'ai un autre fils (18 ans) qui a un "petite amie" qu'il voit souvent et une "amie plus" avec qui il communique à distance et les deux ne se connaissent pas réellement mais elles communiquent via son téléphone, donc elles connaissent l'existence l'une de l'autre. Dire qu'il est polyaffectif, je ne sais pas, je ne connais pas la nature exacte des deux relations mais je dirais que ça s'y rapproche beaucoup. Par contre, les deux "filles" sont plus jeunes que lui.

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 17h01

Bodhicitta8 a posté en mm temps que moi. Deux réponses différentes donc

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 14 mars 2014 à 17h47

@ gcd68 :
Hum.., ça veut dire quoi " polyaffectif " pour toi ?
Est-ce proche du fait d'avoir des amitiés plurielles fortes et*ou amours platoniques, ou encore autre chose ?
Qu'est-ce que cela exclut ?
et qu'est-ce que cela inclut, pour toi // par rapport au ' polyamory ' ou aux polyamours ?

Est-ce compatible avec le fait d'avoir des ' projets de vie ' avec quelqu'un ?

@ vous :
Un jour, une copine, qui a plusieurs partenaires & plusieurs relations (pas forcément "amoureuses"), me laissait entendre qu'a priori elle ne pourrait pas être ' polyamoureuse ' parce qu'elle n'a pas forcément de projets ou d'engagements forts avec chacun de ses différents partenaires.

Quelque chose me dit qu'il y a comme un malentendu, et qu'elle suppose : "polyamour = projet amoureux avec chacun des partenaires" , à cause de cette satanée mauvaise traduction de ' polyamory ' (où ' amory ' ne signifie Pas seulement "amour" mais plutôt >> ' relations intimes & éthiques ' <3 ) .

Se lancer, ' se jeter ' dans une relation d'une première nuit ou +, ce n'est pas forcément ' se pro-jeter ' .

Et ça n'empêche pas les belles aventures, au contraire ;) !

Tout cela me rappelle à quel point il est important de ne pas être étiqueté & réduit n'importe où de "polyamoureux" de façon dogmatique et/ou définitive, surtout quand on voit comment ce mot est (mal) compris, traduit, répété, interprété et trop souvent déformé par des personnes pourtant souvent (mais pas toujours) assez bien intentionnées ...

On devrait peut-être toujours écrire ' polyamourS ' au pluriel (nan ?), par respect des multiples autres façons de les vivre, éthiques mais plus souples sur la traduction du mot anglais ' amory ' .

A ce jour, après avoir rencontré beaucoup d'autres personnes (au moins des dizaines) plus ou moins ' polys ' , je crois pouvoir dire qu'a priori, aucune ne vivait ou ne donnait la même définition (trop réductrice) au mot ' polyamory ' ou au mot ' polyamour ' .

Et d'ailleurs peut-être tant mieux, l'horizon des possibles est plus vaste ainsi, pour respirer & vivre ses multiples relations, sans étiquette mais avec éthique (+) .

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

coquelicot

le vendredi 14 mars 2014 à 17h53

J ai un exemple a la maison!

Un non mouton , qui sait deja a 9 ans que le principal dans la vie c est de bosser a l ecole !

Il sait aussi que si ses parents sont heureux ca decoule sur lui , donc nos "histoires " il s en moque du moment que ca ne l atteint pas ;

D ailleurs ,je l ai deja ecrit ailleurs il a une "copine " a l ecole qui hesitait entre lui et un autre ; il lui a toiut simplement expliqué qu elle pouvait garder les deux!

Je pense que cette ouverture d esprit lui ouvrira plus de portes qu elle ne lui en fermera .

En tout cas il a deja pigé que pour etre heureux ,il fallait sortir du troupeau , .

#
Profil

Junon

le vendredi 14 mars 2014 à 18h09

Euh KittyN, va falloir apprendre à le lire, je POSE une question, je n'IMPOSE pas une réponse. Je suis pleine de projets et pourtant aucun ne correspond à ça. D'où ma demande à l'auteure du post: qu'entend elle par projet?

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 14 mars 2014 à 18h20

coquelicot
J ai un exemple a la maison !

Un non mouton , qui sait deja a 9 ans que le principal dans la vie c est de bosser a l ecole !

Hum..., ce ne serait pas plutôt cela, la définition d'un bon p'tit soldat moutonnier, juste comme principale activité "bosser à l'école" ?

Au lieu de cela, aussi :
apprendre à relationner,
être autonome en multiples savoir-faire (jardiner, cuisiner, bricoler...),
et savoir être, apprendre à penser par soi-même, se construire,
fabriquer une cabane ....

... un peu comme dans ce joyeux p'tit livre pour enfants (que le tea party & les réacs des USA n'ont pas du tout aimé ;) ) nommé ' Vive l'anarchie ! '

En voilà un sacré projet de vie, pour un enfant qui ne veut pas finir chèvre ou mouton une fois adulte avec burn-out en prime .

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 mars 2014 à 18h38

coquelicot
Un non mouton , qui sait deja a 9 ans que le principal dans la vie c est de bosser a l ecole !

Gnnnnnn...

https://en.wikipedia.org/wiki/Deschooling_Society
www.cnt-f.org/fte/?Une-societe-sans-ecole-Ivan-Ill...

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 14 mars 2014 à 18h49

bodhicitta8
Dans ton post' précédant je trouve que la façon dont résonne le mot projet dans ton esprit est trop "centré" sur la fin. et que ça semble bien trop figé.

Pour moi un projet c'est un but, tendre vers, mais rien est figé dans la vie tout évolue d'une manière ou d'une autre. Les projets peuvent changer de forme suivant les désirs, les possibilités etc.

De plus le grand projet de ma vie c'est de rester libre, " sans subvention-à-la-clef, sans donneur d'ordres étatiques", de graviter donc vivre, dans un cadre fait d'alternatives, à l'argent au pétrole etc.
Mon grand projet "parle" de liberté, donc des polyamoureux ont leurs places dans ce grand projet de vie qui est mien.
( ... )
Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Bonjour Bodhicitta8,

Oui tu as bien raison, je me suis mal exprimé .

En fait, dans mon exemple ci-dessus, ce que j'avais en tête, c'était plutôt des projets "venant d'en haut de la pyramide / conçus sans nous", que l'on nous impose (en entreprise, dans une institution, une administration, dans une école...) , et où le projet est déjà pré-formaté, par d'autres que nous, sans nous, et où le début et la fin sont déjà fixés et figés par ces personnes (avec une "date de rendu" à respecter...) .

Et je pensais aussi à des projets purement matériels liés au verbe " avoir " : avoir une maison / un-e chéri-e / un bon job / un billet de voyage > ils ont a priori un début et une fin, ces projets (une fois qu'on les "a" atteint, on ne cherche peut-être pas à les "avoir" une 2ème fois) .

... En revanche, des projets liés au verbe être (comme les tiens) :
être libre, être autonome (pour se nourrir, se loger...),
être bien avec soi-même, être heureux,
être en bonne santé, zen, être tendre (et tendre vers ;) ) , cultiver l'art d'aimer & de nourrir ses relations...

... > ils sont des horizons, donc tu peux t'en rapprocher, toute ta vie ! , en les gardant comme lignes de vie, en arborescence, sans jamais les atteindre ni les "avoir" , donc ce sont des projets + fluides .

Tu les débutes quand tu veux (sans chef ni pyramide), et ils ne "finiront" jamais, on ne pourra jamais les acheter (sur 30 ans à la banque) ni les baguer ni les "posséder" , et c'est ça qui est bon (+) !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion