Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Besoin de conseils

Témoignage
#

Clochette (invité)

le samedi 09 avril 2011 à 12h46

Bonjour à tous !

Voici ma petite histoire :

Je suis en couple depuis trois ans, et tout se passe merveilleusement bien. Nous nous aimons, nous avons des projets plein la tête.

Il y a quelques temps j'ai rencontré une autre personne avec qui je me sens particulièrement bien, qui m'attire et que j'attire. Cette situation ne changeant absolument pas les sentiments que j'ai pour mon amoureux, je me suis posée la question de comment je pouvais vivre ces deux relations.

J'en ai parlé à mon compagnon qui s'est totalement bloqué, et qui a beaucoup de mal à accepter la situation. Bien qu'il comprenne ma vision des choses, il ne supporte pas l'idée que j'ai une relation avec une autre personne que lui. Cela le «  dégouterait » trop, et il se sent même actuellement incapable de m'exprimer de l'affection tant le fait que j'envisage d'avoir une relation avec quelqu'un d'autre l'insupporte.

Nous discutons beaucoup de tout cela. Il en est venu à la conclusion que, puisque nous n'avons pas la même vision des choses, il faudrait cesser notre relation.

Cette idée m'est insupportable. Pour moi, il est la personne avec qui j'ai envie de partager ma vie.

Ne savant plus quoi faire, je lui ai proposé de mettre mes désirs «  de côté » et de poursuivre notre relation comme avant... Mais pour lui ce serait agir comme «  un con ».

Nous sommes donc dans une impasse. Aucun de nous deux ne souhaitent arrêter notre histoire, mais il n'arrive pas à vivre avec moi en sachant que j'ai envie d'avoir une relation avec une autre personne.

De nos discutions il ressort aussi que la personne que j'ai «  choisie » est une personne qu'il ne supporte pas, et cela le remet en question dans le fait que je les apprécie tous les deux. J'ai insisté sur le fait qu'il s'agissait de deux relations distinctes, et que donc il n'était pas question de «  comparer ». Pour moi il reste la personne la plus importante de ma vie. Mon autre relation est donc une relation «  secondaire ».

La troisième personne en question est très ouverte. Il préfère les relations simples, sans être en couple. Il est patient, comprends parfaitement la situation et «  attend » sans en souffrir.

Je ne sais pas vraiment quoi faire avec tout ça. Je prends patience avec mon compagnon mais je m'inquiète de notre avenir. Parfois je n'ai pas toujours les mots justes pour lui en parler, et je suis triste de le faire souffrir.

Il m'a aussi dit regretter que j'ai décidé de lui en parler, il aurait préféré que je ne lui dise rien. Mais ma relation d'amour avec lui repose avant tout sur la confiance que nous avons l'un en l'autre et il m'était donc impossible de pas lui dire ce que je ressentais. Ai-je eu tord ?

Merci d'avoir lu jusqu'au bout ! J'attends vos conseils et/ou points de vu.

#

(compte clôturé)

le samedi 09 avril 2011 à 12h52

Une Clochette avec ce genre d'histoire ? Tes initiales en vrai ne seraient pas SGM ?

#
Profil

Clown_Triste

le samedi 09 avril 2011 à 13h30

Bonjour Clochette,

Je suis toujours triste de lire ce type de témoignage. Des gens qui s'aiment et qui ont envie d'être ensemble... mais dont l'accord est troublé par l'incapacité (ou le refus) de l'un à vivre sereinement l'idée que l'autre puisse aimer et/ou désirer quelqu'un d'autre.

Ceci dit, quand cette simple idée est une source de grande souffrance, comment attendre de quelqu'un qu'il accepte de souffrir durablement pour nous permettre de vivre une autre relation ? La situation est délicate.

Pour autant, je ne crois pas que tu aies eu tort. Même si la vie est plus une suite de nuances de gris qu'un tableau en noir et blanc tranché, dire la vérité à l'homme que tu aimes et ne pas lui cacher des événements essentiels pour toi, me semble difficilement pouvoir être considéré comme une erreur (sauf si justement la personne t'a demandé avant de ne rien lui dire).

Il y a rarement une solution simple à ce type de situation. Il n'y a même parfois aucune solution satisfaisante et l'éloignement, la fin de la relation de couple (mais pas nécessairement de tout contact) peut constituer le moins pire des choix.
Ceci dit, comme je l'ai déjà évoqué sur un autre sujet, il serait peut-être intéressant d'essayer de comprendre avec ton compagnon pourquoi le fait que tu aimes quelqu'un d'autre le "dégoûte" ? D'où vient ce ressenti intense ? Si tu as déjà connu d'autres hommes auparavant, en quoi cela est-il fondamentalement différent ?
A-t-il intégré une imagerie sociale, se conforme-t-il simplement à un modèle classique d'homme qui "possède" sa compagne et se doit d'être absolument contre le fait qu'un autre homme la touche ? A-t-il vécu des choses douloureuses que cette idée réveille ? Accepterait-il de travailler sur le sujet ?
Vu la force de sa réaction, il semble improbable qu'il réalise soudain que tout ceci est "idiot" et qu'il peut le dépasser facilement. Mais peut-être pouvez-vous en parler.

Et lui, ne serait-il pas heureux de pouvoir vivre son attirance, son désir ou un autre amour avec une autre femme que toi, en plus de toi ?

D'autre part, même si c'est dur, cela peut constituer une expérience riche de sens pour toi, sur le prix à payer du choix du polyamour dans un monde de gens globalement monogames... Dure leçon, certes, mais qui peut te permettre de mieux te connaître toi-même.

Bon courage à toi, à vous.

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

Clochette (invité)

le samedi 09 avril 2011 à 13h40

Merci pour la réponse.

La difficulté vient peut être du fait que c'est à tous les deux notre première relation sérieuse, et que nous avons vraiment découvert ensemble les plaisirs de l'amour et du sexe ! Pour lui quelque chose de privilégié s'est cassé et je le comprends. Moi aussi ça me fait peut d'envisager une autre relation, mais j'ai l'impression que ça peut être réellement bénéfique pour moi, et pour notre couple.

Ce serait certainement son cas pour lui aussi, mais c'est à lui de découvrir si il a envi de vivre autre chose ou non.

J'espère que nous allons continuer notre histoire, elle est tellement importante pour moi (et pour lui je pense aussi), et que nous en sortirons "plus forts".

#
Profil

Clown_Triste

le samedi 09 avril 2011 à 13h52

Clochette, ce ne sera pas forcément une consolation dans l'immédiat, mais vous pouvez garder tous les deux à l'esprit que la vie est pleine de virages inattendues, de circonvolutions étonnantes, de chemins imprévisibles.
Qu'une relation qui n'a pas pu aboutir à 20 ans peut reprendre à 30, une fois que les deux personnes concernées ont cheminé, mûri et appris chacun de leur côté.
Qu'aimer quelqu'un ne veut pas forcément dire pouvoir vivre avec (ni que vivre avec soit nécessaire).

Enfin, il peut être utile de prendre du recul en se disant que les émotions et le ressenti sont choses éphémères (on se sent triste à mourir un jour, on se retrouve à éclater de rire sous un soleil éclatant 48 heures plus tard). Une grande partie de ce qui s'est passé... s'est passé avant tout dans la tête de ton compagnon, dans son imagination.
Évidemment, comme il vit dedans, difficile d'y échapper. Mais ce "quelque chose qui s'est cassé", franchement, était basé sur quoi ? Sur l'orgueil d'être le seul, le premier ? Sur le fantasme de l'autre qui t'appartient et ne connaîtra de plaisir qu'entre *tes* bras ?
Franchement, de quelle partie de son être sort cette idée ? Est-ce une pulsion bien noble ? Puisque l'homme se dit supérieur aux animaux, ne peut-il pas dépasser cette programmation de mammifère désireux de protéger l'avenir de ses gènes en contrôlant l'activité sexuelle de sa femelle ?

Dans tous les cas, vous sortirez potentiellement riches d'une grande expérience pour la suite, même si elle est difficile à vivre. En ce sens, votre histoire ne saurait être qualifiée d'échec.

(Enfin, j'ajouterais que l'image des jouvenceaux qui se sont connus jeunes et ont été les uniques partenaires l'un de l'autre est une image romantique qui peut donner intellectuellement envie... mais, franchement, ne serait-il pas triste de mourir en n'ayant connu l'étreinte que d'un seul homme, d'une seule femme, alors qu'il y a tant de gens merveilleux à aimer et d'expériences sexuelles à vivre au cours d'une vie ?)

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

Clochette (invité)

le samedi 09 avril 2011 à 14h48

Un grand et sincère merci pour tes messages.

Pas facile de sortir d'une vision si idyllique. Moi même je me surprends à penser que par ma faute j'ai cassé une si belle et unique histoire. Et d'autres fois je suis curieuse et attirée à l'idée de connaître d'autres sensations, d'autres belles choses avec d'autres personnes.

J'ai confiance en notre relation et effectivement je me dis qu'elle a peut être besoin de temps mais qu'elle sera toujours forte et bien là. Maintenant peut être doit-on apprendre à vivre aussi juste pour soi, chacun de son côté.

Mais c'est tellement rassurant et agréable de le savoir à mes côtés. J'ai envie de le voir tous les jours... de partager mes pensées avec lui, on a tellement de choses à faire ensemble.

Maintenant il faut avancer, mais ça fait mal et peur.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 14 avril 2011 à 18h03

Clown_Triste
Qu'une relation qui n'a pas pu aboutir à 20 ans peut reprendre à 30,

CT, tu lis dans ma vie ! <3
Et je rajouterais à la phrase plus haut, qu'on peut attendre longtemps, et que que sept ans ou sept jours, au bout du compte, c'est pas bien différent... :)

Clochette
Moi même je me surprends à penser que par ma faute j'ai cassé une si belle et unique histoire.

Tu n'as rien cassé, tu es juste toi-même.
Si ton amoureux ne supporte pas de te (sa)voir telle que tu es, est-ce toi la responsable ?

#

Clochette (invité)

le jeudi 14 avril 2011 à 19h25

Non je n'en suis pas responsable, mais lorsque je le vois souffrir je ne peux pas m'empêcher de me sentir coupable...

Sinon mon histoire n'avance pas beaucoup, même plutôt elle recule puisque je ne vois presque plus la "troisième personne", je me l'interdis un petit peu et surtout je ne me vois pas dire à mon compagnon "tiens aujourd'hui je passe la journée avec lui". Pas facile...

Je prends patience, et j'attends que mon compagnon accepte la situation (dans le sens m'accepte comme je suis sans en souffrir) avec la peur au ventre que cela n'arrive jamais et qu'il nous faille faire autrement...

#
Profil

LuLutine

le vendredi 15 avril 2011 à 17h38

Clochette
je ne me vois pas dire à mon compagnon "tiens aujourd'hui je passe la journée avec lui".

Est-ce que quelque chose t'y oblige ?
Tu habites avec ton compagnon ?
Si oui, en effet c'est techniquement difficile de partir sans lui dire du tout ce que tu fais...
Mais si ce n'est pas le cas, tu n'as pas de comptes à lui rendre, si ? (Je parle du fait de passer la journée sans lui, pas d'une éventuelle relation amoureuse avec "la troisième personne".)

#
Profil

tentacara

le vendredi 15 avril 2011 à 18h01

J'ai un petit problème avec ça, personnellement.
Si l'un de mes hommes passe la journée (soirée / nuit..) avec une copine, je préfère qu'il me le dise. S'il ne le fait pas et que je l'apprends après-coup, j'ai l'impression qu'ils m'ont délibérément caché un truc, ce qui donne au truc plus d'importance que ça n'en a réellement.
Alors, juste lui dire :"je sors pour la journée" pour éviter de lui dire qu'on passe la journée avec un autre me paraît être une ellipse un peu facile. Une façon de ne pas assumer.
Bien entendu, je parle pour moi. Nous avons une configuration qui demande de l'organisation et nous savons généralement où et avec qui les 2 autres se trouvent.

#

Clochette (invité)

le vendredi 15 avril 2011 à 18h09

Non, nous n'habitons pas ensemble, mais on se voit très régulièrement. Surtout avec un groupe d'amis dont cette fameuse troisième personne fait parfois parti. Mais ces derniers temps il ne vient même pas aux soirées par "respect" pour mon compagnon.

Et oui je préfère lui dire, d'autant plus que je suis rarement dispo dans la journée du coup je serais amenée à le voir d'avantage en soirée. Et les soirées j'ai pris pour habitude de les passer presque toutes avec mon compagnon. Voilà tout ça pour montrer à quel point cette situation bouleverse notre relation "habituelle" que mon amoureux regrette beaucoup et que cela attriste énormément.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 15 avril 2011 à 18h33

tentacara
J'ai un petit problème avec ça, personnellement.
[...]
Bien entendu, je parle pour moi.

Ben oui.
Clochette précise dans son premier message que son amoureux aurait préféré ne pas savoir.

C'est pourquoi il me semble utile d'évoquer qu'il y a des couples qui fonctionnent très bien avec l'option "ne rien dire".

D'un commun accord, lorsque l'un dit "Je ne suis pas disponible", l'autre ne lui demande pas de comptes. Dans l'absolu, ça me semble un fonctionnement valable (même si pour mes relations, je n'en suis pas fan non plus), donc je pense que c'est quelque chose qu'il est utile d'envisager.

Surtout, il y a toute la palette des possibles entre "Je ne suis pas disponible" et "Je passe la journée avec machin, on va aller au parc d'attraction et au restaurant, puis au ciné, qu'est-ce que ça va être génial, pendant que toi tu seras tout seul devant la télé." ! ;)

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 avril 2011 à 19h46

Nous aussi, on fonctionne sur le mode "Chuis pas là pour la journée"; pour respecter un truc un peu chatouilleux entre nous (on veut pas se rendre de comptes).
Ca demande ensuite d'être vigilant à ne pas non plus laisser échapper négligemment de détails appartenant à la relation avec l'autre. Savoir rester discret, quoi.

#
Profil

Clochette

le mercredi 04 mai 2011 à 14h19

Je reviens sur ce sujet pour mettre un peu à jour mon histoire.

Après de longues discussions avec mon compagnon, nous avons décidé que je ne verrais la "troisième personne" uniquement en tant qu'ami, qu'il n'y aurait rien de plus entre nous. En retour mon compagnon s'engageait à réfléchir à tout cela. Acceptant de lui donner ce temps, nous n'avons plus vraiment abordé la question.

Il y a quelques jours, à une soirée où mon compagnon n'était pas, je me suis retrouvée à terminer seule la soirée avec la "troisième personne". Nous avons fini par nous endormir dans le même lit, mais sans rien faire de "sexuel".

Mon compagnon l'a sut, et s'est senti trahit. Je me suis excusée pour cela, je peux comprendre ses inquiétudes. Du coup le problème se pose à nouveau.

Il m'avait déjà proposé que l'on se sépare, et a reposé la question.
J'ai l'impression que ce serait à moi de prendre cette décision.
Est-ce que ça serait plus honnête, plus respectueux pour lui, de le quitter ?

Je l'aime de tout mon cœur, je n'ai pas envie de le quitter, mais je sais aussi que ma vision de la vie ne correspond pas à ce qu'il attend. J'ai envie de partager des choses avec d'autres personnes que lui. Si je suis capable aujourd'hui de faire des compromis, et de ne pas poursuivre une relation qui me donne envie, en serais-je toujours capable dans l'avenir ?

De son côté, après avoir longuement réfléchie, je pense que le problème n'est pas au niveau des sentiments que j'ai pour lui et l'autre, mais plus au niveau de l'intimité. Pour lui être en couple signifie avoir une intimité exclusive. Il ne supporte pas l'idée que je partage mon intimité avec quelqu'un d'autre, même s'il en comprend mon besoin. Pour lui, si je le faisais, il serait incapable de continuer notre relation, ou alors en souffrirait énormément.

Merci pour ceux qui continuent à lire ce sujet.

Clochette

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 04 mai 2011 à 15h08

Clochette
Il ne supporte pas l'idée que je partage mon intimité avec quelqu'un d'autre, même s'il en comprend mon besoin. Pour lui, si je le faisais, il serait incapable de continuer notre relation, ou alors en souffrirait énormément.

Salut !
Je crois que toi, affectivement, tu as fait tes choix. Tu as envie de rester avec lui ET envie d'un deuxième.
Tu décides de rester ET de fréquenter l'autre. Ce sont deux choix que tu fais séparément, même si ensemble ils aboutisse à une seule situation. Un peu comme on peut décider de partir en vacances ET de vouloir finir un travail pendant la période : on emmène ses dossiers en vacances. Les deux choix se conjuguent en un comportement.
C'est ce qui caractérise le polyamour, mélange de plusieurs choix : l'amour qui dure ET en avoir plus d'un ET être honnête. Trouver un comportement où les trois ne s'empêchent pas mutuellement.

Ton compagnon souffre. Il peut
-soit te quitter,
-soit travailler sur sa souffrance,
- te fair choisir à sa place, mais le problème, c'est que ce ne serait pas ton choix, et qu'ainsi faisant, ton compagnon te fait alors porter la responsabilité de ses besoins.

Si il souffre, c'est certes à cause de ton choix, mais c'est le sien de continuer.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

tentacara

le mercredi 04 mai 2011 à 15h26

Entièrement d'accord avec Siesta. Tu n'as pas de raison de le quitter. On ne quitte pas quelqu'un pour raisons "humanitaires" ou par respect pour ses convictions. C'est à lui de prendre les décisions qui le concernent maintenant qu'il sait avec qui il vit.

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 04 mai 2011 à 15h42

Voilà, il suffit que j'attende un peu avant de répondre et quelqu'un exprime mon point de vue mieux que moi... tu m'étonnes que je participe pas beaucoup :D

+1 avec Siesta et Tentecara

#
Profil

Clochette

le mercredi 04 mai 2011 à 15h55

Oui merci, c'est sans doute pour ça que je n'arrivais pas à prendre de décision !

Alors maintenant j'attends, je suis prête à lui laisser du temps (c'est à dire laisser mon autre relation de côté pour le moment, même si c'est assez douloureux).

Je m'en sens capable, enfin je l'espère, car c'est surtout une vision de la vie (avec lui) que je revendique et que je pense peut nous rendre plus heureux.

Mais comment aborder avec lui la question de l'intimité ? J'ai mon intimité et pour moi il est clair que j'en fais ce que je veux... Est-ce un total manque de respect que de penser ça ? (sachant que je ne vais pas "voir ailleurs" quand même)

#
Profil

kadah

le mercredi 04 mai 2011 à 16h55

Clochette
J'ai mon intimité et pour moi il est clair que j'en fais ce que je veux... Est-ce un total manque de respect que de penser ça ? (sachant que je ne vais pas "voir ailleurs" quand même)

ce n'est absolument pas irrespectueux dans la mesure où ton corps ne lui appartient pas, il est à toi et à toi seule!
c'est à toi de prendre la décision de ce que tu en fais et aussi de ce que tu n'en fait pas...
tu ne partages pas d'intimité avec l'autre parce qu'il te l'a demandé, pas parce que tu t'es dit par toi même qu'il serait peut être nécessaire d'attendre que la "pilule" passe avant d'entreprendre quoi que ce soit d'autre
la seule décision que tu as prise, c'est que tu veux être toi-même, les autres, tu les subis...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 04 mai 2011 à 17h32

tentacara
On ne quitte pas quelqu'un pour raisons "humanitaires" ou par respect pour ses convictions.

Bien dit. Du mal à sortir des trucs aussi ramassés...
Bon, après, ça dépend des convictions aussi, de leur "implication". Mettons que je sorte avec une fille qui souffre que je ne sois pas nomade. Elle vit avec des nomades (je sais pas, genre actrice on ze road, apatride par conviction... L'exemple est réthorique, mais j'ai chercher une conviction où on me prendrait pas la tête) : tous ses potes trouvent notre relation impensable, elle doit se justifier auprès de son entourage qu'elle ne peut pas suivre en m'aimant, chaque fois qu'elle doit passer d'un contexte à l'autre c'est du paradoxe en marche... Si la tension "pratique" entre son contexte et moi devait la déchirer - pas juste "la peine", parce que de la peine, on en a aussi dans une histoire aux convictions partagées, et que ça suffit pas à renoncer - alors je sais pas, peut-être que je ferais la décision.

Menfin... Sans doute pas, parce que d'un autre côté, j'aime pas qu'on sache ce qui est bon pour moi à ma place, je fais pas le coup aux autres.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion