Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Questions en réaction au post: "Il y a des amours heureux"

Témoignage
#
Profil

Goldmund

le jeudi 06 juin 2013 à 17h05

Suite à la parution de mon témoignage: " il y a des amours heureux" un couple de proche monogame m'a envoyé un certain nombre de questions auxquelles je me suis efforcé de répondre. Il me paraît intéressant de les publier ici.

Il reste toujours un partenaire « primaire » avec une place privilégiée (mariage et enfants) et qui s’inscrit dans la durée. Donc tous les autres « amours » n’ont pas cette place ?

Il es difficile de répondre à cette question sans risquer de hiérarchiser les amours, et d'y introduire l'idée de valeur. Ce que je ne veux surtout pas faire. Le mot privilégié me gêne, je préfère celui de central. Car pour moi chaque amour compte et à cette valeur unique d'Etre, et ceci indépendamment de sa durée d'existence et de contrat. Centrale non dans son essence mais dans le mode de fonctionnement. Contrairement aux autres amours nous partageons un quotidien et nous avons la charge d'élever trois enfants. Alors oui dans ce sens nous ne vivons pas chaque amour sous le même mode. Mais pour moi chaque amour est à la même place, il n'y en a pas un plus important ou essentiel que l'autre.

« Les amours plurielles » semblent bien idéaux et romantiques, mais n’est-ce pas éviter de faire un choix, éviter la rupture et l’abandon ?

Pour moi c'est un choix que d'aimer plusieurs personnes. C'est un acte lucide et conscient, pesé et réfléchit. Je n'y vois pour ma part ni romantisme ni idéal seulement la prise en compte et la réponse à une évidence d' Amour . En aimant plusieurs personnes je prends au contraire plus de risque en matière de rupture et d'abandon. Toute histoire d'amour portent en elle cette éventualité. Avoir plusieurs histoires multiplie donc ce risque. Ce serait donc illusoire de penser que les amours plurielles éviteraient cela. Perdre un amour reste douloureux même si d'autres se vivent à côté. C'est comme perdre un enfant, ce n'est pas parce que deux autres existent que cette perte est moins douloureuse et dramatique car chaque enfant et l'amour qu'on lui porte est unique.

Ceci étant dit ne pas choisir ( même si ce n'est pas mon cas )n' est-il pas aussi un choix?

N’y a-t-il pas un amalgame entre amour et désir ?

Je pense que l'amalgame est souvent fait!
Une des raisons en ait que ces termes, dans le rapport amoureux( je ne parle pas ici de l'amour amitié, de l'amour parental/fraternel ou de l'amour spirituel), sont souvent liés. Pour moi aujourd'hui, il ne peut pas y avoir amour( comme rapport amoureux) sans désir. Mais L'amour porte plus loin le désir. Le désir est immédiat, l'amour peut prendre le temps de s'installer et d'acquérir de la profondeur de la hauteur de la largeur et même perdurer au delà du désir. car l'amour est une force plus puissante et pleine que le désir. Mais si, aujourd'hui je ne peut imaginer aimer sans désirer je sais, par contre, que l'on peut désirer sans aimer.

L’idée d’aimer plusieurs personnes à la fois n’est ce pas un fantasme ? Ne se pose-t-il pas alors un problème d’identité et de repères ? En fait, qui suis-je?

Pour la question du fantasme je ne sais pas! je ne crois pas que s'en soit un. Est-ce le votre?
Pour la question de l'identité et des repères:
Vous posez-vous la même questions pour vos ami(e)s?
Vous sentez-vous différent selon l'ami(e) avec lequel vous êtes? sans doute pas, car votre identité ne dépend pas de l'autre. Vous êtes vous( enfin je l'espère), où et avec qui que vous soyez. Chaque relation que vous construisez à son architecture propre, sa réalité, ses repères. Quand je suis avec l'un je ne suis pas avec l'autre et je me sens entièrement moi. Je pense savoir qui je suis( à peu près) et c'est sans doute pour cela que je n'ai pas l'impression de me perdre dans l'autre ni de vouloir échapper à la réalité, mais au contraire de choisir de la vivre pleinement.

Faut-il pour cela avoir une estime de soi et une confiance en soi très solide, ou au contraire, avoir besoin de plusieurs amours souligne-t-il un manque de maturité affective et de confiance en soi comme l’adolescent incapable de vivre une frustration ?

Je crois que l'adolescent explore et qu'il à besoin d'éprouver les choses pour affirmer qui il est, le découvrir aussi. Cela lui permettra ensuite de faire ses choix d'homme en conscience.
Je n'ai pas vécu ce passage et sans doute ce que je vis aujourd'hui peut sembler rejoindre ce moment initiatique. Mais en fait pas totalement. La différence c'est que je suis capable de vivre la frustration( et elle est multipliée avec mes nombreux amours) et je pense avoir acquis une certaine maturité. C'est justement cette maturité qui m'a conduit à choisir de vivre ce que je vis. Je ne vis pas dans la pulsion, je ne laisse pas mon corps me guider . J' ai agi en conscience et après mûre réflexion personnelle et en couple. Je ne "saute "pas sur tout ce qui bouge, j'ai choisi et je suis choisi par les personnes avec lesquelles je vis l'Amour. Car c'est bien l'Amour qui me guide, pas le sexe même si cette réalité là m'est aujourd'hui essentielle. Et si j'explore encore c'est avec le recul d'un homme adulte conscient des pièges affectifs et de dépendances que les relations peuvent engager.

Etre libre, c’est avoir la capacité de faire un choix pour construire un projet. Refuser de choisir entre plusieurs amours, n’est-ce pas refuser de se responsabiliser et nier l’imperfection de la nature humaine ?

Voilà un curieux singulier! La liberté se réduirait-elle qu'a un seul choix et qu'un seul projet?
Non, je ne crois pas, la liberté c'est avoir la capacité de faire des choix et de construire des projets!
Mes amours je les ai choisis! et j'ai choisi de les vivre tous! ma responsabilité est d'autant plus grande!
D'avoir deux enfants vous a-t-il déresponsabilisé? non! chaque nouvel amour implique les mêmes droits et les mêmes devoirs et un même désir de le nourrir et de le faire grandir!

Je ne comprends pas le lien que vous faites entre choix et imperfection humaine? pouvez-vous préciser votre pensée?

L’amour demande un investissement de temps considérable, comment font les « poly »?

Pour moi l'amour demande un investissement d'Etre. Ce n'est pas la quantité de temps passé avec un amour qui en définit sa densité et sa grandeur. Mais effectivement j'aimerai parfois être plus longtemps en présence d'un ou de mon amoureuse. Mais le lien se vit aussi dans l'échange écrit, téléphonique... La frustration est le lot quotidien mais elle nourrit le désir, et éprouve la solidité du lien pour chaque amour. L'amour poly demande indéniablement de l'organisation et un partage du temps. Mais cela n'est pas très éloigné des personnes qui ont de nombreuses activités extérieures! la difficulté c'est de pouvoir s'ancrer dans le présent et ETRE AVEC l'autre au moment où l'on est avec lui. Cela n'est pas toujours facile et demande un grand centrage.

Chacun peut trouver au sein d’un couple « mono » son autonomie et « ouvrir » son couple en pratiquant une activité sportive en s’investissant dans une association caritative, en partageant avec des amis,.... sources de joie et de bonheurs, d’amour reçu et partagé, activités aussi épanouissantes et signe d’ ouverture aux autres que les « amours plurielles ». ( ?)

J'espère bien! et je n'ai jamais voulu opposer une "pratique" à l'autre! Heureusement qu'on peut être heureux et épanoui à deux! Ce qui importe c'est l'Amour et l'exercice de notre liberté d'Homme!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 07 juin 2013 à 01h21

Goldmund
Il reste toujours un partenaire «  primaire » avec une place privilégiée (mariage et enfants) et qui s’inscrit dans la durée. Donc tous les autres «  amours » n’ont pas cette place ?

Il es difficile de répondre à cette question sans risquer de hiérarchiser les amours, et d'y introduire l'idée de valeur. Ce que je ne veux surtout pas faire. Le mot privilégié me gêne, je préfère celui de central. Car pour moi chaque amour compte et à cette valeur unique d'Etre, et ceci indépendamment de sa durée d'existence et de contrat. Centrale non dans son essence mais dans le mode de fonctionnement. Contrairement aux autres amours nous partageons un quotidien et nous avons la charge d'élever trois enfants. Alors oui dans ce sens nous ne vivons pas chaque amour sous le même mode. Mais pour moi chaque amour est à la même place, il n'y en a pas un plus important ou essentiel que l'autre.

Ca rejoint une discussion que j'avais avec un polyaméricain (en fait le seul que je connaisse personnellement, et que certains ici ont rencontré :) ) : il me disait qu'il n'aimait pas parler de relation primaire non plus.
Il ne disait pas "primary relationship" mais "core relationship" pour parler de sa relation avec la mère de ses enfants. Ca rejoint cette idée de "relation centrale" je crois.

Goldmund
N’y a-t-il pas un amalgame entre amour et désir ?

Je pense que l'amalgame est souvent fait !
[...] si, aujourd'hui je ne peut imaginer aimer sans désirer je sais, par contre, que l'on peut désirer sans aimer.

Oui, je pense aussi qu'on confond souvent les deux. Pour ma part je dirais que je peux aimer sans désirer (du moins, pendant une période ; en général le désir resurgit à un moment ou à un autre, mais il n'est pas nécessairement toujours là - ce qui je dois dire, déroute pas mal certains amoureux...).
Je peux aussi désirer sans aimer, même si au fond ce désir est rarement pérenne (ou alors, je me rends compte qu'il s'agit aussi d'amour).

Goldmund
Je pense savoir qui je suis( à peu près) et c'est sans doute pour cela que je n'ai pas l'impression de me perdre dans l'autre ni de vouloir échapper à la réalité, mais au contraire de choisir de la vivre pleinement.

Je suis d'accord, et je dirais même plus : c'est depuis que je vis de façon polyamoureuse que je sais qui je suis et que j'ai le sentiment d'être réellement moi-même, pleinement.

Au contraire, je vois beaucoup de personnes exclusives (pas toutes, je précise !) qui ne cherchent justement rien d'autre que de se perdre dans l'autre, comme tu le dis. Pourquoi pas à la rigueur, mais je ne suis pas convaincue que ce soit très sain... (c'est juste mon opinion)

Goldmund
[...]je suis capable de vivre la frustration( et elle est multipliée avec mes nombreux amours) et je pense avoir acquis une certaine maturité. C'est justement cette maturité qui m'a conduit à choisir de vivre ce que je vis. Je ne vis pas dans la pulsion, je ne laisse pas mon corps me guider . J' ai agi en conscience et après mûre réflexion personnelle et en couple. Je ne "saute "pas sur tout ce qui bouge, j'ai choisi et je suis choisi par les personnes avec lesquelles je vis l'Amour. Car c'est bien l'Amour qui me guide, pas le sexe même si cette réalité là m'est aujourd'hui essentielle. Et si j'explore encore c'est avec le recul d'un homme adulte conscient des pièges affectifs et de dépendances que les relations peuvent engager.

Euh...tout pareil ! Sauf pour "homme" parce que je suis une femme :P

Tout pareil aussi sur les idées de responsabilité (mais je ne copie pas, je ne vais pas alourdir encore le message).

Goldmund
L’amour demande un investissement de temps considérable, comment font les «  poly » ?

Pour moi l'amour demande un investissement d'Etre.

Oui, la qualité d'une relation n'est pas une question de temps. L'un de mes meilleurs amis, je le vois moins d'une fois par an. Il reste l'un de mes meilleurs amis. On ne se contacte même pas tous les mois, malgré la possibilité d'envoyer un email en quelques secondes.

Pourquoi en serait-il autrement avec l'amour ? (Je ne parle pas de passion mais d'amour !)

Goldmund
L'amour poly demande indéniablement de l'organisation et un partage du temps. Mais cela n'est pas très éloigné des personnes qui ont de nombreuses activités extérieures !

Pas faux du tout. D'ailleurs le dernier amoureux à avoir rompu avec moi m'a assuré que ce n'était pas à cause du fait que je fréquente d'autres personnes.
Il m'a dit que je n'étais pas assez disponible (du moins, bien que son discours fut confus, c'est ce que j'ai fini par comprendre).

J'ai un travail prenant (enfin, c'était le cas jusqu'à il y a quelques semaines, à présent c'est plus cool et ça me laisse plein de temps), je pratique plusieurs activités de loisir, et j'accepte fréquemment les invitations de mes amis, même lorsque l'amoureux à qui je propose de m'accompagner ne souhaite pas venir.

J'en déduis que même si j'avais été exclusive, il n'aurait pas été content parce que je suis dehors trois ou quatre soirs par semaine et que je sors quasiment tous les week-ends...y compris s'il refuse de m'accompagner.

Goldmund
Chacun peut trouver au sein d’un couple «  mono » son autonomie et «  ouvrir » son couple en pratiquant une activité sportive en s’investissant dans une association caritative, en partageant avec des amis,.... sources de joie et de bonheurs, d’amour reçu et partagé, activités aussi épanouissantes et signe d’ ouverture aux autres que les «  amours plurielles ». ( ?)

Tout comme Golmund, je pense qu'aucun polyamoureux ne le niera :)

D'ailleurs j'aime au pluriel parce que j'en ai fait le choix, mais comme dit plus haut je m'épanouis dans bien d'autres activités...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion