Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour et Responsabilité

Bases
#

(compte clôturé)

le jeudi 22 mai 2014 à 17h57

Au fil du temps, je me suis souvent heurtée avec certains d'entre vous sur cette notion de responsabilité. Problème de vocabulaire et d'interprétation. Je continue ma lecture de "L'intelligence du coeur" d'Isabelle Filliozat et voici ce qu'elle explique :

"La leçon du Petit Prince L'amour entraîne la responsabilité. Comme le renard l'explique au petit prince, apprivoiser, c'est créer des liens, et "Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé""

Je dirais à titre personnel que dis comme ça, je ne suis pas d'accord.

Je continue donc ma lecture :

"Responsable ? Le mot dérive du latin respons, qui signifie répondre de. Aimer, c'est répondre de la relation. Plus concrètement, cela signifie être attentif aux besoins psychiques de l'autre. Non pas les prendre en charge, mais les respecter, les écouter et leur donner réponse. Aimer, c'est faire attention à notre façon de traiter l'autre."

Bon là, je dirais que je commence à être plus d'accord. Sauf que la notion de responsabilité est généralement défini autrement pour le commun des mortels, donc dire à un nouveau venu, qui en plus souffre (ou fait souffrir), par "amour" justement, c'est lui dire "tire toi tout de suite une balle dans la tête".

Je continue de nouveau ma lecture :

"La communication et l'écoute mutuelle sont des conditions nécessaires à l'éclosion et surtout à l'entretien d'un amour authentique"
Bon là ok. Si c'est ça être responsable (du lien, "répondre de la relation") et aimer, alors oui. Je veux bien me sentir "responsable" du lien que j'ai créé avec toutes mes relations quelqu'en soit les particularités.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 22 mai 2014 à 18h02

Je savais bien qu'un jour on arriverait à s'accorder sur cette notion. Je ne savais pas quand, c'est tout.

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 mai 2014 à 18h20

AHAHAHAH !!! donc la prochaine fois qu'une personne en souffrance post ici et que l'on veut lui faire comprendre cette notion, peut être l'inciter à jeter un oeil sur ce fil avant de l'exposer à ce qu'elle pensera être "de sa responsabilité" sans en comprendre le sens exact.

Je ne suis pas plus idiote, ni plus intelligente qu'une autre, mais si ça m'a posé "problème", imagine quelqu'un qui est mal, qui est perdu, qui est en questionnement... C'est la "fonction" que je désire à ce fil de discussion.

Pour moi, prendre en compte l'autre, et surtout sa souffrance, la reconnaitre, oui. Je pense que je l'ai toujours fait sinon mon couple aurait capoté, ça me parait évident. J'ai eu "naturellement" cette attitude. L'amour, le respect de l'autre me la suggérer, je dirais même imposer. J'ai découvert mon amour pour un autre homme en 2007 et j'ai connu la notion de polyamour en 2011. Donc, si j'avais fait l'impasse là-dessus durant 4 ans, mon couple n'aurait pas survécu. Nous avions même "instinctivement" inventé des stratagèmes pour gérer cela (notamment pour ne pas s'offenser des vérités et du venin cracher par l'autre). L'humour est souvent salvateur, sans enlever à la gravité et au sérieux des échanges. Je dirais aussi que tout cela a permis justement à rendre de l'authenticité à mon couple. Ne pas croire qu'en 2014, nous débattons à l'aise, en sirotant une bière. Ca arrive, mais l'entretien du lien, surtout avec un personne poly et l'autre mono, c'est parfois difficile et douloureux, même quand les choses semblent établies et assumées. La Responsabilité, ainsi défini, est un travail quasi quotidien, c'est pour cela que certains poly sont concrètement fatigués. C'est aussi pour cela que le cumul des relations, peut être difficilement gérés. On ne peut pas être partout à la fois.

En tout cas lorsque je dis le moins possible d'attentes et de dépendances ds mes relations secondaires, je ne dis pas délaissé le lien, je ne dis pas, ne pas m'occuper des autres.

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 22 mai 2014 à 18h43

<3 c'est beauooooo ce que tu dis gcd68 tellement que j'en ai les larmes aux yeux (pourtant ces glandes là sont un peu HS chez moi)

gcd68
Responsable ? Le mot dérive du latin respons, qui signifie répondre de. Aimer, c'est répondre de la relation. Plus concrètement, cela signifie être attentif aux besoins psychiques de l'autre. Non pas les prendre en charge, mais les respecter, les écouter et leur donner réponse. Aimer, c'est faire attention à notre façon de traiter l'autre."

oui, quitte à ce que ça nous oblige à souhaiter, accompagner, la personne aimée vers quelque chose qui d'un autre coté nous arrache le coeur...
Mon ours chéri, c'est par c que je l'ai apprivoisé que je suis responsable de lui (comme tu dis), que je suis attentive à ses besoins psychiques et que je les respecte.
Si je peux, lui donner la force, le courage, confiance en lui, l'aider à préparer son départ sereinement, j'en suis trés heureuse! grrr méme si ça fait mal, je l'aime donc je ne peux faire autrement que de vouloir son bonheur plus que tout

#

(compte clôturé)

le jeudi 22 mai 2014 à 19h04

Ces mots sont ceux d'Isabelle Filliozat pas les miens.

Oui, c'est ce qui m'a aidé à laisser partir mon petit fantôme qui n'arrivait pas à être simultanément responsable de notre lien et de celui avec sa femme.

C'est ce qui m'a permis de cumuler des cartons de déménagement pour aider une personne que j'aime pourtant tellement à s'éloigner géographiquement de moi et l'encourager dans ses projets.

C'est en cela que je dis que je ne veux pas créer de dépendances ni d'attentes. Dans une relation principale, dans une relation où il y a également vie commune et projets communs, je comprends l'existence de certaines formes d'attentes et de dépendances dans le sens où il y a un objectif commun. Mais pas dans une relation secondaire. Si l'avenir professionnel de l'autre se trouve à 500 km, et bien on fera avec. Je ne supporterai pas que l'on reste pour moi. D'abord parce que tôt ou tard, ça me reviendrai en pleine face puisque cela créerait des regrets, des frustrations. Et puis, participer indirectement à ce déménagement, c'était lui dire "part, de toute façon je ne pars pas avec toi, mais je serai là". Et d'ailleurs un petit quelque chose suffit pour que l'autre nous emporte avec lui. Il collectionne les chouettes (normal pour un dijonnais) alors quand je suis tombée sur ces deux petites chouettes côte à côte, j'ai même pas regardé le prix (pas cher en plus) je les lui ai envoyées (plus cher de frais de port que de cadeau, mais bon). C'est des petits quelque chose comme ça, sans prétention.... Aussi 5€ dans un photomaton, assise sur ses genoux, péter de rires tous les deux, alors que l'on allait pas se voir plusieurs mois durant. On a bien rit !!!

Ton ours a de la chance d'être aimé !

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 23 mai 2014 à 11h14

gcd68

Bon là, je dirais que je commence à être plus d'accord. Sauf que la notion de responsabilité est généralement défini autrement pour le commun des mortels,

Quel est la définition que tu rejettes ?

#

(compte clôturé)

le vendredi 23 mai 2014 à 13h20

Ah ? bonne question Siestacorta ! Ben heu, en fait j'en sais rien. Je dirais provoquer un accident parce que l'on n'a pas respecter le code de la route. D'ailleurs, le code de la route est pernicieux avec le conducteur "tu dois resté maitre de ton véhicule", sauf que des fois, on se retrouve en dehors de la chaussée ou pas où l'on devrait l'être avant même d'avoir compris ce qui c'est passé. Ca m'est arrivé à trois reprises (heureusement sans gravité) et dans des conditions du style "y a qu'à moi que ça arrive". La notion même de responsabilité est pernicieuse, je dirais.

Je crois que dire à une personne se découvrant poly tardivement (alors qu'elle est déjà engagée dans une relation de couple) ou au partenaire à qui le ciel vient de tomber sur la tête, qu'ils sont "responsable", autant qu'ils organisent un suicide collectif (malheureusement ça arrive, mais souvent pour d'autres raisons). Si l'on me dit que je suis "responsable" de la souffrance de mon conjoint, on me dit que je le fais souffrir sciemment, volontairement, alors que ce n'était pas utile. Or, c'est tout l'inverse, si je lui dis la vérité, c'est pour ne pas le tromper, pour ne pas lui mentir, pour ne pas le maintenir dans un état fictif de bonheur alors qu'il y a un beug, une perte d'équilibre.

J'ai été en relation avec un homme (message perso à Dieu : 1985) que j'ai aimé au premier contact, au premier son de sa voix. Après plusieurs épisodes amical-amoureux (un entre les deux), je le recontacte en 2008. Le lien se reconstruit quasi instantanément. Il vit avec quelqu'un mais ne semble pas y attacher bcp d'importance. Elle l'emmerde plus qu'autre chose (ses paroles pas les miennes). Bon bref ! Peu après, ils se séparent, me l'annonce comme s'il voulait fêter cela. Moi, je me sens mal, pas vraiment envie de partager son enthousiasme. Peu après, il me demande si je veux divorcer. C'est non. J'explique pourquoi. Pas certaine que mes explications soient comprises, mais, on continue à se voir. Peu après, il m'annonce par téléphone "qu'elle veut bien de lui, que c'est génial, qu'il est sur son petit nuage". Elle ? Qui ça elle ? Il semblait en effet complètement euphorique, et ça c'est super. Je laisse couler, le recontacte, lui demande ce que je deviens ? Ca ne change rien ! Ah ? s'il le dit, soit. Sauf que je ne pouvais plus l'appeler à tel moment... Bref, je lui demande de lui parler de moi. Il ne veut pas, il ne veut pas la faire fuir. Bon ok, je comprend que ce ne soit pas simple. Puis ils s'installent ensemble. Puis ils se marient, et ça ne change toujours rien. Ben voyons, "il ne veut pas la faire souffrir inutilement, de toute façon, il ne la trompe pas puisqu'il n'y a pas de sexe entre nous". Ouais, dans ce cas, pourquoi se voir en cachette, parce que l'on aime s'embrasser ? S'il ne trompe pas, s'il ne fait rien de mal, pourquoi opter pour le mensonge. Tout simplement, parce que c'est sa manière d'assumer sa responsabilité vis à vis de sa nouvelle femme. La relation n'a pas perduré, évidemment. Et d'ailleurs, c'est de ma faute, si j'avais accepter de divorcer.

Tout ceci pour dire que devant une situation de polyamour, il y a plusieurs façons de se comporter. Vouloir le bonheur d'une personne que l'on aime, pour moi, c'est créer un lien authentique, basé sur la vérité, même si celle-ci est difficile à appréhender. Pour d'autres l'important est de "ne pas faire souffrir inutilement" en mentant et je dirais en se mentant à soi-même, en minimisant ses sentiments et ses actes. Aujourd'hui, nous ne sommes plus en contact et j'ignore comment il porte ce fardeau, ce boulet que je suis, que je représente. Ca doit être lourd :-(

Sauf que beaucoup diront qu'il a mieux assumer ses responsabilités que je ne l'ai fait en annonçant égoïstement que j'étais amoureuse d'un autre homme. Et de toute façon, il a assumé puisqu'il a coupé les ponts avec moi (enfin, concrètement, il ne m'a pas demandé de l'oublier... il m'a dit textuellement "qu'il serait sans doute mieux que j'oublie ce numéro de téléphones" (ce numéro était le seul lien de communication entre nous). En lisant cela, j'ai à la fois fondu en larmes et éclater de rire : même dans ses ruptures, il assume ses responsabilités.

D'ailleurs, on accepte que certaines personnes ne soient "pas responsables" de leurs actes. Définir le "quotient de responsabilité" ? Je dirais enfin pour répondre, qu'à la base, lorsque l'on est responsable de quelque chose c'est que l'on est volontairement à l'origine d'une situation négative, qu'on l'a fait exprès. Or dire à quelqu'un qu'il a fait exprès de tomber amoureux, et en plus pour embêter l'autre, là non !!! Ce serait me faire endosser une responsabilité injuste et trop lourde à porter.

#

(compte clôturé)

le vendredi 23 mai 2014 à 14h07

Réflexion encore suite à cette question, pourtant toute bête de Siestacorta. Trop souvent on pense que l'on est responsable de l'autre, car on est en lien étroit avec lui. D'ailleurs, lors de l'éducation d'un enfant on nous rappelle fréquemment que l'on est responsable de cet enfant, de son éducation, etc... Autrement, il dépend de nous qu'il soit conforme, qu'il agisse correctement... sinon, c'est qu'on l'a mal élevé. D'ailleurs, deux de mes garçons sont maintenant majeurs et leur 18 ans était pour moi aussi "maintenant si tu fais des conneries, TU en seras juridiquement responsable". Je n'entends pas par là que s'ils font une connerie, je m'en laverais les mains, juste que je ne me sentirais pas "accusée" à leur place. Je ne serai pas "obligée" de signer en bas de leurs dépositions et pas "obligée" d'assister aux audiences faute d'être "répertoriée" comme mauvaise mère qui se désintéresse, blablabla, blalblabla.

Si "être responsable" c'est se sentir concernée, alors oui, j'assume. Si "être responsable" c'est être en accusation (ou en faute) par rapport à un évènement qui arrive, qui porte préjudice au bien être d'autrui, sans que j'ai eu la volonté de porter atteinte à autrui, mais que je l'ai fait au contraire par soucis de transparence, de vérité, de non-dissimulation, alors non, je n'assume pas cette responsabilité. Cela voudrait dire dans ce cas, je divorce, je ne fourni pas l'explication (puisqu'elle est la cause du futur mal que je préfèrerais éviter), et je refais ma vie. Sauf que si je fais cela, je rend l'autre malheureux pour une raison non identifiée et en plus je le laisse seul face à son mal être : là je dis ce n'est pas assumer, c'est démissionner sans motif valable. Oui, il y a bien la solution évoquée plus haut "ne pas faire souffrir inutilement".

#

(compte clôturé)

le vendredi 23 mai 2014 à 14h10

Bon Siesta, c'est dans le désordre, mais je crois grossièrement que tout y est :-D

#
Profil

Caline

le samedi 24 mai 2014 à 06h21

Gdc68, tu parles de l'image du renard dans le Petit Prince. Qui demande:"apprivoise-moi".
La rose avec ses épines , sous sa cloche de verre, elle ne demande rien et est là belle dans son existence et le Petit Prince en prend soin, avec amour. Cela aussi, c'est une forme d'apprivoisement, une attention "responsable" de chaque jour , de chaque instant.
C'est à tout un chacun de choisir la façon de soigner sa relation amoureuse, de montrer des gestes d'attention ... Même à distance.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 24 mai 2014 à 10h29

Euh, encore une fois j'ai CITE Isabelle Filliozat. Ce ne sont pas mes propos, ce sont les siens.

Bon j'ai modifié mon message d'origine afin de faire apparaitre en italique et en gras les citations de l'auteure

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 24 mai 2014 à 10h43

@Caline : Je n'ai pas sous les yeux le texte exact mais oui, il y a de cela, évidemment. Apprivoisé un animal, c'est de toute façon créer un lien avec lui, un rapprochement affectif. On peut aussi attaché de l'importance à un objet, parce que cet objet a une valeur "sentimentale" pour nous. La rose, elle, est vivante, dans le sens où elle a besoin de soins.

Caline
C'est à tout un chacun de choisir la façon de soigner sa relation amoureuse, de montrer des gestes d'attention ... Même à distance

Soigner dans le sens "prendre soin de", "entretenir le lien" oui, surtout s'il est à distance.

Cela peut se résumer juste à "prendre des nouvelles" mais aussi pour moi "être présent". On peut être présent à travers des courriers (mails, sms, etc) mais aussi à travers des photos, des objets du quotidien. Tous les matins, je déjeune dans un mug personnalisé qui m'a été offert avec amour (il est à côté de moi :-D ). Il ne vit pas avec moi, mais je déguste mon café du matin avec "lui". La valeur du cadeau n'a pas été dans son prix, mais dans sa volonté d'être à mes côtés. La question "tu déjeunes dans quoi le matin ?" m'avait parue incongrue, mais ça avait un sens réel, concret. Chacun sait à la maison qu'il faut prendre soin du mug qu'il a offert à maman car cassé une tasse, c'est rien que de la vaisselle, j'en ai plein. Cassé ce mug, grrrrr !

#

(compte clôturé)

le samedi 24 mai 2014 à 21h37

"Prendre soin, se sentir responsable du lien" je crois que c'est là que se trouve l'amour véritable, au-delà de la sensation de l'amour ( sentiment amoureux), il y a, je crois, là aussi la notion d'engagement...en créant une relation particulière, intime entre 2 coeurs, nous mettons en commun cette relation unique dans sa nature.

C'est faire naitre quelque chose qui n'existait pas auparavant.

Pour qu'elle révèle tout son potentiel, il me semble qu'il appartient à chacun de la laisser vivre librement à l'intérieur de lui même (ne pas la juger, l'accueillir, ne pas la comparer, ne pas lui demander de combler ses manques...)
Ce respect qu'on porte à ce lien s'il est authentique fera naitre en soi la joie (voir file "ode à la joie")

gcd68 ce que tu écris actuellement me parle...:-)

Avec un ami, nous prenons le même genre de petit déjeuner et c'est souvent à ce moment que s'échange des sms et quand on se voit nous avons l'habitude de préparer le déjeuner de l'autre...oui entretenir un lien c'est des petits actes simples, sincères et sans attente.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 mai 2014 à 15h06

etresoi
oui entretenir un lien c'est des petits actes simples, sincères et sans attente.

Là, c'est toi qui me parle. Merci

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 25 mai 2014 à 19h56

Dans l'histoire par contre ce qu'on a apprivoisé n'a pas de responsabilité il me semble... du moins en étant objective c'est comme ça que je le vie avec mon ours chéri. :-/
grrr je le sais le mieux pour apprivoiser c'est de les avoir tout petits donc trop tard pour mon ours. :-D
Bon là c'est une trés mauvaise période pour lui, je ne peux qu’être patiente et compréhensive... m'enfin des fois ça fait un peu mal :-(

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 mai 2014 à 21h24

Lorsque j'ai parlé d'amour (avant de dire je t'aime) à l'un de mes affectifs, il m'a demandé si, à mon avis (il se questionnait), l'amour était forcément réciproque. Je lui ai dit, que d'après mon expérience, il y avait certainement toujours une certaine réciprocité, et que c'était souvent plus l'histoire, les circonstances, les situations, qui empêchait l'amour, mais qu'à l'intérieur, dans le coeur, même si ce n'était pas à l'identique, il y avait à mon sens une réciprocité.

Bodhicitta8, si tu penses que ton ours n'est pas apprivoisé, demande toi si c'est parce qu'il n'a pas le petit quelque chose à l'intérieur (et dans ce cas pourquoi il t'a laissé l'approcher et plus si j'ai bien compris) ou simplement parce que l'adoption, ça ne lui convient pas.

Aussi, s'il doit s'éloigner de toi, cette responsabilité l'effraie peut être... ?

Oui, cette douleur, je la connais, moi c'est pas un ours, mais un fantôme qui s'est volatilisé, parce qu'il a abandonné sa responsabilité envers moi, trop lourde à porter (sauf qu'elle restera au fond de lui et qu'elle sera lourde à porter).

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 25 mai 2014 à 22h27

Il m'aime, il me le dit, je le sent avec, ses confidences trés personnelles et il me regarde avec des yeux d'ourson :-D , dés qu'on se retrouve son visage s'illumine et on se sers dans les bras et s'embrasse un long moment. quand on se voit il est trés aimant mais entre temps... 00
Parce que je sens qu'il m'aime, je me demande (un peu) pourquoi il est si distant

gcd68
Aussi, s'il doit s'éloigner de toi, cette responsabilité l'effraie peut être... ?

Oui cette responsabilité l'effraie, oulàlà au début j'ai eu à le rassurer, car oui il me l'a méme dit qu'il avait peur de ne pas pouvoir me donner assez... donc oui aprés tout j'étais prévenue! pfff :-/
m'enfin ça va quand méme, je pleurniche car ça fait du bien aussi d'exprimer les choses qu'on ressent <3

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 mai 2014 à 23h26

C'est affectif, dont je parle dans mon précédent message, il est comme ton ours. Il peut me laisser longtemps, très longtemps, sans nouvelle. Puis un jour, il réapparait et c'est merveilleux. Je le prend ainsi. Un jour il m'a dit "on ne fonctionne pas pareil" et oui, il a raison. Depuis, je n'insiste plus, emmagasine chaque instant de bonheur, sans savoir quand aura lieu le prochain, ni même s'il y aura un prochain. C'est ainsi, c'est son mode de fonctionnement, moi j'ai le mien, il aime le mien car il dit aimer mes msg, que c'est gentil de penser à lui... J'accepte car je n'attend de lui qu'il change. Surtout pas, même si j'aimerai qu'il me porte plus en quantité, quand il offre, c'est en qualité. Intellectuellement, je me dis que ça "compense" :-D

#
Profil

LuLutine

le lundi 26 mai 2014 à 00h04

bodhicitta8
quand on se voit il est trés aimant mais entre temps... 00

Tu sais, je peux le comprendre, dans une certaine mesure, il peut m'arriver d'être comme ça aussi. Quand je suis loin de quelqu'un par exemple, une personne qui compte pour moi, je vais penser à cette personne souvent, pour certains tous les jours ou presque (oui je suis multitâches, je suis capable de penser à plusieurs personnes, beaucoup même !).

Mais je ne vais pas pour autant contacter cette personne Alors, elle peut penser que je ne pense pas à elle, mais c'est totalement faux...

C'est juste pas naturel pour moi de contacter quelqu'un à chaque fois que je pense à lui/elle ; même si ça fait longtemps qu'on ne s'est pas contactés. Parfois bien sûr je vais le faire, mais ce n'est pas systématique non plus. Ca dépend de tellement d'éléments, pas seulement du fait de penser à la personne et de tenir à elle...

#
Profil

bodhicitta

le lundi 26 mai 2014 à 07h37

Merci les filles de me rappeler tout ça <3 et aprés tout oui, je ne peux que comprendre, je suis pareille, à une certaine mesure.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion