Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Accepter les relations potentielles de l'autre sans que ce soit destructeur

Besoin d'aide
#
Profil

Romgal

le mardi 29 novembre 2022 à 18h08

Bonjour à tous,

Inscription toute récente, premier post après avoir lu quelques articles.

Tout d'abord bravo, bravo à celles et ceux qui ont la force de vivre le polyamour et le couple libre. Je trouve que vous avez une force incroyable. C'est une démonstration vraiment puissante d'intelligence émotionnelle, d'introspection et de développement de Soi.

Pour l'introspection, c'est tous les jours de ma vie. Je me connais beaucoup, et croyais moi il y a du bon et tout autant de paradoxe.

ma problématique actuelle est simple : la personne que je côtoie depuis 10 mois à vu deux personnes ces dernières semaines. Et continu de flirter avec l'un des deux. C'est une situation qui me déstabilise énormément. Le simple fait d'imaginer, visualiser ou de le savoir m'apporte peine et haine. Je n'ai pas les tripes et la force pour ça.

Maintenant, il faut comprendre le contexte. (ça pour le paradoxe vous allez être servi...)

Bon à la base gagnons du temps:

- J'ai envie d'être libre mais je suis incapable de donner la liberté à l'autre.
- Je recherche la liberté en tout alors que je souhaite tout contrôler.
- J'ai du mal à faire des choix. Mais genre vraiment beaucoup!
- J'ai peur de l'engagement, peur d'être pris à la gorge et de ne pas pouvoir revenir en arrière.

(Bon il y a 26 ans de vie pour arriver a ce constat, mais pour ce qui est de l'engagment et du couple. Je pense que c'est la peur de souffrir qui en est à l'origine et aussi parce que je suis me suis senti bloqué dans mon ancienne relation qui à duré 6 ans. Je n'étais plus amoureux, mais cette relation toxique, j'étais incapable d'y mettre un terme. Par peur de ne pas trouver mieux, d'être remplacé, de regretter. Par lâcheté en somme. Je me disais que si je ne suis pas capable d'aimer cette fille qui a autant de qualité, je vais reproduire le même schéma ailleurs. Donc autant travailler sur toi maintenant. Puisque le problème vient peut-être du fait "qu'il faut d'abord s'aimer soi même avant d'être capable d'aimer autrui". Bref beaucoup de masturbation mentale.

BREF.

J'ai rencontré cette fille 10 mois plus tôt. On était d'accord sur le "pas de couple". Ses sentiments ont évolués. Pas les miens.

J'adore passer du temps avec et je me sens bien avec, mais je me bloquais. Est-ce un blocage dû aux sentiments que je n'ai pas ou plutôt parce que je bloque tous sentiments qui pourraient subvenir ? une interdiction de se mettre en couple. (J'ai une vision totalement biaisée du couple, la vision pleine de craintes dû à de mauvaises expériences traumatisantes.)

(Actuellement 00h00 ici, sur Bangkok. Je m'endors sur le clavier. Je continuerais plus tard mais je vais le poster.)

Si il y a des notions dont j'aimerais avoir votre retour d'expérience c'est sur la notion de partage.

- Comment accepter que l'autre puisse prendre du plaisir avec un autre ?
- Comment ne pas être touché par ça ? C'est pas humain...
- ça ne vous fait rien d'imaginer que votre partenaire puisse prendre plus de plaisir avec un autre qu'avec vous ?
- En parlant d'imagination, comment faites-vous pour dépasser ça ? J'ai trop travaillé ma visualisation dans d'autre contexte et dans ce genre de cas, c'est affreux!!!!!

Pour moi vous êtes soit des sûrs-humains ou des maitres spirituels, soit une bande de fou furieux. (En toute sympathie.)

Votre niveau de vie me semble être à des années-lumière de ce que je suis capable d'endosser.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

artichaut

le mardi 29 novembre 2022 à 18h25

Bienvenu ici @Romgal

Pouquoi vouloir t'infliger, ce que tu semble certain de ne pas pouvoir supporter ?

Romgal
- Comment accepter que l'autre puisse prendre du plaisir avec un autre ?
- Comment ne pas être touché par ça ? C'est pas humain...
- ça ne vous fait rien d'imaginer que votre partenaire puisse prendre plus de plaisir avec un autre qu'avec vous ?
- En parlant d'imagination, comment faites-vous pour dépasser ça ? J'ai trop travaillé ma visualisation dans d'autre contexte et dans ce genre de cas, c'est affreux!!!!!

Si "prendre du plaisir" c'est faire du sport ou des jeux de sociétés est-ce le même problème pour toi ?
C'est si affreux de visulaiser l'autre prenant du plaisir à jouer au scrabble ou au ping pong avec un·e autre ?

De quel plaisir parles-tu exactement ?
Et pourquoi ce plaisir spécifiquement te cause tant de troubles ?
Tu peux déjà commencer par là…

#
Profil

bonheur

le mardi 29 novembre 2022 à 19h01

Bonjour,

Romgal
- En parlant d'imagination, comment faites-vous pour dépasser ça ? J'ai trop travaillé ma visualisation dans d'autre contexte et dans ce genre de cas, c'est affreux!!!!!

Pour moi vous êtes soit des sûrs-humains ou des maitres spirituels, soit une bande de fou furieux. (En toute sympathie.)

Votre niveau de vie me semble être à des années-lumière de ce que je suis capable d'endosser.

L'imagination ? C'est une projection d'une réalité, sans lien avec la réalité elle-même.

Je vis avec un homme non poly. Il apprécie de savoir qui j'aime. Faire en quelque sorte, à travers moi ou directement, connaissance avec mes amours. Son imaginaire ne prend pas le dessus et s'il se comparait à une époque, aujourd'hui il n'a plus ce réflexe systémique. L'autre est différent, simplement. Enfin, non, au départ ce n'était pas simple.

Si c'est la pluralité sexuelle qui suscite cette alerte chez toi, il faut l'exprimer à cette femme que tu aimes.

Courage !

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 01 décembre 2022 à 13h04

Bonjour Romgal.

26 ans, c'est ton âge ?

Je ne comprends pas tout à fait : tu ne souhaites pas de couple, elle fait des rencontres.
Quand tu dis que ses sentiments ont changé : dans quelle direction ?

#
Profil

Romgal

le jeudi 08 décembre 2022 à 07h59

artichaut
Bienvenu ici @Romgal

Pouquoi vouloir t'infliger, ce que tu sembles certain de ne pas pouvoir supporter ?

Si "prendre du plaisir" c'est faire du sport ou des jeux de sociétés est-ce le même problème pour toi ?
C'est si affreux de visulaiser l'autre prenant du plaisir à jouer au scrabble ou au ping pong avec un·e autre ?

De quel plaisir parles-tu exactement ?
Et pourquoi ce plaisir spécifiquement te cause tant de troubles ?
Tu peux déjà commencer par là…

Parce que c'est une notion qui m'intéresse : apprendre à séparer sexe et relation sentimentale. C'est ce qui me parait être la clé pour vivre épanouie pendant des années avec la même partenaire. Mais peut-être que je n'ai tout simplement pas les tripes pour ça.

Non c'est évident que lorsque je parle de plaisir, je parle uniquement de plaisir lié à la sexualité.

J'ai du mal à accepter que l'autre puisse prendre (plus) du plaisir avec un autre. C'est une notion d'égo, une notion de crainte d'être moins bien. Pourtant, nos rapports sont vraiment géniaux. Mais il y a ce truc du mâle qui doit être meilleur que les autres.

Et le fait d'avoir conscience de tout ça n'amène pas forcément à l'acceptation. Ça mène simplement à plus de réflexions et donc plus de souffrance.

bonheur
Bonjour,

L'imagination ? C'est une projection d'une réalité, sans lien avec la réalité elle-même.

Je vis avec un homme non poly. Il apprécie de savoir qui j'aime. Faire en quelque sorte, à travers moi ou directement, connaissance avec mes amours. Son imaginaire ne prend pas le dessus et s'il se comparait à une époque, aujourd'hui il n'a plus ce réflexe systémique. L'autre est différent, simplement. Enfin, non, au départ ce n'était pas simple.

Si c'est la pluralité sexuelle qui suscite cette alerte chez toi, il faut l'exprimer à cette femme que tu aimes.

Courage !

Et bien je trouve ça très fort. Cela demande soit un amour inconditionnel absolu, soit une confiance en soi et en l'autre inébranlable, soit un peu des trois. À mon niveau je ne pense pas en être capable.

Pourtant, c'est bien moi qui ne voulais pas de relations, pas de couple, pour garder cette liberté. C'est le cas, car je n'ai pas envie d'être dans une nouvelle situation destructrice, sans pouvoir en sortir, comme je l'ai vécu. Il ne s'agit que de peur de s'ouvrir à nouveau et d'oser (prendre le risque) d'aimer.

En soi, toute cette situation a fait remonter beaucoup de problèmes qui étaient restés cachés sous le tapis.

(C'est un mal pour un bien disons. Je ne vais pas rester toute ma vie à fuir l'engagement sous toutes ces formes. Par exemple: pas de salariat, je suis indépendant. Pas de maison, je voyage. Pas de copine, pas de risque. Mais c'est paradoxal pour quelqu'un qui recherche tant la liberté, d'être autant coincé. D'être quelqu'un d'autant spirituel, mais qui s'empêche de vivre la palette d'expériences que la vie offre par peur de souffrir ou de prendre une mauvaise décision.)

Finalement sous le tapis, beaucoup de trauma dû aux anciennes relations sont ressorties. Par exemple par le passé avec ma toute première copine, je voulais prendre le temps (elle semblait impatiente à ce que je livre mes sentiments (on était jeune...)) le jour où j'ai décidé que je pouvais lâcher prise et que je pouvais lui dire "Je t'aime", c'est à ce moment qu'elle m'a quitté quelque temps après, car semble-t-il, j'aimais trop. Bref, à l'époque ça m'a marqué énormément. Aujourd'hui je ne ressens plus rien mais ça doit être quelque part à un niveau inconscient.

D'ailleurs cette relation m'avait amené à des séances de psy pour étudier une dépendance affective, sous-jacente à une peur de l'abandon et qui emmène aujourd'hui naturellement à la peur d'aimer.

Puis derrière il y a eu deux relations, dont celle pendant 6 ans qui m'a énormément dé-mon-té.

Siestacorta
Bonjour Romgal.

26 ans, c'est ton âge ?

Je ne comprends pas tout à fait : tu ne souhaites pas de couple, elle fait des rencontres.
Quand tu dis que ses sentiments ont changé : dans quelle direction ?

Oui 26 c'est mon âge. Elle a fait des rencontres et c'est justement ça qui a réveillé tout ce que je ressens aujourd'hui. J'aimerais une liberté que je ne suis pas capable de donner à l'autre. (Est-ce que parce que ça soulève trop d'insécurité ? Sûrement.)

Bref, depuis l'écriture du post je ne me sentais pas de le continuer ou d'entrer plus dans les détails, ce serait trop long. J'ai laissé le temps et les réflexions faire leur travail.

Aujourd'hui le constat est simple, cette fille à vu deux gars. Dont un qu'elle voit encore actuellement. Elle passe ses nuits avec. (C'est vraiment ça qui me dérange, l'aspect émotionnel ne m'impacte pas tant que ça).

Suite à ça, je ne me suis pas gêné pour voir deux filles également. Au début, j'ai voulu le faire en réponse à la situation. Mais j'ai bien compris que ça ne servait à rien, qu'il valait mieux attendre. J'ai laissé quelques jours. Mais suite à ça les occasions se sont présentées naturellement. Dont une avec laquelle le courant est bien passé.

Cette fille, celle à l'origine de ce post, je suis censée la revoir demain. Elle a tout quitté pour prendre son vol et me rejoindre en Thaïlande. Quand je lui ai dit que je voulais la revoir, bien que je ne savais pas si j'allais pouvoir surmonter tout ce contexte et faire comme si de rien n'était, elle a directement fait le nécessaire pour venir.

Pour autant je n'arrive pas à concevoir que l'on puisse voir quelqu'un nuit et jour, avoir des relations sexuelles avec, sans que ça n'impacte pas ou modifie les sentiments que l'on a pour un autre. Je doute qu'elle ait pu vivre tout ça pendant 3 semaines et que rien n'est changé. Je n'arrive pas à accepter qu'elle ait pu vivre une relation, comme un couple, pendant tout ce temps.

Il y a une part de moi qui a envie de la revoir et d'essayer de concrétiser quelque chose puis il y l'autre qui ne ressent que de la fureur absolue, où le simple fait de l'imaginer avec l'autre me débecte.

En la voyant j'espère voir si durant tout ce temps : je m'efforçais de me dire que je ne ressentais rien par peur de l'engagement, du couple, de souffrir. Ou si je ne suis en effet pas amoureux mais que ce sentiment est juste de la possessivité.

Je ne vois pas pourquoi toute la situation me mettrait dans cet état si je ne tenais pas à elle.

Vous imaginez bien que ce n'est qu'un petit pourcentage d'une histoire infiniment plus complexe. L'esprit est bien trop vaste pour pouvoir d'écrire des situations comme celle-ci dont les rouages sont si vastes et subtils.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 08 décembre 2022 à 11h22

@Rongal. Il faut des années pour déconstruire les idées reçues et trouver cette forme de recul, tout en sachant, tout en imaginant sans se sentir délaissé. Entre deux et quatre ans.
Il ne faut pas compter en jours ou en semaines. Il faut de l'intention, de la volonté et recevoir l'attention nécessaire. La compréhension viendra de fait.
Cela fait depuis le Vème siècle que la religion traine notre partie d'Europe dans la contrainte de la monogamie. Un individu ne peut pas déconstruire en quelques heures, ce passif que l'on traine.
Belle continuation !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion