Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

[Musique] Chansons, poèmes, divers poly

#
Profil

Alygator427

le vendredi 06 juin 2014 à 14h00

Merci Bohwaz, j'avais envie d'aller au cinéma, et Her m'a beaucoup plus. J'y suis aller sans savoir de quoi il s'agissait et j'ai beaucoup aimer.
J'aime bien la vision dont est tourné le film. Il est différent et j'aime ce genre d'histoire.

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 juin 2014 à 00h45

Dans l'épisode S01E06 de « Pushing Daisies » intitulé « Bitches », il est question d'un homme marié à quatre femmes.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 juin 2014 à 06h16

BenjaminL
Dans l'épisode S01E06 de «  Pushing Daisies » intitulé «  Bitches », il est question d'un homme marié à quatre femmes.

Oh, j'aime bien cette série, et si ça se trouve, je l'ai vu cet épisode, mais je n'ai pas noté sur le moment !

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 13 juin 2014 à 12h09

BenjaminL
Dans l'épisode S01E06 de «  Pushing Daisies » intitulé «  Bitches », il est question d'un homme marié à quatre femmes.

.. Hum hum.... désolé mais ça me rappelle tristement une série nommée "big love" (que je n'ai donc pas aimée, cela va sans dire), où comme par hasard là encore c'est l'homme qui a trois femmes/épouses, c'est à dire de la polygynie, mais je n'y ai trouvé ni polyandrie (pourquoi une femme ne pourrait-elle pas avoir plusieurs maris dans une série ET dans la vraie vie, hum?), ni polyamory. , donc aucune équité entre femmes & hommes (à laquelle j'aspire au quotidien) .

Donc je ne sais pas pour votre série (au passage, "bitches" ça veut dire "chiennes", et pas que chez les rappeurs à gourmettes dorées ridicules, non ?) , mais si cela reproduit encore un schéma de cette fucking domination masculine que je déteste tant (un homme y a 3 ou 4 femmes pour lui seul), ça ne m'intéresse pas plus que cela, enfin a priori, .... sauf si vous avez d'autres éléments pour me faire changer d'avis ?

.... Par contre au tout début de la saison 1 de ' New girl ', quand Jess (alias zooey deschanel) elle est au restaurant seule, parce qu'on lui a posé un lapin, et que ses trois colocs mecs débarquent juste pour elle, et que l'un d'eux dit : ' On est des mormons inversés, c'est elle qui a 3 hommes (et nous qu'une seule femme) ' , là j'ai rit de bon coeur <3 , même si ce passage est trop bref ....

#

(compte clôturé)

le vendredi 13 juin 2014 à 13h39

En fait l'épisode n'est pas jugeant, ni dans un sens ni dans l'autre, même si le héros préfère se tourner vers la monogamie.
Et le titre est avant tout un jeu de mot : le mari - assassiné mais pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la polygamie - comme ses quatre femmes sont éleveurs canins.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 13 juin 2014 à 18h27

GreenPixie
.... Par contre au tout début de la saison 1 de ' New girl ', quand Jess (alias zooey deschanel) elle est au restaurant seule, parce qu'on lui a posé un lapin, et que ses trois colocs mecs débarquent juste pour elle, et que l'un d'eux dit : ' On est des mormons inversés, c'est elle qui a 3 hommes (et nous qu'une seule femme) ' , là j'ai rit de bon coeur <3 , même si ce passage est trop bref ....

Oui, j'avais relevé ce passage aussi, un peu bref en effet, et sous forme de plaisanterie :)

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 16 juin 2014 à 20h16

Ah, ok, merci pour vos réponses !

Dans un autre genre, pas forcément lié directement au polyamory, il y a une nouvelle série qui me fait penser à la série Mad men (et à son époque, les années 1950-1960), mais liée non pas à l'univers de la publicité (de Mad'ison avenue), mais à celui des recherches scientifiques du Docteur Masters (gynéco-obstétricien) et de son assistante Johnson (d'après des personnages réels), recherches sur les relations sexuelles de ses contemporains...

.... et pour le peu que j'en ai vu jusqu'à présent, c'est plutôt bien fait, stylé, parfois coquin, assez subtil...
et ça s'appelle ' Masters of sex ' (saison 1 en version sous-titrée française sur dvd, par la chaîne HBO je crois) .
Vous connaissez ? vous en avez déjà vu un épisode ou bande-annonce, par hasard ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

rimba

le jeudi 14 août 2014 à 16h09

Deux petits clins d'oeils poly que j'ai trouvé au fil de mes lectures et que je voulais partager avec vous :
- un passage dans Le philosophe qui n'était pas sage (roman de Gounelle) - un homme essaie d'en rendre un autre jaloux et lui fait croire que la femme qu'il aime a passé la nuit avec un autre homme. Et le "cocu" de lui répondre : "ben et alors ? elle ne va pas s'user !"

- la BD "les coeurs boudinés" tome 3, des canards et des hommes - que je vous laisse découvrir !

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 16 août 2014 à 17h34

Bon jour,

@ Rimba : merci pour ces partages + clins d'oeil <3 : en effet, les libertés d'aimer & d'avoir des aventures ne s'usent que quand on ne s'en sert pas !

Côté séries, notamment dans la saison 2 de Shameless (la version U.S., avec notamment Emmy Rossum : une série assez amorale à souhaits), plusieurs personnages sont non-exclusifs (voire bisexuelle ?), comme le rappelle d'ailleurs Karen à Lip, lorsqu'elle tombe enceinte.

Et toujours côté séries, dans Bref, l'un des personnages a une sexfriend (Marla, son "pcr" alias plan cul régulier) .
( j'aurai aimé citer Maison close, mais ce que j'en ai vue dans la saison un ne m'a vraiment pas convaincu, beaucoup trop classique et convenu donc pas à mon goût)

Dans le film La vie d'Adèle (palme d'or à Cannes en 2013), de Kechiche, dans le chapitre 2, la jeune femme Adèle semble amoureuse d'un homme Et d'une femme à la fois (même si le film ne la présente pas forcément comme bi ni tentée par le polyamory, me semble-t-il : encore une marque de + de l'invisi-BI-lité des bis & des polys contre laquelle je peste, grrrr ) .

>> Mine de rien, quand on y regarde de près, il y a bien + ( + qu'avant, me semble-t-il ) de films et séries où des personnages ont des histoires affectives & sexuelles non-exclusives qu'ont pourrait le croire (+)

Voilà une génération des années 2010 qui n'a plus qu'à poursuivre la reconquête de son corps, de son cerveau déboutonné,
et de réaliser sa propre révolution affective & sexuelle !!
.
( car celle de mai 1968 n'était qu'une ébauche, un joli début mais trop court et pas du tout finie, ô non )

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Alygator427

le mercredi 03 septembre 2014 à 12h16

Sur arte un reportage sur la communauté mong au nord du vietnam parle d'amant de maitresse et d'honnêteté. Ils n'ont peut être pas le libre choix de choisir avec qui ils vont se marier' mais ils restent libre de continuer a aimer qui ils veulent. Le marché de l'amour c'est le titre de l'émission.
Ils sont poly amoureux.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 03 septembre 2014 à 14h46

Bonjour,

Voilà une citation que j'ai lue sur le polyamory, et que j'ai trouvée assez juste et nuancée (ce n'est hélas pas toujours le cas quand j'en lis des définitions ici ou là, dans des livres ou dicos :-( )

En plus, les auteur-es le distinguent assez bien de la "polygamie" dont illes parlent sur la page d'à côté dans ce même livre.

Livre : Atlas mondial des sexualités

Polyamour et polyfidélité

Le polyamour et la polyfidélité sont aussi deux pratiques remettant en cause le dogme de la monogamie qui est au fondement des sociétés modernes. Pourtant ces formes de relations amoureuses et sexuelles ne peuvent être, en aucun cas, comparées à la polygamie et se distinguent aussi de l’infidélité.

Polyamour et polyfidélité sont des termes apparus durant les années 1990, qui prônent des relations sentimentales assumées avec plusieurs partenaires simultanément. L’un ne vient pas chasser l’autre, mais s’y ajoute au nom du principe de l’amour partagé et non exclusif.

Les relations polyamoureuses sont fondées sur un attachement sentimental et le respect et la fidélité des engagements pris envers tous les partenaires.
Ces pratiques amoureuses instaurent une égalité entre les hommes et les femmes, car les relations sont librement consenties avec un principe de liberté et de non-possession réciproque.
Elles peuvent être considérées comme un nouveau code amoureux pour vivre librement ses sentiments et sa sexualité.”

ça bouge même dans des livres de référence, courage, nous sommes de moins en moins seul-es et incompris-es (+) !

Source : Atlas mondial des sexualités : libertés, plaisirs et interdits, page 15, de Nadine Cattan et Stéphane Leroy ( éditions Autrement ; 96 pages ; 19 euros )

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

rimba

le jeudi 04 septembre 2014 à 23h21

Et ce mois ci, un temoignage dans le magazine Causette (rubrique "la fesse cachée de la ménagère). Le mot polyamour n'est pas utilisé, mais le témoignage parle de relations plurielles.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 05 septembre 2014 à 21h13

A mon sens une description qui tend très fortement (si elle n'y est pas complètement) vers l'anarchie relationnelle :

Bdcht alias Boule de chat, dans La Zone du Dehors d' Alain Damasio
Kohtp et moi avions quelque temps longé la frontière entre amitié et amour, lui du côté de l'amour, moi sur les rives de l'amitié, à nous faire des signes par-delà, à nous lancer des petits galets galants que, pour le traverser, on faisait ricocher sur l'eau-lisse-du-fleuve-frontière et que l'autre récupérait en face comme il pouvait, si le caillou n'allait pas trop vite.
Progressivement, le fleuve frontière s'était élargi, avait pris des anses, s'était trouvé des îles et là où tout le monde ne voyait qu'une ligne d'eau sombre et dangereuse, qui ne pouvait qu'être crainte ou franchie, nous avions appris au contraire à nous y baigner en riant, sans souci des Amitiens nous hurlant de revenir ni des Amoureux encouplés nous montrant leurs maisons avec un sourire de "vous aussi, vous pouvez être heureux...". Nous ne nous étions pas placés tels des fil-de-féristes sur la frontière pour y éprouver le vertige bien connu ami/amant. C'était plutôt la frontière qui s'était évasée, en pays d'eau, pour nous accueillir. Au milieu des flots, nous ne manquions pas d'une berge sèche pour nous poser et faire notre petite cabane forcément un peu semblable aux autres cabanes d'amoureux ; nous filions simplement dans le courant du plaisir d'être ensemble et de saisir les poissons à même l'eau à pleine main. De part et d'autre sur les berges, le paysage qui défilait ne changeait pas beaucoup, mais le fleuve, lui, prenait à chaque méandre de nouvelles couleurs sang bleu, sirop de citron ou menthe fraîche et s'enluminait davantage d'anses et d'îles flottantes où venaient se reposer les oiseaux de longue migration. Kohtp avait bien été tenté d'agripper la racine d'un arbre pour revenir au pays et quitter le lit du fleuve pour un autre plus carré et plus sec, mais progressivement, il s'était pris à aimer le jeu intense et compliqué des courants et à la fin il se demandait juste vers quelle mer nous allions - sans se douter qu'aussi bien nous remontions vers la montagne, peut-être même vers la pluie dont nos gestes étaient faits.
Si j'aimais Kohtp ? Je l'aimais et je ne l'aimais pas, souvent en même temps, comme Capt. J'aimais sa virilité, sa simplicité. Je ne me posais pas vraiment la question, pas pour fuir la réponse, mais parce que tous les poissons sensuels que nous attrapions ensemble étaient réponses, les tâches de soleil sur l'eau, le calme d'une crique, la furie d'un rapide, tout : réponse. Et réponse d'aucun "mais où je dois tracer la frontière ?" puisque nous étions dedans et que nous déboulions si vite que les barrages des castors eux-mêmes ne parvenaient pas à couper deux volumes d'eau l'un de l'autre. Tout ça, de toute façon, c'étaient des problématiques de berges et de bergers et l'Amour, le beau pays sage, je ne l'aimais que dissous, lorsque notre eau en ravinait les rivages et que des pans de sa terre, s'y affaissant, teintaient la rivière de sable et de filets roux.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 05 septembre 2014 à 22h58

Halala. La Zone du Dehors, ça c'est du bon bouquin qui démate.
Ce qui est bon dans ce passage, et dans le reste du bouquin sur plein d'autres sujets, c'est qu'il arrive à donner des métaphores évidentes, à la fois poétiques et précises. Ici, le fleuve, la fluidité, le changement.

Je me souviens aussi d'un passage où il rentre dans le lard de l'expression "sois toi-même", en répondant que c'est une ânerie, puisque se figer dans une identité ne correspond pas à la vie : on est jamais longtemps, on passe son temps à devenir. Une prise de conscience très émancipatrice !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 08 septembre 2014 à 13h49

Siestacorta
Halala. La Zone du Dehors, ça c'est du bon bouquin qui démate.

Clair ! (+)

Je viens de le finir. Je me demande si je ne vais pas le relire un coup, là (enfin non pas là tout de suite maintenant, mais dans les jours qui viennent). :)

C'est un peu comme une bouffée d'air (un peu coupant par moment l'air, mais bon ;) ).

J'ai lu la troisième édition, celle de 2007.
Et la dernière postface reprend des idées développées dans le roman sur la liberté dans nos sociétés sous contrôle. Idées qui ne sont pas si loin je trouve de l'état d'esprit poly tout en expliquant peut-être pourquoi tout le monde ne se jette pas tête baissée dans ce type de relationnel : "Parce que ça fait mal, d'être libre".

Alain Damasio, 18 février 2007
La liberté, elle est pour moi ce dehors, intérieur à chacun de nous, dont ceux qui nous gèrent voudraient tant faire une Zone. Ou mieux : une norme.
Sachons nous ouvrir pour agrandir cette poche, qui est poumon - et vent pulsif. Osons même, parfois, élargir la cicatrice et refuser le cocon consumériste, les consolations et les soins.
Parce que ça fait mal, d'être libre.

#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 25 septembre 2014 à 01h25

' Castillos de carton ' est mon coup de coeur du moment, côté film poly *** !

Une femme, deux amoureux (et non pas "un homme et deux femmes", comme trop souvent), sans moralisateur ni cherchant à convaincre, assez nuancé, le tout en espagnol (d'après un livre de l'auteure Almudena Grandes, pas traduit en français à ma connaissance),
un sous-titre : ' Quand 2 sont inséparables, 3 devient un numéro pair ' ... suis conquis !

... et pourtant ce film est si peu connu même ici ...

> Voilà donc une découverte que je vous invite à chercher ou commander en bibliothèques ou librairies ou ici :

www.optimale.fr/castillos-carton-p-712.html
( c'est marrant car ce film n'est pas gay, et pourtant il figure sur ce joli catalogue ci-dessus (+) )

* Qui aurait le film ou dvd de ' Mes séances de lutte ' (de Jacques Doillon, encore ! depuis l'An 01 il n'arrête pas ;) ), ou aurait envie de le trouver à l'emprunt vers Toulouse pour se le regarder ensemble ?
.... il me tente bien, ce corps à corps à coeur !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 01 octobre 2014 à 10h37

L'auteure du livre Castillos de carton, Almudena Grandes (dont le livre a inspiré le film cité ci-dessus & cette belle histoire à trois :-D ) , sera présente
> à Toulouse jeudi 9 octobre 2014 à 18h30 à l'institut Cervantès, dans le cadre du festival Cinespana ( www.cinespagnol.com ) .

J'y serai (pour y faire dédicacer le livre si j'arrive à le trouver avant ;) ) , et si vous voulez que l'on s'y retrouve pendant ou après, faites-moi signe par mess@ge perso, n'hésitez pas (+)

* Le livre existe en poche à 13 euros, paru en février 2007, chez Tusquets editores, en espagnol, mais pas sûr qu'une traduction existe en français, ou pas encore : à chercher ou demander... )

#
Profil

remi

le mercredi 03 décembre 2014 à 17h29

Une amie m'a fait découvrir une chanson de Nicole Croisille qui date de 1976 :
J’ai besoin de toi, j’ai besoin de lui

#
Profil

eveil_et_sens

le mercredi 03 décembre 2014 à 18h26

Ce n'est qu'une réflexion mais pour ceux qui connaisse la saga " hunger games" ne pensez vous pas que Katniss est polyamoureuse ? c'est une réflexion simplement mais si certain me rejoigne sur ce point de vue, ce film peu en quelque sorte rentré lui aussi sur ce post :)

#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 04 décembre 2014 à 00h04

@ eveil et sens : tu fais référence aux livres, ou aux films (inspirés des livres) ? et si elle était " poly " (avec qui ?), es-tu sûr que ses ' lovers ' sont d'accord de façon réciproques à ce sujet, ou bien ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion