Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comprendre le polyamour

Besoin d'aide
#
Profil

Chacha46

le dimanche 20 novembre 2022 à 18h21

Bonjour,
Je suis nouvelle sur ce forum , je viens ici pour comprendre le polyamour...
Je suis folle amoureuse d'un homme qui es poly , mon passé fait que je n'arrive à comprendre mais j'ai réellement envie de comprendre et d'essayer d'accepter car je ne veux pas le perdre , il m'apporte l'amour et la stabilité tout en étant un homme exceptionnel avec qui je veux plus qu'une amourette .
Comment comprendre ?
Que faire pour accepter ?
Comment gérer la jalousie naissante ( jamais je n'est était jalouse) ?

Pour vous aider à comprendre mes questions
Je sort d'une relation de 12 ans avec le père de mes 3 enfants, cet homme a était infidèle pendant 10 ans et ne ma jamais traité comme j'aurai du l'être...

Je suis aussi quelqu'un qui aime à fond sans détour et je donne tout sans vraiment réfléchir .
Je suis fidèle en tant que femme , ami et amante , je suis de ses personnes qui ne savent pas mentir pour faire plaisir .
Je ne parle pas facilement de mes émotions et encore moins de mes doutes ou colères.

L'homme de qui je suis dingue m'a vue dans des situations très compliquée , il m'a beaucoup aider à resté calme et à réfléchir mais parfois quand je suis blessé je peux mettre une énorme distance entre lui et moi et je lui fait mal sans le vouloir , lui demander de ne plus être poly m'est impensable car je sait que cet autre personne le rend heureux aussi ...
Enfin voilà en bref .

Merci pour votre aide

#
Profil

bonheur

le dimanche 20 novembre 2022 à 19h44

Bonjour Chacha46,

L'amour est à valoriser par la communication, chaque fois que possible. C'est difficile d'aimer sans faire mal. Je pense même que le mal ressenti parce que l'on aime est un indicateur de l'intensité avec laquelle on aime. Sans généraliser (quand j'emploie le "on", c'est une représentation globale des personnes concernées), qui n'a pas déjà fait souffrir une personne pourtant aimée ? Moi j'ai fait souffrir mon chéri de vie lorsque je lui ai annoncé, sans connaitre la notion de polyamour, que j'étais tombée amoureuse. Il lui a fallu deux ans, dans ce brouillard de méconnaissance que je n'étais pas un cas "bizarre" pour commencer à comprendre. Donc pas de panique, offre toi le temps.

L'essentiel est de trouver ton équilibre dans cette situation nouvelle. Développer sa capacité à extraire et exprimer ses émotions est possible, je pense. Pour la colère, j'adore cette chanson : https://www.youtube.com/watch?v=9LYAZhVXgNY

Et puis Julien Clerc a fait découvrir en 1976 ce texte (à l'époque on ne parlait pas de polyamour) https://www.youtube.com/watch?v=gSATYpNTtn0&list=R...

Le polyamour est vieux comme l'homme. C'est de l'amour et c'est beau ! L'amour quel que soit sa forme est un cadeau de la vie. Et on peut aimer chaque cadeau pour l'apprécier à sa juste valeur.

Le bonheur d'aimer au pluriel. Il en a de la chance ton amoureux :-) .

Prend soin de toi, et de lui. S'abstenir d'exprimer créé des tensions et nuira à ce "prendre soin".

C'est de tout coeur que je souhaite contribuer à votre éclosion <3

Belle soirée (+)

#
Profil

lau93

le dimanche 20 novembre 2022 à 22h05

Bonsoir @Chacha46
La première chose que j'ai envie de te proposer c'est une introspection: envie de comprendre pour ne pas rompre la relation et donc d’une certaine manière par contrainte? Ou bien parce que l'éthique relationnelle polyA te tente et donc plutôt par curiosité?
De la réponse pourra sortir une piste: si tu fais sous contrainte ça risque de t'emporter vers la rancœur à un moment ou un autre :-(
Je me suis posée ces questions à maintes reprises pour être sure que ma trajectoires et mes recherches étaient bien en lien avec celle d'une forme de relation qui m'allait mieux et correspondait plus à mes idéaux relationnels.
J'avance et chemine depuis près de 2 ans et n'aborde que récemment une certaine tranquillité compersive (Tu m'avais prévenue que ça prenait du temps @bonheur :-D )
Un des ouvrages qui m'a beaucoup aidé pour travailler la jalousie et comprendre ce qu'elle avait à m'apporter c'est celui de Anne Clotilde Ziégler " la jalousie amoureuse" sous titré "une effroyable opportunité qui vous fait grandir" :-) . Sur les vertus du polyamour lire aussi Thalmann.(et toute une biblio a explorer sur le site!) En tous cas ce sont surtout lire des livres puis discuter de mes découvertes avec les "zamipoly" et mon amoureux ( parfois avec ma métamour aussi) qui m'ont aidée: je te souhaite de trouver le chemin qui te convient
Belle soirée
Lau

#
Profil

jeanluc66

le lundi 21 novembre 2022 à 05h56

lau93
Un des ouvrages qui m'a beaucoup aidé pour travailler la jalousie et comprendre ce qu'elle avait à m'apporter c'est celui de Anne Clotilde Ziégler " la jalousie amoureuse" sous titré "une effroyable opportunité qui vous fait grandir" :-) .

J'ai bien aimé cet ouvrage, qui d'ailleurs s'adresse à tout le monde quelque soit sa déconstruction, et qui mérite d'être lu par sa clarté et sa pertinence...

#
Profil

Chacha46

le lundi 21 novembre 2022 à 08h04

lau93
Bonsoir @Chacha46
La première chose que j'ai envie de te proposer c'est une introspection: envie de comprendre pour ne pas rompre la relation et donc d’une certaine manière par contrainte? Ou bien parce que l'éthique relationnelle polyA te tente et donc plutôt par curiosité?
De la réponse pourra sortir une piste: si tu fais sous contrainte ça risque de t'emporter vers la rancœur à un moment ou un autre :-(
Je me suis posée ces questions à maintes reprises pour être sure que ma trajectoires et mes recherches étaient bien en lien avec celle d'une forme de relation qui m'allait mieux et correspondait plus à mes idéaux relationnels.
J'avance et chemine depuis près de 2 ans et n'aborde que récemment une certaine tranquillité compersive (Tu m'avais prévenue que ça prenait du temps @bonheur :-D )
Un des ouvrages qui m'a beaucoup aidé pour travailler la jalousie et comprendre ce qu'elle avait à m'apporter c'est celui de Anne Clotilde Ziégler " la jalousie amoureuse" sous titré "une effroyable opportunité qui vous fait grandir" :-) . Sur les vertus du polyamour lire aussi Thalmann.(et toute une biblio a explorer sur le site!) En tous cas ce sont surtout lire des livres puis discuter de mes découvertes avec les "zamipoly" et mon amoureux ( parfois avec ma métamour aussi) qui m'ont aidée: je te souhaite de trouver le chemin qui te convient
Belle soirée
Lau

Bonjour Lau
En effet j'ai peur de le faire par contrainte, je ne m'étais pas posé cet question ...
Je vais donc me la poser plus clairement , acheter quelques livres et je te dirai 😊

#
Profil

bonheur

le lundi 21 novembre 2022 à 10h07

Voici le lien vers la bibliographie
/discussion/-bRf-/-Livre-elaboration-d-une-Bibliog...

Les choix de @lau93 me parlent aussi. "Vertus du polyamour" d'Yves-Alexandre Thalmann est le seul livre que mon chéri de vie a lu. J'ai eu l'impression que l'auteur parlait de moi (même si c'est faux, évidemment). Mon chéri de vie a pu soulager cette appréhension que j'étais "bizarre", en comprenant que je ne l'étais pas. Au pire, je suis particulière :-D .

#

Mélusine0 (invité)

le lundi 21 novembre 2022 à 11h33

Mon conseil après avoir essayé comme vous de comprendre ce genre d’homme : si vous n’êtes pas vous mêmes attirée par les relations multiples, fuyez !
Ce sont des jours, des mois, des années gâchées par la souffrance.
Il existe bel et bien des hommes amoureux et fidèles en ce monde. Je vous l’assure.

#
Profil

bonheur

le lundi 21 novembre 2022 à 12h06

Il est vrai que les obligations sont contre-productives. Comprendre et se forcer sont différents.

Oui, il existe des hommes qui sont amoureux et exclusifs. Je vis avec l'un d'eux alors que je suis polyaffective. Et cet homme a fait la démarche de comprendre. D'après lui, il ne le regrette pas et ses souffrances nous ont permis de mûrir. Se tel n'avait pas été le cas, nous nous serions séparés en bonne intelligence, d'autant plus que nous avons des biens, mobiliers et immobilier, en commun. Trois enfants également (adultes aujourd'hui).

Je comprends cette réaction. L'amoureux de @Chacha46 est ainsi et elle le sait. Est-ce qu'il l'oblige ? Est-ce qu'il se présente tel qu'il est, simplement ? Est-il cataloguable dans "ce genre d'homme" ?

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

bonheur

le lundi 21 novembre 2022 à 16h00

https://www.caminteresse.fr/sante/cest-quoi-le-pol...

Je cite le premier paragraphe "C’est un terme qui a commencé à être utilisé dans le début des années 1990. Le mot « polyamour » puise ses racines dans le grec « poly » signifiant « plusieurs », et le latin « amor », signifiant « amour ». Oui, il s’agit d’aimer plusieurs personnes à la fois, non ce n’est pas de l’infidélité, car la notion de consentement de toutes les personnes concernées est ici essentielle. L’accord de tous les partenaires est primordial."

En la matière, ma réflexion, sur l'exemple de ce fil de discussion est : Quel est le degré de consentement ? Quel est l'accord ? Entre 0% et 100%, il y a toute cette palette de nuances non tranchée.
Et puis, que signifie le mot amour, pour chaque personne engagée. Car ici, il ne faut pas oublier que c'est à minima un trio (pas un trouple, c'est différent).

Tomber amoureux-se d'une personne déjà poly et dans l'affirmation de soi, revient-il à découvrir un autre monde ? On s'y sent bien dès le départ, bingo. On s'y sent ni bien ni pas bien, c'est viable dans un premier temps. On s'y sent vraiment hyper mal, c'est à réfléchir pour un avenir... Cet avenir sera possible ou non. Après, c'est pareil, entre hyper bien et hyper mal, il y a cette palette de nuances non tranchée.

En polyamour, du fait du consentement, l'interrogation est peut-être d'avoir le choix de dire non. Inutile de fuir, il suffit de partir polyment, en disant adieu.

#
Profil

lau93

le lundi 21 novembre 2022 à 21h38

Melusine
Mon conseil après avoir essayé comme vous de comprendre ce genre d’homme : si vous n’êtes pas vous mêmes attirée par les relations multiples, fuyez !
Ce sont des jours, des mois, des années gâchées par la souffrance.
Il existe bel et bien des hommes amoureux et fidèles en ce monde. Je vous l’assure.

Plusieurs questions en lisant ta réponse @Melusine
Pourrais tu préciser ce que tu entends par « ce genre d’homme » ?
Qu’est ce qui t’a fait souffrir, toi, durant toutes ces années où tu sembles pourtant avoir tenu à rester ? Autrement dis qu’est ce qui dans les propos de @chahcha46 vient déclencher cette vague de colère ?
Que signifie pour toi la fidélité d’un être humain A partir de quel critère peut-on décider que c’est un signe d’infidélité ? IL sort avec d’autre au ciné ?IL rigole avec d’autre en soirée ? il devient amoureux d’un.e autre ? il partage du sexe avec un.e autre ? IL reste aligné sur ses engagements ? Et si ces engagements comprennent la polyamorie / non-exclusivité ?
Je trouve que le modèle dominant de partenaire « fidèle » est celui vendu par la culture du « ils vécurent heureux…. », qu’il impose des yeux figés dans une même direction , un cœur qui bat au même unisson etc ou bien un culte du devoir et du sacrifice « au couple » « a la famille » qui éteint les désirs et les élans vers d’autres partenaires. J’aime l’idée de la fidélité à ce qu’on est.
Évidemment il n’existe pas de modèle unique qui convient à tous. Mais la polyamorie permet d’envisager à mon sens un mode plus doux et plus tolérant car tourné vers le désir de rendre la vie plus belle à ceux qu’on aime, y compris si ce bonheur n’est pas le fruit uniquement de notre relation a l’autre. Lui permettre d’aimer les mangues et de souhaiter gouter au tamarin, être heureux de sa joie d’aimer le tamarin alors qu’on trouve ça pas si terrible.
Enfin associer amoureux et fidèle au sens populaire de fidèle me semble réducteur. J’entends le récit de nombreuses trajectoires de vies dans mon métier de soignante et c’est assez triste de constater que la plupart des « fidèles » ne sont plus amoureux ni désirant, mais juste habitués à un certain (in)confort… Jusqu’à une rencontre qui les fait de nouveau se sentir vivants « ainsi fait l’amour et on n’y peut rien » dit JJG. Le modèle monogame n’offre alors que la rupture avec son ou sa compagne ou l’adultère. Alors que l’alternative poly permet de laisser vivre les sentiments et les élans à des niveaux d’intensité et de temporalité différents, sans s’annuler, voir en se catalysant.
C'est là une des facette de cette éthique relationnelle qui le plait
Bon courage à toi
Lau

#

Mélusine0 (invité)

le mardi 22 novembre 2022 à 04h19

Bonheur,

Il s’agit tout simplement du fait que j’ai essayé de comprendre, par amour. Je n’ai pas pratiqué car j’ai une impossibilité viscérale, fondamentale : quand j’aime je n’ai d’yeux que pour un homme, je ne pense qu’à lui, je n’en désire aucun autre.
Et je ne pensais qu’à lui et n’envisageais rien d’autre puisque je suis tombée amoureuse de lui.

Cet homme était mon opposé, incapable d’aimer une personne unique, de choisir une femme, de dire «  c’est ma femme ».
Nous avons tenté qqch mais, évidemment, ça n’a pas fonctionné.

Pour le côté positif de l’affaire, je sais aujourd’hui que je ne pourrai être heureuse qu’avec un homme amoureux fidèle, c’est à dire qui n’est amoureux que de moi. Je veux être l’unique pour un homme.
Pour moi, n’aimer qu’une personne n’est en rien un sacrifice, c’est mon désir le plus profond.

C’est très intéressant cette idée de consentement et d’honnêteté que tu soulèves. Cet homme ne m’a rien caché et m’a toujours parlé ouvertement de sa situation.
Comme moi d’ailleurs. Je ne lui ai jamais dit que je pourrai devenir polyamoureuse car c’est complètement faux.
Mais nous étions aimantés l’un par l’autre, c’était très fort pour lui comme pour moi. Donc, j’étais consentante pour vivre qqch avec lui, mais je n’avais pas, en tant que femme, envie de faire partie de la liste de relations de qui que ce soit… donc nous avons été honnêtes mais le désir que nous avions l’un pour l’autre était plus fort que les réflexions que nous avions pu avoir sur ce que nous envisagions pour l’avenir.
Évidemment, ça n’a ps fonctionné. J’ai eu trop l’impression de me renier, de ne pas être à la place que j’espérais.
Mon envie de vivre une relation exclusive a finalement été plus forte que mon envie de comprendre et faire des efforts pour lui.

Mais je comprends tout à fait que d’autres personnes exclusives fassent le choix de rester avec leur conjoint poly. Et en soit satisfaits. Cela me semble tout de même une voie compliquée. Mais si tout le monde est heureux, je n’ai rien à redire.

Je parlais de mon vécu. Et il peut être parfois difficile d’abandonner l’idée d’avoir une relation avec quelqu’un pour des tas de raisons souvent inexplicables… parce qu’on a beaucoup de désir, qu’on est amoureux, qu’on a foi dans l’avenir…
Mais pour moi, c’est véritablement une torture de savoir que l’homme que j’aime en aime une autre ou plusieurs. Mais j’ai eu du mal à me l’avouer, justement car j’aime comprendre et que je suis attachée à laisser l’autre être différent, à lui laisser sa liberté. Mais avec moi ça ne fonctionnera jamais. C’est très profond et dans mes tripes. Je sais que les réflexions, discussions etc n’y feront jamais rien.

Donc on peut très bien ne pas obliger ou contraindre qqn. Mais la personne en face peut se laisser enfermer toute seule. Je pense qu’il faut comprendre cela, comprendre que les sentiments peuvent contraindre d’une certaine manière.

Enfin, je comprends que pour vous le fait que la multiplicité des relations soit dit et su fait que ce n’est pas de l’infidélité.
Mais, pour moi, aimer quelqu’un d’autre c est être infidèle.
C’est ma définition. Et l’amour c est une personne.
Je vois bien qu’ici on s’interroge sur le langage et sur la signification de làmour et de la fidélité. Pour moi ce sont des définitions claires et simples.

Quant à la fuite elle est salutaire. Comment partir poliment quand on a tant souffert de ne pas être aimé en retour ?
Et on ne peut partir «  polyment » comme tu dis si bien quand on n’est pas poly.
C’est intéressant ce terme «  polyment », une pluralité de mensonges.

Lau93,

Par ce genre d’homme j’entends : ces hommes qui ne choisissent pas une femme mais ne peuvent qu’en choisir plusieurs.
Ce qui m’a fait souffrir c’est d‘être coincée dans cette relation qui ne me convenait pas.
Infidèle pour moi : qui ne peut choisir d’aimer une unique personne.
Et, comment dire, je n’ai pas l’impression qu’avec son polyamour il m’ait rendu la vie plus belle… loin de là. Car moi je ne voulais manger qu’un seul fruit et c’est ainsi. Mais mon désir ne peut être respecté.
Il y a quand même un gouffre et un malentendu abyssal dans les relations entre amoureux fou et unique et «  poly amoureux ».
Je n’y ai personnellement pas vécu de douceur…

Et enfin cela arrive de ne plus être amoureux et désirant. A mon sens il faut aussi parfois se quitter et savoir rompre…
Mais il y a aussi des couples amoureux fous, fidèles et qui ne cessent pas de s’aimer. Et ça c’est très beau.
.

#

, (invité)

le mardi 22 novembre 2022 à 08h42

Je ne parle pas d'un genre d'hommes mais de l'homme que j'aime passionnément.
Ce n'est pas un genre d'être poly c'est une facon de vivre ses émotions et de donner plus à plus de personnes ...
Je souhaite découvrir ce sentiment , j'ai tellement d'amour à offrir , tellement de choses à vivre sentimentalement parlant ...
Je ne veux pas le comprendre lui, je veux comprendre comment aimer de façon totalement différente et si similaire à la fois 2 personnes qui ne ce ressemble pas forcément sur le plan émotionnelle !
Il faut une certaine maturité romanesque pour aimer de la sorte et je lpene l'être mais il faut quand même du temps et des réponses à certaines questions flou ...
Certaines personnes sont bienveillante et d'autres non malheureusement .
Vous n'avez pas votre place ici avec votre façon très arrêté de voir le polyamour , bonne chance en amour 😊

#
Profil

Alabama

le mardi 22 novembre 2022 à 10h11

Là où je suis d’accord avec Mélusine, c’est que pour ma part, je n’ai pas des relations amoureuses pour faire souffrir l’autre.
Je me suis retrouvée dans la situation de démarrer une relation avec un homme monogame alors que j’avais déjà un autre amoureux (et il était au courant).
Je sentais qu’il le vivait très mal, même s’il ne me faisait pas de scène : il était très amoureux et c’était la seule façon de pouvoir être avec moi. Par ailleurs il y avait un déséquilibre entre nous qui renforçait énormément sa dépendance affective et matérielle vis à vis de moi. Tous ces éléments faisaient qu’il était beaucoup plus aisé pour moi de prendre une décision que pour lui.
Je me suis donc regardée en face : mon polyamour le fait souffrir, et il n’arrive pas à me quitter malgré sa douleur à être dans cette situation. J’ai donc aussi une responsabilité, soit je le quitte , soit je quitte mon premier amoureux et je rentre dans une relation monogame mais il était impensable pour moi de continuer sur ce mode qui était trop douloureux pour lui. Je ne veux pas d’une relation où je fais du mal à l’autre par mes choix.

Je trouve important cette notion de responsabilité. Nous avons 50% de cette responsabilité dans chaque relation, et j’ai parfois l’impression, peut-être à tort, que les polyamoureux se défaussent de leur part en se cachant derrière la transparence et l’honnêteté.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

GeorgyPorgy

le mardi 22 novembre 2022 à 10h37

Alabama
Je trouve important cette notion de responsabilité. Nous avons 50% de cette responsabilité dans chaque relation, et j’ai parfois l’impression, peut-être à tort, que les polyamoureux se défaussent de leur part en se cachant derrière la transparence et l’honnêteté.

@Alabama Je te rejoins sur ton dernier point. Pendant longtemps, dans la relation tierce que j'ai essayé de transformer d'adultérine à "plus en accord avec le polyA", je me suis trouvé dans l'incapacité d'endosser cette part de MA responsabilité.

Il y avait plein de raisons à cela, mais je crois avoir compris que ça résidait beaucoup dans la NRE, la volonté de ne pas perdre ce nouvel amour, la limérence peut-être dans certaines phases de l'histoire.

A un certain moment, j'ai changé là dessus: la situation étant souffrante, et voulant favoriser le bonheur & la serennité de mes relations, peu à peu, l'acceptation par moi-même de la rupture, du renoncement s'est fait une place dans le tableau.

Je crois que c'est aussi une forme de compersion, c'en est même la définition : accepter que le bonheur de l'autre se joue sans soi. Le fait que ce soit ici définitif apporte une couche de difficultés en plus à gérer, simplement, sachant qu'on ne s'accorde pas des moments "extérieurs" & qu'on va se retrouver après. Dans ce contexte, c'est pour toujours.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

bonheur

le mardi 22 novembre 2022 à 11h04

Je ressors ce vieux fil sur la responsabilité
/discussion/-Rf-/Amour-et-Responsabilite/

#
Profil

bonheur

le mardi 22 novembre 2022 à 11h07

Pour reprendre un peu ce qui indiqué avant. La fidélité en amour ? Je me suis souvent interrogée de savoir pourquoi la fidélité est communément perçue comme "dans le temps" (un ami fidèle, un chien fidèle...) et que le sens du mot change complètement du moment qu'il s'agisse d'amour. D'un seul coup, là où l'on peut avoir plusieurs amis qui sont fidèles, que le chien peut avoir plusieurs maîtres auxquels il sera fidèle, l'amour entre humain devient une fidélité dans l'exclusivité. Pourquoi ? Personnellement je me sens fidèle à toutes mes relations, car je les souhaite pérenne dans le temps et dans une constante sentimentale et émotionnelle.

Quel que soit la déconvenue que l'on a eu lors d'une relation amoureuse, les incompatibilités peuvent venir détruire tout ce que l'on tente de construire. Je ne le sais que trop bien. Les poly laissent des plumes également. Après, je connais peu de poly (et j'en ai rencontré) qui exigent que leurs amours deviennent poly à leur tour. Un-e partenaire aimé-e qui désire demeurer mono aura ce choix. Ne pouvoir être autrement qu'exclusif, est ainsi. L'incompatibilité survient lorsque l'on impose son choix à l'autre : soit poly parce que je suis poly. Chaque adulte est responsable de ces décisions.

Autrement, on indique : je suis ainsi et tu dois être comme moi. Dans ce cas, il faut être avec son semblable. Je n'aime pas cette volonté. Déjà parce que chaque individu est unique et que même avec beaucoup de points communs, on ne sera l'autre. Aussi, parce que ça confine, je dirais. Rester ainsi pour ne pas déplaire, parce que c'est le sens du début de la relation qu'il faut maintenir ainsi coûte que coûte. On s'enferme dans une cage où la déco ne peut être modifiée, où l'environnement impose de ne connaître que cette cage. Pas de fenêtre, il ne faut surtout pas regarder hors de la cage. Il n'existe pas de merveilleux en dehors de la cage.

#
Profil

bonheur

le mardi 22 novembre 2022 à 11h08

Je suis d'accord avec @Alabama. Nous avons 50% de responsabilité dans chaque relation. En revanche, en quoi la transparence et l'honnêteté permet de se cacher. Sauf si bien entendu la personne poly part du principe qu'il n'y a rien à redire. Style : "c'est ainsi, à prendre ou à laisser, à toi de te démerder avec ça". Dans mon cas, je reconnais le "c'est ainsi". J'y adjoins également toute la communication indispensable, envers toutes mes relations, à chaque nouvelle personne qui m'aime aussi et désire s'engagée à m'aimer.

Je peux aussi proposer de communiquer avec les amours de mes amours, parce que je me sens responsable d'une petite partie de leur lien, surtout si ma présence dans l'équation impacte douloureusement. Je n'ai pas envie de faire du mal, à personne.

Après, il y a le choix individuel. Il est guidé parfois par la raison, parfois par l'émotion, ou d'autres raisons... Si une personne que l'on aime désire tenter l'aventure, elle le fait. Et rien n'oblige cette personne à devenir poly. Il y a un degré dans le fait de "s'obliger". En revanche, il y a un degré aussi dans le fait de dénigrer le polyamour, histoire de trouver un coupable.

Au cours d'une vie, nous faisons tous des choix malheureux et nous traversons tous des épreuves. Je trouve malgré tout curieux qu'une histoire d'amour mono se termine toujours à cause de "l'autre", alors qu'une histoire d'amour poly se termine à cause du "poly".

@Chacha46. J'espère que tu te sens libre de continuer ou non, ta relation. J'espère que tu te sens accompagnée par ton amoureux, et non contrainte. J'espère que ça va. J'espère que chacun-e assume sa responsabilité vis-à-vis de toi. Je te souhaite de trouver ton bonheur, car c'est lui qui importe. Le tien et celui de ton amoureux.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 22 novembre 2022 à 14h45

Bonjour @Chacha46

Chacha46
Bonjour,
Je suis nouvelle sur ce forum , je viens ici pour comprendre le polyamour...
Je suis folle amoureuse d'un homme qui es poly , mon passé fait que je n'arrive à comprendre mais j'ai réellement envie de comprendre et d'essayer d'accepter car je ne veux pas le perdre , il m'apporte l'amour et la stabilité tout en étant un homme exceptionnel avec qui je veux plus qu'une amourette .
Comment comprendre ?
Que faire pour accepter ?
Comment gérer la jalousie naissante ( jamais je n'ait été jalouse) ?

Un premier conseil t'a été donné, et même s'il ne venait pas de quelqu'un ayant souhaité tenter le coup, il est valable : si tu souffres à chaque pas, si tu n'y vois aucune satisfaction personnelle (pas forcément pour tes propres rencontres, ça peut être aussi un rapport à l'autonomie, une forme de stabilité qui viendrait de toi et serait confiante en sa mobilité à lui), ne va pas là-dedans.

Avant de comprendre le polyamour, tu peux décider de le comprendre lui. Savoir si tu peux lui faire confiance dans sa façon d'être là et de revenir, savoir si, aussi, la disponibilité qu'il t'a montrée à un moment, donc la façon qu'il a de montrer de l'amour, ne vient pas aussi d'un rapport aux liens qui ne peut pas être gardé pour soi, mais plutôt partagé.
Bref, un angle, c'est d'aimer la personne telle qu'elle est, comprendre qu'elle est aussi quelque chose qui peut nous faire doute, mais que ce même quelque chose est source de ce qu'on apprécie.
Tu peux trouver en toi une ressource à te dire qu'aimer quelqu'un, c'est l'aimer tel qui veut être, aimer ce qu'il peut devenir. On nous parle d'amour entier, je trouve que ça correspond assez bien, de regarder quelqu'un comme ça.
Je te pousse ceci-dit pas à te sacrifier : si tu souffres tout le temps ce sera pas la preuve que t'aimes plus fort mais la preuve que tu as besoin de quelque chose d'autre.

Chacha46
Je ne parle pas facilement de mes émotions et encore moins de mes doutes ou colères.

L'homme de qui je suis dingue m'a vue dans des situations très compliquée , il m'a beaucoup aider à resté calme et à réfléchir mais parfois quand je suis blessé je peux mettre une énorme distance entre lui et moi et je lui fait mal sans le vouloir

Tu demandes comment comprendre, et tu dis ne pas parler facilement de tes émotions, encore plus quand elles sont pénibles.
Avant même qu'il soit question de polyamour, votre rencontre est peut-être celle entre toi, émotive qui se rétracte face aux émotions, et lui qui semble plus facile, plus patient avec le rapport émotion/parole ?

Parce que pour le comprendre, comprendre son polyamour, comprendre son rapport aux gens, comprendre les autres personnes qui pourraient être dans sa vie, parler de soi et des émotions est utile.
Et comme je disais, peut-être que rencontrer quelqu'un comme lui, poly ou non, pour toi c'est l'occasion d'avancer sur ce rapport à toi-même. Devenir poly dans le même mouvement c'est très exigeant, mais puisque c'est ça qui pique, ça peut te motiver.
Comme tu parles d'émotions pénibles et de moments compliqués où il t'a accompagné, je te recommande de profiter de l'occasion pour dénouer en toi ce qui fait mal, et d'apprendre à être à l'aise avec ce qui est toi et puis tant pis c'est comme ça, avec ce qui te traverse mais ne restera pas... Tu peux le faire avec certains bouquins ("cessez d'être gentil, soyez vrai", par exemple, pour ce rapport à soi et aux autres), mais si ça remontre à loin trouver un thérapeute t'aidera sans doute beaucoup.
En gros, ce qui pourrait, dans ton cas, être bénéfique d'abord pour toi et, peut-être mais rien n'est sûr, pour ouvrir la relation, c'est justement ce travail sur toi. Le polyamour avec ta sensibilité peut représenter un risque, mais si ton partenaire est particulièrement patient et délicat, si toi t'as envie de moins te recroqueviller, les difficultés de ce choix peuvent être une occasion.

Je me répète : c'est assez peu facile pour certains pour affirmer, après avoir bien fait le point, qu'on ne se lancera pas.
Donc continue à lire des articles et des livres sur le sujet, voir de quoi ça parle, discutes avec ton partenaire si c'est raccord avec ce que tu comprends, explore comment tu te sens avec ses réponses à lui... Et si tu ne peux pas, tu ne peux pas, si tu peux, comment ?

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#

Cathy72 (invité)

le dimanche 27 novembre 2022 à 21h52

@Melusine
Je te lis et le ventre me serre de m’être imposée tant de souffrance également avec ce «  genre d’homme ».
Je pense que si un mal-être s’installe il ne faut pas essayer de lutter indéfiniment contre.
Ce «  genre d’homme » pour moi était une personne centrée sur son besoin et qui me laissait à croire que le fait qu’il reste avec moi en parallèle d’autres relations était la preuve ultime de son amour ! Enfin la preuve de son amour était également de me voir dans cette souffrance permanente également semble-t-il ?
Un post datant d’il y a quelques mois m’avait remontée le cœur sur la perte de temps et la souffrance dans laquelle j’étais sans m’en rendre compte.
Il faut dire que du haut de mes presque 60 printemps il était difficile pour moi de le voir se mettre en relation avec des femmes beaucoup plus jeunes que nous, me ramenant à ce que je n’étais sûrement pas …. Ce que je n’étais plus.

Tu fais comme moi il y a quelques temps, tu cherches des réponses , et tu vas essayer. Attention tout de même car les conseilleurs ne sont pas les payeurs et quoi que l’on en dise, il y a beaucoup de souffrance dans les témoignante et même pour ceux qui souhaitent y arriver.
Si tu n’es pas poly amoureuse, tu peux éventuellement être acceptante…. Mais au vu de la manière dont tu te décris, sans vouloir te démotiver, je n’y crois pour ma part pas vraiment.
Si il accepte ta souffrance, fuis et trouves quelqu’un qui t’aimera dans ton bien être !

Je te souhaite le meilleur

#

Mélusine0 (invité)

le mardi 29 novembre 2022 à 12h30

Cathy72,

Merci pour ton message.

Je pense que nous allons rester amis car j'ai beaucoup d'affection pour lui, mais j'ai définitivement besoin d'autre chose dans ma vie amoureuse. Plus de romantisme, plus de projets, et, il faut bien le dire, pour l'homme que j'aime, je veux être la seule et l'unique :). Parce quand je tombe amoureuse, je ne vois que l'homme que j'aime. Le reste du monde disparait. Mais je crois que ça ça fait bien trop peur à beaucoup de gens :).

Je crois qu'il ne faut pas trop se blâmer d'avoir éprouvé des sentiments pour un homme. L'amour est obstiné et on est parfois prêt a faire des folies par amour, en fonction de sa propre histoire.

Mais effectivement, il faut savoir abandonner quand on n'est pas payé en retour ou avec des miettes... Ce genre d'homme (mais il y a de plus en plus de femmes de ce genre je dois dire) trouvera toujours une excuse pour ne pas s'engager dans une relation (j'ai d'autres nanas, je n'ai pas le temps etc...).
Mais je crois qu'ils ont peur de perdre leur "autonomie" et sont trop angoissés par le couple. C'est triste mais ça les regarde. Ce sont eux qui passent à côté des risques et des plaisirs de l'amour. Celui dans lequel on est pleinement en relation avec l'autre.

Je crois que derrière cette idéologie du polyamour (car c'est devenu un discours idéologique derrière lequel un certain nombre d'individus se cachent) il y a des réalités très différentes, des hommes et des femmes singuliers. Il y a des gens qui tombent amoureux après des enfants et 20 ans de mariage comme il y a des don Juan que ça arrange bien.
Je pense qu'on va mieux quand on se rapproche de sa singularité et que l'on s'éloigne du discours plaqué et de son vocabulaire rigide.

Tu as raison Cathy, ce forum regorge de souffrance, de situations inconfortables, de jalousie maladive... tout cela serait surmonté grâce à la transparence et à la communication ... quelle naïveté.

Sans doute les relations plurielles sont elles synonymes de liberté et de joie pour un certain nombre de personnes mais pas pour moi.
Je préfère les hommes amoureux et fidèles à une seule femme. Ceux là me plaisent. Et je pense que c'est le principal :).

Bonne route Cathy !
J'espère que te séparer de cet homme (puisque tu écris au passé) a pu te libérer !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion