Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Notion d'inconscient

Culture
#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 août 2015 à 15h34

L'INCONSCIENT...
Je viens de comprendre que mon ours n'a pas cette notion, n'y crois pas, ne pense pas que ça influence nos vies!
C'est horrible, j'ai l'impression de m'étre trompée pendant 3 ans 1/2, et que sans cette notion il ne pourra jamais me comprendre, vraiment.
Je pense que la remise en causes des normes sans cette notion, reste superficiel.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 10 août 2015 à 19h07

Il y a aussi des personnes chez qui l'inconscient est plus ou moins....conscient !

Oui oui !

Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire...?

Certaines personnes arrivent à faire "remonter" facilement certains de leurs mécanismes dits "inconscients".

D'autres moins, parfois elles ne se rendent même pas compte de leurs mécanismes alors que d'autres les voient...

#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 août 2015 à 22h04

Je vois très bien ce que tu veux dire! (+)
oui oui!
Le plus importent je pense c'est de s'inquiéter de ceux qui ne savent pas, ou ne veulent pas croire en l'existence de cet inconscient.
S'inquiéter car je pense que leur vision de la vie, leur vie est un peu pauvre, limitée, fade...
Une vie plus simple p t etre, m'enfin :-/
Sans tenir compte de ça, comment par exemple "être objectif"? faire de l'introspection? prendre du recule sur la norme monogame etc

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 10 août 2015 à 22h37

Peut-être que ton ours empruntera d'autres chemins... plus intuitifs peut-être ?
Peut-être que ton ours aussi peut se dire : "Oh mince, Bodhicitta ne croit pas à ça ? Mais sa vie doit être si pauvre..."
Je pense qu'on est tous différents sur plein de plans et de visions de la vie.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 août 2015 à 23h11

C'est vrai que mon expression "vie un peu pauvre" est déplacée! Je suis remuée par tout ça. :-( désolée
:-/ je me demande si on est plus à l'écoute de cette intuition si on admet qu'elle est aussi (p t etre d'abord) inconsciente

Là on s'éloigne du poly, là ou je pense que ça le rejoins c'est au sujet de la remise en cause des normes et du poids qu'elles ont dans notre vie relationnelle également

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Juliejonquille

le mardi 11 août 2015 à 00h01

Est-ce qu'on a besoin de connaître l'inconscient pour remettre en cause les normes ou leurs poids ?
C'est une bonne question...

#
Profil

Evavita

le mardi 11 août 2015 à 08h00

Je pense qu'avant tout il faudrait vérifier ce que ton ours met comme "valeurs" autour du mot inconscient et ce que toi t'y mets. Parfois c'est juste une question de définitions.
Peut-être croit-il à ce que toi tu appelles inconscient mais qu'il n'a pas conscience que c'est de ça que tu parles en utilisant ce mot là .

Je connais quelqu'un par exemple qui m'avait définit l'inconscient comme un Yéti avec une patte coincée dans un piège à loup en train d'émettre des grognements incompréhensibles...

#
Profil

bonheur

le mardi 11 août 2015 à 10h35

Inconscient, instinct... nous en disposons tous. Ce sont des "notions" inexplicables. Enfin je crois. Par contre, cela s'exprime à travers nos actes, nos paroles et nos attitudes. Donc, sans intellectualiser, on peut comprendre si une tierce personne nous indispose dans son relationnel ou non. Si l'indisposition que l'on ressent est directement lié à la nature même de la personne avec laquelle nous sommes en lien, il vaut mieux se poser la question : ai-je envie de vivre encore avec cette indisposition que je reconnais maintenant.

C'est un peu pour cela que je dis qu'il faut au minimum deux ans pour vraiment se sentir entier dans une relation et avoir appris à bien connaitre l'autre. C'est mon point de vue actuel.

#

(compte clôturé)

le mardi 11 août 2015 à 12h02

Je ne suis pas un accro de la psychanalyse loin s'en faut, mais il me semble que les neurosciences ont démontré l'importance des processus inconscients dans le fonctionnement de nos boyaux de la tête. Mais s'il y a un neurobio parmis nous, je l'invite à confirmer ça.
Maintenant, l'Inconscient comme instance geolocalisable, théâtre de nos pulsions, au sens où la doxa psychanalytique l'a véhiculée, c'est je pense, un mythe et ton ours peut légitimement y être réfractaire.
Est-ce qu'il faut se psychanalyser au sens strict, et se soumettre au soupçon permanent ou à l'auto inquisition pour s'affranchir des normes dominantes: non, je ne pense pas ni ne le souhaite.
Pour autant regarder l'impensé et les angles morts d'une culture, les glissements de sens (par exemple de la fidelité à l'exclusivité pour citer un exemple venu d'un autre fil), les paradoxes et les interroger dans leurs implications sur nos vies, nos désirs, nos relations, c'est souhaitable en particulier si l'on sort des sentiers battus et que l'on a pas envie de se percevoir uniquement à travers le prisme de la déviance ou de la névrose.
Tigre

#
Profil

bodhicitta

le mardi 11 août 2015 à 14h18

Juliejonquille
besoin de connaître l'inconscient pour remettre en cause les normes ou leurs poids ?

oui bonne question,
Avoir une notion de l'inconscient est je pense importent pour avoir conscience (justement) du poid que que ces normes ont dans notre vie.

bonheur
Donc, sans intellectualiser, on peut comprendre si une tierce personne nous indispose dans son relationnel ou non.

Oui et si on intellectualise on peut mieux comprendre pourquoi cette indisposition,
aidé par la connaissance de l'existence de inconscient je pense.

Tigreminou
Est-ce qu'il faut se psychanalyser au sens strict, et se soumettre au soupçon permanent ou à l'auto inquisition pour s'affranchir des normes dominantes: non, je ne pense pas ni ne le souhaite.

Je suis de ton avis, ce n'est pas obligatoire, on peut s'affranchir des normes sans tout ça, c'est juste un complément d'affranchissement on peut dire.
Exemple:
On peut s'en affranchir en faisant les choses simplement pour ne pas faire comme tout le monde, pour ça aucun besoin de psychanalyse, introspection etc.
Mais je pense que cet affranchissement serait plus complet en tenant compte des normes plus ou moins gravés dans notre inconscient

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 12 août 2015 à 09h58

@Bodhicitta
Après, un autre angle avec ton ours, serait de voir le verre à moitié plein et de plutôt chercher à élargir le champ de la conscience, du pensé, du ressenti en "gagnant du terrain" sur l'impensé plutôt que de chercher à investiguer l'inconscient en tant que tel.
C'est peut-être assez similaire sur le fond mais la démarche lui semblera peut être moins rébarbative ou dogmatique dans la forme.
Perso, je suis plutôt sensible à cette approche car elle permet d'y aller progressivement, en partant du connu, plutôt que de se frotter direct au refoulé avec les risques que ça comporte de choc en retour, de régression...
Cette méthode permet aussi de commencer par les états d'âme, les émotions et sentiments et d'aller tranquillement vers les choses plus élaborées comme des normes, (une fois que l'habitude est prise de tremper les pieds dans des affects non examinés)

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 12 août 2015 à 14h01

Tigreminou
chercher à élargir le champ de la conscience, du pensé, du ressenti en "gagnant du terrain" sur l'impensé plutôt que de chercher à investiguer l'inconscient en tant que tel.

ça fait 4ans que j'y fais :-/ et ça n'a pas était "sans mal" :-( ...
C'est pour ça que ça m'a choqué de comprendre ça (qu'il n'a pas cette notion), j'aurai du commencer par ça.
J'ai l'impression d'avoir parlé "dans le vide" qu'il ne pouvait pas me comprendre, comprendre le mécanisme et le poids qu'ont les normes.

J'ai élargi son champ des possibles, mais je n'est pas senti plus tot ce truc qui explique pourquoi (je pense) il n'a jamais vraiment compris de quoi je parlais (remise en question des normes etc), ou pu se sentir vraiment bien avec une aimée polyamoureuse.

investiguer l'impensé ensemble, j'en suis loin, il n'y croit pas le rejette "c'est pas parce qu'un gas a dit ça à un moment que je vais y croire" "j'suis pas comme tout le monde"

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Jak

le mercredi 12 août 2015 à 16h26

Salut à tous,

Vous allez peut-être penser que ma question est stupide, mais : en quoi ne pas croire en l'Inconscient est si limitant ?

Est-ce tellement indispensable pour remettre en question des concepts ?
L'est-ce pour se forger des opinions et jauger (sans juger) les règles, les lois qui régissent la vie du plus grand nombre ?

Je vous avoue avoir relu plusieurs fois vos échanges sans avoir forcément saisi le sens de la réflexion.

#
Profil

Puck

le mercredi 12 août 2015 à 16h42

Selon moi, si tu nies l’inconscient, tu nies toutes les effets et mécanismes qui s'y déroulent; du coup tu occultes une partie de la mécanique du cerveau. Et il s'en passe des choses sous la ligne de flottaison...

Après comme le dit Evavita, il faudrait mieux définir ce que l'on met derrière le mot inconscient avant de débattre dessus.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 09h12

Je dirai que l'on a tous un système émotionnel, un système intellectuel, un système hormonal... sauf que l'on n'est pas tous pareil dans notre développement individuel.

Une personne qui a un QE très important attirera une personne qui a un QI important d'une manière que je qualifierai de mimétisme. En tout cas, j'en ai fait l'expérience :
QI est curieux, alors lorsqu'il rencontre une personne qui s'intéresse à lui autrement que dans un échange intellectuel, il répond présent. C'est pour QI l'occasion d'étudier une nouveauté. Question comportement, comme il n'a pas d'attitude personnelle propre, il agi suivant le comportement de QE.
Puis comme QI n'entretient pas réellement une dynamique, un élan émotionnel, QE prend en charge l'intégralité du potentiel émotionnel, de l'un et de l'autre. Et comme QI est un miroir, il renvoie malgré tout quelque chose. Au fil du temps, QI n'a pas les réponses à ses questions intellectuelles ? Qu'est-ce que l'amour ? qu'est-ce que ces émotions, ces sentiments dont l'autre parle ? Alors il demande des explications, des justifications. Evidemment QE fait de son mieux. Il tente d'expliquer et se perd dans l'impossible.
Au final, QI se lasse. Au final, QE se perd. La conclusion va de soi...

QE n'a pas les capacités, les particularités individuelles pour répondre aux exigences de QI. De son côté, QI n'a pas les capacités, les particularités individuelles pour s'épanouir dans une relation émotionnelle où il va s'ennuyer, puisque ce n'était à la base qu'une étude intellectuelle... une fois que le tour du sujet a été fait, il n'y a plus rien à découvrir. Le déséquilibre est là et s'inscrira dans la durée : d'où un malaise dans la relation même avec des efforts parfois de part et d'autre.

QI peut être poly, car s'il est surdoué, il peut étudier plusieurs personnes différentes. Au contraire, c'est même encore mieux, il va pouvoir faire des recoupements d'informations.
QE peut être poly, car émotionnellement parlant, il a cette facilité de trouver son bonheur dans l'irrationnel et a un système émotionnel permettant de ne pas se concentrer sur un seul bonheur à la fois.

Est-ce que cette histoire te parle bodhicitta8 ?

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 09h17

Jak
Je vous avoue avoir relu plusieurs fois vos échanges sans avoir forcément saisi le sens de la réflexion.

Parce que l'on essai ici d'intellectualiser ce qui relève de l'irrationnel. L'individu très émotionnel ne place aucun mot sur l'inconscient, il le comprend tout simplement. L'individu très intellectuel, lui va vouloir trouver des mots, souvent compliqués car il en a besoin.

J'ai essayé de trouver un exemple et de m'exprimer au mieux, avec mon intellect dont la ligne de flottaison permet d'avoir pied :-D (auto-ironie évidemment)

#
Profil

bodhicitta

le jeudi 13 août 2015 à 12h33

bonheur
QI n'a pas les capacités, les particularités individuelles pour s'épanouir dans une relation émotionnelle où il va s'ennuyer, puisque ce n'était à la base qu'une étude intellectuelle... une fois que le tour du sujet a été fait, il n'y a plus rien à découvrir.

Tout ça me parle Bonheur, oui. Un peu binaire quand méme...
J'suis mal barrée alors car franchement QI et QE
Une passionnée à tous va, grande amoureuse aussi. Je suis à l'écoute et l'entretien de mes émotions (par moments c'est tellement bon de les vivre ces émotions que ça vaut le coup)
En méme temps, d'étudier (méme sans le b.a.c :-D ) de comprendre (essayer) ce qui m'entoure fait parti de mes moteur qui me donne envies d'avancer dans la vie
Mon pseudo le montre, (sans me classer comme bouddhiste ou rien d'autre non plus) dans le boudhisme la bodhicitta c'est la recherche, l'etude, le chemin de l'évéille (qui est sans fin je pense enfin j'aime à le penser ainsi)
C'est pour ça qu'on a tjs à découvrir sur quelqu'un les contextes changeants perpétuellement rien qu'avec le temps qui passe ça modifie des choses

Puck
comme le dit Evavita, il faudrait mieux définir ce que l'on met derrière le mot inconscient avant de débattre dessus.

merci de le relever! J'pense que tu as raison @suivre

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 13h07

Dans mon exemple (concret malheureusement) QI a été ramené à sa fonction d'intellectualisation... sauf que tout le monde à un QE, reste à QI de s'en préoccuper et de l'utiliser, s'il le désire réellement (sauf que l'amour affectif, peu ressenti ne sera pas un moteur suffisant)
Aussi QE, avec ou sans BAC (les diplômes ne font pas l'intelligence), a un système intellectuel et donc n'est pas complètement concon.

Donc, oui, nous avons tous à évoluer, et heureusement. Ce qui entraine que nous avons tous à continuer à découvrir. Aussi faut-il le vouloir !

QE est hors système, hors normes, donc il s'est toujours senti à part et met instinctivement à profit son intelligence afin d'étudier à la fois sa personne mais aussi, comme il est lié aux autres par des ressentis, l'intégralité de son environnement et de ses congénères.

QI lui est dans le système. Pourquoi s'intéresserait-il à découvrir son QE ? D'ailleurs, à ses yeux, les émotions de QE sont considérées (pas toujours je pense, ne pas généraliser) comme handicapantes et comme la création d'une dépendance envers ses émotions. QI ne comprend pas le bienfait que l'on puisse être ainsi : "Je suis à l'écoute et l'entretien de mes émotions (par moments c'est tellement bon de les vivre ces émotions que ça vaut le coup)". Donc, il ne veut surtout pas partager cela, ce qu'il considère comme une intrusion sur laquelle il n'aurait pas de contrôle. Et oui, on ne contrôle pas ses émotions, on les ressent !!!

La question pour ton ours est peut être : désire-t-il aller à la rencontre de ses émotions ? (il en a, il est humain)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 13h12

Pour info, j'ai par hasard eu une discussion avec un jeune en école d'ingénieur. Nous nous sommes mis à parler des différentes types de structures de cerveau, des différentes particularités personnelles et il m'a indiqué que maintenant (ça a été rajouté depuis peu), ces étudiants apprennent à différencier les personnalités, je dirais qu'intellectuellement ils étudient tous ces aspects de QI, de QE, etc... les comportements et la nature humaine. J'ai trouvé cela génial !

#

(compte clôturé)

le jeudi 13 août 2015 à 16h11

étant donné que je suis à fond dans le type QI et très peu dane le QE ou, autrement dit, je n'ai pas non plus cette notion d'inconscient, je peux donner quelques explications sur ce qu'est la vie avec cette forme mentale.

D'abord, la vie en QI ce n'est pas une vie sans émotions, bien au contraire! Sauf que les émotions sont liées à l'intérieur de la personne, pas à la relation de couple. Un QI peut être heureux soit quand il est célibataire,soit quand il est en couple.

Dans un premier moment, les QI sont attirés par les QE: ils aiment bien leurs attentions et ils sont curieux d'expérimenter leur mode de vie. Par contre, ils se lassent vite de ces derniers: l'approche des QE, centré sur les émotions, parait inutilement long aux QI, qui sont plutôt dans une logique de "Problème => Solution"

Donc au final, les QI tombent amoureux des QE, mais finissent pour épouser un autre QI.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion