Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mono en déconstruction

Témoignage
#
Profil

PointG

le lundi 04 mars 2019 à 13h14

Bonjour,

J'ai parcouru pas mal de discussions sur le forum sans jamais vraiment trouvé de réponses à mes interrogations.

Je vais donc faire un bref résumé de ma situation.

Je suis en couple avec ma femme depuis que nous avons 17 ans. Aujourd'hui, nous avons 28 ans, sommes mariés depuis septembre 2017 et avons 2 enfants. Jusque là une vie, tout ce qu'il y a de plus monogame. Nous avons eu des conversations sur certaines ouvertures de notre couple (triolisme par exemple) pour pimenter un peu notre vie sexuelle, non pas qu'elle soit médiocre, et d'ailleurs nous sommes passés à l'acte si l'on puis dire. Mais il y a quelques mois, fin d'année 2018, nous avions décidé de recontacter le partenaire du notre triolisme pour réitérer l'expérience. Or il s'est avéré que la personne n'était pas intéressée mais a par contre demandé à ma femme, s'il était possible que cela se passe juste entre eux 2. Or ma femme a toujours éprouvé une certaine affection pour cet homme. Bien entendu, monogame que je suis, j'ai refusé l'idée de rapports mais sachant le besoin de ma femme de s'épanouir ailleurs, j'ai autorisé une certaine proximité entre eux (flirt, baisers, câlins, découchage, ...).

Ma femme a toujours respecté mon 'interdiction" quant aux rapports. Cependant, je sais bien qu'elle aimerait que cela se fasse pour vivre pleinement sa relation. Du coup, le problème fasse auquel je me trouve est le suivant : dans mon esprit mono, les rapports sexuels ne font pas sans sentiments (et je pense que cette vision est aussi partagée par les poly sinon ça n'est plus du polyamour mais du libertinage, couple ouvert, polygamie, ... même s'il y a de l'honnêteté envers tous les protagonistes car l'amour c'est des sentiments), et même si je comprends et accepte tous les principes du polyamour, si jamais j'autorise cette intimité physique, c'est comme si au final je reconnaissais et acceptais officiellement leur relation.

Du coup, la peur que j'ai c'est de ne plus savoir ce qui fait de moi quelqu'un "d'unique" et qui fait de moi le principal.

Alors je voulais savoir si des poly ou des mono devenus poly acceptants avaient réussis à surmonter cette "peur" de ne plus être le principal et aussi si des mono devenus poly acceptants qui auraient réussi à désacraliser la sexualité pour s'attacher à des choses plus "importantes". En effet, j'attache, à mon grand regret, une grande importance à la sexualité dans un couple, et je ne vois pas ça comme une simple activité mais comme un partage d'une certaine intimité et personnellement je ne pourrais accepter une telle proximité avec quelqu'un pour qui je n'éprouve pas de sentiments et ayant une libido assez forte, le fait d'accepter que ma femme puisse avoir cette intimité avec un autre, me fait craindre qu'elle me désire moins, ou dans le pire des cas ne me désire plus car sans trop m'étaler, elle n'a pas non plus une libido débordante.

Vous remerciant par avance pour votre aide

#
Profil

Mark

le lundi 04 mars 2019 à 14h35

@GuillaumeL54

Tu as déjà fait un sacré cheminement!
Le notion de l'intimité lié au sexe est en effet encore un pas supplémentaire.
Je retiens deux mots de ton témoignage: Insécurité et je précise, sans aucune connotation péjorative, égo.

"j'ai autorisé une certaine proximité entre eux (flirt, baisers, câlins, découchage, ...). "

Comment vis tu cette autorisation? Vois tu ta femme te revenir plus épanouie?

#
Profil

PointG

le lundi 04 mars 2019 à 15h07

Oui insécurité c'est sûr mais, sans vouloir me chercher d'excuses, c'est quand même un modèle qui est assez loin de ce que la société nous inculque comme valeurs

Ego et je pense, surement, manque confiance en soi :-/

Quand elle revient oui elle est heureuse mais mon attitude est, et je le regrette, pas des plus cools : même si je sais très bien qu'elle a toujours été honnête avec moi et que je peux lui faire confiance, je ne peux m'empêcher d'être méfiant :-( . De plus, c'est assez compliqué d'accepter, même si ça va mieux, le fait que sa femme aime se blottir dans les bras d'un autre homme. Oui je sais bien que mes propos peuvent être choquant pour des poly. Donc oui je note bien son épanouissement mais ma négativité embarque tout sur son passage :-(

#
Profil

noelmarie

le lundi 04 mars 2019 à 17h18

"c'est quand même un modèle qui est assez loin de ce que la société nous inculque comme valeurs"
Juste quelques ligne pour rebondir sur ta phrase;
Avoir de bonnes bases culturelles sur l’évolution des couples dans l'histoire de l'humanités constitue une bonne fondation pour démarrer une réflexion personnelle et rapidement à deux... je te conseille donc de lire :
"le mariage d'amour n'a que 100 ans" chez Odile jacob ... auteur Laurence Caron-vershave, Yves Ferroul.
et dans un deuxieme temps "Amours,histoire des relations entre les hommes et les femmes" chez Fayard...auteur jacques Attali.
c'est deux livres ont le mérite de replacer la notion de couple, dans le contexte de l'évolutions de nos sociétés et qu'il n'y a pas et pas eu un model sacré au valeurs intemporelles.

#
Profil

PointG

le lundi 04 mars 2019 à 17h54

Noelmarie ça marche je vais me pencher sur ces lectures
Merci pour ces conseils

#
Profil

noelmarie

le lundi 04 mars 2019 à 22h47

on en reparle quand tu veux...

#
Profil

PointG

le mardi 05 mars 2019 à 09h13

Je faisais la réflexion suivante à ma femme ce matin : si j'avais des connaissances qui avaient une multitude de partenaires, tant qu'ils sont heureux grand bien leur fasse, mais là c'est différent je suis concerné. Ça affecte quelque chose en moi de profond, je me sent comme "menacé"

#
Profil

noelmarie

le mardi 05 mars 2019 à 09h39

Bonjour Guillaume, on est tous à un moment ou un autre, passés par cette phase, qui du reste en fonction des partenaires peut de nouveau se reproduire ....Le positif dans ta situation, c'est votre transparence, en parler avec ta femme est la meilleure des choses et tu verras , vous trouverez votre équilibre et que votre couple pourra en ressortir grandi.
Notre livre de "chevet" et je vous le conseil a tout les deux est: "compersion" (transcender la jalousie dans le polyamour) auteur hypatia.. on le trouve sur amazon . toute ces situations de ressenti,... de menaces etc y sont évoquées et chacun de vous deux y trouvera les réponses pour que ces situations se dissipent dans le temps. A lire en urgence si tu vis mal les instants présents

#
Profil

PointG

le mardi 05 mars 2019 à 10h04

Noelmarie

Le livre dont tu parles ça tombe bien je dois le recevoir demain ? J'ai aussi la salope éthique a lire.

Oui c'est vrai que l'on communique beaucoup la dessus et je trouve que ça nous a beaucoup rapproché dans un sens.

D'ailleurs d'en parler, de pouvoir exprimer nos ressentis, c'est plus facile à gérer. Et comme on est clairement dans une démarche poly, la transparence se fait aussi avec l'autre partenaire. J'estime qu'il a le droit d'être au courant de nos ressentis personnels au même titre que j'estime qu'il a le droit de nous faire part de ses ressentis

#
Profil

noelmarie

le mardi 05 mars 2019 à 10h39

Le fait d'en parler avec "l'autre partenaire" est à mon sens crucial.
Quand on s'inscrit tous, dans une "philosophie polyamoureuse " tout devient étrangement facile et même déroutant... la transparence étant le clef de voûte de ce nouveau bien être

#
Profil

Caoline

le mercredi 06 mars 2019 à 12h49

PointG
Bien entendu, monogame que je suis, j'ai refusé l'idée de rapports mais sachant le besoin de ma femme de s'épanouir ailleurs, j'ai autorisé une certaine proximité entre eux (flirt, baisers, câlins, découchage, ...).

Ma femme a toujours respecté mon 'interdiction" quant aux rapports.

J'ai envie de partager mon ressenti sur cette partie de ton message car il me semble y avoir là sujet à réflexion.
En lisant ça j'ai l'impression que ta femme est ta possession, ton bien, ton objet ou ton esclave. Tu refuses, tu autorises, ton interdiction même si tu la mets entre guillemets.
Autant je trouve normal au sein d'un couple de tenir compte du ressenti de l'autre, de l'éventuel engagement préalable... Autant qu'une personne ai comme ça un ascendant, une autorité sur l'autre me choque (sauf dans le cas où c'est librement consenti dans une relation spécifique où ça fait partie des bases de celle ci, que ce pouvoir est érotisé des 2 cotés).

Cependant, je te sens sur la bonne voie, c'est juste pour potentiellement aider à débloquer les choses. En tout cas je sais que c’est ce qui permet à mon compagnon de très bien vivre mon polyamour, et d'être devenu poly dans l’âme même si il n'a pas d'autre relation suivie, il considère que personne ne peut décider pour quelqu'un d'autre.

#
Profil

alinea7

le mercredi 06 mars 2019 à 13h13

Caoline
J'ai envie de partager mon ressenti sur cette partie de ton message car il me semble y avoir là sujet à réflexion.
En lisant ça j'ai l'impression que ta femme est ta possession, ton bien, ton objet ou ton esclave.

En effet tu pourrais te demander pourquoi tu y vois une possession.
Devrait il s'abstenir d'indiquer sa limite ? Subir un cadre relationnel qui ne lui convient pas (encore) ? Laisser quelque chose s'installer qu'il ne supporte pas (encore) ?
Je ne comprends pas trop : comment laisser les choses s'installer dans le respect, sinon ?

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Caoline

le mercredi 06 mars 2019 à 13h31

@alinea7 Il me semble qu'il pourrait exprimer son ressenti, ses peurs, qu'il craint de ne pas supporter et de mettre fin à leur relation si c’est le cas.... Et je trouverais normal qu'elle en tienne compte, s'adapte à ce qu'il peux supporter...
Mais la façon dont s'est exprimé là c'est pour moi synonyme de "c'est moi qui décide de sa vie"

#
Profil

Mark

le mercredi 06 mars 2019 à 13h39

Si les remarques sont objectivement pertinentes et que l'on peut considérer que c'est une forme d'ingérence dans la relation de l'autre, j'ai observé chez moi même ainsi que dans de nombreux témoignages que c'est une phase de transition, une prise de contrôle sur l'égo, l'insécurité et les questionnements.

On s'approprie les choses au fur et à mesure, apprendre à comprendre et gérer ses ressentis peut demander du temps. Le cheminement n'est pas toujours simple, parfois douloureux et si l'autre partenaire accepte de laisser du temps pour que l'évolution se fasse en douceur, le vécu en est facilité.

Cela dit, une fois atteint le cap ou l'on laisse l'autre réellement libre de gérer sa relation, s'installe une grande sérénité.

#
Profil

Caoline

le mercredi 06 mars 2019 à 14h39

Il ne me semble pas l'avoir exprimé comme une condamnation mais comme une piste à creuser.

#

Lena Harrison (invité)

le mercredi 06 mars 2019 à 14h45

Caolin, on n'interdit jamais rien à personne. On est d'accord, chacun appartient à soi-même. Mais c'est valable pour les deux. Et dans une relation monoamoureuse, on a le droit de dire à l'autre : si tu couches avec quelqu'un d'autre, je mettrai fin à notre relation. Je comprends que ce soit difficile à entendre si tu es polyamoureuse depuis toujours, mais on ne choisit pas non plus forcément d'être monoamoureux. Se déconstruire, c'est une chose, mais forcer l'autre à être ce qu'il n'est pas , c'est une violence. Rien n'empêche sa femme de partir.

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 mars 2019 à 15h28

pointg
Oui c'est vrai que l'on communique beaucoup la dessus et je trouve que ça nous a beaucoup rapproché dans un sens.

D'ailleurs d'en parler, de pouvoir exprimer nos ressentis, c'est plus facile à gérer. Et comme on est clairement dans une démarche poly, la transparence se fait aussi avec l'autre partenaire. J'estime qu'il a le droit d'être au courant de nos ressentis personnels au même titre que j'estime qu'il a le droit de nous faire part de ses ressentis

(+)

Lena Harrison
Caolin, on n'interdit jamais rien à personne. On est d'accord, chacun appartient à soi-même. Mais c'est valable pour les deux. Et dans une relation monoamoureuse, on a le droit de dire à l'autre : si tu couches avec quelqu'un d'autre, je mettrai fin à notre relation. Je comprends que ce soit difficile à entendre si tu es polyamoureuse depuis toujours, mais on ne choisit pas non plus forcément d'être monoamoureux. Se déconstruire, c'est une chose, mais forcer l'autre à être ce qu'il n'est pas , c'est une violence. Rien n'empêche sa femme de partir.

(+)

La communication a pour opportunité de définir justement. Mais évidemment que si on ne peut vivre une situation, communiquer dans le sens de la situation acceptable pour tous-tes OU communiquer sur la non acceptation et prendre les dispositions qui s'imposent. Ne pas en vouloir à celui-celle qui ne peut vivre en tant que polyacceptant. Après, la polyaffectivité peut se vivre magnifiquement... je dis bien "peut".
Moi je m'y épanouis. Je ne certainement pas un cas unique. C'est à trois, que ça se décide (ou à plus).

#
Profil

noelmarie

le mercredi 06 mars 2019 à 16h51

Bonsoir les amis, je vous trouve assez sévère avec point G .. bien sur vos réflexions sont tout à fait justifiées mais n'oublions pas que notre ami découvre le polyamour ...quelques part il réagit comme un libertin qui s'autorise peu... mais par amour pour sa belle accepte le Melangisme et pas encore L'échangisme ...ce n'est qu'une phase de transition ...et si on reprend nos premiers échanges "point g" se cherche et a bien conscience de la nécessite à partager cette réflexion avec son aimée et son "Metamour" laissons lui le temps de déconstruire.....

#
Profil

bonheur

le jeudi 07 mars 2019 à 11h14

Euh ? Moi je n'avais pas compris cela ainsi. Peut-être ai-je mal lu ?

Pour moi, ils ont "ouvert" leur couple et ceci par un biais qu'est le libertinage. C'est là qu'ils ont rencontré la personne métamour. Ensuite seulement, la demande de lien amoureux entre Madame et la personne métamour.

Le libertinage est un point de départ, à mon sens.

En libertinage, le hic, c'est que le feeling devrait être ponctuel et uniquement sur une notion d'esthétique. Ca ne peut pas convenir à tout le monde.

Après évidemment qu'une acceptation ne se fait pas en un clin d'oeil. Il faut du temps et de la communication. Des mois, souvent deux ou trois ans.

#
Profil

DisKovery

le jeudi 07 mars 2019 à 12h29

bonheur
Le libertinage est un point de départ, à mon sens.

En libertinage, le hic, c'est que le feeling devrait être ponctuel et uniquement sur une notion d'esthétique. Ca ne peut pas convenir à tout le monde.

Il serait intéressant de définir, même succinctement, ce qu'est le libertinage et/ou être libertin. De mon point de vue, être libertin requiert plus d'un état d'esprit que d'un état de fait. S'autoriser des "jeux" sexuels entre adultes consentants, c'est une forme de libertinage. Assumer d'être "sois" en toutes circonstances, même si cela vous met à la marge d'un modèle de société, c'est être libertin(e) ! Je croise virtuellement ici beaucoup plus de libertins et libertines que nous n'en croisons dans les lieux dédiés au dit libertinage.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion