Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour destructeur ou monoamour en série déguisé ?

Besoin d'aide
#
Profil

panthere69

le samedi 10 octobre 2020 à 18h39

Bonjour à toutes et tous,

Je parcours le forum depuis quelques mois maintenant et je souhaitais partager ma situation. Je suis en couple depuis plus de 10 ans avec ma compagne, nous nous sommes connus au lycée et avons traversé un certain nombre de crises qui nous ont toutes rendus plus forts. Actuellement, nous traversons la plus difficile d’entre elles et vous l’aurez sûrement compris, elle concerne le polyamour.

Nous avons décidé d’ouvrir notre couple il y a un peu plus d’un an, dans un cadre plutôt libertin avec un désir partagé de ne pas “consommer” nos rencontres et de privilégier des relations d’amitié avec sexualité.
Assez rapidement, ma compagne a commencé à ressentir des sentiments pour un couple et plus particulièrement l’homme de ce couple. Nous avons commencé à les côtoyer régulièrement et j’ai dû faire une croix sur d’autres potentielles rencontres sous prétexte d’une “exclusivité” nécessaire au maintien du lien avec eux.
Au fil du temps, ses sentiments pour eux (lui) se sont développés jusqu’à devenir obsessionnels. Ils ont commencé à avoir des rapports non protégés, elle a commencé à me faire part constamment de son envie d’être avec eux (lui), d’augmenter la fréquence de nos rencontres, de passer plus de temps en tête à tête avec lui et ils ont commencé à beaucoup communiquer par messages ce qui ne faisait pas partie de notre “contrat” initial. N’étant pas satisfait de ma relation avec la femme de ce couple, j’ai commencé à ressentir une frustration grandissante.
Puis au bout de quelques mois, après avoir verbalisé son “amour” naissant pour lui, elle m’a indiqué que ces entrevues plusieurs fois par semaines ne lui suffisaient plus, qu’elle se sentait polyamoureuse et de fait s’est inscrite sur plusieurs sites dans le but de rencontrer de nouveaux partenaires amoureux sans me demander réellement mon avis.
J’ai fais part de mon scepticisme et de mes craintes voire de mon incompréhension mais étant ouvert au dialogue et intellectuellement intéressé par ce concept, je n’ai pas fermé la porte. Je me suis malheureusement rendu compte assez rapidement que je ne pouvais pas gérer son amour naissant pour autrui, sa recherche de nouveaux partenaires à peine dissimulée et les insécurités multiples que j’ai commencé à ressentir en voyant l’intensité de ses sentiments ainsi que les conflits parfois violents qui ont commencé à se produire entre nous quand j’ai voulu freiner.
J’ai fais un début de dépression cet été qui était en grande partie dû à cet état d’insécurité permanent et à l’impossibilité de pouvoir communiquer sans être désigné coupable de tous les vices. Je me suis entendu dire plusieurs fois que “si tu m’aimais vraiment,” tu me laisserais faire ce que je veux, ce qui a commencé à me faire culpabiliser et perdre confiance en moi car je l’aime vraiment mais je ne peux pas tout accepter.
La relation à 4 s’est terminée peu de temps après l’annonce de mon état de santé dégradé, ils ont rompu assez brutalement avec nous, voyant que notre couple se délitait et ne voulant pas en être la cause. Cela m’a été dûment reproché et l’est encore aujourd’hui car je serais le seul responsable de cette rupture d’après ma compagne.

Elle fait désormais le deuil de cette relation et je fais le deuil de notre couple “fusionnel” car elle tient vraiment au polyamour et ne semble plus intéressée par une relation monoamoureuse même ouverte sur le plan physique. Pourtant elle a toujours été jalouse et fermée sur le sujet de l’exclusivité auparavant. D’après ses dires, elle m’aime et ne veut pas que notre relation s’arrête. Mais dans les faits, elle ne s’investit plus et cherche ailleurs ce qu’elle pourrait (re)trouver dans notre couple, notamment la sexualité qui est devenu une source de tension permanente. Le plus inquiétant est l’impossibilité de communiquer sereinement sur ces sujets fondamentaux car cela se termine irrémédiablement en crises dont l’issue est souvent de la violence verbale et des reproches à mon encontre.

Je suis un peu perdu et je me demande si le polyamour invoqué par ma compagne n’est pas finalement une manière inconsciente ou inavouée de changer de partenaire amoureux sans avoir à me quitter. J’ai le sentiment qu’elle veut retrouver une libido et des sentiments plus intenses avec quelqu’un sans passer par la rupture qui est inconcevable pour elle (dépendance affective ?) ou par les efforts qu’impliquent la vie à deux pour maintenir un équilibre satisfaisant.
De mon côté, j’ai toujours des sentiments pour elle malgré une certaine rancœur qui s’accumule, et je ne suis toujours pas fermé au polyamour, mais à condition de réparer les pots cassés, prendre le temps, se respecter, communiquer énormément, comprendre et écouter les besoins de chacun, et aviser si cela ne convient pas à l’un ou l’autre en pratique. Le truc c’est que maintenant je n’ai plus confiance en notre capacité de dialogue et je doute sur l’authenticité de son amour pour moi. Je n’ai pas envie d’être le meilleur ami qui permet d’avoir une situation, un confort de vie, une oreille attentive, et à qui on consent parfois à donner quelques miettes de plaisir charnel et de considération par charité.

Voilà, désolé pour ce roman mais j’aimerais avoir un avis extérieur polyfriendly sur ce qui s’est passé pour m’aider à décider si cela vaut le coût de continuer à avancer avec elle (sur la voie du polyamour) ou pas.

#
Profil

artichaut

le mardi 13 octobre 2020 à 10h17

Bienvenu ici @panthere69

le "polyamour" sans compersion c'est toujours destructeur

ce que vit actuellement ta compagne, n'est pas, à mon sens du polyamour

en revanche ce qu'elle vit en ce moment c'est sans doute la redécouverte de son propre corps, de son moi, de sa liberté, de son plaisir, …en un mot de sa vie

10ans de couple sont largement suffisant pour nous enfermer, nous ligoter, épuiser nos désirs, verrouiller notre vie et nous réduire à néant… ou presque

puisque tu l'aimes, peut-être peux-tu le comprendre et le fêter

peut-être peux-tu même le vivre (déjà, toi aussi) un peu à travers elle

c'est loin d'être facile je te l'accorde
et si la communication disparaît et que la frustration prends le dessus c'est presque mission impossible

il est normal que tu sois jaloux dans la situation
(et que tu puisses être heureux pour elle n'est pas incompatible avec le fait que ça puisse être difficile pour toi)

je te souhaite de réussir à puiser dans l'amour que tu as pour elle, et je vous souhaite de réussir à vous retrouver

bon courage

#
Profil

RobotEtourdi

le mardi 13 octobre 2020 à 13h41

Bonjour et merci pour ton témoignage.

Je te livre quelques réflexions en vrac, à prendre avec des pincettes, puisqu'il est difficile de se faire une opinion à partir d'un témoignage.

Le titre
Je ne suis pas sûr de savoir de savoir quelle est la bonne appellation, mais ton titre m'a inspiré deux réflexions théoriques : 1) Oui, il peut effectivement exister du "polyamour destructeur". 2) La monogamie en série peut, dans l'absolu, être quelque chose d'acceptable tant que l'on est honnête par rapport à cela et prévenant avec ses partenaires.

Tes propres sentiments vis-à-vis d'un changement de paradigme.
Je n'ai pas détecté dans ton message d'envie de ta part d'explorer le polyamour. J'ai plutôt eu l'impression que tu souhaitais vivre une relation monoamoureuse libertine (où les couples jouent ensembles). C'est ton droit.
Certes, ce n'est pas le format de relation choisi par la plupart des membres de ce forum, mais c'est ton droit. Et donc non, ce n'est pas correct de dire "si tu m’aimais vraiment, tu me laisserais faire ce que je veux". Tes propres aspirations comptent et ne valent pas moins que celles de ta partenaire.

Les aspirations de ta partenaire.
A l'inverse, je dirais que les aspirations de ta partenaire ne valent pas non plus moins que les tiennes. Certes, il semble que tu puisses lui reprocher un manque de dialogue ou de prévenance à ton égard, mais ce que tu ne peux pas lui reprocher, c'est de vouloir changer de format de relation pour le polyamour (ou autre, peu importe comment ça devrait s'appeler). C'est son droit à elle aussi.

La résolution du problème.
Je vais te donner un avis (certes subjectif et mal informé) que j'ose rarement donner parce que c'est un avis qu'on n'aime jamais entendre : je ne pense pas qu'il y ait de résolution possible en l'état.
Si ma compréhension est correcte, elle veut partir dans une direction qui n'est pas celle que tu veux emprunter. Vos chemins semblent se séparer, peu importe que vous vous aimiez.
Par ailleurs, j'ai déjà vécu une situation où toute discussion critique était rendue impossible et je suis convaincu qu'aucune résolution ne peut être espérée dans une telle situation. Désolé pour cette prophétie cinglante. J'espère avoir tort.

Courage.

#
Profil

Intermittent

le mardi 13 octobre 2020 à 23h06

Panthere69
Je n’ai pas envie d’être le meilleur ami qui permet d’avoir une situation, un confort de vie, une oreille attentive, et à qui on consent parfois à donner quelques miettes de plaisir charnel et de considération par charité.

Avez-vous des enfants ou un bien en commun qui pourrait expliquer qu'elle reste avec toi par intérêt matériel ?

#
Profil

panthere69

le vendredi 16 octobre 2020 à 12h26

Merci d’avoir pris le temps de me lire et d’avoir répondu avec pertinence. Vos paroles sont sages.

@artichaut

Je pense que j’ai éprouvé de la compersion à l’émergence de ses sentiments et lorsque je retirais du positif de notre relation naissante avec ce couple grâce à la nouveauté, la remise en mouvement de certains aspects de notre vie “rangée” et le simple fait de la voir heureuse. En revanche, la jalousie a pris le dessus au fil des mois car la configuration de notre relation m’empêchait d’avoir la liberté de vivre quelque chose de fort avec quelqu’un à côté car il fallait absolument que je sois présent et disponible pour qu’elle puisse vivre ses moments avec lui. L'asymétrie est devenue trop grande et elle s’est développée encore davantage lorsqu’elle a voulu multiplier les relations sans vraiment me rassurer sur ses intentions à mon égard. J’ai eu le sentiment de ne plus compter.
Là où j’ai un peu plus de mal, c’est sur la relation longue en couple que tu décris comme une prison. Je suis quelqu’un d’ouvert et dans notre histoire j’ai déjà eu l’occasion de lui laisser de la liberté avec quelqu’un d’autre. J’ai déjà éprouvé de forts sentiments pour d’autres personnes également mais j’ai dû prendre sur moi pour ne pas aller plus loin car pour elle l’exclusivité n’a jamais été négociable (jusqu’à récemment). Donc la prison, s’il en est une, c’est elle qui s’y est enfermée toute seule...Je pense que dans notre cas, il faut qu’on prenne le temps de déconstruire les bases de notre contrat implicite/normé et faire les choses de manière équitable pour maintenir un équilibre viable.
J’ai compris que le désir est quelque chose qui peut être fébrile, inconstant, qui peut s’amenuiser voire s’épuiser avec le temps et d’autant plus chez les femmes si on en croit certaines études. Je n’ai donc aucun problème avec l’idée qu’elle puisse retrouver une vie sexuelle plus épanouie impliquant d’autres personnes, au contraire. C’est ce que nous recherchions d’une certaine manière au début de l’ouverture de notre couple, se donner l'opportunité de connaître d’autres partenaires et renforcer notre propre désir l’un pour l’autre par ce biais.
En fait, si elle souhaite retrouver sa liberté, une vie trépidante faite d’émotions et de sensations fortes sans entraves, ce que je peux comprendre, c’est difficile à entendre car cela ne correspond pas à l’idée que je me faisais de la suite des événements mais je ne peux pas lui en vouloir pour cela. En revanche, je peux lui en vouloir, pour faire échos à un autre post récent, de prendre le polyamour comme caution morale pour batifoler sans prendre en compte mon ressenti et même me manipuler pour m’amener à adopter ses opinions et satisfaire tous ses désirs. Il me semble que la responsabilité lui fait défaut, celle d’accepter qu’une rupture du lien tel qu’il existe actuellement est peut-être nécessaire pour qu’elle puisse satisfaire ses envies. Cela implique de prendre un risque, celui de ne plus avoir un refuge affectif inconditionnel, qu’elle ne veut pas prendre. Et dans le cas contraire prendre la responsabilité d’accompagner le changement et accepter de faire “des efforts” pour co-construire.

@RobotEtourdi,

Il est vrai que tu n’as pas la version de ma compagne qui idéalise un peu plus le polyamour que moi.
Le caractère destructeur du polyamour quand on part d’une base fortement monogame a l’air relativement courant au vu de ce que je peux lire sur les forums ou dans les médias. Qu’entends-tu par le fait que la monogamie en série puisse être acceptable ? S’il tel est le cas, cela signifie que la relation entre les deux monogames en série est soit fortement asymétrique soit fusionnelle alternativement ? Ou tu veux simplement dire qu’une bonne rupture peut permettre de repartir vers un monoamour épanoui et que cela peut s’entendre ?
Mon message est teinté de rancœur car j’accordais une grande valeur à notre lien et j’avais confiance en nous pour générer plus de bonheur au lieu de plus de négativité dans ce changement. Il faut savoir que l’initiative d’ouvrir notre couple a été prise ensemble sur l’impulsion de ma compagne mais que depuis que je la connais, c’est moi qui promeut l’ouverture du couple comme gage de durabilité. L’ironie du sort en quelque sorte.
Je n’aime pas trop les étiquettes, je pense qu’il y a un continuum entre ce qu’on peut appeler le libertinage et ce qu’on peut appeler le polyamour selon la place donnée aux sentiments, de même qu’il y a un continuum entre l’amitié et l’amour avec une séparation plus nette au niveau de la sexualité et d’autres contingences à prendre en compte.
J’apprécie ta franchise sur la manière de résoudre le problème selon toi, c’est le constat que je fais souvent et qui amène systématiquement une crise car ma compagne ne peut pas l’entendre. Nous avons deux positions très polarisées malgré le fait qu’on se rejoigne sur l’ouverture et le moins que l’on puisse dire est qu’un compromis acceptable sera difficile à trouver et à mettre en œuvre. Elles ne sont pas irréconciliables car je vois le polyamour comme un horizon, un idéal à atteindre. Seulement elle veut tout, tout de suite, sans aucune limite, là où je souhaite y parvenir par étapes, en cultivant un lien de qualité et en évitant dans un premier temps la passion aveuglante qui pour moi est incompatible avec la nécessité d’une communication apaisée sur de multiples sujets afin de faire vivre et évoluer le contrat moral qui nous lie.

@Intermittent

Nous n’avons pas d’enfants ni de bien immobilier pour le moment. Le seul intérêt matériel qu’elle pourrait avoir serait une différence de revenus assez conséquente.

#
Profil

Intermittent

le vendredi 16 octobre 2020 à 13h49

Pour faire court, ce que tu décris est une relation toxique pour toi.

Quand on en est pour toi, au stade de la dépression, avec une absence marquée de communication, et que l'ouverture du couple passe "aux forceps" sans que tu sembles avoir ton mot à dire, il faut sérieusement se poser la question de la séparation, au moins temporaire.

Je ne rentre même pas dans les discussions sur le statut de la relation, car je sais que quelque soit ce statut, la première des choses dans un couple est de se sentir respecté par l'autre.

Si on ne le sent pas, il faut partir.

#
Profil

artichaut

le vendredi 16 octobre 2020 à 17h07

Il est vrai qu'au vu de ton récit, tu semble avoir déjà la réponse @panthere69 à ta question de savoir « s'il faut continuer à avancer avec elle (sur la voie du polyamour) ou pas »… non ?

Peut-être est-il temps, a-minima de faire une pause, voire carrément de poser une séparation, non ?

Tu dis l'aimer, certes. Mais aimer n'implique pas forcément de rester ensemble. En tout cas ça n'implique pas de se faire autant de mal.

#
Profil

panthere69

le mercredi 21 octobre 2020 à 11h03

Oui la relation a pris un tournant toxique, c’est assez clair. J’ai mis pas mal de temps à m’en rendre compte, peut être parce que je ne voulais pas croire que cela puisse en être ainsi. C’est lorsque que j’ai constaté que la situation commençait à avoir de sérieuses répercussions sur mon moral et ma vitalité que le red flag m’est apparu.

Je fais depuis un long cheminement pour prendre la décision de partir ou de rester car il y a le poids des années, des sentiments contradictoires et un contexte familial difficile en ce moment de son côté. J’ai, ou du moins j’avais, toujours l’espoir que les choses puissent s’améliorer, qu’on pourrait reconstruire quelque chose, mais je me rends compte que c’est impossible dans ces conditions. Je me fais accompagner pour gérer cette prise de décision que je vais devoir assumer seul.

J’avoue que malgré tout cela, je reste convaincu que le polyamour peut être épanouissant, à condition d’avoir la maturité affective suffisante et d’aligner les actes sur les valeurs. Bienveillance, empathie, communication, respect ne sont pas que des mots…

#
Profil

artichaut

le mercredi 21 octobre 2020 à 15h37

panthere69
J’ai, ou du moins j’avais, toujours l’espoir que les choses puissent s’améliorer, qu’on pourrait reconstruire quelque chose, mais je me rends compte que c’est impossible dans ces conditions. Je me fais accompagner pour gérer cette prise de décision que je vais devoir assumer seul.

Bon courage à toi.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion