Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Relation libre non polyamoureuse mais développement de sentiments

Besoin d'aide
#
Profil

Mojito

le mardi 28 juin 2022 à 18h42

Bonjour la communauté, récemment entrée dans le monde relation libre/polyamour, je suis déjà en proie à quelques questionnements...

Je suis une femme de 29 ans actuellement "célibataire" (je vois plusieurs personnes ponctuellement, même si dans l'idéal je me dirais polyamoureuse) et je vois depuis 3 mois un homme de 31 ans qui est en couple libre avec sa copine depuis 5 ans. Le sujet va porter sur notre relation à tout les deux, l'impact sur son couple et sur notre relation aussi.

Au niveau de leur situation, ils s'autorisent mutuellement à avoir des relations suivies avec d'autres personnes en dehors de leur couple mais sans polyamour. Je savais cela en commençant à frequenter cet homme, ça ne me dérangeait pas. Mais contre toute attente, et à notre surprise à tout les deux, nous avons développé très rapidement de forts sentiments l'un pour l'autre, au point de se voir toutes les semaines les deux premiers mois. Nous avons clairement verbalisé notre attachement l'un envers l'autre, il m'a dit ne pas trop savoir où me situer car il a des sentiments très forts pour moi entre une amitié profonde et ce qu'il ressent pour sa copine.

Suite à cette déclaration, nous ne nous sommes pas revus pendant 3 semaines, j'ai clairement senti qu'il avait pris de la distance, il m'a avoué que c'était le cas quand nous nous sommes revus cette semaine. Il voulait faire le point avec lui-même, comprendre les sentiments qu'il me portait, gérer aussi sa copine qui (je l'ai appris là) était inquiète de notre relation naissance. C'est un homme qui a beaucoup besoin d'être dans le contrôle. Il m'a toujours dit depuis le début qu'il ne voulait pas que notre relation ait un impact négatif sur sa relation de couple. Il a peur que les sentiments qu'il me porte affecte sa relation de couple, ce que je comprends tout à fait, même si pour la moi la hiérarchie est claire et qu'il m'a répété à mainte reprises qu'il l'aimait et qu'il voulait faire sa vie avec elle (ils habitent déjà ensemble). Pour lui, avoir des sentiments pour moi voire m'aimer est comme tromper sa copine car elle n'est pas okay avec le polyamour. Elle est d'ailleurs au courant de son hésitation sentimentale que j'ai exposé ici.

C'est nouveau pour tout les deux (voire tout les trois si j'inclus sa copine) cette situation, il en a parlé avec sa copine et la solution/option qu'il m'a proposé c'est qu'on se voit moins souvent (1 fois toutes les 2 semaines), le temps de voir comment évoluent nos sentiments entre nous et que les inquiétudes de sa copine s'apaisent. Si l'on souhaite se voir plus se sera sous condition que sa copine accepte (ex : un évènement particulier qui surgirait entre deux rdv espacés normalement de 2 semaines). J'avoue ne pas être fan car il n'a pas échangé avec moi dessus donc je n'ai eu aucun pouvoir décisionnaire (pour moi je subis), je pense qu'on ne peut pas mettre un bouton on/off sur des sentiments amoureux.
Je suis consciente que leur "accord" de base n'est pas respecté mais on décide pas de tomber amoureux... il ne veut pas perdre la relation que l'on a tout les deux, moi non plus, mais j'ai la sensation que mes besoins et mes envies ne sont pas respectés.
Actuellement, je ne sais pas si je continue à voir cet homme pour qui j'ai des sentiments profonds (presque de l'amour), accepter la solution qu'il me propose ou pas... Je précise que je ne souhaite en aucun cas remplacer sa copine ou créer un problème dans leur couple. Je veux simplement passer du temps avec lui et profiter de nos moments à deux.

Que pensez-vous de la situation ? Avez-vous déjà été dans un cas similaire ?
Si vous souhaitez des précisions pour mieux appréhender la situation n'hésitez pas :)

Bonne journée !

#
Profil

GeorgyPorgy

le mercredi 29 juin 2022 à 15h22

Hello @Mojito,

Je me permets de rebondir à ton témoignage, qui a soulevé pas mal d'interrogations

Quelques points m'interpellent dans ce que tu nous raconte.

D'abord, un truc surprenant à la lecture de ton témoignage c'est le fait que ce couple ait été en relation libre depuis 5 ans... Mais on n'arrive pas à déterminer si c'est la toute première fois qu'ils se confrontent à une éclosion de sentiments de l'un ou de l'autre? Ce serait surprenant, mais pas impossible le cas échéant... Mais il serait surprenant qu'ils n'aient pas du tout envisagé cette possibilité... S'exposer à des rencontres, platoniques et/ou sexuelles, avec possibilité de revoir les personnes de manière prolongée, c'est quand même prendre le risque de s'exposer à la naissance de sentiments.

Peut-être serait-il pertinent que tu en discutes avec lui pour interroger ce qui fait que : relation libre "c'est okay", mais que sentiments "c'est pas okay"... Il est naturel qu'il veuille la préserver d'émotions désagréables, qui la mettent en insécurité mais ça mérite d'être explicité maintenant que tu fais partie du "tableau"

Couple libre, ca peut dire tout et n'importe quoi. Sans mettre d'étiquette, peut-être qu'il pourrait préciser auprès de toi les modalités qu'ils ont mis en place, les règles (libertinage exclusivement etc.) et si celles ci sont discutées & discutables en fonction de l'évolution des choses dans le temps... Ca te permettrait d'y voir plus clair :)

Ensuite, je suis d'accord sur ton ressenti en fin de témoignage : tu as le droit d'exprimer un point de vue, des attentes, des limites. Sa copine ne peut pas simplement "imposer" des règles qui lui rendent la chose moins compliquée... Après plusieurs semaines, mois de relations, tu dois pouvoir exprimer ces choses là & qu'elles soient entendues, prises en compte. Sinon tu es objectifiée...

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 30 juin 2022 à 10h38

Bonjour Mojito,

Sympa le pseudo :-D

Il s'agit ici autant de l'attachement que de tomber amoureuse. L'un n'empêche pas l'autre. Lors de rapports sexuels, l'humain sécrète une hormone de l'attachement. Donc, plus vous ferez l'amour, plus vous vous attacherez l'un à l'autre. Du peu que je connais du monde libertin, les protagonistes évitent d'avoir une sexualité récurrente avec une même personne. Ceci explique cela.

Après, il arrive que l'amour soit immédiat et instantané. Ce que je nomme les pouf. D'un seul coup, comme sorti du chapeau du magicien, pouf ! C'est là, c'est ancré et profondément. Que peut-on faire contre cela ? Ben rien. A part, "cicatriser". Sauf que pour vous, c'est trop tard. Alors, la blessure est, et sera.

L'attachement ne fait pas partie du libertinage, de ce que j'en sais (ma petite expérience très réduite et le livre de Pierre Des Esseintes "osez le libertinage"), dès que l'on devient proche, on s'engage à ne plus sexer ensemble.

Maintenant que vous y êtes, il faut tenir compte de tout le monde et de la situation. Ca ne va pas être simple. Sa compagne savait elle que vous vous voyez toutes les semaines ? Si oui, elle a sa part de responsabilités. Si non, peut on parler d'adultère ? Ce n'est pas simple.

Mieux appréhender la situation ? Déjà, vous êtes lucides. C'est un bon début. Après, les histoires sont toutes différentes et les gens qui la vivent également.

Bon courage, belle continuation. Je vous souhaite le meilleur.

#
Profil

08ynoN

le jeudi 30 juin 2022 à 16h20

bonheur
Sa compagne savait elle que vous vous voyez toutes les semaines ? Si oui, elle a sa part de responsabilités. Si non, peut on parler d'adultère ? Ce n'est pas simple.

Bonjour @bonheur

Je ne comprend pas cette phrase, je ne vois rien dans ce qu'à écrit Mojito pour dire que la compagne peut avoir sa part de responsabilités. D'autant plus que ça fait 5 ans qu'ils pratiquent la relation libre donc je pense qu'au bout d'un certain temps, la confiance fait que l'on ne regarde plus le temps passé avec telle ou telle personne.
Comme @Mojito l'a écrit, ils ont développé rapidement des sentiments l'un pour l'autre, comme tu dis toi-même, des fois ça fait "pouf".

@Mojito : je comprend quand tu dis à la fin que tu subis. Malheureusement, vue la situation comme tu l'as décrit, c'est normal que ce soit le couple qui discute ensemble avant de t'en parler ou pas. Ils sont en relation libre et non pas en polyamour. Donc, ils ont décidés dés le début des limites ensembles et le polyamour en était une.
Après, tu es libre d'accepter cette proposition de se voir moins souvent comme de la refuser mais à mes yeux, si sa compagne n'accepte pas le polyamour, tu n'auras pas la parole sur les règles à établir.
Je te souhaite du courage, ce n'est pas évident quand les sentiments amoureux entrent dans la danse. Prend le temps de savoir ce que tu veux toi de cette relation et si tu n'arrives pas à l'obtenir, il faudra que tu te détaches à contre coeur.

#
Profil

bonheur

le jeudi 30 juin 2022 à 17h12

@08ynoN. J'entendais par là : ils se voient toutes les semaines, durant plusieurs semaines, ils s'attachent l'un à l'autre... Elle le sait, donc elle a laissé faire sans avertir du fait qu'une sexualité fréquente mène à l'attachement. Si en plus, elle sait qu'ils ont rapidement accrochés... Alors, elle n'a pas averti ni rien. Pour moi, elle est restée spectatrice d'une situation qui allait devenir celle-ci.
Libertiner sans savoir que la sexualité fréquente avec un-e même partenaire conduit à l'attachement, c'est libertiner sans s'être renseigné. Tous les libertins que j'ai connu appliquent la règle de la non répétition sexualisée.
Dans ce couple, si l'ouverture était faite et la connaissance des faits établies et reconnues, elle a autant de responsabilité dans la situation actuelle que lui. Ou alors, il libertinent à l'aveugle, ce que je trouve "dangereux".

Comme toujours ce n'est que mon avis, suivant ce qui m'est communiqué, et avec ma connaissance (qui n'est pas "universelle"). En libertinage (relation libre sans conséquence sur le couple), le pouf n'est pas admissible et s'il arrive, éloignement direct et le plus rapidement possible. Le jeu est sexuel mais on ne joue pas avec les sentiments qui doivent rester inexistants

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

Mojito

le jeudi 30 juin 2022 à 22h07

Merci à toustes pour l'accueil de mon témoignage et vos réponses sincères et éclairantes. Vous m'avez donné de bon sujets/questionnements à approfondir avec lui. Je vais vous donner quelques précisions sur certains points.

@GeorgyPorgy Ils sont en couple depuis 5 ans, cela fait 2 ans qu'ils s'autorisent à voir des personnes de manière suivie (par sécurité, pour avoir des personnes safes), il m'avait raconté au début de notre rencontre que précédemment des filles s'étaient attachées à lui voire tombée amoureuse, et était devenues jalouses de sa copine, que ce n'était pas partagé et qu'il avait du arrêter de les voir. C'est donc la première fois que des sentiments sont réciproques entre lui et une autre personne, du côté de sa copine il ne m'en a pas parlé donc ça n'a pas du se passer. Après je n'ai pas précisé mais depuis le début il m'a décrit sa relation comme fusionnelle avec sa copine, que c'était la femme de sa vie, qu'il construisait des choses exclusivement avec elle. Je ne sais pas du tout si ils ont eu cette discussion de développement de sentiments pour une autre personne, mais je pense que aucun des deux ne s'y attendait au vu de leur complicité. Mais je suis d'accord que les relations suivies peuvent amener à développer des sentiments, bim le bon exemple la !
Je compte avoir une discussion avec lui sur toute la situation et dont cela, ce qui est okay et pas okay dans leur couple, les règles établies de base, et si c'est modifiable avec ma venue dans le tableau comme tu le disais. Je serais ainsi où me placer, même si lui-même ne sait pas vraiment où me placer.. Je pense presque que c'est lui qui "impose" à sa copine ma présence, comme si il avait négocié le "toutes les deux semaines" au lieu de "ne plus la voir", après je spécule on a pas encore approfondi cette partie. Il m'écoute beaucoup et prend en compte mon ressenti mais là ce n'est plus juste nous deux, notre relation touche sa copine, et au final il ne fera rien qui puisse lui faire du mal. Donc ce qu'ils veulent eux passera toujours avant ce que je veux moi.

@bonheur Hihi merci mon amour des cocktails me suit partout haha. Je ne crois pas qu'ils se définissent en libertinage. Et ce que tu décris comme un pouf c'est exactement ce qui est arrivé. Elle l'a su presque au début qu'il me voyait, ils discutent brièvement sans donner de noms, et au bout de 1 mois elle savait que c'était moi qu'il voyait toutes les semaines. Pour lui aimer quelqu'un d'autre c'est tromper car elle n'est pas okay pour le polyamour.

@08ynoN je comprends le point de vue de @bonheur sur le fait qu'elle a laissé faire, après elle s'est peut-être dit que c'était juste un début un peu fougueux qui allait se calmer avec le temps mais ça n'a pas été le cas... Personne, ni lui, ni elle, ni moi ne pensions que de tels sentiments allaient se développer. Malheureusement, je pense que tu as raison je ne vais pas avoir un grand pouvoir décisionnaire, je peux partager mon ressenti et mes envies, je serais écouté par lui ça c'est sûr. Notre discussion prévue la semaine prochaine va vraiment être décisive je pense..

#
Profil

GeorgyPorgy

le jeudi 30 juin 2022 à 22h32

Bonsoir @Mojito,

ok mea culpa, j'avais cru comprendre qu'ils étaient sur ce mode depuis 5 ans maintenant. Pendant 2 ans, il peut se passer beaucoup de choses (si leur vie est faite de rencontres effectives), ou pas grand chose (si l'ouverture de leur couple est plus "théorique", qu'ils se sont mis okay sur le principe mais n'ont pas eu beaucoup d'occasions de "mettre en pratique").
Cependant, dans ce que tu racontes, ils ont quand même été exposés à l'éclosion de sentiments (de la part de ces filles que ton amoureux rencontrait comme tu le cites).

De mon point de vue, tes explications viennent peut-être même renforcer les éléments qui m'ont "frappé" initialement. Je parlerai pas forcément de red flags, mais presque. A te lire, on voit bien que leur accord d'ouverture a quelque chose de bancal peut-être? C'est comme s'ils avaient décidé d'occulter la possibilité de survenance de sentiments forts dans une relation suivie, pour le confort de leur relation fusionnelle. Je veux pas insister lourdement sur le terme que j'ai utilisé précédemment ("objectifier les relations") mais ça s'approche quand même pas mal, dans la mesure où on devine que les fameuses filles "précédentes" ont été écartées car survenance de sentiments plus forts.

Ca peut être okay d'un certain point de vue, mais perso ça provoque quand même en moi un certain malaise cette façon de concevoir les relations. A la limite dans le libertinage tel que décrit par @bonheur, c'est plus sain & simple car on met en place une stratégie qui permet d'éviter concrètement ce genre de situation.

Dans ce que tu décris, c'est comme s'il refusait d'envisager la dimension possible des sentiments jusqu'à qu'elle "explose" à la figure des protagonistes. Et qu'en plus, on ne sache pas trop quoi en faire (au risque de faire du mal...). C'est en cela @08ynoN que la compagne a aussi une responsabilité - comme le souligne Bonheur. Ici, la responsabilité ne consiste pas en des actes réalisés par la compagne elle-même, mais plutôt dans le fait de ne pas avoir envisagé cette situation, de l'avoir laissée s'installer en l'ignorant...

Ce qui pourrait être pertinent à ce stade, ce serait que ce couple assume sa responsabilité affective, émotionnelle envers les êtres qu'ils cotoient, avec qui ils relationnent - en tant qu'êtres humains avec des émotions, des attentes, des intentions, un parcours, des traumas potentiels. Qu'ils parviennent à interroger le pourquoi du rejet de l'émergence de sentiments pour un tiers. Ne pas être okay avec ça, c'est valide, mais ça mérite d'être explicité par des motifs, d'autant plus quand d'autres personnes sont impactées & peuvent en souffrir.

Ce qui est plutôt positif @Mojito, c'est que visiblement vous allez en parler avec ton amoureux.
La manière dont tout ça se présente à toi @Mojito me fait penser à un papier intéressant que j'ai lu il y a quelques temps sur les C (C étant la troisième personne par rapport à A & B qui sont en couple). Ca parle d'une certaine façon de l'influence de la pensée monogamique y compris dans des contextes d'apparente ouverture.

Mémoires d'une C

J'espère en tout cas que ce rdv avec ton amoureux sera positif pour dénouer ces difficultés.

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

lau93

le jeudi 30 juin 2022 à 23h19

Mojito
J'avoue ne pas être fan car il n'a pas échangé avec moi dessus donc je n'ai eu aucun pouvoir décisionnaire (pour moi je subis), je pense qu'on ne peut pas mettre un bouton on/off sur des sentiments amoureux.

Tout le problème du véto et de la hiérarchie relationnelle qui fait mal aux nouveaux et nouvelles arrivant.e.s dans une constellation. En me mettant à la place de sa compagne je comprends cette envie de protéger " ses plates bandes" en posant un interdit sur le sentiment amoureux même si je sais aussi que c'est un leurre car il est très compliqué de contrôler les sentiments amoureux. En me mettant à ta place je ressens vivement l'injustice de ce véto dans le quel ton autonomie de choix est réduite.
IL va falloir qu'il mette au clair ce qu'il désire mettre dans votre relation et ce que toi tu es prête à vivre?
Bon courage!

#
Profil

bonheur

le vendredi 01 juillet 2022 à 09h39

@Mojito,

Ils ne définissent pas et à mon sens, ils ne réfléchissent pas vraiment. D'autres femmes sont tombées amoureuses de lui, ce n'est pas nouveau. Il le sait. Elle le sait ? Il continue sachant qu'il va faire du mal. Il ne pose aucune base et met en danger son couple, alors qu'il veut le préserver. Elle ne trouve rien à redire, alors qu'il "tente le diable". Je trouve cela assez fou.

Après, en polyamour, personne n'oblige à remettre en question l'existant. Ils ont commencé à construire quelque chose et je suppose que tu ne remets leur construction en question. Je ne parle jamais de relations égalitaires mais de relations équitables. C'est très différent. Me concernant, j'ai gardé mon (mari) chéri de vie, ma maison, mes enfants, ma vie commune, nos biens communs... Mes amours sont inclus dans cette vie, mais mon quotidien n'a jamais été remis en question. A toi de savoir si tu veux plus que son amour et le temps possiblement partageable ? Si tu veux plus, alors il faut envisager une remise en question de leur couple tel qu'il existe. Si votre relation est belle ainsi et que Madame accepte les sentiments en complément de la sexualité, alors bingo.

Le fait est qu'ils n'ont rien déconstruit (je crois, je ne lis que tes mots @Mojito). Ils s'amusent et adviendra... la situation actuelle.

Vous avez désormais, toi et eux, un défi à relever à trois. Sinon, sors ton mouchoir et ici nous comprendrons tes larmes. Perso, j'en ai versé... Sache que même avec un pouf, on se remet d'un chagrin d'amour. Plus lentement et ça fait mal. Si besoin, reviens ici.

Dans cette histoire, je vous plains tous les trois. La vie est sournoise. On ne la dirige pas, en tout cas pas la vie émotionnelle. Quand l'amour nous trouve !

#
Profil

Topper

le dimanche 03 juillet 2022 à 15h29

Bonjour @Mojito,

Je vais m'abstenir de commenter en détail ton histoire. Il y a beaucoup de zones d'ombre concernant ce qu'il se passe exactement dans ce couple, leur cheminement et ce problème de sentiments qui me semble cacher d'autres difficultés, pour te donner un avis qui serait intéressant.

Je vais te donner par contre un témoignage qui te donnera, je l'espère, une autre perspective, puis aidera à tes propres réflexions.

J'ai été dans une situation similaire en étant à la place du monsieur en couple, avec une partenaire principale et une partenaire extérieure. Mon histoire est complètement différente de ce que tu exposes. En ouvrant le couple, j'étais totalement conscient que des sentiments amoureux pouvaient naitre en multipliant des rencontres et en développant des relations suivies. J'ai aussi eu des relations polyamoureuses avant celle qui me fait penser à ta problématique.

Mon témoignage concerne une femme qui vivait seule avec ses enfants en garde alternée. Elle avait quelques autres relations mais avait énormément investi celle que nous avions. Au départ, nous nous sommes vus relativement souvent pendant les deux ou trois premiers mois. Ce contexte était loin d'être habituel, c'était juste que cette période était favorable pour se voir. Puis, les rencontres se sont espacées. Ce n'était pas une volonté de ma part ou de la sienne. Le contexte était moins favorable (grandes vacances, emplois du temps qui ne concordent pas, ma compagne émotionnellement affectée).

En ce qui me concerne, j'ai un fonctionnement hiérarchique. C'est un mode relationnel naturel pour moi, d'autant plus que j'ai une vie familiale extrêmement exigeante. Je ne vais pas m'attarder sur le pourquoi, mais c'est ainsi. Ma famille, ma compagne, sont mes priorités.

Aussi, si je suis en couple libre, c'est parce que ma compagne le permet. Si je n'étais pas en couple avec cette personne, je serais possiblement en couple monogame. Je n'aurais pas fait les rencontres que j'ai pu faire. Je n'aurais pas pu développer des relations qui ont été très importantes pour moi.

Ceci étant, mes partenaires doivent accepter que j'ai une vie de couple dont je dois prendre soin. J'ai donc toujours été attentif à ce que ça se passe bien. Si cette relation principale ne fonctionne pas bien, mes relations extérieures en subissent les conséquences. Cela implique que lorsqu'il y a de la jalousie, des angoisses, des conflits, il est nécessaire de travailler tout ça et pour que ça se passe au mieux, le climat doit s'apaiser. Pour que ce soit possible, il est souvent nécessaire de réduire les rencontres extérieures en temps ou en fréquence. Surtout si les dites rencontres sont source d'angoisses.

Dans un couple hiérarchique, lorsqu'il y a des problématiques liées aux relations extérieures, des discussions ont lieu pour trouver des solutions afin de limiter les angoisses et insécurités et continuer à rendre les relations extérieures possibles. On bouge des curseurs pour que la situation s'apaise, le temps que ça aille mieux, en espérant revenir dans le futur à une situation plus légère et satisfaisante pour tout le monde.

Cette période peut être longue, voire très longue. Tout dépend des problématiques et de ce qu'il y a à travailler. Cela demande donc de la patience et savoir se satisfaire de ce qui est rendu possible durant cette période.

En ce qui me concerne, je ressentais énormément de pression. Cette autre relation voulait me voir régulièrement alors qu'elle savait que c'était compliqué. La plupart du temps, je déclinais ses nombreuses propositions de rencontre. En outre, elle disait exactement la même chose que toi : "j'ai la sensation que mes besoins et mes envies ne sont pas respectés."

Pourtant des décisions étaient prises dans mon couple pour offrir un espace à cette autre relation. Donc, ses besoins et envies étaient pris en compte, du moins en fonction de ce qu'elle verbalisait. Seulement, il faut bien comprendre que ce n'est pas parce que les envies ne sont pas satisfaites à 100% qu'elles ne sont pas prises en compte.

Si l'envie est de se voir chaque semaine, proposer de se voir une fois par mois est une prise en compte de l'envie initiale. Sinon ce serait peut-être tous les deux mois ou rien du tout. C'est un exemple, mais c'est pour donner une idée que ce qui est proposé est déjà un consensus entre les envies et capacités de chacun.

Relationner avec quelqu'un de hiérarchique confronte tôt ou tard avec ce sentiment que l'on ne priorise pas ses propres besoins ou envies. C'est pas juste un sentiment, c'est une réalité. Les limites du couple sont prioritaires à toutes relations extérieures. Il faut avoir conscience de ça et l'accepter.

Ma partenaire extérieure n'a pas accepté ça. Elle n'a pas cessé de dire qu'elle n'était pas prise en considération et bloquait là dessus. Elle n'acceptait tout simplement pas la hiérarchie.

Nous étions clairement dans une impasse et cela a duré très longtemps car nous ne voulions pas perdre l'autre.

Je ne te souhaite pas de subir la même chose. Je t'invite donc à bien réfléchir à tes attentes, noter ce qui est flexible pour toi et ce qui ne l'est pas. Fixe-toi également des limites qui si elles sont dépassées, font que tu mets fin à la relation. Demande-toi si tu peux te contenter de ce qu'il peut te donner et ce qu'il en est si la situation se prolonge dans le temps. Réfléchis à ce que tu acceptes et ce que tu n'acceptes pas. Et quand je dis "accepter", c'est accepter avec compréhension, pas en serrant les dents et en explosant émotionnellement des semaines plus tard. Fais preuve d'honnêteté avec toi-même dans tes réflexions.

Si tu sens que tu ne peux pas gérer ce contexte relationnel, ou même si tu ne veux pas, c'est ok. Sens-toi libre de prendre la porte de sortie à tout moment. Ne t'enlise pas dans une relation qui ne te convient pas.

J'ai des relations à qui la hiérarchie ne posait aucun problème. Cela demande une capacité à se satisfaire de ce que l'on a, de bien vivre le fait de passer en second dans la vie de l'autre, que la liberté n'est pas totale, que tes envies ne seront pas toujours comblées.

Cela n'empêche pas que tu peux être aimée, prise en considération, que tu peux vivre des moments merveilleux, partager des tas de choses, développer une relation intense et enrichissante, concrétiser des envies.

Si tu penses que tu peux te satisfaire de cette relation telle quelle est, prends de la distance si c'est nécessaire pour toi. Trouve un équilibre, peut-être en investissant d'autres relations. Aujourd'hui, tu es probablement vue comme une menace. Laisse le temps faire les choses et rendre vos sentiments comme quelque chose de normal et qui n'affecte pas leur relation.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion